Archives par mot-clé : Faible dose

Des paysan.ne.s bio et les « faibles doses » acceptables

Au cours de plusieurs entretiens avec des paysan.ne.s orienté.e.s en agriculture biologique j’ai eu l’occasion d’échanger sur des questions portant sur les intrants et les « faibles doses » en milieu agricole, comme l’utilisation du glyphosate, du cuivre… Ces échanges ont amené quelques éléments de réflexion.

Faibles doses et doses maximales acceptables

Nous vivons dans un monde où, malgré l’avancée des sciences et des techniques, les parts d’incertitude et d’ignorance conservent encore une place importante dans nos sociétés.

La sociologie du risque, mais aussi la sociologie  de la santé et de l’environnement ont déjà eu l’occasion de se pencher sur ce type de problématique à travers, par exemple, les travaux de Yannick Barthe, Pierre Lascoumes, Francis Chateauraynaud ou Pierre Legadec.

Quelque soit le domaine d’activité (agriculture, alimentaire, bâtiment, santé, nucléaire…) faisant appel à des éléments chimiques (naturels ou de synthèse), les questions de seuil (de « faible dose » acceptable ou de « dose maximale » à ne pas dépasser) et d’acceptabilité des risques peuvent faire l’objet de négociations, de compromis, de conflits, de controverses, de polémiques ou d’impositions à plusieurs niveaux, à travers plusieurs champs (politiques, scientifiques…) entre les acteurs impliqués (citoyens, militants, politiques, chercheurs, industriels…).

Des acteurs peuvent utiliser des produits chimiques (naturels ou de synthèse) qui sont susceptibles de porter atteinte à la santé ainsi qu’à l’environnement. Ces acteurs peuvent choisir de respecter ou au contraire de ne pas respecter des seuils acceptables recommandés (« normalisés ») en le dépassant, jusqu’à un certain point, en toute connaissance de cause, quitte à payer des pénalités ou d’être contraint à engager des réparations pour d’éventuels dommages.

Comme toute construction sociale, ces seuils peuvent être acceptés, détournés ou enfreints.

Dispositifs de concertation

Les questions de faibles doses acceptables et  d’acceptabilité des risques peuvent être mises à l’agenda, puis portées en  discussion au sein d’espaces confinés ou d’arènes publiques – en temps normal ou lors de crises sanitaires et d’enquêtes judiciaires – entre experts provenant d’entreprises privées et du domaine public ou au sein de forums hybrides entre experts et profanes.

Cette association d’acteurs peut-être complétée par la présence éventuelle de contre experts, de lanceurs d’alerte, d’associations de consommateurs, de protection de l’environnement…. Ces derniers peuvent faire pression sur les entreprises suspectes afin de leur demander plus de transparence et d’information sur les effets potentiels ou, par exemple, de faire retirer du marché des produits contenant des substances identifiées ou suspectées d’être dangereuses (amiante, bisphénol A et bisphénol S, glyphosate, cuivre…).

Des dispositifs issues de crises sanitaires et environnementales

En 1976, à Seveso (Italie), l’usine chimique ICMESA est victime d’une surchauffe d’un de ses réacteurs, laissant échapper dans l’atmosphère un nuage hautement toxique contenant de la dioxine. Cet accident industriel engendra une crise sanitaire et environnementale sans précédent.

A la suite de cette catastrophe, un rapport scientifique avait recommandé l’établissement d’un seuil d’acceptabilité de la dioxine relativement bas. Mais cette recommandation ne fut pas suivit d’effet. Le pouvoir politique en place fit savoir qu’il ne disposait pas d’appareils métrologiques pouvant détecter un tel niveau de dioxine. Ce fut alors un seuil plus élevé que celui préconisé par des scientifiques qui fut retenu comme la norme acceptable.

Dans cet exemple, le rapport de force entre science réglementaire et politique a tourné à l’avantage au second. La logique de seuil d’exposition s’est plié au régime d’acceptabilité des risques.

Des doses et du temps

Si des dispositifs techniques n’ont pas toujours la capacité de détecter un certain nombre de particules en dessous d’un certain seuil recommandé, il arrive également que l’on ignore encore la toxicité potentielle d’une substance ou ses éventuels effets indésirables dans le temps, à plus ou moins long terme, seule ou combinée à d’autres substances (« effet cocktail »), indépendamment d’un critère de seuil, même à « faible dose » normalisée ou en deçà.

Le temps de la recherche toxicologique est de fait plus long que celui de la mise sur le marché des produits chimiques (naturels ou de synthèse).

Par ailleurs, toutes les substances ne produisent pas l’intégralité de leurs effets immédiatement. Plusieurs années peuvent se passer entre le moment de la diffusion des molécules chimiques (naturelles ou de synthèse) et le moment de potentielles alertes toxicologiques dans l’espace public ou de connaissances plus affinées sur ces substances.

Cette diffusion étalée dans le temps aura pu engendrer un certain nombre de pathologies ou de dégâts sanitaires et environnementaux plus ou moins conséquents (cancers, diminution de la biodiversité…) ou être encore en phase d’en développer plus tard.

Cette dilution des conséquences sanitaires et environnementales entraînera par la même occasion une dilution des responsabilités.

Comment évaluer les risques ?

A côté des études de terrain, certains dispositifs techniques d’évaluations peuvent être placés dans des espaces confinés, protégés et réducteurs, que sont les laboratoires d’analyses, c’est-à-dire dans des lieux où les interactions entre la substance analysée et  l’environnement sont limitées et relativement biens contrôlées. Ce qui ne sera pas le cas hors de cet espace où se croiseront de multiples interactions qui ne seront pas forcément pris en compte, sélectionnées, ni évaluées dans des laboratoires d’analyses, mais aussi de part des particularités populationnelles et environnementales.

Ce qui pose d’autres questions, comme celles de l’âge, du sexe… et du suivi à long terme des populations exposées, voire d’un possible effet transgénérationnel ; des niveaux d’évaluation des protocoles de risque (de la nanoparticule à l’environnement macroscopique), de leurs pertinences et leurs fiabilités, de leurs résultats (avec la possible présence de « faux-négatifs » ou/et de « faux positifs ») et donc in fine de la validité de la preuve.    

La faible dose ne fait pas le risque faible

Si la « faible dose » ne peut plus être raisonnablement considérée comme équivalente au « faible risque » («Tout est poison, rien n’est poison, seule la dose fait le poison », Paracelse), alors la « faible dose » peut aussi engendrer un risque potentiel conséquent pour la santé, comme pour l’environnement.

La faible dose n’est pas une garantie en soi de l’absence de tout risque.

Ce constat tend à bousculer une certaine vision de la toxicologie en faisant voler en éclat la logique de seuil réglementaire acceptable comme seule réponse possible dans l’évaluation de faibles doses de produits chimiques (naturels ou de synthèse) potentiellement à risques.  

Valéry Rasplus

Pour citer cette publication : Valéry Rasplus, " Des paysan.ne.s bio et les « faibles doses » acceptables ", AgriGenre, septembre 2021. Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/3660