Un chercheur organique : Ehrenfried Pfeiffer

Ehrenfried Pfeiffer (1899-1961) est présenté comme une des principales cautions scientifiques historiques de la biodynamie. Il n’aurait, soi-disant, que peu de lien (voire aucun) avec Rudolf Steiner (1861-1925) ni avec l’anthroposophie. Il ne serait, dans son travail, qu’un pur acteur scientifique. Examinons la chose.

Pfeiffer un fidèle disciple de Steiner

Ehrenfried Pfeiffer a rencontré Ruldolf Steiner à la fin des années 1910. La rencontre entre les deux hommes s’effectue par l’intermédiaire de son beau-père, alors chargé du suivi financier de la construction du premier Goetheanum, siège de la Société anthroposophique à Dornach en Suisse.

Selon l’expression de Jean-Michel Florin (anthroposophe, responsable au Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique et au Goetheanum), Ehrenfried Pfeiffer devint “un fidèle élève de Rudolf Steiner” au point qu’il resta au Goetheanum “vivre à proximité immédiate de Rudolf Steiner de 1921 à 1925” (Pfeiffer, 2016).

De cette rencontre allait naître une relation de maître à disciple.

Donner à voir l’invisible surnaturel

Selon la légende, les connaissances en agronomie de Steiner provenaient de ses capacités à être doté de “perceptions suprasensibles” qui lui permettaient d’être “clairvoyant” , “medium” , et d’accéder à la connaissance parfaite de l’esprit de chaque être, visible et invisible : plantes, animal, être humains, êtres élémentaires… (Rasplus, 2021) De son côté, les connaissances en agronomie de Pfeiffer provenaient à la fois de sa formation à l’université de Bâle (chimie) et de l’enseignement “clairvoyant” de Steiner (qui n’était ni paysan ni agronome)

Sous l’impulsion et les directives de Rudolf Steiner, Ehrenfried Pfeiffer met en place au sein même du Goetheanum un laboratoire dont l’objectif est d’étudier les “forces vitales” qui agissent dans la nature, et plus particulièrement dans les champs agricoles. Puis, au début des années 1920 Pfeiffer commença à préparer avec Steiner le cycle de conférences aux agriculteurs qui formera quatre ans plus tard Le cours aux agriculteurs attribué uniquement à Rudolf Steiner.

Afin de faire visualiser au commun des mortels ce que Rudolf Steiner voyait, c’est-à-dire les “forces de vie” ou “forces éthériques”, il conseilla à Pfeiffer de mettre au point la méthode dite de “cristallisation sensible” qui restera attribuée cette fois à Pfeiffer.

Un chercheur organique

“Le mouvement anthroposophique n’est pas au service de la terre,mais au service des dieux, il est un culte”. Rudolf Steiner (Bulletins de la Société Anthroposophique, 1988, p. 5)

La majorité des publications de Pfeiffer sont issues de revues anthroposophiques comme Gäa Sophia, Demeter, Goetheanum, Weleda Nachrichten, Bio-Dynamics, La Science spirituelle… Pfeiffer a également donné des conférence sur l’Archange Michael ou l’alchimie chez Christian Rozenkreutz. Le fruit de son travail fut honoré en 1939 par l’obtention du titre de docteur honoris causa de l’école homéopathique Hahnemann de Philadelphie.

Comme le souligne l’anthroposophe Ueli Hurter, “l’agriculture biodynamique s’est développée dans le cadre du mouvement anthroposophique” (Hurter, 2019). C’est ainsi que Ehrenfried Pfeiffer plaça son savoir, non au service de la science, mais au service de l’anthroposophie et de la biodynamie. Chercheur organique, la science était un moyen comme un autre de servir la “science de l’esprit”, l’anthroposophie via la biodynamie, c’est-à-dire l’agriculture anthroposophique.

Valéry Rasplus

Pour citer cette publication : Valéry Rasplus, Un chercheur organique : Ehrenfried Pfeiffer , AgriGenre, mai 2022.
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/9116

Bibliographie

Hurter Ueli (dir.), La biodynamie, une agriculture pour l’avenir, Actes sud, 2019.

