Archives de catégorie : Terrain

Quelle place pour les femmes dans l’agriculture en Pays Basque Nord ?

Sollicité dès juillet 2020 par l’association Andere Nahia, j'ai pu prendre connaissance de leur projet d'étude sur l'égalité femme/homme dans le monde agricole au Pays Basque, impliquant des agricultrices autour de cette thématique. Ce projet me paraissait prometteur. Je suis heureux de voir publier sur AGriGenre une synthèse des résultats de cette étude. 
Valéry Rasplus. 

Entre octobre 2020 et mai 2021 l’association Andere Nahia a mené une étude sociologique pour comprendre l’impact du genre sur l’exercice du métier d’agricultrice. L’objectif de cette étude est de fournir un premier constat de la situation dans le Pays Basque Nord et amorcer un travail collectif pour favoriser l’égalité femmes-hommes dans le milieu paysan.

L’étude se concentre sur un territoire bien défini : le Pays Basque nord, et se focalise uniquement sur les cheffes d’exploitation. Ce sont des rapports de pouvoir différents de l’expérience du salariat agricole qui entrent en jeu.

Des entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès de 27 agricultrices installées seules ou associées, entre 26 et 59 ans.

Sur les 27 agricultrices, 7 sont installées hors cadre familial (HCF) (1). 11 sont installées en EI, 8 en GAEC entre conjoint·e·s et les 6 dernières sont sous une forme d’association (GAEC ou EARL, avec d’autres membres de la famille) (2)

Malgré la diversité dans les types de productions, générations et parcours de vie, trois grandes thématiques sont ressorties des entretiens :

  • La difficulté à obtenir de la reconnaissance en tant que cheffe d’exploitation
  • Les inégalités dans la répartition du travail sur l’exploitation, dues au genre
  • La place difficile des femmes dans les réseaux professionnels agricoles

L’article suivant résume les principales conclusions de cette étude. Tous les prénoms ont été modifiés, afin de préserver l’anonymat des enquêtées.

Des difficultés à obtenir de la reconnaissance en tant que cheffe d’exploitation

Malgré l’évolution des statuts juridiques permettant aux agricultrices d’accéder plus tôt au statut de cheffe d’exploitation, des représentations rétrogrades persistent et contribuent à rendre invisible la place que prennent réellement les agricultrices sur les fermes aujourd’hui.

Les agricultrices évoquent notamment l’importance des propos utilisés pour parler d’elles et de leur place au sein de l’exploitation. Les termes employés par leurs collègues pour parler des agricultrices ont leur importance : alors qu’ils pourraient attribuer à chacune un sentiment de légitimité et de reconnaissance, ils dévalorisent le travail qu’elles effectuent quotidiennement. Le travail de Mathilde assimilé à un jeu minimise à la fois la quantité et la qualité du travail fourni, et est infantilisant.

Je rentrais les brebis et un des voisins qui me voyait m’a dit “alors ! tu fais la bergère ?!”
Je fais pas la bergère en fait, je suis bergère ! C’est pas un jeu, c’est pas un passe-temps !
A ce compte-là ça va faire 4 ans que je fais la bergère. – Mathilde (38 ans, GAEC)

Pour Kattalin, installée avec son conjoint Xabi sur la ferme familiale de ce dernier, c’est un « projet de vie » qu’elle décrit. Un projet imaginé à deux. Elle a participé activement aux choix d’ateliers, aux différentes décisions qui ont façonné la ferme actuelle. Mais elle se sent invisible lorsqu’il est question de « l’activité de Xabi ». Ce sentiment est renforcé lorsque son mari parle des travaux qu’ils effectuent, à deux, à la première personne du singulier.

Dans le cas d’exploitations gérées par un couple, malgré le statut de cheffes d’exploitation, la responsabilité de la ferme est encore trop souvent spontanément désignée comme appartenant aux hommes, alors même que les deux membres du couple sont à parts égales dans la société.

Qu’en est-il pour les femmes qui ne sont pas installées avec leur compagnon ?

