Archives de catégorie : Secte religieuse

De corne et de bouse

Le texte qui va suivre n’est qu’un témoignage, il comporte donc son lot de biais personnels. J’ai essayé d’être le plus précis que possible dans l’écriture de ces quelques lignes. Aussi, mon parcours professionnel autant que personnel explique en partie mes raisonnements.

Je m’expose ici publiquement sous mon vrai nom, sachant les risques que je prends et que j’ai déjà pris en parlant d’agriculture en biodynamie. Le risque est mesuré, la peur ne contrebalance pas la nécessité d’informer le grand public.

Un point sur mon parcours

Comme beaucoup, mes parents ont toujours considéré que la réussite se mesure au nombre de diplôme. C’est en grandissant avec ce genre d’idée que j’ai décidé après un bac S, de poursuivre des études en licence de biologie cellulaire, puis en master en Microbiologie, Biologie Végétale et Biotechnologies, pour finir en thèse de microbiologie.

Laboratoire d’analyse

Ce déballement de diplômes tous plus pompeux les uns que les autres n’a pour but que de vous montrer la sensibilité que j’ai développé et les cours théoriques que j’ai pu suivre. Mais le parcours universitaire à cette époque est encore trop descendant et peu critique. Les notions d’épistémologie et de biais cognitifs me sont inconnus autant dans ma vie personnelle que dans la production de la connaissance. Ce sont les cours que Richard Monvoisin propose à l’Université de Grenoble et présents sur le catalogue de formation de mon école doctorale qui me donnent les bons termes et concepts sur les biais cognitifs, les arguments fallacieux et l’éventail des manipulations mentales. Un monde nouveau s’ouvre, et pas aussi reluisant que prévu. Mais si la magie qu’on nous vend s’évapore au travers du prisme des outils du scepticisme ou de la zététique, reste l’émerveillement des nouvelles découvertes scientifiques, des fictions et des merveilles de la nature.

Je soutiens ma thèse en juillet 2018, très loin encore du monde de l’agriculture. Deux ans plus tard, après avoir été technicien pour l’Institut Coopératif du Vin (ICV), médiateur scientifique chez les petits débrouillards et au Biodiversarium de Banyuls-sur-Mer, Ingénieur de recherche au Laboratoire Biocapteurs, Analyse, Environnement de l’UPVD (Université de Perpignan) puis technicien de laboratoire pour l’IUT de Perpignan, je rentre au lycée agricole Claude Simon de Rivesaltes, en tant que professeur en Biologie-Ecologie.

Un témoignage lunaire

Durant ces deux années à cumuler les emplois, j’avais habitude d’écouter des vulgarisateurs sur YouTube, notamment les lives de La Tronche en Biais. Et là, un témoignage totalement aberrant d’un ancien adepte de mouvement occulte. Un certain Grégoire Perra qui serait sorti de l’anthroposophie.

Le complotisme primaire que je ressens au premier visionnage allume de grosses ampoules rouges dans mon cerveau, le récit est si incroyable que je ne peux le croire. A écouter les paroles posées de l’homme, les ramifications touchent toutes les pans de la sociétés, les anthroposophes sont parmi nous. En même temps que j’écoute, j’ouvre les onglets « pédagogie Steiner-Waldorf », « Biodynamie », « Nef ».

Les ampoules rouges disparaissent, pour laisser la place à des frissons. Et si Grégoire Perra disait vrai ? Ça voudrait dire que personne n’est au courant ? Que le super vin en biodynamie qui m’a été proposé au restaurant finance vraiment un mouvement à dérive sectaire ?

Je décide de pousser plus avant et de me renseigner vraiment sur l’agriculture biodynamique. Je commence par acheter Le cours aux agriculteurs de Rudolf Steiner. Il reste la possibilité que Grégoire Perra ne dise pas la vérité.

Une lecture difficile

La lecture du Cours aux agriculteurs est une des plus difficiles lectures que j’ai eu à effectuer. J’ai passé beaucoup de temps à essayer de comprendre les formulations, mettant mes difficultés sur le compte de l’époque (1924) et de la traduction. Je ne sais alors si l’ouvrage a mal vieilli ou si Steiner avait une prose toute particulière, alambiquée à souhait. Mes lectures futures feront pencher la balance du côté alambiqué du père de l’anthroposophie.

