Archives par mot-clé : Vin nature

Les vigneron.ne.s, entre vins conventionnels et vins bio

Depuis la mise en ligne de cette publication (janvier 2021) le carnet de recherche et le compte Twitter d'AgriGenre font l'objet de campagnes, plus ou moins violentes, de spams/trollages, de demandes de suppressions, d'insultes et de propos calomnieux de la part de personnes se revendiquant soit de l'anthroposophie soit de la Société anthroposophique(Goetheanum).  

Par ailleurs, le compte Twitter d'AgriGenre a été blacklisté par le Mouvement de l'Agriculture Bio-Dynamique (MABD) lié à la Société anthroposophique.
 
Le MABD et des personnes liées à la Société anthroposophique n'ont jamais condamné ces actions. Certaines l'ont justifié. Sur Twitter, aucun n'a bloqué les comptes de militants anthroposophes qui encouragent/participent à cette campagne de spams/trollage, insultes et calomnies. 

Merci aux vigneron.ne.s / agriculteur.trice.s / paysan.ne.s et aux chercheur.euse.s qui ont dénoncé ce type de pratique et apporté tout leur soutien à AgriGenre. 

La première partie de cette publication est suivie par un complément portant sur la biodynamie qui sera régulièrement mis à jour.

Christelle Pineau, docteur en anthropologie sociale et ethnologie, a soutenu en 2017 une thèse intitulée Anthropologie des vins“nature”, la réhabilitation du sensible. Dans l’ouvrage La corne de vache et le microscope (La Découverte, 2019), comme dans ses travaux, Christelle Pineau s’interroge sur les pratiques liées à la vigne et à son produit fini, le vin, et à la mutation des paysan.ne.s-vigneron.ne.s en agriculteur.trice.s-viticulteur.trice.s.

Vin conventionnel (incorporant des produits naturels ou issus de la chimie de synthèse), vin bio (où peut être autorisée l’utilisation de certains produits chimiques, comme le cuivre contre le mildiou ou le soufre contre l’oïdium), vin nature (“nu”) sans additif ni mélange ni filtration : autant de modes de fabrication, de mondes parallèles et d’états d’esprit.

S’attachant plus particulièrement à porter son regard sur les vins bio et nature, nous y croiserons la route des travaux de microbiologie et de chimie du vigneron-chercheur Jules Chauvet (levures, fermentation, etc.), mais aussi ceux du philosophe occultiste Rudolf Steiner, fondateur de l’anthroposophie, et des principes magiques et pseudo-scientifiques de la biodynamie (dont la vinification biodynamique) qui ont inspiré, par exemple, Pierre Rabhi.

CosmoBacchus de Jean-Benoît Meybeck
Trilogie critique de la biodynamie
(Ed. Eidola, 2018, 2019,2020)

Si Christelle Pineau décrit avec une certaine minutie les différents usages possibles de la biodynamie (agriculture anthroposophique) dans le domaine vinicole, insistant sur le fait que « l’application de la méthode biodynamique dans les vignes prend des formes extrêmement variées et adaptées,et n’est pas nécessairement reliée à la doctrine anthroposophique», nous resterons sur notre faim concernant l’absence d’appareil et de bibliographie critique sur ce domaine. Même si l’auteure prend soin de préciser que « le propos ici n’est pas d’argumenter sur la validité et l’efficience de la méthode biodynamique, mais bien de montrer comment les acteurs s’en emparent : toujours en partant de l’observation sur le terrain et de lectures complémentaires, pour certains, a posteriori», nous percevons une certaine neutralité bienveillante de sa part.

It was concluded that Steiner’s instructions
are occult and dogmatic and cannot contribute to the development of alternative or sustainable agriculture

Toutefois l’ouvrage ne manque pas de qualité d’écriture, de description des différents terrains et rencontres, des trajectoires de vie, qui ont le mérite de porter un regard singulier sur ce monde qui (re) lie l’homme et la femme au vin – ou plutôt conviendrait-il mieux de dire : aux vins – car il y a bien différents espaces de culture (en pratique et en esprit) qui délimitent vins conventionnels, bio et nature.

