Femmes et agricultrices : récits croisés d’installations hors cadre familial

Il y a d’abord Céline, géographe de formation, qui fait des sorbets avec les fruits qu’elle produit dans les Pyrénées. Puis Sandrine, sa voisine, spécialisées dans les pestos et confitures depuis qu’elle a abandonné la recherche en microbiologie. Florence, ex-professeure d’EPS, conduit désormais son troupeau de brebis dans la garrigue. A l’instar de Laura G. et Mélanie, deux ingénieures agronomes aujourd’hui éleveuses de brebis viande en Ariège. Jeunes et moins jeunes, à la tête de leur petite exploitation en agriculture biologique, toutes ont choisi l’agriculture.

Entre Pyrénées et Gers, elles sont une quinzaine à s’être livrées pour « Le Champ des Femmes », un projet de reportage mené par trois étudiantes ingénieures agronomes au printemps dernier. Au gré du labeur, Céline, Sandrine et les autres racontent leur installation, leurs difficultés et victoires du quotidien, et leurs espoirs pour l’avenir.

Pendant que les brebis se remplissent la panse,
Mélanie explique son métier de bergère en estive et d’éleveuse à l’année

S’installer ?

Elles ne sont pas filles d’agriculteur.rice.s, se sont installées dans des régions qui n’étaient pas les leurs et se sont lancées dans une nouvelle profession. Tantôt murement réfléchie, tantôt sur un coup de tête, leur entrée dans l’agriculture a chacune sa propre histoire. « J’ai suivi ma joie pour redonner vie à ces terroirs » raconte ainsi Laura L., qui travaillait à la SAFER lorsqu’elle a décidé de reprendre des vignes abandonnées dont personne ne voulait en plein cœur des Corbières. Sans savoir ce qu’elle allait en faire, elle a investi sa prime de départ dans ces parcelles dont elle est « tombée amoureuse » et a peu à peu appris à prendre soin de ses vignes et à faire du vin.  

Une installation réussie pour Laura L. grâce au soutien de ses voisin.e.s,
dont Claudie, viticultrice, à qui elle rend ici un coup de main

C’est plutôt la quête d’indépendance qui a poussé Camille à s’installer avec ses 30 chèvres il y a peu : « Mon objectif, c’était vraiment d’arrêter de bosser pour des patrons » insiste la trentenaire. Quant à Stéphanie, s’installer était un engagement politique : « Faire la mariole dans les broussailles et courir après les vaches, c’est pas un choix de vie, non. A un moment, tu veux apporter ta contribution à la société en faisant une activité qui a du sens ». C’est en effet grâce à elle que la ferme du Loriot tient encore debout et continue à approvisionner en légumes, produits laitiers et pain frais les communes environnantes. Être au plus près de la nature et des animaux, réaliser son rêve d’autonomie, rebondir après un drame, trouver sa place au monde, donner du sens, vivre conformément à ses convictions… Autant de raisons évoquées par ces agricultrices pour expliquer leur installation.  

Être une femme et s’implanter dans le monde agricole

Trouver sa place en tant que femme dans le milieu agricole ? Une question qui n’a pas vraiment préoccupé les agricultrices avant leur installation. « Par rapport à la moindre force physique des femmes, j’ai jamais pensé que ça allait être un problème. C’était une erreur en l’occurrence. Ça a été dur, très dur. Mais il y a beaucoup d’agricultrices, et elles y arrivent. » témoigne Florence. Heureusement, elle a été accueillie « à bras ouverts » dans la petite commune des Corbières où elle a pris le poste de bergère. Laura G. et Mélanie ont quant à elles été drôlement regardées quand elles se sont installées avec leurs yourtes et leur troupeau dans un petit village en Ariège. Au bout d’un an, avec force de travail, les deux trentenaires ont pourtant convaincu leurs voisin.e.s : « C’est quand même dommage qu’il faille se tuer au travail pour être reconnues. Si on réussissait en travaillant deux fois moins, ce serait quand même bien non ? » regrette Laura G. « Bien sûr qu’il faut faire ses preuves, mais c’est pareil pour tout le monde, homme ou femme » tempère Florence.

L’élevage, un travail quotidien harassant pour Mélanie,
qui a forcé le respect de ses voisin.e.s.

Au quotidien : se confronter aux éléments et apprivoiser son environnement

S’installer, c’est accepter du jour au lendemain de changer de vie et se soumettre à un quotidien plus rude, rythmé par les saisons. Dans son livre « Bergère des Collines », Florence raconte ainsi ses premières confrontations avec la nature à la tête de son troupeau : être dehors toute la journée, qu’il pleuve ou qu’il vente ou bien que le soleil tape fort, trouver sa place en tant que gardienne du troupeau, travailler beaucoup, prendre soin des animaux tout le temps, être confrontée à la mort… « Et en élevage, il n’y a aucun espace de fuite. Parce-que les bêtes sont là » précise-t-elle. Une expérience en rupture avec son ancien mode de vie : « On est tellement gâtés matériellement qu’on en oublie des choses évidentes. »

Pour Laura G., se confronter à la mort n’a pas été chose facile.
« A chaque agneau tué, je pleure en fait.
Les gens ne se rendent pas compte du travail que ça représente.
On ne vend pas un putain d’objet, c’est un être vivant qu’on a tué pour toi. »

Malgré les difficultés, ces agricultrices apprivoisent petit à petit leur environnement, aménagent le territoire et prennent racine. Pour fabriquer ses sorbets, Céline plante ainsi toute sorte de variétés d’arbres en quête de nouvelles saveurs : « Je tente, j’aime l’expérimentation, les fruits méconnus aux noms originaux. » Et depuis son installation, la vallée a déjà changé de visage : « alors qu’on voyait la forêt s’étendre faute d’agriculteurs, le paysage s’ouvre à nouveau » salue un voisin. Peu à peu, Céline, Mélanie et les autres apprennent à composer avec les contraintes du milieu dans lequel elles s’implantent… et avec un cadre politico-économique lui aussi contraignant.

