Archives de catégorie : Recensement

La part des agricultrices et des agriculteurs entre 1970 et 2020 : attention à l’effet pourcentage !

Les femmes cheffes d’exploitation et coexploitantes sont présentées comme occupant une place plus importante dans la prise en main des exploitations agricoles. Ainsi, on peut lire que les femmes cheffes d’exploitation et coexploitantes ou associées représentaient 8 % en 1970 contre 27 % en 2016.

Les résultats d’un récent sondage commandé par le Crédit Agricole et BVA (février 2022) portant sur les agricultrices françaises indique que “la place des femmes dans l’agriculture est significative” , évoquant le fait qu’entre le dernier recensement de 2020 et celui de 2010 la proportion des femmes cheffes d’exploitation, coexploitantes ou associées serait stable.

Mais cette proportion est-elle aussi stable et la place des femmes cheffes d’exploitation, coexploitantes ou associées serait-elle vraiment significative ? Voire, seraient-elles plus nombreuses ?

La part des agricultrices et des agriculteurs entre 1970 et 1983

Je me suis basé sur un document du service de la statistique et de la prospective du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation que je nommerai DocSSP.

Lors du recensement agricole de 1970, il y avait :

  • 1 458 914 hommes chefs d’exploitation et coexploitants
  • 132 122 femmes cheffes d’exploitation et coexploitantes

Soit une part de 92 % pour les hommes et de 8 % pour les femmes.

Lors du recensement suivant, en 1979, il y avait :

  • 1 153 259 hommes chefs d’exploitation et coexploitants
  • 116 826 femmes cheffes d’exploitation et coexploitantes

Soit une part de 91 % pour les hommes et 9 % pour les femmes.

En neuf ans on enregistre une perte de 305 655 agriculteurs chefs d’exploitation et coexploitants ainsi que 15 296 femmes cheffes d’exploitation et coexploitantes.

Ces données correspondent à ce qui avait été publié en 1987 dans un document du ministère de l’Agriculture intitulé  « La structure des exploitations agricoles en 1983 » (Rasplus, 2020) .

Part des chef.fe.s d’exploitation entre 1970 et 1983 (MAA, 1987)

Entre le recensement agricole de 1970 et celui de 1979, le taux annuel moyen de variation est de – 2, 5 % pour les hommes et de – 1, 4 % pour les femmes. La variation relative, qui sera calculée dans les prochains documents du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation (ci-dessous), est pour la même période de – 21 % pour les hommes et de – 12 % pour les femmes.

(AgriGenre, 2022)

Nous pouvons observer que l’effectif des chefs d’exploitations a tendance à diminuer d’année en année entre 1970 et 1983, tandis que l’effectif des cheffes d’exploitation tend à augmenter légèrement entre 1975 et 1983.

La part des agricultrices et des agriculteurs entre 1988 et 2007

Les données du DocSSP indiquent que pour le recensement agricole de 1988, il y avait :

  • 922 406 hommes chefs d’exploitation et coexploitants
  • 166 325 femmes cheffes d’exploitation et coexploitantes

Soit une part de 85 % pour les hommes et 15 % pour les femmes.

En neuf ans, entre 1979 et 1988, on enregistre une nouvelle perte de 230 853 agriculteurs chefs d’exploitation et coexploitants alors qu’augmente le nombre de femmes cheffes d’exploitation et coexploitantes de 49 499. La variation relative sera de – 20 % pour les hommes et de + 42 % pour les femmes.

Les données du DocSSP indiquent que pour le recensement agricole de 2000, il y avait :

  • 577 823 hommes chefs d’exploitation et coexploitants
  • 186 130 femmes cheffes d’exploitation et coexploitantes

Soit une part de 76 % pour les hommes et 24 % pour les femmes.

En douze ans, entre 1988 et 2000, on enregistre une perte de 344 583 agriculteurs chefs d’exploitation et coexploitants et une nouvelle augmentation du nombre de femmes cheffes d’exploitation et coexploitantes de 19 805. La variation relative sera de – 37 % pour les hommes et de + 12 % pour les femmes.