Espaces concurrentiels et quelque peu rugueux (sur les questions de terroirs, d’AOC, de labels, d’étiquettes) qui feront que certains vignerons conserveront leurs usages tandis que d’autres franchiront peut-être le pas, pour différentes raisons, vers un espace hétérodoxe, allant du vin conventionnel au vin bio, ou au vin nature.

Signalons enfin un chapitre bienvenu consacré à la place des femmes (aux rapports de genre) dans cet espace professionnel marqué par « des vignerons “nature” qui n’embrassent pas toutes les causes féminines et LGBTQI, mais ne tombent pas non plus nécessairement dans l’essentialisation du fait même qu’ils soient “nature”».

Valéry Rasplus

Pour citer cette publication : Valéry Rasplus, " Les vigneron.ne.s, entre vins conventionnels et vins bio ", AgriGenre, janvier 2021. Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/2476

[Une première version a été publiée dans la revue d’histoire naturelle Espèces, n° 32, juin 2019 ]


COMPLÉMENT SUR LA « BIODYNAMIE »

Tout vin nature ou vin bio ne se réduit pas à la biodynamie

En France, environ 0,25 % des viticulteur.trice.s/vigneron.ne.s sont certifié.e.s en biodynamie (Demeter, Biodivin), environ 0,03 % des agriculteur.trice.s (maraîchage…) qui sont certifié.e.s en biodynamie, ceci pour environ 0,02 % de la surface agricole.

Certification et formation anthroposophique

La certification Demeter et le Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique (MABD) sont liés organiquement et institutionnellement à la Société anthroposophique (Goetheanum) chargée de faire la promotion de l’anthroposophie (dont la biodynamie), un courant ésotérique créé par l’occultiste autrichien Rudolf Steiner.

La société anthroposophique (Goetheanum), le MABD et la biodynamie
Entre Ahriman et Lucifer
(Extrait, Congrès d’agriculture biodynamique, Goetheanum, 2018)

Pour les anthroposophes, Lucifer est associé à l’idéalisme et Ahriman est associé au matérialisme et à la science. De fait, l’anthroposophie rejette à la fois le matérialisme, la technologie et la science considérés comme maléfiques.

Biodynamie = Agriculture anthroposophique

En France, la viticulture représente en 2019 une population d’environ 142 000 vigneron.ne.s. Parmi ceux-ci on trouve environ 140 adhérent.e.s pour le label Biodivin et environ 450 adhérent.e.s pour le label Demeter. Chez Biodyvin, l’adhésion coûte 150 euros à quoi s’ajoute la cotisation annuelle de 200 euros au moins ainsi que l’adhésion de 165 euros au MABD . Chez Demeter, la cotisation annuelle est de 180 euros, à quoi s’ajoute l’adhésion au MABD et un versement de 0,4% du montant des ventes annuelles.

La biodynamie et la doctrine anthroposophique sont intimement liées : il n’y a pas de biodynamie sans anthroposophie qui la porte et la justifie. La biodynamie est un moyen – comme la « pédagogie » Steiner-Waldorf – pour la Société anthroposophique (Goetheanum) d’élargir son auditoire afin de capter de nouveaux adeptes à la doctrine anthroposophique.

Extrait de la présentation de Biodyvin
Extrait du cahier des charges Demeter

La biodynamie n’est pas une préoccupation agricole mais idéologique. L’origine de la biodynamie ne visait pas à lutter contre un style d’agriculture considérée comme polluante mais à respiritualiser les populations modernes tombées dans le matérialisme.

« Le mouvement anthroposophique n’est pas au service de la terre, mais au service des dieux, il est un culte », Rudolf Steiner (Bulletins de la Société Anthroposophique, 1988, p. 5)

L’agriculture est au service d’une doctrine, l’anthroposophie, et la biodynamie est le seul type d’agriculture valable pour l’humanité aux yeux des anthroposophes. Elle se veut plus bio que le bio, tout comme la « science de l’esprit » (l’anthroposophie) se présente comme « plus scientifique » que la science (jouant sur le non-dit de ce qu’est la science pour l’anthroposophie).