Je découvre une liste de préparations utiles pour les agriculteurs anthroposophes, notées P500 à P507 et leur signification dans la pensée occulte de Steiner. En effet, ces préparations sont réalisées avec une substance du monde astral (animal), une substance du monde éthérique (végétal) et une substance du monde physique (minéral). Toujours selon l’anthroposophie, le corps éthérique c’est le corps de la vie, des processus vitaux, les plantes et les animaux en sont imprégnés, le corps astral c’est le corps des émotions, de la conscience, seuls les animaux et les humains possèdent un corps astral.

Je découvre également la vision du système solaire de Steiner : le système solaire est composé des planètes lointaines extérieures au Soleil, Mars, Jupiter et Saturne dont les forces cosmiques sont attirées par la silice. La chaleur favorise ces forces de structuration et de fécondation. Donc des forces utiles à la racine. Les planètes proches de la Terre, la Lune, Mercure et Vénus, elles, envoient leurs forces cosmiques via le calcaire. L’eau favorise ces forces de croissance et de reproduction. Donc des forces utiles à la fleur et au fruit.

Toutes les préparations biodynamiques qui sont obligatoires pour obtenir le droit d’apposer le label Demeter sur les produits de l’agriculture biodynamique proviennent en réalité directement du Cours aux agriculteurs de Steiner, sans modification depuis 1924.

Corne et bouse de vache

Tous les produits biodynamiques ont donc été cultivés avec des produits d’origines animales, comme des crânes d’animaux domestiques, des vessies de cerfs, des intestins ou des mésentères de bovins. Je m’étonne de l’apposition du label Vegan au côté du label Demeter sur certains produits biodynamiques. N’y a-t-il pas là une opposition nette entre ces deux labels ? K&M du site Les Véganautes, dénoncent cette incohérence à l’occasion d’une série de trois vidéos. Aussi je découvre avec effroi l’utilisation du poivre de mulot et plus globalement utilisable pour tout ravageur.

Pour citer Steiner :

« Imaginez que vous attrapiez un mulot encore relativement jeune ; vous pourrez alors le dépouiller et prendre la peau de ce mulot relativement jeune. Maintenant il s’agit de se procurer cette peau – des souris, on en trouvera toujours, mais si on veut faire cet essai, il faut que ce soient des mulots – des se procurer cette dépouille de mulot à un moment où Vénus se trouve dans le signe du Scorpion. Voyez- vous avec leur science instinctive, les anciens n’étaient nullement si sots. Là où nous passons de la plante à l’animal, nous tombons aussi tout droit sur le zodiaque. Car ce zodiaque n’a pas été appelé sans raison « cercle des animaux ». Si on veut obtenir quelque chose dans le monde végétal, on peut en rester au système planétaire. Chez l’animal ce n’est plus possible. Alors on a bien besoin de représentations qui tiennent compte des étoiles fixes environnantes, essentiellement de ces étoiles fixes qui se trouvent dans le zodiaque. […]

Car il s’agit d’exécuter avec cette dépouille de mulot quelque chose de tout à fait précis. Nous nous procurons cette dépouille de mulot au moment où Vénus se trouve dans le signe du Scorpion et nous brûlons alors cette peau, nous recueillons soigneusement ce qui se développe maintenant du fait de la combustion, les cendres, très généralement les composants qui retombent – il n’y en aura pas beaucoup, mais si on a un certain nombre de mulots, il y en aura assez, ce qu’on obtient par-là sera suffisant ; et on obtient maintenant cette dépouille de mulot incinérée au moment où Vénus se trouve dans le scorpion. Et dans ce qui est détruit là par le feu subsiste maintenant la force négative par rapport à la force de reproduction du mulot. Si maintenant vous répandez le poivre ainsi obtenu sur vos champs -les choses deviennent naturellement difficiles dans certaines contrées, mais vous pourrez alors faire d’une façon plus homéopathique encore, ce n’est pas toute une assiette à soupe qu’il nous faudra- à condition que ce poivre ait été conduit comme il faut à travers le feu lors de la grande conjonction de Vénus et du Scorpion, vous aurez là un moyen, grâce auquel les mulots éviteront ce champ »

Mulot

A ce stade, je peux dire que le témoignage de Grégoire Perra apparaît bien plus véridique, et s’il dit vrai sur la biodynamie, j’imagine qu’il dit également vrai sur les écoles Steiner-Waldorf, sur la médecine anthroposophique ou sur les banques.

Des questions me taraudent : les agriculteurs en biodynamie sont-ils anthroposophes ? Et Le label Demeter est-il tenu par des anthroposophes ou affilié à l’anthroposophie ? Il doit bien exister des études scientifiques validant ou invalidant l’agriculture biodynamique ?

