Tous les articles par yissofidelebacye

Genre, changement climatique et subsistance des ménages agricoles à partir des ressources en eau superficielles à Dassa

Résumé

La vie en milieu rural est fortement dépendante de la pluviométrie qui détermine la disponibilité des ressources en eau. Ces ressources constituent un enjeu majeur dans les quotidiennetés des paysans dont l’activité en dépend.

Les ménages vivent de la culture des légumes et des céréales pour nourrir les membres de leurs familles. Les femmes sont plus actives dans la production et la collecte des légumes en saison sèche. Il devient important de comprendre cette activité menée par les femmes dans un contexte de manque de ressources en eau et d’évaluer les stratégies d’adaptation de ces femmes.

Cette recherche est de type qualitatif. Elle a été menée à travers des entretiens semi-structurés utilisant le principe de saturation réalisés avec des femmes et des hommes riverains des marigots et rivières de Dassa (Burkina Faso).

Les résultats indiquent que face à une situation d’innovation dans l’accès à l’eau, il existe une réadaptation des mécanismes de productions des légumes sans toutefois une renégociation des rôles traditionnels dans la prise en charge des ménages. Soient les différents utilisateurs désertent leurs parcelles de production, soient ils sont passifs face au manque d’eau, soient ils s’organisent pour une cure de certains marigots.

Introduction

Les cours d’eau servent à divers usages des populations à travers une offre diversifiée de ressources naturelles. Ils sont riches d’une biodiversité et offrent des ressources hydrauliques, aquatiques et de produits de cueillette de même que des surfaces foncières fertiles pour l’agriculture, constituant ainsi des pôles économique en faveur des populations rurales riveraines (Raimond et al., 2019). Ce sont d’énormes potentialités de subsistance des ménages qui sont offertes aux populations. Ainsi traitant du Bassin du Congo, Tshimanga et al. (2022) indiquent que ce cours d’eau est un foyer d’opportunités car il permet de générer les ressources indispensables à la satisfaction des besoins des populations. En termes d’avantages, “l’agriculture, la pêche, l’hydroélectricité, l’approvisionnement en eau, le transport et le maintien des écosystèmes aquatiques et de l’environnement” sont évocateurs (Tshimanga et al., 2022, p. 21). En effet, sur les berges des cours d’eau les populations pratiquent l’agriculture, l’horticulture, le pastoralisme, etc. qui sont des activités promotion d’autonomisation personnelle et de survie des ménages.

La culture maraichère pratiquée dans les jardins, bien qu’elle soit un important facteur de mobilisation de capitaux et de promotion de la sécurité alimentaire, est une activité d’appoint car elle constitue un pan névralgique des occupations paysannes de contre saison pour hommes et les femmes (MAAHM, 2021). Concernant les femmes, elle est un facteur de mobilisation des capitaux parce que les femmes entretiennent des associations de tontines de par la vente de légumes (Billen, 2015).

A partir d’une recherche sur les berges des barrages N°1 et 2 de Ouagadougou, Ngbomingo (2014) relève des avantages tels que la promotion de la sécurité alimentaire, la création d’un marché local et urbain pour l’écoulement des produits. Au-delà de la création et de la gestion de l’offre et la demande, il note l’insertion professionnelle. L’occupation professionnelle en milieu paysanne au Burkina Faso est l’enjeu majeur de la vie rurale dans la mesure où la saison pluvieuse ne dure que trois mois et la saison sèche neuf mois. Cette situation est similaire à celle de Parakou (nord Bénin) qui connait des cours d’eau totalement dépendant des saisons climatiques (Djohy et Edja, 2018).

Les cours d’eau constituent le point nourricier des populations désœuvrées pendant la saison sèche. Cependant, ils (les marigots, rivières, bas-fond, non aménagés) connaissent un assèchement rapide en période de fortes canicules alors qu’ils sont déterminants des domaines stratégiques tels que l’agriculture, le tourisme et l’énergie (Sbaa et Vanclooster, 2017). L’évaluation de la vulnérabilité et des capacités d’adaptation à la variabilité et aux changements climatiques inventorie quant à elle quatre principaux secteurs à savoir « l’agriculture, les ressources en eau, les ressources animales, la foresterie/biodiversité” (Bikienga, 2014, p.47). Du coup la survie des populations et leurs animaux est mise en difficulté, particulièrement les femmes, les jeunes et les petits producteurs agricoles. Ces décrues précoces sont relatives à l’adversité climatique (Tshimanga et al., 2022) qui soumet particulièrement le Sahel (Ngbomingo, 2014). Les ressources en eau notamment les sources d’eau superficielles sont en proie aux risques climatiques (Djohy et Edja, 2018).

