Archives de catégorie : Environnement

Les néo-paysan.ne.s comme facteurs de changements ?

Au cours d’une étude auprès de paysan.ne.s en bio dans le département du Gers (Rasplus, 2022) les enquêté.e.s ont abordé la présence de néo-paysan.ne.s comme facteurs de changements au sein des mondes ruraux et agricoles.

Les néo-paysan.ne.s représenteraient chaque année environ 30 % des installations agricoles (Allens et Leclair, 2016). La moitié de mon échantillon n’est pas originaire du milieu agricole et certain.e.s paysan.ne.s se considèrent comme des « néoruraux/néopaysan.ne.s » même au bout de dix ans d’installation.

Pour certain.e.s de ces « néo-paysan.ne.s », les campagnes souffriraient d’un manque d’ouverture, que ce soit au niveau des mentalités (stéréotypes de sexe, propos sexistes…) ou des pratiques agricoles qui seraient peu attentionnées à l’environnement et aux espaces paysagers. Mais cette critique a pu aussi être portée par des « héritiers » du monde agricole, c’est-à-dire par des paysan.ne.s issu.e.s de ce milieu.

Pour François, il reste encore au sein des mondes agricoles « des stéréotypes patriarcaux issus du patriarcat installé ». Ainsi, la question de l’évolution des mentalités, jugée inéluctable, a été abordée par des paysan.ne.s soit par le prisme de l’écart entre générations – « entre la génération de mon père et la génération des garçons d’aujourd’hui, je vois que ça change, mais ça met du temps quand même » (Pauline) – soit par le prisme de la distance entre mondes agricoles ancrés et nouveaux mondes agricoles (néo-paysans) dont ces derniers seraient porteurs de nouvelles valeurs et de pratiques agricoles alternatives face à la domination de l’agriculture conventionnelle : « Ça aussi c’est une certaine reproduction d’un ordre établi. C’est pour ça que c’est les néoruraux, les néo-paysan.ne.s, qui font beaucoup plus bouger les lignes que les gens qui sont déjà en place » (Marthe).

Pour sa part, Maxime note que les changements attendus dans les mondes agricoles seraient moins liés à une question de génération qu’à l’apport de valeurs et de savoirs extérieurs :

« Les fils d’agriculteurs, c’est compliqué parce qu’ils copient leurs parents. C’est pour ça que ceux qui font changer le système c’est vraiment les néoruraux, les néo-paysan.ne.s. Qui ont un autre aspect, qui ont vu d’autres choses. Qui ont des notions d’écosystème, d’auxiliaires de cultures, de biodiversité, de produits de qualité. C’est eux qui font bouleverser le système en fait, ces petits bonhommes qui s’installent sur de toutes petites surfaces, qui ont la clé. Ce qu’il y a, c’est que ce ne sont que des petites surfaces et ce qui va faire changer le bilan carbone, ou le système complet écologique, c’est les gros. Mais les gros ils mettent un temps fou à évoluer. Il y en a, mais ça ne représente que peu de gens ».

Pour certain.e.s paysan.ne.s, si d’anciennes générations d’agriculteur.trice.s transmettent à leurs descendant.e.s une certaine vision du monde agricole et certaines pratiques, ou que leurs descendant.e.s copient leurs parents, alors cette reproduction générationnelle ne pourrait être perturbée (en vue d’un changement) que par l’intermédiaire d’éléments extérieurs. Cette vision, mécaniste et déterministe, ne semble pas envisager que la non-reproduction et le changement pourraient venir aussi de l’intérieur, par des descendant.e.s qui décideraient par eux/elles-mêmes de ne pas reproduire le modèle de leurs parents, en ayant leur propre vue du monde et en choisissant leur propre orientation et pratique (Rasplus, Guétat-Bernard et Annes, 2023). Pourtant cette approche a été reprise par plusieurs paysan.ne.s de mon échantillon :