Doctrine mystique et cosmos-culture

Dans le Dictionnaire de la pensée écologique (dir. Dominique Bourg et Alain Papaux, PUF, 2015, p. 53-56) on peut lire sous la plume de Bertrand Méheust :

« L’anthroposophie ne peut être dissociée de son fondateur, le philosophe et mystique autrichien Rudolf Steiner (…) Tourné dès son enfance vers le monde surnaturel (…) . Il devient le secrétaire de la société théosophique (…) rompt avec ce courant [occultiste] et inscrit sa quête personnelle dans le cadre de l’ésotérisme chrétien (…) Il fonde sa propre doctrine, l’anthroposophie (…) la théosophie implique toujours une anthroposophie, et réciproquement (…) Steiner veut mettre l’accent sur le pôle humain pour mieux insister sur l’incarnation, le mystère central du christianisme (…). Le mouvement anthroposophique (…) comporte aujourd’hui environ 50 000 adeptes dispersés sur toute la planète, des dizaines de centres où est dispensée une éducation inspirée de la doctrine du maître (…) [qui] donne une certaine suffisance , le sentiment d’appartenir à une élite qui détiendrait certains secrets inaccessibles au commun des mortels (…) c’est surtout à la théosophie de Jacob Boehme que Steiner emprunte les grands thèmes de sa pensée : une connaissance par révélation (…) la possibilité d’un accès personnel du mystique et du voyant à des connaissances d’un ordre supérieur (…) « sur-récit » auquel il prétend avoir eu accès par ses révélations (…) Place centrale donnée à la clairvoyance (…) accès au monde spirituel (…) Steiner prétend qu’il existe un accès possible au suprasensible (…) [qui] débouche sur un récit fantastique qui (…) apparait souvent comme un indescriptible mélange de croyances fantastiques et de science-fiction de bas étage (…) Steiner prétend réformer la société par la soumission aux lois cosmiques (…) ses croyances en des hiérarchies célestes (…) sa conception d’une agriculture centrée sur les lois cosmiques » .

Appel à des entités invisibles surnaturelles

La viticulture en biodynamie assure la visibilité de la biodynamie à défaut de pouvoir la valoriser dans les autres types de productions agricoles. Faut-il en déduire que les « êtres élémentaires » invisibles surnaturels (Gnomes, Ondines, Sylphes, Salamandres) évoqués et convoqués en biodynamie sont plus sensibles aux raisins qu’aux carottes ou aux salades ?

Pour les anthroposophes « ces êtres (…) nous entourent en permanence et sont surtout chargés de tâches importantes auprès des minéraux, des plantes, des animaux et des humains » . Il n’y a pas de biodynamie sans l’intervention des Gnomes, Ondines, Sylphes et Salamandres.

Promotion des êtres élémentaires invisibles surnaturels
(Gnomes, Ondines, Sylphes, Salamandres) en biodynamie
par le MABD

Pour les anthroposophes, à partir de » l’éther cosmique » (« substance spirituelle du cosmos »), des êtres nommés « Archaïs », « Archangelois » (Lucifer , Ahriman) et « Angeloïs » ont créé les êtres terrestres par l’intermédiaire de l’éther de chaleur (les Salamandres), de l’éther de lumière (les Sylphes), de l’éther chimique (les Ondines) et de l’éther de vie (les Gnomes).

Nicolas Joly, anthroposophe et adepte de la biodynamie
à propos des « êtres élémentaires » (TMC, juin 2021)

Ces « êtres élémentaires » correspondent aux jours du calendrier biodynamique de l’anthroposophe Maria Thun : les Gnomes sont associés à la terre et à la racine, les Sylphes sont associés à la lumière et à la fleur, les Salamandres sont associées au feu et au fruit et les Ondines sont associées à l’eau et à la feuille.