Entre 1970 et 2000, nous observons une très forte baisse des effectifs des hommes et une légère augmentation des effectifs des femmes.

(AgriGenre, 2022)

En 2006 le service de la statistique et de la prospective du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation publiait une série de données tirées d’une étude statistique portant à la fois sur le recensement agricole de 1988 ainsi que sur une enquête visant la structure des exploitations agricoles de 2003 (Rattin, 2006).

Selon ces données, il y avait en 1988 en France :

  • 907 500 actifs réguliers hommes des exploitations professionnelles (63%)
  • 532 300 actifs réguliers femmes des exploitations professionnelles (37 %)

Selon cette même source, en 2003 la France comptait :

  • 588 000 actifs réguliers hommes des exploitations professionnelles (67 %)
  • 287 200 actifs réguliers femmes des exploitations professionnelles (33 %).

Entre 1988 et 2003, la variation relative des actifs réguliers hommes des exploitations professionnelles est de – 35% , tandis que la variation relative des actifs réguliers femmes des exploitations professionnelles est de – 46 %.

Nous constatons que les actifs femmes sont globalement deux fois moins nombreux que les actifs hommes.

Actifs de femmes et d’hommes, pour les années 1988 et 2003, (Rattin,2006)

Si on focalise notre regard sur les exploitant.e.s, en quinze ans l’effectif des exploitantes a augmenté de + 28,2 mille (+ 36 %) alors que la population totale des actifs femmes diminuait de – 245,1 mille (- 46 %), tandis que l’effectif des exploitants a diminué de – 237 mille ( – 39%) en même temps que la populations totale des actifs hommes de 319,5 mille (-35 %).

Alors que l’effectif des cheffes d’exploitation diminuait de – 1, 4 mille (- 2%), l’effectif des conjointes augmentait de + 20, 4 mille (+ 453 %) et celui des autres coexploitantes augmentait de + 9,2 mille (+ 81 %). Entre 1988 et 2003, la part de femmes cheffes d’exploitation a diminué alors qu’augmentait significativement la part de femmes conjointes et coexploitantes.

(AgriGenre, 2022)

En 1988 :

  • Par rapport à l’ensemble des femmes exploitantes, les femmes cheffes d’exploitations représentaient 80 %, les conjointes exploitantes 6 % et les autres coexploitantes 14 %.
  • Par rapport à l’ensemble du total des actifs femmes, les femmes cheffes d’exploitations représentaient 12 %, tandis que les hommes chefs d’exploitations représentaient 60 % de l’ensemble du total des actifs hommes.

En 2003 :

  • Par rapport à l’ensemble des femmes exploitantes, les femmes cheffes d’exploitations représentaient 57 %, les conjointes exploitantes 23 % et les autres coexploitantes 20 %.
  • Par rapport à l’ensemble du total des actifs femmes, les femmes cheffes d’exploitations représentaient 37 %, tandis que les hommes chefs d’exploitations représentaient 62 % de l’ensemble du total des actifs hommes.

Les femmes sont moins souvent  cheffes d’exploitations que les hommes. Dans le même temps, les femmes sont plus souvent cheffes d’exploitation que coexploitantes pour l’ensemble de la population féminine. Mais les femmes exploitantes tendent à être moins nombreuses alors que les coexploitantes tendent à augmenter.

En 2009 le service de la statistique et de la prospective du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation publiait une nouvelle série de chiffres basée cette fois sur les recensements agricoles de 1988 et 2000 ainsi que sur des enquêtes portant sur la structure des exploitations en 2003, 2005 et 2007 (Bisault, 2009).

Si nous  retrouvons les chiffres de l’étude de 2006 cités précédemment pour 1988 et 2003, cette nouvelle étude nous permet de voir l’évolution des effectifs avec un moment intermédiaire (2000) et deux moments proches (2005, 2007).

