Archives par mot-clé : Travail

Subvertir la division sexuelle du travail agricole via les techniques

Ce troisième texte d'Agathe Demathieu fait suite à : Comprendre la division sexuelle du travail agricole : évolutions historiques et impacts présents,  AgriGenre, mai 2022 et Comprendre la division sexuelle du travail agricole : comment les techniques contribuent à la perpétuer ?,  AgriGenre, décembre 2022. Ces textes présentent la revue de littérature sur laquelle s’appuient les analyses de ce troisième article.

Les stéréotypes de genre ne sont pas sans impact sur les agriculteurs et les agricultrices car ils viennent poser et justifier les contours de la division sexuelle du travail agricole en arguant de la complémentarité entre les hommes et les femmes (Demathieu, mai 2022).

Cette complémentarité reposerait sur les différences physiques entre hommes et femmes mais également sur les différentes appétences et qualifications – dont les qualifications techniques – des uns et des unes. Les hommes seraient ainsi « naturellement » compétents techniquement et les femmes, elles, « naturellement » non compétentes techniquement.

Pourtant, de nombreuses activités sont « techniques » dans le sens où elles « relève[nt] d’une activité ou d’une discipline spécialisée, et suppose[nt] des connaissances spécifiques » (CNRTL : Définition de TECHNIQUE, s. d.), par exemple les techniques agronomiques. Selon les contextes, certaines techniques et compétences sont davantage valorisées et reconnues que d’autres. Quelles sont donc les techniques pour lesquelles les hommes sont « naturellement » compétents et les femmes « naturellement » non compétentes ? Cet article-ci parlera plutôt de techniques « qui concerne[nt] le fonctionnement d’un appareil ou d’une installation, un processus ou un mécanisme » (CNRTL : Définition de TECHNIQUE, s. d.), en lien avec les machines agricoles. Des techniques mécaniques en quelque sorte et les compétences mécaniques qui y sont liées.

En ce qui concerne les compétences mécaniques, on constate bien souvent qu’il existe en effet un écart de qualification entre les hommes et les femmes. L’approche matérialiste permet de considérer que la valorisation de ces compétences particulières est le résultat de jeux de pouvoir (Cockburn, 2004 ; Kergoat, 2012) et que cet écart de compétences n’est pas naturel. Il est au contraire le résultat de constructions sociales, qui ont des bases matérielles : l’inégal accès aux outils et aux formations techniques entre les hommes et les femmes (détaillé dans Demathieu, décembre 2022).

Couplé à un écart de capital économique favorable aux hommes (Bessière & Gollac, 2020 ; FADEAR, 2020) qui leur permet de plus facilement investir dans l’acquisition d’outils, l’écart de compétences techniques n’est pas neutre car il permet aux hommes (détaillé dans Demathieu, décembre 2022) de :

  • concevoir,
  • fabriquer,
  • utiliser,
  • entretenir,
  • et même choisir leurs outils plus facilement que les femmes.

Toutefois, si les « techniques contribuent à stabiliser [les rapports de domination] », elles peuvent aussi ouvrir « des possibilités de subversion » (Chabaud-Rychter et Gardey, 2002, p. 32). La mise en lumière du rôle joué par les outils et l’apprentissage technique dans la perpétuation de la division sexuelle du travail agricole permet donc aux agricultrices qui identifient un inconfort vis-à-vis de leur situation de travail d’identifier des leviers d’actions via le champ technique. L’intention n’est pas ici de critiquer les agricultrices qui en restent à la marge dans leurs activités agricoles mais de partager des pistes pour se saisir de ces leviers, individuellement et/ou collectivement.

Des agricultrices identifient par exemple l’importance de leur formation technique mécanique. Cela leur permet de transformer matériellement leurs conditions de travail en gagnant en autonomie matérielle sur leur ferme. Mais cela leur permet aussi d’agir au niveau symbolique pour gagner en confiance en elles et en reconnaissance par les autres.  En effet, Danièle Kergoat (2012, p.250) explique que :

La construction de la qualification, dans sa triple dimension : rapport aux autres, rapport à soi-même et confrontation au matériel, fait partie du minimum des constructions matérielles et symboliques nécessaires pour non seulement résister mais aussi construire des collectifs [de lutte].

Cet article explorera donc les pratiques d’émancipation des agricultrices vis-à-vis de l’outillage agricole et de l’apprentissage technique mécanique.

Méthodologie 

Cet article s’appuie sur une approche matérialiste qui postule que la division sexuelle du travail est le fruit de constructions sociales ayant des bases matérielles. 

Mon intérêt pour ce sujet est venu, dans un premier temps, de mon expérience personnelle. En effet, ingénieure mécanique de formation, ma participation à plusieurs formations techniques au travail du métal en tant que stagiaire ou animatrice m’a permis de faire de premières observations. J’ai pu en effet, via ma pratique personnelle et des échanges, ressentir et observer des postures de stagiaires hommes et femmes vis-à-vis de la technique, en adoptant une posture relevant de l’observation participante.  

Ce vécu et ces observations ont nourri mon intérêt pour ce sujet. Je l’ai donc approfondi en 2021 lors d’un Diplôme d’Université (DU) de Grenoble Alpes Université « Egalité Femmes-Hommes », suivi en parallèle d’un Service Civique à l’Atelier Paysan. Mon mémoire de DU a ainsi exploré le questionnement : « De quelle manière les stéréotypes de genre influencent-ils la relation des agricultrices à l’équipement agricole ? ».

Pour illustrer ces constructions sociales, leurs mécanismes et leurs impacts, ce travail repose sur une étude socio-historique de l’évolution de la division sexuelle du travail agricole (présentée dans Demathieu, mai 2022 et décembre 2022). Historiciser permet en effet de contextualiser cette division qui évolue dans le temps et l’espace ainsi que d’en comprendre les invariants. 

Cet article-ci présente diverses stratégies mises en œuvre par les agricultrices pour améliorer leurs conditions de travail et présente donc le résultat des enquêtes, à la fois qualitatives et quantitatives, menée dans le cadre de mon mémoire de DU.

Dans un premier temps, j’ai pu accéder à la liste des stagiaires de formations sur la période 2019 à 2021 ainsi qu’à la liste des sociétaires de l’Atelier Paysan (AP) pour évaluer quantitativement la participation des agricultrices à ces activités de l’AP.  Pour les activités pour lesquelles ces données n’existaient pas, j’ai réalisé des entretiens avec les personnes responsables de ces activités. Enfin, grâce à des bilans de projets de l’AP, j’ai pu comparer les activités ‘‘normales’’ (ie. qui s’adressent à un public ‘‘mixte’’ d’agriculteurs et d’agricultrices) de l’AP avec les résultats d’accompagnement à la conception d’outils agricoles de deux groupes d’agricultrices : les ELLES de l’ADAGE 35 et le « groupe de femmes » du CIVAM 44. Ce projet, réalisé dans le cadre d’une Mobilisation Collective pour le Développement Rural (MCDR), était multi partenarial et a duré 3 ans.