Extrait du journal officiel de la Société anthroposophique (Das Goetheanum, 2012) : « Dans ses conférences, Maria Thun présentait toujours comment les puissances créatrices de la Terre se sont retirées, ainsi les anges dans la sphère de la Lune, les Archanges dans celle de Vénus, les Archai dans celle de Mercure. Mais pour que la vie continue, ils ont délégué à leurs descendants, les sylphes, les ondines et les gnomes, sur la Terre, où ils continuent la création dans tous les règnes de la nature »

Extrait du Calendrier des semis de Maria Thun
Édité par le MABD

La préparation « 500 » est, d’après la doctrine de l’agriculture anthroposophique, « un sacrifice offert aux Gnomes et aux Ondines« , la « 501 » est « un sacrifice offert aux Ondines et aux Sylphes » . Pour certains vignerons adeptes de la biodynamie « chaque préparation (500, 501, 502, 503…) est un numéro de portable pour joindre une planète. 502 c’est Vénus, 503 c’est Mercure… » .

Je n’évoquerai pas ici les autres « êtres élémentaires » : démons, fantômes, dragons…Ni les Lémuriens, les Atlantes ou les Aryens qui composent le corpus doctrinaire de l’anthroposophie.

L’influence des planètes, entre alchimie et astrologie

Un formateur du MABD indique que :

« On peut appliquer des concepts totalement cosmiques à la croissance des plantes (…)
en apportant une petite influence planétaire (…)
en mettant quelques milligrammes des métaux associés à chacune des planètes :
le métal associé à la Lune c’est l’argent, le métal associé à Mercure c’est le mercure (…),
le Soleil c’est l’or (…), le plombpour Saturne« 

Extraits d’une vidéo publique mise en ligne par le
Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique (MABD, 2020)

Notons que, contrairement aux affirmations du formateur du MABD, ni la Lune et le Soleil ne sont des planètes, et le mercure et le plomb sont des métaux lourds.

Notons également que dans la liste des planètes du système solaire évoquée par le formateur du MABD il manque Uranus et Neptune. Ce n’est pas un oubli ni une erreur : pour Rudolf Steiner il n’existe tout simplement pas de planètes au-delà de Saturne ! Le formateur du MABD suit à la lettre la doctrine astrologique de Steiner dans son application à l’agriculture anthroposophique (biodynamie) qui ne repose sur aucun fondement scientifique.

Pour le vigneron et anthroposophe Nicolas Joly les plantes sont directement reliées aux planètes situées à des millions de kilomètres de la Terre. Uranus et Neptune ne sont toujours pas citées.

Nicolas Joly, anthroposophe et adepte de la biodynamie
à propos de l’influence supposée des planètes (Neo, mai 2021)

Influences supposées de planètes
situées à des millions de kilomètres de la Terre
sur la végétation selon la biodynamie

Parmi les multiples exemples de pratiques en agriculture anthroposophique, le MABD et son association Biodynamie recherche ont fait la promotion de cette étude anthroposophique intitulée « Changer le goût des pommes avec un traitement par l’eurythmie » (danse anthroposophique à proximité des fruits pour entrer en relation avec des forces occultes, capter des fréquences cosmiques et influencer leurs goûts).

L’anthroposophe Tanja Baumgartner
effectue un mouvement eurythmique
sur des pommes pour changer leur goût

Singer la science

L’association Biodynamie recherche a été créée par le MABD pour se donner un cachet « scientifique », sans disposer d’un seul chercheur. Cette association anthroposophique n’a rien de scientifique, ni dans ses méthodes, ni dans ses pratiques. Seule la doctrine anthroposophique guide ses méthodes et ses pratiques. Pour cette doctrine, la science est le domaine du démon Ahriman. Seule la « science de l’esprit » (l’anthroposophie) reste du domaine du possible. Intuition spirituelle et méditation sont la base de la « science de l’esprit ».

