Archives par mot-clé : néoféminisme

Le néoféminisme libéral dans les entreprises et les exploitations agricoles

Les mondes de l’entreprise ont vu apparaître au cours de ces dernières années une demande sociale de plus en plus importante en vue de lutter contre les inégalités et les discriminations touchant les femmes (Collectif, 2023). Cette revendication peut emprunter un certain nombre de codes et de logiques d’actions ainsi qu’un vocabulaire bien particulier qui peut s’accorder avec ceux de l’économie néolibérale.

Si le capitalisme « s’était construit grâce à et sur l’oppression de genre » il s’agit de comprendre comment des acteur.trice.s s’inscrivant dans l’économie néolibérale envisagent d’intégrer cette lutte contre les oppressions et les discriminations sociales de genre dans les entreprises et ce par l’intermédiaire du néoféminisme libéral comme manière de manager et de gouverner.

Sandrine Hollin note dans Chères collaboratrices (La Découverte, 2023) que des entreprises ont commencé à mettre en place toute une série de mesures correctrices afin de rendre leur structure women friendly : « flexibilité du temps de travail et interdiction des réunions à certaines heures, congé étendu pour le second parent à la naissance d’un enfant, lutte contre le harcèlement sexuel ou le sexisme ordinaire, lutte contre les violences sexuelles et le sexisme », à quoi s’ajoute « les actions de sensibilisation » (…) à la question des stéréotypes (…) qui influenceraient nos comportements ».  Mais n’est-ce pas du gender washing ?

Le féminisme, dans sa pluralité, gagnerait-il du terrain au sein des entreprises ou s’agirait-il plutôt d’une nouvelle forme de gouvernementalité (néolibérale) qui a su intégrer le féminisme à la manière des questions environnementales et écologiques comme auparavant le capitalisme a su le faire « grâce en partie à la récupération de courants critiques dirigés contre lui » (Fraser, 2011) ? C’est ainsi qu’à titre personnel j’ai été plusieurs fois contacté par des acteur.trice.s du monde entrepreneurial agricole pour leur apporter des éléments de réflexions sur les relations sociales de genre au sein d’exploitations et d’entreprises  agricoles.

En s’appuyant, entre autres, sur les écrits de Michel Foucault (Foucault, 2004), Sandrine Hollin remarque que « questionner les politiques d’égalité femmes/hommes mises en place pour et par les entreprises sous l’angle du néolibéralisme » permet en retour de questionner sa rationalité et son ordre normatif.

Au lieu d’« apporter une analyse des causes systémiques ou structurelles des inégalités de genre » le néolibéralisme se focaliserait essentiellement « sur et au niveau de l’individu » en faisant de ce dernier « un entrepreneur de lui-même » qu’il faut corriger, adapter et booster : pensons à la mode du développement personnel qui évacue les structures d’oppression, les relations de pouvoir, d’inégalité, de discriminations, les rapports de domination… ainsi que les actions collectives (Laval, 2018). La valeur cardinale de cette approche individualisante du néolibéralisme entrepreneurial n’est pas l’entraide mais celle de la compétition entre acteur.trice.s et entre structures. Le féminisme néolibéral troquerait le « principe d’égalité aux valeurs du marché » (Sénac, 2015) en valorisant la « libre » concurrence entre les salarié.es afin de soutenir la productivité et l’augmentation des profits de l’entreprise (Lapeyre et al. 2021).

Dans cette optique, la valorisation de la diversité et la lutte contre les stéréotypes seraient portées par des entreprises à des fins matérielles : huiler la machine entrepreneuriale et éliminer les aspérités qui freineraient son développement économique, faisant des femmes « des hommes comme les autres », des salarié.e.s en compétition recherchant la performance au service de l’entreprise qui saisirait l’opportunité des questions portant sur les relations sociales de genre afin d’accroitre ses intérêts économiques.

Si « les inégalités de genre ne sont pas bonnes pour l’économie » et si « plus de diversité est bon pour le business »  alors « l’économie, c’est assez simple : plus de femmes qui travaillent, ça signifie plus de croissance économique » (Foroohar, 2022).  La recherche de justice sociale et d’égalité entre les hommes et les femmes, tout comme la fin des discriminations de genre ne sont pas recherchées en soi mais pour des raisons économiques, comptables, valorisant au passage l’image de l’entreprise vue comme égalitaire, inclusive, attirante et performante.   

Pour Sandrine Hollin, « le féminisme néolibéral crée une nouvelle subjectivité féminine, celle d’une entrepreneuse « gérant » sa vie comme une entreprise, à coup d’investissement et de partenariats stratégiques ». Au final, « en troquant l’égalité pour la libre concurrence, cette femme déplace le rapport d’oppression au lieu d’y mettre fin. Elle s’affirme en exploitant le différentiel de valeur la distinguant d’individus moins bien lotis et s’enferme à son tour dans une logique d’auto exploitation, en quête d’une libération qui ne peut dès lors advenir ».

Ainsi la démarche de ces femmes inscrites dans une logique du marché féministe néolibéral, du féminisme productif comme nouvel ordre normatif, n’est facteur d’émancipation ni pour elles-mêmes ni pour autrui. En effet, « que retient un individu à qui l’on dit le matin de considérer l’autre comme son égal, de ne pas le/la brusquer et à qui l’ont dit l’après-midi d’être toujours plus compétitif quitte à « écraser la concurrence » ? ». La recherche d’égalité entre les hommes et les femmes est sacrifiée sur l’autel de la rentabilité économique concurrentielle du capital humain. There is no alternative… 

Ce type de néoféminisme libéral décrit par Sandrine Hollin est aussi à l’œuvre dans les  entreprises et les exploitations des mondes agricoles qui se disent sensibilisées aux problématiques de relations sociales de genre.

Valéry Rasplus

Pour citer cette publication :  Valéry Rasplus, Le néoféminisme libéral dans les entreprises et les exploitations agricoles , AgriGenre, février 2024
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/17240 
DOI : https://doi.org/10.58079/vqbe

 

Bibliographie

Collectif, Femmes managers. 50 façons d’affirmer son leadership, Management, avril-mai 2023.

Foucault Michel, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France 1978-1979, Editions de l’EHESS/Gallimard/Seuil, 2004.

Foroohar Rana, America needs to get women back into work, Financial Times, 3 juillet 2022

Fraser Nancy, « Féminisme, capitalisme et ruses de l’histoire », Cahiers du genre, vol. 50, n°1, 2011, p. 165-192.

Laval Christian, Foucault, Bourdieu et la question néolibérale, La Découverte, 2018.

Lapeyre Nathalie, Laufer Jacqueline, Lemière Sèverine, Pohic Sophie (dir.), Le Genre au travail. Recherches féministes et lutte de femmes, Syllepse, 2021.

Sénac Réjane, L’Egalité sous condition. Genre, parité, diversité. Presses de Sciences Po, 2015. Développemen