Archives de catégorie : Agriculture

Entre la place que l’on prend et celle qu’on nous laisse : partage genré des tâches en ostréiculture

En mars 2017, je réalise un stage d’un mois comme ouvrière agricole au sein d’une entreprise ostréicole sur le Bassin d’Arcachon, avec un jeune chef d’exploitation. Je ne vois aucune autre femme sur le port à part les serveuses du restaurant voisin. Un des ostréiculteurs du port, qui prend chaque matin le café avec nous, ne m’adresse la parole que le dernier jour, une femme n’ayant pas sa place sur les parcs selon lui. Ayant passé les quatre dernières semaines à marcher dans la vase, à rythmer mon sommeil sur les marées et à porter plusieurs tonnes d’huîtres, je trouve mon interlocuteur un peu injuste. Néanmoins je reste passionnée par cette filière. Cinq ans plus tard, je travaille de nouveau sur les ports, auprès des ostréiculteur.trices, en préparation de ma thèse en anthropologie intitulée « Futurs de la filière ostréicole : pratiques et stratégies d’adaptation des producteur.trices ».

Au cours de mes terrains sur les différents bassins de production ostréicoles français, je ne croise que peu de femmes et lorsqu’elles sont présentes, c’est souvent à terre, dans les cabanes, les mas ou les hangars [1]. De plus, le métier est majoritairement occupé par des hommes. Toutefois, certain.es ostréiculteur.trices ne font pas ce constat. Lors d’un entretien réalisé sur son exploitation en mars 2022, un ostréiculteur de Marennes-Oléron m’explique que « ce n’est pas un métier de mecs. Le métier a toujours été à parité mais les femmes étaient invisibles ». « Invisibles », les femmes le sont apparemment toujours dans les statistiques agricoles (16% des chef.fes d’entreprise et 33% des employé.es permenant.es sont des femmes en 2021 (Delorme, 2023)) et sur les parcs, cachées dans les bureaux ou assignées à des tâches d’intérieur. Ces « femmes de cabane » – comme elles sont appelées sur les ports de l’Atlantique– sont également peu valorisées aux yeux des consommateur.trices pour qui les entreprises se transmettent « de père en fils » (Dulat, 2022). Depuis les assiettes, la place et le rôle des femmes dans l’ostréiculture reste donc aussi invisible.

Quelle(s) place(s) les femmes occupent-elles en ostréiculture ? Quelle(s) place(s) les femmes souhaitent-elles prendre ? Quelle(s) place(s) leur est (sont) laissée(s) ?

Mon travail de terrain, en tant qu’anthropologue, se distribue entre observation participante et entretiens avec différent.es acteur.trices de la filière. Je m’insère quelques jours voire semaines au sein des corps ouvriers des entreprises ostréicoles ; et souvent, seule femme parmi des groupes masculins, j’ai du mal à y être intégrée pleinement. Au travers de cette double observation – un partage genré des tâches manifeste et mon ressenti comme maillon temporaire de la production – je me suis posé la question de la place des femmes dans cette filière.

Cet article de retour de terrain cherche à explorer ces questions en mêlant récits de vie d’ostréiculteur.trices, observations et ressentis dans le cadre d’une enquête qualitative menée de décembre 2021 à avril 2023. Mon travail de terrain s’est déroulé par ordre chronologique à Marennes-Oléron sur le Bassin d’Arcachon, sur l’Etang de Diane en Corse, et sur la lagune de Thau en Occitanie.

« Pas un métier de mecs », vraiment ?

L’élevage des huîtres [2], l’ostréiculture, est la première production aquacole française (CNC, 2023). Les ostréiculteur.trices sont installé.es sur tout le littoral français métropolitain, de la Mer du Nord à la Corse (CNC, 2009). Leur travail commence soit par la capture soit par l’achat de naissain, c’est-à-dire de « bébés huîtres » comme ils et elles l’expliquent aux visiteur.euses, d’une taille de quelques millimètres. Ce naissain est ensuite amené à une taille vendable par différents moyens (dans des poches en plastique rigide sur des structures basses en Atlantique ; en suspension collé sous des structures hautes dans les lagunes méditerranéennes). Grossièrement, les étapes du grossissement des huîtres partent de la mer et reviennent progressivement à l’intérieur pour l’emballage et la vente des coquillages vivants (Dulat, 2022).

