Tous les articles par Valéry Rasplus

Un chercheur organique : Ehrenfried Pfeiffer

Ehrenfried Pfeiffer (1899-1961) est présenté comme une des principales cautions scientifiques historiques de la biodynamie. Il n’aurait, soi-disant, que peu de lien (voire aucun) avec Rudolf Steiner (1861-1925) ni avec l’anthroposophie. Il ne serait, dans son travail, qu’un pur acteur scientifique. Examinons la chose.

Pfeiffer un fidèle disciple de Steiner

Ehrenfried Pfeiffer a rencontré Ruldolf Steiner à la fin des années 1910. La rencontre entre les deux hommes s’effectue par l’intermédiaire de son beau-père, alors chargé du suivi financier de la construction du premier Goetheanum, siège de la Société anthroposophique à Dornach en Suisse.

Selon l’expression de Jean-Michel Florin (anthroposophe, responsable au Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique et au Goetheanum), Ehrenfried Pfeiffer devint “un fidèle élève de Rudolf Steiner” au point qu’il resta au Goetheanum “vivre à proximité immédiate de Rudolf Steiner de 1921 à 1925” (Pfeiffer, 2016).

De cette rencontre allait naître une relation de maître à disciple.

Donner à voir l’invisible surnaturel

Selon la légende, les connaissances en agronomie de Steiner provenaient de ses capacités à être doté de “perceptions suprasensibles” qui lui permettaient d’être “clairvoyant” , “medium” , et d’accéder à la connaissance parfaite de l’esprit de chaque être, visible et invisible : plantes, animal, être humains, êtres élémentaires… (Rasplus, 2021) De son côté, les connaissances en agronomie de Pfeiffer provenaient à la fois de sa formation à l’université de Bâle (chimie) et de l’enseignement “clairvoyant” de Steiner (qui n’était ni paysan ni agronome)

Sous l’impulsion et les directives de Rudolf Steiner, Ehrenfried Pfeiffer met en place au sein même du Goetheanum un laboratoire dont l’objectif est d’étudier les “forces vitales” qui agissent dans la nature, et plus particulièrement dans les champs agricoles. Puis, au début des années 1920 Pfeiffer commença à préparer avec Steiner le cycle de conférences aux agriculteurs qui formera quatre ans plus tard Le cours aux agriculteurs attribué uniquement à Rudolf Steiner.

Afin de faire visualiser au commun des mortels ce que Rudolf Steiner voyait, c’est-à-dire les “forces de vie” ou “forces éthériques”, il conseilla à Pfeiffer de mettre au point la méthode dite de “cristallisation sensible” qui restera attribuée cette fois à Pfeiffer.

Un chercheur organique

“Le mouvement anthroposophique n’est pas au service de la terre,mais au service des dieux, il est un culte”. Rudolf Steiner (Bulletins de la Société Anthroposophique, 1988, p. 5)

La majorité des publications de Pfeiffer sont issues de revues anthroposophiques comme Gäa Sophia, Demeter, Goetheanum, Weleda Nachrichten, Bio-Dynamics, La Science spirituelle… Pfeiffer a également donné des conférence sur l’Archange Michael ou l’alchimie chez Christian Rozenkreutz. Le fruit de son travail fut honoré en 1939 par l’obtention du titre de docteur honoris causa de l’école homéopathique Hahnemann de Philadelphie.

Comme le souligne l’anthroposophe Ueli Hurter, “l’agriculture biodynamique s’est développée dans le cadre du mouvement anthroposophique” (Hurter, 2019). C’est ainsi que Ehrenfried Pfeiffer plaça son savoir, non au service de la science, mais au service de l’anthroposophie et de la biodynamie. Chercheur organique, la science était un moyen comme un autre de servir la “science de l’esprit”, l’anthroposophie via la biodynamie, c’est-à-dire l’agriculture anthroposophique.

Valéry Rasplus

Pour citer cette publication : Valéry Rasplus, Un chercheur organique : Ehrenfried Pfeiffer , AgriGenre, mai 2022.
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/9116

Bibliographie

Hurter Ueli (dir.), La biodynamie, une agriculture pour l’avenir, Actes sud, 2019.

Pfeiffer Ehrenfried, Fécondité de la terre et Le visage de la terre, Actes sud, 2016.

Rasplus Valéry, Les vigneron.ne.s, entre vins conventionnels et vins bio & biodynamie “, AgriGenre, janvier 2021


Echos

¤ Wikipedia, juin 2022