Comprendre la division sexuelle du travail agricole : comment les techniques contribuent à la perpétuer ?

Ce deuxième texte d'Agathe Demathieu fait suite à : Comprendre la division sexuelle du travail agricole : évolutions historiques et impacts présents , AgriGenre, mai 2022. Un prochain texte, à paraître en 2023, clôturera cette trilogie. 

Sans disparaître, la division sexuelle du travail agricole est régulièrement en évolution. Après avoir regardé l’évolution historique de cette organisation du travail lors de la modernisation de l’agriculture et les impacts actuels de l’organisation sexuelle du travail agricole dans un article précédent (Demathieu, 2022), il s’agit maintenant de comprendre comment se perpétue la division sexuelle du travail agricole ?

La division sexuelle du travail existerait car les hommes et les femmes seraient « complémentaires ». Cette complémentarité serait physique mais porterait également sur les compétences et/ou les appétences (Tabet, 1979 ; Comer, 2018). Ainsi, prenant en compte les forces et les faiblesses des uns et des autres, la division sexuelle qui en résulte serait donc non seulement naturelle, mais aussi équilibrée et efficace.

L’approche matérialiste permet de remettre en question cette lecture : plutôt qu’une relation de complémentarité, cette division du travail serait au contraire l’expression d’une relation de domination de la classe des hommes sur celle des femmes. Elle serait donc « orientée et asymétrique » (Tabet, 1979 ; Chabaud-Rychter et Gardey, 2002). De plus, elle résulterait non d’un « destin biologique, mais […] d’abord [de] construits sociaux » ayant une « base matérielle » (Kergoat, 2012, p.101).

L’apport des critiques féministes sur les techniques permet de mettre en lumière la manière dont les techniques contribuent à créer l’inégalité des conditions matérielles d’existence nécessaire à l’établissement de ce rapport de domination :

Travailler sur les techniques, c’est explorer quelles modalités revêtent les rapports de domination, […] comment les techniques contribuent à les stabiliser
(Chabaud-Rychter et Gardey, 2002, p. 32)

Il apparaît donc que la division sexuelle du travail agricole, qui n’est pas sans impacts sur les agricultrices, est perpétuée justement par l’accès différentié à la formation technique et à l’équipement agricole observé dans l’article précédent (Demathieu, 2022). 

Cet article est un résumé d’une analyse socio-historique sur le genre, l’agriculture et les techniques, enrichie par des entretiens de treize agricultrices installées en agriculture biologique.

À noter que, dans cet article, plutôt que de parler seulement d’« agriculteurs » et d’« agricultrices », je parlerai souvent d’ « hommes » et de « femmes » en référence à la « classe des hommes » et à la « classe des femmes » (dans le sens de leur place respective dans l’organisation de la production et de la reproduction). En effet, nombre des constats développés dans cet articles ne sont pas propres à l’agriculture, même s’ils se matérialisent aussi dans ce domaine.

Un accès différencié à la formation technique et aux outils

Les hommes et les femmes ont un accès différencié aux outils (Tabet, 1979) et aux formations techniques (Caniou, 1983 ; Pelletier, 2007).

Les agriculteurs ont, matériellement, davantage accès aux outils que les agricultrices. On en a vu des manifestations ainsi que de multiples raisons dans l’article précédent (Demathieu, 2022), notamment dans la section sur les agricultrices indépendantes. Cela peut se jouer dès l’installation notamment car :

  • les transmissions et les reprises de ferme se font majoritairement en faveur des hommes, même hors cadre familial (Barthez, 1983 ; Dahache, 2010 ; FADEAR, 2020)
  • les hommes ont davantage de moyens économiques (via la mobilisation de l’épargne familiale et/ou l’accès à des prêts bancaires plus conséquents que ceux des agricultrices pour des projets de production de même dimension (FADEAR , 2020)

Or les moyens de production initiaux ne sont pas sans effet sur la productivité d’une activité ainsi que sur les trajectoires d’évolutions de l’outillage. Les capacités initiales d’investissement matériel sont donc cruciales dans la trajectoire d’une ferme.

