Archives par mot-clé : suicide

La gouvernance du mal-être au prisme du genre : le cas d’un dispositif de prévention du suicide en milieu agricole. Entre gouvernance de soi et maintien des normes de genre

Des causes multiples, pas uniquement d’ordre économique, conduisent certains agriculteurs et agricultrices au suicide. Depuis plusieurs années maintenant, les pouvoirs publics, les acteurs et actrices professionnels et associatifs se sont emparés de la problématique du suicide dans le monde agricole.

En engageant des travaux pour mieux identifier et comprendre les déterminants, il se déploie sur les territoires ruraux des dispositifs de repérage et d’accompagnement des agriculteurs et agricultrices en difficulté. C’est le cas du service d’écoute en ligne dit Agri’écoute mis en place par la Mutualité Sociale Agricole (désormais MSA).

Des travaux se sont donc penchés sur la question du suicide des « groupes sociaux agricoles » (Bessiere, Giraud et Renahy 2008) et ont montré que dans certains pays industrialisés comme la France, l’Angleterre et l’Australie, les agriculteurs y affichent une surmortalité par suicide (Alston, 2012; Droz et al., 2014; Hawton, Simkin, & Malmberg, 1998; Judd, Jackson, Fraser, et al., 2006). De nombreux travaux qui traitent la question du suicide en contexte agricole comme les études psychosociales, montrent que la frontière entre vie professionnelle et vie privée au sens de Lourel et Gueguen (2007) est pratiquement quasi-inexistante. En effet, le modèle productiviste a été fondé sur l’articulation entre famille et travail et le couple hétérosexuel comme socle de référence professionnelle. D’autres travaux articulant dynamiques de genre et agriculture ont montré que l’agriculture constitue un espace de reproduction de la masculinité hégémonique où se perpétue cette ascendance (Delphy, 1983 ; Saugeres, 2002 ; Annes et Wright, 2017 ; Barthes, 2005 ; Chush et Macken- Walsh, 2018).

La modernisation et la standardisation des techniques amène a une certaine idéologie de l’exemplarité sociale et économique qui fonctionne comme un système de pression. Il implique pour l’individu une obligation de réussite, liée a un déni des phénomènes problématiques émergeant, et une angoisse vis-a-vis de l’attente sociale qui s’exerce envers lui. La souffrance est exacerbée par la peur de l’échec (Michele Salmona, 1994). Ce sont alors des valeurs de contrôle, de robustesse et de domination de la nature qui deviennent les caractéristiques d’une masculinité se présentant comme hégémonique (Annes et Handfield, 2019). En ce sens, la forme familiale du travail en agriculture, comme l’a souligné Alice Barthez (1982), est vue comme une mobilisation totale de la personne au service du projet professionnel. Plusieurs risques psychosociaux sont alors spécifiques à la population agricole (Lenoir et Laplante, 2014). Tout d’abord il y a la transmission transgénérationnelle, la dimension macroéconomique (notamment la politique agricole), mais également microéconomique avec le problème des endettements, les difficultés au travail, les contrôles sanitaires et la PAC ainsi que le management. Tous ces aspects génèrent des conditions de sur-travail qui s’inscrit dans une logique « d’adaptation au marché » (Lemery 2003). C’est dans ce contexte que les dispositifs de détection et d’accompagnement de la population agricole vulnérable se développent et proposent une réponse qui s’aligne aux politiques néolibérales.

Cette contribution propose une vue d’ensemble, non- exhaustive, des réflexions en cours sur les dispositifs de prévention mis en place dans le milieu agricole au regard du concept de gouvernance articulé avec les études critiques sur les masculinités imbriqués à l’intersectionnalité comme cadre d’analyse des subjectivités vulnérables.

Si la prévention du suicide à destination de la population agricole fait déjà l’objet de réflexions sociologiques (Nicolas Deffontaines, 2021), Élodie Jimenez rappelle que peu d’études traitent du malaise agricole comme objet de recherche à part entière en sciences humaines et sociales. La plupart des recherches sur la santé des agriculteurs abordent peu la dimension des masculinités et inversement, celles sur la santé des hommes abordent peu la réalité des agriculteurs, et ce, malgré les interactions reconnues entre le genre et la santé 1. Ainsi il s’agit ici de mettre en exergue la mise en place d’une politique de gestion de prévention du suicide qui cristallise les tensions autour du « soucis de soi » au regard des masculinités hégémoniques.