Ici encore, les rapports de genre se font sentir, bien que les hommes dont il est question ne travaillent pas sur la ferme. La hiérarchie des sexes est visible, ce qu’illustre notamment le cas d’Itsaso. En 2014, elle reprend seule la ferme de son père. Son frère, Bixente, travaille à l’extérieur. C’est pourtant de « la ferme de Bixente » dont on parle autour d’elle.

Combien de fois j’ai entendu c’est “la ferme de Bixente”, mon frère,
“Ah c’est toi qui as repris la ferme du père de Bixente ?!” Accessoirement, c’était mon père aussi ! Des fois, tu te sens un peu transparente. Et moi, j’existe en vrai ! – Itsaso (33 ans, EI)

Avoir le statut de cheffe d’exploitation, c’est une chose. Être reconnue comme cheffe d’exploitation, c’en est une autre ! Les conventions sociales sexistes perdurent : l’association chef d’exploitation/homme reste le premier réflexe. Les agricultrices sont confrontées à l’évolution lente de l’imaginaire collectif et la place moindre qu’ont les femmes dans l’agriculture.

Certes, quel que soit le domaine dans lequel on évolue, on peut s’attendre à voir des débuts hasardeux. La confiance grandit avec l’expérience. Se sentir légitime dans le milieu professionnel nécessite du temps. Ce temps est d’autant plus important pour des femmes à qui on rappelle quotidiennement qu’elles n’ont pas leur place. Devoir « faire ses preuves », ne pas avoir droit à l’erreur, ne pas être crédible, deviennent des sources de pression supplémentaires pour les agricultrices.

Mathilde « fait la bergère », Itsaso « bricole » : leur contribution sur la ferme est minimisée, relevant plus d’une aide ponctuelle que d’un travail à part entière. Cette caractérisation du travail des femmes n’est pas nouvelle ni propre au milieu agricole.

Obtenir de la reconnaissance pour le travail qu’elles choisissent de faire n’est pas chose facile. Il importe de se battre contre nombre de représentations rétrogrades, qui sont encore bien présentes.

Ceci est une première conséquence directe du genre, et plus précisément des stéréotypes qui y sont associés, dans le fait d’être cheffe d’exploitation. Encore trop imaginées comme « des objets fragiles et précieux » (3), les femmes sont pensées comme dotées de capacités différentes – et inférieures – des hommes. Ces représentations très rigides desservent à la fois femmes et hommes, qu’elles cantonnent à des rôles très spécifiques.

Cela dit, il ne s’agit pas d’une préoccupation pour toutes : sur les 27 agricultrices interrogées, un tiers n’a pas abordé cette thématique au cours des entretiens. Ces neuf agricultrices partagent plusieurs points communs : elles sont originaires du Pays Basque, elles ont grandi sur une ferme, et pour la majorité d’entre-elles, (7 sur les neuf) elles sont identifiées dès leur enfance comme « repreneuses » (4) de l’exploitation familiale.

Des agricultrices se retrouvent à la croisée de sentiments à leur égard : doutes sur leurs capacités, survalorisation ou dévalorisation de leur travail… En découle un sentiment d’obligation implicite à redoubler d’efforts pour acquérir légitimité, confiance et reconnaissance.

Une organisation du travail soumise aux rapports de genre

Historiquement, hommes et femmes sont soumis à une division spatiale et genrée du travail : en ce qui concerne l’agriculture les hommes sont dans les champs, à l’extérieur de la maison, et les femmes à l’intérieur.

A cela s’ajoute une hiérarchie : selon les tâches qu’on effectue on n’a pas la même légitimité, et selon le genre, on n’effectue pas les mêmes tâches.

La partie ‘valorisée’ du métier, à savoir le travail de la terre, le travail avec les animaux, tout ce qui est rapport avec l’extérieur et le productif est généralement associé aux hommes. C’est un travail physique, qui nécessiterait une force dont les femmes ne seraient a priori pas dotées.

Pour ce qui est de la gestion, la comptabilité, de l’administratif… des parties finalement tout aussi nécessaires à la viabilité de l’exploitation, ce sont des tâches souvent attribuées aux femmes et considérées comme ‘annexes’, invisibles et dévalorisés. C’est ce que Françoise Héritier appelait la « valence différentielle des sexes ». Elle « traduit la place différente qui est faite universellement aux deux sexes sur une table des valeurs et signe la domination du principe masculin sur le principe féminin » (5).