[Avec mon associé], notre rêve au démarrage c’était de travailler sans tracteur […] [Mais] quand on est arrivés ici, [il] y avait déjà un tracteur. Et quand tu as appris à utiliser les outils du tracteur […], c’est dur de revenir [en arrière]
(Céline, maraîchère).

Ainsi, les agriculteurs semblent avoir davantage la capacité d’investir dès leur installation dans leurs outils de production que les agricultrices – et donc davantage accès à des moyens de production performants (outils et bâtis).

En plus d’un accès matériel facilité pour les agriculteurs, les hommes ont davantage accès aux compétences techniques, notamment via l’accès à la formation. En agriculture et dans d’autres domaines techniques (ingénierie, certains métiers d’artisanat, etc.), les femmes étaient initialement exclues complètement de l’enseignement (Berner, 2002 ; Caniou, 1983). Puis, elles ont été autorisées dans certaines disciplines via une distinction sexuelle du public de formation (Berner, 2002 ; Caniou, 1983).

Scènes de 1950 de cours pratiques de l’université agricoles Rutgers : « C’est principalement une école pour fermier ou futur fermier. […] Nous sommes en plein royaume de la science agricole » (Ecole d’agriculture aux Etats-Unis | INA, 1950)

Or cette formation technique était nécessaire pour obtenir les « connaissances approfondies et une assurance que seules ces études peuvent donner » (Ecole d’agriculture aux Etats-Unis | INA, 1950). Aujourd’hui, sans être institutionnalisée, cette distinction sexuelle perdure dans les faits. Dans l’enseignement agricole par exemple, les filières de BTS Agroéquipement restent 100% masculines (Billon et al., 2017). De manière similaire, au sein d’une même formation, les femmes ont moins accès aux outils que les hommes (Dahache, 2010).

Lors de la formation initiale, les femmes développent donc moins que les hommes leur « capital technique » (Wacjman, 2002). Ce capital technique intègre à la fois des compétences liées à la pratique ainsi que des compétences théoriques, acquises en cours par exemple.

Qu’en est-il au travail ? Lorsqu’elles travaillent avec des agriculteurs, cet écart de capital technique pratique a tendance à se creuser encore davantage en faveur des agriculteurs. En effet, les agricultrices travaillant avec des associés tendent à moins utiliser les machines agricoles qu’eux. Ainsi, l’écart de capital technique à tendance à se creuser entre les agriculteurs, qui pratiquent régulièrement, et les agricultrices, qui pratiquent à la marge. Et cela quel que soit le niveau de départ des personnes impliquées. La mise en perspective des situations de Louison et de Justine l’illustre bien :

Je suis arrivée [6 mois] après. [Je] repartais de zéro […] [tandis qu’] il y a plein de choses qu’il savait déjà faire et, du coup, bah naturellement, c’est lui qui fait
(Louison, maraîchère)

C’est moi qui me suis installée en première [4 ans avant mon conjoint et qui lui a fait la transmission. Maintenant, c’est lui qui s’occupe du tracteur]. […] Je sais faire et je peux y aller mais vu que je fais [plus] souvent, j’ai plus du tout envie
(Justine, éleveuse laitière)

Cet écart de compétences techniques théoriques et pratiques se creuse encore davantage car les agriculteurs ont tendance à continuer à se former techniquement, ce qui est moins le cas des agricultrices qui travaillent avec eux. Celles-ci se forment également mais pour d’autres activités. Par exemple, Céline, maraichère, faisait des formations à l’accompagnement à la comptabilité tandis que son associé s’est formé au travail du métal et à la soudure pour auto-construire un outil de travail du sol :

