Les vigneron.ne.s, entre vins conventionnels et vins bio & biodynamie

Depuis la mise en ligne de cette publication (janvier 2021) le carnet de recherche et le compte Twitter d'AgriGenre font l'objet de campagnes, plus ou moins violentes, de spams/trollages, de demandes de suppressions, d'insultes et de propos calomnieux de la part de personnes se revendiquant soit de l'anthroposophie soit de la Société anthroposophique(Goetheanum).  

Par ailleurs, le compte Twitter d'AgriGenre a été blacklisté par le Mouvement de l'Agriculture Bio-Dynamique (MABD) lié à la Société anthroposophique.
 
Le MABD et des personnes liées à la Société anthroposophique n'ont jamais condamné ces actions. Certaines l'ont justifié. Sur Twitter, aucun n'a bloqué les comptes de militants anthroposophes qui encouragent/participent à cette campagne. 

Merci aux vigneron.ne.s / agriculteur.trice.s / paysan.ne.s et aux chercheur.euse.s qui ont dénoncé ce type de pratique et apporté tout leur soutien à AgriGenre. 

Dernière mise à jour : septembre 2021

SOMMAIRE

Recension de La corne de vache et le microscope

Complément sur la biodynamie

  1. Certification et formation anthroposophique
  2. Biodynamie = Agriculture anthroposophique
  3. Doctrine mystique et cosmos-culture
  4. Appel à des entités invisibles surnaturelles
  5. L’influence des planètes, entre alchimie et astrologie
  6. Rudolf Steiner dans le texte
  7. Singer la science
  8. Critiques de la biodynamie par des acteurs du vin
  9. Qu’en conclure ?
  10. Structures anthroposophiques
  11. Politique et anthroposophie (en France)
  12. Conseils de lectures sur l’agriculture anthroposophique (biodynamie)

Christelle Pineau, docteur en anthropologie sociale et ethnologie, a soutenu en 2017 une thèse intitulée Anthropologie des vins“nature”, la réhabilitation du sensible. Dans l’ouvrage La corne de vache et le microscope (La Découverte, 2019), comme dans ses travaux, Christelle Pineau s’interroge sur les pratiques liées à la vigne et à son produit fini, le vin, et à la mutation des paysan.ne.s-vigneron.ne.s en agriculteur.trice.s-viticulteur.trice.s.

Vin conventionnel (incorporant des produits naturels ou issus de la chimie de synthèse), vin bio (où peut être autorisée l’utilisation de certains produits chimiques, comme le cuivre contre le mildiou ou le soufre contre l’oïdium), vin nature (“nu”) sans additif ni mélange ni filtration : autant de modes de fabrication, de mondes parallèles et d’états d’esprit.

S’attachant plus particulièrement à porter son regard sur les vins bio et nature, nous y croiserons la route des travaux de microbiologie et de chimie du vigneron-chercheur Jules Chauvet (levures, fermentation, etc.), mais aussi ceux du philosophe occultiste Rudolf Steiner, fondateur de l’anthroposophie, et des principes magiques et pseudo-scientifiques de la biodynamie (dont la vinification biodynamique) qui ont inspiré, par exemple, Pierre Rabhi.

CosmoBacchus de Jean-Benoît Meybeck
Trilogie critique de la biodynamie
(Ed. Eidola, 2018, 2019,2020)

Si Christelle Pineau décrit avec une certaine minutie les différents usages possibles de la biodynamie (agriculture anthroposophique) dans le domaine vinicole, insistant sur le fait que « l’application de la méthode biodynamique dans les vignes prend des formes extrêmement variées et adaptées,et n’est pas nécessairement reliée à la doctrine anthroposophique», nous resterons sur notre faim concernant l’absence d’appareil et de bibliographie critique sur ce domaine. Même si l’auteure prend soin de préciser que « le propos ici n’est pas d’argumenter sur la validité et l’efficience de la méthode biodynamique, mais bien de montrer comment les acteurs s’en emparent : toujours en partant de l’observation sur le terrain et de lectures complémentaires, pour certains, a posteriori», nous percevons une certaine neutralité bienveillante de sa part.

It was concluded that Steiner’s instructions
are occult and dogmatic and cannot contribute to the development of alternative or sustainable agriculture

Toutefois l’ouvrage ne manque pas de qualité d’écriture, de description des différents terrains et rencontres, des trajectoires de vie, qui ont le mérite de porter un regard singulier sur ce monde qui (re) lie l’homme et la femme au vin – ou plutôt conviendrait-il mieux de dire : aux vins – car il y a bien différents espaces de culture (en pratique et en esprit) qui délimitent vins conventionnels, bio et nature.