Une ligne peut être tracée entre des étapes de production, des étapes de tri et d’emballage et des étapes de vente. Tout au long de cette chaîne de production, des personnes différentes manipulent les huîtres dans des temporalités et des espaces distincts. En particulier les hommes et les femmes ne sont pas présent.es aux mêmes moments ni dans les mêmes lieux.

Les recensements officiels décrivent l’élevage de coquillages comme un secteur où, en 2021, seulement 27% des emplois à temps plein étaient occupés par des femmes (Delorme, 2023), qui « travaillent plutôt dans les ateliers et dans les emplois administratifs. Seules un peu plus de 16% travaillent régulièrement dans les parcs, dans les marais ou en mer […] » (Soler, 2014, p.4). Ce constat fait écho aux évaluations faites sur l’aquaculture à l’échelle mondiale, où les femmes sont en minorité (FAO, 2022), ou dans d’autres secteurs des productions de la mer où elles sont largement invisibilisées et non reconnues (Thomas, 2021). Les femmes ont pourtant toujours participé à la production ostréicole en France, souvent aux côtés de leurs maris, souvent sans être déclarées, ce qui les a maintenues dans des positions largement précaires (Bernard, 2019).

Métier dur, métier physique, métier d’extérieur, le métier d’ostréiculteur était présenté comme inadapté pour les femmes… et de fait, la réglementation, la transmission, comme l’organisation des parcs, filières, mas, cabanes et hangars n’étaient, et ne sont toujours pas pour certaines, adaptées (Legué-Dupont, 2004).

Le terme « ostréicultrice » apparaît dans les textes à partir de 1850 environ [3], alors même que les femmes ont toujours contribué à la pêche des huîtres puis à la production ostréicole de manière directe (pêche, ratissage, ensemencement, participation aux étapes de production) ou indirecte (vente, comptabilité, communication, commercialisation) (Aufan, 1995 ; Dulat, 2022). La mer était un secteur réservé officiellement aux hommes jusqu’en 1965, puis s’est ensuite ouvert aux femmes en leur offrant la possibilité de s’inscrire dans les formations maritimes professionnalisantes (Vanlaer, 2021). L’accès aux formations n’a cependant pas été immédiatement suivi de statuts égaux sur les exploitations, où les hommes restent propriétaires, gérants et détenteurs de la majorité des droits. A l’instar des mouvements militants pour les droits des femmes dans le secteur agricole, c’est la lutte des ostréicultrices pour la reconnaissance de leur travail qui a permis d’avancer vers une égalisation des statuts (Prunault, 2022). Certaines ont « bossé pour la cause » et pour « remettre la femme à sa place », permettant aux ostréicultrices actuelles de bénéficier de droits sociaux dont les plus âgées n’avaient pu bénéficier, raconte Maurine, cheffe d’exploitation avec son mari sur la lagune de Thau et bientôt en retraite (entretien réalisé en avril 2023, sur l’exploitation). Pour elle, les femmes étaient dans une situation largement précaire, elles n’étaient pas reconnues comme des ostréicultrices à part entière alors même qu’elles travaillaient autant que leurs maris tout en assurant l’éducation des enfants et le travail de maison.

La place des femmes dans l’ostréiculture passe petit à petit de l’ombre des ostréiculteurs à une possibilité d’être aussi sur le devant de la scène. Ainsi, dans les années 1980, les femmes ont acquis le droit de devenir coexploitantes si elles travaillent de manière directe dans l’entreprise, puis cheffes d’exploitation. Elles passent alors de « femmes d’ostréiculteurs » à « ostréicultrices » de manière officielle. Ce n’est pourtant qu’en 1999 qu’elles peuvent être reconnues comme conjointes collaboratrices, statut permettant d’englober les contributions indirectes à la production (Souab, 2022). Depuis, la « conquête » – pour reprendre le terme du documentaire de Delphine Prunault (2022) – d’un statut pour les femmes dans les métiers de production continue, sur d’autres terrains que le régalien.