Je me suis dit “c’est très bien, moi je fais la compta, lui fait la soudure”.  C’est un peu stéréotypé mais ça correspondait à nos compétences de base. […] J’étais plus dans les chiffres […] alors que [lui] était beaucoup moins à l’aise. […] [Il n’avait pas beaucoup plus d’expériences de bricolage que moi] mais il en avait certainement plus envie que moi [d’apprendre le travail du métal] […] [Par la suite, comme] c’est lui qui savait souder [c’était logique que ce soit lui qui continue à auto-construire nos outils]
(Céline, maraichère)

Pourtant, cet écart de compétences techniques n’est pas neutre. En effet, grâce à leur maîtrise des savoir-faire théoriques et pratiques techniques (Billon et al., 2017 ; Filippi et Nicourt, 1987 ; Nicourt, 2013 ; Tabet, 1979), ce sont souvent des hommes qui :

  • conçoivent les outils,
  • les fabriquent,
  • les utilisent,
  • les réparent et/ou
  • les (pré)sélectionnent.

Ainsi, l’accès facilité des hommes aux moyens matériels ainsi qu’aux compétences techniques semblent donc faciliter l’accès des agriculteurs aux outils de production agricoles, en comparaison avec les agricultrices.

Et, en plus de limiter l’accès des femmes aux outils, l’écart des capitaux technique et économique entre hommes et femmes donne aux hommes un ascendant sur les outils des femmes. Elles sont en effet moins autonomes que les agriculteurs dans leur accès à l’outillage. Cette ascendance peut même se transformer en contrôle total des hommes sur les outils des femmes pour peu qu’ils exercent un contrôle financier sur le budget de la famille et/ou de l’exploitation. Par exemple, au Canada où l’industrialisation de la transformation laitière a commencé bien avant la France, le commissaire du lait canadien critiquait en 1889 les agriculteurs qui refusaient d’acheter du matériel de transformation du lait à leur épouse alors qu’ils s’achetaient le matériel pour les cultures céréalières (Cohen, 1984). De même, c’était encore le cas historiquement en France il y a quelques décennies, même dans le cas où l’agricultrice demandait à son compagnon d’investir dans des outils facilitant son travail :

“Je disais à mon mari : on met une pompe […]. [Il] souriait […] et disait ‘‘non il vaut mieux acheter de l’engrais […] et puis dans quelques années nous achèterons un tracteur. Après on verra ’’
 (Mme. S.D, 63 ans, Bécouarn, 1975, p.54)

Selon Tabet (1979, p.50), cette ascendance exercée par les hommes sur les outils des femmes serait une « condition nécessaire [de leur] pouvoir sur les femmes ».

Écart de productivité et efficacité technique

On constate ainsi que les agricultrices sont sous-équipées et qu’il y a un fossé technologique entre les outils utilisés par les agriculteurs et par les agricultrices.

Il n’existe pas de statistiques pour cela. Mais une visite des fermes d’agriculteurs et d’agricultrices vous permettra de le constater, même si toutes les fermes ne sont pas dans ces tendances. J’ai pu l’observer lors de mes entretiens d’agricultrices : les 5 agricultrices qui travaillaient avec des hommes avaient beaucoup plus d’outils différents et tractés que les 5 agricultrices indépendantes.

Cet écart était pour moi particulièrement visible sur les outils de désherbage. Les quatre maraichères/semencières qui travaillent seules que j’ai interviewées désherbent à la main leurs planches (même la plus mécanisée d’entre elles, Tess, présentée dans l’article précédent), tandis que les agriculteurs ont tendance à davantage mécaniser cette action.

Le désherbage manuel d’Eléonore, engagée dans une démarche d’autonomie énergétique maximale. Elle apprécie désherber à la main 1h par jour « mon heure de désherbage c’est mon heure tranquille ».

Ce fossé technologique est en partie justifié par un discours portant sur la simplicité des tâches réalisées par les femmes : celles-ci ne nécessiteraient donc pas d’outils complexes (Tabet, 1979). Mais des exemples comme l’évolution de la mécanisation de la traite (Bécouarn, 1975 ; Cohen, 1884 ; Demathieu, 2022) invalident cet argument : la même tâche (la traite du lait) réalisée avec un équipement plus « moderne » et conséquent (diverses générations de machines à traire plutôt qu’à la main) est beaucoup plus productive. Le niveau d’équipement d’une activité ne dépend donc pas de la nature de la tâche elle-même (« simple » ou non) mais de l’importance qui lui est accordée et des arbitrages réalisés (économiques, de temps, etc.).

