Archives par mot-clé : Agricultrice

Comprendre la division sexuelle du travail agricole : évolutions historiques et impacts présents

Aujourd’hui, en France, les agricultrices ont accès aux mêmes statuts que les agriculteurs et peuvent donc exercer comme exploitantes, co-exploitantes ou associées : elles représentent ~27% de ces effectifs (Rasplus, 2022).

Toutefois, comme dans de nombreuses autres situations professionnelles, ce changement d’accès au statut professionnel n’a pas eu raison de la division sexuelle du travail mais l’a transformé et déplacé (Zaidman, 2002). Ainsi, dans les représentations et dans les faits, les hommes utilisent davantage les machines agricoles et s’occupent des grandes cultures tandis que les agricultrices utilisent avant tout des outils manuels et s’occupent des activités de soin, de transformation, de gestion comptable et administrative et de ménage des ateliers de production.

D’où vient cette division sexuelle du travail agricole ? Quels impacts a-t-elle ? Comment est-elle vécue par les agricultrices ? Qu’en est-il pour les agricultrices ne travaillant pas avec des hommes ?

Cet article est un résumé d’une analyse socio-historique sur le genre, l’agriculture et les techniques, enrichie par des entretiens de 13 agricultrices installées en agriculture biologique.

Évolutions de la division sexuelle du travail agricole

Au début du XXe siècle, la production agricole prend la forme de polyculture-élevage majoritairement pour la subsistance et implique l’ensemble de la communauté rurale (Bécouarn, 1975 ; Nicourt, 2013). La répartition du travail est notamment basée sur une division sexuelle du travail. Les hommes s’occupent des animaux de trait et sont responsables des travaux des champs. Les femmes (qui ne sont pas encore considérées comme des agricultrices mais comme « femme » ou « fille de ») y participent. Elles sont aussi responsables de productions agricoles, en particulier des élevages (soin, traite, transformation en fromage et/ou beurre par exemple). Via ces productions, elles produisent des ressources économiques.

Déjà mis à mal par la première guerre mondiale, l’exode rural et l’inscription de l’agriculture dans le marché mondial, les collectifs de travail disparaissent à partir des années 1920 et la famille agricole exploitante se réduit de plus en plus (à partir des années 1950, il ne reste souvent plus que l’exploitant, ses parents et son épouse). Des politiques natalistes et la première vague de mécanisation de l’agriculture tentent de pallier ce manque de main-d’œuvre.

Toutefois, l’organisation sexuelle du travail agricole et le système de polyculture-élevage ne sont pas modifiés (Bécouarn). Les travaux des champs sont les premiers concernés par la mécanisation : les agriculteurs deviennent responsables des travaux mécanisés (par ex. : la conduite du tracteur), les femmes réalisent les travaux manuels. Le manque de main-d’œuvre dans les activités des femmes n’est, lui, pas compensé : leur travail, qui reste manuel, s’intensifie grandement. De plus, elles sont plus isolées socialement car, « [travaillant] en permanence, [elles] ne [pouvaient qu’] entretenir des échanges [en] les insérant dans l’exécution de leurs activités » via les collectifs de travail disparus (Nicourt). Les revenus générés via leurs productions servent alors à compléter l’achat des équipements dédiés aux travaux des champs :

[Les machines] faisai[en]t sa fierté […]. Pourtant elles en ont coûté de la sueur aux hommes et aux femmes. Mais les hommes en profitaient plus que nous, puisque les machines étaient faites pour le travail des champs. […] L’argent de mes fromages a souvent permis de boucler. C’est pourquoi je les faisais ces fromages, le soir quand tout le monde était couché. […] J’étais fière [mais] […] je pensais qu’une pompe m’aurait aussi bien rendu service.
(Mme. Y.S, 58 ans, Bécouarn, 1975, p. 46).

Après la seconde guerre mondiale, la « modernisation » de l’agriculture s’accélère et transforme profondément les pratiques. Les politiques veulent réduire les coûts de production en l’industrialisant et en réduisant le nombre d’actifs agricoles.

Les investissements conséquents et la rationalisation des productions mènent à une spécialisation des productions et rendent indispensables la gestion administrative et comptable de l’exploitation ainsi que la formation agricole. Cette formation se décline alors selon le genre pour « préparer une force de travail qualifiée » tout en « détourn[ant] […] une large partie de la jeunesse rurale vers des secteurs d’activité non agricoles » (loi d’orientation agricole de 60-62, Caniou, 1983, p. 48) : l’enseignement agricole féminin sera davantage axé vers des fonctions tertiaires et des activités de gestion. Les femmes n’ont pas accès aux formations techniques car le discours dominant est alors de les « libérer » du dur travail agricole au profit du travail domestique. Celui-ci représente alors un idéal de mieux vivre pour tout le monde agricole, notamment pour les femmes qui ont travaillé dur et seules au cours des dernières décennies.

