Archives par mot-clé : FNSEA

La condition des agricultrices vue par Bernard Lambert

En 1970 paraissait Les Paysans dans la lutte des classes de Bernard Lambert (1931-1984), agriculteur, syndicaliste et politique, originaire de Loire-Atlantique.

Cet ouvrage vif qui attaquait “les fausses solutions, préconisées notamment par les dirigeants agricoles réformistes qui veulent à tout prix trouver une issue durable au problème agricole dans le cadre du capitalisme” allait marquer l’esprit de plusieurs générations des campagnes.

Une campagne de classes

Ancien de la Jeunesse agricole catholique (JAC) et du Cercle national des jeunes agriculteurs (CNJA), passant ensuite par la Fédération régionale des syndicats d’exploitants agricoles de l’Ouest, Bernard Lambert fut élu député en 1958 du Mouvement républicain populaire (MRP) avant d’adhérer en 1966 au Parti socialiste unifié (PSU).

Michel Rocard notait dans la préface que “dans cette région catholique homogène [ la Loire-Atlantique ], le MRP apparaissait comme une formation avancée par rapport aux notables conservateurs et royalistes qui traditionnellement représentaient la paysannerie” , précisant plus loin que “pendant fort longtemps, la représentation du monde agricole a été monopolisée par les gros agrariens des régions riches et pratiquement contrôlée par les notables ruraux qui fondaient leurs mandats électifs sur la clientèle paysanne” .

Figure incontournable du syndicalisme agricole, Bernard Lambert fondera en 1981 la Confédération nationale des syndicats de travailleurs paysans (CNSTP) qui participera avec la Fédération nationale des syndicats paysans (FNSP) à la création en 1987 de la Confédération paysanne.

Une agricultrice/paysanne non nommée mais dominée

Ne cherchez pas les mots “agricultrice” ou “paysanne” dans cet ouvrage, Bernard Lambert ne les utilise pas. Il parle simplement de femmes d’agriculteurs. La visibilité des agricultrices/paysannes n’allait pas de soi en 1970 (sur la visibilité des femmes dans le monde agricole, voir : “Comment être une agricultrice en 2020 ?” et “Le poids du quantitatif : genre et référencement” ).

Bernard Lambert rend compte que les femmes d’agriculteurs font “des horaires qui peuvent atteindre en période de pointe 12, 14, 16 heures par jour” . Quant aux enfants, ils arrêtent partiellement ou totalement leurs études pour venir travailler sur l’exploitation( gratuitement ou presque).

Femme aux champs, complément du chef d’exploitation, femme domestique, femme éducatrice des enfants, sans statut, sans formation, sans salaire, considérée comme sans profession, peu de femmes se retrouvaient dans les syndicats et encore moins à des postes de responsabilité. Quid dans les groupement de production, les coopératives, les groupements techniques… ?

Information agricole, n° 476, janvier 1977

Le femme de l’agriculteur “n’a de chances de jouer un rôle syndical (autrement que dans une commission féminine parallèle sans pouvoir ni responsabilité), que si elle est veuve et considérée comme “chef” d’exploitation elle-même” . Outre qu’il y avait peu de femmes à responsabilité dans les syndicats agricoles, celles-ci constituaient un effectif relativement modeste (voir : “Les femmes comme représentantes syndicales dans le milieu agricole français” ).

Pour Bernard Lambert, “la FNSEA a choisi d’être un syndicalisme de chef d’entreprise, au même titre que les PME ou le CNPF et non un syndicalisme de travailleurs. Pour elle, structurellement, il ne faut pas confondre paysans et ouvrier. Il ne faut pas devenir un syndicat de travailleurs. Il faut maintenir l’alliance de la carpe et du lapin : les paysans exploiteurs et les paysans exploités se retrouvant dans la même organisation” . Il enfoncera le clou plusieurs pages plus loin avec cette formule “Si tous les exploités aimaient bien les exploiteurs, il n’y aurait plus de problème ! ” .


On lira avec intérêt l’ouvrage de Pierre Muller, Le technocrate et le paysan. Les lois d’orientation agricole de 1960-1962 et la modernisation de l’agriculture française, L’Harmattan, 2014. En particulier p. 204-212.


Si Bernard Lambert indique que “nos mères étaient vieilles avant 40 ans” du fait qu’elles devaient “fournir une somme de travail invraisemblable, souvent très au-dessus de ses forces” , la nouvelle génération de femmes agricultrices n’a pas été pour autant libérée par la diffusion des commodités de la société de consommation (appareils ménagers…).

Publicité Moulinex, 1962

Ainsi, “l’idéal qu’on lui a présenté, dès l’école primaire et surtout dans la plupart des écoles ménagères, c’est de bien se préparer pour bien servir plus tard son mari et élever convenablement ses enfants. Ne pas être pour elle-même ; être au service des autres. Ce qui implique de trouver un mari qui, s’il est agriculteur et s’il réussit sur le plan économique, fera d’elle la femme au foyer, la petite bourgeoise, libérée des contraintes de travail subies par sa mère” .

La femme de l’agriculteur qui ne va pas ou plus au champ devient la femme moderne idéale au foyer du chef d’exploitation, “enfermée entre ses quatre murs, convaincue de son inutilité par rapport à son travailleur de mari, la femme “sourire” et “bouquet de fleur” devient le parfait instrument, le “repos du guerrier” sur tous les plans” .

Femme au foyer, main d’œuvre d’appoint, au service du chef d’exploitation, sans trop d’autonomie, sans trop de responsabilité, plus ou moins soumise, inférieure et inégale, “en aucun cas, la femme n’a de valeur en tant que personne” .

A travers la condition de la femme du monde agricole, Bernard Lambert appellait à changer les mentalités et les comportements, à remettre en cause une société qu’il connaissait bien : une société paysanne/agricole où , dans les années 70, ségrégations et dominations de classe et de genre étaient courantes.

Son message reste encore d’actualité.

Affiche Via Campesina (2020)

Valéry Rasplus

Pour citer cette publication : Valéry Rasplus, " La condition des agricultrices vue par Bernard Lambert ", AgriGenre, février 2021. Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/2607

Échos

¤ Cacti (magazine féministe), février 2021