Permaculteur et permacultrice, entre pratique et soin de la terre

La permaculture (agriculture permanente, culture permanente) est à la fois une pratique et une manière de prendre soin de la terre (earth care), des humains et des non-humains dans un environnement commun. Loin d’être un modèle unique, il conviendrait mieux de parler de permacultures au pluriel et de pratiques permaculturelles.

Laura Centemeri, sociologue de l’environnement (CNRS-EHESS), nous fait parcourir, dans son petit ouvrage La permaculture ou l’art de réhabiter (Quae, 2019), une histoire des permacultures à travers le temps et les continents.

Mouvement environnementaliste transnational, sans structure centrale ni leader (même s’il existe quelques “perma-stars”), non dénué de cultures politiques (plutôt orientées écologie sociale, anarchisme, écoféminisme, etc.) et de spiritualité (sans orientations spécifiques), les permacultures se pensent comme « une communauté de praticiens et praticiennes engagés dans l’élaboration et l’expérimentation de solutions techniques […] aux problèmes soulevés par la crise écologique ». On en viendra à parler de “permaculture sociale” et de “permaculture humaine”.

Historiquement, l’origine de la permaculture remonte à la décennie 1910, dans le milieu universitaire des États-Unis, à l’initiative de deux agronomes, Cyril Hopkins et Franklin Hiram King, préoccupés par des problèmes pédologiques.

Ils s’interrogent sur les capacités du système agricole dominant à « maintenir la fertilité des sols, tout en garantissant une production suffisante pour nourrir des populations très nombreuses ».

Franklin Hiram King, Farmers of Forty Centuries,
or Permanent Agriculture in China, Korea and Japan,
1911

Laura Centemeri retrouve trace de la permaculture à la fin des années vingt dans le domaine agroforestier, mais c’est finalement en Tasmanie, dans les années soixante-dix, que la permaculture prendra véritablement son essor.

Un de ses principaux objectifs consistait à « minimiser les besoins d’apport d’énergie de l’extérieur tout en garantissant la régénération et la durabilité écologique du système » en s’inspirant des écosystèmes ruraux et urbains.

L’Australie deviendra une terre de réception fertile qui permettra le développement de la permaculture par de multiples groupes locaux, sur des terrains d’expérimentation comme dans des exploitations agricoles. À la même époque, un certain nombre d’acteurs, plus ou moins liés au monde académique, affineront ses dimensions sociales, culturelles, politiques et éthiques.

L’élaboration de la permaculture s’est donc réalisée dans le temps, progressivement, dans différents pays, sous l’influence d’acteurs relativement variés, sans corpus officiel mais avec une certaine vision du monde et un certain écho international : Bill Mollison, un des scientifiques les plus influents dans le domaine, reçoit, en 1981, le Right Livelihood Award (prix Nobel alternatif) pour l’ensemble de ses travaux sur la permaculture.

Le caractère mosaïque de ses conceptions, de ses pratiques et expérimentations, la «coprésence de déclinaisons différentes de permacultures » et le fait que « les permaculteurs et les permacultrices ne sont pas censés suivre une norme de vie permaculturelle qui serait la même pour tout le monde » participent à sa richesse mais n’aident pas à bien identifier ce que serait la permaculture. Un flou persiste toujours, ce qui conduit à de fréquentes controverses, tant au niveau du mouvement qu’en dehors de celui-ci.

Valéry Rasplus

Pour citer cette publication : Valéry Rasplus, " Permaculteur et permacultrice, entre pratique et soin de la terre ", AgriGenre, juillet 2021. Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/3475

[Une première version a été publiée dans la revue d’histoire naturelle Espèces, n° 35, mars 2020 ]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.