Rapport de genre et rapport à l’animal : le reflet d’un rapport au politique ?

Depuis dix millénaires, humains et animaux partagent leur vie. La domestication a conduit à des rapports sociaux et de gestion des animaux, à la formation de communautés d’éleveur.euse.s et au développement de modes de connaissances dans des cadres de référence acquérant une légitimité.

Entre science politique et études rurales, cette recherche propose d’interroger le rapport au politique des agriculteur.rices en France, et précisément des éleveur.euse.s de chevaux de trait, à travers les questions des rapports de genre et à l’animal.

Femme guidant un cheval et homme désherbant du maïs
avec une charrue, à Malbosc, été 1961.
(Photo Denise Cazeles)

D’une part, le cheval de trait connaît en France une histoire bien particulière. D’abord élevé à des fins militaires, puis en animal de labeur et enfin pour sa chair, le cheval de trait en France est aujourd’hui principalement un animal de loisir. Reconnu comme filière agricole depuis 2004, l’élevage équin connaît la féminisation la plus importante du secteur agricole entre 2005 et 2015. En effet, 44% des chef.fe.s d’exploitation dans le secteur équin sont des femmes, et le salariat féminin dans l’élevage équin voit une augmentation de 29% entre 2005 et 2015 (IFCE).

D’autre part, le rapport au politique se définit comme proximité plus ou moins forte avec une définition particulière de l’ordre social et d’une mise en œuvre de moyens d’action associés pour que cette conception règne (Dequesne, 2019 ; 2021). Ainsi, il semblerait que les individu.e.s cherchent à faire entrer en cohérence leurs valeurs, représentations, et pratiques, ce qui témoignerait d’un certain ordre social soutenu (Dequesne, 2021).

Aussi, les rôles assignés aux genres sont socialement construits. Ils s’inscrivent dans des relations sociales et de pouvoir, où le masculin domine.

La féminisation des emplois agricoles
dans la filière équine,
Equi-ressources, IFCE, Emploi – Mars 2018

Étudier les rapports de genre dans le milieu agricole met en lumière la place que les hommes attribuent aux femmes dans l’exploitation agricole et dans la famille, les connaissances, compétences et fonctions qui leur sont accordés et celles dont elles se saisissent. Les rapports de genre renseignent sur la perception des différences et des inégalités ainsi que sur les valeurs portées, donc sur l’ordre social promu et sur le rapport au politique de l’individu.e. Il s’agit donc d’interroger en quoi le rapport à l’animal et les rapports de genre traduisent-ils un certain rapport au politique ?

Agricultrice, un travail pluriel mais invisibilisé

Les méthodes d’élevage et plus largement les modes de vie des agricultrices françaises sont en constante transformation depuis la seconde moitié du XXème siècle (Salmona, 2003). L’intensification et la restructuration des exploitations au début des années 1960 a bouleversé le rôle de l’éleveuse. Elle qui travaillait à la fois à la production, à la gestion, à la transformation et à la commercialisation des produits de l’élevage tout en cumulant les tâches domestiques, s’est retrouvée avec la taylorisation de l’agriculture – division, mécanisation et industrialisation du travail agricole -, inscrite « dans des espaces précis et dans des temps clôturés » (Gaudemar, 1979). De fait, une répartition genrée des tâches s’est instituée et renforcée avec la mécanisation, reléguant l’éleveuse aux services et aux soins ainsi qu’aux espaces intérieurs (Rasplus, 2020).

De plus, les lois d’orientation agricole ont maintenu le soutien aux exploitations familiales, traditionnellement dirigées par le chef de famille, compris comme le père (Guétat-Bernard, 2015 ; Mendras, 1955). D’après Christine Delphy, la domination maritale et au travail par le père ou mari, chef de famille et d’exploitation, engendre une oppression des femmes agricultrices (Delphy, 2001). En outre, la cohabitation entre parents et enfants devenu.e.s adultes renforcent cette oppression et crée des abus de pouvoir par des conflits intergénérationnels inter et intra genre autour de la place et du travail occupés par la belle-fille (Salmona, 2003).