Concernant les études scientifiques sur la biodynamie

Je tombe sur le site Biodynamie-recherche, mettant en avant des études allant dans le sens d’un réel intérêt de la biodynamie. Je vais alors passer de longues heures à éplucher les études qui sont publiées ou ont été publiées par cette association et ailleurs.

Je m’aperçois que la majeure partie des études vantant les mérites de la biodynamie sont écrites soit par des anthroposophes, soit sont financées par des fonds anthroposophiques ou sont éditées par des anthroposophes. J’ai l’impression à ce stade qu’il y a une masse d’études mal ficelées censées prouver les bienfaits de la biodynamie.

Et je tombe sur Linda Chalker-Scott, une Maître de Conférences au département d’horticulture et d’architecture des paysages de l’Université de Washington, qui publie en 2013 une revue de la littérature The Science Behind Biodynamic Preparations: A Literature Review dans le journal HortTechnology. Le Dr Chalker-Scott a épluché toutes les études scientifiques qui tournent autour de la biodynamie, sa conclusion est sans appel : L’agriculture biodynamique équivaut à l’agriculture biologique sur la majorité des paramètres étudiés dans la plupart des études où une comparaison était possible.

Plus tard, en 2019, une autre revue de la littérature est publiée par Maria Carla Cravero, chercheuse au CREA (Council for Agricultural Research and Economics) au centre de recherche pour la viticulture et l’œnologie s’intitule : Organic and biodynamic wines quality and characteristics : A review. Les conclusions restent les mêmes que celles de Linda Chalker-Scott.

Alors comment expliquer que Biodynamie-Recherche ne parle pas de ces deux revues ? Je découvre que le siège social de cette association est à la même adresse que l’association «Mouvement pour l’Agriculture Biodynamique» (MABD). Aucun scientifique dans ses rangs, aucune publication académique. J’ai été trompé et pas assez attentif.

La crédibilité de ce site s’effrite encore un peu quand je tombe sur l’étude Changing the taste of apples by eurythmic treatments que l’on peut traduire par Changer le goût des pommes par traitements eurythmiques. L’eurythmie c’est une danse anthroposophique qui aurait des vertus curatives. L’article écrit par des anthroposophes est méthodologiquement très pauvre, les conclusions en sont extrapolées. On ne peut actuellement pas changer le goût des pommes en dansant devant des pommiers.

La crédibilité scientifique du MABD s’effrite également lorsque je vois quels livres ils proposent à la vente comme notamment « Messages des êtres élémentaires » ou « A la rencontre des êtres élémentaires » [les êtres élémentaires désignent les gnomes, ondines, sylphes et salamandres, ndlr]. Nous ne sommes alors plus dans le domaine matériel mais bel et bien dans une approche sensible. Sensible dans le sens de la science spirituelle de Rudolf Steiner, s’affranchissant allègrement de la méthode scientifique conventionnelle. Nous sommes dans ce qu’on appellera plus vulgairement de la pseudo-science. L’association MABD compte dans ses rangs des personnalités importantes du monde anthroposophique comme Jean Michel Florin, également responsable de la section agriculture du Goetheanum.

Ouvrons une légère parenthèse sur le Goetheanum. C’est le cœur névralgique de l’anthroposophie. Si le pape a son Vatican, Rudolf Steiner avait son Goetheanum. Un blockhaus imposant sans aucune angle droit trônant sur la colline de Dornach, en Suisse.

La question d’un lien entre l’anthroposophie et le MABD est à mon sens vite répondue. On trouvait dans le rapport d’activité 2016-2017 de l’association les liens étroits entre le MABD et le Goetheanum.

Nous sommes en février 2021. Je décide d’ouvrir un compte Tweeter pour informer sur ce qu’est réellement la biodynamie et notamment pour rendre accessible la lecture des publications scientifiques en les vulgarisant pour le grand public. Ce que je m’efforce toujours à faire à l’heure actuelle avec la naissance en septembre 2021 d’un site internet dédié.

L’agriculture biodynamique n’a aucun fondement scientifique d’une part, et n’a pas fait montre d’un quelconque avantage par rapport à l’agriculture simplement biologique d’autre part.

Concernant le label Demeter

Au cours de mes recherches sur l’agriculture biodynamique et sur Demeter, je tombe sur le site Eliant (Alliance européenne des initiatives en anthroposophie appliquée).

Pour la faire brève, Eliant propage la bonne parole anthroposophique en Europe. L’alliance fait alors du lobbying pour la médecine anthroposophique, pour la pédagogie Steiner-Waldorf, pour les banques anthroposophiques et…pour la biodynamie. Notamment, Demeter International est membre de l’alliance Eliant.