Nous commençons par un préalable théorique qui aborde de manière non-exhaustive les études menées sur la demande d’aide au prisme du genre, puis nous reviendrons sur les conditions d’émergences du dispositif numérique de prévention du suicide mis en place par la MSA . Nous l’appréhenderons au regard des approches foucaldiennes du dispositif et des techniques de soi. Enfin nous conclurons en articulant gouvernance de soi et masculinité hégémonique.

1. La demande d’aide au prisme du genre en milieu agricole

Les études socio-constructivistes sur les hommes et les masculinités ont été marqué par le concept de masculinité hégémonique développé par la sociologue australienne R.W. Connell (1995). Elle propose entre autre une définition normative qui consiste à considérer la masculinité hégémonique comme « ce que les hommes doivent incarner». Cependant, il ne s’agit pas simplement de se concentrer sur les normes de comportement mais d’appréhender la masculinité hégémonique dans sa dimension relationnelle (c’est à dire une position particulière dans les relations de genre). En cela Connell propose d’envisager la conception hégémonique gramscienne comme la rencontre d’une idéologie avec un ensemble de pratiques et de relations.

Mélanie Gourarier, Gianfranco Rebucini et Florian Vörös soulignent en avant-propos d’un entretien réalisé avec Connell que ce concept permet d’« analyser les processus de hiérarchisation, de normalisation et de marginalisation des masculinités, par lesquels certaines catégories d’hommes imposent, à travers un travail sur eux-mêmes et sur les autres, leur domination aux femmes, mais également à d’autres catégories d’hommes » . Plusieurs travaux croisant genre et agriculture ont permis de mettre à jour l’influence de la ruralité sur la construction des masculinités (Roy, 2014). Campbell, Bell et Finney (2006) reconnaissent même la centralité de la masculinité rurale dans la construction de toutes les masculinités occidentales, qu’elles soient rurales ou urbaines.

Sur le plan psychosocial, Philippe Roy et Gilles Tremblay rappellent que les agriculteurs masculins tendent à se conformer à un ensemble de valeurs agraires comme l’importance d’être stoïque et indépendant, une forte résistance à parler de santé mentale et à demander de l’aide, même si celle-ci était requise (Alston & Kent, 2008; Jacques-Jouvenot & Laplante, 2009; Judd, Jackson, Komiti, et al., 2006). Ils ont pu faire l’observation que ces valeurs sont plus fortes chez les agriculteurs que chez les agricultrices de même que chez les autres hommes et femmes vivant en milieu rural. Les travaux de Margaret Alston et Jenny Kent ont montré que durant les grandes sécheresses en Australie, alors que l’idéal masculin base sur le succès financier était, à ce moment, clairement inaccessible aux agriculteurs, ceux-ci s’attribuaient les échecs professionnels, malgré les facteurs macroéconomiques et climatiques en cause (Alston et Kent, 2012).

D’autre part des travaux, notamment ceux de Philippe Roy ou Gilles Tremblay, Madsen et Rice, présentent plusieurs échelles de mesures qui utilisent des critères de dépistages de la dépression qui appartiennent essentiellement au stéréotype féminin et qui seraient peu appropriés pour les hommes notamment ceux qui sont plus traditionnels sur le plan du genre, c’est-à- dire ceux qui se rapprochent le plus de la masculinité hégémonique (Connell, 2014).

Une partie des hommes expriment certainement la dépression d’une manière consistante avec les définitions couramment reconnues mais plusieurs recherches identifient des modes d’expériences et d’expression spécifiques aux hommes qui échappent aux critères de dépistage couramment utilisés.

2 . L’émergence du dispositif Agri’écoute

Le dispositif Agri’écoute a été développé dans le cadre d’un plan spécifique de prévention du suicide dans le monde agricole en 2011 par le ministre chargé de l’agriculture suite au constat d’un cas de suicide tous les deux jours en France (Bossard et al., 2013). Intégré au programme d’actions contre le suicide 2011-2014, il s’est concrétisé par le plan national d’actions et le plan national de prévention en 2016 -2020 dont la MSA a été chargée du pilotage.