« Tous ces néoruraux, néo-paysan.ne.s, ils amènent pas simplement des façons de faire les choses différentes, ils amènent aussi toute une autre culture, qu’il n’y a pas forcément dans les campagnes. Ils amènent des visions d’ailleurs aussi. Et tout ça, ça amène un brassage, ça amène une ouverture, ça amène une curiosité. Après c’est un peu déstabilisant pour les gens d’ici » (Marie), mais « heureusement qu’ils y sont, parce que c’est eux, quelque part c’est eux qui quand même ont fait bouger les choses. Je pense que s’il n’y a pas la dynamique, au bout d’un moment, je pense que quand on est dans le cercle on reste là et on tourne, on tourne, et s’il n’y a pas quelqu’un qui vient le casser ce cercle on reste entre nous. Il faut qu’il y ait quelqu’un de l’extérieur même s’il est montré du doigt à un moment donné, c’est souvent comme ça que ça fait bouger les choses » (Eugène), car « il y a peut-être un décalage de mentalité, une inertie, un wagon de retard, mais ça va se faire comme dans le reste de la société » (Antoine).

Ainsi, des néoruraux/paysan.ne.s pourraient apporter de nouvelles valeurs et manières de faire, d’attention à l’environnement et aux paysages, qui, par mélange, pourraient transformer des sociétés agricoles supposées routinières et fermées en sociétés agricoles ouvertes. Il semblerait que l’adoption de certaines valeurs ne pourrait-être possible que par l’intermédiaire de personnes provenant de l’extérieur (comme une partie de mon échantillon) qui pourraient influencer son nouveau milieu de vie par contact direct.

Si des données ont indiqué que, pour des néoruraux, « les motivations de l’installation s’appuient sur des valeurs (le respect d’autrui et de l’environnement) et des aspirations (la convivialité, la qualité de vie) apparemment communes » (Rouiller, 2001, p.34) les données montrent que des (néo)paysan.ne.s, loin d’être nostalgiques de mondes agricoles passés, souhaitent l’arrivée de nouvelles vues du monde, de valeurs et de pratiques, via de nouveaux.elles acteur.trice.s afin de transformer les campagnes et prendre soin de l’environnement et des paysages.

Les données montrent aussi la persistance de démarches entreprises dans les années 60-70 par des formes de socialisations agricoles alternatives, qui investissaient les campagnes françaises – en se positionnant en rupture avec le modèle agricole dominant – afin d’y développer de nouvelles formes d’agricultures et défendant « un projet de société global où les questions d’équité allaient de pair avec la reconstruction des liens aux écosystèmes » (Morel, 2019, p. 661), de soin, d’attention à soi, à son environnement et aux éléments paysagers (Rasplus, Guétat-Bernard et Annes, 2023).

Valéry Rasplus

Pour citer cette publication : Valéry Rasplus, Les néo-paysan.ne.s comme facteurs de changements ?, AgriGenre, mars 2024.
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/19291 
DOI : https://doi.org/10.58079/vxs6

Bibliographie

Allens Gaspard d’ et Leclair Lucile, Les néo-paysans, Paris, Le Seuil, 2016.

Morel Kévin, « Les projets néo-paysans de microfermes en France : quelles visions et quelles pratiques agricoles alternatives ? », Bulletin de l’association de géographes français, 96-4, 2019, pp. 659-675.

Rasplus, Valéry, Hélène Guétat-Bernard, et Alexis Annes. « Pratiques agricoles attentionnées et perceptions paysagères chez des paysans et des paysannes en agriculture biologique du Gers, France », Norois, vol. 266, no. 1, 2023, pp. 113-127

Rasplus Valéry, Rapport à la technique de paysan.ne.s bio, AgriGenre, janvier 2022

Rouiller Clothilde, « Focus – Qui sont les néoruraux ? », Informations sociales, vol. 164, n° 2, 2011, pp. 32-35.