Selon les révélations de la journaliste Ophélie Neiman pour le journal de référence Le Monde, Demeter France reverse chaque année 100 000 euros au Goetheanum. Je ne peux à ce stade plus douter d’un lien fort entre la biodynamie et le monde anthroposophique.

La biodynamie a été créée par Rudolf Steiner, et elle est toujours promue à l’heure actuelle par l’anthroposophie.

Brèves d’anthroposophie

J’ai parlé plus tôt de Grégoire Perra et de dérive sectaire. Mais je sais aussi que les témoignages sont des choses extrêmement biaisées. Heureusement il existe en France un organisme gouvernemental en charge de lutter contre les dérives sectaires, la MIVILUDES (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) mais aussi des associations dédiées à ces combats, et tout indique que l’anthroposophie présente un endoctrinement fort. Par exemple, la porosité forte entre l’anthroposophie et l’idéologie pangermanique nazie a été pointée par Peter Staudenmaier dans Anthroposophy and Ecofascism. On y apprend que Rudolf Steiner donnait des conférences expliquant que la race aryenne se trouvait au sommet de la hiérarchie des races avec les autres races en dessous. On y apprend que certains SS étaient anthroposophes et que les potagers de camps de la mort étaient en biodynamie [voir aussi, Philippe Simonnot, Le brun et le vert. Quand les nazis étaient écologistes, Cerf, 2022, qui consacre plusieurs passages sur la biodynamie et Demeter sous le IIIème Reich, ndlr].

Grégoire Perra n’est pas le seul à pointer les problèmes de l’anthroposophie, on peut parler également d’Oliver Rautenberg en Allemagne, Margaret Sachs en grande bretagne. On peut aussi citer le documentaire suédois De utvalda barnen (Les enfants élus) de Jasper Lake pointant les problèmes rencontrés dans les écoles Steiner-Waldorf (traduction par Shadow Ombre). Tous les témoignages se ressemblent et se recoupent.

Si vous avez lu les témoignages de Camille Grivand , Zarmul et Jeanne Soradt publiés ici sur le carnet de recherche AgriGenre de Valéry Rasplus, vous avez eu des pistes de réflexion sur la pensée anthroposophique qui s’infuse au travers de la biodynamie même pour les plus laïcards des agriculteurs. J’ai eu la chance de rencontrer Camille Grivaud et Zarmul et de leur donner la parole à l’occasion d’une rencontre à la ferme ou d’un verre partagé. Ces témoignages oraux peuvent être retrouvés sur la chaîne Youtube @SkepticsinthePubValais.

Ces témoignages permettent de comprendre que l’anthroposophie n’est pas une dérive de type sectaire comme peuvent l’être les témoins de Jehova, la scientologie ou le mouvement raëlien, c’est une entreprise où les adhérents ne se rendent pas forcément compte qu’ils baignent déjà dedans. C’est à mon sens sa plus grande force.

La biodynamie est le véhicule agricole des idées de l’anthroposophie, et quand je dis agricole, ça englobe en plus des agriculteurs, également les les partis écologistes, les associations de protection de l’environnement, les journalistes scientifiques, les restaurateurs et les cavistes.

Revenons au monde agricole

Je ne sais pas si tous les agriculteurs en biodynamie sont au courant des problématiques inhérentes à ce type d’agriculture. Après tout, si c’est une agriculture bio, avec encore moins de produits phytosanitaires, encore plus respectueuse de la terre et des hommes, elle ne peut faire de mal !

A mon sens c’est dans une démarche profondément humaniste et écologiste que la majorité des agriculteurs se tournent vers la biodynamie. Ce qui montre bien un vide, une absence de labels sérieux et respectueux de l’environnement pour les agriculteurs. C’est dans ce vide que la biodynamie prospère. Pour obtenir le label Demeter, il faut que la parcelle soit en Agriculture Biologique depuis au moins quatre ans, pour les agriculteurs, c’est l’étape d’après vers une pratique saine de leur métier. Il y a aussi l’aspect pécunier de la chose. Les produits biodynamiques se vendent plus chers que ceux de l’agriculture biologique, qui sont eux déjà plus chers que ceux de l’agriculture conventionnelle. On peut bien imaginer quelles motivations poussent certains agriculteurs à passer en biodynamie.

