L’institutionnalisation de l’agriculture biologique : entre contrôle et changements

Depuis son avènement dans les années 1950, le productivisme agricole est en crise perpétuelle. Entre surproductions, remembrements, suicides, pollutions… il est indéniable que le monde agricole moderne est structurellement fragile (Alphandéry et al., 1989).

L’enthousiasme grandement partagé a laissé place aux doutes ; doutes qui ont nourri des alternatives au productivisme. Seulement, ce monde agricole est aussi extrêmement institutionnalisé, autant par les instances agricoles que par l’État (Muller, 2000). Et, parce que c’est le rôle des institutions que de préserver un ordre social, toute alternative qui ne partage pas les intérêts et valeurs institutionnelles est rejetée, discriminée et marginalisée (Rémy, 2008). Si bien que, malgré les tentatives de syndicats, d’associations ou de coopératives, le modèle dominant reste le productivisme né dans l’après-guerre.

Pourtant, une alternative en particulier prend de l’importance : l’agriculture biologique. Ne serait-ce que par la surface qu’elle occupe sur le territoire français métropolitain : la surface agricole utile certifiée biologique est passé d’un peu plus de 200 000 hectares en 2000 à près de 1 700 000 hectares en 2020 (Le Douarin, 2019). De même, quiconque visite un supermarché a pu voir émerger, dans cette même période, la multiplication de produits agroalimentaire dits biologiques. Un constat bien étrange quand on sait que le principe de l’agriculture biologique est de s’écarter des normes productivistes en abandonnant la chimie de synthèse. Alors, les institutions failleraient-elles ? Les marges d’hier domineraient-elles dorénavant ? Ou bien le logo AB est-il la preuve que les institutions agricoles ne font que de verdir leur image ? Et si le mouvement social d’hier avait été récupéré (institutionnalisé) pour mieux être contrôlé ?

Cet article vise à expliquer ce mouvement d’institutionnalisation et à le remettre en perspective. Si dans un premier temps, on pourrait penser que l’agriculture biologique n’est qu’un faire-valoir écologique pour les institutions agricoles, la réalité est plus mitigée. Une réflexion dialectique permet en effet d’envisager que l’agriculture biologique, maintenant présente dans les institutions, est une porte d’entrée à l’introduction d’alternatives agricoles au cœur-même des bastions des normes productivistes.

I. L’agriculture biologique : verdissement et conventionnalisation

L’agriculture biologique a été décrite plus haut comme une alternative. C’est pourtant le point de discorde (Leroux, 2006). Car définir l’agriculture biologique est le défi qui s’est imposé depuis son apparition. Si l’on effectue un historique de l’agriculture biologique, on remarque que le label français officiel existe depuis 1984. Jusque dans les années 1980 en effet, l’agriculture sans chimie de synthèse n’était proposée que par des mouvements marginaux, loin des préoccupations du Ministère de l’Agriculture ni même des Chambres d’Agriculture. Ces institutions sont, par définition, garantes d’un ordre social (Tournay, 2011). De ce fait, elles n’avaient pas d’intérêt envers les alternatives agricoles, de toutes manières raillées par les agriculteurs·ices conventionnel·le·s (Prével, 2007). Pourtant, plusieurs mouvements véritablement alternatifs se sont structurés et ont approchés ces institutions afin d’y introduire l’agriculture biologique, chose faite en 1997 seulement (Piriou, 2002).

Depuis, on observe que ces institutions, et en particulier l’INRAe, tendent à encadrer et réglementer certaines pratiques alternatives en s’inspirant directement des pratiques concrètes issues des agriculteurs·ices (Leroux, 2006) et en rejetant les acteurs·ices militant·e·s (Piriou, 2002). Or, en s’appropriant des alternatives, les institutions guident ces techniques vers une voie spécifique et intéressée correspondant à l’ordre social productiviste qu’elles incarnent. Aussi certaines techniques auparavant marginales et contestataires (dont biologiques) subissent un processus de normalisation (Compagnone, 2011). Les innovations techniques issues des marges se trouvent alors détournées de leurs buts premiers. En résulte que la déviance institutionnalisée devient alors recadrée dans un ordre social spécifique qui correspond à l’ensemble des valeurs agricoles modernes (Lambert et al., 2020).

