Archives par mot-clé : Paysanne

Être néo-paysanne aujourd’hui

Cet article mobilise des mots en écriture inclusive car le sujet d’étude porte sur le genre dans le monde agricole. Cela permet ainsi de rendre les néo-paysannes plus visibles dans cette recherche.

Au vu des enjeux environnementaux actuels tels que le changement climatique, l’effondrement de la biodiversité ou encore la dégradation des terres agricoles, la transition agricole pourrait venir du croisement des compétences entre agriculteur.rice.s  traditionnel.le.s et néo-paysan.ne.s.

En effet, les agriculteur.rice.s traditionnel.le.s accumulent des compétences, des connaissances sur les milieux et les territoires depuis des années. Il s’agit d’agriculteur.rice.s né.e.s dans le milieu agricole qui ont un lien familial ou un héritage avec l’agriculture traditionnelle. Les néo-paysan.ne.s sont, quant à ielles, porteur.euse.s d’une alternative pour la société ainsi que d’une nouvelle dynamique : « Ce sont à la fois des porteurs de projet qui veulent s’installer comme agriculteurs ; des paysans qui veulent changer leurs pratiques et s’associer à des dynamiques innovantes — comme les semences paysannes ou les démarches d’installation collective. » (Raynal, 2019). Il est, ici, question d’agriculteur.rice.s non issu.e.s du monde agricole, également nommé.e.s « Hors Cadre Familiaux » par l’INSEE. Il semble alors important que ces deux mondes se rencontrent afin de créer de l’interconnaissance en vue de faciliter la transition agricole (Rasplus, 2024).

Dans ce contexte de transition se pose également la question du rôle que les agricultrices pourraient y jouer. Historiquement, les femmes ont constamment été présentes dans le domaine agricole, seulement, leur visibilité a toujours été moins prégnante que celle des hommes. « Alors qu’elles représentent 32 % des actifs permanents agricoles et qu’un quart des chef.fe.s d’exploitations ou collaborat.rice.eur.s sont des femmes, que la part des femmes dans l’enseignement agricole augmente, les femmes dans les mondes agricoles demeurent souvent invisibilisées malgré les transformations juridiques de leur statut professionnel » (Lemarchant et Seiller, 2021).

On trouve chez les agricultrices aujourd’hui une diversité et une pluralité importante de trajectoires de vie et de projets. De ces trajectoires découlent un constat, celui qu’on ne peut pas analyser le monde agricole comme un espace traditionnel où les agricultrices occuperaient une position unique mais comme un espace complexe et hétérogène.

De manière générale, les femmes sont plus présentes dans l’agriculture biologique et les circuits-courts comme les AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) que les hommes. On peut citer que « Les exploitations féminines auraient plus souvent que les exploitations masculines (20 % contre 15,8 %) recourent à la vente en circuits courts. » (Sénat, 2017). Elles sont donc un moteur pour le secteur agricole car « être agricultrice […], c’est être porteuse d’innovations pour nos territoires ruraux » (Sénat, 2017). En effet, les néo-paysannes sont en quête de sens et d’expérimentation « dans une logique de prendre soin de l’environnement, de la biodiversité et de l’humain ». L’objectif est de « travailler en collaboration avec la nature » en « cultivant la terre » et non pas en l’exploitant. Elles tiennent à avoir un « impact positif sur le paysage, à augmenter la fertilité du sol, à enrichir la biodiversité ainsi qu’à reconstituer leur environnement » (Bio à la Une, 2017). Par exemple, un bon nombre d’entre elles, pratiquent l’expérimentation du maraîchage sur sol vivant. « Le maraîchage sur sol vivant englobe des principes et pratiques agroécologique qui remettent le sol au cœur du système de culture en garantissant le gîte et le couvert à la macro et microfaune du sol » (ADAF, s.d.). Nous pouvons mettre en parallèle la notion d’expérimentation avec celle du care environnemental, qui signifie la préservation de la terre et de ses ressources. L’approche du soin est ici pertinente car les néo-paysannes arrivent avec une « aspiration environnementale et sociétale ». Elles cherchent à « s’inscrire dans un tissu rural riche et participer à la vie du territoire » (Raynal, 2019).