Espaces concurrentiels et quelque peu rugueux (sur les questions de terroirs, d’AOC, de labels, d’étiquettes) qui feront que certains vignerons conserveront leurs usages tandis que d’autres franchiront peut-être le pas, pour différentes raisons, vers un espace hétérodoxe, allant du vin conventionnel au vin bio, ou au vin nature.

Signalons enfin un chapitre bienvenu consacré à la place des femmes (aux rapports de genre) dans cet espace professionnel marqué par « des vignerons “nature” qui n’embrassent pas toutes les causes féminines et LGBTQI, mais ne tombent pas non plus nécessairement dans l’essentialisation du fait même qu’ils soient “nature”».

Valéry Rasplus

Pour citer cette publication : Valéry Rasplus, " Les vigneron.ne.s, entre vins conventionnels et vins bio & biodynamie ", AgriGenre, janvier 2021. Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/2476

[Une première version a été publiée dans la revue d’histoire naturelle Espèces, n° 32, juin 2019 ]


COMPLÉMENT SUR LA BIODYNAMIE

1. Certification et formation anthroposophique

La certification Demeter et le Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique (MABD) sont liés organiquement et institutionnellement à la Société anthroposophique (Goetheanum) chargée de faire la promotion de l’anthroposophie (dont la biodynamie), un courant ésotérique créé par l’occultiste autrichien Rudolf Steiner.

“Demeter International finance
à hauteur de 100 000 euros par an
la Société anthroposophique universelle”

Ophélie Neiman, Le Monde, 14-15 juillet 2021

La société anthroposophique (Goetheanum), le MABD et la biodynamie
Entre Ahriman et Lucifer
(Extrait, Congrès d’agriculture biodynamique, Goetheanum, 2018)

Pour les anthroposophes, Lucifer est associé à l’idéalisme et Ahriman est associé au matérialisme et à la science. De fait, l’anthroposophie rejette à la fois le matérialisme, la technologie et la science considérés comme maléfiques.

2. Biodynamie = Agriculture anthroposophique

En France, la viticulture représente en 2019 une population d’environ 142 000 vigneron.ne.s. Parmi ceux-ci on trouve environ 140 adhérent.e.s pour le label Biodivin et environ 450 adhérent.e.s pour le label Demeter. Chez Biodyvin, l’adhésion coûte 150 euros à quoi s’ajoute la cotisation annuelle de 200 euros au moins ainsi que l’adhésion de 165 euros au MABD . Chez Demeter, la cotisation annuelle est de 180 euros, à quoi s’ajoute l’adhésion au MABD et un versement de 0,4% du montant des ventes annuelles.

La biodynamie et la doctrine anthroposophique sont intimement liées : il n’y a pas de biodynamie sans anthroposophie qui la porte et la justifie. La biodynamie est un moyen – comme la “pédagogie” Steiner-Waldorf – pour la Société anthroposophique (Goetheanum) d’élargir son auditoire afin de capter de nouveaux adeptes à la doctrine anthroposophique.

Extrait de la présentation de Biodyvin
Extrait du cahier des charges Demeter

La biodynamie n’est pas une préoccupation agricole mais idéologique. L’origine de la biodynamie ne visait pas à lutter contre un style d’agriculture considérée comme polluante mais à respiritualiser les populations modernes tombées dans le matérialisme.

“Le mouvement anthroposophique
n’est pas au service de la terre,
mais au service des dieux, il est un culte”

Rudolf Steiner
(Bulletins de la Société Anthroposophique, 1988, p. 5)

L’agriculture est au service d’une doctrine, l’anthroposophie, et la biodynamie est le seul type d’agriculture valable pour l’humanité aux yeux des anthroposophes. Elle se veut plus bio que le bio, tout comme la “science de l’esprit” (l’anthroposophie) se présente comme “plus scientifique” que la science (jouant sur le non-dit de ce qu’est la science pour l’anthroposophie). Le mot “biodynamie” sert de cache-sexe à l’anthroposophie.