Aussi, l’importance économique et sociale grandissante des femmes s’est réfléchie dans les médias et les représentations, et a ainsi amorcé des mutations pour les agricultrices (Lynch, 2013). Les lois sur la famille de 1970 remplacent « le chef de famille » par « l’autorité parentale conjointe », et la loi d’orientation agricole de 1980 accorde aux femmes le statut de « conjointe collaboratrice ou co-exploitante ». Si ces évolutions sont une certaine avancée vers l’égalité, elles ont pour conséquence la cessation des activités extérieures à la ferme et la confrontation de la femme à un choix entre travail professionnel et domestique. Il en résulte culpabilité, prise de risque, violence et douleur à quoi les éleveuses répondent par des stratégies de détournement et contournement (Salmona, 1982). En outre, les activités de care – travail de soin visant au bien-être, non rémunéré et essentiel, d’une part reproductif tel que le soin des enfants, les travaux ménagers… d’autre part, les tâches administratives et invisibilisées – ont longtemps été discréditées par les hommes. Ce mépris pour leur travail a été intégré par les femmes au point de disqualifier leurs propres tâches même s’il s’agit d’un travail primordial tel que la gestion et l’archivage. Ainsi, les agricultrices ont défendu l’agriculture familiale à condition d’obtenir l’égalité en droit et en statut, pointant l’individualisme masculin du monde agricole. Elles ont proposé une valorisation des activités du care et leur partage avec les hommes (Pulcini, 2012). Dans une approche à la fois radicale et progressiste, des agricultrices cherchent à renverser le système de valeurs et se tournent vers des modèles plus originaux et sociétaires (Guétat-Bernard, 2915) qui, certes questionnent l’agriculture familiale, mais surtout constituent une remise en cause de l’ordre social.

Par ailleurs, l’une des transformations des modes de vie des agriculteur.rice.s est la profession en couple. Les exploitations familiales et maritales connaissent une forte diminution au profit des exploitations où seul.e le.a chef.fe de famille est actif agricole, transformant l’organisation du travail, les modes d’insertion socioprofessionnels et l’engagement (Purseigle & Hervieu, 2013). Depuis 1990, l’hétérogamie s’étend : trois quarts des ménages agricoles sont en fait mixtes (INSEE, 2020), avec généralement l’épouse qui travaille dans un secteur extérieur à l’agriculture assurant la longévité des petites exploitations (Salmona, 2003) par une coopération financière, souvent co-empruntrice des emprunts de l’exploitation. Néanmoins, nombreuses sont celles qui, en plus de leur emploi, constituent une main d’œuvre agricole au sein de l’exploitation maritale (Bessière, 2010). De plus, si le marché conjugal a longtemps été difficile d’accès pour les agriculteurs, « le prolongement général des scolarités, la diversification des parcours professionnels pré-installatoires et les transformations des sociabilités juvéniles » ont augmenté leur valeur sociale globale sur ce marché (Bessière, Bruneau, & Laferté, 2014).

Ainsi, la division genrée des tâches et le manque de reconnaissance du travail des femmes en agriculture reflète d’abord une non-prise en compte de celles-ci, qui s’inscrit ensuite plus globalement dans un patriarcat intégral. La relégation de la femme à certains espaces et rôles, notamment celui de la mère nourricière, entre en opposition frontale avec les revendications progressistes des agricultrices et des éleveuses. De fait, l’inclusion ou non des femmes et de quelles manières cette inclusion est mise en œuvre, traduit une conception de l’ordre social et des places que peuvent y occuper les différents genres. Cela s’inscrit dans une cohérence plus large de valeurs, et donc témoigne d’un certain rapport au politique chez l’agriculteur comme chez l’agricultrice.

Stratégies de contournement : l’ouverture vers de nouvelles voies

La reproduction sociale sexuée faisant, les agricultrices n’ont pas toujours eu accès aux formations technico-scientifiques. Pour compenser, elles ont investi des stages de biologie animale et végétale, des formations en produits chimiques, et des études en gestion et comptabilité (Donzelot, 1977) qui leur ont permis d’affirmer leur place et de prendre du pouvoir au sein de l’exploitation (Salmona, 2003). Progressivement, les écoles d’agriculture et d’agronomie leur ont été ouvertes, elles ont également acquis des compétences informatiques et se sont formées aux techniques de négociations. Précurseuses, les agricultrices ont préféré la coopération, la solidarité et le circuit-court dans une approche pédagogique et culturelle, et dans une démarche systémique, plaçant l’agriculture comme créatrice de lien social (Guétat-Bernard, 2015). Aussi, les agricultrices les plus diplômées ont importé et innové en matière de pratiques notamment commerciales, inspirées du salariat, afin de distinguer les sphères privée et professionnelle (Giraud, 2012). Cette stratégie de contournement leur permet de trouver un équilibre et d’éviter le choix ultime entre travail professionnel et domestique.