En dépit des évolutions (très récentes) dans la réglementation, la place laissée aux femmes est mince, et elle ne comprend pas tous les aspects du métier. Le travail se fait dehors (ou dans des bâtiments non chauffés) quelle que soit la météo et les femmes sont souvent découragées ou décrédibilisées lorsqu’elles souhaitent prendre part à ces tâches : « on m’a toujours dit qu’aller au parc c’est trop physique, c’est trop dur. […] C’est un métier d’hommes qui ne laisse pas beaucoup de place aux femmes » raconte Emilie [4], fille d’ostréicultrice et nièce d’ostréiculteur sur le Bassin d’Arcachon (entretien réalisé en décembre 2021, sur la cabane de vente et de dégustation).

Figure 1 : Photographie d’une ouvrière ostréicole saisonnière en Corse,
décembre 2022 . Photographie : Julie Dulat

En Méditerranée, Marie, saisonnière en Corse, fait des bourriches pour la vente aux grandes surfaces deux semaines par an [voir Figure 1]. Chaque matin, le chef d’entreprise et trois ouvriers partent en mer chercher les huîtres qui seront emballées durant la journée. Pendant ce temps-là, Marie et les autres ouvrières saisonnières agrafent les étiquettes sanitaires sur les bourriches. Lorsque le chef d’entreprise et les ouvriers rentrent, elles installent la chaîne d’emballage : ouverture de l’arrivée d’eau, circulation du tapis roulant, mise en place des poubelles pour les huîtres mortes. Et commence l’emballage. Marie mesure environ 1m60. Le tapis où les huîtres arrivent est à une hauteur de plus d’1m10, les tas d’huîtres arrivants à emballer sont souvent plus hauts qu’elle. Elle est obligée de s’installer un casier en plastique comme marchepieds sur le sol glissant pour ne pas avoir trop mal au dos. L’exemple de Marie est symptomatique des problèmes rencontrés par les femmes en ostréiculture : le matériel de travail n’est pas adapté et leur demande d’être, elles, adaptables.

Après plusieurs terrains sans équipement professionnel personnel – sans bottes, sans gants ajustés, sans salopette étanche à ma taille – je décide de m’équiper comme les professionnel.les : salopette jaune, vareuse renforcée et bottes de travail étanches [voir Figure 2].

Figure 2 : Photographie de vêtements professionnels ostréicoles (tabliers, salopettes, cirés) suspendus à côté d’un tapis destiné au tri et à l’emballage des huîtres dans un hangar en Corse,
février 2022 –
Photographie : Julie Dulat.

Une séance de recherche de ces vêtements en ligne me fait réaliser que l’équipement n’existe pas pour les femmes. Les vêtements de mer disponibles en modèles femmes sont les vêtements de navigation hauturière, plus chers et non renforcés pour le travail des coquillages. Seuls les gants et les tabliers sont disponibles dans des tailles adaptées, je suis obligée d’acheter une salopette pour homme, trop grande, qui me gêne dans le travail. En rendant visite à une jeune ostréicultrice, Pauline, exploitante sur l’Etang de Thau, je constate qu’elle porte également des vêtements trop amples, peu pratiques lorsque l’on réalise des tâches physiques demandant de se mouvoir avec des charges. Lucie, ouvrière à la production sur l’Etang de Thau, fait aussi ce constat : s’habiller est compliqué, ou même « très très très compliqué : rien n’est à notre taille » (entretien informel réalisé sur le mas, en travaillant, en avril 2023). Tout comme les établis, l’habillement de travail [5] et les charges à manipuler sont adaptés aux morphologies masculines pour leur faciliter le travail. Ce qui ne facilite pas le travail des femmes, au contraire. Lucie explique qu’en 25 ans de carrière comme ouvrière, elle s’est parfois retrouvée seule au mas, à devoir gérer la production : porter les charges de plus de vingt kilos, tirer les palettes, … « je ne pouvais pas le faire seule ». Elle a alors adapté sa manière de travailler en réduisant les charges à une dizaine de kilos, en tirant sur le sol plutôt qu’en portant, en utilisant les machines, … en organisant autrement son travail (entretien informel réalisé sur le mas, en travaillant, en avril 2023). Pour elle, les femmes n’ont pas le choix : soit elles arrivent à se muscler et à avoir une carrure perçue comme celle d’un homme (perception stéréotypée d’une personne grande et musclée) ; soit elles doivent changer la manière de travailler.

