Archives par mot-clé : Agriculteur

Rapport à la technique de paysan.ne.s bio

Cette question du rapport genré à la technique dans les fermes a été formulée par plusieurs structures du milieu rural réunies dans le projet UsageR.E.s soutenu par le Ministère de l’Agriculture, le Commissariat Général à l’Égalité des Territoires et l’Union Européenne dans le cadre d’un appel à propositions “Mobilisation Collective pour le Développement Rural” du Réseau Rural Français. Ces structures ont été accompagnées par la coopérative l’Atelier des Jours à Venir pour mettre en place une collaboration avec le milieu de la recherche académique. Il s’agit donc d’une question qui émane du terrain à laquelle j’ai été invité à apporter un début de réponse.

J’ai profité d’une étude de terrain de plusieurs mois que je devais mener par ailleurs auprès de paysan.ne.s en bio pour prendre en compte cette question lors de mes entretiens et observations.

Terrain d’étude et population

Mon terrain d’étude était fixé en Occitanie. Première région agricole française avec 60 000 exploitations (Agri’Scopie, 2021), c’est aussi la première région bio (en nombre de producteurs et de surface) devant les régions Nouvelle-Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes.

Selon les chiffres de l’Agence bio (données de certification, 2019) il y a environ 10 600 exploitations bio en Occitanie, soit environ 18 % des exploitations régionales pour un total de 503 026 ha (dont 24 % en conversion) soit environ 16 % des surfaces agricoles régionales. Les principales productions végétales en bio concernent le fourrage (285 527 ha), les grandes cultures (131 219 ha), la vigne (42 424 ha), les fruits (9 636 ha), les légumes (3 707 ha) et les ppam (1 123 ha). Quant aux filières animales bio, on trouve les bovins (8 %), les ovins (10, 7 %), les caprins (13 %), les porcins (3 %), l’aviculture (6 %) et l’apiculture (17 %).

Au niveau de la population agricole d’Occitanie, environ 72 % des chefs d’exploitation sont des hommes pour environ 28 % de femmes.

Parmi les treize départements d’Occitanie, j’ai sélectionné celui du Gers qui se démarque par son nombre d’exploitations en bio (1 577) et sa surface certifiée (91 802 ha).

Pour des raisons propres à ma question de recherche (que je ne développerai pas ici), j’ai couvert l’ensemble de ce département, d’Est en Ouest, du Nord au Sud.

Carte des intercommunalités du département du Gers (Wikipedia)

Sur cette surface totale, 59 834 ha sont alloués aux grandes cultures, 26 111 ha au fourrage, 979 ha à la vigne, 613 ha aux fruits, 612 ha aux légumes et 16 ha en ppam. La production animale bio se compose principalement de poules de chair et pondeuses, de brebis, de vaches et de ruches.

Au niveau de la population agricole du Gers, je retrouvais des pourcentages proches de ceux de la région Occitanie avec environ 74 % de chefs d’exploitation pour environ 26 % de cheffes d’exploitation.

Sans rentrer dans les détails de l’étude de terrain, qui sera l’objet de publications ultérieures, je vais présenter brièvement quelques résultats complémentaires sur cette question du rapport genré à la technique auprès de paysan.ne.s en bio.

Le corps comme instrument et comme capital

Dans une précédente publication (Rasplus, avril 2020) j’évoquais ce passage de Marcel Mauss :

« Le corps est le premier et le plus naturel instrument de l’homme. Ou plus exactement, sans parler d’instrument, le premier et le plus naturel objet technique, et en même temps moyen technique, de l’homme, c’est son corps » (Mauss, 1935, p. 378).