3. Doctrine mystique et cosmos-culture

Dans le Dictionnaire de la pensée écologique (dir. Dominique Bourg et Alain Papaux, PUF, 2015, p. 53-56) on peut lire sous la plume de Bertrand Méheust :

L’anthroposophie ne peut être dissociée de son fondateur, le philosophe et mystique autrichien Rudolf Steiner (…) Tourné dès son enfance vers le monde surnaturel (…) . Il devient le secrétaire de la société théosophique (…) rompt avec ce courant [occultiste] et inscrit sa quête personnelle dans le cadre de l’ésotérisme chrétien (…) Il fonde sa propre doctrine, l’anthroposophie (…) la théosophie implique toujours une anthroposophie, et réciproquement (…) Steiner veut mettre l’accent sur le pôle humain pour mieux insister sur l’incarnation, le mystère central du christianisme (…). Le mouvement anthroposophique (…) comporte aujourd’hui environ 50 000 adeptes dispersés sur toute la planète, des dizaines de centres où est dispensée une éducation inspirée de la doctrine du maître (…) [qui] donne une certaine suffisance , le sentiment d’appartenir à une élite qui détiendrait certains secrets inaccessibles au commun des mortels (…) c’est surtout à la théosophie de Jacob Boehme que Steiner emprunte les grands thèmes de sa pensée : une connaissance par révélation (…) la possibilité d’un accès personnel du mystique et du voyant à des connaissances d’un ordre supérieur (…) “sur-récit” auquel il prétend avoir eu accès par ses révélations (…) Place centrale donnée à la clairvoyance (…) accès au monde spirituel (…) Steiner prétend qu’il existe un accès possible au suprasensible (…) [qui] débouche sur un récit fantastique qui (…) apparait souvent comme un indescriptible mélange de croyances fantastiques et de science-fiction de bas étage (…) Steiner prétend réformer la société par la soumission aux lois cosmiques (…) ses croyances en des hiérarchies célestes (…) sa conception d’une agriculture centrée sur les lois cosmiques” .

4. Appel à des entités invisibles surnaturelles

La biodynamie fait appel à ce quelle nomme des “être élémentaires“, c’est-à-dire des être surnaturels et invisibles aux communs des mortels mais connus des adeptes de l’anthroposophie : Gnomes, Ondines, Sylphes, Salamandres

Pour les anthroposophes “ces êtres (…) nous entourent en permanence et sont surtout chargés de tâches importantes auprès des minéraux, des plantes, des animaux et des humains” . Il n’y a pas de biodynamie sans l’intervention des Gnomes, Ondines, Sylphes et Salamandres.

Promotion des êtres élémentaires invisibles surnaturels
(Gnomes, Ondines, Sylphes, Salamandres) en biodynamie
par le MABD

Pour les anthroposophes, à partir de” l’éther cosmique” (“substance spirituelle du cosmos”), des êtres nommés “Archaïs”, “Archangelois” (Lucifer , Ahriman) et “Angeloïs” ont créé les êtres terrestres par l’intermédiaire de l’éther de chaleur (les Salamandres), de l’éther de lumière (les Sylphes), de l’éther chimique (les Ondines) et de l’éther de vie (les Gnomes).

Nicolas Joly, anthroposophe et adepte de la biodynamie
à propos des “êtres élémentaires” (TMC, juin 2021)

Ces “êtres élémentaires” correspondent aux jours du calendrier biodynamique de l’anthroposophe Maria Thun : les Gnomes sont associés à la terre et à la racine, les Sylphes sont associés à la lumière et à la fleur, les Salamandres sont associées au feu et au fruit et les Ondines sont associées à l’eau et à la feuille.

Dans ses conférences, Maria Thun présentait toujours comment les puissances créatrices de la Terre se sont retirées, ainsi les anges dans la sphère de la Lune, les Archanges dans celle de Vénus, les Archai dans celle de Mercure. Mais pour que la vie continue, ils ont délégué à leurs descendants, les sylphes, les ondines et les gnomes, sur la Terre, où ils continuent la création dans tous les règnes de la nature” (extrait du journal officiel de la Société anthroposophique Das Goetheanum, 2012).

Extrait du Calendrier des semis de Maria Thun
Édité par le MABD

La préparation “500” est, d’après la doctrine de l’agriculture anthroposophique, “un sacrifice offert aux Gnomes et aux Ondines“, la “501” est “un sacrifice offert aux Ondines et aux Sylphes” . Pour certains vignerons adeptes de la biodynamie “chaque préparation (500, 501, 502, 503…) est un numéro de portable pour joindre une planète. 502 c’est Vénus, 503 c’est Mercure…” .

