Commentaires sur l’article « Impact of farming systems on soil ecological quality : a meta‑analysis »

Christel, A., Maron, PA. & Ranjard, L. Impact of farming systems on soil ecological quality: a meta-analysis. Environ Chem Lett, 19, 4603–4625 (2021). https://doi.org/10.1007/s10311-021-01302-y

Cet article de revue est présenté comme une méta-analyse, mais ce terme n’est utilisé que dans le titre, et à aucun moment la méthodologie appliquée n’est décrite. En général, dans une méta-analyse, à l’écart entre deux catégories sont associés un intervalle de confiance et une p-value correspondant à la probabilité de rejet à tort de l’hypothèse nulle : il n’en est nulle part question ici. Dans les publications qui s’appuient sur des méta-analyses, un paragraphe au moins est consacré à la description du modèle utilisé (par exemple, SI Methods de la publication https://doi.org/10.1073/pnas.1500232112 ).[1]

On s’intéressera dans la suite à la comparaison {#bio / #biodynamie), qui est la seule, parmi toutes les comparaisons décrites, à permettre de juger de l’effet des pratiques spécifiquement liées à la biodynamie (préparations, etc. ).

Comparaisons entre bio et biodynamie

Dans la Figure 9, on peut dénombrer 10 cas où la biodynamie est considérée comme supérieure au bio, 14 cas où les deux pratiques sont jugées équivalentes (i.e. sur le cercle rouge), et 3 cas où le bio est jugé supérieur à la biodynamie.

Fig. 9

Dans ces conditions, d’où provient le résultat « Generic trends are highlighted for microorganism parameters. Microorganism abundance is enhanced in biodynamic farming as compared to organic farming, with an increase in 71% of the abundance measurements. Microorganism activity is also more stimulated in biodynamic farming than in organic farming: 54% of the measurements show a positive effect [2]» ?

A partir des 423 publications retenues dans un premier temps pour participer à la méta-analyse, seulement environ cent sont sélectionnées, sur un critère insuffisamment décrit : « We read the abstracts and kept those that favoured a vision of the farming systems as a whole [3]», mais très significatif de la démarche holistique de la biodynamie (« a holistic approach to nature [4]».)  Dans quelle mesure cette sélection assez drastique influence t’elle les résultats obtenus ?

Influence de la sélection sur les résultats

Parmi les pays européens, la Suisse est la plus représentée (14%) au sein des études prises en compte.  Mais on se demande comment les reviewers ont pu laisser passer le commentaire « This result shows that the countries with the greatest agricultural production and those proposing the highest number of study sites overlapped [5]» : la SAU de la Suisse est de 1.0 millions d’hectares, quand celles de la France et de l’Allemagne sont de 27.8 et 16.7 Mhas, respectivement, en 2016.

S’agissant des études conduites en Suisse, on notera le poids et la référence explicite dans le texte au dispositif pluriannuel « DOK-trial » (Mäder et al., 2002, https://doi.org/10.1126/science.1071148[6] ).  Les résultats de ce dispositif ont déjà fait l’objet de commentaires [7], notamment  sur le fait que nombre de critères ne sont l’objet que d’une année de mesure (et un seul lieu).   

Conclusion

En synthèse, nous reprendrons une des conclusions des auteurs : « Data on biodynamic farming and organic farming need to be consolidated. Certain practices like reduced tillage or organic fertilisation can explain the positive global impact of biodynamic farming on the soil ecological quality. However, the effects of other, harder to investigate practices—especially biodynamic preparations, the farmer’s technicity, or the influence of the application date—still remain to be demonstrated [8] ».

Patrick Vincourt
Ancien directeur de recherche (INRAE) en génétique et amélioration des plantes

Pour citer cette publication : Patrick Vincourt  Commentaires sur l’article « Impact of farming systems on soil ecological quality: a meta‑analysis » , AgriGenre, mai 2022. 
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/8829

Notes :

[1] Voir aussi « In a meta-analysis, one article is not used as a parameter to support a hypothesis. It is not a method for counting positives or negatives (simple ‘vote counting’), the studies have weights assigned to them, which vary according to their variance and sample number. Studies with very high deviations or low sample numbers have less weight, generating a statistically reliable result (Fagard et al., 1996; Glass, 1976; Lovatto et al., 2007), as explained in the methodology. » (https://doi.org/10.1016/j.scitotenv.2021.147517)

[2] Proposition de traduction : « Des tendances génériques sont soulignées pour les paramètres associés aux microorganismes. L’abondance des microorganismes est améliorée dans le système d’exploitation biodynamique, en comparaison au système organique (« bio », NDLR), avec une augmentation de 71% des mesures d’abondance. L’activité des microorganismes est également davantage stimulée par le système biodynamique : 54% des mesures montrent un effet positif. »

[3] Proposition de traduction : « Nous avons lu les résumés et conservé ceux qui favorisaient la vision des systèmes d’exploitation comme un tout ».