Comment est-ce que ces constructions se manifestent sur le lieu de travail -la ferme- et comment les agricultrices évoluent-elles dans un milieu pensé par et pour les hommes ?

Les entretiens réalisés ont montré comment l’organisation du travail, genrée, peut rapidement devenir un frein pour les agricultrices.

Le cas des agricultrices en couple hétérosexuel installées avec leur conjoint illustre particulièrement les rapports de genre et les inégalités qui en découlent. Une dissymétrie se pose dans la répartition du travail sur l’exploitation et du travail domestique.

Les recherches de l’INSEE sur l’emploi du temps des citoyen·ne·s montrent qu’en France, en 2010, l’écart le plus creusé dans la répartition des tâches domestiques concerne les agriculteurs/artisans/commerçants. En effet, sur l’ensemble des catégories socioprofessionnelles, les hommes passent en moyenne 135 minutes/jour aux tâches domestiques, contre 223 minutes pour les femmes. Chez les agriculteurs/artisans/commerçants, les hommes passent en moyenne 97min/jour aux tâches domestiques contre 227 pour les femmes, soit 2.3 fois plus que leurs homologues masculins. (6)

Ces chiffres sont susceptibles d’avoir évolué depuis 2010, pourtant il s’agit toujours d’une réalité vécue par nos enquêtées, d’autant plus qu’il y a la particularité que le lieu de travail et le lieu de vie peuvent difficilement être distingués chez un grand nombre de paysannes.

Puisque le travail sur l’exploitation ne doit pas être fait au détriment du travail domestique, vouloir participer à un maximum de travaux sur la ferme revient souvent à accepter un cumul pour les femmes. La présence sur l’exploitation, et donc à la « maison », semble imposer une répartition du travail genrée. Celle-ci est légitimée par une plus grande autonomie des hommes dans l’utilisation des machines agricoles et un besoin d’efficacité. Ceci ne laisse pas toujours place à l’apprentissage de ces outils par les femmes. En outre, les agricultrices issues du milieu agricole auprès desquelles nous avons mené notre enquête n’ont pas bénéficié de la transmission informelle et intrafamiliale des compétences en mécanique agricole, et ont ainsi le sentiment de commencer dans le métier avec du retard par rapport à leurs pairs.

Comme dans de nombreux autres milieux professionnels, tous les espaces et outils sont historiquement construits par des hommes et pour des hommes. Ils ne sont pas neutres. Il en résulte un environnement de travail plus ‘hostile’ pour une femme, que les agricultrices doivent donc appréhender et maîtriser.

Certaines agricultrices évoquent des spécificités biologiques de leurs corps. Les différences hormonales, physiologiques, la capacité à enfanter et les changements liés à la grossesse ont été évoqués notamment.

Ce qui aurait tendance à justifier l’incapacité d’une femme à exercer un métier comme celui-ci, où le corps est l’outil de travail premier, soulève une problématique bien précise : le fait de prendre des caractéristiques jugées ‘masculines’, comme norme, comme base sur laquelle tout est pensé (7). Ceci laisse très peu de marge de manœuvre pour les personnes qui ne répondent pas à ces critères.

Ces représentations changent petit à petit, mais de nombreuses caractéristiques sont encore attribuées naturellement à un sexe ou un autre. Leur construction sociale – et donc notre capacité à les changer ! – est encore difficilement admise.

Mettre en place des alternatives ne va pas nécessairement de soi non plus. D’une part, il s’agit d’un investissement financier, d’autre part la réorganisation peut prendre du temps, et le temps est déjà précieux.

Dans le journal de terrain, un témoignage autour de l’ergonomie du matériel est particulièrement parlant.