Toutefois, dans la pratique, si elles ne sont plus responsables d’activités de production, elles continuent de travailler pour l’exploitation. La gestion administrative leur est déléguée par les hommes et elles se l’approprient pour gagner en reconnaissance professionnelle au sein de l’exploitation (Pelletier, 2007). De plus, elles continuent de travailler dans les exploitations en main-d’œuvre d’appoint, en particulier pour les travaux manuels, physiquement pénibles. L’évolution de l’organisation du travail de la traite est le parfait exemple de ce processus.

L’évolution du travail dans la traite

Pour commencer, la modernisation de la traite a démarré bien après celles des productions végétales car l’industrie estime qu’il existe deux freins à l’investissement : la petite taille des élevages (gérés par les femmes, avant tout pour l’autoconsommation) et les lourds investissements « réalisés dans le ‘‘machinisme-labour’’ [qui] ne permettent pas d’en effectuer de nouveaux dans un autre domaine » (Bécouarn, p. 62). Ainsi, les femmes continuent jusque dans les années 60-65 au moins à réaliser seules la traite à la main, le transport du fumier à la brouette, la distribution à la fourche des aliments du bétail, etc.

Au fur et à mesure que les installations se mécanisent et que les troupeaux grossissent, la participation des chefs d’exploitation à la traite augmente (Bécouarn). L’évolution de cette « ‘‘reprise en main par les hommes’’ [de productions] qui ‘‘gagneraient en noblesse’’ par l’apport de technologies nouvelles » implique de modifier « l’état d’esprit qui […] fait considérer le travail sur les animaux […] comme le travail des femmes et non celui du chef d’exploitation » (Pelletier, p. 9 ; Cohen, 1984). Ainsi, en 1975, ils assurent régulièrement la traite dans :

  • 6% des machines à traire au sol (les opérations manuelles et de manutention y restent très nombreuses, notamment pour le transfert du lait, max. 3 vaches traites simultanément) ;
  • 24 % des salles de traite (transfert automatique du lait au tank de stockage pour éviter la manutention, 4 à 18 vaches traites simultanément).

Mais les éleveuses restent présentes dans ces installations davantage mécanisées : elles s’occupent des tâches précises et manuelles « annexes » de la traite (le lavage des pis par ex.) et le lavage de la salle de traite. En effet, en 1975, « moins de 3 % des chefs d’exploitation effectuent la mise en route du lavage [et] uniquement lorsqu’il existe un auto-laveur programmé » (Bécouarn, p.156). Elles réalisent aussi deux fois par jour le lavage de la laiterie, critique pour la qualité du lait qui sont moins bien équipées que les salles de traite en 1975.

Ainsi, le travail des agricultrices est resté intense, pénible et majoritairement manuel au cours de l’évolution de l’agriculture. La mécanisation a historiquement réservé aux agricultrices les tâches « annexes » et manuelles, redessinant la division sexuelle du travail agricole.

Quels impacts de la division sexuelle de travail agricole aujourd’hui ?

Aujourd’hui, avec l’accès des agricultrices aux mêmes statuts que les agriculteurs, cette division sexuelle du travail a évolué à nouveau… sans disparaître. Sur l’exploitation laitière, un témoin de sa permanence est que l’organisation de la traite change lorsqu’un duo père-fils remplace le couple mari-femme : elle est alors négociée entre les hommes pour permettre, entre autres, des rotations (ou un système d’échange qu’ils jugent « acceptable ») et la réduction du morcellement du travail (Cardon dans Nicourt, 2013).

Ainsi, pour les agricultrices travaillant avec des agriculteurs, l’organisation sexuelle du travail persiste (avec des variations selon leur situation : travaillant ou non avec leur conjoint ? Appétences des associé.es pour le tracteur ? Ateliers de productions ? etc.).

