Archives de catégorie : Secte religieuse

Grandir et croire. Quand une idéologie masquée s’immisce dans une vie

Cette publication est le témoignage d'un jeune homme issu du monde rural. Ce récit porte sur un moment clé de sa trajectoire de vie où se croisent croyances, sorciers et sorcières, ésotérisme, new-âge, agriculture bio et biodynamie où la doctrine anthroposophique prendra une place importante au sein d'une famille paysanne établie en agriculture bio.  
Valéry Rasplus   

"Le secret des sources est un élément fondamental du métier de la recherche en sciences sociales. (...)  Cette éthique, manifestée par la généralisation de la pratique de l’anonymisation, conditionne la participation des enquêté·es avec lesquel·les nous établissons des contrats de confiance d’autant plus importants que le terrain est sensible."
Un droit au secret des sources pour les chercheurs et les chercheuses en sciences sociales ? 

Avant de commencer à lire ce texte, je tiens à préciser plusieurs points.

Ceci est le récit d’un vécu personnel, le témoignage d’évènements plus ou moins lointains, plus ou moins forts, soumis à de nombreux biais. Même si j’ai essayé de prendre du recul sur les éléments couchés sur papier ici, ils n’en restent pas moins empreints de révoltes, d’amours, de rancœurs, de regrets…

Ce texte sera le plus anonyme possible et ce afin de protéger les gens dont il va être fait mention. Ayant pu constater la violence dont certains défenseurs des dogmes que je m’apprête à mettre à mal sont capables, je ne veux pas que les proches soient exposés. Ou à l’inverse que des personnes décriées ici soient la cible de représailles moralisatrices et virulentes.

Je précise que je n’ai aucun conflit d’intérêt, je ne suis personne, n’ai investi dans rien. Ce récit pourrait même aller contre des milieux où j’évolue. Là n’est pas mon désir, bien au contraire, j’essaie de les faire changer de l’intérieur en prévenant les personnes compétentes et concernées.

Si j’expose cette histoire, si je m’expose, ce n’est pas par hubris ou par exhibitionnisme mais bien pour expliquer comment, tout doucement, on peut se laisser glisser dans des illusions pavées de bonnes intentions.

Voilà, c’est dit, maintenant : casque sur les oreilles avec du « pagan folk » je me lance dans l’exercice.

Un quidam comme les autres

Enfant des années 80-90. Enfant de prolos hissés dans ce qu’on appelle la « classe moyenne basse » pour se dire que l’ascenseur social a fonctionné. Enfant de la terre, d’une zone très rurale. Dans un territoire où la sorcellerie était encore bien présente au siècle dernier.

Un territoire rural

En effet, il y a en ce secteur une forte empreinte de magie de campagne. Cela fait partie de notre environnement : on va voir des arbres centenaires ; dans tel bois, on trouve la fécondité grâce à telle pierre ; ou on va prier aux statues de déités qui, par le culte chrétien, furent phagocytées.

Des autres contrées, ici ce n’est pas si différent. Cela fait partie de nos coutumes : pour une peine de cœur, on va voir un panseur ; pour une brûlure, un barreur ; on peut en parler sans gêne. Au café, on se conseille suivant la rumeur. Des autres peuplades, ici on n’est pas si différents.

Silence, Comès (1979)

Même parmi les personnels de l’hôpital local, ceux qui « ont le fluide » pouvaient être appelés à passer voir un patient brûlé, retirer une douleur ou remettre un nerf déplacé,… (Ah oui au fait : désolé pour vos yeux les médecins, biologistes, pharmaciens… qui lisent ceci. Mais que voulez-vous ? c’est le vocabulaire vernaculaire usité). Cela se faisait et je les comprenais : si, en plus des soins médicaux, cela peut soulager un patient même si c’est placebo : allons y tentons.

Bref ! Les sorcières et les sorciers ici, ce sont des connaissances, parfois des collègues, parfois des copains, parfois de la famille, parfois nous-même.

Des parents, deux mondes

Ma mère étant du coin, elle ne déroge pas à la coutume, malgré sa formation plutôt scientifique. Face à certaines épreuves, elle s’interroge, doute, cherche des réponses parfois dans des endroits un brin ésotérique. Avant ma naissance, elle s’informe sur la chiromancie, regarde quel sera mon signe astrologique, le questionne. Pour se rassurer, pour mieux affronter l’avenir, pour le bien de sa progéniture. Comme beaucoup de parents font finalement, à des degrés divers. Ma mère par contre n’en a quasiment jamais parlé : c’est sa spiritualité, sa façon de gérer et d’appréhender des situations particulières.

Mon père lui n’est pas du coin. Ce qui lui a été signifié plusieurs fois. Comme dans chaque contrée : si t’es pas du pays, si tu suis pas les coutumes locales… c’est difficile de t’intégrer. Et lui, ce citadin qui, en plus, ne boit pas ! Bref avec ce portrait, il n’avait que peu de chance de se faire influencer par le folklore local.

Et puis, lui qui se disait « cartésien » aspirait à d’autres cercles, plus réfléchis, plus symboliques, plus universels. Il avait un certain respect pour ces panseurs mais pouvait se moquer de ces croyances populaires et surtout les religions en générale. Le laïcard acharné n’aurait su se laisser emmener dans un temple de la foi.

Entrée dans une agriculture “à l’ancienne

Une petite exploitation familiale

Mais lui qui travaillait dans l’industrie commençait à s’y trouver mal. Il voulait un travail qui lui plaise plus et qui ait du sens. Mon père fit alors une reconversion professionnelle passant d’un monde de machines, d’un monde ouvrier, gris et fermé au monde agricole, verdoyant et ouvert au ciel.

C’est donc vers mes 7-8 ans que nous déménagions dans une ferme où il allait monter sa boîte en production de plantes aromatiques et médicinales (PPAM) estampillées Agriculture Biologique1. Dans cette entreprise, tout membre de la famille était alors mis à contribution dans une ambiance sympathique et où le travail « à l’ancienne » était gage de qualité.

Ce fut une installation hors des sentiers battus : pas d’aide de la Chambre d’Agriculture, ni de l’UE, ni de qui que ce soit. Nous étions indépendants, sans devoir quoi que ce soit à une quelconque organisation gouvernementale. Comme nous étions peu riches, nous n’avions pas de gros matériel : pas de charrue, ni de semoir, ni de tracteur (utilisable)… Seulement un petit motoculteur et de l’outillage usuel : binettes, pioches, bêches, sécateurs, serpes, paniers, des gants pour nos mains, des chapeaux sur nos têtes et la Terre sous nos genoux.

Et puis comme cette activité ne suffisait pas pour nourrir une famille, ma mère continuait son travail à plein temps à coté. En dehors de l’école, nous étions tout le temps sur la ferme où nous participions aux travaux. Mais cela ne suffisait pas et nous avions besoin de main d’œuvre pour nous développer. Et sans moyen de rémunérer qui que ce soit, le ferme accueillait des stagiaires de divers formations professionnelles. Ayant une production atypique, cela pouvait être intéressant pour des jeunes ou des personnes en reconversion. Et puis ça correspondait bien à la mode du retour à la nature. Une toute petite ferme à taille humaine où tout était fait à la main : des semis sous le ciel à la commercialisation dans les grandes villes étouffantes.

Ainsi, la ferme a vu passer du monde chaque été. Nous pouvions avoir de grandes tablées avec des gens de tous horizons, avec une effervescence cosmopolite dans un écrin de poussière et de verdure.

Le monde de l’alternatif

Et puis, à l’automne-hiver mon père partait dans les grandes villes pour y faire des salons et vendre nos produits à ces gens fatigués, usés, désabusés. Parmi ses clients se trouvaient seulement des particuliers parfois lunaires pour ne pas dire allumés. C’est depuis notre stand que je découvrais pour la première fois l’usage des pendules afin de mesurer l’énergie des plantes et vérifier leur qualité. Mais la plupart des gens était plus en quête de remèdes de grand-mères et de bonne fame ( bona fama : de bonne renommée) sans y voir une quelconque portée magique.

Par contre, parmi ces clients des villes se trouvaient également des « thérapeutes » comme des magnétiseurs qui avaient testés sur eux ces plantes et s’en servaient pour leur bien-être personnel en suivant le credo implicite « pour aider les autres, il faut être sain soi-même ». Ainsi de fil en aiguille, en plus des stages pratiques dans le cadre de formations, nous accueillions des connaissances thérapeutes devenues des amis pour une mise au vert, un retour à la nature. Certains même avaient prévus des séjours avec « Jeûne et Randonnées » mais finalement ils se retrouvaient à table chez nous, au complet opposé de ce qu’ils avaient envisagé : « Bonne bouffe et oisiveté ». Au cours des discussions, des repas et des balades, l’idée de proposer des stages théoriques autour de la botanique et de l’aromathérapie fut naturellement proposée. Ce fut alors une nouvelle entrée de la « pensée alternative » dans nos têtes déjà enclines à la sorcellerie locale.

