Au croisement d’une histoire du genre et de la ruralité : quelle place historiographique pour les agricultrices ?

Questionner la place des agricultrices dans l’histoire inscrit l’analyse dans une historiographie multiple : celles-ci se trouvent à l’intersection d’une histoire du genre et de la ruralité.

Cependant, tout travail opérant l’état des lieux de la littérature scientifique sur le sujet ne peut échapper au constat suivant lequel les agricultrices occupent une place importante dans les parutions sociologiques des années 1980, mais paraissent absentes des études dans les périodes antérieures et postérieures. De surcroît, les agricultrices ne semblent pas être travaillées en tant qu’objet historique. La conceptualisation du genre dès les années 1970 aurait-elle permis des avancées dans l’histoire de la ruralité, et dans quel contexte ?

L’agriculture, une histoire d’homme ?

Les agricultrices font, comme d’autres femmes, face au grand silence historiographique.

L’historienne américaine Joan Jensen le résume ainsi : « Les femmes rurales restent une majorité insaisissable. Omises de la plupart des études portant sur l’agriculture parce qu’elles n’étaient pas propriétaires des terres, lésées dans les travaux relatifs au travail parce que leurs activités étaient différentes de celles des hommes, et négligées par les recherches s’intéressant aux femmes qui se concentrent sur les classes moyennes et les ouvrières en milieu urbain, les femmes rurales sont à peine visibles » (1). 

Pourtant, l’histoire de la ruralité est un champ éminent de l’historiographie française depuis le XIXe siècle. Du 6 au 8 octobre 1994, l’Association d’Histoire des Sociétés Rurales a organisé un colloque national à Rennes rassemblant deux cent participant.e.s pour établir l’état des lieux de l’histoire rurale en France. Dans les actes du colloque présentés par Ghislan Brunel et Jean-Marc Moriceau, l’article de Jean Jacquart permet de distinguer les grandes étapes historiographiques du champ (2).

Débutant au XIX ème siècle, l’histoire de la ruralité est dominée par les problématiques juridiques économiques et sociales. L’ouvrage de Léopold Delisle paru en 1851 La condition de la classe agricole et l’état de l’agriculture en Normandie au Moyen Âge, est estimé par Jean Jacquart comme le livre actant la naissance de ce qu’il considère comme une annexe de l’histoire évènementielle jusqu’à la Première Guerre. Elle est en effet dénuée de méthode et de problématiques autonomes, jusqu’à l’apport novateur et décisif des géographes.

Face aux nouvelles perspectives que cette alliance ouvre, les historiens du rural prennent désormais en compte l’étude du paysage, les techniques agricoles, les questions sociales et l’ancrage des cultures locales. Finalement, les approches des Annales s’imposent et l’attention se porte sur les réalités matérielles et sociales des paysans, consacrée dans Les caractères originaux de l’histoire rurale française de Marc Bloch. S’ensuit 50 ans de monographies sur les régions que Georges Duby synthétise en quatre volumes, l’Histoire de France rurale sortie en 1975-1976.

Le soupçon marxiste qui pèse sur les travaux suivant pousse vers un « troisième niveau », avec Pierre Chaunu qui tire les problématiques vers l’histoire des mentalités. Il y aborde les systèmes d’héritage et les structures familiales, avant que l’histoire de la ruralité ne cesse d’être un sujet central. Elle est enrichie ça et là par des recherches transnationales jusqu’aux années 2000.

Il est également nécessaire de citer les travaux du sociologue Henri Mendras qui avait investi le champ et annoncé La fin des paysans en 1967, rééditant le titre en 1984 pour faire état des avancées 20 ans après (3). Ses problématiques s’appuient sur la figure de l’agriculteur et ses techniques d’adaptation aux développements industriels imposés par les lois agricoles communes des années 1960. L’étude se concentre également sur les néo-ruraux, qu’il considère comme acteur.ice.s d’une renaissance de la ruralité.

Davantage centrée sur les individus, l’histoire de la ruralité laisse alors la place à une histoire des ruraux, accordant avec parcimonie quelques paragraphes mentionnant les rurales. Le constat est toutefois sans appel : sur la totalité des grands noms qui ont forgé cette historiographie, Bloch, Labrousse, Duby, Le Roy Ladurie, Muchembled, aucun ne s’intéresse au travail des agricultrices ou à leur condition.