Entre les usages anthropiques et le changement climatique qui sont des leviers de tarissement des points d’eau, une prise de conscience a conduit au Burkina Faso à la mise en œuvre d’un organe dénommé gestion intégrée des ressources en eaux. Elle se focalise sur l’enjeu des eaux des espaces naturels et les usages des populations. Les ressources naturelles principalement en eau étant indispensables pour la survie des populations, imposent leur gestion rationnelle afin de promouvoir le développement (Traoré et Compaoré-Sawadogo, 2017).

La gestion rationnelle des ressources en eau ne peut venir à bout des changements climatiques mais de retarder l’épuisement des sources d’eau. Les populations mettent en œuvre des actions nécessaires à la lutte contre les effets du changement climatique dans le cadre de l’agriculture telles que le zaï, les cordons pierreux, les demi-lunes, l’utilisation de fertilisants ou des semences améliorées pendant la saison des pluies. En revanche, des pratiques similaires ne sont pas mises en œuvre sur les berges des cours d’eau ou jardins dans lesquels ils pratiquent le maraichage (Romero et al., 2011). Dans ces jardins d’ailleurs, les femmes n’enregistrent pas de revenus importants tant les légumes qu’elles y produisent sont cultivés en retard lorsque prennent fin les principaux travaux agricoles (Fromageot et al., 2005).

Il existe de ce fait un rapport différencié aux effets du changement climatique. L’amenuisement des ressources en eaux superficielles est une occasion d’amplification des violences sexistes car l’activité du ravitaillement du ménage en eau est socialement assignée à la femme. Elles parcourent à cet effet des dizaines de kilomètres pour satisfaire les besoins de leurs foyers en condiments, eaux, combustibles  (Dankelman et al.,2008 ; Le Masson, 2015). Le tarissement précoce des ressources en eau superficielles précarise les conditions de vie des ménages et amplifie le poids des charges des femmes.

Les travaux révèlent l’importance des ressources d’eau superficielle à la fois pour les populations rurales que pour celles urbaines. Cependant ces ressources sont vulnérables eu égard aux changements climatiques et aux pratiques anthropiques qui modifient leurs structures et potentialités. Le problème spécifique de cette recherche tient au fait que les recherches ne mettent pas particulièrement en exergue les réaménagements adaptatifs des populations rurales qui y extraient leur subsistance.

Dans la même optique, le cas particulier de la commune rurale de Dassa qui se contente des infrastructures naturelles est interpellateur. En effet cette commune se distingue par son dénuement en ouvrages hydroagricoles. Les cours d’eau : marigots et rivières, ont longtemps constitué pour les ménages, la source principale d’approvisionnement en légumes pour les femmes et de production de riz pour les hommes. Dassa est une civilisation où les femmes participent énormément à la prise en charge des ménages tant du point de vue des apports en vivres, l’homme ayant un apport d’appoint, que d’acquisition de légumes et autres condiments essentiels à la cuisine. Le changement climatique entraîne cependant, un dessèchement rapide ou un ensablement des quelques marigots et rivières sur lesquels celles-ci s’approvisionnaient et/ou pratiquaient le maraichage pour leur alimentation.

Puisque les ressources en eaux s’amincissent à Dassa, comment les ménages s’accommodent-ils aux effets climatiques en termes de ressources nourricières? Quels sont les changements de rôles sociaux de sexes qu’induit le changement climatique dans les pratiques de production maraichère et d’alimentation des ménages ? L’objectif de la recherche est de mettre en exergue les changements des pratiques de subsistance des ménages face au changement climatique qui modifie les potentialités qu’offrent les cours d’eau superficielles de la commune.

Matériels et méthodes

La recherche a été réalisée dans la commune rurale de Dassa, située dans la région du centre-Ouest du Burkina Faso, dans la province du Sanguié. Elle a concerné les différents villages de la commune traversé par le principal cours d’eau: Soldyr, Madyr, Bachikorépoun, Doh, Djoum, Yiléwachio.

A partir d’une approche compréhensive, il s’est agi de se placer dans le cadre d’une recherche qualitative pour mener des entretiens semi-structurés. L’approche est sociohistorique ce qui implique une mobilisation de personnes de divers statuts, vieux, jeunes, femmes et hommes. Cette approche a permis de cerner les différents changements et adaptations aux conséquences du réchauffement climatique. Adopter une approche historique dans la compréhension des faits sociaux a l’avantage de favoriser la restitution de leurs diversités, leurs invariants et continuités (Bastian, 1994). Pour ce faire, il a été question d’interroger aussi bien des hommes et des femmes de différentes générations. Le critère d’inclusion était essentiellement la proximité aux ressources d’eaux superficielles.

