Archives par mot-clé : Vin conventionnel

Filles de vignes : les femmes dans le monde du vin

Dans la plupart des terroirs du monde viticole, le noble travail de la taille est l’apanage des hommes, mais le ramassage des sarments, le « ménage » de la vigne donc, est réservé aux femmes. Celles-ci sont monopolisées pour la cueillette des raisins mais interdites au chai, où leurs menstrues pourraient, selon une coutume qui remonte à Pline l’Ancien, faire tourner le vin.

Ces clichés ont longtemps perduré dans le vignoble français. Pour en prendre la mesure, les journalistes Marie-Ève Lacasse et Laurent Le Coustumer ont, pendant un an, parcouru de nombreuses régions viticoles pour recueillir les témoignages de femmes travaillant dans le milieu du vin.  Ils ont créé un podcast, « Filles de Vignes », qui met en lumière les difficultés mais aussi les bonheurs de ces femmes vigneronnes ou sommelières qui exercent dans un milieu réputé comme masculin (en réalité, 40% des professionnels du vin sont des femmes).

France Breton et et Marie-Ève Lacasse, Loire

Les douze épisodes se font l’écho de problématiques telles que le harcèlement, la violence et la discrimination, mais aussi l’écoféminisme, la polyculture, la lenteur, le rythme du pas, la traction animale — pratiques considérées comme archaïques et non-productives. Chaque épisode croise une région et une problématique. Parmi les vigneronnes rencontrées, nous pouvons citer Catherine Bernard, Hélène Thibon, Catherine Breton, Isabelle Perraud ou Claire Richaud. À ce jour, les épisodes cumulent près de 40 000 écoutes. Un douzième et dernier épisode pour la saison 1 sera diffusé le 4 octobre avec une interview longue de la vigneronne biodynamiste Dominique Hauvette (Saint-Rémy-de-Provence).

Stéphanie Olmetta et Marie-Ève Lacasse, Corse

Cette première saison a été financée grâce à une campagne Ulule. Une deuxième saison est en cours de préparation, dans l’attente de soutiens institutionnels. 

Femmes de l’ombre

Autour d’un produit aussi célébré et mythique que le vin apparaissent les dynamiques de la violence, avec son lot d’exclusions et de discriminations dont souffrent encore les femmes vigneronnes mais aussi des solutions, des arrangements, des affranchissements. C’est le vigneron Marcel Richaud, à Cairanne (Vaucluse) qui a soufflé accidentellement le thème de la série en parlant de Marie, sa défunte femme, comme d’une « femme de l’ombre ». Ces femmes de l’ombre sont nombreuses en viticulture : elles s’occupent du commercial, de l’administratif, des douanes, des salaires, de la gestion des vendangeurs… mais n’apparaissent pas toujours dans les salons de vignerons, leurs noms ne sont pas toujours cités sur les étiquettes des bouteilles et les journalistes ne pensent pas toujours à les interviewer.

Les deux auteurs de « Filles de vignes » n’ont pas cherché à interviewer que des vigneronnes. À l’épisode 7, ils tendent le micro à Fleur Godart, grossiste en vins et volailles et militante de vins naturels, pour qui le simple fait de connaître le vin en tant que femme pose problème. Comme elle l’explique, le vin est chargé d’un pouvoir symbolique, peut-être le plus mystique et le plus codé d’entre tous. En avoir ou pas, en parler ou pas détermine immédiatement votre statut social. Les hommes qui en possèdent, en boivent et en parlent sont d’emblée considérés comme puissants et rattachés à la bourgeoisie. Mais lorsqu’une femme s’empare de ce sujet et de la bouteille, la lecture de ces codes se trouble. On s’agace, on se questionne. Il va de soi que ce breuvage dangereux appartient aux hommes ; être une femme qui boit du vin mais surtout qui en parle est, encore aujourd’hui, un objet de curiosité. Dans le pire des cas, elle est aussi victime de violences sexuelles, comme le témoigne à demi-mot la vigneronne et militante féministe Isabelle Perraud à l’épisode 9 (« Intime politique »).

Marie Carroget et Marie-Ève Lacasse, Loire

Contre les dangers de l’alcoolisme et les risques éventuels, certaines femmes travaillant dans ce milieu choisissent d’ailleurs d’arrêter complètement de boire de l’alcool, comme la sommelière Laura Vidal (épisode 4), récompensée par ailleurs du titre de la meilleure Sommelière de l’année 2020 par Gault & Millau pour la première fois de son histoire.