Pfeiffer Ehrenfried, Fécondité de la terre et Le visage de la terre, Actes sud, 2016.

Rasplus Valéry, Les vigneron.ne.s, entre vins conventionnels et vins bio & biodynamie “, AgriGenre, janvier 2021


Echos

¤ Wikipedia, juin 2022


12 réflexions sur « Un chercheur organique : Ehrenfried Pfeiffer »

  1. Cet article montre à quel point le scientisme est incompatible avec la science. Il n’y est question que de croyance et pas de résultats tangibles. Je me fiche de Rudolph Steiner comme de ma première grenouillère, ou de ses disciples, mais je ne vois pas en quoi l’agriculture biodynamique serait dangereuse per se. J’attends que l’on m’en fasse la démonstration scientifiquement. Le reste c’est du DOGME. L’Afis n’est plus ce qu’elle était depuis la mort du regretté Jacques Bouveresse.
    De plus, Jean Masson à l’INRAE travaille avec des vignerons biodynamistes. Et leurs résultats sont plutôt favorables à la biodynamie. Si ça ne convient pas aux scientistes, c’est qu’ils ne sont pas scientifiques. UN POINT c’est TOUT.
    J’ai certainement plus de connaissances en botanique, en chimie, biochimie, chimie organique , chimie de synthèse et enzymologie que l’auteur de cet article. De plus, je me suis intéressée aux savoir indigènes qui sont une science pratique, efficiente.
    Comment détoxifier des plantes non comestibles ? Renseignez-vous.

    1. Bonjour,

      Les raisons pour lesquelles les sorcières du moyen âge avaient des remèdes parfois efficace ont été expliquées par la chimie il y a bien longtemps. Il s’agit parfois d’empirisme mais si je puis me permettre une remarque, l’espérance de vie au moyen âge était de l’ordre de vivre 30 ans et vous conviendrez que ce n’est pas la sorcellerie mais la médecine et l’alimentation qui ont fait augmenter cet espérance de vie et non la sorcellerie.
      D’ailleurs, vous n’êtes pas sans savoir que l’église prône la médecine moderne et non pas la sorcellerie du moyen âge.

      Vous ne pouvez pas comparer des savoirs d’il y a plusieurs siècles en prônant une soi-disant tradition qui affamait les gens quand ils ne mourraient pas de maladie. Ne vous en déplaise, les plus grandes inventions en terme d’espérance de vie furent les vaccins et la pénicilline.

      Votre comparaison entre les délires de Pfeiffer consistant à mettre des chats dans des cloches sous vide pour en aspirer un éther de vie alors que la physique et la chimie sont déjà bien avancé à l’époque, n’est pas de la méconnaissance mais de la croyance dans les délires absurde de son gourou dont il était le pygmalion : le célèbre Rudolf Steiner.

      Je comprends votre agacement car nous ne sommes pas béat d’admiration mais d’affliction devant les délires ésotériques qui servent de base à : absolument rien.

      Votre dévouée,

      Maria

      1. Que savez-vous de l’espérance de vie au Moyen -âge ?
        J’attends vos sources.
        Dans l’Antiquité Grecque, après la mortalité infantile, les gens vivaient vieux. Vous êtes très sûre de vous, donc je me méfie. Les Hadzas de Tanzanie ont une espérance de vie supérieure à leurs voisins qui pratiquent l’agriculture. Les céréales ont eu un effet néfaste sur la nutrition (cf J L Flandrin Une Histoire de l’Alimentation) et au début de l’agriculture ça a eu un coût en terme de longévité. Le problème avec les gens qui croient aux avancées de la science c’est qu’ils ne se posent jamais aucune question. Et veulent imposer leurs solutions simplistes au reste du monde.
        Lisez Amartya Sen sur les famines vous seriez un peu moins noc.

        1. Bonjour,

          Vous semblez mélanger les rôles : vous êtes venue affirmer des choses et je vous ai demandé de les prouver.
          Je n’ai rien affirmé, juste posé des questions et demandé des sources notamment sur vos affirmations suivantes :

          – que le mode de production agricole créé le diabète

          – que le mode de production agricole a créé mac donald

          etc.