Ces freins à l’accès au métier se sont ressentis lorsque j’ai demandé à m’insérer dans les équipes de production. Certain.es responsables d’exploitation ont essayé de me décourager en détaillant la pénibilité du travail. « Vous allez pouvoir chasser les papillons » plaisante même l’un deux en me tendant quand même un tablier et un couteau de détroquage [6] (observation participante en Corse, novembre 2022). L’ostréiculture n’est peut-être pas « un métier de mec », mais dans la partie production, l’installation, l’organisation et l’équipement en font un métier calibré pour « les mecs ». Les femmes physiquement capables d’effectuer les tâches telles qu’elles ont été dimensionnées, sans les adapter, changent de catégorie aux yeux de certain.es, n’étant plus considérées comme des femmes, mais comme des « hommesses » (terme employé par une cheffe d’exploitation sur l’Etang de Thau pour désigner les femmes travaillant à la production, entretien réalisé en avril 2023) [7]. Ce terme, péjoratif, souligne bien que le frein d’accès au métier est tant (voire plus ?) social que physique.

Chacun.e sa place, entre choix et obligation

En visitant un site de production et d’expédition ostréicole d’une grande entreprise de Marennes-Oléron, le responsable de site m’explique qu’il embauche plus facilement des femmes pour l’emballage et le tri des huîtres et des hommes sur les parcs et dans la partie production. Cette discrimination à l’embauche est assumée, le travail en mer étant jugé trop physique pour qu’une femme puisse y trouver durablement sa place (entretien réalisé en mars 2022 à Marennes-Oléron). Pourtant, je remarque que les hommes assignés à la production manipulent largement des machines : montes charges, treuils, camions, … rien qui ne nécessite a priori une force physique particulière. Il y a ainsi une définition de tâches genrées : certaines relèvent d’un « travail de femmes ». Durant les périodes de terrain où je participais aux tâches, porter des charges m’était systématiquement évité ou déconseillé (soulever des mannes, des pochons ou des bourriches), alors que j’étais facilement positionnée sur d’autres tâches non pas moins physiques mais demandant plus de minutie (collage des huîtres par exemple, décrit comme un « travail de femmes »). Mais alors, qu’est-ce qu’un « travail de femme » sur une exploitation ? Qui le définit ainsi ?

Poser la question des raisons de cette discrimination passe pour un étonnement hors-sol. De la part d’une partie des ouvrier.ères rencontré.es, il semblait évident que les femmes n’avaient pas leur place à la production ou sur l’eau. En premier lieu en raison de la pénibilité du travail : « quoi que vous fassiez […] il faut forcer » (explications d’une ostréicultrice cheffe d’exploitation de la lagune de Thau lors d’une visite de son mas par un groupe en voyage organisé). Cet argument relatif à la force physique est présent partout. Le travail ostréicole demande d’être capable d’être debout, de porter, de pousser, de tirer, de manipuler des charges allant jusqu’à 30kg. Comme le rappelle une ouvrière ostréicole de Marennes-Oléron, « le métier est très très pénible. C’est-à-dire que nous on a pas le choix [ 8], on est dépendants des marées. […] Même s’il fait très froid, s’il pleut, s’il y a du vent, il faut y aller, on y va. […] On est debout toute la journée. On sollicite notre corps. Il ne faut pas être trop délicat » (entretien réalisé en mars 2022 sur l’exploitation).

Une ostréicultrice de l’Etang de Thau, Maurine, me précise qu’elle ne pourrait pas échanger sa place (au bureau et à la dégustation) avec celle de son mari (sur les parcs et à l’emballage) : « je ne suis pas capable de faire ce que mon mari fait et vice-versa » (entretien réalisé en avril 2023 sur l’exploitation). Leur mas est organisé en deux étages : le bas pour la production, domaine de son mari ; le haut pour la dégustation, la vente et le travail de bureau, domaine de Maurine. Elle juge que le problème vient du fait que les femmes veulent « porter le pantalon » aujourd’hui, c’est-à-dire que les rôles assignés aux hommes (extérieur) et aux femmes (intérieur) sont mélangés ce qui pose problème dans la filière. Selon elle, les femmes doivent garder leur place d’intérieur afin de pouvoir contrôler et organiser la production par rapport à la vente [voir Figure 3]. Elles sont garantes d’une communication efficace et d’une relation avec les client.es qui permettra d’écouler les huîtres élevées par leurs maris. Elles ont ainsi un rôle clef en ostréiculture, et auront à l’avenir un rôle d’autant plus clef qu’elles seront les garantes de la diversification et de la communication. Une autre cheffe d’exploitation, Céline, mère d’Emilie, installée sur le Bassin d’Arcachon, partage aussi ce point de vue : les rôles sont distribués via les capacités physiques et biologiques d’une part ; et via les capacités liées au rôle attribué au sein de la société d’autre part. Céline et sa fille travaillent toutes les deux sur l’exploitation familiale et sont d’accord avec le fait qu’en tant que femmes, ayant été assignées plutôt aux tâches ménagères et d’organisation de la maison dans la sphère privée, elles se sentent plus capables que les hommes de s’occuper des tâches d’intérieur dans la sphère professionnelle. Ces ostréicultrices voient hommes et femmes dans des rôles complémentaires pour le bon fonctionnement de la production ostréicole, avec une projection des rôles domestiques attribués aux femmes dans le cercle familial vers le champ professionnel.

