Tous les articles par laurencecormier

Moi Laurence, agricultrice

Je suis arrivée un jeudi 26 novembre 1964 à Paris, après deux aiguilles à tricoter, entre ma grande sœur et moi.

J’ai grandi entre une grand-mère bretonne, modiste (créatrice de chapeaux), un grand-père limousin, comptable aux Halles, un père parisien, Forts des Halles, une maman normande, secrétaire chez un fabriquant de robinetterie. J’ai appris à marcher, à courir, à faire du vélo, m’écorcher les genoux en parcourant les rues de la capitale entre l’Opéra, la Bourse, les jardins des Tuileries, le Palais Royal, le Palais Brongniart, l’Opéra-Comique, la Basilique-Notre-Dame des Victoires, le Palais Berlitz et l’Église Saint Roch. J’ai continué ma vie d’enfant en venant habiter dans le 94, Val de Marne. Le ventre de Paris [les Halles de Baltard] a été détruit. Le 27 février 1969 commence le transfert des Halles vers Rungis. Nous avons suivi le travail de mon père.

Quels heureux temps que celui de l’enfance et de l’adolescence. Toujours aux joies suprêmes des moments remplis de théâtre, d’opérettes, de spectacles les plus superbes les uns que les autres, de cirque, de cinéma, de pêche sur les bords de la Seine, de boîte de nuit, de sorties entres copains, de colonies de vacances, de sports et surtout dans l’indifférence de l’avenir…

J’ai connu la Mayenne à mes 15 ans, par l’intermédiaire d’une amie d’enfance. J’y ai rencontré celui qui deviendra mon mari 9 ans plus tard. J’ai poursuivi ma scolarité dans un lycée agricole en Eure et Loir. La Beauce. Rien ne me prédisposé à être agricultrice… Rien, ni mes origines, bien-que mes grands-parents paternels venaient de bord de mer et du Limousin, ni l’hérédité de mes parents. Si ce n’est que je me débattais avec un profond abattement, une sorte de dépression et de mélancolie due au sentiment intense, et juste, de ne pas être à ma place dans ce milieu urbain. J’ai eu ce sentiment d’être trompée et de m’être trompée. Peut-être, aussi, dans un premier temps, pour prendre à contrepied, les choix prédisposés des conseillers d’orientation. Mais pas seulement. J’avais simplement une énorme envie d’aller vers la différence, l’inconnu, la liberté d’entreprendre, d’être soi. Et ces séjours chez mon amie d’enfance ont confirmé mes choix.

J’ai quitté le cadre scolaire assez rapidement. Pas que je n’avais pas de possibilité, mais plutôt un problème avec le carcan autoritaire… J’ai quitté de ce qu’il restait du cocon familial à 17 ans. J’ai vécu, j’ai aimé, j’ai perdu, j’ai manqué des occasions, j’en ai eu des belles, j’ai fait confiance, j’ai été blessée, vu ce qui devait être vu et ce qui ne devait pas, parcouru des routes droites, tortueuses, sinueuses, pour ne pas jamais avoir de regrets. Jusqu’à mes 22 ans, j’ai profité de la vie à fond, follement, éperdument. Je suis revenue vers mon amour de jeunesse.

Je suis venue m’installer en 1986 avec tout l’amour de jeune femme que j’avais stocké pendant ces années de vie parisienne. J’ai épousé l’amour de ma vie avec tout ce qui en découlé. Sans savoir à quoi je m’exposai. J’ai commencé à travailler sur la ferme, en invisible. Pas par choix, mais par manque de moyens financiers. Quand je suis venue en Mayenne, c’était pour vivre ma vie et non la subir. Donc pour moi, à ce moment précis, j’étais bien, heureuse. Ma liberté et mon envie d’entreprendre étaient priorisés. Tout le contraire de si j’étais restée à Paris.

Les années ont passé et j’étais toujours dans l’ombre de mon mari, même en changeant de statut. Conjointe d’exploitant, pour finir cheffe d’exploitation. Pas que lui le désirait, non, plutôt l’entourage agricole. Ne pas faire de bruit, rester à sa place. Être la femme de l’agriculteur quel que soit ta position statutaire. Je pense que j’avais dans un coin de ma tête, ce sentiment de n’être pas légitime, moi non plus, dans ce métier. J’ai mis du temps à me trouver. A prendre ma place en tant que femme, qu’agricultrice. Mais j’y suis arrivée. On ne doit pas attendre qu’on nous la donne, il faut la prendre. J’étais toujours la NIMA aux yeux de tous. Et peut-être toujours un peu à ceux de mon mari. Je ne suis pas la femme d’un agriculteur, JE SUIS AGRICULTRICE.