La viticulture en biodynamie assure la visibilité de la biodynamie à défaut de pouvoir la valoriser dans les autres types de productions agricoles. Faut-il en déduire que les “êtres élémentaires” invisibles surnaturels (Gnomes, Ondines, Sylphes, Salamandres) évoqués et convoqués en biodynamie sont plus sensibles aux raisins qu’aux carottes ou aux salades ?

Je n’évoquerai pas ici les autres “êtres élémentaires” : démons, fantômes, dragons…Ni les Lémuriens, les Atlantes ou les Aryens qui composent le corpus doctrinaire de l’anthroposophie.

5. L’influence des planètes, entre alchimie et astrologie

Un formateur du MABD indique que :

“On peut appliquer des concepts totalement cosmiques à la croissance des plantes (…)
en apportant une petite influence planétaire (…)
en mettant quelques milligrammes des métaux associés à chacune des planètes :
le métal associé à la Lune c’est l’argent, le métal associé à Mercure c’est le mercure (…),
le Soleil c’est l’or (…), le plomb pour Saturne” .

Extraits d’une vidéo publique mise en ligne par le
Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique (MABD, 2020)

Notons que, contrairement aux affirmations du formateur du MABD, ni la Lune et le Soleil ne sont des planètes, et le mercure et le plomb sont des métaux lourds.

Notons également que dans la liste des planètes du système solaire évoquée par le formateur du MABD il manque Uranus et Neptune. Ce n’est pas un oubli ni une erreur : pour Rudolf Steiner il n’existe tout simplement pas de planètes au-delà de Saturne ! Le formateur du MABD suit à la lettre la doctrine astrologique de Steiner dans son application à l’agriculture anthroposophique (biodynamie) qui ne repose sur aucun fondement scientifique.

Pour le vigneron et anthroposophe Nicolas Joly les plantes sont directement reliées aux planètes situées à des millions de kilomètres de la Terre. Uranus et Neptune ne sont toujours pas citées.

Nicolas Joly, anthroposophe et adepte de la biodynamie
à propos de l’influence supposée des planètes (Neo, mai 2021)

Influences supposées de planètes
situées à des millions de kilomètres de la Terre
sur la végétation selon la biodynamie

Parmi les multiples exemples de pratiques en agriculture anthroposophique, le MABD et son association Biodynamie recherche ont fait la promotion de cette étude anthroposophique intitulée « Changer le goût des pommes avec un traitement par l’eurythmie » (danse anthroposophique à proximité des fruits pour entrer en relation avec des forces occultes, capter des fréquences cosmiques et influencer leurs goûts).

L’anthroposophe Tanja Baumgartner
effectue un mouvement eurythmique
sur des pommes pour changer leur goût

6. Rudolf Steiner dans le texte

La Terre est un tétraèdre arrondi formé d’arêtes” ( Rudolf Steiner, Création du monde et de l’homme, 1924)

Il y a 300 000 ans la Terre n’existait pas encore. Lorsque vous réapparaîtrez dans 25 815 ans, la Terre aura été dissoute” (Rudolf Steiner, La nature suprasensible de l’homme, 1918)

Toute la Terre flotte sur la mer” (Rudolf Steiner, La vie de l’homme et de la Terre, 1923)

La croûte terrestre s’est créée par une cristallisation de ce que l’être humain a sécrété” (Rudolf Steiner, Introduction à la science de l’occulte, 1906)

La Lune est habitée par des nains. Ils font la taille d’un enfant de 7ans ! Ils hurlent souvent et surtout à la pleine Lune. On les entend de très loin ! Ils sont aussi attirés par les asiles d’aliénés” (Rudolf Steiner, Êtres naturels et spirituels, leur action dans le monde visible, 1908)

Les entités spirituelles qui habitaient en Atlantide ont fondé une colonie sur la Lune. Contrairement aux idées reçues, elle n’est pas glacée du tout” (Rudolf Steiner, Histoire du monde à la lumière de l’anthroposophie, 1923)

La Lune a des montagnes faites de cornes vitrifiées. Elle est recouverte d’une épaisse couche de liquide à l’extérieur et pleine de gaz à l’intérieur” (Rudolf Steiner, Création du monde et de l’homme, 1924)

Ce qui dans le Soleil est gazeux est en réalité le corps du Christ” (Rudolf Steiner, Merveilles du monde Épreuves pour l’âme Manifestation de l’esprit, 1911)