Cela n’est pas sans impact pour les agricultrices. Entre autres choses, cela agit sur :

  • La présence aux champs : Le travail de gestion administrative et comptable de l’exploitation, celle du foyer et de la famille ainsi que les activités de transformation limitent la présence des agricultrices aux champs ou avec les animaux.
  • Le morcellement du travail : les agricultrices ont un travail très morcelé, notamment car la recherche de coordination au travail avec les agricultrices est plus rare. Or ce morcellement est épuisant, il génère de la charge mentale et il est moins valorisant car il est plus dur de rendre compte du travail fait (CIVAM, 2019 ; Filippi et Nicourt, 1987 ; Nicourt, 2013 ; Paysannes en Polaire et Bénézit, 2021).
  • La reconnaissance de leur travail : le morcellement du travail, la moindre présence aux champs et/ou la responsabilité d’ateliers de productions aux plus faibles revenus économiques affectent la reconnaissance du travail des agricultrices.
  • Le développement des compétences techniques et leur confiance en elles et en leurs capacités techniques : Les agricultrices sont amenées à moins utiliser les machines agricoles que leurs associés. Ce qui est surprenant c’est que cette répartition de l’utilisation des machines se met en place quel que soit l’ordre d’arrivée des associé.es. Elles développent moins leurs compétences techniques que leur associés et l’écart de compétences a tendance à se creuser. Cela impacte leur confiance en leur capacités techniques :

C’est moi qui me suis installée en première. […] [4 ans plus tard] c’est moi qui ai fait la transmission à [mon conjoint]. […] Dans l’urgence du boulot, on est retournés à un fonctionnement assez genré à la ferme, qu’il n’y avait pas du tout au début. […] Lui se sent plus à l’aise [sur le tracteur] car il est fils d’agriculteur. Moi j’avais quand même une pression et une petite appréhension à passer pour me lancer avec ces machines. […] [Mais] quand les autres le font à notre place] […] ça nous prive de la répétition, […] [ça mène à] la perte de confiance de savoir-faire avec ces grosses machines. […] Je sais faire et je peux y aller mais vu que je fais [plus] souvent, j’ai plus du tout envie d’y aller. […] C’est en dépannage quoi. […] Dans la praticité on laisse courir, c’est pas comme si il y avait [pas] d’autres choses à faire
(Justine, éleveuse laitière)

Cela impacte aussi leur autonomie car elles dépendent souvent de leurs associés et de leur disponibilité pour l’entretien et la réparation de l’équipement agricole nécessaire au bon déroulé de leur travail (Filippi et Nicourt, 1987).

  • La santé : Le travail des agricultrices est très pénible physiquement. Elles ont 1.4 fois moins d’accidents du travail que les agriculteurs mais 2.8 fois plus de troubles musculosquelettiques qu’eux (en particulier les affections périarticulaires qui touchent déjà plus les actifs agricoles que la moyenne nationale du régime général) (Forget et al., 2019). Les raisons ? Cela peut s’expliquer en partie par le référentiel masculin dominant en agriculture qui obligent de nombreuses agricultrices à prouver qu’elles peuvent en faire autant pour être perçues comme légitimes : « [Notre travail est dévalué] du coup, on essaye de compenser physiquement, de se donner à fond, jusqu’à arriver à se blesser » (Julie, petits fruits et transformation). Ces chiffres semblent aussi corroborer le constat fait par de nombreuses travailleuses agricoles que les outils et/ou l’organisation de la production ne sont pas adaptés à leur morphologie et que ce manque d’ergonomie complique leur travail. Le genre est un impensé dans la conception des outils agricoles ainsi que dans leur utilisation, contrairement à ce que plébiscitent massivement les agricultrices (Rasplus, 2020a).
  • La représentation dans les syndicats : la division sexuelle du travail (pas seulement agricole) semble le freiner (FNAB, 2018). Elles sont peu présentes dans les instances décisionnelles liées à l’agriculture et dans les syndicats, à tous les niveaux (Rasplus, 2020b).

Cette organisation n’est pas forcément conscientisée comme étant basée sur des stéréotypes et des compétences socialement construites comme sexuées. Elle n’est pas non plus forcément critiquée. Les agricultrices peuvent d’ailleurs aussi contribuer à sa mise en place ou à son maintien en le justifiant par la recherche d’efficacité et par les préférences personnelles. Mais, comme elle les impacte au quotidien, nombre d’entre elles souhaitent malgré tout que l’organisation du travail change. En effet, elles sont :

  • plus de la moitié à exprimer de la frustration par rapport à des activités qu’elles réalisent à l’intérieur, à l’intersection du professionnel et du privé ;
  • deux tiers à souhaiter réaliser davantage d’activités de plein air (activités reconnues comme du travail agricole et socialement valorisées) (Guérillot, 2021).

Et les agricultrices indépendantes ?