En parallèle de ce travail d’enquête interne à l’AP, j’ai mené 13 entretiens semi-directifs d’une à deux heures d’agricultrices installées en agriculture biologique. Les prénoms ont été modifiés. La production principale de ces paysannes est rappelée à chaque citation. Dans un contexte de Covid, 6 des 10 entretiens ont été réalisés en présentiel pour permettre en même temps une visite de la ferme, les autres ont été réalisés par téléphone. Ces entretiens ont permis également de compléter l’analyse statistique des activités de l’AP par une analyse qualitative car 12 de ces 13 agricultrices étaient usagères de l’Atelier Paysan via leur ferme et 9 d’entre elles avaient suivi elles-mêmes des formations à l’AP.

Les analyses relatives à l’AP serviront ici seulement à illustrer des processus de réappropriation du domaine technique dans lesquels s’engagent certaines agricultrices.  Cela permettra de mieux en comprendre les freins et les leviers que les agricultrices peuvent rencontrer lorsqu’elles essayent de subvertir la division sexuelle agricole en investissant le domaine technique.
L’Atelier Paysan

L’Atelier Paysan (AP) est une société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) à but non-lucratif. Cette structure dénonce les effets néfastes de l’industrialisation de l’agriculture et du système agroalimentaire et cherche à l’enrayer. Pour cela, elle soutient l’agriculture paysanne en œuvrant pour le développement de l’autonomie technique des paysans et des paysannes, notamment via l’autoconstruction de « technologies paysannes » afin de favoriser leur autonomie matérielle. Pour faire transformation sociale, la coopérative agit sur de nombreux fronts dont les activités suivantes, qui seront étudiées au prisme du genre :
•	des formations dont les formations techniques au travail du métal qui représentent près des deux tiers des formations de l’AP.
•	des activités de co-conception d’outils avec des groupes d’agricultrices et d’agriculteurs. Les travaux sont ensuite diffusés sous licence « creative commons ». 

Ainsi, on rappelle que cet article explorera les pratiques d’émancipation des agricultrices vis-à-vis de l’outillage agricole et de l’apprentissage technique mécanique. Pour cela, nous chercherons donc à répondre aux questions suivantes :

Quelles formes prennent les explorations techniques des agricultrices ?

Quelles sont leurs motivations et leurs effets ?

Rencontrent-elles des freins dans leurs démarches ?

Pratiquer les gestes techniques au travail pour nourrir son « capital technique »

La pratique est primordiale pour développer et entretenir son « capital technique », les agricultrices en sont bien conscientes. Cela permet en effet de conserver à la fois :

  • le savoir-faire car « si tu pratiques pas souvent, c’est chiant parce [que tu as oublié comment faire : ] il faut que tu redemandes » (Julie, petits fruits)
  • mais aussi la « confiance de savoir-faire avec ces grosses machines » (Justine, éleveuse laitière).

Pourtant, on constate que les agricultrices associées avec des agriculteurs pratiquent en général moins les gestes techniques mécaniques que les agriculteurs (Demathieu, mai 2022). Fait surprenant : cela pouvait avoir lieu quel que soit le niveau de connaissances techniques initiales des uns et des unes (Demathieu, décembre 2020).

En plus des nombreux facteurs externes aux agricultrices, il peut aussi y avoir des formes d’auto-censure à l’œuvre car de nombreuses femmes ont, elles aussi, intégré le stéréotype d’incompétence technique des femmes. Il peut en résulter « une pression et une petite appréhension à passer pour [se] lancer avec ces machines [agricoles] » (Justine, éleveuse laitière), et ce même malgré plusieurs années de pratique. Il est donc parfois nécessaire de se forcer pour agir malgré son appréhension.

En effet, chaque utilisation d’un objet technique symboliquement associé aux hommes par les femmes porte l’enjeu de prouver à soi-même et/ou aux autres ses compétences… avec, en cas d’échec, le risque de montrer non seulement son « incompétence » personnelle ; mais aussi de renforcer le stéréotype d’incompétence des femmes en général. Cela leur met une pression supplémentaire sur le fait de réussir, d’autant plus lorsqu’elles se savent observées par d’autres, en particulier par des hommes : c’est ce qu’illustre très bien un épisode de la bande dessinée Il est où le patron ? (Paysannes en polaire et Bénézit, p.66-67, Figure 1).

Figure 1 : Illustration des questionnements qui peuvent traverser la tête d’une paysanne observée par des hommes lors de l’utilisation d’un tracteur
(Paysannes en Polaire et Bénézit, 2021)

Sur la ferme, quand l’organisation du travail n’est pas favorable à la pratique technique par les agricultrices et qu’il est donc nécessaire de « s’imposer » d’une manière ou d’une autre pour changer cet état de fait au quotidien, on comprend bien que le fait de devoir se « faire violence » est un frein en plus. Et ce surtout quand les choses à faire ne manquent pas sur l’exploitation et à la maison. Or, il est établi que les agricultrices sont davantage en charge des activités de diversification de la ferme (Annes et Wright, 2017 ; FNAB, 2018) ainsi que des tâches domestiques (FNAB, 2018).

Les agricultrices qui travaillent seules ou avec d’autres agricultrices ne peuvent pas écouter cette auto-censure au quotidien. Pour certaines d’entre elles, devoir se confronter à toutes les activités, dont celles techniques, était même l’une de leurs motivations pour l’installation seule ou avec d’autres femmes.

En fait, quand y’a un mec qui est là, […] je vais spontanément le mettre dans le rôle de sachant […] je vais moins oser faire des choses. […] [Donc,] au moins pour commencer, […] j’ai eu besoin qu’il n’y ait pas de mecs autour de moi et de prouver que j’y arrivais seule. […] C’est comme quand la douche elle est trop froide. Tu te savonnes et une fois que tu as du savon partout sur toi, et bien tu es obligée d’y aller. […] Je vais me mettre dans une situation qui va me forcer à me dépasser un peu parce que sinon je vais jamais le faire. 
(Eva, maraichère)

C’est super difficile [de s’installer seule] mais je dirais que ça m’émancipe à mort. Parce que quotidiennement, je me [dis] […] « tu es toute seule, il faut le faire, il ne faut pas flancher. » Du coup, t’imagines même pas toute les portes que j’ai ouvertes au travers de ce métier.
(Emma, éleveuse de vaches laitières)

Ainsi, l’accès à la pratique technique est un sujet qui semble prendre des formes différentes selon que l’agricultrice est associée avec des agriculteurs ou non.

