Des agriculteur.trice.s dans des sociétés agricoles hexagonales toujours dynamiques

Marie Allauzen notait dès les années 60 qu’ « il y a chaque année entre quatre et cinq cents familles d’agriculteurs qui migrent », passant d’une région à une autre pour rester agriculteur (Allauzen, 1967, p.55). Cinquante ans plus tard Hervé Le Bras remarque que « 24,5% des agriculteurs exploitants résident dans un département autre que celui de leur naissance, 34,5% des ouvriers agricoles, 30,5% des ouvriers de l’industrie alimentaire et 40% des autres ouvriers » (Le Bras, Schmitt, 2020, p.60).

Ces agriculteurs et agricultrices se retrouvent dans un espace que l’on nomme rural. Les géographes Alexandra Monot et Frank Paris ont calculé que la part des communes rurales représentaient entre 80% et 90% de l’ensemble des communes française. Dans cette étude, publiée en 2018, ils notaient également qu’entre 35% et 45% de la population française vivaient dans un espace rural (Monot et Paris, 2018, p.34).

Les sociétés agricoles hexagonales actuelles sont loin de correspondre à la représentation que Marcel Maget nous traçait en 1955 : de petites tailles, stables, plutôt homogènes, isolées, sans trop d’échanges avec l’extérieur et économiquement indépendantes (Maget, 1955).

Bien au contraire, les diverses sociétés agricoles modernes sont devenues de plus en plus interconnectées, en réseaux, à de multiples acteurs socio-économiques et structures périphériques. Indépendamment de leurs caractéristiques locales et historiques propres, les sociétés agricoles – acteurs et structures – ont su généralement évoluer, se transformer et s’adapter au bougisme du monde contemporain (Taguieff, 2001).

Des pratiques agricoles diverses

L’économie agricole s’est progressivement invitée dans une économie de marchés fortement mondialisée. La concurrence et la compétition économique devenant de plus en plus intense sur les marchés extérieurs, les politiques publiques nationales et européennes se sont engagées à soutenir les exploitations agricoles en leur accordant des subventions à l’hectare.

Cet interventionnisme politique a incité une grande partie des mondes agricoles à agrandir leurs surfaces exploitables, à intensifier leurs productions et à s’orienter vers une spécialisation de plus en plus poussée. Les petites et moyennes exploitations qui ne pouvaient pas suivre ce mouvement, faute de capitaux et de moyens, en furent souvent pour leurs frais. Ces exploitations de faibles superficies, de moindre production et spécialisation, identifiées comme paysannes, diminuèrent progressivement au profit de structures, plus importants qui ont pu être désignées comme des entreprises ou des firmes agricoles (Barthélémy, 1988 ; Purseigle et al., 2017).

A l’autre bout de l’agriculture intensive et productiviste, des agriculteurs et des agricultrices, qui avaient une autre conception de leur métier, testèrent d’autres modèles agricoles, des fois d’une manière hybride -mi conventionnelle mi alternative – afin de se passer ou de diminuer l’utilisation de produits chimiques de synthèse, comme en agriculture biologique, ou en intégrant plus fortement des connaissances issues de l’écologie, comme l’agroécologie.

Des acteurs sous tension

Au sein de cette France liée à l’agriculture, la part des actifs agricoles n’a pas cessé de diminuer au cours des ans. Le recensement de 1955 indiquait que la France métropolitaine comptait 6,2 millions d’actifs agricoles pour 2,3 millions d’exploitations. Cette tendance continuera à chuter d’années en années : 3,8 millions d’actifs agricoles en 1970, 2 millions en 1988, 1,3 millions en 2000 et 970 000 en 2010 pour 500 000 exploitations (Hérault, 2016).

Bertrand Valiorgue indique que « si la tendance de ces deux dernière décennies se poursuit, on devrait compter 250 000 exploitations agricoles à l’horizon 2030 » (Valiorgue, 2020, p. 15). Selon les données de 2019 de la MSA, le secteur agricole comptait à cette date environ 468 846 non salariés pour 704 987 salariés.

Si l’on regarde du côté de l’âge des chefs d’exploitations hommes, les moins de 30 ans sont plutôt rares. Ils deviennent majoritaires entre 40 ans et 49 ans, puis entre 50 ans et 59 ans. Ce trop faible contingent de jeunes agriculteurs risque de ne pas pouvoir compenser seuls les départs à la retraite ni les possibilités de reprises.

La situation est telle qu’aujourd’hui « les deux-tiers des exploitations concernées par des questions de succession n’ont pas de successeur connu » (Gasselin et al., 2015, p. 376). Les reprises des exploitations ne se passent plus seulement dans le cadre familial via l’héritage ou les donations. Les transmissions se réalisent également par sauts générationnels (lignées agricoles étrangères entres-elles) et entre repreneurs n’ayant aucun ascendant agriculteur connu. Encore faut-il disposer des fonds nécessaires. Quand aux enfants qui souhaitent reprendre l’exploitation familiale ils sont majoritairement masculins.