Par contre, c’est toujours dans ses salons citadins que nous fûmes le plus influencés par les milieux dits « alternatifs ». C’est dans ces lieux que j’ai vu mes premières conférences de médecines douces, à l’âge de 12-13 ans, ou que j’ai entendu les premiers discours hostiles à « BigPharma », une litanie de fond dès lors régulièrement rabâchée. C’est là-bas où j’ai acheté les premiers produits bien-être pour mes proches, où on m’a conseillé de rechercher mon animal totem, où j’ai eu des discussions avec des thérapeutes, où on m’a fait choisir des papiers de couleurs pour me vendre des mélanges d’huiles, où on m’a vanté le jeûne ou encore des soins énergétiques, etc.

Dans ces temples éphémères de la consommation new-age, j’y ai passé tant de temps, tant de moments qu’il y a peu, devant un reportage sur un salon « bien-être », rien qu’aux images et aux sons, les parfums particuliers me revinrent : mélanges d’huiles essentielles, d’encens, d’odeurs de bois et de moquette.

Il faut bien comprendre que nous y venions pour vendre le fruit de notre travail de l’année. Toute notre force était dirigée vers ces salons qui constituaient la principale source de revenus pour l’entreprise. Et quand on sait le prix du mètre de stand (sans compter les autres investissements : carburant, logement…), on donne tout. Ainsi de l’installation au démontage, ces sessions pouvaient être éprouvantes et très énergivores. Imaginez un môme ou jeune ado dans ces conditions, au milieu d’une effervescence de produits « naturels », de pensées alternatives, d’instruments exotiques… Et de commerçants / concurrents plus ou moins honnêtes : une cible influençable de premier choix.

Mais c’est aussi dans certains d’entre eux où j’ai développé une de mes passions qui, paradoxalement, m’a sauvé de ce monde de dérives. Et c’est en partie là bas que mon père découvrit l’agriculture biodynamique, dans ce maelstrom de vendeurs de rêves où chacun cherche à vivre de son activité, où chacun vante ses croyances souvent de bonne foi.

Glissement du bio vers la biodynamie

Les raisons de la conversion à Demeter

C’est lorsque, dans les années 2000, la rumeur grandissante que la certification française en agriculture biologique allait s’aligner sur celle plus permissive de l’Europe que mon père voulut garder un certain standing pour ses produits. Alors pour ne pas perdre en qualité, il s’intéressa sérieusement à ce label Demeter 2 qui lui avait été vanté comme quelque chose d’encore plus exigeant et qui assurait aux clients l’absence d’intrants chimiques dans notre production.

C’est aussi dans une démarche d’être plus bio que ce nouveau bio que nous sommes entrés dans la biodynamie. Et même quand la question de certaines pratiques liées à ce type d’agriculture se posa, s’inspirant de la démarche de Maria Thun 3, sa réponse de l’époque fut: « Ce qui est bien c’est qu’on adapte les recommandations à notre environnement. On revient à une agriculture bio plus traditionnelle. Ce qui compte surtout c’est qu’on utilise pas de produits chimiques et qu’on fasse de la qualité pour les gens ». En effet, sa démarche était plus celle de la permaculture : une manière de cultiver adaptée à l’écosystème du lieu, la gestion d’un endroit où poussent des PPAM plutôt que la culture de PPAM. Mais qui est dans un processus d’« inclusion de l’humain dans la démarche » .

Donc au départ, nous continuions à travailler comme auparavant : en bio, à part une préparation, rien de plus. Nous nous étions fait de nouveaux amis, eux aussi paysans en biodynamie. Des gens supers, avec une sensibilité touchante et une approche sereine du monde naturel. On était donc invités à venir manger chez eux et inversement, quand nos calendriers de cultures nous le permettaient. C’est lors de ses moments simples et conviviaux que furent disséminés les premières notions biodynamiques au sein de notre famille. Le tout dans une démarche vraiment bienveillante et surtout de bonne foi. Ces personnes convaincues ne voulaient que notre bien ainsi que celui de la Terre.

L’idée traversant cette adhésion à la biodynamie était que cette agriculture restait plus traditionnelle et respectueuse que la bio de plus en plus lorgnée par la grande distribution avec toutes les conséquences que cela présageait : intensification des cultures en bio avec des pratiques dévastatrices du conventionnel. Ainsi elle permettait aux paysans pragmatiques une lecture intelligente de leurs milieux de production afin d’y apporter des méthodes plus saines en les testant localement et en les conservant si une efficacité y était observée. Car selon mon père, Steiner se basait sur une certaine sagesse populaire que les chamboulements agricoles d’après-guerre nous avaient fait perdre et que l’on pouvait retrouver en les essayant avec pragmatisme sur ses cultures.

Ce qu’a changé cette nouvelle pratique, pour moi, a été le collage d’une nouvelle étiquette sur les produits. Ainsi, j’en ai appliqué de ces bouts de papiers orange avec son liseré vert et son écriture blanche. Et ce, chaque après-midi des jours d’été où les températures nous empêchaient de travailler dehors, ou durant les vacances de Toussaint en vue des salons citadins, voir même les week-ends. Je ne saurais dire combien j’ai pu en coller des milliers sûrement, des millions peut- être au vu des années écoulées. Encore aujourd’hui, ces rouleaux fins et cette succession de tirets oranges sont un souvenir de longues journées 4 . Et nous appliquions la marque sans connaître ses origines, sans savoir que la cotisation qui nous permettait de l’exhiber participait au financement d’une organisation cachée.

Aujourd’hui encore, je sais que beaucoup de producteurs en biodynamie connaissent plus ou moins les rites mais n’ont pas idée qu’ils sont la devanture d’un mouvement bourré de croyances qui se fait de l’argent sur leur dos et leur amène petit à petit des fidèles. C’est pour cela qu’il m’est impossible de les blâmer ou de dire qu’ils font partie de la religion que Steiner a mis en place. Là dessus, l’anthroposophie est très forte et intelligente : cachée derrière des principes sympathiques et acceptables pour beaucoup , elle s’immisce progressivement sans donner les fondements de la pensée, ni les principes ésotériques de Steiner.

Une dernière raison qui a pu sans doute peser dans la balance chez mon père fut le ponte du domaine dans lequel nous évoluions : Jean-Marie Pelt. Pharmacien, botaniste de référence qui reçut plusieurs distinctions au cours de sa vie (Prix Nicolas-Missarel, chevalier de l’ordre de la Légion d’Honneur…), cet homme était respecté dans ce milieu de la botanique et de l’aromathérapie. Nous avions plusieurs de ses livres dans la bibliothèque familiale. Je n’appris que très tardivement que ce scientifique renommé avait soutenu la biodynamie, entre autres dans son émission sur France Inter 5 . Émission qu’il animait avec Denis Cheissoux, producteur de radio. La dernière fois que j’ai vu ce nom, c’était il n’y a pas si longtemps, dans la liste des signataires d’une tribune faite en l’honneur de Pierre Rabhi en décembre 2021 6.

Ainsi il est fort probable qu’à l’époque ce soutien trouve un écho tout particulier chez mon père qui le considérait comme une source fiable.

Entrée de l’anthroposophie sous le toit

Un ou deux ans après être passé en biodynamie, soit au cours d’un salon soit parmi nos contacts paysans, on expliqua au chef d’exploitation que dans une démarche pédagogique, des écoles Steiner cherchaient des fermes en biodynamie pour y accueillir des jeunes inscrits chez eux 7 . Mon père qui manquait de main-d’œuvre ne pouvait rejeter une telle proposition. De plus, cela permettait des échanges internationaux et des rencontres pour ses enfants qui ne voyageaient pas beaucoup.

Ainsi chaque été, quelques jeunes d’environ 16 ans passaient 15 jour à 3 semaines à la ferme. Tous d’une école Steiner-Waldorf autrichienne. Ils n’étaient qu’un voir deux grand maximum en même temps, ce afin de permettre une meilleure immersion dans la langue française. J’ai d’ailleurs de très bons souvenirs de ces personnes venues. Il se trouve même que, pour la rédaction de ce témoignage, j’ai repris contact avec l’une d’entre elles, plusieurs dizaines d’années après. Aujourd’hui, elle semble être très bien intégrée dans la société, et est même vaccinée dans ce contexte sanitaire. Ainsi, même avec ce passage dans cette école, elle a su s’émanciper de certains préceptes anthroposophiques véhiculés.

Tableau d’une école Steiner-Waldorf

Malgré tout, l’accueil de ces jeunes a permis deux choses : l’entrée plus profonde de principes biodynamiques dans nos esprits et l’affirmation de l’adhésion à une partie plus importante de la doctrine.