Effectif des hommes et des femmes chef.fe.s d’exploitation et coexploitant.e.s (Bisault, 2009)

Selon ces données, au niveau des cheffes d’exploitations, après une augmentation entre 1988 et 2000 (+ 6 mille) et une baisse entre les années 2000 et 2003 (- 8 mille) l’écart se réduit par la suite : – 3 mille entre 2003 et 2005 et – 2 mille entre 2005 et 2007. Au niveau des coexploitantes, l’augmentation des effectifs entre 1988 et 2000 (+ 23 mille) se réduit par la suite entre  200 et 2003 (+ 6 mille) et 2003 et 2005 (+ 3 mille), puis se stabilise entre les années 2005 et 2007. Si on a assisté à une augmentation des effectifs de cheffes d’exploitation entre 1988 et 2000 (+ 6 mille) cette tendance diminuera d’année en année. Les effectifs des coexploitantes augmenteront entre 1988 et 2005, puis ils stagneront entre 2005 et 2007.

(AgriGenre, 2022)

Au niveau des chefs d’exploitation, les effectifs ne cesseront de diminuer d’année en année : – 224 mille entre 1988 et 2000, – 19 mille entre 2000 et 2003, – 17 mille entre 2003 et 2005, – 18 mille entre 2005 et 2007. Au niveau des coexploitants, l’effet sera inverse : + 4 mille entre 1988 et 2000, puis + 2 mille entre 2000 et 2003 et + 1% dans les tranches suivantes où il stagnera entre 2003 et 2005 puis entre 2005 et 2007.

(AgriGenre, 2022)

Entre 1988 et 2007, les femmes sont moins souvent  exploitantes / coexploitantes que les hommes. La part des femmes exploitantes augmente tandis que la part des exploitants diminue. Le femmes sont plus souvent cheffes d’exploitation que coexploitantes, mais alors que chez les cheff.e.s d’exploitation la tendance est à la baisse (- 11 % pour les femmes, – 51 % pour les hommes), la tendance est à la hausse pour les coexploitant.e.s ( + 200 % pour les femmes, + 18 % pour les hommes).

La part des agricultrices et des agriculteurs entre 2010 et 2020

Les données du DocSSP indiquent que pour le recensement agricole de 2010, il y avait :

  • 442 407 hommes chefs d’exploitation et coexploitants
  • 161 477 femmes femmes cheffes d’exploitation et coexploitantes

Soit une part de 73 % pour les hommes et 27 % pour les femmes.

Entre le recensement agricole de 2000 et 2010, on enregistre une perte de 135 416 agriculteurs chefs d’exploitation et coexploitants ainsi qu’une diminution de 24 653 femmes cheffes d’exploitation et coexploitantes. La variation relative sera de – 23 % pour les hommes et de – 13 % pour les femmes.

Pour sa part, la Mutualité sociale agricole (MSA) a publié un certain nombre de chiffres portant sur les femmes dans le domaine agricole entre 2014 et 2019 et regroupés sous le nom de “Emploi agricole féminin” :

  • 2014 : 113 194 femmes cheffes d’exploitation ; 29 552 collaboratrices d’exploitation ; 394 000 femmes salariées de la production agricole mesurées en emplois équivalent temps plein.
  • 2015 : 111 800 femmes cheffes ; 28 500 collaboratrices ; 387 000 salariées.
  • 2016 : 111 000 femmes cheffes ; 25 500 collaboratrices ; 372 000 salariées.
  • 2017 : 110 300 cheffes ; 23 500 collaboratrices.
  • 2018 : 108 600 cheffes ; 21 200 collaboratrices.
  • 2019 : 107 100 cheffes ; 19 300 collaboratrices.
(AgriGenre, 2022)

D’après ces données, les effectifs des femmes cheffes d’exploitation et des collaboratrices diminuent d’année en année.