Figure 3 : Photographie prise en avril 2023 d’une ostréicultrice de la lagune de Thau, cheffe d’exploitation avec son mari, sur son bureau où elle passe une grande partie de son temps à gérer la comptabilité, les commandes, les réservations, etc.
Photographie : Julie Dulat

Noémie est ouvrière ostréicole depuis plus de 15 ans, après une carrière dans la restauration. Elle considère que ce métier lui permet d’avoir « un métier qui bouge et qui nécessite de la force » et qu’elle avait « besoin » d’être à l’extérieur (entretien réalisé avec une ouvrière ostréicole à la production dans une entreprise de Marennes-Oléron, en mars 2022). Pour elle, ce métier n’est pas un travail d’homme ou de femme, c’est un travail qui est fait pour celles et ceux qui aiment être en extérieur, au contact avec la nature, qui aiment aussi se défouler professionnellement. Ce constat est partagé par d’autres femmes en ostréiculture, qui apprécient le sentiment de « liberté » que procure le métier d’ouvrière ostréicole attaché à la production (entretiens réalisés avec des productrices de Marennes-Oléron, du Bassin d’Arcachon et de l’Etang de Thau entre décembre 2021 et avril 2022 ; Dulat, 2022). Certaines choisissent donc de s’émanciper d’une image que la société prête aux acteur.trices de l’ostréiculture pour aller vers un métier qui leur plait, au plus proche du produit.

Faire sa place, prouver sa légitimité

Arriver à se créer une place dans les étapes de production demande du travail pour les femmes qui souhaitent s’y insérer. Bien qu’elles soient plus présentes à l’intérieur et peu nombreuses à la tête des exploitations ostréicoles, les femmes sont tout autant capables que les hommes de mener à bien une chaîne de production d’huîtres.

Ce constat, la première personne à le faire est Alexandre, ancien chef d’exploitation désormais ouvrier ostréicole sur le Bassin d’Arcachon. Il a beaucoup travaillé avec des stagiaires femmes et est aujourd’hui salarié d’une patronne. Il avoue préférer travailler avec des femmes car elles ont « quelque chose à prouver », et travaillent donc plus dur, de manière plus rigoureuse que les hommes (entretien réalisé en décembre 2021, sur l’exploitation). Dans mes terrains, j’ai été aussi confrontée à cette question de la légitimité. En Corse par exemple, seule femme parmi une dizaine d’ouvriers, je devais montrer que j’étais capable d’être aussi productive qu’eux lors du détroquage des huîtres fin novembre 2022. Les huîtres étaient récupérées sous les tables et les radeaux, collées aux cordes. Puis elles étaient désolidarisées des cordes et envoyées sur de grands établis de travail pour être « nettoyées » à la main, « détroquées » une par une, c’est-à-dire que les ouvriers enlèvent l’ensemble des animaux et algues fixés sur l’huître avant de les remettre dans des pochons à immerger en attendant la période de Noël. Après quelques jours, en réussissant à atteindre le niveau bas de leur quota journalier de pochons détroqués, j’ai aussi gagné une forme de place dans le groupe ouvrier : je n’étais plus observatrice inutile pour l’avancée du travail, mais je devenais un maillon du corps ouvrier et de cette chaîne de production permettant d’avoir un tonnage suffisant pour les ventes des fêtes de fin d’année. Prendre part au travail m’a apporté une légitimité dans mes questions et une proximité avec les autres. Puisque je faisais avec eux, j’étais digne de confiance, et je pouvais aussi avoir accès à certaines informations (des récits de vie notamment). Il était cependant important de ne pas faire plus qu’eux, ce qui aurait pu signifier que certains ne faisaient pas assez [9].