Le choix de l’échantillon a été opéré à travers deux niveaux : échantillonnage des concessions et échantillonnage des individus, privilégiant deux principales techniques, échantillonnage raisonné et échantillonnage accidentel. L’échantillonnage raisonné a été utilisé pour le choix des concessions et les critères d’inclusion étaient : la proximité avec le marigot au plus 500m, la présence d’un individu âgé d’au moins 30 ans. Les concessions à interroger devaient être distantes l’une de l’autre d’au moins 500 m. L’échantillonnage pour le choix des individus comprenait exclusivement les bornes des différents âges rencontrés dans une concession . Des deux sexes présents lors du passage, les chercheurs interrogent le plus âgé dans une catégorie donnée et le moins âgé dans l’autre, sans toutefois interroger des personnes de moins de 30 ans. A l’issue de l’enquête, 19 concessions ont été interrogées soit, 38 personnes (19 femmes et 19 hommes). L’entretien semi-structuré est la technique utilisée pour la collecte des données. Il a été opérationnalisé à l’aide d’un guide d’entretien. Le discours a été produit en langue locale “nuni’’ et enregistré à l’aide d’un dictaphone et transcrit de façon intégrale. Le corpus a été soumis à une analyse thématique. Le traitement et l’analyse du corpus a permis d’obtenir des résultats diversifiés.

Résultats

Trois principaux thèmes ont été retenus dans le cadre de la présentation des résultats de cette recherche. Il s’agit de l’utilité des ressources en eau superficielles dans la vie rurale à Dassa, des changements perceptibles et des difficultés induites et enfin les types de choix de résilience.

a. Utilité des ressources en eaux superficielles dans la vie rurale à Dassa

La vie rurale se caractérise particulièrement par les activités agricoles. Dans les ménages interrogés sur les berges des marigots à Dassa, les occupations agricoles sont différenciées selon le genre. En effet, le riz, la patate sont des spéculations par essence masculine. Cela s’explique par le fait que les femmes n’ont pas accès à la propriété foncière. Cependant, cette exclusion sociale de la propriété foncière n’anéantit pas la culture du riz par des femmes. Avec les changements sociaux les personnes enquêtées affirment que hommes et femmes peuvent se retrouver dans la culture du riz avec des champs communs ou individuel.

De nos jours, les femmes et les hommes mènent pratiquement les mêmes activités sur les berges. Pendant la saison des pluies elles cultivent le riz comme les hommes. Pendant la saison sèche, elles aident leurs maris dans les jardins avec des petites portions pour elles
(B.J., homme, 60 ans).

L’indifférenciation de la culture du riz est analysée comme un changement social car

Autrefois, la culture du riz était seulement le travail de l’homme. La femme allait pour récolter. Actuellement, nous avons compris que la femme aussi peut cultiver le riz”
(K.M., femme, 47 ans).

Mais dans la majeure partie des opinions des enquêtées, les femmes sont présentées comme des aides pour leurs époux dans ces activités agricoles de céréales comme le riz. Il arrive que selon les ménages ou les relations qu’elles ont dans le village, elles aient accès à des parcelles de production.

Si le milieu agricole à Dassa, de plus en plus se manifeste par une indifférenciation de sexes en rapport avec les activités, il demeure que les activités traditionnellement exécutées par les femmes sont par excellence la production et la collecte des légumes : les feuilles comestibles, la tomate et l’aubergine. Mais, il existe aussi des produits aquatiques et des légumes saisonniers qui poussent avec la saison hivernale que les femmes récoltent et conservent par séchage à des fins de conservation pour consommation.

Les eaux superficielles servaient pour la boisson quand elles étaient pure.

L’eau du marigot se buvait mais actuellement à cause des saletés, personne ne boit l’eau du marigot. Aussi on utilisait l’eau du marigot pour confectionner les briques de maisons et faire le banco
(B.J., homme, 60 ans)

Faisant abreuver leurs bétails, les usages de l’eau étaient donc principalement humains.

b. Les changements perceptibles et les difficultés induites

Bien qu’il soit quasi difficile de traduire le terme changement climatique en langue locale pour les besoins de l’enquête, il apparait que les populations ont une claire conscience des bouleversements environnementaux. Leurs récits font état d’une dégradation de leurs actifs liés aux sources d’eaux superficielles. Les propos suivants traduisent bien l’idée de changements : 