S’installer ça reviendrait à être à la hauteur et faire comme les hommes, et du coup ne pas remettre en question l’ergonomie du matériel par exemple. Il faut s’autoriser à re évaluer et ajuster en fonction de ses capacités sans se sentir dévalorisée. Ne pas avoir les mêmes capacités physiques ça ne veut pas dire ne pas être capable. Il faut trouver d’autres stratégies.
– Extrait du journal de terrain, 9/10/2020

Le fait d’apporter des changements aux outils, à la ferme, constitue une façon d’apprivoiser un territoire, de se l’approprier, de l’adapter à ses capacités et d’en faire son lieu à soi. Dans un secteur où la force physique est valorisée voire primordiale, il est important de soulever non pas l’incapacité des femmes à faire le travail nécessaire par manque de force, mais plus leur capacité à contourner les obstacles qui apparaissent quotidiennement quand le matériel et l’espace de travail est pensé pour un « physique d’homme » (8).

En somme : La répartition inégale des tâches domestiques et de la charge mentale impacte l’implication des femmes sur les fermes. L’environnement et l’outil de travail ne sont pas neutres, ils sont historiquement pensés par et pour les hommes. L’efficacité et le gain de temps justifient souvent le maintien de la division sexuée du travail. De même, le gain de temps et l’investissement financier minimal engendrent des réticences à repenser l’ergonomie du matériel et l’organisation du travail.

Face à cette réalité, les agricultrices se mobilisent. Nous avons eu beaucoup de témoignages sur les changements dans la façon de faire certains gestes, de moduler l’espace : choisir de déplacer l’alimentation afin de s’éviter des allers-retours avec une brouette de 90kg plusieurs fois par jours, changer la disposition des bottes de foin afin qu’elles soient accessibles constamment… Ce sont des changements qui surviennent du fait de la présence d’agricultrices sur les fermes, par la remise en question de l’ordre établi dans le fonctionnement de l’exploitation. La différence dans les capacités de chacune n’est pas vécue comme un défaut, mais comme quelque chose dont les femmes se saisissent pour s’approprier l’outil de travail, le terrain.

L’intérêt d’avoir un espace d’apprentissage bienveillant, dénué de rapports de force, de pouvoir et de genre est également apparu au cours des entretiens. Le BPREA incarne cet espace pour certaines. Elles s’y sentent libres de poser des questions « idiotes » qu’elles n’osent pas aborder avec leurs conjoints. D’autres expriment avoir besoin d’apprendre à manipuler des outils loin du regard du conjoint, qui « stresse ».

Développer des nouveaux ateliers sur l’exploitation, ou s’installer seule sont d’autres moyens de se défaire de rapports de genre, gagner en autonomie et se créer une place dans le milieu agricole.

L’ambivalence de la place des femmes dans les réseaux professionnels

Le vécu des agricultrices au sein des réseaux agricoles met en évidence des tensions entre la nécessité de faire partie d’un réseau paysan et la difficulté à y avoir une place respectée.

Dans un milieu souvent associé à une forme d’isolement, le réseau semble pourtant prendre une place très importante. Il constitue une des ressources premières, un investissement y est quasi obligatoire, comme l’exprime Itsaso :

Il faut [s’intégrer], sans ça t’es mort. (Rires) – Itsaso (33 ans, EI)

Le degré d’implication reste toutefois variable, allant des liens entre voisins et voisines, d’une adhésion à une association, à la participation aux instances de décision ou encore à l’initiative et la création de collectifs.

Les liens sociaux qu’apporte le réseau paysan offrent une reconnaissance des compétences de chacun·e, et de la place qu’a une personne dans le monde paysan. Il est ainsi d’autant plus nécessaire pour les personnes non originaires du Pays Basque et/ou du milieu agricole.

S’entourer, lorsqu’on s’installe en tant qu’agricultrice est essentiel. Pour les coups de main, les conseils, le lien social, la reconnaissance et la construction identitaire. Les réseaux paysans, les associations et syndicats, les formations, constituent un des moyens privilégiés pour s’intégrer. Comme toute médaille a un revers, appartenir au réseau a ses failles : le poids du regard des autres, une absence d’anonymat, et des difficultés si on est isolée.

Comment se passe cette intégration lorsqu’on est une femme ?

Les agricultrices se heurtent de nouveau au manque de reconnaissance et de considération par leurs pair·e·s. Elles se doivent de redoubler d’efforts pour se faire une place, sans que cela aboutisse toujours. Certaines agricultrices renoncent à l’engagement et aux dynamiques collectives lorsqu’elles n’arrivent pas à trouver une place qui leur convient.

