Archives de catégorie : Viticulture

Vins inclusifs et femmes engagées

Sandrine Goeyvaerts est sommelière et caviste. Elle vient de publier Manifeste pour un vin inclusif qui semble s’inspirer de Scum Manifesto de Valérie Solanas. Son message militant s’adresse à la fois au grand public, plus ou moins néophyte, ainsi qu’au monde du vin où l’idéologie sexiste n’a pas disparu, tout comme d’autres formes de discriminations rappelées par l’autrice (liées au handicap, au racisme…).

Comme partie du monde social, “le monde du vin n’est pas une bulle” coupée des réalités sociales :

Les femmes représentent la moitié de l’humanité et sont encore trop souvent considérées comme inférieures, doivent batailler sans cesse pour prétendre aux mêmes droits que les hommes, accéder aux mêmes postes. Elles doivent lutter au quotidien contre moqueries, harcèlements, violences sexistes et sexuelles. Elles savent aussi que leur genre peut suffire à les tuer. Il y a de quoi être en colère, sacrément” .

Être mise de côté volontairement parce que femme, ne pas se sentir ni se voir complètement acceptée, incluse, dans le monde du vin majoritairement masculin parce que femme, c’est subir une injustice manifeste.

Sandrine Goeyvaerts (2021)

Sandrine Goeyvaerts a commencé son enquête sur le genre et le vin en réalisant un petit sondage. En consultant les résultats mis à ma disposition j’ai pu observer que son échantillon comportait 726 femmes et 252 hommes. Une autre partie de l’échantillon, 34 personnes, ayant indiqué “genderqueer / non binaire ; autre ; je ne souhaite pas répondre” .

L’écart est relativement important entre les femmes (71,7 %) surreprésentées et les hommes (24,9 %) sous-représentés. Il est dommage de n’avoir pas pu obtenir une proportion quasi-équivalente entre les hommes et les femmes dans cet échantillon, car les résultats en seront affectés.

L’échantillon comprend 78,6 % de femmes et 60,4 % d’hommes entre 18 ans et 45 ans. La population entre 45 ans et plus de 65 ans comprend 39,6 % d’hommes et 21,3 % de femmes. Rien n’est indiqué concernant le niveau d’étude, la profession, le revenu, le lieu de résidence, etc. Ce qui ne permet pas de préciser le type de population concerné : Est-ce un échantillon homogène ou hétérogène en termes de revenu, de niveau d’étude, de lieux de résidence, plutôt rural ou urbain ?

Partons du principe qu’il était peut-être plus important pour Sandrine Goeyvaerts d’avoir l’avis de femmes plutôt que celui d’hommes, sans se pencher sur les caractéristiques sociales de son échantillon. Acceptons qu’une sommelière et caviste ne soit pas familiarisée avec les méthodes d’enquêtes en sciences sociales utilisées dans son ouvrage pour justifier ses opinions, tout comme ses appuis théoriques relativement faibles, l’usage de concepts mal maîtrisés mus par des effets de mode (“race“, “colonialisme“, “décolonisé“, “post-colonial“…) ainsi que des biais de confirmation d’hypothèse. Poursuivant sa démarche, 77 femmes de l’échantillon ont ensuite répondu à un questionnaire (soit : 7,6 % de l’effectif total ; 10,6% de l’effectif des femmes), suivi d’interviews “avec des profils variés” (oui mais lesquels ?).

Vin d’en bas, vin d’en haut

Après quelques pages historiques retraçant rapidement l’histoire du vin et l’évolution du langage associé, Sandrine Goeyvaerts note le “gap entre la production et la consommation « paysanne » et la consommation « bourgeoise »” tout au long du XIXe siècle jusqu’au XXe siècle. Consommer un certain type de vin pouvait indiquer son appartenance ou sa proximité avec telle ou telle classe sociale.