[4] Proposition de traduction : « une approche holistique de la nature ».

[5] Proposition de traduction : « Ce résultat montre que les pays avec la production agricole la plus importante et ceux proposant le plus grand nombre de sites d’étude se recouvrent ».

[6] Voir aussi la description complète du dispositif DOK à https://www.science.org/action/downloadSupplement?doi=10.1126%2Fscience.1071148&file=maedersuppl.pdf

[7] https://twitter.com/PVincourt/status/1165989875386114048

[8] Proposition de traduction : « Les données sur les systèmes biodynamique et organique (« bio », NDLR) ont besoin d’être consolidés. Certaines pratiques telles que la réduction du labour ou la fertilisation organique peut expliquer l’impact globalement positif du système biodynamique sur la qualité écologique des sols. Toutefois, les effets d’autres pratiques difficiles à analyser – particulièrement les préparations biodynamiques, la technicité de l’agriculteur ou l’influence de la date d’application – reste à démontrer. »


9 réflexions sur « Commentaires sur l’article « Impact of farming systems on soil ecological quality : a meta‑analysis » »

  1. “Certain practices like reduced tillage or organic fertilisation can explain the positive global impact of biodynamic farming on the soil ecological quality.” Incroyable que seuls les biodynamistes y aient pensé.

    Il faut que Rudolf Steiner ait été divinement inspiré, et que les autres inventeurs de pratiques nouvelles ne l’aient été que faiblement, cela explique qu’ils le critiquent abondamment, ils sont évidemment jaloux.

    Notons néanmoins que ces explications ne sont pas en elles-mêmes prouvées, elles ne sont que des hypothèses, et qu’il est possible que les pratiques plus difficiles à évaluer soient simplement la cause effective des bons résultats, et que la jalousie alliée à l’étroitesse de vue des matérialistes ordinaires soit la raison pour laquelle on n’en fait que péniblement l’hypothèse au fond tout aussi valable que la précédente.

    Car que cela soit plus difficile à évaluer ne change rien, puisque de toute façon même les hypothèses les plus soumises au rationalisme ordinaire n’ont pas été vérifiées ! Mais il reste consternant que si elles suffisent à expliquer la supériorité des sols seul Steiner en ait eu l’idée, si c’est tellement simple ! En ce cas, si Steiner n’était pas si génial, que penser de ses détracteurs qui n’ont pas même pensé à cela !

    J’ajoute que the organic fertilization est précisément en relation avec l’idée centrale de la biodynamie, que le cycle du vivant doit être maximalement autonome et protégé de tout intrant extérieur, non vivant en soi, et que c’est ainsi notamment qu’on rend les sols plus vivants à terme. C’est précisément, aussi, ce qui a été contesté par le matérialisme ordinaire, qui ne faisait pas de différence entre un fertilisant biologique et un fertilisant obtenu par électrolyse.

    J’ai aussi présidé cinq ans une association d’agriculture biodynamique en Haute-Savoie et je suis docteur en littérature.

    [ Rémi Mogenet, anthroposophe, enseignant de collège en littérature ]

    1. Bonjour Rémi l’anthroposophe.

      Non, non, “la réduction du travail au sol ou la fertilisation organique pour une meilleurs qualité écologique des sols”, Steiner n’est pas le seul à y avoir pensé.

      La nature fonctionne déjà comme ça. Dis comme ça, c’est bête, mais moins que votre affirmation d’une “inspiration divine ” du prophète Steiner. Ça c’est d’une.

      De deux, la permaculture qui insiste sur les mêmes critères de fertilisation organique et de réduction du travail du sol, est antérieure d’au minimum 10 ans à la biodynamie.

      Donc bon, rien de nouveau avec la biodynamie si ce n’est ses pratiques occultistes. Et Steiner n’est pas si génial que ça. Il est dans l’air du temps.

      Vous écrivez ensuite :

      “Notons néanmoins que ces explications ne sont pas en elles-mêmes prouvées, elles ne sont que des hypothèses, et qu’il est possible que les pratiques plus difficiles à évaluer soient simplement la cause effective des bons résultats, et que la jalousie alliée à l’étroitesse de vue des matérialistes ordinaires soit la raison pour laquelle on n’en fait que péniblement l’hypothèse au fond tout aussi valable que la précédente.”

      Et ce que vous nous proposez là, avec votre spéculation spécieuse, c’est pas une hypothèse ? Une hypothèse d’hypothèse ? C’est votre fibre littéraire qui vous incite à faire dans le comique de situation ?

      Ça prouve surtout que cette “méta-analyse” ne prouve rien, sinon, il n’y aurait pas de place pour le genre de fantasme que vous échafaudez.

      “Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point”, mais vos constructions marivaldiennes agricolo-scientifiques de jaloux et de mal-aimés ne sont pas très sérieuses.