Il y a ainsi un fossé de productivité entre le travail de nombreux agriculteurs et des nombreuses agricultrices : les hommes ont donc une « efficacité technique » plus importante que les femmes (Cockburn, 2004). Ils sont donc notamment en capacité de travailler de plus grandes surfaces que les agricultrices.

Or dans l’agriculture industrielle, depuis la modernisation et dans un contexte de réduction drastique du nombre d’exploitants agricoles et de l’augmentation de la surface exploitée par exploitant, la productivité d’une exploitation agricole est un moyen de sélection des agriculteurs et des agricultrices (Atelier Paysan, 2021). Ce facteur n’est donc pas anodin.

Un écart de capacité physique entre les hommes et les femmes

Les hommes sont en moyenne plus grands et plus forts que les femmes, ce qui leur confère une plus grande « capacité physique » (Cockburn, 2004).

L’agriculture étant un métier impliquant l’ensemble du corps, cette capacité physique est d’autant plus importante et impactante dans le travail quotidien. La capacité physique des agriculteurs est donc valorisée et recherchée puisque réputée plus productive. La modernisation agricole a en effet redéfini la masculinité agricole en promouvant notamment « ténacité, abnégation, robustesse » nécessaires pour surmonter le dur labeur et les difficultés du « contrôle et domination de [la terre et la Nature] […] [réalisés] avec des machines agricoles » (Annes & Handfield, 2019, p. 147).

La capacité physique des agriculteurs sert donc de standard d’évaluation dans le monde agricole. Les agricultrices sont ainsi remises en question sur leur capacité à réaliser le travail de production agricole (FADEAR, 2020 ; Paysannes en Polaire et Bénézit, 2021). Ceci amène certaines d’entre elles à penser, au moins dans un premier temps, qu’elles ne seront perçues comme légitimes que lorsqu’elles arriveront à « tout [faire] comme les mecs : prendre 4 caisses, porter les trucs toute seule, etc. » (Josie, semencière en installation).

De plus, les unités de travail « standards » ont été conçues par des hommes et pour des hommes (Cockburn, 2004), ici pour les agriculteurs. C’est particulièrement vrai pour les postes de conduite de tracteur qui sont inadaptés à de nombreuses agricultrices de plus petite taille : elles ne peuvent s’en servir qu’avec beaucoup d’inconfort.

J’arrive à le démarrer, […] à le conduire mais […] j’arrive pas à m’arrêter [vite]. […] Je suis allongée sur le siège et j’appuie sur les deux pédales. Enfin c’est pas pratique du tout
(Louison, maraîchère)

Pouvoir physique et valorisation

Selon Cockburn (2004), l’efficacité technique et la capacité physique plus importantes des hommes leur confèrent un « pouvoir physique » par rapport aux femmes.

Les fruits de ce pouvoir sont visibles. En effet, en comparaison avec le travail ménager qui « ne se voit que s’il n’est pas fait » et qui « a une durée d’utilité brève […] [car le lendemain] on recommence tout », le travail agricole réalisé par les agriculteurs est souvent plus visible : « quand vous avez labouré un champ, ça se voit, ça dure » (Filippi et Nicourt, 1987, p.50).

Au final, le travail des agriculteurs est davantage valorisé que celui des agricultrices. Par exemple, l’ancien conjoint et associé de Sophie (petits fruits et transformation) disait : « une ferme comme la nôtre, elle tourne parce que y’a des hommes […] [car] ce qui donne de la valeur à cette ferme c’est les céréales et le pain » . De manière similaire, le GAEC qu’a rejoint Martine depuis 3 ans n’a toujours pas modifié son site ni son affiche utilisée aux marchés pour la faire apparaître à leurs côtés.