Faire sa place, pour certaines, passe par la création de nouvelles dimensions de l’ostréiculture, de nouvelles manières d’être ostréicultrice. La diversification des exploitations ostréicoles aurait d’ailleurs débuté grâce au travail des épouses, qui ont commencé à porter les dégustations de coquillages au mas (Goussopoulos et Sécolier, 2012). Maurine, exploitante ostréicole avec son mari sur la lagune de Thau, juge que toute la diversification de l’ostréiculture vers le tourisme repose sur les femmes et sur leur formation. Pour elle, l’accueil de client.es sur le mas se fera par les femmes qui doivent pour cela être capables de porter – en plus de leurs tâches déjà en place – l’accueil en langue étrangère, une communication sur la production sur les réseaux sociaux et la gestion de la dégustation. Façonner l’entreprise comme elles le souhaitent et finalement donner une finalité aux huîtres produites sur les parcs est pour certaines une manière de se créer une place, et de la revendiquer. Elles se créent ainsi un nouvel espace, à l’extérieur des murs de l’entreprise, où les hommes ne sont pas les bienvenus.

En 2021, Kate Olson a publié un article dans Civil Eats posant la question des possibilités offertes par l’aquaculture pour un ancrage des femmes dans l’industrie des produits de la mer (Olson, 2021). Son enquête journalistique a suivi des femmes ostréicultrices dans le Maine, aux Etats-Unis, dont une qui explique que les femmes sont productrices des idées les plus créatives afin de contourner l’aspect physique du métier.

Créer sa place passe aussi par une adaptation des méthodes actuelles d’élevage des huîtres. Lucie, ouvrière ostréicole depuis 25 ans, discute avec son patron de nouvelles méthodes d’élevages qu’elle a pu voir et expérimenter chez ses anciens employeurs. En particulier, elle décrit le fonctionnement des paniers australiens [10] et en vante la facilité d’utilisation : « c’est révolutionnaire, ces paniers. Une femme, elle peut travailler seule, sans homme, rien ! » (propos recueillis lors de discussions informelles sur les parcs de la lagune de Thau, en avril 2023). Alléger les charges, mécaniser les tâches, réfléchir autrement à l’organisation de la chaîne de production sont autant de moyens qui permettent aux cheffes d’exploitation et aux ouvrières ostréicoles d’exercer leurs professions.

L’huître, une voie d’émancipation ?

Beaucoup des personnes rencontrées (femmes et hommes) m’ont parlé de la liberté qu’ils et elles ressentent à aller sur l’eau, sur leurs parcs. Le calme des matins, le lever de soleil sur les paysages littoraux, le vent, les oiseaux, les poissons et la contemplation d’un lieu que l’on connait par cœur mais qui change chaque jour. « Aller sur l’eau c’est la récompense » m’explique Lucie, ouvrière ostréicole sur l’Etang de Thau. Elle aime ce métier car elle aime la lagune, elle y trouve un sentiment de liberté ; si elle n’avait pas la possibilité d’accompagner son patron sur le bateau, elle n’y trouverait plus d’intérêt. L’ostréiculture, comme l’agriculture, permet de devenir sa propre patronne et de pouvoir exercer le métier comme on le souhaite. En cela, les ostréicultrices rencontrées apprécient aussi leur métier, qui leur offre un espace hors les murs, contrairement au domestique. Cette sensation de liberté est renforcée par l’esthétisme des lieux de production et du plaisir que la contemplation du paysage procure.

Figure 4 : Photographie des hangars ostréicoles corses sur l’Etang de Diane depuis le bateau de production, équipé de grues pour soulever les filières d’huîtres et de moules, février 2022
Photographie : Julie Dulat

La question n’est pas « où sont les femmes ? » ni même seulement « quelle place elles veulent prendre ? », il faut surtout se demander « quelle place on veut bien leur laisser au sein de cette filière ? ».