47 % des cheffes d’exploitation sont installées en exploitation individuelle, en rupture avec le cadre agricole familial (Dahache, 2010). Elles sont alors nombreuses à créer leur activité, divergeant souvent des modèles agricoles locaux. Ces choix sont souvent sous-tendus par un fort besoin d’indépendance (financière, professionnelle… et technique). C’est d’autant plus vrai pour les femmes dont la mère était agricultrice dans le modèle familial du couple exploitant : « C’était l’horreur donc je m’étais jurée de jamais m’installer avec mon mec » (Tess, semencière, parents éleveurs).

Mais elles subissent aussi très concrètement l’impact de l’imaginaire masculin de l’agriculture. Cela prend par exemple la forme de doutes (exprimés par les banques, les organismes de développement agricole, etc.) vis-à-vis de leur projet d’installation… sans homme (FADEAR, 2020, Paysannes en Polaire et Bénézit, 2021) : « Ils m’ont posé des questions [très intrusives] qu’ils n’auraient pas posé à un homme. […] ‘‘Mais si vous avez [un] problème mécanique, comment vous allez-vous débrouiller ?’’ » (Emma, éleveuse de génisses).

Ainsi, elles ont plus de mal à accéder au foncier et aux financements : « leur taux d’endettement est plus fort que celui des hommes » (Dahache, p. 102) et elles accèdent à des unités de production plus petites (de 28% en moyenne) (Dahache ; FADEAR ; Forget et al., 2019).

Aperçu de la parcelle des champ marrants

Ces facteurs viennent aussi jouer sur la constitution du parc matériel, d’autant plus cruciale dans le cas d’une création d’activité lorsque celui-ci n’est pas préexistant. Par exemple Emma n’a pu investir dans un tracteur d’occasion que deux ans après son installation avec ses génisses, pourtant elle l’envisageait dès le début. A cela s’ajoute le poids des représentations collectives associant encore très fortement les tracteurs et la technique aux hommes. Ces représentations ne sont pas sans effets : elles compliquent l’identification des agricultrices au tracteur, agissent sur leur confiance en elles de pouvoir s’en servir, l’entretenir et/ou leur ajoutent un stress lorsqu’elles l’utilisent. Certaines y voient donc une compromission de l’autonomie recherchée. Le manque de pratique impacte aussi le choix d’un outil et donc l’identification d’un itinéraire technique optimisé via l’outillage.

Josie, semencière en installation nous dit par exemple : “[Comme] je n’avais jamais fait [du tracteur] avant, je me disais « putain, encore un truc à apprendre en plus […] je ne sais pas comment on s’en occupe, je ne sais pas où en acheter […] peut-être qu’on peut s’en passer ? » […] Depuis que j’ai plus d’expérience de travail [et du tracteur], je me rends compte quand même, en termes d’ergonomie et de capacité de travail et tout ça, c’est important” .

Quant à Tess, semencière, qui est la plus mécanisée de mon échantillon, témoigne par exemple : « ma mécanisation est pas hyper réfléchie [ni réellement adaptée]. […] Je suis arrivée avec des outils [de grandes cultures pour l’élevage] qui étaient là et j’ai pas cherché à aller plus loin. […] c’est pas le top mais c’est déjà super ».

Ainsi, j’ai observé un travail moins mécanisé et plus manuel chez les agricultrices indépendantes. Cela est souvent choisi, revendiqué et transparaît dans des choix d’itinéraires techniques de production ne se prêtant pas à la mécanisation. Celles qui avaient un tracteur le considèrent comme un outil indispensable ergonomiquement et économiquement parlant. Elles sont fières de « gérer un tracteur [aussi bien] qu’un mec » (Tess).

Aperçu d’une parcelle de culture maraichère mécanisée

Toutefois, elles circonscrivent davantage leur utilisation à certaines tâches (qu’elles n’envisagent pas faire sans) plutôt qu’une utilisation « systématique ». Par exemple,

Je vais être obligée de passer par [un tracteur], notamment pour étendre [mes 25 tonnes de] compost [par an plutôt que de le faire à la fourche et à la brouette comme les deux dernières années] […] Je trouve ça très agréable [de travailler avec ses bras] mais c’est pas viable“. (Eva,maraîchère, 29/06/21).

Similairement, Tess, la plus mécanisée et installée depuis 6 ans, continue de faire tout son désherbage à la main : « je l’utilise [peu] mais [il me rend des] gros services. »

Les stéréotypes de genre continuent donc à influencer l’organisation du travail des agricultrices, qu’elles travaillent seules ou avec des associés hommes. Cela s’exprime en particulier via l’utilisation des outils agricoles dans l’organisation de la production agricole. Cette organisation du travail a de multiples impacts concrets sur les agricultrices.