Les paysan.ne.s en bio que j’ai rencontré et qui se sont engagé.e.s dans le maraîchage, l’arboriculture, l’horticulture ou en ppam utilisent quotidiennement leur corps comme instrument et objet technique. Cela passe par l’intermédiaire de “la main et de petits outils” (Pierre), “du petit matériel et des outils à main” (Joséphine), puis “beaucoup d’outils à bras” (Jeanne) comme des engins motorisés (motoculteurs…). Selon le type de production et/ou la surface utilisée, la main sera leur premier instrument, puis la main et les (avant-)bras ou la main les (avant-)bras les épaules… Pour d’autres paysan.ne.s en bio, qui exercent en viticulture, en grande culture ou dans l’élevage, ce corps reste également le principal instrument et objet technique, mais il peut être associé à du matériel plutôt imposant, assez régulièrement acheté d’occasion : tracteurs, cultivateurs, moissonneuses, pulvérisateurs… Les corps des paysan.ne.s et leurs et outils/matériels s’associent entre-eux pour former un corps hybride.

Ces paysan.ne.s en bio font appel dans leur effort quotidien, avec ou sans outil/matériel, à la mobilisation du corps tout entier. Ce qui tend à exercer des contraintes plus ou moins importantes sur leurs articulations mais aussi sur leurs ceintures scapulaires et pelviennes ou sur leur colonne vertébrale. Ces tensions peuvent engendrer des douleurs plus ou moins prononcées comme certain.e.s paysan.ne.s bio ont pu me le rapporter : “Je me suis fait une hernie il y a deux ans…Ça a posé pas mal de questions parce que pendant plusieurs mois je ne pouvais plus suivre le rythme” (Étienne). Ce corps, qui constitue leur premier instrument, est l’objet d’une assez grande vigilance de leur part. Ce corps est un capital que les paysan.ne.s placent constamment sous surveillance. Il s’agit pour ces paysan.ne.s bio d’y faire attention et de tenter de le préserver dans la durée en adoptant un certain nombre de stratégies adaptatives au niveau, par exemple, des postures, du matériel utilisé ou du type de production.

Machines et genre

Le métier de paysan.ne/agriculteur.trice est un métier physique exercé aussi bien par des hommes que par des femmes. Ainsi, “les femmes ont toutes les aptitudes requises pour devenir paysanne; la pénibilité se moque des sexes” (Botte et Villalba, 2021, p. 188). La différenciation par genre des outils et des machines (Rasplus, mai 2020) ne se rencontre pas d’une manière régulière ou homogène, tout comme la différenciation portant sur les tâches, les espaces ou les types de productions. Si “la division du travail n’est pas neutre, mais orientée et asymétrique, même dans les sociétés prétendument égalitaires ; qu’il s’agit d’une relation non pas de réciprocité ou de complémentarité mais de domination” (Tabet, 1998, p. 15) cette division (du travail, des outils, des techniques, des tâches, des espaces, des types de production…) – de même que “l’hypothèse d’un sous-équipement des femmes et d’un gap technologique entre hommes et femmes ” (ibid, p. 17) – ne s’est pas rencontrée d’une manière automatique et systématique au cours de mon étude de terrain.

Si des divisions et des différenciations perdurent dans les espaces agricoles, elles ne correspondent pas exactement ni dans les mêmes proportions à celles qu’ont pu vivre et entretenir/subir leurs ascendant.e.s. Ainsi, je n’ai pas observé que “les femmes se voient donc constamment refuser la possibilité de prolonger leurs corps et leurs bras par des outils complexes qui augmenteraient leur pouvoir sur la nature” (ibid, p.68). Mais certaines machines étant construites par des hommes pour des hommes, selon des standards qui permettent de maintenir un contrôle genré sur ces machines, il arrive que certaines paysannes bio se trouvent en difficulté et aient du mal à utiliser certaines d’entre elles, que ce soit par rapport à la force physique : “Avant on avait un vieux tracteur, c’était plus physique.  Atteler des outils derrière un tracteur ce n’est pas une mince affaire” (Marthe) ou par rapport à la taille corporelle : “Moi avec l’ancien tracteur je n’arrivais même pas jusqu’à la pédale.  Donc j’ai vite arrêté de vouloir l’utiliser” (Lisa). Alors certain.e.s paysannes cherchent à adapter leur matériel : “Je rêve d’avoir un petit tracteur et pouvoir atteler mes petits outils (rire). Celui-là il est trop gros et je ne peux pas atteler, je n’ai pas assez de force. Quand il faut mettre le cultivateur il est trop lourd, je ne peux pas me le bouger. Je suis allé dans une formation, pour une auto construction d’outils, un système d’attelage. Je pourrai tout me faire, même avec ce tracteur ! ” (Jeanne). Adapter du matériel agricole afin que la force et la taille, par exemple, ne constituent plus (ou moins) un obstacle à la pratique agricole permet à ces paysan.ne.s de gagner en autonomie et en universalité des praticien.ne.s.