Par ailleurs, les stratégies de contournement concernent également le vote et le militantisme. Les agricultrices ont tendance à mettre en place ces stratégies lorsque leurs connaissances, compétences et préoccupations sont dénigrées par les dominants. Ainsi, les agricultrices prennent moins part que leurs conjoints aux activités décisionnelles et syndicales (Guétat-Bernard & Pionetti, 2014) et s’en remettent à eux pour voter (Agrikoliansky, 2014). Il en résulte un engagement moins explicite mais plus existentiel, plus proche de leur réalité : famille, animaux, terroir. Plus isolées par l’emménagement traditionnel chez la famille du conjoint, les agricultrices créent de la solidarité locale, avec les voisines, autour de la préservation du territoire et d’une réflexion politique sur le patrimoine (Salmona, 2003). D’ailleurs, l’arrivée des néorurales a été marquée par leur engagement associatif et dans les instances municipales en faveur du développement local, contre le chômage et l’ensauvagement des terres agricoles mais aussi par l’importation de « nouvelles formes de relations de couple, de relations avec les enfants, de pratiques d’accouchement et de pratiques culturelles. » (Salmona, 2003), renforçant l’engagement des éleveuses héritières.

En outre, l’exclusion des femmes des formations techno-scientifiques et la valorisation de leurs connaissances en care leur ont permis de développer une réflexion critique sur l’élevage et de s’engager pour améliorer le bien-être animal (Porcher, 2002a ; Salmona, 2003). Percevant la nature comme à panser, elles introduisent des pratiques d’élevage plus douces qui s’inscrivent dans la lignée de la maternité, et évitent la violence contrairement aux tendances masculines :

En effet, plus que les hommes, les éleveuses utilisent fréquemment avec les bêtes des pratiques qui relèvent de métis [intelligence rusée] : plutôt que d’obliger les bêtes à accepter certains médicaments ou certains soins, ce qui implique une certaine violence, elles jouent avec la bête comme on joue avec un enfant pour lui faire accepter les soins douloureux
(Salmona, 1978 in Salmona, 2003)

Les capacités d’observation du vivant ne dépendent bien sûr pas du sexe mais plutôt de l’agriculture pratiquée, et une dimension émotionnelle ainsi qu’une implication personnelle semblent plus forte chez les éleveuses qui d’ailleurs témoignent d’une responsabilité particulière envers le vivant (Guétat-Bernard & Pionetti, 2014). L’attachement à leurs animaux et l’affect sont proéminents dans les discours des éleveuses ; en tant que femmes, elles sont socialisées à employer ces notions et à manifester leurs émotions. Aussi, avec la ménopause, le départ des enfants, et les occupations syndicales et administratives du conjoint (Salmona, 1994), l’éleveuse porte d’autant plus d’attention et d’attachement à ses animaux, notamment aux femelles reproductrices auxquelles elle s’identifie et dont elle peine à se séparer autrement que par la mort (Salmona, 1999).

(Photo Irina Kajdakowska)

Cette approche par le care leur a valu un rapport aux animaux distinct de celui des hommes et un engagement contre la destruction, par les politiques de développement et d’aménagement. Cet engagement s’analyse également comme réponse à la violence subie, par la rudesse du métier, l’individualisme masculin du milieu, et le patriarcat prégnant, dans une volonté des opprimées de ne pas devenir à leur tour l’oppresseur. Pour contrebalancer la violence quotidienne, les dures conditions de travail, les blessures et salissures, les femmes mettent en place des stratégies de contournement et d’évitement en passant notamment par les méthodes douces d’élevage. La mise à mal, par les pratiques d’élevage, de la féminité valorisée par le patriarcat – être propre, soignée, bien habillée et mise en valeur – conduit les femmes à mal vivre leur rapport au corps et à adopter des vêtements et des positions autres pour s’épargner autant que possible blessures et salissement des parties du corps porteuses de la féminité (Guétat-Bernard, 2015 ; Salmona, 2003). En s’opposant à la violence et en adoptant des stratégies de contournement, l’éleveuse cherche à préserver son intégrité ; concernant le refus de la violence à l’encontre des animaux, les femmes protègent leur dignité et celle de leurs bêtes, dans « un acte politique qui vise « à célébrer la vie » » (Dejours in Porcher & Barrau, 2019).