La communication des Lycées Professionnels Maritimes et Aquacoles [11] et de la filière a beaucoup évolué et se montre bien plus inclusive, ce qui s’insère également dans une dynamique beaucoup plus générale d’une volonté de tendre vers l’égalité à l’échelle nationale sur tous les corps de métier. Sûrement poussé.es par les recrutement d’ouvrier.ères et de jeunes exploitant.es de plus en plus difficiles, par les parcs abandonnés et par le vieillissement des ostréiculteur.trices en place, les institutions entourant la filière présentent des portraits d’ostréicultrices comme d’ostréiculteurs, dessinent aussi des femmes à la production sur leurs plaquettes et affiches, filment des femmes et des hommes au service dans les dégustations.

Peut-être que bientôt, le métier ne sera plus un « métier de mecs » et que chacun.e pourra choisir librement d’aller au parc ou à la cabane ? En effet, la vision d’un « métier de mecs » renvoie également à des stéréotypes sur les physiques masculins jugés valides pour l’accès au métier. Cela questionne aussi la discrimination que peuvent subir certains hommes souhaitant rester à la cabane (au hangar ou au mas) ou bien dont le physique ne correspond pas à la vision stéréotypée de la carrure de l’ostréiculteur.

Julie Dulat
Doctorante en anthropologie, UMR SENS, IRD, CIRAD, Université Paul Valéry Montpellier 3

Pour citer cette publication : Julie Dulat, Entre la place que l’on prend et celle qu’on nous laisse : partage genré des tâches en ostréiculture, AgriGenre, janvier 2024. 
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/18061
DOI : https://doi.org/10.58079/veui

Notes

[1] En ostréiculture, plusieurs lieux sont distingués. De manière grossière : à terre on parle de cabane (Atlantique)/ mas (Méditerranée)/ hangar (Corse) pour l’intérieur, et de claires/bassins pour les zones de stockage ou d’affinage des huîtres ; en mer on parle de parcs/tables/radeaux pour désigner des structures pérennes où les huîtres sont fixées (posées ou suspendues), de filières en mer pour les dispositifs mis à des profondeur élevées et peu soumis aux marées.

[2] L’ostréiculture représente la première production aquacole française et la France est leader européen sur cette filière (CNC, 2023). Les ostréiculteur.trices élèvent majoritairement des huîtres creuses japonaises Crassostrea gigas (à 90%), mais certain.es travaillent aussi avec l’huître plate européenne Ostrea edulis.

[3] Gallica.bnf.fr

[4] Tous les prénoms ont été changés par soucis d’anonymisation.

[5] La question des vêtements professionnels va au-delà du métier d’ostréiculteur.trice. Une proche, pilote de ligne, m’expliquait que longtemps les vêtements des femmes pilotes de ligne étaient calqués sur ceux des hôtesses, inconfortables dans la position assise ; tandis que les hommes avaient eux des uniformes appropriés.

[6] En Méditerranée, le détroquage consiste en la séparation des huîtres du ciment qui les a collées sur les cordes pour qu’elles puissent pousser dans les lagunes, et également l’élimination de toute la vie qui a pu se fixer sur les coquilles, à l’aide d’un couteau spécifique comprenant une partie lame et une partie marteau.

[7] Dans les discours, rien n’est ressorti explicitement sur les discriminations existantes sur le physique des hommes qui seraient moins grands et moins musclés. Cependant, lors d’un séjour d’observation en Corse, au sein d’un groupe de 15 ouvriers, ceux qui affichaient le moins de démonstrations de virilité étaient mis à part, moins invités à venir sur le bateau et mangeaient seuls. (Observations réalisés en février 2022).

[8] Par rapport aux producteur.trices de Méditerranée, les ostréiculteur.trices de la façade Atlantique sont très dépendant.es des marées dans leur manière de produire. Ce sont les marées qui leur dictent s’ils et elles peuvent aller ou non sur leurs parcs que ce soit en bateau, en tracteur ou à pieds.

[9] La notion de productivité, de quota horaire, de rendement est très importante et pèse lourdement sur les corps ouvriers. Lucie, ouvrière sur la lagune de Thau, explique que ce rendement est une attente que les patron.nes ont vis-à-vis de ton travail. Il existe des normes, des seuils, en ostréiculture à ne pas trop dépasser dans un sens comme dans l’autre. Elle me décrit des situations où si elle était trop productive, les collègues pouvaient l’accuser de vouloir se mettre en avant et de décrédibiliser le travail des autres ; à l’inverse si elle n’est pas assez rapide/précise/efficace, elle sera licenciée et peut aussi être accusée par les autres d’attirer les foudres des patron.nes sur les ouvrier.ères.