Changer de nom pour se donner un cachet scientifique

Le MABD édite une revue Biodynamis qui, outre la promotion de la biodynamie, propose à ses lecteurs des publicités et des évènements exclusivement liés à l’anthroposophie : publicité pour la Société anthroposophique et le Goetheanum, pour des écoles anthroposophiques et leur « pédagogie » Steiner-Waldorf, produits Welada et Demeter… Toutes ces structures utilisent une forme d’écriture bien reconnaissable, jouant un rôle d’identification, composée de lettres qui ne comportent aucun angle droit (considéré comme « anti-cosmique »). Le siège de la Société anthroposophique (Goetheanum) a été conçu par Steiner sur le même principe : aucun angle droit.

Critiques de la biodynamie par des acteurs du vin

Le Domaine n’éprouve pas le besoin d’invoquer les sylphes, les ondines, les gnomes, les salamandres,
et de lutter contre Ahriman et Lucifer

Patrick Baudouin explique longuement pourquoi son domaine « bio » ne passera pas à la biodynamie : « MAIS POURQUOI DONC LE DOMAINE PATRICK BAUDOUIN N’EST-IL PAS EN BIODYNAMIE ? »

Si l’on écoute Maria Thun, l’astrologue de la biodynamie, Neptune, Uranus ou Pluton sont des planètes “illégitimes” car elles n’avaient pas été découvertes

Pour Jacques Mugnier (Domaine Jacques- Frédéric Mugnier) : « Rudolph Steiner n’est pas compétent : tout ce qu’il a appris sur les plantes, c’est en lisant Goethe ! Steiner s’est trompé toute sa vie et a fait de mauvais choix, ses pages sur la théorie des races en témoignent.

La biodynamie est une invention intellectuelle du XXe siècle, elle n’a rien de paysan ni d’ancestral. Si l’on écoute Maria Thun, l’astrologue de la biodynamie, Neptune, Uranus ou Pluton sont des planètes “illégitimes” car elles n’avaient pas été découvertes. Je ne peux pas souscrire à cela !

Je n’ai pas observé d’évidence qui m’aurait conduit à suivre des dates de mise en bouteilles en fonction des phases de la lune… Et j’ai même remarqué que mettre en bouteilles au moment où le vin se goûte bien ne donne pas toujours les meilleurs résultats » (La Revue du Vin, n° 633, juillet-août 2019)

La gourouisation de la biodynamie
relève plus du marketing que de la viticulture

Pour Pascal Chatonnet, œnologue et vigneron, ce qui le dérange « c’est la gourouisation dont la biodynamie fait l’objet, son aspect fantasque et ésotérique qui relève plus du marketing que de la viticulture » (La Revue du Vin, n° 647, février 2021)

C’est une croyance, il faut adhérer,
ce n’est ni scientifique ni empirique

Pierre Citerne, membre du comité de dégustation de La Revue du Vin de France : « La vibration n’est pas l’apanage de la biodynamie (…) Du point de vue idéologique, la biodynamie est trop dogmatique (…) C’est une croyance, il faut adhérer, ce n’est ni scientifique ni empirique » (La Revue du Vin, n° 647, février 2021).

Ce n’est parce qu’un vigneron pratique la biodynamie
qu’il fait un bon vin

Eric Beaumard, Vice-Meilleur sommelier du monde : « Ce n’est parce qu’un vigneron pratique la biodynamie qu’il fait un bon vin. La biodynamie est plutôt un révélateur du talent du vigneron » (La Revue du Vin, n° 647, février 2021).

Ce n’est pas la biodynamie qui fait la qualité des vins,
mais le travail des vignerons

Bruno Quenioux, caviste, fondateur de PhiloVino : « Il n’y a pas de bon vin en biodynamie sans grand vigneron (…) Arrêtons avec la poudre de perlimpinpin. Ce n’est pas la biodynamie qui fait la qualité des vins » (La Revue du Vin, n° 647, février 2021)

Un gars qui ne sais pas travailler fera mauvais,
même en biodynamie

Philippe Cambie, œnologue à Châteauneuf-du-Pape : « Un gars qui ne sais pas travailler fera mauvais, même en biodynamie. Le savoir-faire, la connaissance de son terrain, la climatologie : voilà les éléments déterminants » (La Revue du Vin, n° 647, février 2021)

Qu’en conclure ?

