Agriculteur 3.0 et agricultrice 0.0 ?

France3 a récemment diffusé un documentaire intitulé « Agriculteur 3.0 » portant sur la circulation et l’utilisation des nouvelles technologies dans les mondes agricoles : ordinateurs, GPS, drones, réseaux sociaux… Ces technologies connectées ont envahi nos campagnes, entrainant avec elles une modification significative des pratiques et des modes d’organisations agricoles.

Au-delà des discours émis sur ces technologies, notre regard s’est porté sur les différents acteurs offerts aux téléspectateurs. Qui est interviewé ? Que fait-il ? Avec quoi ? Comment le fait-il ? Où le fait-il ?

Ce type de documentaire n’est pas une représentation exacte et fine de la réalité sociale. C’est une photographie prise à un moment donné, un échantillon de la société qui a ses limites.

Quel est donc cet objet social nommé « Agriculteur 3.0 » qui est au centre de toutes les attentions dans ce documentaire ? Il ne faudra pas attendre bien longtemps pour voir surgir le portrait-type construit par les réalisateurs.

Les « Agriculteurs 3.0 » évoqués dans ce documentaire sont exclusivement des hommes. Aucune agricultrice n’est représentée comme faisant partie de cette tribu.

Drone, GPS, réseaux sociaux, ordinateurs des « Agriculteur 3.0 »

Ainsi, les auteurs de ce documentaire donnent à voir au grand public un « Agriculteur 3.0 » qui n’est en rien un assemblage d’agriculteurs et d’agricultrices mais bien un type d’agriculteur genré, masculin. L’ « Agriculteur 3.0 » est un homme qui maîtrise ces nouvelles technologies.

Au sein d’une même famille, le frère s’occupe des drones et la sœur des chevaux.

« 3.0 » versus « 0.0 »

J’ai bien conscience, pour fréquenter de multiples terrains agricoles, que cette représentation n’est pas conforme à la réalité. Les « Agriculteurs 3.0 » rassemblent aussi bien des hommes (agriculteurs) que des femmes (agricultrices). Mais là nous n’en saurons rien.

Si les « Agricultrices 3.0 » existent, elles se retrouvent totalement invisibilisées dans ce documentaire comme l’étaient leurs ascendantes dans les fermes d’autrefois. Cette exclusion « 3.0 » tend à renforcer l’image d’un modèle masculin de la profession où la femme est et demeurera une exception.

Quand le seul couple d’agriculteurs « non 3.0 » surgit à l’écran, la répartition du travail entre l’agriculteur et l’agricultrice semble elle aussi genrée. L’image de la division genrée des tâches et des rôles sociaux en ressort renforcée.

Le labour et l’atelier pour l’homme
La récolte et la mise en bocaux pour la femme

Ce documentaire donne à voir, sous différentes formes, des répartitions intériorisées des rôles et des tâches selon le genre.

Le genre dans l’espace social

Il en ressort une vision du monde agricole qui renforce les imaginaires stéréotypés au lieu de les bousculer. Finalement, ce documentaire en dit plus que ce qu’il souhaitait exprimer au départ.

Pour citer cet article : Valéry Rasplus, " Agriculteur 3.0 et agricultrice 0.0 ? ", AgriGenre, mai 2020. Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/307

Echos

¤ Association pour le Développement de l’Emploi Agricole et Rural


¤ Institut de l’élevage


3 réflexions sur « Agriculteur 3.0 et agricultrice 0.0 ? »

  1. Bonjour je pense que dans ce reportage ils l’on fait exprès de prendre que des hommes car je suis viticultrice et j’utilise beaucoup de technologie pour mon travail, j’ai aussi une chaîne YouTube depuis 2 ans, j’utilise les logiciels de traçabilités… etc mais pas seulement, je conduis les tracteurs avec toute la technologie. Certes c’est plus facile de trouver des hommes car ils sont plus nombreux mais si on cherche bien on trouve aussi des femmes 😉

  2. Je pense qu’il ne faut pas attendre qu’on nous donne une place. Il n’y a pas de place spécifique pour l’homme ou la femme. C’est simplement à nous agricultrice de nous poser là où nous souhaitons être et de prendre ce qu’il y a à prendre sans attendre d’avoir un semblant d’assentiment.
    Quand il y a un documentaire ou une interview, il faut dire ce que l’on veut et ce que l’on ne veut pas.

  3. J’ai milité en 1968 et après pour la cause des femmes… ce qui me désole c’est bien que rien n’est jamais acquis en la matière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.