Les années 1980, un tournant dans l’histoire des agricultrices

Faire l’histoire des rurales implique de reconnaître l’évidence que les sociologues ont davantage investi le champ. Les grands travaux datent des années 1970 à 1985. Ils sont utilisés dans nombre d’articles d’historien.ne.s actuel.le.s. Il paraît toutefois nécessaire de faire la distinction entre l’évolution des recherches sociologiques sur les agricultrices, puis des différents mouvements historiographiques.

L’importance de l’utilisation du genre dans les travaux scientifiques américains dès les années 1980 a mainte fois été relevée, leur arrivée plus tardive en France également. L’ouvrage de Rose-Marie Lagrave, cité comme référence dans tous les travaux portant sur le croisement d’histoire du genre et des rurales, prévient en introduction : « Qu’on ne s’attende pas à une histoire des agricultrices : si elle a un sens, elle reste à faire » faisant référence aux travaux de Michelle Perrot dans la note de bas de page qui épingle la phrase (4). Le constat que Rose-Marie Lagrave dressait en 1982 dans son « Bilan critique des recherches sur les agricultrices en France » déplore le morcellement des études sur les agricultrices dans des champs divers. Elle y propose une évolution historiographique en 3 temps : jusqu’aux années 1965, elle avance que les recherches sont « éclatées, dispersées ». Les années 65 à 78 (dont elle ne justifie pas réellement la borne) seraient la période de « convergence » des recherches sur les agricultrices, et à partir de 1978, le segment comprendrait une véritable réflexion sur le genre. Période féconde donc mais qui débuterait d’avantage en 1980 puisque les travaux antérieurs sont isolés, et qu’il est difficile d’y lire une « convergence ».

Rose-Marie Lagrave publie ses premiers travaux dans un environnement scientifique qui, s’il témoigne d’un désintérêt important pour l’objet agricultrice, vient pourtant de voir paraître en 1975 la thèse de Marie-Catherine Becouarn, Le travail des femmes d’exploitants dans l’agriculture et l’évolution des techniques (5). Simultanément aux premiers travaux de Rose-Marie Lagrave sur les agricultrices qui paraissent en 1982 notamment avec sous sa direction un numéro de la revue Pénélope intitulé « Femme et Terre », Alice Barthez fait paraître Famille, travail et agriculture en 1982 (6), dont les rapporteurs disent qu’il « fait couler beaucoup d’encre et n’a pas fini d’en faire couler » (7). De fait, les travaux de Rose-Marie Lagrave et d’Alice Barthez permettent un renouvellement historiographique important : dorénavant, la réflexion sur les structures familiales en sociologie se mêle à une analyse féministe matérialiste, car elles souhaitent décloisonner leur engagement militant et leur travail de recherche (8).

La dénaturalisation du travail des agricultrices est ainsi annoncée par les chercheuses qui mettent donc à jour le système entretenant « la surdétermination du mariage [qui] conduit à l’assimilation du travail des agricultrices à un travail d’épouse» (9). Ce constat est tout aussi clair dans la préface du livre d’Alice Barthez que signe la sociologue Andrée Michel, et qui défini ainsi le travail des agricultrices : « doublement assujetties dans ce rapport de travail, une première fois en tant que ménagère reproductrice de la force de travail du mari et des enfants, une seconde fois en tant que coproductrice des biens agricoles monétarisés par le mari – refusant dorénavant de se laisser enfermer dans cette relation inégalitaire au sein de la famille conjugale. » Elle ajoute « Ce n’est pas une coïncidence à un moment où les femmes, dans le monde entier, secouent les vieilles structures établies par le système patriarcal. » Et de fait, si Rose-Marie Lagrave dans son bilan critique étaye peu les raisons permettant d’aboutir à une constitution des agricultrices comme objet d’étude, elle avance que « cet élargissement est dû à de multiples facteurs dont les uns tiennent aux interrogations du monde rural et d’autres au renouvellement des problématiques des chercheurs. » (10).

La recherche coïncide également avec et la possibilité pour elles de devenir co-exploitantes (reconnaissance donc du statut d’agricultrice), et à leur présence dans l’espace public contestataire. Le segment 1980-1987 étant marqué par des manifestations d’agricultrices qui protestent pancartes à la main : « Nous les femmes/ Travail tous les jours / Salaire moins que le smig » dans les rues du Mans, de Rennes à Paris. Une nécessaire étude de leurs actions entraîne alors l’autrice vers une étude de leur condition. « Si fréquemment elles servent un objectif décidé en dehors d’elles, il n’en demeure pas moins que cette timide subversion laisse des traces. Sortir de chez soi peut conduire à sortir de soi, à prendre conscience des rôles inculqués» (11).