[10] Les paniers australiens sont des casiers en forme cylindrique dans lesquels les huîtres sont suspendues sans être compressées comme dans les pochons plastiques fréquemment utilisés. Ces paniers sont développés et vendus par la société SEAPA Group.

[11] Lieux de formation des futur.es professionnel.les de l’ostréiculture.

Bibliographie

Dulat J., Les futurs de la filière ostréicole française : exploration des pratiques et stratégies d’adaptation des producteur.trices, Montpellier, Mémoire de M2 mention Anthropologie, 2022, 164 p.

CNC, La Conchyliculture Française, 2009.

Delorme A. « Enquête aquaculture 2021 », Chiffres et données 2023-8, Agreste, 72 p.

FAO, 2022, La Situation mondiale des pêches et de l’aquaculture 2022. Vers une transformation bleue , Rome, FAO.

Thomas A., Mangubhai S., Fox M., Meo S., Miller K., Naisilisili W., Veitayaki J., Waqairatu S. « Why They Must Be Counted: Significant Contributions of Fijian Women Fishers to Food Security and Livelihoods ». Ocean & Coastal Management 2021, 205, 105571.

Soler M.-J, « Recensement de la conchyliculture 2012 », Agreste Primeur 316, SSP: France, 2014, p 6.

Bernard V., « La population féminine en agriculture en 2019 », Infostat. MSA – Les statistiques de la MSA, la sécurité sociale agricole.

Vanlaer C., Savoirs en mer. Ce que nous apprennent les pêcheurs et conchyliculteurs du Parc naturel régional du golfe du Morbihan, 2021.

Aufan R. Les origines de l’ostréiculture arcachonnaise, Bulletin de la Société arcachonnaise d’histoire et d’archéologie n°84, 1995, 48 p.

Legué-Dupon, P. « Bons et mauvais usages des statuts ambigus des ostréiculteurs de Marennes-Oléron », in Le Bouedec G., Ploux F., Cerino C., et Geistdoerfer A. (dir.), Entre terre et mer – Sociétés littorales et pluriactivités (XVè-XXè siècle), PUR, Rennes, 2004, pp. 351-360.

Prunault D., Moi, agricultrice, 2022, 52 :00 :00.

Goussopoulos S., Sécolier, P., Femmes d’étang, Sète, Itinéraires d’images, Equinoxe, 2012.

Olson K. « Can Aquaculture Help Women Secure a New Foothold in the Seafood Industry ? » Civil Eats. September 14, 2021.


Suite de l’étude

Ce retour de terrain prend place au sein des questions de recherche qui guident ma thèse. Mon travail portant sur les perceptions et représentations de l’avenir, je me suis interrogée sur l’influence que la répartition genrée des tâches a sur le(s) futur(s) de l’ostréiculture et en particulier sur la capacité d’innovation au sein de la filière. Mes zones de recherche durant ces trois ans (2022-2025) sont la Corse, l’Etang de Thau et la Nouvelle-Calédonie. Je suis co-encadrée par Elodie Fache (anthropologue, Chargée de Recherche à l’IRD, UMR SENS) et Pierre-Yves Le Meur (anthropologue, Directeur de Recherche à l’IRD, UMR SENS).

Ce travail est toujours en cours, et vous pouvez le suivre en vous inscrivant à la newsletter : Inscription à la Newsletter – dont vous pourrez vous désabonner à tout moment.

Les newsletters précédentes sont disponibles au lien suivant : site de l’UMR SENS

Écriture inclusive

Malgré les difficultés à la lecture que l’écriture inclusive utilisant le point médiant peut présenter, cette manière d’écrire permet de mettre en évidence les moments où seules les femmes et ceux où seuls les hommes sont concernés. De plus, il m’a semblé important qu’en parlant d’invisibilisation des femmes dans une profession, je ne participe pas à les invisibiliser d’autant plus par l’utilisation d’un présupposé « neutre » qui est en réalité un masculin pluriel. A noter que je n’ai pas rencontré lors de cette étude de personne ouvertement non-binaire