Se former pour développer son autonomie technique

Les femmes développent moins leur « capital technique » théorique et pratique que les hommes (Demathieu, décembre 2022) en formation initiale. Pour le développer, elles passent donc par d’autres canaux d’apprentissage technique.

Par exemple, lors des premières « Rencontres paysannes féministes » (RPF) qui ont eu lieu en septembre 2022 en Isère (Figure 2), le programme contenait notamment des ateliers de formation technique : utilisation de la tronçonneuse, initiation à la soudure et à la mécanique du tracteur. Lors de cet événement, les participantes et les formatrices étaient des femmes.

Figure 2 : Affiche des rencontres paysannes féministes de septembre 2022

Ces temps de formation technique entre femmes sont importants, tant matériellement (vis-à-vis des compétences concrètes acquises) que symboliquement. En effet, symboliquement, c’est souvent plus efficace pour la confiance en elles des participantes quand la formatrice est une femme : « quand c’est une nana qui [m]’apprend ce genre de chose, je [le ressens] vachement différemment, je me suis sentie vachement plus à l’aise […] avec les mecs j’ai plus tendance à me rabaisser » (Louise, maraichère, rencontrée lors des RPF de 2022). Avoir une formatrice facilite en effet l’identification des participantes, qui peuvent se projeter en situation plus facilement qu’avec un formateur.

Mais cela facilite aussi l’identification des formatrices aux participantes : elles témoignent souvent d’une attention particulière à rendre le savoir technique symboliquement plus accessible et à s’assurer de la bonne acquisition des bases, qu’elles n’assument pas maitrisées par défaut. A titre d’exemple, la recherche « tutoriel meuleuse » sur youtube.com (Figure 3) fait apparaitre un tutoriel vidéo du compte ELLES Bricolent qui est bien plus long (26:44 minutes) que les autres tutoriels de meuleuse. De plus, la vidéo (ELLES Bricolent, 2021) insiste bien sur les pratiques pour travailler en sécurité.

Figure 3 : Extrait de recherche sur youtube d’un « tutoriel meuleuse »

Les moteurs de l’inscription en formation technique

Des paysannes de plusieurs statuts professionnels agricoles (ie. salariée agricole, cotisante solidaire, exploitante agricole, etc.) viennent également se former auprès de l’Atelier Paysan (AP) pour acquérir des compétences techniques importantes pour leurs activités agricoles : travail du métal, entretien du tracteur, etc.

Rappelons que les femmes représentent 33 % des actives agricoles (Agreste, 2020). Sur la période 2019-2021, elles représentaient 33 % des 82 stagiaires des formations politiques proposées par l’AP sur le thème « Renforcer la résilience de sa ferme par l’autonomie technique ».  Il est notable que ce taux, visiblement représentatif de la population active agricole, concerne une formation sur 1 jour permettant d’explorer les impacts pratiques et politiques de ses choix d’équipements agricoles, mais pendant lequel il n’y a pas d’apprentissage ni de pratique de gestes techniques.

Sur la même période, elles représentaient 22.5 % des 662 stagiaires des « Formations au travail du métal » à l’AP, de 2 à 5 jours, où l’on apprend notamment à couper, percer et souder. Cette participation est non négligeable et a été croissante : elles ne représentaient que 15 % des stagiaires en 2015-2016.

Il apparait donc qu’elles ont pleinement saisi l’importance politique et pratique du développement de l’autonomie technique de leur ferme. Pourtant, elles restent tout de même nettement sous représentées en formation au travail du métal à l’AP par rapport à leur présence dans le monde agricole.

Des facteurs continuent donc de limiter leur participation aux formations techniques au travail du métal.

Par exemple, le format des formations joue un rôle non négligeable, puisqu’aux « Formations au travail du métal » proposées par l’AP entre 2019 et 2021, les paysannes représentaient :

  • 57% des 44 participants aux formats d’initiation sur 2 jours ;
  • 23 % des 88 participants aux formations « courtes à l’autoconstruction » sur 3 jours ;
  • 20% des 460 participants aux formations « avancée à l’autoconstruction » de 5 jours ;

Ainsi, pour les paysannes installées, se libérer 5 jours d’affilée pour assister à une « Formation au travail du métal » dite « avancée » semble plus compliqué à mettre en œuvre que pour une formation de 2 jours, dite « d’initiation ». Cela est d’autant plus vrai quand elles ont des enfants en bas âge.

Le fait qu’elles travaillent seules ou avec des associés hommes impacte également leur participation aux formations au travail du métal à l’AP : les stagiaires femmes sont souvent installées seules. En effet, le manque de compétences techniques ressenti globalement par les femmes semble particulièrement problématique aux agricultrices travaillant seules. Elles identifient clairement, et ce dès leur installation, leur manque de connaissances techniques comme un facteur de dépendance et donc comme un frein à leur autonomie dans leur activités agricole.


Je savais que pour m’installer, il fallait que je maîtrise un certain nombre de choses […] pour être la plus autonome et polyvalente possible parce que […] dans ce métier tu as intérêt à l’être
(Léa, salariée agricole en parcours d’installation)

Léa s’est donc formée techniquement, entre autres choses, à la mécanique du tracteur, à celle des moteurs deux temps ainsi qu’au travail du métal et à la soudure. Les agricultrices enquêtées qui travaillaient seules ont été, comme Léa, très motrices de leur inscription en formation au travail du métal à l’Atelier Paysan.

En comparaison, il est apparu pendant les 5 entretiens d’agricultrices associées avec des agriculteurs (dont au moins un a suivi une formation à l’AP), que seules 2 d’entre elles ont suivi une formation technique à l’AP. Elles avaient plutôt participé parce que l’opportunité se présentait à elle et leur plaisait, que parce qu’elles cherchaient activement à développer ces compétences. Par exemple, Céline, maraîchère, nous dit :

Cette fois-là [aussi], c’était prévu que ce soit [mon associé] qui aille [à la formation d’autoconstruction] […] : il avait démarré avec l’AP et c’est lui qui savait souder. […] [Finalement j’y suis allée à sa place car] il s’est rendu compte qu’il était en vacances cette semaine-là.

L’acquisition de compétences techniques par la formation continue est donc un sujet qui prend des formes différentes selon que l’agricultrice est associée avec des agriculteurs ou qu’elle travaille seule. Pourtant, les enquêtées sont toutes sévères sur leurs compétences initiales en travail du métal. D’ailleurs, dans tous les cas, lorsqu’elles s’inscrivent en formation, l’objectif est avant tout de gagner en autonomie et en confiance en soi.