Le rapport à l’animal, un rapport à l’altérité qui traduit un vivre-ensemble particulier

Pourtant longtemps considérés comme des cadres de référence et accordant une légitimité, des compétences comme la « skilled vision » (Grasseni, 2007) – expertise acquise par la pratique – et des systèmes d’organisations communautaires ont progressivement été mis de côté avec les avancées de la biologie qui semble guider le rapport à l’animal (Purseigle & Hervieu, 2013) notamment avec l’avènement du capitalisme industriel et surtout depuis 1950 en France (Porcher, 2013). Les animaux d’élevage ont été réifiés et réduits à un statut de moyen de production dans un dessein capitaliste, en recherche de productivité et de profit niant de fait le lien qui unit l’éleveur.euse à son animal (Porcher, 2002a ; Porcher, 2013). Dans une finalité économique, a été installé un régime entrepreneurial qui vise à produire des reproducteurs grâce à de nouvelles techniques de sélection et de gestion : insémination artificielle et génétique quantitative. Aussi, l’élevage de chevaux de trait a connu un parcours singulier : grâce à l’élevage sélectif, leur puissance de traction a été valorisée et employée dans tous types de travaux, en agriculture, pour le transport, etc. (Jussiau et all., 1999). De plus, les compétitions d’élevage dressent une hiérarchie entre les éleveur.euse.s qui adoptent de nouvelles pratiques et identités professionnelles centrées sur leurs lignées dont l’excellence forge la notoriété de l’élevage (Lemery, 2003). L’indice génétique morphologique oriente la valeur des étalons, qui sont alors reconnus et recherchés pour la reproduction ; ils font la fierté et la réputation de leur éleveur.euse. « Les qualités intrinsèques des animaux deviennent alors objet de gestion, transformant les reproducteurs en actif productif et leur potentiel de performance transmissible à la descendance en biens d’échange. » (Labatut et all., 2011).

Après une forte baisse des naissances dans les années 1970, l’élevage de chevaux de trait est relancé par des politiques encourageant l’hippophagie qui, même si vite délaissée en raison d’un changement de conception du cheval progressivement devenu animal de loisir, concerne encore plus de 80% des chevaux de trait en 2014 (IFCE, 2015). Le développement de l’attelage de loisir et de compétition, la sauvegarde du cheval de trait comme symbole du terroir et les nouveaux usages écologistes ont pu relancer la filière (Ouédraogo & Le Neindre, 1999), s’inscrivant dans la lignée des engagements et luttes écologiques et économiques des agricultrices.

Depuis la fin des années 1970, avec la chute de l’hippophagie et le changement de statut du cheval de trait vers un animal de loisir, le rapport au cheval de trait se désindustrialise et se resentimentalise (Porcher, 2013). Cependant, les évolutions de la législation en bien-être animal, portées par les défenseur.euse.s des animaux, fait endosser aux éleveur.euse.s la responsabilité de la violence de l’élevage intrinsèque au système de production sans en renverser l’organisation (Porcher, 2013). Pourtant, les représentations et le statut de l’animal ainsi que le sens donné à la profession témoignent d’un refus de la violence de l’élevage industriel pour beaucoup d’éleveur.euse.s qui construisent leur relation à l’animal autour de la responsabilité, l’engagement et la réciprocité (Porcher, 2002a). Ainsi, les éleveur.euse.s ne sont pas tou.te.s obnubilé.e.s par la quête du profit ni la sélection génétique scientifique, et un certain retour vers l’authenticité est amorcé, soutenu par de nouvelles organisations d’éleveur.euse.s, les néo et les très diplômé.e.s qui sont d’ailleurs souvent à l’origine de nouveaux modes de vie et d’élevage (Labatut et all., 2011). L’organisation de l’élevage comme un système de production entre en contradiction avec une relation de communication (Porcher, 2002a) ; dans une recherche de cohérence, les éleveur.euse.s portent une réflexion sur le sens-même de l’élevage, centrée sur les notions de responsabilité, réciprocité et engagement, et plus largement sur la société comme vivre-ensemble (Porcher, 2013).