En arrachant l’idéologie et l’ethos tout en conservant le potentiel économique et moral auprès des consommateurs, l’institutionnalisation de l’agriculture biologique permet là de s’ouvrir à de nouveaux marchés plutôt que d’inciter à un changement profond de l’agriculture moderne. Ce processus a déjà été constaté dans bien des mouvements contestataires : on récupère l’image de la critique, mais pas le fond de cette critique (Boltanski et Chiapello, 1999). Dès lors, profitant d’un nouveau marché, les agriculteurs·ices conventionnel·le·s entrent alors en concurrence avec des producteurs·ices eux et elles aussi labellisé·e·s, mais qui ne produisent pas autant car s’imposant des critères éthiques hors des cahiers des charges (Biteau, 2018). Cela signifie en général que l’agriculture biologique, malgré les difficultés qu’elle implique, n’empêche pas en tant que tel de produire de manière industrielle dans un cadre tout-à-fait modernisé. C’est là tout un processus dans lequel les institutions dominantes parviennent à s’approprier leurs propres critiques (Deverre, 2011).

Ainsi peut-on acheter du chocolat ou du café biologique, alors que ce dernier a pu être produit en rasant des fermes et en exploitant les paysan·ne·s qui y vivaient (Baqué, 2012). Dans le même sens, une culture céréalière peut être certifiée de biologique quand bien même elle serait en monoculture sur des centaines d’hectares. Aussi, certes, on peut de plus en plus manger biologique, mais il reste toujours possible que sa production, en plus d’être polluante, se fasse au détriment du social. L’agriculture biologique est alors bien loin des idéaux tant environnementaux que sociaux prônés par les pionnières et pionniers (Piriou, 2002). La quintessence de cette récupération se trouve dans un manuel d’agroécologie, destiné aux établissements de formations, dans lequel on peut lire l’expression « écologiquement intensive » (Soltner, 2018) pour désigner une forme d’agriculture biologique soi-disant d’avenir, c’est-à-dire correspondant à l’imaginaire et à des pratiques agricoles productivistes.

En bref, la domination des institutions conventionnelles perdure malgré l’introduction de pratiques déviantes d’agricultures biologiques. Ces dernières deviennent objectivées et dépolitisées dans leurs discours pour être adaptées aux intérêts des institutions, ce au détriment des aspects sociaux et éthiques notamment. Plus perçue comme un marché à explorer que comme un renouvellement agricole similaire à celui des années 1950, l’agriculture biologique permet de verdir l’image des institutions agricoles en crises. En restant marginalisée dans ces institutions tout comme dans la profession agricole, elle est un élément de réponse favorable aux institutions conventionnelles face aux critiques écologistes.

II. Une opportunité de remise en cause du productivisme ?

Sur le plan sociologique, les marges se développent consciemment contre ces normes, en innovant contre elles pour s’émanciper de la tutelle institutionnelle (Le Clanche et Pluvinage, 2011). La diversité des situations permet en effet de laisser place à des alternatives et des innovations. En les définissant et en se définissant en négation de l’agriculture conventionnelle et du système dominant, elles se débarrassent aussi bien d’une philosophie productiviste que de techniques jugées mauvaises aux niveaux social et environnemental. Mais ce mouvement est extrêmement divers, car les réponses apportées par les alternatives sont multiples dans leurs formes (Piriou, 2002).

Si bien qu’en plus du logo AB extrêmement connu, des labels alternatifs se sont multipliés depuis plusieurs années (Fouilleux et Loconto, 2017). Qu’ils soient privés ou associatifs, ils témoignent d’une volonté de distinction de l’agriculture biologique conventionnelle. Là encore, il s’agit de certifier un mode de production, mais avec des cahiers des charges biologiques bien différents de celui proposé par l’État et l’Union Européenne. Certains sont plus stricts, d’autres abordent la transformation et la distribution, d’autres encore privilégient un contrôle entre pairs ou par les clients plutôt que par une entreprise de certification. L’institutionnalisation de l’agriculture biologique, même si elle a permis un contrôle accru de la part des institutions, a privilégié cet envol d’alternatives auprès des agriculteurs·ices et consommateurs·ices (Deverre, 2011).

Dans le même temps, on note aussi une certaine préoccupation réelle pour les enjeux environnementaux et les éléments de résolutions apportés par les agricultures biologiques, étant donné la nature du travail agricole (Piriou, 2002). Malgré les limites que l’on peut dénoncer concernant l’institutionnalisation de pratiques alternatives, elle permet une diffusion encore hybride et confuse de manières de faire, et plus généralement est un support de réflexions pour les agriculteurs·ices qui subissent les crises écologiques et économiques (Cardona, 2011). Aussi, les institutions du système dominant, même si elles ont altéré le processus anti-système des agricultures alternatives, n’en sortent pas moins indemnes. De même que des agricultures biologiques ont pris des aspects conventionnels, on observe que le productivisme agricole est lui aussi entaché de pratiques et de représentations issues de minorités déviantes.