Le vécu de la formation

Une fois en formation au travail du métal à l’AP, la pratique des gestes techniques est centrale. En effet, la fabrication des outils agricoles sert alors de support d’apprentissage. La fabrication est entrecoupée de moments collectifs permettant de présenter les connaissances nécessaires aux diverses étapes de cette fabrication (découpe, perçage, assemblage, soudure, etc.) et les précautions nécessaires à l’utilisation des outils. La fabrication est collective, ce qui permet à différents niveaux techniques de coexister tout en permettant à tout le monde de réaliser toutes les actions à son rythme : « peu importe le rythme où tu vas et la technicité que tu as dans ton geste, l’outil sera [bien avancé] à la fin de la semaine » (Josie, semencière en installation).

Figure 4 : Une des participantes en train de mesurer une pièce avant de la couper

Toutefois, il y a dans ces formations d’autoconstruction une tension entre l’objectif de formation (qui implique de prendre le temps d’apprendre, de pratiquer et donc de faire des erreurs) et les objectifs de réalisation des outils (car les stagiaires souhaitent repartir avec leurs outils le plus avancés possible à la fin de la formation). Cela met une pression temporelle sur les stagiaires et le formateur ou la formatrice pour « assurer » le plus possible la réalisation du chantier. Cette pression temporelle peut :

  • soit, dans le meilleur des cas, booster les participantes pour dépasser leurs éventuelles craintes : « [pour espérer terminer le chantier] tu dois faire […] [alors] tes peurs tu les mets de côté et puis tu fais » (Emma, éleveuse de vaches laitières) ;
  • soit, dans le pire des cas, mener à une auto-censure qui empêche l’inscription en formation. Par exemple, l’une des stagiaires de la formation « Installation et technologies paysannes » sur 11 semaines explique pourquoi elle ne s’est pas inscrite en formation sur 5 jours :

[Avec l’objectif d’avoir les outils à la fin des 5 jours, j’avais peur qu’on n’ait] pas le temps d’apprendre à ceux qui ne savent pas faire. […] J’avais peur d’être à la masse. […] En plus, tout ce qu’on voit là, je ne vois pas comment tu peux l’apprendre en une semaine.
(Josie, semencière en installation).

  • Soit, dans un entre-deux, mener à une inégale répartition des tâches techniques lorsque les personnes viennent en formation mais sans échapper complètement aux pratiques d’autocensure (lorsque des personnes se mettent elles-mêmes en retrait :

[Pendant un chantier] il y avait un objectif de réaliser un truc en une semaine. […] A certains moments, je me suis de moi-même effacée […] parce que je suis trop lente [et qu’] il faut se grouiller’’
(Josie, semencière en installation).

Cela peut aussi mener à des situations où d’autres personnes vont faire à leur place telle que l’illustre la BD Il est où le patron ? (Paysannes en polaire et Bénézit, p.128-129, Figure 5).

Figure 5 : Un homme réalise un geste technique à la place d’une femme alors qu’elle souhaitait le faire elle-même
(Paysannes en Polaire et Bénézit, 2021)

Lors de la formation, le rôle du formateur ou de la formatrice est donc très important pour garantir le cadre le plus propice possible à l’apprentissage et donner confiance en soi aux stagiaires :

Je n’avais pas l’impression que les formateurs fassent plus confiance aux hommes qu’aux femmes. […] Je me suis dit : ‘‘si lui pense que je peux le faire, je peux le faire’’
(Josie, semencière en installation).

Au final, la formation est bien vécue par la grande majorité des paysannes en stage. Elles considèrent toutes avoir grandement progressé et « démystifié » le travail du métal et l’autoconstruction. Certaines ne se sentent toujours pas parfaitement en confiance sur tous les outils mais toutes savent dorénavant qu’elles sont capables d’apprendre à faire… et donc de faire. Cela a des conséquences matérielles et symboliques non négligeables :

Tu te lances et tu te rends compte que tu y arrives parce que tu es autant capable que quelqu’un d’autre. […] Du coup, maintenant, je fais un peu plus [de bricolage qu’avant]. Quand j’ai besoin de faire quelque chose, je le fais.
(Louison, maraîchère).

S’outiller

Selon l’anthropologue Paola Tabet (1979), les « femmes dépendent des hommes pour la fabrication des outils » et c’est une « condition nécessaire [du] pouvoir [des hommes] sur les femmes » (p.50).

Une lecture sociohistorique des évolutions des techniques agricoles (développée dans Demathieu, mai 2022) confirme cette analyse. En effet, plutôt que de mener à une amélioration de leurs conditions de travail, la modernisation agricole et la reconnaissance de la pénibilité du travail agricole productif des femmes a mené à leur exclusion symbolique de la production agricole. Cette exclusion était symbolique car elles continuaient de travailler pour l’exploitation sur les tâches ‘‘annexes’’, toujours peu ergonomiques et peu valorisées (Bécouarn, 1975 ; Cohen, 1984 ; Pelletier, 2007). Or, « quand le morcellement de la [tâche] voilera sa pénibilité, les hommes ne prêteront plus attention aux souhaits des femmes » (Nicourt, 2013) : l’amélioration de leurs conditions de travail en est d’autant plus lente.

Ces divers processus font donc clairement apparaitre que gagner en autonomie sur leur outillage permettrait aux agricultrices de (re)prendre du pouvoir sur leurs conditions de travail et d’améliorer l’ergonomie de leur travail. Il est donc primordial que les agricultrices puissent agir elles-mêmes sur leurs besoins en outillage et comprendre les conditions qui les empêchent d’accéder à un matériel adapté à leurs besoins.

Choisir ses outils

Est-ce à dire que les agricultrices devraient acheter des gros tracteurs et mécaniser le plus d’activités agricoles possible au nom d’une égalité par ‘‘rattrapage’’ avec les agriculteurs ? Cela serait nier le fait que le choix de la non mécanisation que font certaines paysannes n’est pas uniquement dû à une peur de la technique mais aussi à un rejet du contexte symbolique de cette technique et des implications matérielles de son usage (Salmona, 2003 ; Turkle dans Berg, 1997). Ce rejet, qui peut être partagé aussi par des hommes (Annes & Handfield, 2019 ; Atelier Paysan, 2021), était exprimé par les agricultrices rencontrées qui travaillaient sans tracteur. Ainsi, il est primordial de questionner l’usage de la technique et d’identifier où son usage semble indispensable, pour choisir l’itinéraire technique et identifier les outils correspondants.