Les hommes ont une certaine manière, ou une certaine attitude…
Pas tous bien sûr, de tourner les choses de manière à ne pas rendre important
ce que je peux être en train de dire.
En négligeant ce que tu viens de dire deux minutes avant, en passant à un autre sujet.
Ça peut être aussi simple que ça. – Kattalin (40 ans, GAEC)

L’absence de considération de la parole de femmes n’est pas propre au milieu agricole. Des néologismes sont d’ailleurs apparus, tels que « mecsplication » qui définit un homme essayant d’expliquer à son interlocutrice ses pensées, ou encore « hommeterruption » qui caractérise la facilité des hommes à couper la parole aux femmes de façon incessante, et notamment lors de contextes publics. Ces termes vulgarisent des comportements discriminants envers les femmes étudiés par des chercheur et chercheuses (9) dans les sphères politiques et institutionnelles. Ces comportements ne sont pas nécessairement conscients ou mal intentionnés, ils découlent de la socialisation différente que reçoivent filles et garçons, hommes et femmes.

Pas étonnant, donc, que certaines aient des réticences à s’investir dans des structures du réseau paysan. Confrontée à des comportements similaires peut provoquer différentes réactions : un désengagement, une lutte, ou une adaptation de son comportement.

D’autres comportements problématiques peuvent également entrer en jeu au sein de ces réseaux. Il me paraît également essentiel d’évoquer le sexisme au sein des structures du réseau paysan. Le sexisme est « une idéologie qui repose sur l’idée que les femmes sont inférieures aux hommes » (10). Il peut se manifester de différentes manières, plus ou moins graves, comme « l’humour », les discriminations, ou encore les violences physiques et psychologiques. Des outils ont été développés afin de clarifier ce qui relève de violences ou encore d’agissements sexistes (11).

Selon leur statut conjugal, les agricultrices n’ont pas le même vécu. Seules, elles sont régulièrement conseillées d’épouser un paysan. Suggérer de façon répétitive à une agricultrice qu’elle doit se trouver un conjoint agriculteur pour l’aider à gérer la ferme sous-entend qu’elle n’en est pas capable seule.

Les agricultrices installées seules sont également mises face à une sexualisation de leurs corps. Le témoignage de Salomé ici est très parlant :

Je l’ai fait une fois, je l’ai regretté. Si t’arrives dans une réunion CUMA en slim et talon, tu le regrettes deux secondes après avoir passé la porte.
Tout d’un coup, tu te demandes si t’es vachère, ou vache. – Salomé (29 ans, EI)

Comment se sentir légitime de parler d’un point de vue de professionnelle, alors que l’image qui nous est renvoyée est celle d’être un objet sexuel ? Par des propos, des remarques ou des attitudes, des agricultrices sont renvoyées au fait d’être femmes avant tout.

L’ambiance « dragueuse » malaisante est difficile à verbaliser. Les réactions à avoir sont délicates, d’autant plus que les relations entre paysan·ne·s sont si cruciales pour évoluer dans ce milieu.

Ça pourrait faire des relations conflictuelles, m’empêcher d’avoir accès à du foncier si je le veux…
Il y avait un peu cette crainte que si jamais je partais et je décidais d’en parler. Il fallait que je sache bien placer mes mots parce que c’est un peu touchy quoi. – Camille (26 ans, EI).

Le fait d’être considérée avant tout comme une femme, et non comme une paysanne va exercer une influence sur la place que prennent les agricultrices dans les moments sociaux et dans les réseaux. Puisque la division sexuée est encore très forte et la place de chacun est clairement définie, avec des années de tradition comme justification, venir transgresser ces lignes n’est pas simple.

Des discriminations de genre sont encore bien présentes dans les réseaux paysans : on retrouve en particulier du sexisme, qu’il soit explicite ou ambiant. Différentes réactions existent : la lutte, un désengagement ou une adaptation du comportement pour se faire intégrer. Les agricultrices ne réagissent donc pas de la même façon lorsqu’elles se retrouvent confrontées au sexisme qui perdure dans les réseaux paysans. Ce qui est visible, c’est que prendre une place au sein des réseaux paysans ne va pas de soi.