Dans La Distinction : critique sociale du jugement (1979), Pierre Bourdieu notait que le Pernod serait plutôt consommé par les commerçants, les artisans et les agriculteurs, tandis que la bière serait plutôt consommée par les employés, le whisky serait plutôt consommé par les professions libérales et cadres supérieurs et le champagne par les patrons de commerce et d’industrie.

Une sociologie des goût et des styles de vie

Aujourd’hui encore, le vin peut rester un produit de distinction sociale, tout comme l’usage régulier d’autres alcools (d’où mon regret concernant l’absence de caractéristiques sociales de l’échantillon étudié). Ces alcools peuvent aussi participer à la distinction de genre : on associera plutôt (par clichés) les alcools forts aux hommes et les alcool sirupeux aux femmes. Ces distinctions pouvant créer des hiérarchies.

Une entrée par les hommes toute relative

Revenant sur le sondage, Sandrine Goeyvaerts note que “l’initiation au vin chez les femmes est en majorité le fait d’un homme de la famille (41,2%), puis en solo (31,2%), puis par un·e pro (19,3%) et enfin par une femme de la famille (8,3%). Chez les hommes, l’initiation se fait soit seul (32,5%), soit au sein de la cellule familiale par un homme (31,7%), soit par un·e pro (29,7%) et, loin derrière, par une femme de la famille (6,1%)” .

A l’issue de ce sondage Sandrine Goeyvaerts note que “On peut donc constater que dans le cadre familial, ce sont les hommes qui en majorité transmettent. Et que les hommes sont largement plus initiés par des pros que les femmes” . On pourrait porter un autre regard sur les résultats de ce sondage et nuancer ses conclusions.

L’homme au bistrot, la femme au fourneau
(allégorie)

Si, comme le note justement Sandrine Goeyvaerts, l’entrée dans le monde du vin se fait par l’intégration et la maîtrise de codes, de langages, de valeurs et de connaissances communes, le sondage montre que l’initiation au vin n’est pas si fortement le fait des hommes.

Si les hommes maîtrisent l’initiation au vin d’abord pour eux-mêmes (64,2% au minimum), ils ont un peu moins d’influence sur les femmes (41,2 % au minimum). Le pourcentage associé à l’initiation au vin par les hommes en direction des femmes (41,2 % au minimum) est finalement assez proche de l’initiation au vin par les femmes elles-mêmes (39,5 % au minimum). De fait, les femmes pourraient se passer des hommes pour s’initier au vin, ou pour le dire autrement : cette transmission, pour les femmes, n’est pas vouée à être une prérogative essentiellement masculine !

La domination masculine

Une minorité de femmes (4,7 %) et d’hommes (4 %) pensent que le monde du vin est un domaine plutôt réservé aux hommes, alors que 14,5% des femmes et 30 % des hommes pensent que le monde du vin n’est pas un domaine plutôt réservé aux hommes.

Si le monde du vin n’est pas un domaine réservé plutôt aux hommes, les femmes et les hommes s’accordent à considérer que le monde du vin est dominé par les hommes, par 64,8 % des hommes et 80,2 % des femmes.

Pierre Bourdieu
La domination masculine
Actes de la Recherche en Sciences Sociales

De fait, les femmes signalent plus souvent que les hommes que le monde du vin est réservé et dominé par les hommes.

Mais ce constat ne vaut pas fatalité. Ce que le social a fait et construit le social peut le défaire et le déconstruire, pour le faire et le construire autrement.

Petites mains et objets de consommation

Si les femmes ont toujours été présentes dans le monde du vin, elles n’ont pas toujours été visibles. Ainsi, “l’invisibilisation des femmes est due au statut qu’elles ont longtemps occupé, celui de «petites mains» ” : épamprage, ébourgeonnage, sarmentage. On les trouvait dans les rangs de vignes, mais pas au chai ni à la coopérative. Finalement, il y avait des vignerons mais pas de vigneronnes (ou si peu). Or, comme je l’avais évoqué dans une précédente publication, ne pas nommer c’est ne pas faire exister (Comment être une agricultrice en 2020 ?).