Le prisme du genre, placé sur la vie des agricultrices fait ainsi naître deux décennies de travaux sur ces femmes, dont les colloques organisés successivement en 2011 et 2016 par les laboratoires rennais d’études sur les milieux ruraux, et la parution récente des carnets scientifiques d’AgriGenre font état (12).

Manifestation d’agricultrice dans les rues du Mans, 3 décembre 1981.
Photographie extraite de Celles de la terre. Agricultrices : l’invention politique d’un métier,
Rose-Marie Lagrave, 1987.

Aux États-Unis, les débuts de la recherche sur les paysannes sont simultanés à celle menée en France, mais d’avantage fournie : Joan. M Jensen, qui publie ses premiers travaux en 1975 sur l’histoire des femmes de l’ouest américain, leur consacre deux ouvrages aux titres évocateurs : With these hands : women working on the land puis Women’s word along the Southwest border : a significant aspect of labor history (1981). En France, l’histoire peine à s’investir dans le champ. Le bilan des recherches effectué par l’historienne Jacqueline Sainclivier dans son article « Une histoire des agricultrices aux XIXe-XXe siècles est-elle possible en France ? Acquis et perspectives » (13) permet de donner d’autres clés d’interprétation de ce silence historiographique. Pour elle, « cette situation est à replacer dans le contexte plus global de l’historiographie française ». L’École des Annales, plaçant l’orientation de la recherche vers une histoire totale (accordant donc peu de place à des objets d’études comme celui des agricultrices), couplé au développement plus tardif en France de la gender history aurait freiné le développement des études sur les rurales. Précisons que l’histoire rurale contemporaine a été inégalement étudiée : le XIXe siècle est bien mieux doté en travaux que le XXe siècle. En cause pour Jacqueline Sainclivier « l’accès aux sources et une longue frilosité sur le temps présent » La présence des sociologues dans le champ ne fait que souligner l’absence des historien.ne.s. Toutefois, bien que présentes en pointillés dans les différents travaux, on distingue les grandes lignes d’une évolution dans l’écriture de l’objet. Le XIXe siècle, à l’image des travaux scientifiques qu’il produit, s’intéresse d’avantage aux qualités pensées comme naturelles des agricultrices.

L’intrication des études démographiques dans l’écriture de l’histoire privilégie les sources officielles comme les actes d’états civils et les recensements. Plus tardivement, celles-ci permettent l’étude des mouvements de population ainsi que les taux d’alphabétisation, généralement à travers l’étude d’une région en particulier. Si elles ne permettent pas de centrer les problématiques sur les rapports de genre, elles restent néanmoins « une étude sociale globale qui fait apparaître implicitement les différences sexuées » .

Dans un second temps, c’est la place économique des femmes dans les exploitations qui questionne. Si de nombreux travaux font état du manque d’information permettant la quantification de leur présence, et que cette question reste encore aujourd’hui en débat, elle a du moins le mérite de questionner les historien.nes. Toutefois, bien que mis en lumière, le fait que l’unité familiale soit assimilée à l’exploitation (invisibilisant ainsi le travail des femmes) reste une évidence pour les historiens qui ne soulignent pas son caractère de construit social. L’importance du travail des femmes a pu être souligné dans les travaux de Jean-Claude Farcy ainsi qu’Annie Moulin, notamment sur leur sociabilité : « La sociabilité des femmes est certes liées aux tâches domestiques qu’elles accomplissent, telle la sociabilité propre au lavoir, mais aussi à leur activité professionnelle (…) ce sont elles qui vendent les produits de la basse-cour, alors que les hommes eux vont à la foire » (14)

En ce qui concerne l’écriture de l’histoire rurale au XXe siècle, elle reste maigre et la synthèse de Georges Duby et Armand Vallon (la plus récente), date de 1977. Autrement, les agricultrices sont abordées sous l’angle de leurs engagements syndicaux, ou leurs parcours scolaires (15).