          Par ailleurs, dans votre nouveau commentaire, vous sembler oublier que corrélation n’est pas causalité.

          Par exemple, il y a une corrélation entre la consommation de beurre en Allemagne et le nombre de personne mortes étranglées dans leur lit au canada (ou un autre pays). C’est une corrélation, pas une causalité.

          Bref, comme je le disais dans votre précédent commentaire, vous prétendez des diplômes scientifiques et vous servez de cela pour refuser de justifier les affirmations que vous avez apporté de votre propre chef.

          En guise de réponse à ma demande de justification (c’est vous la grande scientifique vous l’avez assez répété) je n’ai que du mépris de votre part et un refus total de justifier les affirmations que vous avez lancé.

          Inutile de discuter plus longtemps, vous n’êtes pas ici pour apporter au débat mais uniquement pour jeter l’opprobre sur un article qui visiblement vous déplait.

          Je n’ai rien à ajouter, la démonstration est de toute façon bien assez claire.

          Maria.

          1. Aucune démonstration dans votre post. Les corrélations stupides je les ai démontrées dans le n°35 du Courrier de l’environnement.
            En revanche, oui, l’excès de nourriture transformée riches en sucres, en céréales est à l’origine de l’épidémie d’obésité et de diabète de type 2 et d’obésité et “en même temps” de carences en micronutriments, bordel, faites la biblio
            https://journals.plos.org/plosmedicine/article?id=10.1371/journal.pmed.1001223
            Pour le reste, vos accusations ne me font ni chaud, ni froid, cet article n’a rien à apporter à l’agriculture, les agricultures indigènes ont beaucoup à “nous” apprendre. L’ésotérisme quand il marche n’a pas à être critiqué per se (Cf. léo Coutellec, je vous laisse chercher la référence vous-même, puisque vous semblez vous intéresser au sujet, je ne vous mâcherai pas le travail cher Valéry)

            1. Bonjour,

              Je m’appelle Maria, pas Valery. Je vous l’ai déjà dit. Si vous venez dans un espace de commentaire c’est pour discuter avec les personnes. Si vous souhaitez juste asséner votre dogme, pourquoi ne pas faire le votre.

              Vous assenez des choses qui sont fausses. Je vous ai demandé de les prouve ou d’indiquer sur quoi vous vous basez.

              Vous déformez mes propos en me reprochant vos propres affirmations. Merci aussi de ne pas vous approprier le travail de Tyler Vigen @TylerVigen qui a fait un travail formidable sur les spurious correlation. Je lui ai d’ailleurs écrit pour m’assurer que votre “oeuvre” n’est pas une simple appropriation de son travail comme vous semblez le laisser entendre.

              Vous ne répondez pas aux questions et continuez à balancer des références sans citation ni preuve dans l’espoir que je fasse votre travail.

              Non madame, ce n’est pas en balançant tout ce qui vous passe par la tête en déclarant que la réalité va se tordre à vos curieuses théories. Si vous affirmez quelque chose : vous devez le prouver. Vous n’avez rien prouvé du tout quand je vous ai demandé de démontrer / prouver vos affirmations :

              – Vous avez affirmé que la science agricole causait le diabète alors que je vous ai rappelé que le diabète de type 1 est de cause génétique.

              – Vous avez affirmé que la science agricole a créé Mc Donald ce qui est faux : McDonald est une mode de vente créée par les frères McDonald.

              – Vous avez affirmé que la science agricole a créé l’obésité. Je vous ai répondu que cela était dû principalement de nourriture ingérée et que le mode de production à ce jour n’a pas d’influence démontrée.

              -Vous balancez simplement des fake news, refusez de répondre aux questions.

              Vous avez une démarche purement dogmatique et très éloignée de la raison et de la réalité.

              Vous voulez juste casser de l’agriculteur en les accusant d’être à l’origine de tous les maux de la planète.

              Vous continuez à refuser de répondre sur le fond et m’insultez. Vous n’avez aucun respect de la contradiction et ce qui vous rend bien détestable.