Atelier d’un.e paysan.ne (Gers, 2021)

Le poids des mentalités, qui tend encore à assigner des femmes à certaines tâches, à certaines productions ou à certains espaces, comme à l’utilisation de certaines machines, est un fait social que le social peut défaire. Pour certains paysan.ne.s “en grande culture, comme en céréale, j’imagine que peut-être les machines, le côté tracteur, etc. la mécanique, culturellement ça plait plus aux hommes  qu’aux femmes. Puis je pense qu’il y a aussi encore dans les campagnes, il y a peut-être un décalage de mentalité. Il peut y avoir une inertie, un wagon de retard. Ma position c’est que, oui à l’heure actuelle, avec la technologie que l’on a et tout, je ne vois pas pourquoi une femme ne pourrait pas faire dix heures de tracteurs comme un mec quand il faut préparer les terres ? Quand je suis dans le tracteur c’est comme quand on conduit une voiture. Il y a la fatigue, mais que l’on soit un homme ou une femme c’est le tracteur qui fait tout. Il faut juste bien le régler” (Antoine). Ce constat est partagé par d’autres paysans bio : “Conduire un tracteur de 200 cv avec le GPS, je pense que ce soit une fille ou un garçon ça va bien se passer” (Eugène) même si “on voit moins de femmes dans les tracteurs” (Aristide).  

Château-Neuf Des Peuples (Gers, 2020)

Tout au long de mon étude de terrain, les paysan.ne.s en bio de mon échantillon m’ont fait part de leur souhait et leur espoir de voir les choses changer dans les campagnes : “Ça va se faire comme dans le reste de la société. Je pense aux représentations que l’on peut avoir facilement, à savoir les routiers. On voit de plus en plus souvent des femmes chauffeurs de bus ou chauffeurs routiers. Dans l’agricole il n’y a pas de raison que… Si peut-être parce que l’on est sédentaire et que l’on est dans nos territoires et comme l’on reste un peu ancré. Déjà juste pour ça. Pour faire bouger les mentalités sur quelque chose qui est un peu ancré, ça prend plus de temps ” (Antoine). Alors des paysan.ne.s espèrent faire bouger les choses en mobilisant tout un panel de démarches, comme -entre autres – montrer l’exemple dans les pratiques : “Je pense que la meilleure des solutions pour que le monde agricole techniquement change c’est que si on voit le voisin changer on a envie de changer pour faire comme le voisin” (Clotilde).

Savoir-faire inégalitaire et hiérarchisé

Dans certaines fermes, le savoir-faire technique peut s’échanger en retour d’un autre savoir-faire technique. Parmi les exemples que j’ai pu rencontrer, un a particulièrement attiré mon attention.

Lors d’un entretien, une paysanne évoqua le souvenir que l’ “on ne nous a jamais mis des tracteurs…des petits tracteurs en jouets entre les mains quand on était bébé, petite” (Pauline), ce qu’elle traduira comme un renforcement de “la division des tâches par sexe”. Ce témoignage venait compléter, plusieurs mois après, une précédente publication sur le sujet (Rasplus, octobre 2020). Elle m’expliqua qu’elle avait trouvé une sorte de parade face à ce manque d’intérêt pour certaines tâches jugées “masculines” : son ouvrier “s’occupe de la mécanique sur le tracteur, c’est lui qui s’occupe du montage du tunnel…” tandis qu’elle “lui apprends d’autres choses. Il ne sait pas par exemple tailler les tomates“. Ce rapport à la technique, qui semble se situer dans le cadre d’un accord genré, pourrait toutefois être interprété comme un renforcement de la division genrée des tâches et des stéréotypes de genre dans la mesure où l’homme serait associé à un savoir-faire lié à la culture (“la mécanique”) tandis que la femme serait associée à un savoir-faire lié à la nature (“les tomates”).