D’autres chiffres de la MSA, regroupés sous le nom de “Les femmes en agriculture“, indiquent le nombre de non salariées (ns) et salariées (s) de 2013 à 2019 :

  • 2013 : 148 608 ns (24,9 %) ; 448 072 s (75,1 %). Total : 596 680.
  • 2014 : 145 132 ns (28 %) ; 372 604 s (72 %). Total : 517 736.
  • 2015 : 141 223 ns (28,7 %) ; 350 929 s (71,3 %). Total 492 150.
  • 2016 : 137 541 ns (26,8 %) ; 376 376 s (73,2 %). Total : 513 917.
  • 2017 : 134 601 ns (28 %) ; 346 468 s (72 %). Total : 481 069.
  • 2018 : 130 250 ns (25,8 %) ; 376 599 s (74,2 %). Total : 507 250.
  • 2019 : 127 218 ns (25 %) ; 381 101 s (75 %). Total 508 319.
(AgriGenre, 2022)

Si le nombre de femmes non salariées tend à diminuer d’année en année, le nombre de femmes salariées est fluctuant. Les femmes sont plus souvent salariées que non salariées.

Les données du DocSSP indiquent que pour le recensement agricole de 2020, il y avait :

  • 365 822 hommes chefs d’exploitation et coexploitants
  • 129 872 femmes femmes cheffes d’exploitation et coexploitantes

Soit une part de 74 % pour les hommes et 26 % pour les femmes.

Entre le recensement agricole de 2010 et 2020, on enregistre une perte de 76 585 agriculteurs chefs d’exploitation et coexploitants et une nouvelle perte de 31 605 femmes cheffes d’exploitation et coexploitantes. La variation relative sera de – 17 % pour les hommes et – 20 % pour les femmes.

Conclusion

Si les femmes cheffes d’exploitation et coexploitantes représentaient 8 % en 1970 contre 26 % en 2020, les hommes chefs d’exploitation et coexploitants représentaient 92 % en 1970 contre 74 % en 2020.

En reprenant les données du DocSSP entre 1970 et 2020 nous observons qu’en cinquante ans l’effectif des hommes chefs d’exploitation et coexploitants a été divisé par quatre, tandis que l’effectif des femmes cheffes d’exploitation et coexploitantes a peu évolué.

(AgriGenre, 2022)

Nous observons que la part des femmes cheffes d’exploitation et coexploitantes n’a pas significativement augmenté depuis cinquante ans.

Si nous focalisons notre regard sur l’effectif des femmes cheffes d’exploitation et coexploitantes, nous observons que cet affectif tend à diminuer depuis vingt ans.

(AgriGenre, 2022)

Les reprises d’exploitations agricoles dans le cadre familial et l’arrivée de néo agriculteur.trice.s ne compensent pas au cours des ans les décès, les départs à la retraite, les cessations d’activités…

Alors qu’au moment du recensement de 1970 on comptabilisait 132 122 femmes cheffes d’exploitation et coexploitantes on en comptabilise plus que 129 772 au recensement de 2020. Mais on préfèrera afficher que les femmes cheffes d’exploitation et coexploitantes ou associées représentaient 8 % en 1970 contre 27 % en 2016 (et 26 % en 2020) alors qu’elles sont moins nombreuses (environ – 2 000 entre 1970 et 2020). Ce type d’affichage statistique tend à donner l’illusion d’un progrès alors qu’il passe sous silence l’absence manifeste d’une véritable évolution au cours de ces années.

Valéry Rasplus

Pour citer cette publication : Valéry Rasplus, La part des agricultrices et des agriculteurs entre 1970 et 2020 : attention à l’effet pourcentage ! , AgriGenre, avril 2022.
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/5563

Bibliographie

Bisault Laurent, « Agricultrice : un métier qui s’impose à tout petits pas », Agreste Primeur, n° 223, mars 2009.

Rasplus Valéry, ” Les agricultrices au regard du recensement agricole de 1970 “, AgriGenre, novembre 2020. Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/2301

Rattin Solange, « En agriculture, la parité n’est pas de mise », Agreste Primeur , n° 175, mars 2006


Échos

¤ La Lettre écologie de Médiapart, mai 2022


¤ RMT Travail en agriculture, mai 2022