Agathe Demathieu
Ingénieure en mécanique, auteure d’un mémoire portant sur “L’impact des stéréotypes de genre sur la relation des agricultrices à l’équipement agricole” (Université Grenoble-Alpes).

Pour citer cette publication : Agathe Demathieu  "Comprendre la division sexuelle du travail agricole : évolutions historiques et impacts présents" , AgriGenre, mai 2022. Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/6805

Bibliographie

Agreste, Graph’Agri 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 2020. https://agreste.agriculture.gouv.fr/agreste-web/disaron/GraFra2020Integral/detail/

Bécouarn, Marie Catherine, Le travail des femmes d’exploitants dans l’agriculture et l’évolution des techniques. Etude de la répartition et des caractéristiques des tâches dans les exploitations agricoles spécialisées, 1975, [Thèse de doctorat de 3e cycle, Université de Tours]

Billon Annick, Bouchoux Corinne, Gonthier-Maurin Brigitte, Laborde Françoise, Mandelli Didier, & Monier Marie-Pierre, Rapport d’information fait au nom de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes sur les femmes et l’agriculture : pour l’égalité dans les territoires, Sénat, 2017, https://www.senat.fr/rap/r16-615/r16-615.html

Caniou Juliette, Les fonctions sociales de l’enseignement agricole féminin, Etudes Rurales, 92, 1983, 41-56.  https://www.persee.fr/doc/rural_0014-2182_1983_num_92_1_2933

Cohen Marjorie Griffin, The decline of women in canadian dairying, Social History, 17 (34), 1984, 307-334. https://hssh.journals.yorku.ca/index.php/hssh/article/view/38451

Dahache Sabrina, Chapitre 3 / La singularité des femmes chefs d’exploitation. Dans : Bertrand Hervieu éd., Les mondes agricoles en politique (pp. 93-110), Paris, Presses de Sciences Po, 2010, https://doi.org/10.3917/scpo.hervi.2010.01.093

FADEAR, FEMMES PAYSANNES : S’INSTALLER EN AGRICULTURE, FREINS ET LEVIERS, 2020 https://www.civam.org/ressources/type-de-document/etudes/femmes-paysannes-sinstaller-en-agriculture-freins-et-leviers/

Filippi Geneviève & Nicourt Christian, Domestique-professionnel : la cohérence du travail des femmes dans les exploitations agricoles familiales, Économie rurale, 178-179, 1987, 47-52. https://doi.org/10.3406/ecoru.1987.3817

Forget Vianna et al., Transformations des emplois et des activités en agriculture, Centre d’études et de prospective, 2019, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation.  https://www.grands-troupeaux-mag.fr/wp-content/uploads/2019/12/Transformations-des-emplois-et-des-activit%C3%A9s-en-agriculture.pdf

FNAB, Quelle est la place des femmes dans l’agriculture biologique ? Résultats de l’enquête, 2018 https://www.fnab.org/images/actions/MEP_FEMMES_EN_AB_PAGE_A_PAGE_VF.pdf

Guérillot Antoine Le métier d’agricultrice bio : Un nouveau rapport au travail ?. Travail, genre et sociétés, 45, 2021, 39-55. https://doi.org/10.3917/tgs.045.0039

Paysannes en polaire, Bénézit Maud, Il est où le patron ? : Chroniques de paysannes Marabulles, 2021.

Pelletier Jérôme, La place des femmes dans la modernisation de l’agriculture française : réflexion sur les programmes de vulgarisation féminine en Loir-et-Cher durant les années 1960. Ruralia, 21, 2007 http://journals.openedition.org/ruralia/1844

Rasplus Valéry, La part des agricultrices et des agriculteurs entre 1970 et 2020 : attention à l’effet pourcentage ! , AgriGenre, avril 2022,  https://agrigenre.hypotheses.org/5563

Rasplus Valéry, Comment être une agricultrice en 2020 ? , AgriGenre, août 2020a, https://agrigenre.hypotheses.org/846

Rasplus Valéry, Les femmes comme représentantes syndicales dans le milieu agricole français, AgriGenre, juin 2020b, https://agrigenre.hypotheses.org/405

Zaidman Claude, Socialisation et formation des filles et des garçons aux techniques, hier et aujourd’hui. Dans Chabaud-Rychter, D. & Gardey, D. (2002). L’engendrement des choses : des hommes, des femmes et des techniques. (pp. 149-154), Editions des Archives contemporaines.


Échos

¤ Union des Agricultrices Wallones, mai 2022