Avant le marigot était plus profond que maintenant, il pleuvait bien,  les champs produisaient bien, les gens avaient la nourriture en abondance. Donc sur les berges, ils faisaient des travaux annexes, maintenant ce sont aux abords des marigots que les gens misent leurs espoirs
(B.J. , homme, 60 ans)

De leurs propos, ils attribuent les causes de la paupérisation de leurs marigots à des actions anthropiques et à l’adversité climatiques. Pour eux, ils bénéficiaient de pluviométries satisfaisantes. Mais, avec la coupe et la destruction des arbustes et arbres qui arboraient le long des cours d’eaux, ceux-ci ont entraîné l’ensablement des sources et un amenuisement des ressources en eaux superficielles. Les conséquences sont traduites ainsi :

C’est la rareté, l’insuffisance des pluies. La mauvaise répartition des pluies dans le temps et dans l’espace. Avant l’eau restait longtemps dans le marigot ici, actuellement d’ici décembre le marigot tarit.  Actuellement il y a plus une nette différence entre les berges sur marigot et son lit principal. Les gens cultivent maintenant dans le lit au cours d’eau
(K.A. , femme, 50 ans).

Ces pratiques contribuent à l’assèchement du barrage. De ce fait, hommes et femmes ont abandonné la culture du riz du fait de l’arrêt précoce des pluies ou du tarissement prématuré des marigots. Il s’en suit un flétrissement des activités pratiquées sur les berges des marigots qui autres fois était différent avec de la verdure et des arbres. Actuellement on assiste à une reconversion des activités voire un abandon particulièrement du maraichage dans ces lieux.

Nous sommes nombreux qui avons abandonné le jardinage parce que les conditions ne sont plus propices. Moi je n’ai pas un jardin. Après la récolte du riz, je ne fais rien comme activités sur le marigot
(B.C. , homme, 48 ans)

L’une des conséquences de la désertion des jardins est la rareté des légumes en milieu rural car les femmes ne peuvent plus constituer des stocks importants de légumes à sécher eu égard à la sévérité de la sécheresse. Les saisons sèches caractérisées particulièrement par le tarissement des ressources en eaux superficielles sont devenues des périodes de luttes âpres pour la consommation quotidienne des ménages.

Les changements entraînent de ce fait l’amaigrissement des ressources aquatiques accessibles aux populations. Puisque sur les berges du marigot il n’y a plus de légumes consommables, la solidarité ou assistance entre femmes se recompose :

On ne demande plus gratuitement à une autre femme le gombo ou l’oseille. Il ne pleut plus assez et la collecte des condiments est devenue compliquée. Tout est devenu de l’argent
(K.A., femme, 50 ans).

Les résultats montrent que la collecte des condiments pour les besoins alimentaires a toujours été une préoccupation féminine sinon une tâche reléguée aux femmes. Même dans les jardins elles usaient de mécanismes de cohabitation dans les jardins de telle sorte que la collecte des condiments se percevait comme similaire à une activité d’appoint.

“Avant, quand l’eau restait longtemps dans le marigot, il y avait suffisamment d’eau dans les puits et les femmes cultivaient avec leurs maris principalement le tabac. Dans les planches du tabac elles mettaient souvent de la tomate, de l’oseille. Actuellement beaucoup de femmes ont abandonné les jardins pour d’autres activités
(B.J. , homme, 60 ans).

Ce propos indique bien qu’il y a une certaine féminisation de l’activité maraichère avec le développement des pratiques saprophytes de culture et de légumes. Il n’y avait pas de ce point de vue, de planches entières consacrées à leur production. La précarité de la saison hivernale rend les efforts ardus et ont acquis le caractère vénal. Les légumes qui pouvaient circuler gratuitement ont acquis une valeur monétaire. Tout se vend selon une enquêtée :

Actuellement on parle plus de collecter assez de condiments. Avant les femmes ne cueillaient pas leurs gombos de jardin pour aller vendre au marché, toutes les femmes avaient des champs de gombo, maintenant ce n’est pas le cas. Même le gombo que les femmes séchaient pour la sauce pendant la saison sèche est maintenant vendu. Généralement les condiments se cherchent quotidiennement. Ceux qui n’ont pas de jardins vont au marché
(B.S. , femme, 48 ans).

Ces propos traduisent un changement social faisant croire que l’effort de mobilisation des ressources et la rareté transforme la valeur des choses. Cela est aussi consécutif aux changements des rapports sociaux entre individus dominés par l’esprit et la loi du marché.

c. Comment les ménages s’accommodent-ils aux effets climatiques

Les changements de la ruralité n’estompent pas la vie dans les campagnes. Les acteurs modifient leurs habitudes et s’adaptent en recréant de nouvelles manières de produire et de coexister. L’une des manières de produire est l’adoption de semences améliorées qui ne requièrent pas l’usage de grandes quantités d’eau.