Des cellules de prévention pour repérer les situations de détresse sont alors mises en place dans les caisses locales MSA (966 situations détectées en 2014) 2. Les actions spécifiques précisent dans le plan national MSA les mesures à adopter telles que l’amélioration, le développement et la diffusion des dispositifs d’intervention à distance dédiés à la prévention du suicide. Ainsi dans le développement du dispositif d’écoute à distance, il s’agit en autre d’« administrer par l’écoute » (Fassin, 2010, p. 180) les préoccupations des assurés agricoles en situation de détresse, la prévention de l’isolement social et la détresse psychique (RPS) dans chaque département. La plateforme propose alors d’être suivi sur plusieurs entretiens -jusqu’à cinq- par le.a même psychologue. Depuis novembre 2021, la plateforme d’écoute est complétée par un chat qui permet de discuter avec un.e professionnel.le. C’est un type de communication qui permet de « faire du face à face à l’écrit » (Marcoccia, 2004) de façon dématérialisée, non publique et anonyme. En effet, ce dispositif sociotechniques de communication consiste à modérer les diverses formes de souffrance par la libération de la parole dans un but thérapeutique (Fassin, 2004, 2006) pour les agriculteurs en proie à des difficultés sociale et matérielle. La parole y exerce un pouvoir performatif en tant qu’elle aide le sujet à organiser de manière réflexive son retour à soi dans une perspective de changement. C’est ce que suggère le clip de promotion de la MSA lorsque la voix off énonce et affiche l’objectif clair qu’ «  avec Agri’écoute, il est possible de réécrire l’histoire». Le pouvoir de s’énoncer aurait alors pour effet d’aider l’individu à organiser son rapport à lui-même à objectiver et à débloquer le cercle d’idées où il s’est enfermé.

a. Le cas de la campagne de communication faite par la MSA pour promouvoir la plateforme Agri’écoute.

La demande d’aide et l’énonciation de la souffrance seraient socialement associés à un comportement approprié pour les femmes (Roy, 2012 p.56). C’est ce que le clip de campagne de promotion du dispositif d’écoute tente d’infirmer.

Il y a un an la MSA a mis en ligne deux vidéos de 20 secondes pour promouvoir la plateforme Agri’écoute. Elle met en scène une vidéo d’une femme et une autre d’un homme. Dans les deux vidéos, la 1ère partie de la vidéo est en noir et blanc.

Dans la première vidéo, la prise de vue de la femme est 3/4 face. Elle est passive, regarde par la fenêtre et énonce ce qui suit :

 
« Dans mon entreprise, c’est vraiment l’enfer, j’en peux plus de tout ça, je veux en finir. »

La seconde vidéo met en scène un homme en contreplongée regardant également par la fenêtre, l’aire soucieux également, la main sur le menton et énonçant ceci :

 
« Avec mon exploitation, je ne vais pas m’en sortir, je n’ai pas de solution, je veux en finir ».

A travers une mise en scène similaire, il semblerait qu’il y ait une volonté de s’adresser à divers publics . Tout d’abord le choix des prise de vue reproduisent la représentation de la féminité et de la masculinité hégémonique : passive versus actif. Il y a la contreplongée qui donne un effet d’homme responsable supposant une famille avec l’apparition d’une alliance à son doigt. Nous constatons également une asymétrie discursive dans les énoncés. La première vidéo suggère une femme intégrée dans une entreprise toutefois, aucun indice permet d’identifier son statut hiérarchique. A l’inverse, l’énoncé de la seconde vidéo est actif, il est supposé que l’homme manifestement en souffrance a cherché des solutions.

En cela, les pratiques discursives jouent un rôle de médiation entre la structure du texte et son caractère constitutif de la réalité incarné par les pratiques sociales. La production et la diffusion du discours constituent l’essentiel des pratiques discursives et de reproduction des différenciations sociales. Très significatif sur le plan des relations de genre, cette campagne maintient une certaine représentation de la division genrée du travail.

Ainsi pour la suite de cet article, nous rejoignons Little qui précise que « les éléments de la masculinité hégémonique et de la masculinité rurale sont mutuellement constitués à travers les structures de pouvoir et les prises de décision » (Little, 2002, p189).

b. Une réponse néolibérale aux maux

Nous proposons donc dans cette contribution d’appréhender les outils de prévention MSA : écoute et chat comme un dispositif.