De plus, lors de ces stages, on pouvait recevoir la visite d’un des professeurs de l’école qui pouvait venir une semaine entière. Je n’ai le souvenir que d’un seul homme qui une fois ses valises posées pensait pouvoir jouir de l’hospitalité comme bon lui plaisait, s’invitant à notre table, usant de notre maison dans une allégresse qui ne plut pas du tout au chef d’exploitation. En effet : comment demander à des jeunes de participer aux travaux de la ferme, lorsque leur référent se pavanait nonchalamment devant eux en tenant de grands discours sur la bonne façon d’agir ? Une exploitation reste une entreprise, même derrière les beaux discours. Il fut alors très vite mis à la porte et ne revint jamais. Toujours est il que je me souviens de la relation entre ce professeur et les jeunes : chaleureux, amical voir fraternel. Ce fait me marqua tant que j’eus alors l’intime conviction que dans ces écoles à la « pédagogie différente », j’aurais été bien plus heureux que dans le lycée de petite ville où j’évoluais le reste de l’année. Quel ignorant j’étais !

Les préparations

En plus d’accueillir des gens venant des écoles Steiner, mon père faisait les préparations biodynamiques obligatoires à l’époque : la 500 et la 501 8 . Enfin… « faisait » non, il achetait un mélange qui lui était présenté comme un « engrais de qualité » qu’il épandait de manière infinitésimale dans ses cultures.

Mais de souvenir, c’est plus au cours des certifications que lui était à chaque fois demandé s’il avait fait au moins la 500 (la bouse de corne) 8 . Ce à quoi il répondait souvent en montrant au contrôleur les factures attestant de l’achat de préparations. Et puis à coté de cela, nous avions la chance d’avoir un approvisionnement régulier de fumier mi-équin et mi- bovin. On avait ainsi un compost équilibré car « composé de fèces d’un animal vif et celles d’un animal tranquille ». Encore aujourd’hui, je ne sais pas du tout d’où vient cette croyance…

Et puis, petit à petit, on lui demanda de faire plus de choses édictées par le cahier des charges afin de pouvoir conserver sa labellisation. On tenta de le faire progressivement plier aux règles de la biodynamie : pulvériser la 501, puis changer les cuves d’eau utilisée pour l’arrosage en des cuves en cuivre, ne pas utiliser d’arrosoirs en plastique, etc. On essaya donc d’imposer des pratiques basées sur des principes obscurs.

Chaque fois, on nous demandait donc de faire la préparation 501 (silice de corne, à pulvériser sur les feuilles afin de « permettre aux plantes de mieux prendre le soleil ») 8 mais mon père arrivait à négocier car nous avions déjà suffisamment d’ensoleillement sur les cultures, pas besoin d’en rajouter. Pourtant, il croyait réellement en l’efficacité de cette préparation. Lors d’une conférence auprès d’autres producteurs en biodynamie, on la lui avait présentée sous un angle « scientifique » selon lequel la silice « colloïdale » (?) contenue dans la préparation, une fois pulvérisée sur les feuilles, permettait par réverbération sur les grains de renvoyer plus de lumière aux cellules chlorophylliennes et donc d’augmenter la quantité d’énergie lumineuse disponible pour la photosynthèse. Ainsi face à ce genre d’arguments acceptables de prime abord et afin de conserver la certification, il achetait chaque année les préparations 500, 501 et 503 8 que nous conservions à la cave, sans forcément toutes les faire.

Car il faut rappeler que pour ces préparations, il fallait en grande partie acheter les cornes ou même certains mélanges 9. Bien que souvent dans les milieux agricoles, on se débrouille avec ce que l’on a. Mais comme il faut justifier de ses rituels, rien ne vaut une facture. Ainsi même si on n’est pas convaincu par la biodynamie, il faut quand même investir dans ce matériel et même dans des cuves spéciales en cuivre pour « dynamiser » votre eau 9.

Je me demande combien de producteurs se retrouvent dans cette situation : on leur présente d’abord la biodynamie comme une agriculture plus bio que le bio européen, sans leur donner les fondements de la doctrine. Comme ce label apporte une plus-value supplémentaire sur leurs produits tout en restant respectueux de l’environnement, ils ne peuvent pas trop refuser si en plus cela leur permet de mieux vivre de leur travail. Puis insidieusement, il leur est rajouté des couches de process à mettre en place avec des coûts non prévus (matériel spécial, substances, cornes, certification… ). Et s’ils refusent, ils ont le risque de perdre cette valorisation. Pour éviter cela, on développe alors un investissement total : personnel, financier et idéologique.

Cette petite prise d’otage pousse les personnes à se laisser persuader ou à se persuader elles-même du bien-fondé de ces pratiques et vont finir par les défendre pour ne pas être dans une dissonance trop forte. Et lorsqu’ils sont suffisamment bien ferrés, on pourra, peut-être, leur dévoiler les secrets de la biodynamie. Ils passent tout doucement de profanes peu convaincus à initiés des secrets « ancestraux » et « scientifiques ».

Concernant mon père, il a toujours su se tenir suffisamment à l’écart de ces incitations glissantes et avait assez de mordant ou la réputation de ne pas se laisser faire pour ne pas être trop embêté. Mais avec le recul, j’ai pu constater qu’il avait quand même été influencé sur de nombreux points. Il se vantait par exemple de produire avec :

  • le respect des cycles lunaires 10 : semis et plantations en suivant le calendrier lunaire. Pour la cueillette de la bourrache, on s’en occupait un jour fleur, pour la sauge, un jour feuilles etc. Enfin ça, c’était plus pour justifier de la bonne pratique et attirer le client car dans les faits, on dépendait surtout de la météo. En effet, récolter des plantes sous la pluie demanderait un séchage plus long et avec des risques de moisissures, donc autant le faire par temps plus sec.
  • le respect des rythmes circadiens 11 : en été par exemple, avec les fortes chaleurs, on avait une organisation de journée type. Travail de la terre ou soin des plants (désherbages, tailles), puis récolte des plantes dès que la rosée était évaporée (toujours pour un meilleur séchage) et ce jusqu’au zénith solaire moment à partir duquel les végétaux « perdaient en qualité » ceci dû à l’évapotranspiration. L’après-midi étant réservé aux tâches pouvant être effectuées à l’abri du soleil dans les bâtiments.
  • un mélange de l’eau particulier 12 : afin d’arroser, nous avions de grandes cuves dans laquelle arrivait un tuyau. Celui-ci était disposé dans un certain sens créant ainsi une spirale.
  • l’utilisation de poivre de rat 13 : en effet la ferme était infestée de de rats attirés par le grain réservé à la basse-coure. N’arrivant pas à limiter la population qui commençait à être néfaste, mon père chercha des solutions et fit ce qu’on lui avait conseillé… attraper des rats, les tuer s’ils n’étaient déjà occis, brûler les dépouilles et répandre les cendres tout autour de la ferme.

Mais les influences pouvaient avoir des échos ailleurs. J’ai par exemple le souvenir très marqué d’un jour où nous faisions des crêpes tous ensemble avec les jeunes en stage chez nous. On était en plein été, il y avait l’effervescence estivale habituelle de ce lieu un peu coupé du monde. Et une parmi nous avait voulu faire le dessert pour tous. En l’aidant à préparer, nous avions plusieurs saladiers pour mélanger la pâte, c’est alors que mon père intervint pour conseiller de faire le signe « infini » dans notre appareil car selon lui, cela homogénéisait mieux, de manière plus efficace. Pensant qu’il tirait ce savoir de sources sûres avec son « D.U. » et du fait de son aura positive, nous nous mîmes alors tous à faire ce 8… Et les croyances sont tenaces d’autant plus qu’elles ont eu le temps de s’enraciner, car encore aujourd’hui, selon lui « on voit bien qu’en faisant cette forme, on mélange mieux » .

Dessin de forme anthroposophe
(2020)

Je ne pense pas qu’il savait d’où venait cette idée. Si on lui avait dit à l’époque que cela servait à attirer les énergies cosmiques 14 , il aurait ri et n’aurait jamais donné ce conseil. Ce n’est que des années après quand j’entendis parler de lemniscate, de son origine dans l’anthroposophie et de son rôle d’après Steiner, que je compris jusqu’où ce mouvement avait pu apposé son empreinte sur nous.

Implication dans la vie

Cet exemple est risible comparé aux autres influences ou aux conséquence de dérives sectaires que subissent nombre de gens. Il illustre juste jusqu’où des gestes peuvent devenir codifié et ainsi enfermé dans des principes complètement abscons. Et l’anthroposophie avait d’autres points d’accès dans nos vies.