(Photo Mathias P.R. Reding)

Le propos de l’élevage est avant tout de « faire vivre et de vivre avec » (Porcher, 2002a). Au-delà de l’objectif économique, la relation à l’animal repose sur l’empathie, et dans une acception maussienne, sur le don, la réception et le rendu (Caillé, 2011 ; Mauss, 1923), inscrivant alors l’animal dans un « espace symbolique de transmission » (Porcher, 2002a). Le don originel est celui de la vie : l’éleveur.euse fait naître, dans un travail de génétique préalable, puis oriente l’animal vers ce dont sera constituée sa vie, et dans certains cas, donne aussi la mort. Plus rare dans l’élevage équin, la mort peut également être ici perçue comme symbolique, assimilée à la séparation par la vente par exemple. L’acte de mort ou de séparation est un « don » ultime qui n’appelle à aucun rendu, et de ce fait infériorise celui qui l’accepte (Mauss, 1923); ici à la fois l’animal, qui n’a pas de possibilité de réponse, et l’éleveur.euse qui consent à ce système, qui amène à la mort ou qui vend son animal, le livrant à incertitude. Des justifications sont apportées et la mort désacralisée dans un but de recherche de sens, de protection de l’intégrité et dans un besoin de cohérence. Aussi, le don de la vie engage le cheval dans le contre-don qui se concrétise dans le « travailler animal », compris comme « l’investissement subjectif des animaux dans l’activité » (Porcher & Barrau, 2019), ce qui se trouve être particulièrement pertinent dans le cas du cheval. Le travail avec le cheval dans le cadre de l’élevage de chevaux de trait, consiste d’abord à son débourrage puis dans l’apprentissage de compétences qui apporteront une valeur ajoutée à la lignée : la force physique, la confiance en l’être humain, la docilité, etc. Ce travail quotidien requiert une attention particulière à l’animal mais aussi à soi-même, et fait ainsi apparaître des registres de sensibilité (Dejours, 2003). En effet, le travail avec le cheval mobilise la sensorialité et l’affect de l’éleveur.euse mais aussi du cheval stimulé par l’ouïe, le toucher et la gratitude (Porcher, 2002a ; Porcher & Barrau, 2019 ; Salmona, 1994 ; Dejours, 2003), qualités plutôt attribuées à la femme dans la société hétéronormée.

De plus, la relation affectueuse qui se tisse entre l’éleveur.euse et le cheval créé une dépendance affective importante dans le processus identitaire allant jusqu’à l’identification de l’éleveur.euse à ses chevaux (Guétat-Bernard & Pionetti, 2014 ; Strau, 1935), d’autant plus en cas de souffrance (Caillé, 2003). L’animal occupe une place dans l’identité de l’éleveur.euse qui se décrit comme « né.e dans », « élevé.e dans », ce qui révèle un attachement intime, intériorisé et remontant à l’enfance (Salmona, 1994 ; Soriano, 1985 ; Porcher, 2002b). Les animaux jouissent d’une individualité, d’un nom, et sont aimés (Caillé, 2003). Le don de la vie par l’éleveur.euse l’engage pour toute une période si ce n’est la vie, à protéger, nourrir et soigner l’animal, dans un devoir moral envers celui-ci, envers le corps de métier et les pairs, et envers l’éleveur.euse même (Porcher, 2002a). La responsabilité, la projection, l’investissement affectif et la dimension morale et communautaire que les éleveur.euse.s portent à leurs chevaux sont assimilables à celles portées à leur famille (Porcher, 2002a). D’ailleurs, ce sentiment est partagé au sein du couple, et développé dans une approche globale du vivant (Guétat-Bernard & Pionetti, 2014), plus proche du sentiment de responsabilité que de celui de domination (Porcher, 2002b). Enfin, l’animal et la relation entretenue avec celui-ci ont des effets sur le bien-être physique et psychique des éleveur.euse.s, et en les ramenant à leur finitude (Porcher, 2002b), les enjoints à trouver du sens. Cette recherche de sens se déploie dans la relation de don et de contre-don, et donc dans l’engagement envers l’animal mais aussi envers soi-même. En ce sens, la relation entre l’éleveur.euse et l’animal reflète une conception de l’altérité, donc d’un certain ordre social et ainsi d’un rapport au politique.