Il faut garder à l’esprit que même si des cahiers des charges encadrent les contours de certains types d’agricultures, ça ne veut pas dire que les bonnes pratiques paysannes sont restreintes à des labels. Je m’explique, les agriculteurs en conventionnel peuvent n’utiliser que très peu de produits phytosanitaires, peuvent laisser des bandes enherbées, peuvent planter des haies pour attirer des auxiliaires, pratiquer la rotation des cultures sans que ces pratiques soient valorisées par un quelconque label. On imagine souvent l’agriculture conventionnelle répandant des bidons de pesticides et tuant les abeilles et les sols, à la botte de l’industrie agropétrochimique écocidaire. Mais il y a autant d’agriculteurs en conventionnel que de pratiques personnelles de l’agriculture. A contrario, un agriculteur en agriculture biologique peut choisir de ne faire que le strict minimum pour garder son label AB.

Si on imagine que l’agriculture conventionnelle intensive pourrit les sols, alors la biodynamie pourrit les esprits. Je ne peux plus me résoudre à acheter ou consommer du vin biodynamique car je sais que je vais financer une entreprise de type sectaire.

Il me fallait tout de même l’avis d’agriculteurs en Agriculture Biologique refusant de passer en biodynamie. C’est dans cette quête que je suis allé en Anjou à la rencontre de Patrick Baudouin, Patrick sait de quoi il parle, il a lu tout Steiner. Son avis est sans appel, il ne perdra pas de temps avec des pratiques sans fondement. C’est également le cas de Romane productrice de Houblon bio du côté d’Estibaux dans les Landes.

Dans mon métier d’enseignant en biologie/écologie, il m’arrive parfois de parler d’agriculture, surtout avec les apprenants du Bac Pro Conduites de Productions Horticoles. Si les enseignants des Sciences et Techniques Horticoles et d’Agronomie s’occupent de présenter les différentes techniques agricoles et types d’agriculture je peux m’occuper des différences entre les agroécosystèmes. La question de la biodynamie est traitée comme celle de l’agriculture biologique, je ne fais aucune différence. Si je sens une curiosité alors je parle des cycles lunaires, des préparations biodynamiques et de l’anthroposophie.

Je suis toujours étonné alors, quand je vois que des établissements d’enseignements agricoles proposent des formations en biodynamie en partenariat avec le ministère de l’agriculture et de la souveraineté alimentaire et le Mouvement pour l’Agriculture Biodynamique (MABD). Une administration de la République main dans la main avec une association à dérive sectaire (Miviludes). On apprend notamment dans ces formations l’influence des quatre éléments (la terre, l’eau, l’air, le feu) sur l’agriculture, mais également l’influence des astres et la pensée de Steiner.

Un mot pour finir.

Nous sommes en train de vivre un effondrement catastrophique de nos modèles économiques, agricoles, et sociétaux, dans cette crise majeure de notre monde capitaliste occidental, il y a nécessité à trouver des alternatives pour ne pas reproduire les vieux schémas de l’agriculture d’hier. L’agroécologie semble être en passe de devenir l’agriculture de demain, mais ne confondons pas l’agroécologie avec la biodynamie. Ne laissons pas l’agriculture anthroposophique (biodynamie) s’imposer dans les médias et dans la politique comme une alternative fertile. Elle ne l’a jamais été.

Cyril Gambari
Professeur de biologie-écologie, Lycée Professionnel Agricole Rivesaltes

Pour citer cette publication : Cyril Gambari, De corne et de bouse, AgriGenre, mars 2023. 
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/15969 
DOI : https://doi.org/10.58079/au3t

Ressources complémentaires

Témoignages :

Jeanne Soradt, Les mondes agro-écologiques cibles d’entrepreneurs occultes, AgriGenre, septembre 2022.

Grivand Camille, Pratiques alternatives et influences spiritualistes en agriculture biologique, AgriGenre, août 2022.

Mulot Lazare, Grandir et croire. Quand une idéologie masquée s’immisce dans une vie, AgriGenre, juin 2022.

Liens entre la société anthroposophique et la biodynamie :

Rasplus Valéry, Un chercheur organique : Ehrenfried Pfeiffer, AgriGenre, mai 2022.

Rasplus Valéry , Les vigneron.ne.s, entre vins conventionnels et vins bio & biodynamieAgriGenre, janvier 2021.

Comparaison agronomique entre bio, parmaculture et biodynamie :

Rasplus Valéry, Des agricultures entre savoir et croyance : permaculture, agriculture naturelle et biodynamie, AgriGenre, juin 2022.

Vincourt Patrick, Commentaires sur l’article « Impact of farming systems on soil ecological quality : a meta‑analysis » , AgriGenre, mai 2022.

Bande dessinée – reportage on the road

CosmoBacchus de Jean-Benoît Meybeck
Trilogie critique de la biodynamie
(Ed. Eidola, 2018, 2019,2020)