Les temps ont évolué. Les pluies ne sont plus comme avant, le marigot ne conserve plus l’eau. On ne plus travailler avec les habitudes anciennes. Maintenant ce sont les semences à court cycle, les engrais, les pesticides, le compost que nous utilisons pour travailler. Le sol n’est plus comme avant
(B.L. , homme, 52 ans)

La rareté des pluies conduit donc à l’adoption de nouvelles méthodes culturales qui visent à conserver les sols et l’environnement. L’adoption de ces nouvelles méthodes culturales fait suite à celle des semences améliorées. Les pratiques connaissent d’importants changements :

 “Actuellement il y a des variétés qui s’adaptent mieux, c’est ce que les gens utilisent. Aussi les gens ne perdent plus leur temps à sarcler pendant des jours avant de semer, ils sèment dans les herbes et ils mettent l’herbicide, et ils mettent l’engrais une semaine après”
(B.M., homme, 50 ans)

L’adoption des nouvelles pratiques agricoles est uniforme que ce soit pour les travaux champêtres ou pour ceux qui sont pratiqués dans les jardins. Les paysans estiment que ces nouvelles pratiques culturales sont une panacée aux changements climatiques. Dans cette logique un paysan interrogé déclare : “actuellement on ne peut pas faire le jardinage sans utiliser les pesticides, l’engrais, le compost, les semences améliorées, sinon tu ne récolteras pas grand-chose ». Ces pratiques sont des réponses à la précarisation des ressources de survie des ménages. De ce fait, les pratiques rurales font déclarer que les paysans adoptent des stratégies de réaction face aux phénomènes bouleversants qui se présentent. Ils ne se résignent pas mais emploient les innovations qui sont à leur portée ou adoptent des mutations de leur système traditionnel de production. En termes de genre, les résultats montrent qu’autant les hommes que les femmes ont recourt à des pesticides et aux semences améliorées pour leurs productions. Il faut noter que l’analyse des pertes et des profits de ces usages peuvent les encourager à y recourir au même titre que les hommes.

Aussi, les paysans à Dassa réadaptent les usages de leurs terres. Les champs de production des cultures vivrières telles que le sorgho, le mil, le petit mil, connaissent une modification d’usage pour intégrer la culture de condiments. A côté des champs dits de brousse (hors des concessions) les villageois produisent dans des jardins à proximité de leurs concessions.

Ici, nous avons des jardins de case dans lesquels nous semons prioritairement le gombo. c’est vrai que compte tenu des sècheresses ça ne produit plus comme avant, mais nous gagnons un peu. Aussi dans nos champs de mil, nous produisons des pois de terre nous mettons l’oseille que nous séchons également
(B.S. , homme, 40 ans).

Les accommodations prennent en compte la résilience des ménages du point de vue des ressources nourricières telles que les condiments. Les ménages enregistrent une chute des récoltes en céréales, mais la question de légumes du fait qu’elle soit plus féminine importe davantage. En effet, dans les habitudes des ménages à Dassa, la femme est responsable de la constitution de la sauce devant accompagner le to ou le riz. Face aux changements climatiques, la collecte des légumes pour une utilisation durable se fait davantage maigre.

 Il existe des prémices de changements de rôles socialement assignés aux sexes qui s’opèrent sans être accompagnés d’une rupture de leurs internalisations à l’échelle des individus. Pour les personnes, la participation de l’homme à l’acquisition des légumes pour les besoins des ménages est un acte par défaut.

De nos jours les choses ont beaucoup changé. Les hommes apportent à leurs femmes des légumes, quoique ce rôle soit socialement assigné à ces dernières”
(D.F. , homme, 50 ans).

La contribution de l’homme est en réalité occasionnelle et se limite à l’apport en viande lorsque dans ses balades au marché il trouve de la viande qu’il veut bien ramener à la maison, et ce, dans de rares cas. Le reste du temps

Ce sont les femmes qui sont dans la collecte et la production des légumes. L’homme c’est quand il sort et il trouve les feuilles ou la viande qu’il achète venir à la maison. Sinon les hommes ne sont pas directement impliqués dans la recherche de condiments
(B.A. , homme, 75 ans).

Avec les changements, elles sont confrontées à des difficultés de constitution des stocks. 

Nous séchons nos gombos, les aubergines,  les feuilles d’oseille, de baobab. Malheureusement ça ne suffit pas pour toute la saison sèche. En plus nous n’avons pas un travail de contre saison
(K.T. , femme, 38 ans).