Les trois thématiques principales développées ici montrent de manière transversale comment des rapports de genre se maintiennent et influent quotidiennement sur l’exercice du métier.

Être cheffe d’exploitation, finalement, ne revient pas simplement à une question de statut juridique.

Arriver, femme, dans ce milieu très masculin, c’est ne pas avoir le droit à l’erreur. Les agricultrices que rencontrées au cours de notre enquête se retrouvent souvent au croisement de différentes tensions.

Les stéréotypes de genre maintiennent une image des femmes comme ne bénéficiant pas des capacités nécessaires pour faire ce métier dans sa totalité. Au quotidien, c’est devoir donner plus de preuves de ses capacités sans avoir de droit à l’erreur.

Perpétuer une division sexuée du travail et une répartition inégale des tâches domestiques participe à freiner l’implication des agricultrices sur leur exploitation. Penser le travail selon des standards ‘masculins’ alimente des représentations inchangeables du métier. Malgré la conviction profonde d’être tout autant en capacité qu’un homme à faire son métier et le doute qui s’installe à force d’entendre qu’elles n’y arriveront pas.

Face à l’importance des réseaux paysans, les difficultés à se positionner, entre le besoin d’apprendre les « codes » du milieu pour s’y faire une place, et le besoin de se défaire de ces codes, basés sur une domination masculine, pour prendre la place qu’elles souhaitent. Du chemin reste à parcourir avant d’atteindre une égalité réelle entre les genres.

Ione Jackson Wall
Chargée d’étude en sociologie – Collectif Andere Nahia

Pour citer cette publication : Ione Jackson Wall, "Quelle place pour les femmes dans l’agriculture en Pays Basque Nord ? ", AgriGenre, février 2022. Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/4737

Notes

Crédits photos : Evelyne Cazemajor pour Andere Nahia

  1. « L’installation hors cadre familial s’entend comme l’installation sur une exploitation agricole indépendante de l’exploitation d’un parent (ou d’un parent du conjoint lié par un pacs ou un mariage) jusqu’au 3ème degré, collatéraux inclus (au sens des articles 741 et suivants du code civil). » Instruction technique de 2015, document envoyé par le Point Accueil Installation Transmission.
  2. EI : exploitation individuelle, GAEC : Groupement Agricole d’Exploitation en Commun, EARL : Entreprise Agricole à Responsabilité Limitée
  3. E. Goffman, L’arrangement des sexes, La dispute, collection Le genre du monde, 2002, p.67
  4. Dans De génération en génération, arrangements de famille dans les entreprises viticoles de Cognac, Raisons d’agir, Paris, 2010, C. Bessière différencie les situations de transmission et identifie notamment la catégorie des repreneur.se.s -contrairement aux héritier.e.s ou viticoles- , qui sont dotés de capital scolaire et social agricole et ont choisi tôt de reprendre l’entreprise.
  5. F. Héritier, Masculin / Féminin II, Odile Jacob, 2002, p.127 
  6. Les travaux domestiques en 2010, Enquête emploi du temps INSEE, Résultats
  7. Le livre Femmes invisibles, comment le manque de données sur les femmes dessine un monde fait pour les hommes, de Caroline Criado Perez, First Editions, 2020, traite ce sujet de façon plus large, en s’appuyant notamment sur les expériences scientifiques qui sont réalisées avec les mesures standards de corps masculins.
  8. Je tiens à mettre ici des guillemets. Il me paraît trop réducteur et restrictif de supposer que tous les hommes soient dotés des mêmes capacités physiques, et que ces capacités soient supérieures à celles de toutes les femmes.
  9. Voir notamment C. F. Karpowitz et T. Mendelberg, The Silent Sex : Gender, Deliberaion and Institutions, Princeton University Press, 2014
  10. Définition du Ministère Chargé de l’Egalité entre les Femmes et les Hommes, de la Diversité et de l’Egalité des Chances
  11. Le violentomètre du Centre Hubertine Auclert, par exemple

Echos

¤ International Association on Work in Agriculture, mars 2022