Pourtant, il apparait que les stéréotypes de genre et l’écart de capital technique entre hommes et femmes impactent leurs perceptions de la technique agricole (développé dans Demathieu, décembre 2022). Ces diverses perceptions peuvent faire pencher ‘‘intuitivement’’ vers tel ou tel choix d’outillage et/ou de mode de production. Ainsi, une maraichère rencontrée lors des Rencontres Paysannes Féministes de Roybon partageait : « Ce choix [de me passer de tracteur], c’était pas juste ‘‘j’aime pas les tracteurs’’ mais aussi ‘‘je ne connais pas les tracteurs’’ ». 

Comprendre le rôle joué par les stéréotypes que nous avons toutes et tous intégrés peut donc influencer le choix d’un outillage et/ou d’une formation, en permettant de revenir sur ses a priori. C’est en tout cas ce que montre clairement l’expérience de Josie :

Je me voyais vraiment pas du tout du tout du tout utiliser [le tracteur]. […] [Et comme] je nʼavais jamais fait [du tracteur] avant, je me disais « putain, encore un truc à apprendre en plus […] je ne sais pas comment on sʼen occupe, je ne sais pas où en acheter […] peut-être quʼon peut sʼen passer ? » […] [Puis] j’ai travaillé avec une femme qui avait un tracteur. Et la première fois où je l’ai vue sur le tracteur, je me suis dit « ok moi je peux le faire ». […] depuis, ça me fait plus peur, je l’envisage vraiment sur le projet agricole […] [car] je me rends compte quand même, qu’en termes dʼergonomie et de capacité de travail et tout ça, cʼest important.
(Josie, semencière en installation).

Construire ses outils

Lors des « Formations au travail du métal » à l’AP, il est possible de construire un outil agricole. Dans ces cas, l’acquisition d’un équipement agricole se fait conjointement à l’acquisition de compétences techniques. Ainsi, ces formations ont un double intérêt technique : l’acquisition matérielle et l’apprentissage.

De plus, lorsqu’elle est envisageable, l’autoconstruction de certains outils peut permettre de s’équiper avec un investissement économique réduit. Or, les agricultrices ont globalement moins de capital économique à investir (détaillé dans Demathieu, mai 2022).

Pour toutes ces raisons, l’autoconstruction est un levier particulièrement intéressant pour les agricultrices qui souhaitent s’équiper et développer leurs compétences techniques. Comment cela se reflète-t-il à l’AP ?

Les stagiaires femmes construisent moins d’outils que leurs homologues masculins : 30% des stagiaires femmes contre 40% des stagiaires hommes en construisent. Cela corrobore le fait que leur motivation principale vis-à-vis de la formation est avant tout d’apprendre plutôt que de construire un outil qu’elles identifient comme nécessaire sur leur exploitation. Ainsi, seuls 18% de 175 outils construits en formation entre 2019 et 2021 l’ont été par des agricultrices.

Les agricultrices construisent également des outils différents des agriculteurs (Figure 5 et Figure 6).

Figure 6 : Répartition des principaux types d’outils construits en formation par les stagiaires femmes et hommes
 

En effet, elles construisent :

  • davantage d’outils manuels (34% des outils construits par les femmes, 13% par les hommes),
  • moins d’outils tractés (48% des outils construits par les femmes,  66% par les hommes) ;
  • davantage d’outils de transport (20% des outils construits par les femmes, 4% par les hommes),
  • moins d’outils de culture (67%  des outils construits par les femmes, 81% par les hommes).

Les outils construits par les agricultrices sont d’ailleurs souvent plus petits que ceux construits par les agriculteurs… mais pas forcément moins complexes à fabriquer.

Figure 7 : Aperçu de 3 outils proposés par l’AP qui illustrent les catégories présentées ci-dessus. De gauche à droite : fourche à bêcher, « cultibutte » et « porte-tout »

Cela s’explique notamment car :

  • avant la formation, elles tendent à juger très durement leurs capacités à construire un outil. Cela les mène à choisir, quand elles en construisent, des outils qui leur paraissent techniquement plus accessibles « pour commencer » (Eva, maraîchère qui a construit une fourche à bêcher). Pourtant les outils manuels sont souvent réalisés avec des tubes fins : les soudures y sont plus techniques que sur les outils tractés réalisés avec des tubes épais. Plus petit ne signifie donc pas forcément plus simple à fabriquer.
  • elles peuvent avoir des besoins en outillage différents pour des activités et des itinéraires techniques différents (Demathieu, mai 2022). Par exemple, la taille de planches ou des passe-pieds dépend de l’itinéraire technique choisi (tracteur ou pas ?) et est moins standardisée (ou moins courante) lorsque la culture n’est pas mécanisée. Elles ne trouvent donc pas forcément dans le catalogue de l’AP des outils qui conviendraient à leurs besoins.

Adapter l’outil et l’organisation du travail à ses besoins et à sa morphologie

Les agricultrices ont globalement conscience que l’organisation du travail en agriculture n’est pas adaptée « aux petits et aux pas musclés » (Josie, semencière en installation). En effet, de nombreuses agricultrices éprouvent des difficultés à s’équiper, que ce soit pour trouver :

  • des habits de travail : « Quand tu vas dans les magasins agricoles, pour trouver des vêtements, […] t’es une femme t’as rien […]. Même les T-shirt : […] ça va jusqu’au 4XL, 5XL les T-shirts et ils n’ont même pas de S » (Louison, maraichère) ;
  • des outils adaptés à leur morphologie : « La fourche et la pelle classiques sont beaucoup trop lourdes pour moi. […] Je fais 1,62m pour 46 kilos » (mail reçu par l’AP en janvier 2021) ;
  • ou des outils adaptés à leurs activités agricoles.

Toutefois, au lieu d’écarter de fait les personnes petites et non musclées ou de transformer leur choix de production, plusieurs agricultrices considèrent que c’est à l’outil et à l’organisation du travail de d’être adaptés.

Y’a une femme qui cherchait du terrain pour être semencière. [Mon ami a] dit « Tu vois, [elle] avec ses petits bras elle va pas y arriver toute seule. » Mais non, cette phrase elle n’est pas possible en fait… dans ce cas tu adaptes tout ton système à tes petits bras, mais tu peux le faire quand même
(Josie, semencière en installation)

Les agricultrices font donc déjà évoluer les pratiques agricoles. Par exemple, l’éleveuse laitière Emma témoigne du fait que les pratiques d’élevage des brebis ont évolué au Pays Basque avec l’arrivée de nombreuses bergères :

  • adaptation de l’outil : elles utilisent des bidons plus petits pour le transport du lait ;
  • adaptation de l’organisation du travail : pour faire les pieds des brebis (activité très physique qui implique de retourner les brebis), elles le font par lot plutôt que tout le troupeau d’un coup.