Cette notion se caractérise de façon matérielle en définissant le dispositif dans la relation humain/machine. Employée par Michel Foucault pour la première fois lors de ses séminaires au Collège de France en 1978, elle renvoie à « un ensemble hétérogène, comportant des discours, des institutions, des aménagements architecturaux, des décisions réglementaires, des lois, des mesures administratives, des énoncés scientifiques, des propositions philosophiques, morales, philanthropiques, bref : du dit aussi bien que du non-dit ». Le dispositif s’inscrit donc dans une relation de pouvoir se juxtaposant avec le savoir c’est à dire qu’il est le « lieu d’inscription des techniques d’un projet social, agissant par la contrainte et visant le contrôle des corps et des esprits »( Foucault, 1978). En ce sens il n’influence pas seulement les corps mais il influence également les comportements. Il s’agit en cela de considérer que la prise en charge de la problématique du suicide en milieu agricole sous son versant biopolitique par des savoirs-pouvoirs, est indissociable d’autres contrôles sociaux comme la médecine, la justice pénale et du même coup de la psychiatrie.

Si ce dispositif s’inscrit dans une dynamique de pouvoir, nous l’envisageons également dans une logique néolibérale. En effet dans l’objectif d’une rationalisation libérale, la gestion de la souffrance à distance (à savoir la gestion des appels) a depuis début 2021 été sous-traitée au cabinet Empreinte Humaine, spécialisé dans la prévention des risques psychosociaux au travail. Ainsi cela exemplifie la réflexion de Foucault lorsqu’il affirme que « le libéralisme est à analyser comme principe et méthode de rationalisation de l’exercice du gouvernement sous la règle interne de l’économie maximale » (Foucault, 1975 p.819). Il s’agit dans le cas de la sous-traitance d’Agri’écoute de tendre vers un idéal de l’efficacité avec « moins de gouvernement ».

Michel Foucault
Michael Burris Johnson : Cage (2013)

Ainsi, comme évoqué en introduction, le chat Agri’écoute comme dispositif de gouvernance de soi peut être articulé avec les techniques de soi car cela passe par la conduite de normes et que les individus se norment y compris au sein de leur propre liberté. C’est bien ce que Foucault détaille dans « L’éthique du soucis de soi comme pratique de la liberté » assurant qu’il ne peut y avoir de relation de pouvoir que dans la mesure où les sujets sont libres 3. Il ajoute que « la généalogie du pouvoir moderne » se situe dans un contexte où l’individu est gouvernable, dans lequel il est « libre » d’agir. Foucault fait même la comparaison d’ « un poisson [qui] est libre de nager dans son bocal » (Foucault , 1984 P . 30). Nous nous inscrivons donc dans cette dimension en réaffirmant que le dispositif chat permet le gouvernement de soi dans le sens où les agriculteurs sont amené à gouverner leurs conduite au moyen d’un « travail sur soi » effectuable à distance.

Jusqu’ici nous avons d’abord appréhendé la prévention du suicide en contexte agricole au prisme de la masculinité hégémonique en soulignant un certain maintient des valeurs de la masculinité rurale. Puis, dans un autre temps il a été question d’envisager le dispositif chat/écoute à l’aune de la gouvernance favorisant des normes et des conduites de comportement.

3. La gouvernance de soi et l’auto-contrôle comme réactualisation des représentations de la masculinité hégémonique : un préambule théorique pour cadrer une enquête ethnographique

Les actions publiques de prévention du suicide reposent d’après Nicolas Deffontaines sur une logique individualisante centrée sur l’étalonnage d’individus à risque suicidaire. Les instruments de détection et d’accompagnement comme Agri’écoute réduiraient donc cette action publique à la gestion d’épreuves individuelles. En effet, « cette norme du « travail sur soi » qui structure cette action de prévention finit par obscurcir la dimension sociale du phénomène suicidaire en agriculture » nous précise Nicolas Deffontaines (2014). Cette focalisation sur la dimension individuelle de la souffrance occulte le fait pourtant évident que les conditions de travail des agriculteurs et agricultrices sont liées à autrui et au monde et par conséquent, la souffrance vécue trouve également son origine en dehors de l’individu. Il est également important de rappeler que le « soucis de soi » est également socialisé : nous avons vu dans l’introduction qu’ils sont conditionnés par le contexte sociohistorique actuel spécifique et inscrit dans des rapports sociaux.