      Enfin, l’agriculture est une pratique non naturelle, puisqu’il s’agit d’une domestication d’une espace par l’humain. Dès lors, des intrants extérieurs, il n’y a que ça. Et même dans la méthode steinerienne.
      On entend toujours, dans les formations en biodynamie, parler de saupoudrage de mercure et de plomb. Voilà des exemples d’intrants extérieurs et qui sont en outre très dangereux pour la santé.

      Conclusion :
      Verba argentum nec silentia aurum.

      1. Ouh là c’est profond. Tiré d’un atelier de menuiserie transcendantale ? Dommage que les fainéants de la permaculture n’aient rien répandu et que seuls les biodynamistes aient eu l’énergie de faire ce qui paraît tout naturel à faire maintenant que par jalousie et médiocrité honteuse on veuille minimiser l’apport de Steiner. Mais ce n’est pas grave, il ne l’a pas fait pour lui, il l’a fait pour les autres, c’est comme Jésus qui n’aurait rien apporté de plus que Bouddha.

        1. Bonjour, comparer Steiner à Jesus ou Bouddha il fallait oser.

          Les lecteurs auront donc ici la certitude que vous êtes bien dans la croyance sans possibilité de remise en question aucune.

          La biodynamie ne fait pas mieux que le bio pour un tas de paramètres agronomiques.

          Le rendement de la biodynamie n’est pas bon.

          Personne ne vous empêche de rester dans vos croyances, mais ne les travestissez pas derrière votre idée de la science.

          Libre à vous de croire aux ondines, gnomes ou salamandres comme vous le tweetez si bien, mais la science ce n’est pas un roman d’heroic fantasy, c’est un outil pour mesurer la réalité, ce n’est pas une pensée romantique de la nature comme vous pouvez le penser.

          Les gens ne sont pas dupes.

          1. De vos croyances matérialistes présentées comme de la science, non, bien sûr, ils ne sont pas dupes.

            Je préfère présenter Steiner comme Jésus que comme Auguste Comte ou Condorcet, je pense que la qualité de vision est plus proche.

        2. On a une méta-analyse faite par des chercheurs, on a un commentaire de celle-ci par un ancien directeur de recherche à l’Inrae, et on a un M. Mogenet, anthroposophe, enseignant de collège, qui pleurniche.

          Vous qui parlez de médiocrité, vous devriez vous relire.

          Quant à Bouddha, selon les affabulations de Steiner, il apparut sous la forme d’une nuée céleste aux bergers. C’est pas une méta-analyse des évangiles qu’il a faite. Je pense plutôt que le papier bible, il l’a fumé, et il a pris un billet d’avion direction Zion.

          1. Ces considérations sur Steiner sont tellement scientifiques !

            Je suis docteur en littérature spécialiste de la poésie romantique évoquant les êtres élémentaires, et même de la science romantique évoquant ces êtres, et j’ai dirigé cinq ans une association d’agriculture biodynamique.

            L’hypothèse de M. Vincourt n’est qu’une hypothèse marquée au coin de la bienséance classique et qui ne tient pas, car la biodynamie ne doit évidemment à rien d’autre qu’à la biodynamie son succès, si elle le devait à autre chose cette autre chose aurait son succès.

            1. Il ne suffit pas d’affirmer que la biodynamie est un succès pour qu’elle soit réellement un succès.

              Les faits sont têtus : 5500 fermes biodynamiques dans le monde selon Demeter International, je n’appelle pas ça un succès.

              En France, plus de la moitié des entreprises certifiées biodynamiques sont dans le domaine viticole. Quand on sait que le jugement de la qualité des vins est fortement subjectif, soumis à l’effet de mode et au lobbying via le marketing, il n’y a pas de quoi se réjouir. Car, par définition, les modes passent.

              D’autant plus que la biodynamie sert à spiritualiser la nourriture selon Steiner, vraiment, on ne peut pas parler de succès.

              Certes la biodynamie à ses particularités qu’elle ne doit à personne d’autre si ce n’est à la biodynamie. La sophistique anthroposophique est friande lapalissade.

              Enfin, comme le rappelle cette étude : ” les effets d’autres pratiques difficiles à analyser – particulièrement les préparations biodynamiques, la technicité de l’agriculteur ou l’influence de la date d’application – reste à démontrer.”

              Il n’est donc pas prudent (bien au contraire) d’utiliser cet étude pour démontrer la qualité de la biodynamie… puisqu’elle ne la démontre pas de l’avis même des auteurs de l’étude.

              Après, Rémi, vous pouvez être contre l’avis des auteurs de cette étude. Mais enfin, bonjour la cohérence…

            2. Rémi

              Vous vous rendez compte que vous êtes un littéraire de collège qui n’a ni les diplômes ni l’expérience ni les publications ni l’évaluation de pairs d’un directeur de recherche de l’Inrae ? Vous êtes aussi un auto spécialiste en physique quantique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.