Par ailleurs, dans cet exemple, l’homme disposerait d’un double savoir- faire là où la femme resterait avec un simple savoir-faire : son ouvrier disposerait d’un savoir-faire primaire (“la mécanique”) où viendrait se superposer un savoir-faire secondaire (“tailler les tomates”), alors que la paysanne resterait avec son savoir-faire primaire (“tailler les tomates”) sans bénéficier d’un savoir-faire secondaire (“la mécanique”) qu’elle pourrait tout aussi bien acquérir.

Enfin, cet exemple pourrait s’accorder avec le constat formulé par Pierre Bourdieu expliquant qu’ “il suffit que les hommes s’emparent de tâches réputées féminines et les accomplissent (…) pour qu’elles se trouvent par là même ennoblies et transfigurées” (Bourdieu, 1998, p. 67). Le savoir-faire de la paysanne (“tailler des tomates”), tâche jugée insignifiante quand elle est exercée par une femme, pourrait se transformer en pratique noble quand elle est exercée par un homme, rappelant “la différence qui sépare le cuisinier de la cuisinière, le couturier de la couturière” (ibid).

Pensant gagner en autonomie et échanges justes de savoir-faire, cette démarche pourrait favoriser à la fois la conservation des stéréotypes de genre et l’inégalité de savoir-faire entre paysan.ne.s.

A la recherche d’aides techniques

Être paysan.ne bio ne rime pas (automatiquement) avec le rejet de la technologie. Alors que les paysan.ne.s de mon échantillon s’accordent dans l’ensemble à voir “un lien direct entre machinisme, remembrement, augmentation de la taille des exploitations, et diminution du nombre d’exploitants” (L’Atelier paysan, 2021, p. 46), certain.e.s paysan.ne.s bio pensent que si les grandes cultures peuvent difficilement se passer de grosses machines et de technologie, ils/elles évoquent aussi le fait que pour l’agriculture en conventionnel ou l’agriculture paysanne “c’est bien qu’il y ait de la nouvelle technologie” (Joséphine). Ainsi, des paysan.ne.s de mon échantillon se tiennent régulièrement au courant des dernières innovations en agriculture, que ce soit au niveau des cultures, de l’élevage, du matériel… en autodidacte ou en suivant des formations, tout en prenant soin de maintenir une position où “il n’est pas question de céder à toutes les sirènes du progrès technique” (Botte et Villalba, 2021, p. 49).

La démarche de s’informer et de se former ne va pas toujours de soi. Ainsi, certain.e.s paysan.ne.s en bio m’ont fait part de leur manque de soutiens et de conseils techniques à l’époque de leur installation : “En conseillers techniques à la Chambre d’agriculture, ils savaient aider les céréaliers, la viticulture. Mais en agriculture biologique et en maraîchage là il n’y avait personne” (Gervaise). Il y a une quinzaine d’années il fallait se débrouiller tout.e seul.e ou chercher un.e autre paysan.ne.s bio pour venir en aide en cas de besoin. Ces paysan.ne.s bio pouvaient être peu nombreux.ses et dispersé.e.s dans le département : “Les maraîchers dans le Gers  que l’on voyait sur les marchés et que l’on pouvait connaître et appeler, tout ça, on était cinq ou six” (Gervaise). Depuis, le nombre de paysan.ne.s bio a augmenté dans le Gers, mais les dynamiques et les réseaux de soutiens et de conseils techniques en bio semblent rester encore trop dispersés et faibles malgré un fort potentiel de compétences et la présence de structures “bio” comme le GABB32 créé en 1994.