  • il n’y a pas de biodynamie sans anthroposophie
  • il n’y pas de biodynamie sans l’intervention des « êtres élémentaires » (Gnomes, Ondines, Sylphes, Salamandres)
  • il n’y a pas de biodynamie sans l’influence de planètes situées à des millions de kilomètres de la Terre
  • il n’y a pas de biodynamie sans forces invisibles surnaturelles connues par les seuls adeptes de l’anthroposophie
  • il ne peut pas y avoir de biodynamie se revendiquant de la science, car la science est le domaine du démon Ahriman

Ni le Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique (MABD) ni sa création Biodynamie recherche n’ont jamais publié une seule publication scientifique en biodynamie, car aucune ne rend compte des êtres élémentaires, de l’influence des planètes ou de forces surnaturelles.

Le Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique (MABD) et Biodynamie recherche n’ont publié que des articles traitant d’agriculture bio !

Les études dites en « biodynamie » ne sont en réalité que des études en « bio ».

Il n’existe aucune étude, militante ou scientifique, portant sur la biodynamie, au sens strict, car aucune étude n’a pu mettre en avant des données portant sur les « êtres élémentaires » (Gnomes, Ondines, Sylphes, Salamandres). Et aucune étude n’a été publiée sur l’influence de planètes situées à des millions de kilomètres de la Terre au niveau des cultures : pas plus que sur le type d’appareil utilisé, l’unité de mesure et d’éventuelles données.

Dans ce cadre, la préoccupation de ces structures n’est pas du domaine agricole mais du domaine doctrinal : la biodynamie est un chemin vers la doctrine anthroposophique. L’agriculture est un moyen, l’anthroposophie est le but.

Structures anthroposophiques

Extrait d’un rapport annuel du MABD
Le Goetheanum est le siège de la Société anthroposophique
L’École libre de Science de l’Esprit est une école anthroposophique

Politique et anthroposophie (en France)

Lors des élections européennes de 2019, la liste « Urgence Écologie » avait validée la présence, comme candidat, de Jean-Pierre Fleury, ancien président de la structure anthroposophique Demeter (pour la France), conférencier promoteur de la biodynamie et intervenant au MABD.

Urgence écologie, menée par Dominique Bourg et
« soutenue par Delphine Batho, députée et ancienne ministre de l’écologie,
Sébastien Nadot, député, et Antoine Waechter, ancien député européen,
ainsi que par les formations politiques Génération Ecologie,
le Mouvement Écologiste Indépendant, le Mouvement des Progressistes et
l’Union des Démocrates et des Ecologistes »

Pour Dominique Bourg, « La biodynamie n’est pas une science, mais une pratique » et « ça marche (…) Pourquoi ? Ce n’est pas mon problème » . On ne saura pas si c’est l’effet Gnomes, Ondines, Sylphes, Salamandres ou l’influence de planètes situées à des millions de kilomètres de la Terre. Ernst Zürcher, ingénieur forestier, évoqué dans l’extrait ci-dessous, est intervenu à plusieurs reprises au siège de la Société anthroposophique et au MABD comme conférencier, associant « influence cosmique », développement du vivant et biodynamie. Mais il n’était sûrement pas question de science.

Conseils de lectures
sur l’agriculture anthroposophique (biodynamie)

* La science a laissé les vignerons s’embarquer dans l’ésotérisme de la biodynamie, Vitisphere, 2020

* Les nouvelles mythologies du vin – Lucifer et les gnomes, Le Point, 2020

* La face cachée de l’agriculture biodynamique, Agriculture et Environnement, 2019

* L’agriculture biodynamique est-elle une pseudo-science ?, Checknews (Libération), 2019


Thread de la revue Sesame (INRAe) sur la biodynamie

Note : « Ça ne peut pas faire de mal »

En 1974, la rédaction de l’émission Le petit rapporteur envoyait Stéphane Collaro rencontrer le docteur Maury qui avait découvert que tous les vins avaient des propriétés thérapeutiques spécifiques.