C’est en ce sens que l’étude des agriculteurs·ices non certifié·e·s, dits conventionnel·le·s, est intéressante. On relève alors une « agroécologie silencieuse » (Lucas et Limantour, 2021) : inspiré·e·s par les répercussions médiatiques et l’introduction de savoirs biologiques dans les institutions, certain·e·s conventionnel·le·s commencent à mettre en place des pratiques alternatives. Non pas nécessairement par conviction, mais parce que l’agriculture biologique propose des solutions aux problèmes vécus. Un éleveur laitier pour qui les traitements par pesticides coûtent cher peut alors se tourner vers des pratiques biologiques, inspiré par des collègues et par ce que l’institutionnalisation de l’agriculture biologique offre en aides et ressources. Pour autant, l’agriculteur reste conventionnel, ses produits ne sont pas certifiés. C’est là toute l’ambivalence du processus en cours que de dépasser les catégories formelles.

Il y a donc des failles à la main-mise complète des institutions agricoles sur l’agriculture biologique. En reconnaissant des pratiques alternatives, celles-ci s’en sont retrouvées légitimées dans les lieux d’échanges et de formations dédiés aux agriculteurs·ices. Ces manières de faire autrefois marginales peuvent s’immiscer plus facilement pour remettre en cause les fausses évidences du discours productiviste. Certes, ce n’est pas un changement profond et soudain, en attestent les lois d’orientations agricoles les plus récentes, purement conventionnelles. Néanmoins, il reste possible d’y voir une forme de victoire politique ou morale des alternatives agricoles.

III. Quelle conclusion possible ?

L’agriculture dite biologique se trouve donc être multiple, pouvant emprunter plusieurs voies disparates entre ses origines plutôt proches de la paysannerie d’un côté, et des formes plus conventionnelles d’un autre.

Les agricultures biologiques donc être mise en pratique de nombreuses manières différentes, plus ou moins proches de l’idéologie productiviste et économique dominante. Des agriculteurs·ices en viennent ainsi à produire de manières plus biologiques, via des labels privés ou non, que les standards minimaux officiels requis pour que la production soit certifiée d’agriculture biologique par les labels officiels. Ce alors que ces labels précis avaient pour objectif d’unifier l’agriculture biologique sous une seule image (Poméon et al., 2015). Que ce soit au niveau économique, institutionnel, juridique ou éthique, acteurs et observateurs s’accordent à observer ou dénoncer les conséquences de la récupération de ce qui se voulait être une alternative (Caplat, 2005). Les valeurs sociales, économiques et environnementales portées par des militants à l’encontre d’un système productiviste et capitaliste sont aujourd’hui en grande partie récupérées par ce dernier.

Prises dans un engrenage qui les dépasse, les agricultures biologiques ont changé du tout au tout depuis leurs origines. Elles doivent en permanence se réinventer des identités et des pratiques pour faire face aux enjeux nouveaux qui se dressent à elles. Mais de leurs côtés, les conventionnel·le·s aussi se réinventent, hésitent, tâtonnent, essaient.

Finalement, l’institutionnalisation de l’agriculture biologique permet aux agriculteurs·ices conventionnels de maintenir un imaginaire productiviste de l’agriculture tout en changeant leurs pratiques, finalisant le processus de conventionnalisation aux dépens des agricultures biologiques plus marginales (Pluvinage, 2015). De là surgissent de nouvelles dynamiques entre normes et marges au sien de l’agriculture française. Il est même possible que de ces incertitudes naîtraient de nouvelles identités professionnelles. Mais, à ce stade, aucune tendance précise ne se dessine encore. Malgré toutes les informations que l’on peut recueillir, seules des hypothèses peuvent être formulées.

IV. L’institutionnalisation de l’agriculture biologique et le genre

Quels changements ce développement de l’agriculture biologique peut-il avoir auprès des paysannes et agricultrices ? Le modèle agricole dominant étant éminemment sexiste, le développement d’une alternative comme l’agriculture biologique peut-il y pallier ?

Une enquête a récemment été menée auprès des agricultrices biologiques, à l’initiative de la FNAB et l’Agence Bio. Ces deux institutions biologiques ont en effet lancé un programme visant à valoriser les places des agricultrices et paysannes aussi bien dans leurs organisations que dans les travaux agricoles. Malheureusement, il ressort que l’agriculture biologique ne semble pas prendre plus en compte le genre que l’agriculture conventionnelle. Les agricultrices y subissent les mêmes dominations et injonctions aux travaux peu mécanisés et administratifs (Guérillot, 2021).

On peut néanmoins envisager qu’une alternative en menant à une autre, une forme d’agriculture biologique (par une association, un syndicat ou autre) puisse, à plus ou moins long terme, permettre pour les agriculteurs·ices de mieux appréhender les places des femmes en agriculture. Il serait alors intéressant de vérifier jusqu’où les institutions agricoles sont prêtes à accepter l’altérité et admettre leurs critiques. Après tout, l’agriculture biologique y est en quelque sorte parvenue sur son terrain, quoique non sans mal.