Céline, maraîchère, a changé la pratique d’utilisation de caisses de légumes. Il existe différents formats de caisses, notamment les caisses marrons et les caisses à pommes. Son associé et elle utilisent désormais majoritairement les dernières :

On ne porte pas forcément moins en kilos […] mais par contre, comme elles sont moins grandes mais plus hautes, les poignées sont beaucoup plus près du corps, plus proches de notre centre de gravité et du coup on se fait moins mal au dos. Lui trouvait ça très bien qu’on change mais il n’aurait peut-être pas eu l’idée de base.
(Céline, maraîchère).

Les potentielles difficultés rencontrées deviennent donc des révélateurs de critiques pertinentes sur l’ergonomie plutôt que des marqueurs d’inadéquation physique. Ces transformations et identifications peuvent, in fine, bénéficier à toutes et à tous. Ainsi, il ne faut pas voir la force physique des femmes, en moyenne moindre par rapport à celles des hommes, comme un frein mais plutôt comme un potentiel d’évolution permettant la recherche d’ergonomie au travail.

Il est donc intéressant de les encourager et de partager leurs questionnements et les évolutions des pratiques qu’elles mettent en place.

En ce qui concerne les outils, l’autoconstruction offre un levier d’action très concret pour permettre aux agricultrices de les adapter à leurs besoins. En effet, l’autoconstruction permet d’inverser le postulat qui conçoit que quand « la technique est donnée, c’est l’utilisateur qui doit changer » (Berg, 1997, p. 110) pour permettre d’adapter l’outil à l’utilisateur. Des agricultrices identifient clairement ce potentiel de l’autoconstruction.

Sauf que, l’autoconstruction ne repose pas que sur l’étape de fabrication… Cela suppose entre autres l’analyse des pratiques et de l’existant, l’expression du besoin, la conception, le prototypage et les essais. Et là, le tableau de participation des agricultrices à ces étapes clés à l’AP n’est pas aussi rose

Dans les processus de conception participative, les agricultrices sont en effet peu représentées. Sur les 8 groupes de travail, seuls 2 groupes de conception comptaient des agricultrices. Cela représente 2 des 12 outils conçus par ces groupes de travail. Cette faible représentation des agricultrices lors de la co-conception peut expliquer qu’elles ne trouvent pas forcément des outils adaptés à leurs besoins dans le catalogue de l’AP. En effet, leurs besoins n’apparaissent dans le cahier des charges des outils en conception.

Les raisons ne sont pas clairement identifiées. Toutefois, il est évident que le capital technique initial des participants apparaît souvent comme un prérequis pour s’engager dans un processus de conception. En effet,

  • il peut permettre de construire un premier prototype à partir de son besoin. La grande majorité des auto-constructeurs recensés sur notre forum (https://forum.latelierpaysan.org/) sont des agriculteurs.
  • il légitime la participation à un groupe de co-conception.

Cela mène des agricultrices à des pratiques d’autocensure car elles ne s’estiment pas capable de proposer des solutions techniques. Cela peut aussi mener à des pratiques d’exclusion des « débutants » : Eléonore (maraîchère) est ainsi la seule paysanne de mon panel d’entretien à avoir participé à un groupe de conception, environ 6 ans auparavant. Elle avait dû insister pour participer à ce groupe de co-conception qui n’était pas ouvert aux personnes n’ayant pas encore suivi de formations au travail du métal.

Les besoins des agricultrices n’étant pas exprimés lors de la conception, les outils ainsi conçus ne sont pas réellement adaptés à leur morphologie et/ou à leurs pratiques culturales. Par exemple, Emma a suivi 3 formations au travail du métal tant que ses vaches étaient encore des génisses pour apprendre et se perfectionner. Elle n’a pas construit d’outil, bien qu’elle ait des besoins futurs, une fois ses vaches en production laitière. Mais elle estimait qu’il n’y a pas d’outil déjà existant à l’AP correspondant à ses besoins, par exemple pour le transport des bidons de lait. Ce constat est partagé par d’autres éleveuses.

Quant à l’expression du besoin, il n’est pas possible de réaliser des statistiques sur les sollicitations de développement d’outils des agriculteurs et agricultrices faites auprès de l’AP. Toutefois, selon la personne recevant la majorité des sollicitations, les demandes sont majoritairement portées par des agriculteurs, pour tous types d’usage. Les demandes des agricultrices portent, elles, majoritairement sur des outils de transport et sur la modification d’outils déjà existants afin de les adapter à leur morphologie, à leurs pratiques culturales ou à leurs activités.

Et même lorsqu’ils sont exprimés, les besoins des agricultrices ont de fait moins de chances d’aboutir. En effet, de par son organisation participative, l’AP privilégie les dynamiques collectives, d’autant plus si elles sont déjà avancées : existe-t-il déjà un groupe de travail ? le cahier des charges ou les besoins sont-ils clairement identifiés ? y a-t-il des prototypes déjà existants ?

Or, il est d’autant plus difficile :

  • de constituer un groupe de travail quand les groupes professionnels n’existent pas et/ou que les difficultés rencontrées sont vécues comme des inadéquations personnelles (cf. Demathieu, décembre 2022) ;
  • d’établir un cahier des charges et/ou des prototypes lorsqu’on a peu de capital technique, d’équipement et de temps à y consacrer.

Les demandes des agricultrices sont ainsi moins formalisées (et donc en apparence plus « abstraites »), plus difficiles à mettre en commun et demanderaient un accompagnement plus conséquent. L’émergence de tels groupes de travail et – in fine – de conception participative basés sur l’expression de besoins portés par les agricultrices semble donc particulièrement compliquée.

Ainsi, les agricultrices ont identifié l’intérêt pratique et politique du développement de leurs compétences techniques et de l’autoconstruction. Un des témoins de cet intérêt est leur participation aux activités techniques et politiques de l’AP. Elles sont en effet présentes à l’AP, davantage que dans les structures agricoles techniques traditionnelles. Toutefois, à l’AP aussi, plus l’on « remonte » dans le processus d’autoconstruction, plus leur participation chute (Figure 7), en accord avec l’identification de la technique au masculin. Même au sein du sociétariat, elles ne représentent que 6 % des membres du collège « Paysans et fondateurs ».

Figure 8 : Evolution de la part d’agricultrices dans certaines activités de l’AP, en comparaison avec leur présence dans le monde agricole et en BTS Agroéquipement

Favoriser l’appropriation technique des agricultrices

Cela n’est pourtant pas une fatalité. L’identifier et le comprendre permet d’agir pour limiter l’impact des stéréotypes de genre dans l’accès à la technique pour leur permettre d’agir face aux problèmes symboliques et matériels qui s’ancrent dans leurs pratiques agricoles.

Par exemple, dans le cas de l’AP, des actions symboliques et des actions concrètes peuvent contribuer à faciliter l’accès des agricultrices à l’autoconstruction.