Au niveau familial

Forcément nous faisions le potager en fonction de la Lune, à acheter chaque année le calendrier que l’on retrouvait chez Rustica ou à la caisse de marchand de plantes ou au magasin bio du secteur. Encore aujourd’hui ma mère jardine suivant si l’on est un « jour racine », un « jour fleur » ou un « jour fruit ». Si c’est la bonne phase pour semer ou pour planter, pour tailler ou désherber.

Et cette influence de la doctrine n’est pas prête de s’arrêter, j’en ai bien peur. En effet, elle est abonnée à un magazine de jardinage, plutôt sympa, avec des pistes de permaculture, de la pédagogie sur la faune et flore locale, sur les maladies récurrentes… Mais aussi des promotions de pratiques biodynamiques, de produits Demeter, de la NEF et de Terre de liens 15.

Aujourd’hui, en connaissant un peu mieux l’organisation de l’anthroposophie et les dérives que ce mouvement engendre, je trouve ces petits appels dissimulés d’une malhonnêteté déconcertante. En effet, ce magazine touche un large public, pas ou peu renseigné sur le mouvement et qui est potentiellement influençable. Le fait qu’il se permette de fournir des contacts quasi-exclusivement vers des organes anthroposophes est très dérangeant. Il devient un n-ième outil de racolage du Goetheanum [siège de la Société anthroposophique], attirant à lui des profanes qui pourront être plus tard sensibles aux discours ésotériques. Ainsi la Lune n’a sûrement pas d’influence sur les végétaux de son potager mais l’anthroposophie en a sur ma mère.

Mais après, tellement d’autres personnes sont convaincues que les cycles lunaires sont importants pour cultiver : « Les anciens, ils faisaient comme ça ! », « ça joue bien sur les animaux, alors sur les plantes c’est sûr »… Autant d’appels à la tradition et à la nature qui me firent penser durant un temps qu’avec l’avènement de l’agriculture conventionnelle, nous avions détruit des savoirs ancestraux au profit de grosses industries. Et puis en grattant le vernis de la biodynamie, je vis que ces pratiques n’avaient rien d’ancestrales et que Steiner lui même ne connaissait rien à la culture ou l’élevage.

Rudolf Steiner :
ni paysan, ni agriculteur, ni agronome
(Le 1)

Mais à l’époque, nous étions réfractaires à l’industrie agrochimique mais aussi, et c’est quelque part logique vu notre métier, à l’industrie pharmaceutique. Ainsi pour les petits maux, avant d’aller voir le médecin de famille, je me soignais d’abord aux plantes, aux granules d’homéopathie et aux huiles essentielles. En ce qui concerne le deuxième « traitement », on nous conseillait parmi les amis de la famille des 9 ou 12 CH auxquels nous ne comprenions rien mais en qui nous avions confiance. Cela me paraissait, à l’époque, sérieux et scientifique. Et aujourd’hui encore, j’use de produits « naturels » avant d’aller voir le médecin, si je peux le voir.

Dans la suite des traitements alternatifs ou ésotériques, il n’y a encore pas si longtemps mon frère était entré dans le commerce de la lithothérapie pour améliorer son quotidien. Autant dire, dans une organisation qui ressemble fortement à un commerce pyramidal, il se retrouvait à vendre des produits très chers pour n’en gagner que quelques deniers et ainsi récupérer à peine sa mise. Aujourd’hui, il a cessé mais peut-être plus du fait de la non rentabilité que de la rationalité. Nous en avons bien discuté mais je le sens encore quelque part croyant en ces théories. J’espère qu’avec le temps la raison s’épanouira laissant les délires de pouvoirs des pierres et de dynamisation de l’eau dans les limbes.

Nous avions pourtant eu des appels divers de la raison par des personnes de passage, parfois des amis. Mais leurs discours peinaient à nous arriver. Pas qu’elles ne les évoquent pas mais parce que nous y étions obtus jusqu’à ce que, devant notre entêtement ou le couperet du maître de maison, elles ne se taisent.

Ainsi j’ai le souvenir d’une jeune femme en stage pratique de BTS. Je devais avoir dans les 13 ans. Un jour à table, lieu de nombreuses discussions, elle ne comprenait pas ce que nous entendions par dynamiser l’eau. Mon père tenta de lui expliquer non sans mal. Et devant le fait avérer que « dynamiser » ne voulait rien dire, elle rétorqua que l’eau stagnante contenait bien plus de vie et donc d’énergie (chimique) qu’une eau claire touillée dans un certains sens. À ce moment-là, nous avions défendu, de façon plutôt véhémente, le point de vue de la biodynamie, répétant les discours de mon père sans savoir de quoi nous parlions. Il y avait alors dans les comportements cette pointe d’agressivité des instants où vous êtes pris en flagrant délit d’ignorance d’un précepte que vous défendez.

Ainsi elle avait tenté de comprendre, de discuter et face à ses questions, à son « côté trop cartésien et scientifique » nous avions été quasiment tous les convives autour de la table à lui dire qu’elle avait tort. Alors qu’aucun ne savait de quelle énergie il était question. Pardon V. j’étais ignorant, con et quelque peu embrigadé. Et malheureusement, ce n’était pas la première fois où je défendais un principe anthroposophique, ni la dernière.

Au niveau personnel

En effet, malgré un parcours étudiant scientifique, certains préceptes me collaient au cortex engluant parfois mes idéaux dans une dissonance difficile à gérer. Durant mon cursus scolaire, en école publique, j’étais un môme parmi d’autres, rien de bien différent. À part la fierté de travailler en parallèle chez moi, j’étais un élève sans histoire, je menais ma barque et bossais suffisamment pour m’assurer la quiétude à la maison.

Bac S préparé en lycée agricole, j’y appris la biologie et l’écologie auprès de gens géniaux qui ont su semer le doute et la méthode, bien que ces derniers mirent du temps à germer dans mon esprit. L’hiver intellectuel que soufflaient mes croyances a été une longue vernalisation de ces graines. Mais dès la 1ère nous savions, en théorie, le mode de production et le fonctionnement du maïs BT génétiquement modifié pour lutter contre la pyrale Ostrinia nubilalis avec le cadre des problématiques liés aux pesticides, de la lutte biologique et les défis de nourrir l’humanité. Avec quelques camarades, eux issus des cercles faucheurs d’OGM de la Conf’, nous étions bien entendu contre ces expérimentations à ciel ouvert mais nous étions fiers d’avoir ce savoir ainsi nous pouvions en discuter hors des cercles lycéens. Mais outre cela, rien de bien spécial.

Avec le diplôme du bac en poche, et après un an un peu chaotique, j’arrive en deuxième année de licence de biologie où l’on me fait découvrir la recherche. En plus d’y approfondir mes connaissances, on me confronte aux articles scientifiques qui me montrent comment sont produits les savoirs. Là bas, on bouffe des chromato’, de la PCR… des organismes génétiquement modifiés en veux-tu en voilà. Bref je baigne dans le jus de la biologie.

Et c’est aussi là que je découvre une aversion pour les stats et les logiciels associés. N’y comprenant rien à l’époque, pour moi, on faisait dire ce qu’on voulait aux chiffres. (complètement con je vous dis.) Alors quand il était question d’OGM, j’étais toujours sur la position : dans les champs peut-être mais pas dans mon assiette. Malgré ma défiance envers les statistiques et le consensus scientifique « inféodé aux lobbies », je n’acceptais ces plants en extérieur que s’il n’y avait pas de risques d’hybridation avec des espèces sauvages. Un principe de précaution que je demandais aux autres alors que je n’allais pas lire les papiers sur le sujet. J’étais consommateur et dans l’attente que l’information m’arrive, dans une paresse intellectuelle trop fréquente.

Malgré ce point, ça ne m’empêchait pas de travailler et de découvrir plein de choses fiables. C’est sûrement à ce moment-là que s’est ajouté une pierre fondatrice de mon scepticisme. Et puis avec tout ça, je décroche cette licence si intéressante mais avec des résultats moyens. Il faut dire que je travaillais certes mais que j’avais découvert des loisirs que je ne pouvais me permettre avant.

Ainsi lors d’examens quand je n’avais pas suffisamment potassé et quand l’inspiration ne venait pas, on m’avait conseillé de répéter un signe au stylo. Ce conseil donné par une amie de la famille datait de quand j’étais lycéen : « si tu peines à te concentrer, fais plusieurs fois le signe infini sur ton brouillon. Essaie de faire en sorte qu’il soit le plus régulier possible et de surtout faire bien croiser en son centre ». Si j’avais conservé mes brouillons de toutes ces années, je suis sûr qu’à quasiment un examen sur deux, la lemniscate se trouvait griffonnée, repassée de nombreuses fois. Elle était devenue mon petit rituel pour m’apaiser parfois, pour me concentrer, pour respirer. Ce n’était pas du tout pour attirer une quelconque chance, je pensais vraiment qu’en répétant machinalement un signe, je me conditionnais à mieux travailler, à plus me concentrer. Et cette habitude m’a tenu jusqu’à la fin de mes études. Il y a de ça encore quelques années, quand je devais rédiger une lettre, le brouillon comportait un 8 passé plusieurs fois. Les habitudes sont tenaces même pour une anodine lettre de motivation.