La construction de la (non-)qualification

Dans le courant du féminisme matérialiste, « l’idéel découle du matériel » (Colette Guillaumin dans Grenaille, s. d.). L’« idéel » est le discours permettant de légitimer et justifier la domination et le « matériel » correspond aux conditions matérielles d’existence (dont la division sexuelle du travail).

Ici, ces écarts d’efficacité technique et de capacité physique permettent de construire les hommes comme naturellement « qualifiés » et les femmes comme naturellement « non-qualifiées ». Cela vient renforcer les discours portant sur la complémentarité physique des hommes et des femmes en y ajoutant la complémentarité des compétences et des appétences techniques.

Pourtant, si on considère 

  • l’inégalité d’accès à ces compétences,
  • l’inégalité d’accès aux outils,
  • la non-adéquation de certains outils à certains gabarit (tailles, poids) et/ou capacités physiques,

On ne peut nier que les « qualifications » sont le résultats de constructions sociales.

Or, au travail, les rapports sociaux et économiques s’organisent notamment autour de la qualification.

Avec la modernisation de l’agriculture, l’efficacité personnelle dépend de la capacité à s’adapter aux nouvelles techniques, donc des qualifications techniques plutôt que de l’expérience (Bécouarn, 1975). Au Canada comme en France, lors de la reprise par les hommes de l’activité de transformation laitière anciennement réalisée par les agricultrices, le caractère scientifique et rigoureux de l’activité est mis en avant (Pelletier, 2007) tandis que l’expérience des femmes est représentée comme instinctive et leur réussite relevant du hasard (Cohen, 1984).

Ainsi, cette construction de la qualification permet de « rejeter l’inadéquation féminine dans ‘‘l’ordre des choses’’ » (Chabaud-Rychter et Gardey, 2002, p. 31 ; Cockburn, 2004).

Mais certaines femmes ne seraient pas seulement incompétentes, elles auraient même peur de la technique. Elles la laisseraient donc volontiers aux hommes quand elles le peuvent. C’est par exemple pour cela que les agricultrices auraient tendance à laisser l’utilisation du tracteur aux agriculteurs. Qu’en est-il ?

La supposée inadéquation technique féminine est intégrée par de nombreuses femmes elles-mêmes. Ainsi, elles évaluent très durement leurs compétences, en particulier techniques, et les comparent souvent à celles des hommes les entourant. En conséquence, lorsqu’elles éprouvent des difficultés lors de l’utilisation d’une technique, elles tendent à mettre « l’accent sur [leur] incompétence » (Berg et al., 1997, p.109). Certaines utilisent même leur « côté féminin » pour la justifier (Berg et al., 1997, p.114).

Celles qui se mettent en retrait le font donc, non par peur des techniques, mais pour éviter de se retrouver dans des situations qui mettent en lumière ce qu’elles considèrent comme leurs incompétences (Berg et al., 1997 ; Wajcman dans Chabaud-Rychter et Gardey, 2002). Risque qui peut se présenter à chaque utilisation d’une technique :

Il y avait cette appréhension de ne réussir à démarrer [la machine thermique] [car] il fallait demander à l’homme de le faire […]. Je passais pour une incapable. […] C’est marrant parce qu’avant d’être avec lui, je réparais mon [camion] moi-même […] Et puis après ça s’est un peu installé comme ça que c’était lui qui faisait ça, que moi j’en n’étais pas capable
(Marianne, semencière).

L’incompétence des unes et la compétence des autres sont donc largement intégrées par les tous les acteurs et les actrices. Il en résulte que cette croyance symbolique est parfois plus importante que la réalité des pratiques. Ainsi, elle mène plus souvent à la transformation des pratiques (mise en retrait) qu’à l’évolution des croyances (confiance dans ses capacités à faire), comme le montre la situation de Marianne et de Justine.

Pouvoir des agriculteurs sur les processus de production et de l’organisation du travail

Grâce à l’appropriation des outils et des qualifications techniques par la classe des hommes, les agriculteurs contrôlent les processus de production et l’organisation du travail des productions dans lesquelles ils sont impliqués.