Il y a des animaux sur Mars dont la forme est celle des animaux terrestre d’autrefois, et les êtres humains sont sur Mars comme autrefois sur Terre, sans os” (Rudolf Steiner, Création du monde et de l’homme, 1924)

Les deux planète s’interpénètrent, la Terre traverse Mars. Mars avait une matière que la Terre n’avait pas : le fer. Mars a laissé ce fer dans la Terre, sous forme de vapeur” (Rudolf Steiner, Introduction à la science de l’occulte, 1906)

Je passe sur ces “réalités” connues des anthroposophes : pour Steiner il existe une planète entre le Soleil et Mercure qui se nomme Vulcain et qui est habitée ; les hommes descendraient des Atlantes…

7. Singer la science

L’association Biodynamie recherche a été créée par le MABD pour se donner un cachet “scientifique”, sans disposer d’un seul chercheur. Elle est composée d’anthroposophes.

Cette association anthroposophique n’a rien de scientifique, ni dans ses méthodes, ni dans ses pratiques. Elle s’est spécialisée dans le Cherry picking. Seule la doctrine anthroposophique guide ses méthodes et ses pratiques. Pour cette doctrine, la science est le domaine du démon Ahriman. Seule la “science de l’esprit” (l’anthroposophie) reste du domaine du possible. Intuition spirituelle et méditation sont la base de la “science de l’esprit”.

Changer de nom pour se donner un cachet scientifique

Le MABD édite une revue Biodynamis qui, outre la promotion de la biodynamie, propose à ses lecteurs des publicités et des évènements exclusivement liés à l’anthroposophie : publicité pour la Société anthroposophique et le Goetheanum, pour des écoles anthroposophiques et leur “pédagogie” Steiner-Waldorf, produits Welada et Demeter…

Toutes ces structures utilisent une forme d’écriture bien reconnaissable, jouant un rôle d’identification, composée de lettres qui ne comportent aucun angle droit (considéré comme “anti-cosmique”). Le siège de la Société anthroposophique (Goetheanum) a été conçu par Steiner sur le même principe : aucun angle droit.

8. Critiques de la biodynamie par des acteurs du vin

Tout vin nature ou vin bio ne se réduit pas à la biodynamie

En France, environ 0,4 % des viticulteur.trice.s/vigneron.ne.s sont certifié.e.s en biodynamie (Demeter, Biodivin), environ 0,03 % des agriculteur.trice.s (maraîchage…) qui sont certifié.e.s en biodynamie, ceci pour environ 0,02 % de la surface agricole.

On notera l’inégale répartition de la biodynamie dans le monde, essentiellement centrée sur la France, l’Espagne et l’Italie.

Le Domaine n’éprouve pas le besoin d’invoquer les sylphes, les ondines, les gnomes, les salamandres,
et de lutter contre Ahriman et Lucifer

Patrick Baudouin explique longuement pourquoi son domaine “bio” ne passera pas à la biodynamie : “MAIS POURQUOI DONC LE DOMAINE PATRICK BAUDOUIN N’EST-IL PAS EN BIODYNAMIE ?”

Si l’on écoute Maria Thun, l’astrologue de la biodynamie, Neptune, Uranus ou Pluton sont des planètes “illégitimes” car elles n’avaient pas été découvertes

Pour Jacques Mugnier (Domaine Jacques- Frédéric Mugnier) : “Rudolph Steiner n’est pas compétent : tout ce qu’il a appris sur les plantes, c’est en lisant Goethe ! Steiner s’est trompé toute sa vie et a fait de mauvais choix, ses pages sur la théorie des races en témoignent.

La biodynamie est une invention intellectuelle du XXe siècle, elle n’a rien de paysan ni d’ancestral. Si l’on écoute Maria Thun, l’astrologue de la biodynamie, Neptune, Uranus ou Pluton sont des planètes “illégitimes” car elles n’avaient pas été découvertes. Je ne peux pas souscrire à cela !