Au croisement du féminisme, de l’agriculture et de la militance

Étudier la sociologie du vin permet d’embrasser des problématiques plus vastes que la seule question féministe ; la question du vin plonge en profondeur dans l’Histoire du patriarcat, et avec lui, celui de la propriété, du capitalisme, de l’économie et de l’écologie. Car l’invisiblisation des femmes dans le milieu du vin n’est pas un détail, ni dans la profession, ni dans la vie sociale, ni dans l’espace littéraire, médiatique ou artistique. C’est ce que les auteurs de « Filles de Vignes » ont cherché à démontrer. Le sujet « vin » est un angle particulièrement acéré pour étudier les rouages de la société, car tout le monde boit, comme tout le monde marche dans la rue. Mais on ne boit pas de la même manière si l’on est un homme ou une femme. On ne marche pas dans la rue (ni dans les mêmes rues, ni aux mêmes heures du jour ou de la nuit) si l’on est une femme ou un homme. On n’est pas jugé de la même manière si l’on est un fin connaisseur ou une fine connaisseuse, un vigneron ou une vigneronne, un ou une caviste, et encore moins une femme ivre ou un homme ivre.

Julie Dufour et Marie-Ève Lacasse, Champagne

« Ces portraits nous ont beaucoup appris sur la paysannerie, la manière de nous alimenter et de boire mais aussi de vivre. Ils ont jeté un éclairage sur la construction ancestrale du gender, héritée de très anciennes pratiques agricoles » explique Marie-Ève Lacasse. Ainsi, la voix off ponctue les témoignages de références à la sociologie, à la littérature ou à l’Histoire. Par exemple, dans l’épisode 8, réalisé en Champagne et titré « Liens et ruptures », on peut entendre des histoires de famille autour de la question de la transmission des terres agricoles lorsqu’une femme reprend le domaine. Dans cette région, le prix de l’hectare avoisine le million d’euros. Ce prix rend impossible la reprise d’une exploitation par un étranger. Les domaines champenois sont ainsi tous liés à des histoires de familles. Trois d’entre elles sont interrogées : Micheline et Mélanie Tartant, très ancienne famille viticole soucieuse de la transmission du nom et du prestige de la maison ; Julie Dufour, vigneronne dont le père n’avait pas fait le choix de ce métier et Mathilde Savoye, jeune vigneronne ayant dû se battre contre vents et marées pour poursuivre une histoire qui, sans elle, aurait pu disparaître. Ici, ce sont les pratiques agricoles qui sont souvent à l’origine de fractures et de disputes : les enfants veulent réduire les intrants voire les éliminer, cherchent à convertir la terre en bio et à réduire les rendements. Pour la génération précédente, ces choix sont souvent incompréhensibles. Ces témoignages s’ancrent dans un contexte sociologique déjà documenté par Pierre Bourdieu, Didier Eribon et Céline Bessière ; ils sont ici largement cités.

Nathalie Lefort et Marie-Ève Lacasse, Banyuls

De la Corse à la Champagne, du Beaujolais au Languedoc, ces douze épisodes sont aussi à l’image d’un vignoble français en pleine évolution, car, justement, il se féminise. Dans le meilleur des cas, les pratiques sont radicales, comme pour la vigneronne Catherine Bernard (épisode 11) qui a créé un jardin expérimental tourné vers le futur, avec des rendements moindres, et une grande place accordée au temps et au vivant. Cet épisode, le plus « extrême » politiquement, a aussi été le plus écouté à ce jour.

Écriture inclusive

Fervents défenseurs de l’écriture et de la langue inclusive, les journalistes ont aussi décidé de construire toute la communication de Filles de Vignes autour d’un « féminin qui l’emporte ». « Il nous semblait essentiel de mettre en lumière la structure fondamentalement sexiste de la langue française en déconstruisant aussi la grammaire, d’où ce choix » argumente Laurent Le Coustumer. Ainsi, les reportages s’engagent dans la forme et le fond comme un geste militant actif, qui cherche par son écriture même à questionner l’histoire de la langue.

Marie-Ève Lacasse et Laurent Le Coustumer

Le podcast « Filles de Vignes », diffusé sur la webradio RadioVino mais aussi sur toutes les plateformes de podcasts, est disponible ici : https://www.radiovino.fr/fdv, ou ici https://www.fillesdevignes.com

Pour citer cette publication : Marie-Ève Lacasse et Laurent Le Coustumer, " Filles de vignes : un podcast sur les femmes dans le monde du vin ", AgriGenre, octobre 2021. Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/3747   

Sur le sujet du vin : Les vigneron.ne.s, entre vins conventionnels et vins bio & biodynamie