Dans un premier temps, les outils, employés presque exclusivement par les hommes, sont très « stratégique[s] pour la production agricole, car ils conditionnent la culture du terrain » (Tabet, 1979, p. 37) et l’organisation de la production (Atelier Paysan, 2021).

De plus, c’est la tâche centrale, qu’ils effectuent, qui concentre les regards et la valorisation : elle est productive et améliorée par la technique et la science (Filippi et Nicourt, 1987). C’est aussi elle qui dicte la cadence. Les travaux « annexes » sont d’autant moins valorisants et reconnus qu’ils paraissent archaïques, qu’ils sont peu productifs et ne semblent pas nécessiter de « qualifications ». Les femmes réalisent davantage ces tâches annexes.

Au début, quand on s’organisait à trois, [mon associé] a dit […] « Je ne peux pas [faire] le pain et puis ensuite faire le ménage de la boulange[rie] » […] Donc on a organisé les tours de nettoyage de la boulange[rie] une fois que le pain était fait. Et puis petit à petit on a étendu le tour de ménage au reste du bâtiment […] Un jour, je me suis rendue compte qu’en fait tout le bâtiment était fait dans les tours de ménage, sauf l’atelier [de transformation, dont je suis responsable]. […] C’est pas juste, moi aussi quand j’ai eu une journée pleine de transformation […] [que je finis des fois à minuit], et bien le ménage [je] le fais [après]
(Julie, petits fruits et transformation)

La redéfinition des qualifications professionnelles et l’inaccessibilité de la formation technique et agricole aux femmes a donc historiquement permis de les écarter des travaux productifs pour leur réserver les travaux annexes, comme dans le cas de la traite (Cockburn, 2004 ; Cohen, 1984 ; Demathieu, 2022).

Cette construction de la qualification permet d’« empêcher finalement toute forme de concurrence » des femmes (Chabaud-Rychter et Gardey, 2002, p. 31 ; Cockburn, 2004).

Une libération des femmes ?

C’est l’imaginaire de la « libération » des femmes qui a justifié la mise en place de nombreuses technologies agricoles et ménagères (Commission européenne, 1968 ; Cohen, 1984 ; Nicourt, 2013). Dans les discours, elles étaient en effet « libérées » des durs travaux agricoles et pouvaient s’occuper du foyer. Cela a conditionn[é] en partie le succès […] de ces techniques » (Oudshoorn dans Chabaud-Rychter et Gardey, 2002, p. 40).

« Les cours pratiques […] comprennent la cuisine, coupe et couture […], hygiène, puériculture et également toute la partie agricole : […] petit élevage avicole, au potager, verger », les petites productions principalement dédiées à l’autoconsommation (L’école ménagère de Plombières lès Dijon | INA, 1966)

Mais c’est uniquement suite à l’apparition d’une technologie appropriable par les hommes que la pénibilité du travail des femmes est enfin reconnue publiquement (Cohen, 1984), comme dans le cas de la traite. Pourtant, plutôt que de mener à des actions permettant d’améliorer leurs conditions de travail et enfin à sa valorisation sociale, la reconnaissance de la pénibilité de leur travail mène à leur exclusion de la production et à leur fragilisation symbolique, les construisant comme des personnes fragiles à protéger (Cohen, 1984) via le travail ménager (Commission européenne, 1968 ; Pelletier, 2007).

Pourtant, elles continuent de travailler pour l’exploitation. D’ailleurs, les travaux « annexes » à la production qu’elles réalisent sont souvent physiquement pénibles et peu équipés : le ménage de la salle de traite et de la laiterie ou le transport du lait par exemple qu’elles continuent de faire tandis que les agriculteurs deviennent responsables de la traite (Bécouarn, 1975 ; Filippi et Nicourt, 1987).