( Photo Ana Arh )

Malgré la reconnaissance du statut professionnel d’agricultrice, la médiatisation des actions des agriculteur.rice.s a toujours tendance à présenter les femmes au sein des exploitations dans un rôle d’épouse inquiète et de mère au foyer. Cette association d’idées a limité les soutiens aux innovations des agricultrices, et met bien en exergue la construction dichotomique des rapports de genre autour de la notion de travail (Guétat-Bernard, 2015).

L’animal est fondamental dans la vie des éleveur.euse.s : vivant et dépendant d’elleux, mais aussi outil et produit de leur travail. Le rapport à l’animal diffère selon l’espèce, le type d’élevage, le niveau d’intégration dans la filière. La relation de l’être humain au cheval, considéré comme « la plus noble conquête de l’homme »(Buffon, 1749 ; expression devenue adage dans le milieu équestre), et dont l’élevage le destine plutôt au loisir qu’à la viande, reflète donc des rapports singuliers. Ainsi, le rapport à l’animal est significatif d’une conception des relations au vivant, à l’autre, des rapports de production et de ce fait d’un ordre social. En cela, le rapport aux animaux renseigne sur le rapport au politique des éleveur.euse.s. Les pratiques d’élevage des chevaux de trait, entre animaux de loisir et compagnons de labeur, traduisent un rapport au travail, aux animaux et ainsi à l’autre. Ces différents rapports sont des marqueurs d’identités en mouvement, et de conceptions de l’ordre social traduites par un rapport au politique. L’altérité étant au fondement de l’identité et de la vie en société, le rapport à l’autre qu’entretiennent les éleveur.euse.s éclaire donc sur la conception du vivre ensemble, et ainsi du rapport au politique.

Si le rapport des femmes à la nature et au vivant s’inscrit dans une division genrée des ressources économiques et du travail, la domination des hommes sur les femmes et sur son élevage est telle que sexisme et spécisme forment un registre d’exclusion (Singer, 1975). Ainsi, la différenciation entre dominant et dominé.e.s produit des rapports distincts au vivant et alors au politique.

Angèle Dequesne
Masterante en Développement Agricole & Politiques Économiques et en Science Politique

Pour citer cette publication : Angèle Dequesne, Rapport de genre et rapport à l’animal : le reflet d’un rapport au politique ? , AgriGenre, mars 2022. 
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/5096 

Bibliographie

Agrikoliansky, É., « La politisation ordinaire d’une population extra-ordinaire : les électeurs des « beaux quartiers » en campagne électorale (2006-2008) » , Politix, 2(2), 2014, p. 135-157 

Bessière, C. , De génération en génération. Arrangements de famille dans les entreprises viticoles de Cognac, Paris : Raisons d’agir, 2020, 217 p.

Bessière, C., Bruneau, I., & Laferté, G., « Introduction. Les agriculteurs dans la France contemporaine » , Presses de Science Po, Sociétés contemporaines, 96, 2014, p.14

Buffon, G.L.L, Histoire Naturelle, générale et particulière, avec la description du Cabinet du Roy, Paris, Imprimerie Royale, 1749-1804.

Caillé, A., « Préface. (Re)vivre avec les animaux », in PORCHER, J., (dir.), Vivre avec les animaux : une utopie pour le XXIe siècle, Paris, La Découverte, « TAP / Bibliothèque du MAUSS », 2011, p. 9-14

Dejours, Ch., Le Corps d’abord, Paris, Payot, 2003, 213 p.

Delphy, C., L’ennemi principal. Penser le genre, Paris, Syllepse, 2001, 390 p.

Dequesne, A., « Le rapport au politique des étudiant.e.s issu.e.s de l’immigration en banlieue parisienne » , Mémoire de science politique, dir. Fabrice Hamelin, Université Paris-Est Créteil, 2019, 100p.

Dequesne, A., « Le rapport au politique des agriculteur.rice.s : observation participante auprès d’éleveur.euse.s de chevaux de trait en France » , Mémoire de science politique, dir. Lorenzo Barrault-Stella, Université Paris Lumière, Volume 1 « Cadre théorique et réflexion méthodologique » , 2021, 120p.

Donzelot, J., La police des familles, Paris, Minuit, 1977, 224 p.

Gaudemar (de), J.-P., La mobilisation générale, Champ urbain, 1979, 286 p.