Pendant la dernière partie de mes études, je revenais malgré moi dans mon secteur d’origine. Inscrit dans l’école me permettant enfin de devenir ce que je souhaitais, je retrouvai des amis du lycée en rencontrai de nouveaux. Parmi ce cercle, une amie de longue date allait finir son master avant de partir en doctorat. Un jour, en allant la voir chez sa famille, sa mère et moi discutons longuement. Elle venait de commencer le Reiki. Ayant déjà rencontré des gens se revendiquant de cette pratique, j’étais intéressé à en comprendre les fondements. Et au fil des échanges, elle m’explique que dans sa famille, on sait barrer le feu. Avec mon passif, je suis forcément intrigué. Devant cet intérêt, elle fut heureuse de m’offrir le don en m’expliquant comment procéder. Ainsi j’acquis la prière m’octroyant un +20 en guérison des brûlures. Encore aujourd’hui je puis la réciter :

« Feu, tu                  +

Pain, tu                  +

Eau, tu                  +

Feu va-t-en !   + »

Le petit « + » signifiant que l’on faisait une croix au dessus de la brûlure. Le tout à répéter trois fois (sans doute pour un appel à la trinité). N’étant pas du tout dans les bondieuseries, j’avais du mal avec cette influence chrétienne mais n’ayant accès à la « prière originelle primaire » , je m’en accommodais et effectuais surtout les gestes en y mettant de l’intention.

Ainsi quand une personne se brûlait et demandait si quelqu’un savait barrer, je répondais présent tout en spécifiant que je n’étais pas sûr que cela marche, n’ayant pas du tout confiance en ce don et son efficacité. J’ai donc servi de placebo à divers personnes : brûlure de cuisine, brûlure de corde, brûlure du métal… et même soulager des douleurs suite à des séances de radiothérapie. La plupart du temps, sur place immédiatement mais une fois ou deux, on me l’a demandé à distance. Bien que j’émettais de forts doutes sur l’efficacité de mes capacités en la matière, les personnes me redonnaient des nouvelles positives avec à chaque fois un « si si ça m’a soulagé ». Soit pour que je persévère dans cette voie et développe le don, soit que l’effet contextuel fut puissant. La dernière fois que j’en usais, je revis la blessure un ou deux jours après. Devant son état qui n’avait pas plus évolué que si je n’y avais rien fait, le porteur me certifia que si : plus de douleur et une cicatrisation accélérée. À ce moment-là de ma vie, je commençais à mettre mes croyances en question, et cet évènement finit de me convaincre que c’était du vent qui ne fonctionnait pas.

Quasiment en même temps où l’on m’apprit à barrer le feu, un ami me fit essayer la baguette de sourcier. Je fus devant cette expérience, bluffé. Car en la prenant comme expliqué, je fis tout pour éviter qu’elle ne se torde, et pourtant. Plus tard, je fis d’autres essais au dessus de canalisations ou de passages souterrains d’eau cartographiés : sans succès. Visiblement pas doué, j’abandonnais donc assez vite cet exercice.

Plus tôt dans ma vie, les études bouclées, le job étudiant placardé, je me lance dans un mode de vie alternatif avec le projet plus ou moins lointain de monter un lieu d’accueil en campagne qui puisse faire école et centre pour des colos. Je pensais y développer des pratiques qui prennent vraiment en compte les besoins de l’enfant, que celui-ci ne soit pas considéré comme un élève et qu’elles lui permettent un contact avec le monde vivant. Autant dire du Montessori et du Steiner. Enfin plutôt l’idée que je me faisais du Steiner et dont j’avais trouvé regrettable qu’on ne nous en ait pas parlé ne serait-ce qu’un peu à l’IUFM. Tellement convaincu que le monde des humains étaient néfastes, j’idéalisais cette « pédagogie » qu’on nous cachait. Quel sombre idiot j’étais, un crétin. Je pensais qu’avec mon diplôme, j’allais vite comprendre et m’adapter à ces pratiques. Et puis je ne croyais maintenant plus qu’en la confrontation avec le réel : il fallait se servir des bases assez solides en pédagogie et apprendre au fur et à mesure les autres façons de travailler.

Mais avant de se lancer dans l’enseignement, je voulais revenir aux sources : l’agriculture. Reprendre un travail « à la dur ». Ainsi je devins saisonnier et pus travailler des exploitations sous serre en hors-sol aux vignes en biodynamie. C’est durant cette période que j’entendis pour la première fois des critiques sur le mouvement de Steiner qui venaient de personnes avec un pied dedans.

C’était une association de parents qui recherchaient un instituteur pour leur projet d’école alternative. LE projet que je voulais monter ! Il y avait tout : dans une maison perdue dans la verdure, avec un potager, la participation des locaux, des parents prêts à venir monter des projets du style : du semis du blé jusqu’à la digestion de pain en passant par toutes les étapes., etc. Ce groupe de familles (4-5 foyers dans mon souvenir) se situait dans une région qui, je l’appris par la suite, avait beaucoup d’écoles Steiner-Waldorf en son sein. Après un appel téléphonique, une prise de rendez-vous pour un entretien et quelques jours, je les retrouvais sur le site prévu. Lors de cette demi-journée, nous discutâmes des nombreux projets possibles et du contexte de la création de cette école alternative.

Dans cette région de France, il y eut, plusieurs décennies auparavant, une forte immigration de familles germaniques et néerlandaises qui amenèrent avec elles des écoles Steiner-Waldorf. L’anthroposophie avait donc un pied dans le secteur depuis assez longtemps. Ces parents avaient été élèves dans ces établissements pour certains et leurs enfants y étaient. Mais ils voulaient les en sortir. Devant mon étonnement, ils m’expliquèrent que les enseignements y étaient dogmatiques, qu’on apprenait des chorégraphies étranges et que les enfants n’y étaient pas heureux. Ils ne se sentaient pas mettre les leurs dans l’école publique qui pour eux n’aurait pas été à la hauteur des besoins des jeunes et restait une machine déshumanisée avec des classes surchargées où est appris la compétition plutôt que la coopération. Ils souhaitaient donc monter une association qui puisse acheter une maison avec le terrain autour, monter une école et y rémunérer un professeur.

Les écoles Waldorf de Rudolf Steiner dans la tourmente (Arte, 2020)

Bien que plusieurs points me posaient problèmes, les échanges furent très sympathiques sauf lorsque nous évoquions ces écoles ce qui créait un malaise dans la discussion, en décalage avec tous les autres moments. Ne voulant pas les incommoder, je gardais mes questions et nous continuions à parler de l’avenir. Une fois le tour fait et les projets tirés sur la comète, nous nous dîmes au revoir en laissant à chacune des parties une semaine voir deux de réflexion. Et puis dans ce laps de temps, je décrochai un autre job et la vie faisant nous oubliâmes de nous rappeler.

Avec le recul et les faits observés depuis, je crois comprendre un peu mieux leurs motivations : derrière le vernis officiel et l’idée que je m’en étais faite se cachaient au sein de ces écoles de nombreux problèmes. Ces familles voulant protéger leurs enfants cherchaient une solution qui ne soit pas celle du « monde extérieur ». Étant eux-même issus des écoles Steiner ou au moins engagés avec elles, ils ne voyaient pas d’autres moyens que de créer un nouvel endroit qui soit préservé de « l’enfer de l’école publique » et de l’anthroposophie. Et soit c’est un coup du hasard, soit les évènements sont liés mais il se trouve que cette rencontre fut faite quelques temps après que Mr Perra fit son article à l’UNADFI 16 dont je n’avais alors aucunement connaissance.

Décroyance

Ce fut donc à travers cette demi-journée que mes croyances dans ce domaine trébuchèrent sur le traumatisme de personnes qui vivaient dedans. Une faille dans ce que je pensais de ce mouvement s’était ouverte. Sur le coup, je laissais cette histoire dans un coin de ma tête pour me focaliser sur ma vie immédiate : travailler, voyager, s’éclater. Ainsi j’étais reparti en saisons.

Une fois cette période terminée, je me suis posé dans un autre coin de France. Là j’y obtenais un contrat de professeur de bio remplaçant où j’ai pu enfin développer et transmettre une passion. J’y retrouvai également des amis.

L’un d’entre eux avec qui je me trouvais à travailler commença à me parler de certains « sites qui pourraient [m]’intéresser et qui [m]’aideraient dans l’enseignement ». De fil en aiguille, il me fit découvrir par ces liens le doute, la méthode et l’esprit critique. Et je dis bien découvrir et non redécouvrir. Car même si les cursus scolaire et universitaire tendent à supposer que j’y aurais déjà développé tout cela, mon aveuglement et ma bêtise était tels que j’avais seulement ingurgité des connaissances et savoir-faire.