Certains hommes interrogés affirment contribuer à faciliter l’accès de la terre du fait que leurs femmes se servent directement de leur jardin pour produire des légumes pour vendre mais aussi pour la consommation familiale.

Pendant la saison sèche au moment de la récolte pour aller au marché, elles se servent souvent. Tu ne peux pas avoir des légumes dans ton jardin et ta femme a problème de condiments. Le vrai problème qui fait que les condiments manquent ou sont chers, c’est l’eau
(D.J. , homme, 40 ans).

Cependant il demeure que la femme est la principale contributrice.

Tous les deux amènent des condiments, mais l’homme amène rarement. C’est la femme qui apporte le plus les condiments à la maison
(K.S. , femme, 42 ans).

Tous les propos montrent que la femme joue un rôle considérable dans la quête des condiments pour l’alimentation du ménage. Les maraichers s’ils permettent à leurs épouses de se servir, ont pour principale utilité, la commercialisation des produits.

Comment la restructuration s’opère-t-elle en termes de genre et pratique de la culture maraichère avec les effets du changement climatique et les pratiques de désagrégation des sources d’eaux superficielles ? La culture maraichère n’est plus exclusivement dépendante des eaux des sources superficielles car les populations font des puits pour renforcer leur résilience face au manque d’eau. Cet état de fait indique qu’il n’est plus aisé pour chaque riverain de mener des activités sur les berges des marigots. Si couramment ce sont des hommes qui possèdent les jardins dotés de puits, il faut noter que quelques femmes possèdent également des puits qu’elles ont pu réaliser grâce au soutien de leurs époux. Dans le temps, l’abondance des ressources était une opportunité au creusage des puits.

Avant, près du marigot, on creusait un petit trou d’à peine 20 cm et on avait une eau blanchâtre que nous enlevons pour boire, les femmes enlèvent pour la cuisine et pour l’arrosage des légumes”
( B.M. , femme, 81 ans).

Comparée à la période ancienne, les résultats indiquent que les villageois trouveraient les sources d’eau souterraines tellement abondantes que les femmes pouvaient aisément se faire réaliser des puits à moindre coût sur les berges du marigot pour leurs besoins d’arrosage de jardins. Il n’était point requis de disposer de normes ressources financières ou mains d’œuvre pour se faire un puits d’arrosage. Sans distinction de sexe et de statut les riverains étaient chacun capable de s’en procurer.

Mais les exigences du creusage des puits (ressources financières) avec les changements, excluent une large partie des femmes du jardinage,  particulièrement celles qui sont dépourvues de capitaux importants pour s’assurer le service de creusage.

L’inclusion des femmes dans le maraichage souffre du manque de statistiques expliquant les spéculations auxquelles se livrent les participants à l’enquête. En effet, il n’existe pas une opinion unanime sur le statut de genre qui pratique le plus le maraichage. Certains estiment que les femmes produisent plus que les hommes et d’autres le contraire. B.I. (femmes, 50 ans) justifie son point de vue par la pratique de la polygynie qui fait que l’homme est le dépositaire des ressources de production mais que la femme demeure à tous points de vue,  la force productive .

Je pense qu’aujourd’hui les femmes sont plus dans la production que les hommes même si les jardins appartiennent aux hommes. Un seul homme peut avoir deux femmes sinon plus qui l’aident dans son jardin”
(B.I. , femme, 50 ans)

Et même lorsque les hommes produisent, leurs productions sont à des fins commerciales, tandis que les femmes ne vendent pas les légumes qu’elles collectent. Le manque des moyens financiers sont des éléments d’explication de la propriété masculine des jardins.

De nos jours, pour mener des activités de maraichère-culture il faut assez de moyens pour acheter les semences, les engrais, les pesticides. En plus de ça, il y a le problème d’eau ; l’apparition de l’or a véritablement eu un impact sur les cultures maraichères
(K.Y. , 48 ans)

Les propos se rapportent aux difficultés d’accès des femmes aux ressources économiques génératrices de capabilités d’expression de soi. Ainsi, si les hommes sont les plus nombreux dans la production, cela s’explique par les coûts exorbitants d’acquisition des intrants tant pour creuser les puits que pour acquérir les semences et les engrais.