Giraud, C., « Le célibat des agriculteurs : unité et diversité », Déméter 2013, 2012, p. 297-316

Gasseni, C., « Managing cows: An ethnography of breeding practices and uses of reproductive technology in contemporary dairy farming in Lombardy (Italy) » , Studies in History and Philosophy of Biological and Biomedical Sciences, 38, 2007, p. 488-510

Guétat-Bernard, H., & Pionetti, C., « Genre et rapport au vivant dans l’agriculture française » , Pour, 2(2), 2014, p. 201-212

Guétat-Bernard, H., « Travail des femmes et rapport de genre dans les agricultures familiales : analyse des similitudes entre la France et le Cameroun » , Revue Tiers Monde, 221(1), 2015, p. 89-106

Institut Français du Cheval et de l’Equitation, « Les chiffres sur la viande chevaline » , Equipedia, 2015.

INSEE, « Revenus des ménages agricoles : une affaire de famille », Agreste Études Nouvelle-Aquitaine, n°15, 2020, 4 p.

Jussiau, R., Montméas, L., & Parot, J.-C., L’élevage en France 10 000 ans d’histoire, Educagri Editions, 1999, 539 p.

Labatut, J., Aggeri, F., Bibé, B., & Girard, N., « Construire l’animal sélectionnable: Des régimes de sélection et de leurs transformations » , Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 5, 2(2), 2011, p. 302-336

Lemery, B., « Les agriculteurs dans la fabrique d’une nouvelle agriculture » , Sociologie du travail, 45, 2003, p. 9-25

Le Tacon, J.-L.,  « Cochon qui s’en dédit, film. Éleveur sans terre, cinématographie d’un élevage industriel porcin » , Thèse de 3e cycle de cinématographie, ROUCH, J., (dir.), Université Paris X-Nanterre, 1978.

Lynch, É. « Détruire pour exister : les grèves du lait en France (1964, 1972 et 2009) » , Politix, 103(3), 2013, p. 99-124 

Mauss, M., Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, PUF, coll. « Quadrige Grands textes », (1923) 2007, 248 p.

Mendras, H., « Les organisations agricoles et la politique » , Revue française de science politique, 5, 4, 1955, p. 736-760

Ouédraogo, A. P., & Le Neindre, P., L’homme et l’animal: un débat de société, Éditions Quae, 1999, 218 p.

Porcher, J., « L’esprit du don: archaïsme ou modernité de l’élevage: Éléments pour une réflexion sur la place des animaux d’élevage dans le lien social » , Revue du MAUSS, 2(2), 2002a, p. 245-262

Porcher J., « « Tu fais trop de sentiment », « Bien-être animal » , répression de l’affectivité, souffrance des éleveurs », Travailler, 2(2), 2002b, p. 111-134

Porcher, J., « Chapitre 4. Faire société avec les animaux ? », Journal International de Bioéthique, 1(1), 2013, 55-63

Porcher, J., & Barrau, S., « Le débourrage des jeunes chevaux. Un terrain inattendu pour la psychodynamique du travail ? » , Travailler, 1(1), 2019, p. 153-169

Pulcini, E., « Donner le care », Revue du Mauss, « Que donnent les femmes ? » , n° 39, 2012, p. 49-66

Purseigle, F., & Hervieu, B. , Sociologies des mondes agricoles, Paris, Armand Colin, 2013, 320 p.

Rasplus, V., « Rapport des paysannes au champ technique sur leurs exploitations » ,  AgriGenre, avril 2020.

Salmona, M., « Putain, petite fille rebelle ou bois dormant ». Pénélope. Pour l’histoire des femmes, « Femme et terre » , 1982, n° 7, automne

Salmona, M.,  Souffrances et résistances des paysans Français, Paris, L’Harmattan, 1994, 254 p.

Salmona, M,  « Évaluation d’une action de formation au maniement du magnétoscopage avec des agricultrices bretonnes adhérentes de la Confédération paysanne» , Rapport pour l’ONG Femmes et changements, 1999.

Salmona, M., « Des paysannes en France : violences, ruses et résistances » , Cahiers du Genre, 35(2), 2003, p. 117-140

Singer, P., Animal Liberation: A New Ethics for Our Treatment of Animals, USA, HarperCollins, (1975) 2ème éd. 2009, 311 p.

Soriano, V., Choisir et réussir son élevage ou le roman de la technique et de la passion, Dger, Cfppa Le Rheu, 1985. 

Straus, E., Du sens des sens, Éditions Jérôme Million, (1935) réed. (2000), 480 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.