Toutefois, ces femmes rencontrent certains freins lors de leur installation ainsi qu’au quotidien, que ce soit de l’ordre foncier, financier ou encore mécanique. Il est important de préciser que ces freins globaux et structurels, touchent autant les femmes que les hommes. Cependant, la question du genre au sein de ces thématiques fait émerger des points que l’on ne pourrait pas voir du côté masculin.

Cette recherche a été réalisée dans le cadre d’un travail de Master dont l’objectif principal était de comprendre l’intérêt que des femmes portent à devenir néo-paysannes et notamment cheffes d’exploitation agricole aujourd’hui (Vicari, 2023).

Comprendre les motivations, les blocages éventuellement rencontrés et les mécanismes mis en place pour les dépasser. Comprendre comment elles s’intègrent dans le monde agricole et quels liens elles entretiennent avec les agriculteur.rice.s traditionnel.le.s.

Ainsi, nous avons cherché à cerner ce que signifie être néo-paysanne aujourd’hui par le prisme du genre. Dans cet article, nous avons choisi de présenter une partie des résultats obtenus en nous concentrant sur les valeurs véhiculées par les néo-paysannes dans le monde agricole actuel. Tout d’abord, nous nous sommes intéressés aux valeurs écologiques portées par les néo-paysannes à travers leurs pratiques. Puis, nous avons interrogé leur engagement au sein d’instances collectives type association ou syndicat agricole. Pour finir, nous avons étudié les liens qu’elles entretiennent avec les agriculteur.rice.s traditionnel.les.

Point méthodologique

Pour répondre à cet objectif, le choix méthodologique s’est porté sur la réalisation d’entretiens semi-directifs afin d’appréhender les récits de vie des enquêtées. En effet, l’utilisation de l’entretien semi-directif comme technique de recueil de l’information permet de capter une donnée de l’ordre du sensible où l’enquêtée donne accès à son vécu en livrant son récit de vie à l’enquêtrice.

Dans le cadre de la recherche, le fait d’avoir choisi d’interroger des femmes a pu soulever davantage de questionnements que si l’on avait interrogé seulement des hommes. On aurait certainement obtenu différents discours, par exemple en ce qui concerne les questions portant sur les difficultés. Également, le fait que les entretiens soient individuels et non pas collectifs permet de créer une proximité entre l’enquêtée et l’enquêtrice. De plus, l’enquêtrice étant du même genre que les enquêtées, cela a pu jouer un rôle dans le lien établi entre ces deux dernières lors des entretiens.

Le terrain d’enquête sélectionné pour cette recherche se situe à l’échelle départementale, celle de l’Isère (38), appartenant à la région Auvergne Rhône-Alpes. Au total, six personnes, âgées de 33 ans à 48 ans, ont pu être interrogées. Ces paysannes avaient des enfants et étaient en couple. Deux d’entre-elles habitaient sur leur lieu de travail. Cinq d’entre-elles habitaient avant leur installation en Isère et ont fait une formation agricole diplômante (BPREA). Trois d’entre-elles étaient éleveuses chevrières et les trois autres maraichères. Concernant les exploitations, trois étaient installées individuellement et les trois autres en GAEC (Groupement Agricole d’Exploitation en Commun).

L’installation des néo-paysannes dans le monde agricole avec des valeurs alternatives

Les néo-paysannes interrogées lors de cette enquête ont exprimé un grand nombre de valeurs au sein de leurs discours. En effet, ces valeurs dites alternatives pourraient être des niches d’opportunité afin d’enclencher une transition agricole.

Ainsi, pour cet article, nous nous sommes penchés sur les valeurs écologiques, l’engagement politique et associatif ainsi que sur les liens avec le monde agricole traditionnel.

1. Des valeurs écologiques

Tout d’abord, elles adoptent des pratiques durables et respectueuses pour l’environnement en concevant des produits certifiés en agriculture biologique (AB).

« J’amène un modèle qui s’insère dans l’avenir parce que comme je produis mes graines, elles sont adaptées même si le climat va encore changer. J’ai envie d’amener un modèle complètement résilient. » (Enquêtée 1)

La résilience invoque un processus d’adaptation, c’est-à-dire construire de nouvelles habitudes et de nouvelles façons de voir les choses autour de nous. Un système géré par de plus en plus de personnes deviendra de plus en plus résilient (Buclet, 2022). Les néo-paysan.ne.s ont alors tout à gagner en développant leur activité et en continuant de diffuser leur message.