              Vous refusez donc la génétique au profit du karma puisque cette question ne semble pas vous faire réagir.

              Ça ne vous fait pas non plus réagir lorsqu’on parle de Pfeiffer, célèbre pour avoir mis des chats dans des cloches sous vide pour produire de la soi-disant énergie éthérique et que c’est la même méthodologique qui validerait la biodynamie ?

              De qui vous moquez-vous ? Vous refusez de discuter, vous êtes juste là pour faire de l’agribashing et tenter de défendre l’indéfendable.

              Je ne peux constater que vous n’avez pas le moindre argument si ce n’est celui d’un mépris visiblement assumé à mon encontre. On retrouve dans votre attitude celle de vouloir avoir le dernier mot à tout prix.

              Je vous repose donc les questions :

              – Vous dites que l’agriculture n’est pas née de la science : l’empirisme fait partie de la démarche scientifique. Il est d’ailleurs utilisé dans les méthodes et frameworks agiles, car permettant de l’ajustement rapide sur des modes de production. Vous refusez l’empirisme ? Pourtant vous utilisez ce même empirisme comme base de démonstration en le prétendant scientifique.

              + la science agricole aurait tué la biodiversité végétale ? Nous voulons des sources, madame.

              + la science agricole aurait stérilisé les sols ? Pas plus que biodynamie avec son cuivre adoré. Prouvez que les pesticides utilisés par l’agriculture anthroposophique ne stérilisent pas les sols.

              + la science agricole aurait créé la “mcdonalisation” ? Il s’agit de recettes de cuisine. Pouvez-vous prouver que McDonald et son mode de consommation sont issus de la science et pas des frères McDonald ? Car cela est un scoop incroyable.

              + la science agricole aurait créé l’obésité ? Vous êtes en train de dire que manger des légumes a créé des générations d’obèse ! Pouvez-vous être factuelle et démontrer vos affirmations ?

              + la science agricole aurait créé le diabète ? Déjà il y en a deux type dont un qui n’est pas lié à l’alimentation, mais à une déficience génétique (et non pas à une dette karmique comme le prétend l’anthroposophie et sa biodynamie). Affirmez-vous que travailler au champ provoque le diabète ? Croyez-vous dans le karma plutôt que la génétique ? Prouvez que le karma existe si c’est le cas.

              . Je crains au contraire que vous confondiez qualité spirituelle de la nourriture biodynamique (marque déposée) et qualité nutritive (ce dont le corps a besoin) : n’est-ce pas ? Sinon pouvez-vous prouver que la nutrition dépend du mode de production dans des mesures conséquentes qui altéreraient au moins l’espérance de vie à la basse. En effet, l’espérance de vie n’a pas cessé d’augmenter.

              + la science agricole aurait créé des problèmes cardio-vasculaires ? Trouvez-moi une étude qui prouverait que manger une alimentation équilibrée aurait un changement sur les gens selon le mode de production.

              + la science agricole créerait du gâchis ? Certainement pas. C’est ceux qui mettent à la poubelle des choses qu’ils ont achetés en excédent. En plus la production agricole est une production rationalisée : donc, prouvez ce que vous affirmez.

              Vous parlez beaucoup et ne faites qu’accumuler des assertions extrêmement douteuses pour ne pas dire hors sujet.

              Dernière question : Est-ce que vous êtes pour l’adoption des nains hurleurs lorsqu’ils ne sont pas sevrés ? Peut-être que sur cette question vous serez pertinente !