Les agricultrices ont donc dû s’intégrer dans des organisations de travail sur lesquelles « elles n’ont pas d’influence en matière de conception, d’organisation du temps et d’usage des techniques » (Nicourt, 2013, p. 13). Cela peut encore être le cas aujourd’hui pour des activités de production dans lesquelles l’agriculteur et l’agricultrice sont impliqués. On rappelle pour l’illustrer qu’une étude présentée par Nicourt (2013) montre que, lorsqu’un duo père-fils remplace un couple mari-femme pour la traite, l’organisation du travail est renégociée de manière à améliorer les conditions de travail des deux agriculteurs.

Le travail des agricultrices travaillant avec des agriculteurs a donc été inscrit dans un rapport de force : la « [subordination] au travail de celui qui possède et utilise [les] techniques » (Tabet, 1979, p. 45). Ainsi,

[Les femmes] ne sont pas les « artisanes spécialistes » mais […] continuent à fournir du travail à main nue […] sans en être jamais dispensées, elles font en plus avec des moyens à très bas rendement productif. […] Elles sont utilisées en tant que corps
(Tabet, 1979, p. 45)

Il est également important de prendre conscience que les transformations agricoles (dont la disparition des collectifs de travail et « l’apparition » du travail domestique et de gestion) ont historiquement isolé socialement les agricultrices. La dynamique était la suivante : « immobilisation [physique sur la ferme], isolement [social], gain de temps [via les technologies ménagères] et nouvelles disponibilités pour d’autres tâches [nécessaires à l’exploitation telles que la gestion administrative et comptable] » (Nicourt, 2013).

Peut-on encore considérer l’évolution de la division sexuelle du travail lors de la modernisation agricole comme une « libération » des agricultrices ?

Ainsi, une analyse critique du rôle des techniques permet de remettre en question la « complémentarité » des hommes et des femmes justifiant une division sexuelle du travail. On constate en effet que les techniques contribuent actuellement à perpétuer matériellement et symboliquement une division sexuelle du travail déséquilibrée et délétère pour les agricultrices via le contrôle symbolique et pratique que les hommes exercent sur les outils et des compétences techniques.

En abordant les techniques autrement, pourraient-elles permettre de subvertir ces rapports de domination ? Cette hypothèse sera étudiée dans un article à venir.

Agathe Demathieu
Ingénieure en mécanique, membre de l’Atelier Paysan, auteure d’un mémoire portant sur “L’impact des stéréotypes de genre sur la relation des agricultrices à l’équipement agricole” (Université Grenoble-Alpes).

Pour citer cette publication : Agathe Demathieu,  Comprendre la division sexuelle du travail agricole : comment les techniques contribuent à la perpétuer ? , AgriGenre, décembre 2022. 
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/11345

Bibliographie

Annes Alexis, Handfield Mario. Jeunes agriculteurs « hors cadre familial » : Les masculinités pour éclairer les nouveaux rapports au métier. Cahiers du Genre, 67, 2019, 141-163. https://doi.org/10.3917/cdge.067.0141

Atelier Paysan, Reprendre la terre aux machines. Seuil, 2021

Barthez Alice, Le travail familial et les rapports de domination dans l’agriculture. Nouvelles Questions Féministes, 5, 1983, 18–46. https://www.jstor.org/stable/40619865

Bécouarn Marie Catherine, Le travail des femmes d’exploitants dans l’agriculture et l’évolution des techniques. Etude de la répartition et des caractéristiques des tâches dans les exploitations agricoles spécialisées, 1975, [Thèse de doctorat de 3e cycle, Université de Tours]

Berg Anne-Jorunn, Chabaud-Rychter Danielle, Le Doaré Hélène. Peur, amour et technique : ambiguïtés et ambivalences des femmes. Cahiers du GEDISST (Groupe d’étude sur la division sociale et sexuelle du travail), 20, 1997, 97- 121. www.persee.fr/doc/genre_1165-3558_1997_num_20_1_1034