Toutefois, cette dernière décennie est porteuse de changement : l’institutionnalisation des études de genre a permis l’émergence de nouvelles problématiques. Que ce soit en sociologie, en histoire, et même récemment en sciences politiques. Les chercheur.euse.s y croisent les questions écologiques, écoféministes, ou s’intéressent à d’autres actrices des milieux ruraux (les vigneronnes notamment). Il est nécessaire de mentionner pour conclure cet état des lieux de l’historiographie des agricultrices que les ouvrages de Frédérique El Armani et Jérôme Pelletier incarnent particulièrement ce renouveau : histoire des jeunes rurales pour la première, de l’enseignement technique agricole pour le second (16).

Eve Recotillet
Masterante en histoire du genre à l’École des hautes études en sciences sociales.

Pour citer cette publication : Eve Recotillet  "Au croisement d’une histoire du genre et de la ruralité : quelle place historiographique pour les agricultrices ?", AgriGenre, juillet 2022. 
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/9326
DOI : https://doi.org/10.58079/au3j

Notes

1. Ce passage est cité par Claire Bailly dans son annonce pour le séminaire « Women in a rural context – breaking the silence in historiography », qui s’est tenu le 28 mai 2016, et organisé par le Laboratoire d’études rurales (LER). Voir aussi l’article suivant : Deborah Fink, Valerie Grim et Dorothy Schwieder, « Rural and Farm Women in Historical Perspective », Agricultural History, 1999, vol. 73, no 2, p. 131‑135.

2. Jaquart Jean, « Les grandes étapes historiographiques », Histoire et Sociétés Rurales, 1995, no 3, 416p.

3. Mendras Henri, « La fin des paysans », EcoRev’ , 10 mai 2019, vol. 47, no 1, p. 101‑104.

4. Lagrave Rose-Marie, Celles de la terre. Agricultrice : l’invention politique d’un métier, Paris, Édition de l’École des hautes études en sciences sociales, 1987, 256 p., page 1.

5. Becouarn Marie-Catherine, Le travail des femmes d’exploitants dans l’agriculture et l’évolution des techniques : étude de la répartition et des caractéristiques des tâches dans les exploitations agricoles spécialisées, Université de Tours, Tours, 1975, 293 p.

6. Barthez Alice, Famille, travail et agriculture, Economica, 1982, 220 p.

7. Barthelemy Denis, « Alice Barthez. — Famille, travail et agriculture », Économie rurale, 1983, vol. 156, no 1, p. 69‑69.

8. Lagrave Rose-Marie, Lemarchant Clotilde et Seiller Pauline, « Retour sur les « agricultrices » : des oubliées de la recherche et du féminisme », Travail, genre et sociétés, vol. 45, no. 1, 2021, pp. 31-38.

9. Ibid

10. Lagrave Rose-Marie, « Bilan critique des recherches sur les agricultrices en France », Études rurales, n°92, 1983. pp. 9-40.

11. Lagrave Rose-Marie, Celles de la terre. Agricultrice : l’invention politique d’un métier, Édition de l’École des hautes études en sciences sociales, 1987, 256 p., page 1.

12. Association française d’histoire économique, Deuxième journée d’étude: Travail, famille et mobilités sociales dans le monde rural 15-21e siècles » Rennes 19 -20 mai 2011

13. Jacqueline Sainclivier, Une histoire des agricultrices aux xixe-xxe siècles est-elle possible en France ? Acquis et perspectives, in Ruralité française et britannique, XIIIe-XXe siècles : Approches comparées, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005.

14. Annie Moulin, Les Paysans dans la société française De la Révolution à nos jours, Paris, Seuil, 1988, 320 p. Citée par Jacqueline Sainclivier, op. cit, p.123.

15. Voir la thèse de Jean Vercherand, Un siècle de syndicalisme agricole. La vie locale et nationale à travers le cas du département de la Loire, Saint-Etienne, Publication de l’université de Saint-Etienne, 1994, 344p.

16. El Amrani Frédérique, « Femmes au travail dans les campagnes angevines durant le premier XXe siècle : quels mots pour quels travaux ? », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 2007, vol. 1143, no 3, p. 6‑6 ; Pelletier Jérôme, « Pour une histoire de l’enseignement agricole féminin durant les années 1950-60 : les écoles ménagères agricoles du Loir-et-Cher ou l’éducation contrariée au rôle de femme d’exploitant », Genre & Histoire, 21 novembre 2016, no 18.


Échos

¤ Wikipedia, août 2022



Citer ce billet
everecotillet (2022, 1 juillet). Au croisement d’une histoire du genre et de la ruralité : quelle place historiographique pour les agricultrices ? AgriGenre. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/au3j

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.