Alors, jusqu’où les discours alternatifs peuvent-ils donc se diffuser dans les institutions ? Si l’on est tenant·e de la thèse comme quoi l’agriculture biologique a réussi à introduire et légitimer les marges agricoles, alors on peut espérer que les agricultrices et paysannes pourront remettre en cause de l’intérieur le système productiviste. Mais là encore, mieux vaut rester prudent·e et d’abord analyser les limites d’un tel processus.

Clément Sorel
Master en sociologie, Université Caen-Normandie

Pour citer cette publication : Clément Sorel, "L’institutionnalisation de l’agriculture biologique : entre contrôle et changements ", AgriGenre, décembre 2021. Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/4108  

Bibliographie

Alphandéry Pierre, Bitoun Pierre et Dupont Yves, Les champs du départ: une France rurale sans paysans?, Paris, La Découverte (coll. « Cahiers libres »), 1989.

Baqué Philippe (ed.), La bio: entre business & projet de société, Marseille, Agone (coll. « Contre-feux »), 2012.

Biteau Benoît, « L’agro-écologie : clef d’une rupture vertueuse en agriculture », Pour, 2018, N° 234-235, 2, p. 53 62.

Boltanski Luc et Chiapello Ève, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard (coll. « NRF essais »), 1999.

Caplat Jacques, « Paradoxes de l’agriculture biologique en France », Ecologie politique, 2005, N°31, 2, p. 91 93.

Cardona Aurélie, « Initiatives innovantes en grandes cultures : des pratiques alternatives reconnues aux transformations silencieuses », Pour, 2011, N° 212, 5, p. 87 93.

Clanche Jean-François Le et Pluvinage Jean, « Innovations et alternatives en agriculture : des initiatives à qualifier », Pour, 2011, N° 212, 5, p. 31-38.

Compagnone Claude, « Quelles formes d’accompagnement des agriculteurs·ices à l’innovation ? », Pour, 2011, N° 212, 5, p. 123 128.

Deverre Christian, « Agricultures alternatives et transformation des systèmes alimentaires », Pour, 2011, N° 212, 5, p. 39 50.

Douarin Sarah Le, L’agriculture bio dans l’Union Européenne, Montreuil, Agence française pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique (coll. « Les carnets internationaux de l’Agence BIO »), 2019.

Fouilleux Ève et Loconto Allison, « Dans les coulisses des labels : régulation tripartite et marchés imbriqués », Revue française de sociologie, 2017, Vol. 58, 3, p. 501 531.

Guérillot Alexandre. « Le métier d’agricultrice bio. Un nouveau rapport au travail ? », Travail, genre et sociétés, vol. 45, nᵒ 1, 2021, pp. 39-55.

Lambert Charlène, Condor Roland et Prével Maxime, « Le travail institutionnel sur les pratiques agroécologiques dans la filière du paysage en France », Economie rurale, 2020, n° 373, 3, p. 5 22.

Leroux Benoît, « Entre la bio et le bio… Quelles normes alimentaires ?. Le projet transversal de l’agrobiologie française depuis l’après-guerre », Journal des anthropologues. Association française des anthropologues, 2006, 106 107, p. 43 60.

Lucas Véronique et Limantour Flore, « « Les agriculteurs veulent gagner en autonomie » », Le Télégramme, 13 févr. 2021 p. 32.

Muller Pierre, « La politique agricole française: l’État et les organisations professionnelles », Économie rurale, 2000, 255, 1, p. 33-39.

Piriou Solène, L’institutionnalisation de l’agriculture biologique (1980-2000), École Nationale Supérieure Agronomique de Rennes, 2002.

Pluvinage Jean, « Le passage à l’AB, révolution ou adaptation du modèle de l’exploitation agricole française ? », Pour, 2015, N° 227, 3, p. 67 79.

Poméon Thomas, Desquilbet Marion et Monier-Dilhan Sylvette, « Entre standards privés et normes publiques, la diversité des agricultures biologiques », Pour, 2015, N° 227, 3, p. 89 96.

Prével Maxime, L’usine à la campagne. Une ethnographie du productivisme agricole, Paris, L’Harmattan (coll. « Sociologies et environnement »), 2007.

Rémy Jacques, « La diversité croissante des métiers et des cultures professionnelles », Pour, 2008, N° 196-197, 1, p. 80-84.

Soltner Dominique, Guide de la nouvelle agriculture sur sol vivant: agroécologie : l’agriculture de conservation – agrobiologie – biodynamie. : ces agricultures sans labour, avec couverts, légumineuses et rotations, Bressuire, Soltner (coll. « Sciences et Techniques Agricoles »), 2018, p. 104.

Tournay Virginie, Sociologie des institutions, 1re ed., Paris, PUF (coll. « Que sais-je? »), 2011.