Ainsi, les techniques de soi (ici Agri’écoute) sont des techniques de transformation vers la perfection et le bonheur. Ces techniques de soi, que Foucault comprend comme un relais du sujet dans les disciplines du gouvernement, replace les sociétés occidentales, d’après Norbert Elias, qui passent d’une logique de la contrainte à une logique d’auto-contrainte (Elias, 2003). Ainsi, dans l’injonction du prendre soin de soi au moyen de technique de soi, il s’agit de mettre en circulation un idéal de maîtrise exercée sur soi-même. Foucault ajoutera d’ailleurs ceci :

« […] il existe dans toutes les sociétés un autre type de techniques : celles qui permettent à des individus d’effectuer, par eux-même, un certain nombre d’opérations sur leurs corps, leur âme, leurs pensées, leurs conduites, et ce de manière à produire en eux une transformation, une modification et à atteindre un certain état de perfection, de bonheur, de pureté, de pouvoir surnaturel. Appelons ces techniques, les techniques de soi. »
(Foucault, 1984, p. 162).

La maîtrise de soi, l’auto-contrôle, l’indépendance, sont des caractéristiques très valorisées dans l’idéologie masculine traditionnelle et tendent à se déplacer vers de nouvelles formes hégémonique de masculinités agricoles et rurales 4. Selon Demetrakis Demetriou, c’est  précisément cette hybridité qui permet d’asseoir l’hégémonie. Cela ne signifie pas que l’hégémonie masculine soit moins vivace, mais que celle-ci change de forme et s’appuie sur une optimisation de soi (contrôle de son corps et de ses émotions) toujours plus fine. Jusque ici, il semble important de rappeler que la masculinité hégémonique n’est pas « dominante » mais normative (au sens où elle est légitime et renvoie à des modèles). Toutefois, parler du soucis de soi à l’aune des techniques de soi ne peut pas se faire en occultant la question des normes (ce que nous avons évoqué) mais également de l’éthique de soi 5. Il s’agit là, toujours d’après Foucault du rapport de l’individu aux règles, un rapport de soi à soi qui constitue une manière d’inscrire un ensemble conduite dans l’ensemble conduite (ici la masculinité hégémonique). Nous retenons le terme de « conduite » car elle suggère « la manière de mener et celle de se mener » (Michaud, 2000). Ainsi, Connell souligne que « le nombre d’hommes qui se conforment rigoureusement au modèle de masculinité hégémonique dans son entier est sans doute assez limité »(Connell, 1015, p.120).

En ce sens, la limite de cette contribution se situe à ce niveau. En effet, il s’agirait à présent de mener une enquête ethnographique afin d’identifier des formes de résistances ainsi que la manière dont ces résistances sont susceptibles de prendre. D’une part, dans l’objectif d’identifier la manière dont les normes de la masculinité hégémonique sont négociés et d’autre part, afin de documenter la pluralité des masculinités en contexte interactionnel du dispositif chat Agri’écoute. En ce sens, Christine Guionnet le souligne avec justesse que « la pérennité d’une organisation patriarcale de la société n’est possible qu’au prix d’adaptations incessantes » (Guionnet, 2014 p.17).

Enfin, il serait pertinent de se pencher sur les femmes agricultrices usagères du chat, afin d’examiner la manière dont elles se saisissent du dispositif au regard de la prévention qui a été faite. Ceci, afin d’affiner l’analyse des masculinités agricoles dans une dimension relationnelle en contexte de vulnérabilité.

Gwenaëlle Icart
Doctorante au Département Communication, Unité Mixte de Recherche PREFICS, Université Rennes 2

Pour citer cette publication : Gwenaëlle Icart,  La gouvernance du mal-être au prisme du genre : le cas d'un dispositif de prévention du suicide en milieu agricole. Entre gouvernance de soi et maintien des normes de genre, AgriGenre, février 2023. 
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/14512 
DOI : https://doi.org/10.58079/au3s

Notes

1. Si des enquêtes ont été menées depuis quelques années (la thèse de Philippe Roy, les travaux de Gregory Beltran et Gilles Tremblan pour n’en citer que quelque uns) elles restent relativement peu nombreuses au regard de la demande sociale.