Visibiliser la présence des femmes dans les formations techniques

Par exemple, divers témoignages montrent que les partages d’expériences entre agricultrices et/ou le fait de voir des femmes dans des situations techniques peuvent ouvrir des « possibles techniques » à d’autres agricultrices.

Ainsi, c’était le cas de Josie avec le tracteur mais c’était aussi le cas d’Eva, maraichère, vis-à-vis des formations techniques au travail du métal à l’AP :

Une copine […] qui avait fait une formation [au travail du métal à l’AP] […] [m’a dit] : « A l’AP, j’ai vraiment pas senti [de discrimination liée au genre]. […] ». Et du coup, je me suis dit « trop bien, je vais essayer ». C’est [donc] elle qui m’avait incitée à y aller quand même [malgré mes appréhensions techniques et à me retrouver dans un environnement masculin].

De manière similaire, pour ouvrir ces « possibles techniques », l’AP est vigilant sur la diffusion des images de formation pour permettre aux actives agricoles de plus facilement se projeter en formation au travail du métal. Ainsi, ce ne sont plus seulement des images représentant des hommes qui portent des outils lourds (Figure 8) qui sont diffusées mais aussi des photos montrant des agricultrices en train de travailler le métal (Figure 9).

Figure 9 : Des stagiaires déplacent un outil à plusieurs lors d’un « chantier triangle » sur une ferme
Figure 10 : Une stagiaire en formation « S’installer avec les technologies paysannes » en train de souder un triangle d’attelage sur un outil

D’autres pistes d’action, symboliques et concrètes, sont explorées au sein de la coopérative.

Accompagner techniquement des groupes d’agricultrices

Pour favoriser la participation d’agricultrices au processus d’autoconstruction, il est par exemple possible de travailler directement avec des groupes d’agricultrices.

En effet, dans le cadre d’un projet multi partenarial (MCDR « UsageR·E·s », 2018-2021), l’AP a accompagné deux groupes d’agricultrices du Réseau CIVAM. Les agricultrices ont ainsi été accompagnées pour la conception d’outils adaptés à leurs besoins. Elles ont ensuite été formés au travail du métal permettant leur fabrication lors de sessions spéciales pour leurs groupes d’agricultrices.

Plus d’informations sur ce projet ici : https://latelierpaysan.org/Des-outils-fabriques-https://latelierpaysan.org/IMG/jpg/20735299540_8747b32136_c.jpgpar-et-pour-des-femmes

L’accompagnement a été réalisé par les formateurs de l’AP (qui ne comptait pas encore de formatrices) et avec la participation d’une maraichère autoconstructrice. Cela a permis de former cette agricultrice à l’encadrement de formations techniques et d’éviter que le savoir technique soit détenu intégralement par le seul homme du groupe. Cette « seule présence avait permis (à certaines) de poser certaines questions plus facilement, de s’emparer d’un outil plus facilement, sans avoir besoin de solliciter le formateur ». (Mylène, autoconstructrice)

Ces deux accompagnements et formations ayant été « réservés » à ces groupes d’agricultrices, je compare leurs résultats aux activités « classiques » de l’AP, analysées précédemment.

  • Le public : Dans un premier temps, ce projet a permis de toucher un autre public d’agricultrices que celui qui participe aux formations « classiques » de l’AP. Ainsi, on constatait une forte représentation d’agricultrices :
  • d’exploitations en agriculture conventionnelle ;
  • de la filière laitière ;
  • travaillant avec des agriculteurs (près de 80% de ces participantes sont associées avec des hommes) ;
  • installées depuis plusieurs années ;
  • davantage issues du milieu agricole (près de 60% de celles du CIVAM 44 sont issues du milieu agricole et 28% d’entre elles sont agricultrices depuis le début de leur vie professionnelle).
  • La participation à l’autoconstruction : Il s’avère aussi que ce projet a permis une forte implication des agricultrices tout au long du processus de conception. En effet, le groupe femmes du CIVAM 44 était en particulier engagé dans une démarche d’amélioration de l’ergonomie sur leur ferme. Ces projets et les réflexions déjà entamées par ces groupes ont permis l’identification de besoins et la co-conception d’outillage précis pour améliorer l’ergonomie au travail. Un groupe avait même travaillé avec une ergonome pour examiner leurs organisations du travail au prisme de l’ergonomie. Ainsi, les agricultrices ont notamment pu :
  • mettre en commun l’analyse de leurs pratiques et des besoins d’outillage ;
  • traduire cette analyse en sollicitation collective ;
  • bénéficier d’un accompagnement de l’AP pour le développement de ces outils ;
  • participer au processus de conception et de prototypage : « Un moment d’émulation très intéressant qui m’a permis de me poser plein de questions sur le chariot que je voulais et l’usage que j’allais en faire » (Elise);
  • apprendre les gestes techniques qui contribuent à leur autonomie. « C’est l’occasion de me former sans mon compagnon qui s’y connait déjà bien niveau machines et bricolage pour gagner en assurance. Cela me forcera aussi à arrêter de me reposer sur lui sur ce domaine et de faire par moi-même » (Mathilde). Pour certaines, le fait d’apprendre avec un public de stagiaires exclusivement féminin et dans un groupe où les liens de confiance entre participantes existaient déjà était très sécurisant pour l’apprentissage.
  • Les outils conçus : Ces projets ont permis de prototyper 4 outils : 3 manuels et de transport (trois chariots dont un de piquets de clôture) et un repousse-fourrage tracté (inspiré d’un repousse-fourrage auto-construit par un agriculteur). Deux outils sont destinés à la filière d’élevage. Cela a permis pour l’AP d’élargir sa gamme d’outils pour cette filière, qui est peu explorée à l’AP car moins représentées parmi ses usagers, ses usagères et sociétaires. Le repousse-fourrage a également été adopté par des agriculteurs qui travaillent avec ces agricultrices. Cela est donc un nouvel exemple du potentiel de transformation des pratiques qu’ont les agricultrices.
Figure 11 : Le repousse-fourrage auto-construit

L’accompagnement de groupes d’agricultrices semble donc prometteur car il semble répondre aux problématiques qu’elles rencontrent (dans leur travail mais aussi dans le processus d’autoconstruction). Il permet également d’élargir le public et les filières agricoles touchées par la démarche de réappropriation technique portée par l’AP.

Conclusion

Les stéréotypes de genre entérinent l’idée que, vis-à-vis de la technique, les hommes seraient « naturellement » plus compétents que les femmes. Cela contribue à générer une division sexuelle du travail agricole qui exclut les agricultrices d’un pan du machinisme agricole et impacte leur travail.