Discussion

A l’instar des résultats antérieurs portant sur la place des cours d’eau naturels dans les activités agricoles, ce travail montre que l’eau est une ressource indispensable dans les productions rurales. Il fait un focus sur le processus de précarisation rurale. Les analyses mettent donc en exergue la place centrale de l’eau dans la mobilisation des ressources financières et de subsistance des ménages (Ngbomingo, 2014; Raimond et al., 2019 ; Tshimanga, et al., 2022). Cette recherche appréhende l’utilité non pas dans le cadre systémique qui noie les utilités négligées pour se focaliser sur les branches économiques importantes des activités exercées au bord des marigots. Elle montre comment les ressources naturelles en eaux sont indispensables pour les quotidiennetés des ménages. Elles visent à travers le maraichage, les autonomies individuelles puisque les jardins exploités sur les berges des marigots sont des espaces d’initiatives individuelles où l’adoption des choix culturaux sont libres. Mais en termes de genre dans cette quête d’autonomie à travers les jardins, “les femmes semblent limitées par des revenus modestes et par la prise en charge accrue de dépenses collectives” (Fromageot, 2005, p57).  Dans ses travaux, L. Billen (2015) montre que la place de ces ressources a conduit au développement de programmes dont les objectifs sont la promotion du développement.

 Bien que les résultats indiquent un changement social dans les pratiques de gestion rurale des ménages avec une inclusion des hommes à la fourniture des légumes, ce travail montre que toutes choses étant égales par ailleurs, la femme contribue énormément comparativement aux hommes dont les activités visent davantage la rentabilité économique que la prise en charge directe de l’alimentation du ménage. Par contre elles sont privées du déploiement de leurs énergies de mobilisation des ressources vivrières notamment les légumes eu égard à l’assèchement rapide des cours d’eaux. Dans cette perspective Billen (2015, p. 171) dans ses travaux mettait déjà en exergue cette privation des populations de Ferlo de certaines ressources notamment  “un accès difficile aux infrastructures de base (faible nombre de forages, absence quasi totale d’un réseau électrique, éloignement des services de santé, etc.), mais aussi des contraintes environnementales (rareté de la ressource en eau et en pâturages), qui, ajoutées à celles de l’activité pastorale, conduisent à adopter des modes de vie favorisant la précarité (éloignement des centres, transhumances, etc.)” qui sans lesquelles auraient pu améliorer leurs conditions socioéconomiques.

En outre, cette recherche aboutit au fait que les populations ne se résignent pas face au poids des changements climatiques. Les techniques agricoles sont recomposées et réadaptées dans le souci d’escompter de meilleurs rendements (Romero et al., 2011). Elle montre qu’outre les adaptations aux innovations agricoles, les hommes en majorité sont déboutés par les insuffisances des pluies et promeuvent la mutation professionnelle avec comme visée importante, l’orpaillage et comme conséquences, la reconfiguration incomplète des statuts des femmes car en l’absence du mari, elles jouent les deux rôles d’époux et d’épouses sans être chefs de ménage, sans possibilités de prendre des décisions. Mais en termes de pratiques agricoles, cette recherche montre qu’il n’existe pas de différence de genre dans la décision d’adoption. Les différences de genre peuvent être analysées d’un point de vue de propriété de ressources qui handicape l’adoption des pratiques parfois anti agroécologique par les femmes. La précarité des ressources est donc une faiblesse de production pour les femmes mais comme le montre Bilen (2015) elle n’est pas que financière. Elle intègre trois autres aspects à savoir le régime alimentaire pauvre en nutriments essentiels, les difficultés de déplacement des femmes et leur non intégration sociopolitique.

La faiblesse d’accès aux ressources explique dans le même ordre d’idées, le faible effectif des femmes dans le maraichage. Elles produisent l’essentiel des vies rurales dans les jardins appartenant à leurs maris. Elles ne possèdent pas de jardins mais en sont la principale main d’œuvre. Comme le révèle Fraumageot et al., (2005), les hommes en particulier les responsables des familles ont le contrôle de la main d’œuvre et des facteurs de production. Dans cette recherche, la polygynie est une pratique qui promeut la force de travail dans les jardins.  Les femmes responsables de la collecte y travaillent avec leurs époux et profitent produire des légumes saprophages qui squattent les productions principales des hommes destinées à la vente. Cela témoigne de la division des responsabilités dans les ménages, mais surtout renforce la pauvreté et la sous-nutrition dans la mesure où le jardin permet de parer à ces fléaux Bilen (2015).