« Je suis persuadée que les néo-paysan.ne.s arrivent avec un regard neuf. J’adore la phrase : ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait. » (Enquêtée 1)

Figure n°1 : Maraîchage biologique diversifié
(F. Vicari)

De plus, il est important pour les paysannes de suivre une logique locale et responsable, en se fournissant au maximum au plus proche de chez elles. La vente en circuits-courts dont l’objectif principal est d’optimiser les livraisons afin de gagner du temps et de la place est grandement pratiquée. Derrière cet objectif premier, il y a le fait que les paysannes vendent leurs produits sur place et ne les fabriquent pas dans un but d’exportation. En effet, leur activité se situe à taille humaine et non pas sur de grandes surfaces telles que des exploitations industrielles. Leur volonté est de s’implanter dans le tissu local et participer à la vie du territoire tout en créant des liens directs entre paysans-consommateurs.

« C’est par la vente de nos produits qu’on veut arriver à diffuser un message. On a nos convictions. On a des chèvres qui sont cornues même si ça peut causer beaucoup de blessures dans le troupeau, qui pâturent tous les jours et qui sont saisonnées. On essaye d’informer les gens sur notre façon de produire et d’élever nos chèvres. A notre petite échelle, je pense participer à la vie locale en proposant aux gens des produits saisonnés et faits sur place. »  (Enquêtée 5)

La vente en circuit-court (ferme, marché, AMAP…) est une modalité de vente pour les paysan.ne.s qui s’inscrit totalement dans une logique de participation à la transition alimentaire et qui se base sur de nombreuses valeurs comme la proximité, le local, la durabilité ou encore la saisonnalité.

Les enquêtées ont également exprimé leur vision du futur par rapport à la vente. Nous avons pu observer une certaine volonté à développer leur activité, notamment en se tournant vers des activités de transformation. « La transformation est un des principaux leviers pour valoriser les productions de la ferme. Le principe est de partir des matières premières produites sur l’exploitation pour aboutir à un produit directement consommable. » (Chambres d’agriculture PACA, s.d.). Cela permet de reporter la vente des produits « périssables », de limiter le gaspillage alimentaire, de créer de la valeur ajoutée, de cibler de nouveaux consommateurs ainsi que de valoriser des « sous-produits ». Divers produits sont issus de la transformation tels que des conserves, confitures ou encore jus de fruits. 

Ainsi, les néo-paysan.ne.s jouent un rôle dans le maintien des savoirs paysans afin que ces derniers ne se perdent pas. Ielles sont la solution qui répond aux enjeux de redynamiser le secteur agricole et les campagnes. L’objectif est que ces nouvelles arrivées viennent créer des emplois et une vie locale tout en contrôlant l’artificialisation des campagnes. Les néo-paysan.ne.s apportent également des compétences autres que la connaissance de la terre. Leurs divers parcours de vie font qu’ielles ont des compétences en management, ou en communication par exemple.

Nous pouvons mettre en parallèle de ces motivations, l’approche du soin. En effet, le care environnemental s’inscrit logiquement dans les valeurs portées par les néo-paysannes. Elles mettent en avant des pratiques écologiques et respectueuses de l’environnement. Elles sont soucieuses dans la gestion des ressources et tentent de maintenir la biodiversité au mieux.

A travers des pratiques durables, telles que la production de produits bio, la vente en circuit-court ou encore l’approche du soin, les néo-paysannes s’installent dans le monde agricole traditionnel avec des valeurs écologiques. De plus, les néo-paysannes montrent un grand intérêt à diffuser ces valeurs au sein d’instances collectives.

2. Un engagement politique et associatif

Des éléments récurrents ressortent de leurs discours comme un message à diffuser ou encore l’engagement politique avec la question du bien-être animal. Concernant le bien-être animal, cela passe par exemple par l’élevage de chèvres non écornées, qui pâturent et mettent bas naturellement selon l’une des enquêtées.