Les études et lectures avaient posés des pierres et plein de jalons mais ils étaient ensevelis sous une couche de glace de croyances. Merci à toi J. ! Tu auras permis à un vent nouveau de faire fondre ces blocs grossiers qui m’empêchaient de suivre des chemins balisés par la raison. Sans cela, j’étais parti pour glisser et tomber dans un des gouffres obscurs. Encore aujourd’hui, cette brise pousse des nuages laissant ainsi passer plus de rayons sur des vestiges de ce désert gelé…

Ainsi la méthode et l’esprit critique m’ont permis de revoir plusieurs jugements et connaissances amorçant un long travail. Mais je l’appliquais d’abord à des théories auxquelles je ne croyaient pas, puis ce en quoi j’avais quelques doutes mais quasiment pas sur moi-même. L’œil, la paille, la poutre, tout ça. Ce n’est qu’en écoutant le témoignage de Grégoire Perra que j’entendis parler de dynamens, de lemniscat, d’Ahriman, d’eurythmie, de l’anthroposophie sous un angle qui me rappela ces parents en quête de solution. Lors des divers témoignages, nombre de petits détails me parlèrent. Au terme de la 2ème écoute des Méta de Choc 17 consacré au sujet, touillant mon café en faisant un 8, je finis abasourdi par ce que je comprenais : moi parvenu des croyances bidons, devenu plutôt scientifique, avec des connaissances faites sur des bases plutôt solides, je m’étais laissé berné depuis si longtemps par Steiner et son mouvement que finalement je ne connaissais pas du tout ! Je me mis alors à creuser un peu et découvris que d’autres avaient déjà mis au jour les éléments complètement faux et dangereux de cette « philosophie », ses accointances douteuses, et laissé à disposition les expériences montrant l’absence d’effets de la biodynamie18.

Oui, et après ?

Ah je pouvais rire des raeliens et de leurs dieux extra-terrestres tandis que je défendais une agriculture ésotérique dont les préparations étaient sensées attirer les êtres élémentaux et forces cosmiques dans les champs, alors que j’espérais un type d’école où finalement on enseigne qu’il y a des nains sur la Lune qui hurlent à la pleine lune 19 et où on laisse les enfants se blesser pour leur karma 20. Je ne valais pas mieux que le raelien dont je me moquais. Et même si je n’étais pas anthroposophe, c’était encore pire car ils se servaient de ma crédulité et de ma naïveté pour les soutenir.

Jamais il n’a été dit à mon père lorsqu’il s’est mis à la biodynamie que celle-ci s’appuyait sur l’astrologie ou sur un dogme qui prône un Jésus cosmique, un éthérique et un Buddha migrateur entre Vénus et une planète Mars qui serait liquide. Jamais on ne lui a évoqué les sylphes, ondines et autres êtres invisibles. Jamais il ne lui a été dit que sa cotisation à Demeter (puis à Nature & Progrès 15) finançait le Goetheanum, un Vatican anthroposophe. Jamais il n’a vraiment su les théories racialistes de Steiner, ni même les accointances avec le IIIème Reich 21.

Dornach, 17 novembre 1935
Au Führer et chancelier du Reich

M. Adolf Hitler
Votre Excellence

Nous, les membres soussignés du Comité Exécutif [Vorstand] de la Société Anthroposophique Générale avec son siège à Dornach près de Bâle [Suisse] nous considérons obligés, Votre Excellence, de vous troubler avec cet appel urgent pour votre aide bienveillante dans l'affaire suivante.

Comme nous en avons été informés, la Société anthroposophique a actuellement été dissoute sur le territoire du Reich allemand par un ordre de la police secrète d'État prussienne [Gestapo]. Les motifs spécifiés par les autorités officielles pour cette action sont exposés dans le document ci-joint. Nous devons protester contre cet acte de résiliation et notamment contre les motifs invoqués, ces motifs ne correspondant en aucune manière aux faits.

La Société anthroposophique générale, qui a été constituée et fondée par le Dr Rudolf Steiner en 1923, n'a assurément eu aucune relation d'aucune sorte avec des groupes francs-maçons, juifs ou pacifistes, ni même aucun contact occasionnel avec eux de quelque manière que ce soit. De plus, la lignée aryenne de Rudolf Steiner a été explicitement confirmée par le "Bureau de la politique raciale" [du Reich] à Berlin. En outre, la désignation de la Société comme "d'orientation internationale" --- dans le sens qui est utilisé ici comme motif de résiliation --- est entièrement applicable car les relations entre les membres des différents pays sont soigneusement limitées à l'échange d'idées académiques et de questions artistiques uniquement, tout comme toute organisation académique et artistique de premier ordre favorise de tels échanges en Allemagne et à l'étranger.

De nombreuses personnes de toutes les nations civilisées confirmeront volontiers que les conférenciers et les artistes de la Société anthroposophique qui se déplacent dans de larges cercles à l'étranger s'intéressent vivement à la vie spirituelle allemande, au point que même beaucoup, par ex. les anglophones ont en fait appris la langue allemande afin d'étudier le matériel source original.

De plus, la pédagogie, telle qu'elle est cultivée à Waldorf et dans d'autres écoles en Allemagne selon les directives de Rudolf Steiner, a rencontré dans de nombreux pays en dehors de l'Allemagne la plus haute approbation et sert même de modèle. Par exemple, selon le dernier rapport d'un symposium à New York, de nombreuses associations d'enseignants américaines de premier plan suivent le développement de ces écoles [allemandes] avec un intérêt particulier.

Mais maintenant, à la suite des mesures décrites ci-dessus prises contre la Société Anthroposophique, l'état de choses absurde suivant a été créé dans bon nombre de ces groupes dans des pays étrangers qui sont amis et bien disposés envers l'Allemagne --- qu'une Société considérait en tant que représentant précieux et actif de la vie spirituelle allemande se termine soudainement en Allemagne pour des raisons qui ne correspondent pas à la réalité.

Nous devons également protester fermement contre l'accusation la plus accablante selon laquelle, dans la documentation de la Gestapo prussienne --- pour des motivations erronées --- l'allégation est également faite que la Société anthroposophique en Allemagne est "subversive". Comme on peut facilement le voir à partir de ce qui précède et d'une enquête plus approfondie, une telle désignation représente une discrimination totalement injustifiable contre une société qui prône le nationalisme allemand avec la plus grande loyauté.

La Société anthroposophique générale, qui est représentée par des groupes de membres dans toutes les nations civilisées du monde (à l'exception de la Russie soviétique), se sent particulièrement obligée de nourrir la vie spirituelle allemande et de veiller avec une grande préoccupation au destin de ses amis allemands. Par conséquent, nous supplions gracieusement Votre Excellence de daigner très aimablement arranger avec les autorités judiciaires compétentes, l'abolition de cette appellation discriminatoire de "subversif" et l'annulation de l'ordonnance de résiliation.

Nous avons l'honneur, Excellence, de vous exprimer l'assurance de notre très haute considération.

Le conseil d’administration de la Société anthroposophique générale

Albert Steffen
Marie Steiner von Sivers, épouse de Rudolf Steiner
Dr Günther Wachsmuth

Source : http://www.waldorfcritics.org/articles/Vorstand_Letter_to_Hitler-Tom_Mellett_Trans.html 

Le 20 avril,
le Führer fêtait son 50e anniversaire
Bulletin de Demeter, mai 1939

S’il avait su tout cela avant, le laïcard en lui aurait mis la biodynamie et l’anthroposophie à la porte de sa maison et de sa raison ! « Il aurait dû se renseigner mieux avant » me diriez-vous et vous n’auriez pas tort, il aurait dû lire Rudolf Steiner. Et il l’a fait ! Il en a lu des extraits, choisissant ce qui lui semblait le plus fondé parmi ce qui lui était proposé. Peut-être était-ce par fainéantise d’aller au bout des choses, peut-être a-t-il juste fait confiance n’étant pas un féru d’esprit critique, peut-être… Il n’empêche qu’il y avait une volonté de ne pas l’informer de la part des organisations biodynamiques. On pourra dire ce que l’on voudra mais les témoins de Jéhovah, même s’ils usent d’atours rhétoriques, avancent à visage découvert.