Si l’on regarde maintenant du côté de l’implication des femmes dans le domaine agricole, elles représentaient en 2016 une population d‘environ 508 000 agricultrices dont 110 000 cheffes d’exploitation, 25 000 collaboratrices et 372 000 salariées (MSA). Les derniers chiffres indiquent qu’ « en 2019, la population active non-salariée agricole féminine se compose de 107 100 cheffes et 19 300 collaboratrices d’exploitation, soit un total de près de 126 500 femmes. Elles représentent 27,1 % des non-salariés agricoles » (MSA). Enfin, la journaliste Juliette Moyer indiquait en 2020, lors d’une émission sur RCF, qu’il y aurait aujourd’hui en France entre « 5 à 6 000 femmes, filles ou sœurs d’agriculteurs à travailler sur une exploitation sans statut » .

Des données de la MSA, publiées en 2018 sur des données de 2016, indiquent que sur l’ensemble des chefs d’exploitation les femmes représentent une population de 24% contre 76% pour les hommes. Elles étaient 8 % en 1970 (Tchékémian, 2014, p. 61). L’ensemble cheffes d’exploitation, co-exploitantes et associées représenterait un pourcentage d’environ 27% (contre 73% d’hommes). Toujours pour la MSA, en 2019, « elles sont 107 100 cheffes d’exploitation ou d’entreprise agricole, soit 24,3 % des chefs, une proportion globalement stable depuis plus de dix ans. Si les femmes représentent 26 % de l’effectif des chefs d’exploitation, elles ne sont en revanche que de 5,2 % à diriger des entreprises agricoles, soit une baisse de 0,5 point sur un an » . Ces agricultrices se sont majoritairement engagées dans des petites structures. On les retrouve principalement dans les activités viticoles, ovins et caprins, maraîchage et horticulture.

Alors que 50% des femmes s’établissent comme exploitantes avant l’âge de 35 ans, ce pourcentage s’élève à 80% pour les hommes. La question de l’accès à la terre, par achat ou héritage, ne semble pas sans rapport. Selon des données publiées en 2019 par Agreste, si environ 25% des femmes s’établissent comme exploitantes après 45 ans, ce pourcentage tombe à 6% pour les hommes. Quand les hommes partent à la retraite, c’est encore bien souvent sa femme qui prend la tête de l’exploitation.

Enfin, notons que la structure de la famille agricole subit une relatif changement. Aujourd’hui « les couple composé de deux agriculteurs ne constituent pas la majorité » (Le Bras, Schmitt, 2020, p.44).

Selon des données de l’INSEE de 2014, si une agricultrice sur deux vit avec un agriculteur, seuls un agriculteur sur six vit en couple avec une agricultrice, ce qui tend à faire du métier d’agriculteur une activité individuelle et non plus strictement familiale.

Valéry Rasplus

Pour citer cette publication : Valéry Rasplus, " Des agriculteur.trice.s dans des sociétés agricoles hexagonales toujours dynamiques ", AgriGenre, avril 2021. Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/3119

Bibliographie

ALLAUZEN Marie, La paysanne française aujourd’hui, Paris, Gonthier, 1967

BARTHELEMY Denis, La naissance de l’entreprise agricole, Paris, Economica, 1988

GASSELIN Pierre, CHOISIS Jean-Philippe, PETIT Sandrine, PURSEIGLE François, ZASSER Sylvie (Coord .), L’agriculture en famille : travailler, réinventer, transmettre, EDP Sciences, 2015

HERAULT Bruno, « La population paysanne : repères historiques », Centre d’études et de prospective, Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt,  n° 11, juin 2016  

LE BRAS Hervé et SCHMITT Bernard, Métamorphose du monde rural. Agriculture et agriculteurs dans la France actuelle, Paris, Quae, 2020

MAGET Marcel,  « Remarques sur le village comme cadre de recherches anthropologiques », Bulletin de Psychologie, 8, 1955, p.373-382

MONOD Alexandra et PARIS Frank, Les espaces ruraux en France, Paris, Bréal, 2018.

PURSEIGLE François, NGUYEN Geneviève, BLANC Pierre (dir.), Le nouveau capitalisme agricole. De la ferme à la firme, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Économie politique », 2017.

TAGUIEFF Pierre-André, Résister au bougisme. Démocratie forte contre mondialisation techno-marchande, Paris, Mille et une nuits, 2001

TCHEKEMIAN Anthony, « Etre agricultrice au XXIème siècle. La reconnaissance du statut agricole », Etudes rurales, 2004, 193, p. 61-78

VALIORGUE Bertrand, Refonder l’agriculture à l’heure de l’anthropocène, Paris, Le Bord de L’eau, 2020


Echos

¤ AgriGenre a été intégré comme ressource de la Commission Femme de la Confédération Paysanne


1 réflexion sur « Des agriculteur.trice.s dans des sociétés agricoles hexagonales toujours dynamiques »

  1. Doublement dominées les femmes agricultrices comme objet d’études… Cela fait plaisir. La rigueur de l’analyse est réelle..
    Bonne continuation à vous.
    Cordialement
    Ali AÏT ABDELMALEK professeur de sociologie rurale, Rennes 2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.