Dans l’interaction santé masculinités, nous nous referons principalement au modèle de la santé des hommes de Robertson

2. MSA, Prévention du suicide en MSA. Bilan 2015, Octobre 2015

3.Michel Foucault « L’Etique du soucis de soi comme pratique de la liberté » Dits et écrits, vol.4, op. Cit., p. 720

4. Ici on se réfère principalement aux travaux de Cush et Macken-Walsh 2018 ; Peter et al. 2000 qui mettent en exergue les qualités de management et les qualité relationnelles.

5. On se rapporte ici au « déterminant de la substance éthique » développé par Foucault dans L’usage des plaisirs parut en 1984.

Bibliographie

Annes A. et Handfield M. , Jeunes agriculteurs hors cadre familial. Les masculinités pour éclairer les nouveaux rapports au métier, Cahiers du Genre, 67, 2019, 141-163.

Annes A. et Wright W. , Agricultrices et diversification agricole : l’empowerment pour comprendre l’évolution des rapports de pouvoir sur les exploitations en France et aux États-Unis, Cahiers du Genre, 63, 2017, 99-120.

Alston M. et Kent J. , The Big Dry : The link between rural masculinities and poor health
outcomes for farming men
, Journal of Sociology, 44(2), 2008, 133-147.

Barthez A. , Famille, travail et agriculture, Économie rurale, n°156, 1983. p. 69.

Bell D. , « Cowboy love », in H. Cambell, M. Mayerfeld Bell et M. Finney (dir.), Country Boys: Masculinity and Rural Life, University Park (Penn.), The Pennsylvania State University Press, 2006, p. 163-182.

Beltran G., Explications et modes de justification du renoncement aux soins dans une population ruralo-agricole. Rôles et ajustements d’un modèle de masculinité traditionnelleRecherches sociologiques et anthropologiques , 48-1, 2017.

Bessière C. , Giraud C. , Renahy N. , Introduction – Famille, travail, école et agriculture. Revue d’Etudes en Agriculture et Environnement, Review of agricultural and environmental studies, 2008, 88, pp.5-19

Bossard C, Santin G, Guseva Canu I. , Surveillance de la mortalité par suicide des agriculteurs exploitants. Premiers résultats, Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire ; 2013.

Bruno L., Les évolutions du métier d’agriculteur : quelles conséquences pour l’appui aux projets des exploitations ?, Actes du séminaire sur l’évolution du conseil en agriculture et les métiers du développement, Guyancourt, 2003.

Cambell H., Mayerfeld Bell M. et Finney M. , Country Boys : Masculinity and Rural Life, University Park (Penn.), The Pennsylvania State University Press, 2006.

Connell R.W. , Des hommes de raison, Cahiers du Genre, 67, 2019, 25-48.

Connell R.W. , Masculinities, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 1995.

Connell R.W. , Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Éditions Amsterdam, 2014, 288 p., avec une postface d’Éric Fassin, Édition établie par Meoïn Hagège et Arthur Vuattoux, traduction partielle par C. Richard, C. Garrot, F. Voros, M. Duval et M. Cervulle de Masculinities, Berkeley, University of California Press, 2005 [1995], Politix, 109, 2015, 170-172.

Cush P. et Macken-Walsh Á. , Reconstituting Male Identities through Joint Farming Ventures in Ireland, Sociologia Ruralis, 58, 2018, 726-744.

Décosse F. , Jacques-Jouvenot (Dominique), Laplante (Jean-Jacques), Les maux de la terre. Regards croisés sur la santé au travail en agriculture, La Tour d’Aigues, Éd. de l’Aube, coll. « Monde en cours », 2009, 215 p.,Politix, 2010, 91, 213-215.

Delphy, C. , Agriculture et travail domestique : la réponse de la bergère à Engels, Nouvelles Questions Féministes, 5, 1983, 2–17.

Deffontaines N. , Les suicides des agriculteurs : le déni de la dimension sociale, Raison présente, 218, 2021, 35-43.

Deffontaines N., La souffrance sociale chez les agriculteurs, Études rurales,
193 | 2014

Demetrakis Z.D., La masculinité hégémonique : lecture critique d’un concept de Raewyn ConnellGenre, sexualité & société, 13, 2015.