Berner Boel, L’ingénieur ou le génie du mâle : masculinité et enseignement technique au tournant du XXe siècle. Dans : Chabaud-Rychter Danielle, Gardey Delphine, L’engendrement des choses : des hommes, des femmes et des techniques (pp. 157-172), Paris, Editions des Archives contemporaines, 2002

Billon Annick, Bouchoux Corinne, Gonthier-Maurin Brigitte, Laborde Françoise, Mandelli Didier, & Monier Marie-Pierre, Rapport d’information fait au nom de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes sur les femmes et l’agriculture : pour l’égalité dans les territoires, Sénat, 2017, https://www.senat.fr/rap/r16-615/r16-615.html

Caniou Juliette, Les fonctions sociales de l’enseignement agricole féminin, Etudes Rurales, 92, 1983, 41-56.  https://www.persee.fr/doc/rural_0014-2182_1983_num_92_1_2933

Chabaud-Rychter Danielle, Gardey Delphine, L’engendrement des choses : des hommes, des femmes et des techniques. Paris, Editions des Archives contemporaines, 2002

Cockburn Cynthia, Le matériel dans le pouvoir masculin. Cahiers du genre, 36, 2004, 89-120. https://doi.org/10.3917/cdge.036.0089

Cohen Marjorie Griffin, The decline of women in canadian dairying, Social History, 17 (34), 1984, 307-334. https://hssh.journals.yorku.ca/index.php/hssh/article/view/38451

Comer Clémentine, L’égalité professionnelle en agriculture : Un féminisme modéré au service du patronat familial. Actes de la recherche en sciences sociales, 223, 2018, 58-71. https://doi.org/10.3917/arss.223.0058

Dahache Sabrina, Chapitre 3 / La singularité des femmes chefs d’exploitation. Dans : Bertrand Hervieu éd., Les mondes agricoles en politique (pp. 93-110), Paris, Presses de Sciences Po, 2010, https://doi.org/10.3917/scpo.hervi.2010.01.093

Demathieu Agathe, Comprendre la division sexuelle du travail agricole : évolutions historiques et impacts présents, AgriGenre, mai 2022. https://agrigenre.hypotheses.org/6805

Ecole d’agriculture aux Etats-Unis | INA. (1950, 1 janvier). [Vidéo]. ina.fr. https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/vdd09016144/ecole-d-agriculture-aux-etats-unis

L’école ménagère de Plombières lès Dijon | INA. (1966, 10 février). [Vidéo]. ina.fr. https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/dxc9810012549/l-ecole-menagere-de-plombieres-les-dijon

FADEAR, FEMMES PAYSANNES : S’INSTALLER EN AGRICULTURE, FREINS ET LEVIERS, 2020 https://www.civam.org/ressources/type-de-document/etudes/femmes-paysannes-sinstaller-en-agriculture-freins-et-leviers/

Filippi Geneviève & Nicourt Christian, Domestique-professionnel : la cohérence du travail des femmes dans les exploitations agricoles familiales, Économie rurale, 178-179, 1987, 47-52. https://doi.org/10.3406/ecoru.1987.3817

Grenaille, Éducation populaire et féminisme, Éditions La Grenaille, s. d.

Kergoat Danièle, Se battre, disent-elles… Paris, La Dispute, 2012

Paysannes en polaire, Bénézit Maud, Il est où le patron ? : Chroniques de paysannes Marabulles, 2021.

Pelletier Jérôme, La place des femmes dans la modernisation de l’agriculture française : réflexion sur les programmes de vulgarisation féminine en Loir-et-Cher durant les années 1960. Ruralia, 21, 2007 http://journals.openedition.org/ruralia/1844

Tabet Paola, Les Mains, les outils, les armes. L’Homme, 19(3-4), 1979, 5-61. https://doi.org/10.3406/hom.1979.367998

Wajcman Judy, La construction mutuelle des techniques et du genre : l’état des recherches en sociologie. Dans : Chabaud-Rychter Danielle, Gardey Delphine, L’engendrement des choses : des hommes, des femmes et des techniques (pp. 51-70), Paris, Editions des Archives contemporaines, 2002.