« Je pense qu’on est venu vers ce métier parce qu’on se sentait concerné. On a plus envie de rester passif. On veut participer. En fait, je me disais quand je consommais de la viande, le meilleur moyen pour que les animaux soient bien traités jusqu’à l’état de consommation, c’est quand même de le faire soi-même. On est acteur. On sait ce qu’on fait, on sait pourquoi on le fait. Nos bêtes, on s’en occupe bien. On ne roule pas nos consommateurs. On n’a pas choisi ce métier pour être riche mais pour en vivre. » (Enquêtée 6)

Figure n°2 : Elevage de chèvres
(enquêtée 5)

Par ailleurs, au sujet de l’engagement, une des enquêtées a affirmé que le terme « paysan » possède une connotation politique. Pour elle, cela montre déjà le côté alternatif des pratiques qu’elle exerce, soit une agriculture biologique respectueuse de l’environnement.

« Dès que tu dis paysan, tu te places dans un modèle politique qui n’est pas le modèle majoritaire de base. » (Enquêtée 2)

De plus, la participation des néo-paysannes à des instances collectives (syndicats, comités, associations…) ainsi qu’à des lieux d’entraide est forte. 

Deux des enquêtées ont montré qu’elles étaient considérablement impliquées, particulièrement à travers leur appartenance à un GIEE regroupé sous le thème du maraîchage sur sol vivant. Le rôle de ce groupement est de comprendre les nouvelles pratiques du MSV afin de les diffuser au grand public. Les enquêtées ont mentionné qu’il s’agit d’une instance plutôt masculine où elles sont seulement deux femmes à y participer. Concernant leur représentation et légitimité en tant que femme, toutes deux se sont exprimées à ce sujet.

« Au niveau des moyens d’expression, dans le groupe GIEE, je me sens écrasée, je n’arrive pas bien à m’exprimer et à me sentir à ma place. Pour la question de genre, j’ai l’impression que mes collègues ont des attitudes de chefs d’entreprises. C’est peut-être mon gros défaut mais je fais plus en fonction de mes convictions, c’est-à-dire à me cultiver avec les moyens du bord et à nourrir le plus de monde possible avec ces moyens-là. Alors que mes collègues ont tendance à mettre sous cloche dès qu’il y a un problème au lieu de chercher une autre solution peut être plus dure à mettre en place. » (Enquêtée 1)

Malgré le fait qu’elles ne sentent pas forcément légitimes au sein de cette instance, il est cependant important pour elles d’y participer.

« C’était important pour moi d’avoir accès aux collègues, de voir comment ils font. Puis, ça soutient. C’est vachement agréable d’être soutenue. On a besoin de ça, de sortir le nez de nos fermes et d’aller voir ce qu’il se fait ailleurs. De voir que les collègues galèrent ou alors qu’ils réussissent. Tu te dis bon ça va c’est possible. » (Enquêtée 2)

Ainsi, la participation des néo-paysannes à des instances collectives montre un grand intérêt à diffuser leurs valeurs et pratiques alternatives. Cette implication prouve également leur volonté à s’intégrer pleinement dans le monde agricole traditionnel. 

3. Des liens avec le monde agricole traditionnel

Deux tendances apparaissent concernant la fréquentation des néo-paysan.ne.s avec des agriculteur.rices traditionnel.les. La première est que les liens sont plutôt distants car ielles ne se fréquentent pas beaucoup. Quant à la seconde tendance qui s’affirme, celle-ci montre que les enquêtées entretiennent des liens proches avec les agriculteur.rices traditionnel.les.

« J’ai plutôt envie de dire que c’est eux qui ne nous fréquentent pas. Ils sont beaucoup de nuciculteurs dans la vallée mais ils ne se parlent très peu. Ils ont très peu de rapports entre eux. Ils sont plutôt en concurrence les agriculteurs traditionnels. Je trouve que dans l’agriculture traditionnelle, il y a beaucoup de méfiance, de rivalité et de compétition. Ce n’est pas un monde très agréable. Ils observent beaucoup entre eux, qui à commencer à ramasser, qui à faucher, qui à acheter un tracteur. » (Enquêtée 2)

A l’inverse, des liens proches illustrent des valeurs partagées comme l’entraide, le soutien, ou encore la solidarité. Certaines exploitations agricoles fonctionnent grâce à la mutualisation de matériel comme le partage de tracteurs. Également, le travail collaboratif permet d’entretenir ces liens et de garantir une stabilité dans leur projet.