              Votre dévouée,

              Maria

  2. Se pose-t-on la question des croyances pour un physicien ou un mathématicien ? Newton croyait à l’alchimie par exemple, Einstein a pu dire “Dieu ne joue pas aux dés”.
    Si l’agriculture biodynamique satisfait les praticiens et n’empoisonne pas les consommateurs, pourquoi un tel acharnement qui ressemble au Maccarthysme ?
    L’agriculture n’est pas née de la science, mais d’un grand nombre d’essais/ erreurs sur des millénaires, d’observations et de croyances (cycles lunaires, etc.) rites. Elle a façonné des paysages (terrasses, procédés d’irrigation imaginatifs), elle a donné des sociétés culturellement diverses et des diversités de cultures alimentaires avec, notamment des tabous. La science en agriculture n’a qu’un siècle et le résultat est un désastre: perte de biodiversité végétale, stérilisation des sols, McDonalisation, carences, obésité, diabète, pb cardio-vasculaires. Et crises alimentaires liées à la spéculation sur les matières premières (ça vous dérange moins) alors que 30% des denrées finissent à la poubelle ! (Au fait Jean Masson travaille à Colmar avec des vignerons en biodynamie)
    “L’ennui naquit un jour de l’uniformité”

    1. Je lisais l’article et en scrollant suis arrivé à votre commentaire. Du coup je l’ai lu et me permet quelques observations :
      – La croyance de Newton en l’alchimie est décontextualisée : on est au 17ème siècle soit un siècle avant Lavoisier. il ne peut donc tout simplement pas connaitre les lois découvertes un siècle plus tard. C’est seulement une fois Lavoisier passé par là que l’alchimie est devenue définitivement une croyance.
      – La citation d’Einstein sur laquelle vous vous appuyez n’a strictement aucun rapport avec le domaine de la croyance et portait sur son refus du principe d’intrication quantique. Il est d’ailleurs revenu plus tard sur cet aspect.
      Donc s’il vous plait, ne décontextualisez pas son propos, c’est vraiment pas sympa pour sa mémoire de prendre une citation décontextualisée comme argument d’autorité.
      – Pour votre question de satisfaction du consommateur : “Si l’agriculture biodynamique satisfait les praticiens et n’empoisonne pas les consommateurs” j’y vois personnellement deux choses :
      + Que le consommateur ne cherche pas seulement à ne pas être empoisonné mais peut revendiquer une éthique : de ne pas financer un culte, d’être vegan (c’est un choix libre), de ne pas vouloir financer les complotistes, antivax, etc.
      + ne pas cautionner ni encourager le rejet total et absolu de la science : Système solaire à 7 planètes qui influerait les cultures, êtres élémentaires etc. Si cela était annoncé, peut être les gens se sentiraient moins agressé. En tant que scientifique vous êtes certainement très bien placée pour savoir les ravages des dérives sectaires en ce moment.
      – Vous dites que l’agriculture n’est pas née de la science : l’empirisme fait parti de la démarche scientifique.
      – Vous accusez l’existence même de la science agricole de tous les maux : pour prendre au hasard quelques un de vos arguments :
      + la science agricole aurait tué la biodiversité végétale ? La monoculture de vigne en biodynamie en fait tout autant vu que c’est le principe même de l’agriculture d’altérer l’organisation d’un terrain agricole
      + la science agricole aurait stérilisé les sols ? Pas plus que la biodynamie avec son cuivre adoré
      + la science agricole aurait créé la “mcdonalisation” ? il s’agit de recettes de cuisine. On peut faire des burgers tout aussi dégueulasse avec de la viande biodynamique couverte de pisse de cerf, je crois savoir que l’on en vend au vatican de l’anthroposophie.
      + la science agricole aurait créé l’obésité ? Vous êtes en train de dire que manger des légumes a créé des génération d’obèse !
      + la science agricole aurait créé le diabète ? Déjà il y en a deux type dont un qui n’est pas lié à l’alimentation mais à une déficience génétique (et non pas à une dette karmique comme le prétend l’anthroposophie et sa biodynamie). Si les gens achètent du sucre, qu’il soit biodynamique ou pas, ca reste du sucre. Sinon trouvez une preuve de ce que vous avancez car ça serait une véritable révolution . je crains au contraire que vous confondiez qualité spirituelles de la nourriture biodynamique (marque déposée) et qualité nutritive (ce dont le corps a besoin)
      + la science agricole aurait créé des problèmes cardio vasculaires ? Certainement pas. Que la malbouffe vienne d’un mode de production ou d’un autre, ça reste de la malbouffe. Sinon trouvez moi une étude qui prouverait que manger une alimentation équilibrée aurait un changement sur les gens selon le mode de production.
      + la science agricole créerait du gâchis ? Certainement pas. C’est ceux qui mettent à la poubelle des choses qu’ils ont acheté en excédent.