Les approches matérialistes et féministes critiques des techniques montrent que, loin d’être naturels, ces écarts de qualifications techniques sont construits socialement. Ainsi, « la seule lutte contre les préjugés est insuffisante » car il est nécessaire de « s’attaquer à la structure matérielle qui reproduit les préjugés » (Guillaumin citée dans Grenaille, s.d.). Le champ technique peut donc être investi pour subvertir en partie ces rapports de genre.

De nombreuses agricultrices en ont conscience. Cela peut se traduire par leur choix ou non de s’installer sans associé homme ; par la participation à des formations techniques ; par une pratique technique accrue et/ou par leur choix d’outillage agricole. Cela permet d’agir concrètement sur leurs conditions de travail mais aussi de gagner en reconnaissance symbolique, en les rendant techniquement « aptes » vis-à-vis d’elles-mêmes et de la société.

La participation d’actives agricoles aux activités de l’Atelier Paysan, coopérative qui accompagne les paysans et les paysannes dans le développement de leur autonomie technique, est un témoin de cet investissement du champ technique par les agricultrices.  L’expérience est réellement transformatrice pour ces participantes, tant symboliquement que matériellement. Ainsi, le recours à la technique leur permet de subvertir (au moins en partie) la division sexuelle du travail agricole sur leur exploitation.

Pourtant, on observe que cette appropriation des outils de l’Atelier Paysan par les agricultrices est limitée. En effet, elles sont relativement bien représentées dans certaines formations techniques mais leur participation est particulièrement faible aux étapes en amont de la construction dont l’expression du besoin, et la co-conception. Ces étapes sont pourtant cruciales dans le développement des outils. Ainsi, même à l’Atelier Paysan où la conception est participative et ascendante, cela reste avant tout des hommes qui conçoivent des machines… selon un cahier des charges établi majoritairement par les agriculteurs participant aux groupes de conception.

L’expérience menée par l’AP au côté de groupes d’agricultrices est un exemple d’action qui peut faciliter l’implication de femmes tout au long du processus de conception d’outils. Ce travail a été particulièrement riche grâce à la construction d’une analyse critique des pratiques de travail et du vécu de ces agricultrices. Cela a permis de donner plus de poids aux expériences individuelles des agricultrices pour investir efficacement le champ technique et surtout d’agir directement sur leurs conditions de travail grâce à la conception et la fabrication de leurs outils de travail.

Cette expérience illustre la posture de Danièle Kergoat, pour qui « la subversion ne pèse sur les rapports sociaux que si elle est collective » (Kergoat, 2012 : 136). C’est un bon exemple d’action collective qui a permis de décupler le pouvoir d’action des individus pour dépasser les freins des stéréotypes de genre sur le champ technique. Le recours au collectif est donc un levier supplémentaire pour les agricultrices qui souhaitent subvertir la division sexuelle du travail agricole : cela peut renforcer toutes les autres actions menées par les agricultrices pour transformer leurs conditions de travail.

Bon courage à toutes les agricultrices et les collectifs d’agricultrices qui agissent, seules et en collectifs, pour changer leurs conditions de travail.

Agathe Demathieu
Ingénieure en mécanique, membre de l’Atelier Paysan, auteure d’un mémoire portant sur “L’impact des stéréotypes de genre sur la relation des agricultrices à l’équipement agricole” (Université Grenoble-Alpes).

Pour citer cette publication : Agathe Demathieu,  Subvertir la division sexuelle du travail agricole via les techniques, AgriGenre, juin 2023. 
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/16956
DOI : https://doi.org/10.58079/au3x

Bibliographie

Agreste, Graph’Agri 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 2020.

Annes Alexis, Handfield Mario, Jeunes agriculteurs hors cadre familial. Les masculinités pour éclairer les nouveaux rapports au métier, Cahiers du Genre, 67, 2019, 141-163.

Annes Alexis, Wright Wynne, Agricultrices et diversification agricole : l’empowerment pour comprendre l’évolution des rapports de pouvoir sur les exploitations en France et aux États-Unis, Cahiers du Genre, 63, 2017, 99-120.

Atelier Paysan, Reprendre la terre aux machines, Seuil, 2021

Berg Anne-Jorunn, Chabaud-Rychter Danielle, Le Doaré Hélène, Peur, amour et technique : ambiguïtés et ambivalences des femmes, Cahiers du GEDISST (Groupe d’étude sur la division sociale et sexuelle du travail), 20, 1997, 97- 121.

Bessière Céline, Gollac Sybille, Le genre du capital, La Découverte, 2020.

Chabaud-Rychter Danielle, Gardey Delphine, L’engendrement des choses : des hommes, des femmes et des techniques, Paris, Editions des Archives contemporaines, 2002

CNRTL : Définition de TECHNIQUE (consulté le 4 mars 2023)

Cockburn Cynthia, Le matériel dans le pouvoir masculin, Cahiers du genre, 36, 2004,

Cohen Marjorie Griffin, The decline of women in canadian dairying, Social History, 17 (34), 1984, 307-334.

Demathieu Agathe, Comprendre la division sexuelle du travail agricole : évolutions historiques et impacts présents, AgriGenre, mai 2022.

Demathieu Agathe, Comprendre la division sexuelle du travail agricole : comment les techniques contribuent à la perpétuer ? , AgriGenre, décembre 2022.

ELLES Bricolent, Comment bien utiliser la disqueuse meuleuse ? ELLES Bricolent [Vidéo], mai 2021.

FADEAR, Femmes paysannes : s’installer en agriculture, freins et leviers, 2020

FNAB, Quelle est la place des femmes dans l’agriculture biologique ? Résultats de l’enquête, 2018

Guillaumin Colette, Éducation populaire et féminisme, Éditions La Grenaille, s. d.

Kergoat Danièle, Se battre, disent-elles, Paris, La Dispute, 2012

L’Atelier Paysan

Nicourt Christian, Être agriculteur aujourd’hui. L’individualisation du travail des agriculteurs, Paris, Editions Quæ, 2013

Paysannes en polaire, Bénézit Maud, Il est où le patron ? Chroniques de paysannes, Marabulles, 2021.

Pelletier Jérôme, La place des femmes dans la modernisation de l’agriculture française : réflexion sur les programmes de vulgarisation féminine en Loir-et-Cher durant les années 1960, Ruralia, 21, 2007.

Salmona Michèle, Des paysannes en France : violences, ruses et résistances, Cahiers du Genre, 35, 2003, 117-140.

Tabet Paola, Les Mains, les outils, les armes. L’Homme, 19(3-4), 1979, 5-61.


Echos

¤ International Association on Work in Agriculture, 2023


¤ Participação feminina nas Comunidades que Sustentam a Agricultura no Brasil, 2023