Ici c’est insidieux, pervers et masqué : on vous appâte par différents moyens et des morceaux choisis, on vous laisse le temps de mordre à l’hameçon, une fois que c’est fait on vous ferre, on vous tient et on vous emmène où on le souhaite grâce à un fil invisible. Et vous, petit ou gros poisson que vous êtes, vous ne serez jamais considéré par ce groupe religieux ni par cette religion. Vous ne servez qu’à participer financièrement et qu’à produire des denrées qui serviront aux tenants visant un meilleur karma pour leur prochaine réincarnation. Que vous vous arrachiez les ongles pour suivre leur cahier des charges afin de pouvoir espérer mieux vivre, ils n’en ont cure. Que vous fassiez bosser vos mômes pour la pérennité de votre exploitation dans un cadre archaïque, au mieux ils s’en moquent, au pire ils l’encouragent.

Et le plus parlant dans tout ça ? Imaginons que Rudolf Steiner aie raison, que le karma existe avec la réincarnation suivant ses conseils et tout. Vu que vous n’êtes pas informé du dogme ni de tous les préceptes, vous n’aurez pas suivi toutes les recommandations et ce même si vous produisez pour eux et consommez pour eux… votre dette karmique serait trop grande pour espérer être réincarné dans de bonnes conditions. Bref vous serez et resterez à jamais un pigeon dans cette vie, dans le plan éthérique et dans la prochaine incarnation.

Donc à toi Madame, à toi Monsieur, à toi gamine, à toi gamin, ne te laisse pas bercer par des paroles de miel. Avoir une agriculture qui comprenne le vivant, prenne en compte les relations fines entre les êtres et produise tout en préservant les espèces, est une nécessité, je suis et serai mille fois pour. Avoir des méthodes de cultures qui permettent à tous de se nourrir sans détruire notre maison et en faisant vivre dignement nos paysans, je milite pour, au quotidien. Cesser nos écocides et les extinctions d’espèces, je l’appelle du plus profond de mon âme et ce depuis ma tendre enfance.

Mais doit-on pour cela croire le premier venu qui nous dit avec des jolis mots que lui il peut faire des miracles mais sans aucune preuve tout en masquant ses dogmes eugénistes, racialistes et à l’opposé des connaissances scientifiques ? Doit-on se laisser manipuler parce que les idéaux (affichés) correspondent à nos espoirs ou à la résolution de nos appréhensions ?

À vous paysannes et paysans ! Vous qui êtes tentés de passer en biodynamie ou qui l’êtes déjà. Vous vous faites avoir par une pieuvre financière qui masque ses intentions. Si vous êtes pétris d’humanisme, si vous souhaitez une société éclairée, plus juste et qui ne détruise pas notre Terre, l’agriculture biodynamique n’est pas faites pour vous. Certes elle n’abîmera peut-être pas plus les sols mais elle détruira votre réflexion. Si vous pensez que l’ultralibéralisme contribue au saccage du vivant et précarise toujours plus les citoyens, ne vous fiez pas aveuglément au mouvement de Steiner et renseignez vous sur sa tripartition sociale 22 , un modèle libérale poussé à l’extrême. Avoir une spiritualité qui prenne en compte des forces et êtres invisibles n’est pas mal, par contre adhérer à une doctrine obscurantiste est une autre affaire.

Mais ne me faites pas confiance, à moi un inconnu, un anonyme. Allez puiser aux sources de cette agriculture, lisez ce que Steiner a dit ou écrit, et voyez si vous êtes d’accord avec sa pensée et avec ses idéaux. Certes il était un homme de son époque, certes… mais d’autres personnes de cette période étaient farouchement opposées à ces idées nauséabondes 23. Et puis, l’organisation qui lui a survécu, quelles ont été ses positions au cours de l’Histoire ? Quelles sont-elles aujourd’hui ? Comment fonctionne-t-elle ? A-t-elle remis en question des préceptes au vu des avancées de la connaissance ? Comparez les résultats de la biodynamie avec ceux de l’agriculture bio sur le plan de la biodiversité, de l’état des sols, des rendements…

Si vous vous rendez compte de la supercherie alors que vous êtes estampillés Demeter, vous pouvez arrêter de travailler avec eux. Vous y gagnerez sans doute moins mais il sera alors temps de vous battre dans le réel pour des droits et non des réponses toutes faites. Admettre qu’on a eu tort est douloureux mais sans doute salvateur.

Maintenant c’est aux défenseurs effrénés de la biodynamie et/ou de l’anthroposophie que je m’adresse :

Chers vous qui n’êtes pas anthroposophes,

Vous le criez haut et fort, et à qui veut l’entendre par peur d’incriminer votre temple et ses représentants. Mais je le sais déjà : vous n’êtes pas anthroposophes. Vous n’êtes pas anthroposophes ni à mes yeux, ni aux leurs d’ailleurs… sachez-le. Vous n’êtes pour eux que les pierres dont ces marchands se servent pour lapider quiconque osera se questionner sur leur étale et sur leur fond de commerce. Et même si vous vous sacrifiez hache à la main, vous resterez sur les marches du temple agonisant des coups que vous vous serez portés pendant que d’autres disciples écumants prendront la relève après vous.

Espérant accéder aux bibliothèques en présence des illustres, vous resterez des profanes tandis que « les Saint-Jean bouche d’or qui prêchent le martyre, le plus souvent d’ailleurs, » s’attarderont ici-bas.

Lazare Mulot
Professeur de biologie en milieu agricole

Pour citer cette publication : Lazare Mulot, Grandir et croire. Quand une idéologie masquée s’immisce dans une vie , AgriGenre, juin 2022. 
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/7040

Notes

1. Cahiers des charges de l’agriculture biologique https://agriculture.gouv.fr/lagriculture-biologique-1

2. Label de l’agriculture biodynamique certifiée. “Depuis la création de la marque collective Demeter en 1932 en Allemagne, nous avons mené un travail constant afin de proposer aujourd’hui une gamme complète de cahiers des charges exigeants pour les produits alimentaires, les cosmétiques et les textiles issus de l’agriculture biodynamique
https://www.demeter.fr/biodynamie/ https://www.demeter.fr/professionnels/cahiers-des-charges/

3. Maria Thun (1922-2012) est une pionnière de l’agriculture biodynamique qui établit en 1952 des corrélations entre la croissance des végétaux et la position de la lune par rapport au zodiaque. Épouse d’un professeur dans une école Waldorf, on lui doit le calendrier de culture suivant les phases de la Lune avec les jours « fruits », les jours « feuilles », les jours « racines », etc. Avec une volonté de tester et de mettre en avant les pratiques biodynamiques, elle fit des expérimentations autour des sujets développés par Steiner. Mais il semble qu’elle fut énormément décriée par les anthroposophes trouvant sa démarche matérialiste et luciférienne.
https://labiodynamieaurisquedelanthroposophie.com/2017/08/20/du-rififi-dans-lanthroposophie/

4. https://www.shop-demeter.ch/assortiment-fr/pour-fermes-certifiees/etiquettes-autocolants/

5. https://www.franceinter.fr/emissions/dans-les-jardins-de-jean-marie-pelt/archives-2016

6. https://www.reporterre.net/Des-amis-de-Pierre-Rabhi-prennent-la-parole

7. Exemple de l’école de Verrières, section « Appréhender la vie économique : le stage en entreprise » https://web.archive.org/web/20210515134653/https://www.ecole-steiner-verrieres.org/onzieme-classe/

8. “La préparation 500 (bouse de corne) est pulvérisée sur les sols. Elle participe au développement de la couche d’humus et favorise tout particulièrement la fertilité et la biodiversité des sols. La préparation 501 (silice de corne) agit en complémentarité de la bouse de corne et est pulvérisée sur la partie aérienne des plantes. Elle accompagne le développement de la plante et a une action bénéfique sur la qualité alimentaire des produits. La préparation 503 (camomille matricaire) stimule la croissance des plantes et les fortifie […] Des préparations nommées « 500 préparée » ou « 500p » et « Compost de bouse » combinent avantageusement plusieurs préparations et facilitent le travail des agriculteurs et viticulteurs en réduisant le nombre de passages tout en permettant une bonne efficacité
https://www.demeter.fr/biodynamie/les-preparations-biodynamiques/

9. Exemple de site où acheter les préparations et le matériel https://commande.biodynamie-services.fr/ . Ici compter de 96 à 140€ par kilogramme de 500P et ~1300€ le kilogramme de 501… Le plus petit modèle de cuve coûte 564€ ttc.