« Les agriculteurs que l’on fréquente nous ressemble par la force des choses. On s’entend bien, on a acheté un tracteur en commun, on fait les livraisons en commun. » (Enquêtée 6)

Figure n°3 : Tracteur
(enquêtée 6)

Pour finir, on peut aborder un cas intéressant qui illustre parfaitement la volonté de faire de l’interconnaissance avec les agriculteur.rice.s traditionnel.le.s. Il s’agit d’une des enquêtées qui a sa ferme sur le terrain d’un nuciculteur. Ce dernier en tant qu’agriculteur traditionnel a eu la volonté de créer un collectif en regroupant la maraîchère et des maçons installés sur ses terres. Afin de créer des moments de convivialité, ce collectif organise des festivals de musique à la ferme tous les quinze jours. Ces moments de convivialité permettent à l’enquêtée de vendre ses légumes aux personnes qui se rendent aux événements organisés. De plus, les membres du collectif, sont une aide considérable pour la maraichère.

« Il y a le collectif de maçons qui est là, ça leur fait plaisir de travailler la terre, ça les change d’aller faire des chantiers. En échange, ils ont quelques légumes. Ils ont une force physique que moi je n’ai pas. Ils m’aident beaucoup pour le maraîchage. » (Enquêtée 2)

Cet exemple de collectif est en mettre en parallèle avec la question de l’accès à la terre qui peut être un véritable frein lors des installations agricoles. Toutefois, des moyens alternatifs sont mis en place, notamment avec les installations en collectif qui deviennent alors de véritables opportunités pour les néo-paysan.ne.s.

« Au départ, je n’étais pas partie pour m’associer avec des personnes, je voulais faire ça toute seule. Du coup, on me disait qu’une femme toute seule ne s’en sortirait pas. D’autre part, par rapport aux prix exorbitants des terrains pour avoir un financement, c’est compliqué. Fallait tout combiner et ça ce n’était pas simple. » (Enquêtée 6)

Les liens entretenus par les néo-paysannes avec les agriculteur.rice.s traditionnel.le.s sont multiples et variés. Ils montrent une certaine volonté à produire de l’interconnaissance avec les agriculteur.rice.s traditionnel.le.s afin de s’intégrer dans le monde agricole et maintenir au mieux les savoir-faire paysans.

Conclusion

Pour conclure cet article, nous pouvons affirmer que les néo-paysannes arrivent dans le monde agricole actuel avec de nombreuses valeurs alternatives.

Ces valeurs alternatives ont pour objectif de rentrer dans le monde agricole traditionnel en vue de faciliter la transition agricole et de redynamiser les territoires en créant une économie locale.

Enfin, les enquêtées de cette recherche ont toutes montré leur motivation à faire un « métier qui a du sens » ainsi que leur volonté à « devenir leur propre patron ». A travers ces initiatives de retour à la terre, ces femmes cherchent donc à donner du sens à leur carrière professionnelle. Elles ne cherchent pas à s’imposer mais à valoriser des produits de qualité qui correspondent à leurs valeurs personnelles.

Fiona Vicari
Masterante Urbanisme et Aménagement (Ingénierie du Développement et de l’Aménagement des Territoires en Transition), Université Grenoble Alpes

Pour citer cette publication : Fiona Vicari, Être néo-paysanne aujourd’hui, AgriGenre, juin 2024.
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/19510 
DOI : https://doi.org/10.58079/11rdg

Bibliographie

ADAF , Maraîchage sur sol vivant, (s.d.)

Bio à la une, Néo-paysan : un métier d’avenir qui prône un retour à la terre en agroécologie, 2017.

Buclet Nicolas, L’empreinte écologique des villes et des territoires, UGA, 2022

Chambre d’agriculture PACA, Transformation des produits, (s.d).

Lemarchant Clotilde et Pauline Seiller, Agricultrices, Travail, genre et sociétés, vol. 45, no. 1, 2021, pp. 25-30.

Rasplus Valéry, Les néo-paysan.ne.s comme facteurs de changements ?, AgriGenre, mars 2024.

Raynal Virginie, La transition agricole viendra des néo-paysans , Reporterre, 2019

Sénat, Femmes et agriculture : pour l’égalité dans les territoires, 2017

Vicari Fiona, Être néo-paysanne aujourd’hui : enjeux, freins et opportunités, Mémoire de master, 2023