Regardons la fréquence de la présence des mots vigneron et vigneronne dans les sources imprimées depuis les années 1800 jusque dans les années 2000. La vigneronne y est quasi-invisibilisée, même aujourd’hui.

Évolution de la fréquence des mots vigneron et vigneronne
à travers le temps dans les sources imprimées (Ngram Viewer)

Si les femmes étaient, et sont, peu nommées et visibilisées comme vigneronnes, elles n’étaient, et ne sont, pas absentes du discours du vin vu par les hommes qui ont institué un langage particulier : “les mots du vin jouent sur le registre de l’hommage à l’éternel féminin et à ce que la femme peut nous apporter de meilleur : son corps. La cuisse, la robe, la chair, l’opulence…” . Si le vin a de la cuisse ou une belle robe, il est peut probable que ce soit associé à l’homme. La femme devenait et reste un objet de consommation, de plaisir et de fantasme.

On cherche encore l’étiquette cuisse de berger

Les résultats du sondages portant sur la question “Que pensez-vous des termes féminins et masculins appliqués au vin ?” indiquent que 62,2 % des femmes et 59,4 % des hommes ne voient pas le rapport; 25,8 % des femmes et 25,7 % des hommes ne savent pas répondre ; mais 10,2 % des femmes et 14% des hommes pensent l’expliquer par des différences gustatives ; puis 1,9 % des femmes et 0,8% des hommes par le terroir. Les femmes et les hommes ne voient pas le rapport quant à l’utilisation de termes féminins et masculins appliqués au vin. Seule une minorité de femmes et d’hommes pensent pouvoir l’expliquer par des effets gustatifs ou en lien avec un terroir.

Les résultats indiquent également que 62,1 % des femmes et 62,1 % des hommes ont déjà ressenti que le langage du vin peut véhiculer des clichés, contre 37,9% pour les femmes et 38,8 % pour les femmes. Les femmes et les hommes sont parfaitement d’accord sur le fait que le langage du vin peut véhiculer des clichés.

Autre enseignement, à la question “Avez-vous déjà ressenti un certain sexisme dans les termes utilisés ?” , des femmes disent l’avoir ressenti parfois à 47,7 % et souvent à 16,6 %, contre 35,8 %. Les hommes disent l’avoir ressenti parfois à 44% et souvent à 12,8 %, contre 43,2 %. Les femmes ressentent un peu plus que les hommes un certain sexisme dans les termes, mais cet écart est faible.

On cherche encore l’étiquette avec
le vigneron les fesses à l’air

A chacun “sa nature” , à chacun son “goût”. Il faut pouvoir différencier l’homme de la femme même dans les vins. Ainsi Sandrine Goeyvaerts évoque le fait que “Certains crus eux-mêmes sont encore décrits comme masculins ou féminins. À Bordeaux, dans le Médoc, le margaux serait féminin16, le saint estèphe plus masculin. En Bourgogne, on trouve aussi ces distinctions. Le monthélie et le volnay sont des crus réputés féminins“. La perpétuation de ce genre de classement stéréotypé tend à perpétuer l’idéologie sexiste. Ce n’est pas seulement une affaire de vigneron isolé ou de service marketing d’une quelconque agence de communication, mais l’affaire de toute la filière viticole, établissements scolaires et enseignements compris.

#MetooDuVin

Toute la filière viticole devrait questionner la banalisation de l’idéologie sexiste qui navigue à différents niveaux et qui peut se matérialiser en agression : “Le sujet est encore tabou, le mondovino a son lot d’affaires sordides. On a beaucoup parlé en 2017 de ce caviste reconnu coupable d’agression sexuelle, mais combien sont-ils à avoir agi, à agir encore, et dans la plus grande impunité ? C’est le système tout entier qui encourage ces comportements, ou du moins ne les bannit pas de façon assez claire: le #metoo du vin n’est pas près d’avoir lieu” .