      Bref, vous confondez société de consommation et mode de production agricole. C’est proprement une insulte à la science et à votre profession que de jouer su sophisme et de l’amalgame vulgaire. Il est clair que vous accusez l’agriculture de maux qui relèvent de la sociologie et de la société de consommation.

      Pour conclure, vous vous demandez pourquoi de plus en plus de monde développe une aversion profonde pour l’agriculture anthroposophique dite “biodynamique” (marque déposée) ? Et bien vous avez donné la réponse vous même : parce que vous usez de votre qualité de scientifique pour attaquez la science que visiblement vous détestez pour essayer de faire passer un projet de société sous couvert d’écologie en accusant l’agriculture non anthroposophique d’être l’ennemi à abattre.

      Pas cordialement,

      Maria

      1. Oui, la science agricole a ruiné les sols, lisez juste les meilleurs auteurs de l’agroécologie comme Miguel Altieri prof à Berkeley. Pour le reste, la malbouffe est effectivement à l’origine de maladies métaboliques, que ça vous plaise ou non. L’agriculture n’a pas été une science. Elle existe depuis 5 à 10 millénaires. Et la biodynamie n’a pas à être abattue au nom d’une science qui se ridiculise elle-même. En quoi faudrait-il imposer des OGM, des pesticides, des pratiques agricoles à des peuples qui connaissent leurs écosystèmes mieux que “nous”.
        En quoi critiquer les excès du scientisme serait détester la science ? La science, c’est le doute, c’est tester des pratiques qui paraissent ésotériques et voir si elles marchent ou pas. Ne pas douter c’est ne plus être dans la science mais dans le DOGMATISME, comme le disait Proust ( je cite de mémoire: les métaphores libèrent puis elles finissent par enfermer) et je vous conseille de lire Feyerabend “Contre la méthode”.
        Et, je vais vous dire: j’ai certainement plus de connaissances que vous en chimie, biochimie, chimie organique et enzymologie: j’ai été médaille d’or de la faculté de Pharmacie et j’ai étudié la Pharmacologie et la Toxicologie fondamentales au CNRS qui a d’ailleurs un laboratoire de Chimie des Substances Naturelles (avec lequel j’ai collaboré pendant mon PhD)
        Si vous êtes la secrétaire de Valéry Rasplus, sachez qu’il m’a demandé de lui donner ma bibliographie car il est faignasse.
        Et tiens, tant qu’on y est Maria faites un peu la biblio sur les remèdes médiévaux vous seriez surprise des traitements pour les infections avant la découverte des bactéries:
        https://www.nature.com/articles/s41598-020-69273-8?from=article_link

        1. Bonjour,

          Vous balancez des liens, des noms et vous ne démontrez rien.

          Vous me manquez de respect car au lieu de répondre à mes question ou d’argumenter. Vous n’avez pas à vous en prendre à moi qui passe par ici et me permet de répondre à vos commentaires. C’est votre vision du débat ? Attaquer les gens ?

          Pourquoi parlez vous de Valery Rasplus ? (c’est qui cette dame ?) Quel rapport ? Vous ne voulez pas vous abaisser à me parler ? Sachez que secrétaire n’est pas un métier honteux et ou indécent, votre mépris de classe est écoeurant.

          D’ailleurs vous ignorez tout de ma formation et de mon bagage, cela n’a aucune importance : l’outil de travail est une chose, la réalisation en est une autre. Rouler en Hummer dans une route piétonne ne fait pas de vous un meilleur conducteur ou une meilleure personne.

          Maria.

    2. Madame Albertini

      Vous semblez totalement ignorer les liens entre la biodynamie et l’anthroposophie et vous ne lisez même pas les références bibliographiques qui vous sont données https://agrigenre.hypotheses.org/2476

      Vous ne semblez pas non plus avoir lu les contributions de ce blog qui se consacre aux questions de genre et d’agriculture biologique

      Désespérant d’arrogance et d’ignorance

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.