J’y ai mis toute mon énergie à le faire comprendre, à le faire reconnaitre et le faire accepter à ce monde agricole patriarcale qui m’entourait. Le problème des femmes, c’est qu’elles ont peur, peur d’être une imposture, peur de ne pas être à la hauteur, au niveau, et un jour, on dépasse cette peur-là. La peur d’être, est un sentiment glissé insidieusement dans notre cerveau dès notre naissance par la bienséance.

Au-delà du statut agricole, les femmes sont d’une importance non négligeable au sein de la société. Je crois en la force des femmes. En leur capacité de jugement, dans la libération de la parole, dans leurs compétences au sein d’une exploitation. Par l’intégration d’une plus grande diversité dans la production agricole, en rendant l’activité agricole plus attractive. En particulier, par l’intérêt croissant au sein des fermes pour que cohabitent des sensibilités différentes, des compétences nouvelles.

Pourtant, même encore maintenant, notre vie est parfois engourdie par notre peur de rater et on se replie à la moindre occasion. C’est bien plus préjudiciable que de prendre le risque d’exister. Pourtant pour vivre, vivre à fond, il faut oser prendre des risques. Parfois cela peut se solder par un échec, et encore si échec il y a, ce n’est qu’une étape de la vie. Et si notre audace aboutie, on en tire que satisfaction et bien-être. Pour avancer, il faut tenter, essayer, réessayer et se battre, sans jamais s’arrêter. Partager, oser, risquer, puis s’ouvrir vers d’autres horizons, c’est vivre ! Laisser tomber les peurs, les préjugés, les barricades et les idées préconçues. Le bonheur nous garde gentilles, les épreuves nous gardent fortes, les chagrins nous gardent humaines, les échecs nous gardent humbles, mais c’est l’espoir qui nous fait avancer. Toutes ces expériences de vie ont fait naître l’envie de partager avec d’autres femmes du monde rural et agricole.

A la suite des désillusions du métier, de mal-être, de gros problèmes financiers, j’ai voulu partir. C’était à un moment de ma vie, où tout partait à vau-l’eau. Le métier, les possibilités de vivre désâment et dignement de mon métier. La crise du lait en 2009 a fait énormément de dégâts humains. On se levait plus riche le matin qu’au coucher du soleil. Mon mal-être a eu raison de ma détermination, de ma rage de vivre.

Un sms de ma grande sœur a tout changé. Je me suis retrouvée devant l’écran de mon portable, sans savoir ce que j’allais trouver dessus. Je n’étais absolument pas réseaux sociaux. C’est là que j’ai rencontré une solidarité. De ce premier groupe de femmes agricultrices, en est sorti une lettre ouverte que j’ai écrite. Sur les conseils de ma petite sœur, j’ai fait vivre cette lettre ouverte. Elle a pris la route dans les méandres de la haute sphère… Elle a parcouru un long chemin et à permis de porter notre parole. Celles des femmes agricultrices, qui aux côtés de leur mari, meurt à petit feu. On nous licenciait de notre métier. Malheureusement, dès que l’écran était éteint, la solitude et la peur revenaient. De l’écran derrière les réseaux sociaux, 5 femmes sont passées à l’IRL en créant l’association Les Elles de la Terre en janvier 2017.

La peur ne devrait jamais nous paralyser. Elle doit être un catalyseur potentiel, un moteur de soulèvement. C’est ce que nous avons fait. Nous avons élevé notre voix, nos paroles. La parole des femmes agricultrices.

Le monde tourne, tourne avec nous, autour de nous et parfois contre nous.

Ne sois pas soucieuse, avance, ne fais pas attention du regard des autres, fais abstraction et avance. Ne laisse personne glisser le doute en toi. Tu es une belle personne. Tu es une femme de valeur. Déploie tes ailes.

La vie va te faire changer de direction, va te changer. Elle va te donner milles bonheurs, elle va te donner milles chagrins. N’en prends pas ombrage, reste claire dans tes idées, dans ton projet.

Elle va peut-être faire de toi une personne différente. Elle va parfois bouleverser ta façon de penser. Ta façon d’appréhender les choses. Ne recule pas, c’est la vie.

Elle va te faire pleurer, elle va te laisser des cicatrices qui ne s’effaceront pas. Elle va te laisser de l’amertume, des déceptions, mais elle va aussi te faire rire, chanter, danser et te laisser des souvenirs impérissables.

Il va y avoir des gens mal intentionnés, d’autres attentionnés. Fais toi confiance, écoute-toi.