Conclusion

La vie rurale des riverains des cours d’eau à Dassa est largement axée sur les pratiques agricoles pour la survie des ménages. Les hommes et les femmes n’ont pas les mêmes responsabilités. Les ressources en eau constituent un enjeu majeur dans la quotidienneté des paysans dont l’activité en dépend. Les femmes sont plus actives dans la production des légumes en saison sèche. Dans un contexte de manque de ressources en eau cette recherche a évalué les stratégies d’adaptation en mettant en exergue les changements des pratiques qui modifient les potentialités qu’offrent les cours d’eau superficielles de la commune. Face à cette situation, les rôles sont en cours de modification avec un élargissement des rôles des femmes. Les populations délaissent les activités pratiquées sur les berges souvent au profit de l’orpaillage ou simplement arrêtent leurs activités de production. En ce qui concerne les femmes, elles n’ont pas la propriété des jardins du fait de la paupérisation des cours d’eau. Les initiatives salvatrices comme le désensablement des barrages les mises en place des puits plus profonds sont des moyens saisis par certains hommes et femmes comment moyens de résilience face au manque d’eau.

Yisso Fidèle Bacye
Sociologue, enseignant-chercheur au centre universitaire de Tenkodogo (Burkina Faso)

Evéline Sawadogo-Compaore
Sociologue, chercheuse au Centre National des Recherches Scientifiques et Technologiques et à l’Institut de l’Environnement et de la Recherche Agricole (Burkina Faso)

Pour citer cette publication : Yisso Fidèle Bacye et Evéline Sawadogo-Compaore,  Genre, changement climatique et subsistance des ménages agricoles à partir des ressources en eau superficielles à Dassa, AgriGenre, janvier 2023. 
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/14525
DOI : https://doi.org/10.58079/au3r

Bibliographie

Bastian, J. P. , Le protestantisme en Amérique Latine, une approche socio-historique. Génève, Labor et Fides, 1994.

Bikienga, I. M., Plan national d’adaptation aux changements climatiques (PNA) du Burkina Faso, 2014.

Billen, L., Les jardins féminins de la Grande Muraille Verte dans le Ferlo sénégalais : une réponse publique à la précarité et à la marginalité en milieu rural au Sud, Pour, vol. 225, no. 1, 2015, pp. 167-177.

Dankelman, I., Alam, K., Ahmed,, W. B., Gueye,, Y. D., Fatema, N., & Mensah-Kutin, R., Gender, Climate Change and Human Security Lessons from Bangladesh, Ghana and Senegal. New York: The Women’s Environment and Development Organization, 2008.

Djohy, G. L., & Edja, A. H., Effet de la variabilité climatique sur les ressources en eau et stratégies d’adaptation des éleveurs et maraîchers au Nord-Bénin, Annales de l’Université de Parakou, Série “ Sciences Naturelles et Agronomie ”, Faculté d’Agronomie, Université de Parakou , 8 (2), 2018, pp. 83-91.

Fromageot, A., Parent, F., & Coppieters , Y. , Femmes, cultures maraichères et recours aux soins en Afrique de l’Ouest. Sciences sociales et santé. Volume 23, n°4, 2005, pp. 49-70.

Le Masson, V., Norton, A., & Wilkinson, E., Genre et résilience, Braced, 2015.

Ngbomingo, T. F. , Analyse des pratiques locales d’adaptation de l’agriculture urbaine aux changements climatiques: cas des activités des femmes horticoles (maraîchères) aux alentours des barrages de Tanghin dans le secteur 23 à Ouagadougou au Burkina-Faso. mémoire, Université de Ouagadougou, 2014.

Raimond, C., Sylvestre, F., Zakinet, D., & Moussa, A., Le Tchad des lacs Les zones humides sahéliennes au défi du changement global. Marseilles, IRD, 2019.

Romero, A., Belemvire, A., & Intermón, S. S. , Changements climatiques et femmes agricultrices du Burkina Faso, impact, politiques et pratiques d’adaptation, Royaume-Uni, Intermón Oxfam, 2011.

Sbaa, M., & Vanclooster, M., La gestion de ressources en eau au Maroc face aux changements climatiques, état des lieux et alternatives technologiques d’adaptation. Annales des Sciences de la Santé, N° 14, Vol. 1, 2017, pp. 24-53.

Traore , R., & Compaoré/Sawadogo, E. M. ,Femmes Et Gestion Communautaire De L’eau Au Burkina Faso: Enjeux Et perspectives, Case Studies Journal, volume 6, Issue 1, 2017, pp. 57-65.

Tshimanga,, R. M., Michel, M. B., Mumpasi,, B. L., Kenge,, M. N., & Kiari,, H. F., Gérer les interactions entre les migrations et les conflits dus au changement climatique et à l’eau en vue de renforcer la résilience des communautés dans le Bassin du Congo, Université de Kinshasa, Kinshasa, République Démocratique du Congo, CRREBaC, 2022.


Echos

¤ Bibliothèque universitaire des langues et civilisations, mai 2023