Ainsi, quand en 2018 le vigneron Marc Savoyard nomme un de ses vins GBH (acide gammahydroxybutyrique, qui détourné de son usage médical a été surnommé “La drogue du violeur“) associé à l’image d’une femme dénudée dans un tonneau de vin avec les mentions “Pour pecho” et “Dites nous si ça marche”, la pilule à du mal à passer !

La femme comme objet de convoitise et de consommation

Cette histoire n’est en fait que la partie émergée de l’iceberg du sexisme véhiculé dans le monde viticole. Allez faire un petit tour sur “Paye ton pinard” ! Sandrine Goeyvaerts note qu’ “on ne compte plus les récits glaçants de femmes acculées par des hommes, les allusions, les mains au cul ou ailleurs, les viols. N’oublions pas que c’est un petit milieu. Par peur de représailles professionnelles, beaucoup de victimes se taisent encore, laissant le champ libre aux agresseurs. On se refile des noms entre femmes” .

Homophobie, lesbophobie…traversent aussi, comme dans d’autres secteurs de la société, le monde du vin. Dans une de mes enquêtes de terrain auprès de vigneron.ne.s, certain.ne.s me faisaient part du malaise que suscitait le sujet : “Ils n’en parlent pas, ils ne veulent pas en parler, parce que pour eux c’est la honte, ce n’est pas être un homme que d’être avec un autre homme. Il n’y a que les femmes entres-elles qui les font fantasmer” . Ce témoignage, qui est est loin d’être une exception, côtoie aussi des expériences de vie où s’afficher comme gay ou lesbienne peut être accepté (Faire son coming-out out en milieu agricole).

Non-mixité (choisie)

Sandrine Goeyvaerts a créé en 2017 Women Do Wine, en non-mixité choisie. Elle souhaitait offrir “un safe space, un espace rassurant où les femmes pourraient évoluer sans jugement ni peur d’aucune sorte” .

La question liée à la non-mixité (choisie) en milieu agricole ne date pas d’aujourd’hui (lire la partie IV. Des espaces non-mixtes en question).

Avoir du temps pour s’exprimer, ne pas être coupée dans son propos par des hommes parce que femme (manterrupting), ne pas recevoir des explications (lourdes) sur un sujet maîtrisé parce que femme et supposée ignorante ou incompétente (mansplaining)…

N’avez-vous jamais assisté à des réunions au sein de coopératives agricoles/viticoles, d’associations professionnelles, de salons… mixtes où les femmes sont régulièrement interrompues, où leur temps de parole se trouve réduit, où elles sont jugées “mineures” mentalement ? Cet état de fait est une des raisons de l’existence de ce type de dispositif temporaire.

Assemblée du MLF

Les résultats du sondage indiquent que sur la question de la dégustation en non-mixité, les hommes y sont défavorables à 39,6 % alors que les femmes y sont défavorables à 19,6 %. Les hommes sont favorables à la non mixité à 11,2 % tandis que les femmes sont favorables à 36,7 %.

Les femmes sont plus favorables (36,7 %) que les hommes à des dégustations non-mixtes et les hommes sont plus défavorables (39,6 %) que les femmes à des dégustations non-mixtes. Si Sandrine Goeyvaerts estime que “l’opposition masculine à la non-mixité est très visible” , l’opposition entre les hommes et les femmes reste toutefois faible, l’écart n’est pas important.

Les résultats rapportent également que 43,7 % de femmes indiquent ne pas avoir d’avis, ce pourcentage monte à 49,2 % pour les hommes. Les positions non tranchées des hommes et des femmes sont majoritaires, plus importantes chez les hommes que chez les femmes de cet échantillon. Des questions complémentaires auraient pu permettre de faire préciser ces positions.

Au final, un vin inclusif est un vin qui n’oublie personne, qui n’exclut personne, qui inclut tout le monde sur un même pied d’égalité, sans sexisme, sans discrimination… Est-ce trop demander ? Ce serait le minimum, non ?

Valéry Rasplus

Pour citer cette publication : Valéry Rasplus, " Vins inclusifs et femmes engagées ", AgriGenre, novembre 2021. Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/3794