Au quotidien : jongler avec des contraintes matérielles et économiques

Car pour ces agricultrices, s’installer hors cadre familial n’a pas toujours été évident, d’autant plus qu’elles ont souvent au départ une faible capacité d’investissement. Pour éviter les emprunts, Camille fait ainsi à la main la traite quotidienne de sa trentaine de chèvres. Beaucoup privilégient ainsi le travail manuel plutôt que des investissements coûteux. Au prix de journées de travail à rallonge et d’une faible productivité du travail. Même après plusieurs années d’activités, il est souvent encore difficile de se dégager un revenu décent. Malgré un travail intense, les vingt agneaux que Laura G. et Mélanie font abattre chaque année sont insuffisants à subvenir à leurs besoins. « Moi j’estime qu’on est des salariées. » explique Laura G., pourtant cheffe d’exploitation. « De l’Europe, car on touche la PAC, et de l’Etat car on vit du RSA. On est donc salariées mais sans les conditions de travail et les avantages ». Mais obtenir des aides PAC est un vrai parcours du combattant : « Ma première déclaration, j’ai pleuré dessus ! Et j’ai fait 7 ans d’études dans l’agronomie, je suis née avec un ordinateur dans les mains. » témoigne Laura G.. « Etant bergère, j’étais en quête d’émancipation totale. Quand tu t’installes, tu es rattrapée par pleins d’obligations et de comptes à rendre. Plus que le taff physique, c’est vraiment ça qui est écrasant. » confirme Mélanie. Pour Marguerite, venue prêter main forte à Stéphanie sur son exploitation dans le Gers, le constat est un peu moins amer : « Avec 700 euros par mois, c’est sûr, c’est pas une vie facile. Mais ici, on est nourries-logées et donc on est autonomes sur pas mal de trucs ».

Marguerite prépare les tomes de vache pour le prochain marché.
Entre le potager, la fromagerie et la boulangerie,
pas besoin d’acheter de la nourriture à l’extérieur

Face aux difficultés, pérenniser son exploitation et s’entraider

Entre la vie d’agricultrice telle qu’on l’envisage et la réalité, difficile donc de tenir sur la durée. Après 12 ans au service de son troupeau, c’est décidé, Florence rend son tablier. « On manque de lieux de paroles en agriculture. » constate-t-elle. Elle souhaiterait désormais s’investir pour recréer de l’échange entre les agriculteurs et agricultrices. Un constat partagé par Laura G. et Mélanie, qui cherchent à accueillir d’autres agricultrices pour créer un collectif et diluer la charge mentale. « On ne veut pas finir en burn-out, comme certain.e.s de nos ami.e.s, qui se retrouvent épuisé.e.s au bout de 3 ou 4 ans et qui simplement arrêtent en fait » se justifie Laura G.. Quant à Sandrine, qui déborde d’idées, elle a décidé de se recentrer sur les productions les plus rentables pour pouvoir tenir le rythme.

« Je bosse énormément, je ne peux pas aller à ce rythme-là indéfiniment » – Sandrine

Savoir remettre en question ses objectifs, échanger avec ses voisin.e.s, partager ses doutes face à un monde agricole qui évolue… Autant d’étapes essentielles pour arriver à tenir dans cette profession exigeante. Et trouver sa place dans un monde agricole en mutation. « Autrefois, il n’y avait pas de femmes en estive. Je recherche un passé qui n’a jamais existé. Je construis un présent. » conclut Mélanie.

Philippine Dupé
Ingénieure, AgroParisTech

Pour citer cette publication : Philippine Dupé, " Femmes et agricultrices : récits croisés d’installations hors cadre familial ", AgriGenre, mars 2021. Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/2794

Note

« Le Champ des Femmes » est un projet de reportage à la rencontre d’agricultrices nouvellement installées en France et au Pérou.

Au sein de l’association Paroles de Paysans, Cyrielle Bignonneau, Clémentine Bourgeois et Philippine Dupé, étudiantes ingénieures agronomes, ont ainsi recueilli les témoignages de quinze agricultrices en travaillant à leur côté et en s’immergeant dans leur quotidien. Ce sont leurs voix qu’elles ont choisi de porter au travers d’une exposition photo et de portraits écrits. Pour sensibiliser le grand public, elles présentent actuellement leur travail dans divers lieux.

Pour consulter leurs articles, réserver leur exposition ou simplement découvrir leur projet, rendez-vous sur: parolesdepaysans.wixsite.com/parolesdepaysans    


Echos

¤ International Association on Work in Agriculture, mars 2021


¤ Réseau AMAP Auvergne Rhône-Alpes , mars 2021


1 réflexion sur « Femmes et agricultrices : récits croisés d’installations hors cadre familial »

  1. Bravo, initiative à saluer !
    Les origines sociales, scolaires et professionnelles des néo-agricultrices sont bien évoquées dans le reportage de Philippine, ainsi que le désir de rupture avec leur « vécu d’avant », et aussi le regard qu’elles portent après coup sur leur engagement.
    A approfondir pour la suite (mais peut-être est-ce déjà fait dans l’étude complète), le cheminement qui les a amenées à ce choix, les alternatives qu’elles avaient envisagées (ou pas), le regard des autres (famille, amis, voisins, etc).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.