Fiches techniques de paysan.ne.s (Gers, 2021)

Aujourd’hui encore certain.e.s paysan.ne.s bio ne peuvent compter que sur eux/elles mêmes : “Les techniciens…Si tu as un problème (souffle). L’année dernière j’avais un problème sur mes tomates. Bon ben, heureusement que j’ai fais des études et que je sais réfléchir, je sais aller faire des recherches et que par déduction, et que j’ai un cerveau, et que voilà j’ai fais ma propre technicienne” (Clotilde). Ces lacunes techniques peuvent mettre à mal la production agricole bio face à la concurrence étrangère, même estampillée bio : “Si on a envie de manger des tomates ou des haricots espagnols et que l’on aide pas à augmenter le savoir-faire bio local. Enfin c’est encore un autre choix” (Clotilde). Si des paysan.ne.s en bio sont en manque d’aides techniques ou de matériels, voire souffrent de l’absence d’autres paysan.ne.s en bio pouvant les dépanner, certain.e.s paysan.ne. en bio n’hésitent pas à faire appel à des agriculteur.trice.s en conventionnel pour les aider : “On fait bosser un agriculteur du village d’à côté sur les terres parce que l’on est pas équipé pour faire le foin, les céréales et tout…donc il nous fait de la prestation” (Anna). Un certain nombre de données issues de mon étude de terrain a ainsi pu montrer que le clivage entre paysan.ne.s en bio et agriculteur.trice.s en conventionnel n’était pas toujours tranché, rejoignant la démarche critique d’Henri Bernstein rompant avec “des récits simplificateurs et moralisateurs que l’on trouve parfois séduisant d’un point de vue idéologique (par exemple, l’idée que “tout ce qui est petit est bien” et que “tout ce qui est grand est mauvais”, ou encore que la production agricole paysanne serait nécessairement vertueuse et l’agriculture d’entreprise forcément néfaste)” (Bernstein, 2019, p. 29-30). Par ailleurs, ces données de terrain ont particulièrement mis en valeur le fait que pour ces paysan.ne.s en bio il était “important d’interroger l’utilité de chaque geste, d’interroger les conséquences de chaque choix de production, ou des techniques agricoles utilisées” (Botte et Villalba, 2021, p. 39). C’est ce que je montrerai dans des publications à venir.

Valéry Rasplus

Pour citer cette publication : Valéry Rasplus, Rapport à la technique de paysan.ne.s bio , AgriGenre, janvier 2022.
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/4139

Bibliographie

Agri’Scopie Occitanie, Chambres d’agriculture d’Occitanie, 2021.

Bernstein Henri, L’agriculture à l’ère de la mondialisation. Transformations agraires et dynamiques de classe, Paris, Éditions Critiques, 2019.

Botte Romuald et Villalba Bruno, La figure du paysan. La ferme, l’Amap et la politique, Lormont, Le bord de l’eau, 2021.

Bourdieu Pierre, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

L’Atelier paysan, Reprendre la terre aux machines. Manifeste pour une autonomie paysanne et alimentaire, Paris, Seuil, 2021.

Mauss Marcel, « Les techniques du corps », Journal de psychologie, 32 , 1935.

Rasplus Valéry, “Rapport des paysannes au champ technique sur leurs exploitations”, AgriGenre, avril 2020 (en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/19 )

Rasplus Valéry, “Agriculteur 3.0 et agricultrice 0.0 ?”, AgriGenre, mai 2020 (en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/307 )

Rasplus Valéry, “Du côté des filles et des garçons qui rêvent de devenir agriculteur.trice.s”, AgriGenre, octobre 2020 (en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/1388 )

Tabet Paola, La construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps, Paris, L’Harmattan, 1998.


Echos

¤ International Association on Work in Agriculture, mars 2022

¤ Atelier paysan, janvier 2022

Extrait de l’exposition “Innover par les usages”

¤ Plusieurs publications d’AgriGenre ont été utilisées dans ce mémoire d’Agathe Dematheiu portant sur “L’impact des stéréotypes de genre sur la relation des agricultrices à l’équipement agricole”, Université Grenoble-Alpes (2021-2022)