La vie va te faire mûrir, va te changer en une personne que tu vas découvrir au fil du temps. Elle va t’apprendre à profiter du moment présent pour éviter d’avoir des regrets.

Tu vas avancer tout droit ou en zigzaguant, peu importe, le principal est d’avancer vers ton objectif.

Tu vas prendre des coups, tu vas en donner. Tu vas fléchir, mais pas rompre. Tu vas avoir de temps en temps un genou à terre, mais toujours avec la tête haute.

Si tu as un projet c’est qu’il est venu à toi, et tu peux le réaliser. Ce ne sera pas forcément facile, ce ne sera pas forcément idyllique, ce sera peut-être hyper compliqué et pénible, mais crois en toi. Croire en soi pour réussir, et réussir à sa manière, c’est le faire en affirmant sa différence et l’unicité de son regard.

Durant ton chemin, ne sois pas surprise, tu vas avoir une pression de ouf.

On va te demander d’être parfaite dans ta vie professionnelle, de femme, de mère.

Dès lors que tu deviens autonome, tu deviens une rebelle, une résistante, car c’est contraire à ce que l’on a voulu t’enseigner. Y’a pas à tortiller du cul, fonce !

Une chose est sure, la vie est belle, dure mais belle.

Sois visible et non invisible.

A moi 💖

Souvent on me dit que je suis féministe. Je n’aime pas ce mot. Pour moi il est trop péjoratif. Je dirais plutôt que je suis féminine. Ce besoin d’exister en tant que femme me vient sûrement de mon enfance. Dû peut-être à mon éducation maternelle. Mon père voyait la femme comme un objet. Les devoirs d’une femme… C’est pourquoi j’ai voulu contrecarrer ce système en me rebellant dès mon plus jeune âge. Même s’il m’en est resté quelques brides durant ma vie de femme.

Avec l’association, nous avons croisé beaucoup de personnes, nous avons participé à beaucoup de projets. Nous sommes toutes différentes et c’est ce qui fait notre richesse. Le but de l’association est de pouvoir s’exprimer sans jugement, de respecter le choix de vie de chacune avec bienveillance, d’élargir nos connaissances pour trouver des solutions ensemble et de pouvoir avancer sereinement. Nous avons ce qu’il y a de plus vrai aujourd’hui, la parole. Parler pour ne plus être seule, parler pour éviter le pire, parler pour exister.

Maintenant je prends un peu de bouteille et beaucoup de cheveux blancs, mais je reste très active au sein des différentes activités associatives. J’assume mon âge en étant vivante, présente et réactive à toutes sortes de discrimination envers les femmes. Qu’elles soient du monde rural ou agricole. Pour moi, la femme a sa place quel que soit la direction qu’elle prend. Y’a juste à la prendre.

Bientôt 37 ans en novembre que je suis arrivée en Mayenne, dans cette campagne, sur cette ferme. 37 ans d’années intenses, d’années merveilleuses, parsemées de réussites, de doutes, d’échecs, de prise de décisions. Tant d’année à faire des compromis avec la nature, avec les animaux. Entre l’idéale et le réalisable. Un métier qui te rend humble et qui te donne tant.

37 ans de journées bien remplies, de semaines en défilé, sans arrêt, sans weekend, ou si peu que tu peux les compter sur les doigts de tes mains. 37 années écoulées, jalonnées de haut et de bas. 37 ans où l’évolution de la perception de la société sur l’agriculture a pris un tournant où tu te demandes si demain tu seras encore là. Où tu te sens méprisée avec tant de force. Où la charge administrative prend le dessus sur ton mental, mais tu assumes. Il n’y a pas de plainte. Juste un constat. Je l’ai choisi ce métier. On ne me l’a pas imposé. J’ai fait ce choix mais pas en connaissance de cause il y a 37 ans. Et malgré tout, je ne regrette rien. J’ai appris énormément. Je continue encore, chaque jour. C’est un métier de vocation. J’en ai la preuve maintenant.

Aux femmes de ma vie. A ma grand-mère Hélène, à Simone Veil et à ma petite mère. Son corps est plein de vie, sa tête est pleine de vide. A mes filles, mes fils et mon amour auquel je voue une immense admiration.

Laurence Cormier
Agricultrice, membre de l’association « Les Elles de la Terre »

Pour citer cette publication : Laurence Cormier, Moi Laurence, agricultrice, AgriGenre, mai 2023. 
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/16749 
DOI : https://doi.org/10.58079/au3w

 

Lettre ouverte

Appel d’un collectif d’agricultrices « en détresse »

La mort est dans le pré

Nous sommes toutes agricultrices. Nos passés se distinguent et nos horizons divergent. Mais il y a une chose qui nous unit aujourd’hui : notre détresse.