Elias N., La Dynamique de l’Occident, trad. de l’all. par Pierre Kamnitzer, Calmann-Lévy, « Archives des sciences sociales », 1975, 1991, Pocket, « Agora », 2003.

Fassin D. , La Raison humanitaire : une histoire morale du temps présent, Gallimard-Seuil, 2010.

Fassin D., Des maux indicibles. Sociologie des lieux d’écoute, La Découverte, coll. Alternatives sociales/Les métiers du social, 2004.

Foucault M., Histoire de la sexualité I, La volonté de savoir, Socio-anthropologie, 40, 1, 2019, 217-222.

Foucault M., « L’Etique du soucis de soi comme pratique de la liberté », Dits et écrits : 1954-1988, t. IV, 1980-1988, Gallimard, 1994, p. 708-729

Foucault M., «La culture de soi», in Histoire de la sexualité III. Le souci de soi, Gallimard, collection «Tel», 1984, pp. 67-70.

Foucault M., «Naissance de la biopolitique», Annuaire du Collège de France, 79e année, Histoire des systèmes de pensée, année 1978-1979, 1979, pp. 367-372.

Foucault M., «Sécurité, territoire, population», Annuaire du Collège de France, 78e année, Histoire des systèmes de pensée, année 1977-1978, 1978, pp. 445-449.

Foucault M., «La governamentalité»(«La gouvernementalité» ; cours du Collège de France, année 1977-1978 : «Sécurité, territoire et population», 4e leçon, 1er février 1978), septembre-décembre 1978, pp. 12-29.

Judd F. Jackson H. , Komiti A. et al. , Help-Seeking by Rural Residents for Mental Health Problems: The Importance of Agrarian Values, Australian & New Zealand Journal of Psychiatry, 40(9), 2006, 769-776.

Fournier M. , Masculin-Féminin : Pluriel, 2014, Éditions Sciences Humaines.

Lémery B. , Les agriculteurs dans la fabrique d’une nouvelle agricultureSociologie du travail , , Vol. 45 – n° 1,  Janvier-Mars 2003.

Lenoir F. et Ramboarison-Lalao L. , Equilibre des sphères de vie et prévention des risques psychosociaux. Le cas des exploitants agricoles, RIMHE : Revue Interdisciplinaire Management, Homme & Entreprise, 12,3, 2014, 45-61.

Little J., « Embodiement and Rural Masculinity », in H. Cambell, M. Mayerfeld Bell et M. Finney (dir.), Country boys: Masculinity and rural life, University Park (Penn.), Pennsylvania State University Press, 2006, p. 183-202.

Lourel M. et Gueguen N. , L’interface “vie privée – vie au travail”. Effets sur l’implication organisationnelle et sur le stress perçu, Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 74, 2007, 49-58.

Marcoccia M., La représentation du non-verbal dans la communication écrite médiatisée par ordinateur, Communication et organisation, 18, 2000.

Michaud Y. , Des modes de subjectivation aux techniques de soi: Foucault et les identités de notre temps, Cités, 2, 2000, 11–39.

Nicourt C. , « Michèle SALMONA, Souffrances et résistances des paysans français, Paris, Éditions L’Harmattan, 1994, 254 p. »Ruralia, 06, 2000.

Roy P. , La sociologie du genre : une contribution originale a la compréhension du suicide chez les hommes, Santé mentale au Québec, 37(2), 2012, 45–55.

Roy P. et Tremblay G., L’expérience du stress chez les agriculteurs : une analyse du genre masculin. Nouvelles pratiques sociales, 27(2), 2015, 236–252.

Saugere L. , Of tractors and men: masculinity, technology and power in a French farming community, Sociologia Ruralis, 42, 2002, 143-159.

Spoljar Ph., Modernisation de l’agriculture et sante mentale : les contradictions au
travail
, Perspectives interdisciplinaires sur le travail et la santé, 17-1 | 2015.

Sturgeon R.et Morrissette P. J. , A Qualitative Analysis of Suicide Ideation among
Manitoban Farmers
, Canadian Journal of Counselling and Psychotherapy, 44(2), 2010.


Échos

¤ Observatoire national du suicide, mars 2023