10. Exemple de calendrier https://www.jardiner-malin.fr/calendrier-lunaire ; Explications des bases du calendrier lunaire https://www.pleinelune.net/calendrier-lunaire/infos

11. a.De la même façon les préparations biodynamiques sont pulvérisées sur le sol et les plantes suivant les saisons, à des moments spécifiques de la journée, pour accompagner les rythmes de la Terre, comme le rythme circadien lié aux alternances jours/nuits qui régule le repos et la veillehttps://www.demeter.fr/biodynamie/respect-des-rythmes/ ; b. “Or ces variations saisonnières et journalières sont déterminées par les positions de la terre dans le système solaire. Elles sont donc d’origine cosmique. On trouve en fait, suivant l’heure du jour et la saison de l’année, que la solubilité et la disponibilité des substances nutritives varient sensiblement. Ces influences sont prédominantes dans d’innombrables phénomènes de la physiologie des plantes et des animaux (sécrétions glandulaires, hormones). La concentration de l’acide oxalique dans les feuilles du bryophyllum a, pendant la journée, une marche presque aussi régulière que celle d’une horloge” ; “En analysant les expériences de Schultz, je fus frappé par le fait que différents cycles de lumière donnaient à des plantes, cultivées avec la même solution nutritive, des assimilations tout à fait différentes, particulièrement en ce qui concerne l’azote. Le matin et le soir, elles font preuve d’une croissance notable favorisée par l’action de l’azote. Aux heures du milieu de la journée elles donnent des signes de rabougrissement et de carence” , Cours aux agriculteurs, Rudolf Steiner, GA 6e édition, 1979 p. 138-139.

12. “Mais il est alors nécessaire de combiner soigneusement le contenu entier de la corne avec l’eau. Cela implique qu’il faut maintenant commencer à remuer le mélange et à le remuer de telle façon que l’on tourne rapidement au bord du seau, à la périphérie, et qu’il se forme à l’intérieur un entonnoir allant presque jusqu’au fond du seau, de sorte que l’ensemble est effectivement pris dans un mouvement de rotation. Puis on inverse rapidement le sens de rotation, pour que le tout bouillonne vers le côté opposé. Quand on poursuit cette opération pendant une heure, on obtient une parfaite interpénétration de l’eau et du fumier” , Cours aux agriculteurs, Rudolf Steiner, GA 6e, édition 1979, p. 55.

13. “On obtient maintenant cette dépouille de mulot incinérée au moment où Vénus se trouve dans le Scorpion. Et dans ce qui est détruit là par le feu subsiste maintenant la force négative par rapport à la force de reproduction du mulot. Si maintenant vous répandez le poivre ainsi obtenu sur vos champs -les choses deviennent naturellement difficiles dans certaines contrées, mais vous pourrez alors faire d’une façon plus homéopathique encore, ce n’est pas toute une assiette à soupe qu’il nous faudra- à condition que ce poivre ait été conduit comme il faut à travers le feu lors de la grande conjonction de Vénus et du Scorpion, vous aurez là un moyen, grâce auquel les mulots éviteront ce champ” , Cours aux agriculteurs, Rudolf Steiner, Novalis, p. 186-187.

14. a.L’usage des préparations est une pratique unique aux biodynamistes qui leur permet d’intervenir préventivement sur l’équilibre des forces en jeu dans leur domaine afin de favoriser certains processus, notamment la décomposition de la matière organique, la captation de la lumière par les plantes, la rétention de la chaleur, etc. Plus intimement, le brassage rythmique des préparations offre l’opportunité d’une « méditation physique » au cours de laquelle le biodynamiste se reconnecte avec son environnement. En créant alternativement l’ordre et le désordre dans l’eau qu’il agite, il reproduit en miniature, avec tout son corps, la respiration de l’Univers, cette oscillation incessante entre le cosmos et le chaos, l’esprit et la matière; mouvement si bien représenté par la figure du lemniscate, qui est aussi le symbole de l’infini et de la marque Demeter”, Les jardiniers de la conscience. Socialiser l’environnement, habiter la ferme et incorporer le vivant en agriculture biodynamique, Galarneau, p. 275 (Département d’anthropologie de la faculté des sciences sociales , université Laval Québec), 2011 https://abiodoc.docressources.fr/doc_num.php?explnum_id=1228 ; b.La silice de corne conjugue son action avec celle des forces de lumière. C’est pourquoi la préparation est finement nébulisée sur les plantes. Un vent léger optimise la propagation des fines gouttelettes. Si on utilise un pulvérisateur à dos, on veillera à effectuer une forme de huit avec le bras (lemniscate) qui favorise une bonne répartition” , Classeur de Reconversion Demeter, p14)
https://demeter.ch/wp-content/uploads/2019/01/ClasseurDe-
Renconversion_F_LesPreparationsBiodynamiques.pdf
; c.si nous savons qu’elle est accompagnée d’une manière juste pendant le cycle de l’année par la force de Michaël, si en quelque sorte nous voyons passer le Christ dans un flux qui entre dans la Terre et monte dans le cosmos accompagné de Michaël qui combat dans la Terre, Michaël qui conquiert dans les espaces cosmiques la force de combattre (lemniscate)” , Les fêtes chrétiennes et la respiration de la Terre, Rudolf Steiner, Triades, p. 22 https://www.vivreencomminges.org/doc/Anthroposophie/Steiner%20Rudolf%20-%20Les%20f%C3%AAtes
%20chr%C3%A9tiennes.pdf

15. a. Entre NEF et anthroposophie : “La charte de la NEF qui fait explicitement référence à l’œuvre de Rudolf Steiner (…) témoigne que l’élargissement et la diversification de son sociétariat n’ont pas eu pour conséquence une trahison de ses fondements (…). Dans les milieux de l’économie sociale, de l’économie alternative et solidaire, de l’agriculture durable, du logement social qui n’avaient quasiment aucun contact avec la pensée et l’œuvre de Steiner la NEF a apporté au cours des années un témoignage qui a ouvert un horizon nouveau à bien des personnes. Mais en même temps, chaque fois qu’une institution steinerienne s’est adressée à la NEF pour avoir un appui, elle a trouvé une équipe dévouée à sa cause” , Jean-Pierre Bideau et Henri Nouyrit, responsables du conseil de surveillance de la NEF dans l’Esprit du Temps, revue anthroposophe https://aide.lanef.com/hc/fr/articles/4407395563026-Quels-sont-les-liens-entre-la-Nef-et-l-anthroposophie- ; b. Entre la NEF, Terre de liens, la biodynamie et Nature & Progrès : section « Le partage d’intérêts » de la page : https://www.lanef.com/qui-sommes-nous/la-force-du-collectif/nos-partenaires/

16. Témoignage de Grégoire Perra , 2011 https://www.unadfi.org/actualites/groupes-et-mouvances/l-endoctrinement-a-l-anthroposophie-dans-les-ecoles-steiner-waldorf/

17. https://metadechoc.fr/podcast/une-vie-en-anthroposophie/

18. “The Myth of Biodynamic Agriculture “Biodynamics is a scientifically sound approach to sustainable management of plant systems” ” , Linda Chalker-Scott https://s3.wp.wsu.edu/uploads/sites/403/2015/03/biodynamic-agriculture.pdf

19. “Les êtres lunaires ont un corps physique d’une substance très subtile et ressemblent aux enfants de 6 ou 7 ans […] On les connaît comme hurleurs ; […] En période de pleine lune leur activité atteint son paroxysme” , dans Êtres naturels et spirituels leur action dans le monde visible, Rudolf Steiner, Anthroposophiques Romandes, p. 292.

20. Reportage en 3 volets sur une école Steiner-Waldorf en Suède : https://youtube.com/playlist? list=PLnSHQypWsDB6aBQ_tWBFexDoHgDu_OwDO

21. Travaux de Peter Staudenmaier https://social-ecology.org/wp/2009/01/anthroposophy-and-ecofascism-2/ traduits par Jean-François Theys ici : https://veritesteiner.wordpress.com/2015/11/04/anthroposophie-et- ecofascisme-parpeter-staudenmaier/

22. Présentation de la tripartition sociale https://fr.wikipedia.org/wiki/Tripartition_sociale ; La triple articulation du corps social de Rudolf Steiner et la pensée économique alternative, par Peter Staudenmaier https://veritesteiner.wordpress.com/2017/02/15/%e2%80%8bla-triple-articulation-du-corps-social-de-rudolf-steiner-et-la-pensee-economique-alternative-par-peter-staudenmaier/

23. Par exemple, Nietzche, contemporain de Steiner, était contre les thèses racialistes (https://www.cairn.info/nietzsche–9782846702706-page-47.htm ) . Plus tard nombre d’allemands fuirent pour échapper à l’Allemagne nazie. On a par exemple Bertolt Brecht, poète à qui l’on doit par exemple le texte du Cloporte ( https://www.lieder.net/lieder/get_text.html?TextId=21989 )


Sur les liens entre la société anthroposophique et la biodynamie, on pourra consulter :

Rasplus Valéry,  Un chercheur organique : Ehrenfried Pfeiffer, AgriGenre, mai 2022. 

Rasplus Valéry , Les vigneron.ne.s, entre vins conventionnels et vins bio & biodynamieAgriGenre, janvier 2021. 

Sur la comparaison agronomique entre bio et biodynamie, on pourra consulter :

Vincourt Patrick, Commentaires sur l’article « Impact of farming systems on soil ecological quality : a meta‑analysis » , AgriGenre, mai 2022.