Tout a commencé le jour où nous avons embrassé la profession d’agricultrice, seules, aux côtés de nos conjoints ou de nos maris.

Être Agricultrice, nous en avons longtemps rêvé. Comme un enfant à qui l’on demande ce qu’il souhaite entreprendre plus tard, pour nous c’était d’une évidence implacable. Puis nous sommes devenues ce à quoi nous aspirions le plus : être agricultrice. Le métier ne nous a plus quitté.

Outre la destinée, quoi de plus noble et valorisant que de pouvoir donner à l’Humanité les moyens de se nourrir, de s’accomplir. A une certaine époque tout cela avait un sens. Le métier appelait chacun à se surpasser, parfois même à fermer les yeux sur des aberrations. Mais quoi de plus normal lorsqu’on accomplit ce si beau métier.

Mais très vite, l’horizon s’est obscurci, pour nos exploitations, pour nos familles. Les conditions de travail sont devenues d’années en années toujours plus difficiles, dès lors que nos outils de production ont été obligés de croître par la pression des industriels. Ils ont peu à peu étendu leur emprise sur nos vies.

En 2016 « rendement, compétitivité, et horaires inhumains » ponctuent notre quotidien. La vie de famille n’occupe plus que la portion congrue, quand elle n’est pas déjà inexistante. Le moral a dévissé. Être agriculteur aujourd’hui, quel beau métier !

La révolte se poursuit. Les chantiers agricoles ont largement repris leurs droits dans nos campagnes ce qui a plongé la protestation dans un sommeil, léger. Car si la profession est attelée momentanément aux travaux agricoles, le désespoir, lui aussi, poursuit sa basse besogne. Du côté des industriels, des coopérateurs, des intermédiaires et de tous ces acteurs qui eux, continuent de se nourrir grassement sur « la bête agricole » que nous sommes. Messieurs, votre silence devient assourdissant. Otez vos œillères et prenez enfin vos responsabilités !

En France toutes les deux heures, trois exploitations agricoles mettent la clef sous la porte. On dénombre par ailleurs un suicide d’agriculteur tous les deux jours. Ces filles et fils de la terre, de tous âges, se donnent la mort en laissant derrière eux famille et amis. Être agriculteur aujourd’hui c’est à terme accepter de mourir trois fois : moralement, économiquement et physiquement.

Et, nous agricultrices, dans toute cette colère et ce désespoir, nous ne pouvons qu’assister à ce qui s’apparente à une extinction de classe, à un véritable génocide.

Nous, veuves agricultrices, célibataires agricultrices, conjointes d’exploitation et femmes d’agriculteur sommes les témoins de ce spectacle. Bien que battantes, nous demeurons en première ligne. Ce combat pour la vie, pour la survie même de notre métier, nous ne l’avons, lui, pas choisi. Femme active et épouse, nous sommes aussi en première ligne dans la gestion des comptes de l’exploitation et du foyer. Supporter seule le poids du stress et du travail, gérer les créanciers, assister à l’impuissance et à la colère de nos conjoints : quel beau métier !

Alors, souvent mises à rudes épreuves, nous demeurons debout. Mais lorsque vient le moment d’expliquer à nos enfants que nous devons vivre avec le RSA, qu’il n’est plus possible de se passer des Restos du cœur pour pouvoir se nourrir, nous qui de par notre métier nourrissons les autres, comment trouver les mots ? Quel contrepied cruel, quel coup du sort !

Tristesse, misère, et découragement sont notre quotidien, pendant encore combien de temps allons-nous pouvoir tenir ?

Bien sûr, nous souffrons de notre manque de communication, d’échanges avec l’autre extrémité de la chaîne alimentaire. Comment vous faire comprendre que notre déclin est la mort à petit feu de tous les corps de métier qui gravitent et travaillent autour de nous. « L’agriculture ne sert plus à nourrir la population, mais à produire des devises » (citation de Robert Linhart). « Il faut rendre sa place à l’agriculture » (Alphonse Kaar).

Nous ne souhaitons pas devenir les plus riches du cimetière, pour reprendre une expression largement utilisée dans nos campagnes, mais uniquement être en capacité de vivre dignement de notre si beau métier.

Aidez-nous à résister et à continuer d’exister. Etant le premier maillon de la chaîne, notre proche disparition sera le début d’une longue agonie.

Laurence Cormier