Je n’ai pas observé d’évidence qui m’aurait conduit à suivre des dates de mise en bouteilles en fonction des phases de la lune… Et j’ai même remarqué que mettre en bouteilles au moment où le vin se goûte bien ne donne pas toujours les meilleurs résultats” (La Revue du Vin, n° 633, juillet-août 2019)

La gourouisation de la biodynamie
relève plus du marketing que de la viticulture

Pour Pascal Chatonnet, œnologue et vigneron, ce qui le dérange “c’est la gourouisation dont la biodynamie fait l’objet, son aspect fantasque et ésotérique qui relève plus du marketing que de la viticulture” (La Revue du Vin, n° 647, février 2021)

C’est une croyance, il faut adhérer,
ce n’est ni scientifique ni empirique

Pierre Citerne, membre du comité de dégustation de La Revue du Vin de France : “La vibration n’est pas l’apanage de la biodynamie (…) Du point de vue idéologique, la biodynamie est trop dogmatique (…) C’est une croyance, il faut adhérer, ce n’est ni scientifique ni empirique” (La Revue du Vin, n° 647, février 2021).

Ce n’est parce qu’un vigneron pratique la biodynamie
qu’il fait un bon vin

Eric Beaumard, Vice-Meilleur sommelier du monde : “Ce n’est parce qu’un vigneron pratique la biodynamie qu’il fait un bon vin. La biodynamie est plutôt un révélateur du talent du vigneron” (La Revue du Vin, n° 647, février 2021).

Ce n’est pas la biodynamie qui fait la qualité des vins,
mais le travail des vignerons

Bruno Quenioux, caviste, fondateur de PhiloVino : “Il n’y a pas de bon vin en biodynamie sans grand vigneron (…) Arrêtons avec la poudre de perlimpinpin. Ce n’est pas la biodynamie qui fait la qualité des vins” (La Revue du Vin, n° 647, février 2021)

Un gars qui ne sait pas travailler fera mauvais,
même en biodynamie

Philippe Cambie, œnologue à Châteauneuf-du-Pape : “Un gars qui ne sait pas travailler fera mauvais, même en biodynamie. Le savoir-faire, la connaissance de son terrain, la climatologie : voilà les éléments déterminants” (La Revue du Vin, n° 647, février 2021)

A la même adresse :
MABD, Demeter, Anthroposophie

9. Qu’en conclure ?

  • il n’y a pas de biodynamie sans anthroposophie
  • il n’y pas de biodynamie sans l’intervention des “êtres élémentaires” (Gnomes, Ondines, Sylphes, Salamandres)
  • il n’y a pas de biodynamie sans l’influence de planètes situées à des millions de kilomètres de la Terre
  • il n’y a pas de biodynamie sans forces invisibles surnaturelles connues par les seuls adeptes de l’anthroposophie
  • il ne peut pas y avoir de biodynamie se revendiquant de la science, car la science est le domaine du démon Ahriman
  • il ne peut pas y avoir de biodynamie sans la remise en cause du savoir biologique, chimique, physique, astrologique…bref des principes élémentaires de la science

Ni le Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique (MABD) ni sa création Biodynamie recherche n’ont jamais publié une seule publication scientifique en biodynamie, car aucune ne rend compte des êtres élémentaires, de l’influence des planètes ou de forces surnaturelles.

Le Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique (MABD) et Biodynamie recherche n’ont publié que des articles traitant d’agriculture bio !

Les études dites en “biodynamie” ne sont en réalité que des études en “bio”.

Il n’existe aucune étude, militante ou scientifique, portant sur la biodynamie, au sens strict, car aucune étude n’a pu mettre en avant des données portant sur les “êtres élémentaires” (Gnomes, Ondines, Sylphes, Salamandres). Et aucune étude n’a été publiée sur l’influence de planètes situées à des millions de kilomètres de la Terre au niveau des cultures : pas plus que sur le type d’appareil utilisé, l’unité de mesure et d’éventuelles données.

Dans ce cadre, la préoccupation de ces structures n’est pas du domaine agricole mais du domaine doctrinal : la biodynamie est un chemin vers la doctrine anthroposophique. L’agriculture est un moyen, l’anthroposophie est le but.

10. Structures anthroposophiques

Extrait d’un rapport annuel du MABD
Le Goetheanum est le siège de la Société anthroposophique
L’École libre de Science de l’Esprit est une école anthroposophique

11. Politique et anthroposophie (en France)

Lors des élections européennes de 2019, la liste “Urgence Écologie” avait validée la présence, comme candidat, de Jean-Pierre Fleury, ancien président de la structure anthroposophique Demeter (pour la France), conférencier promoteur de la biodynamie et intervenant au MABD.

Urgence écologie, menée par Dominique Bourg et
“soutenue par Delphine Batho, députée et ancienne ministre de l’écologie,
Sébastien Nadot, député, et Antoine Waechter, ancien député européen,
ainsi que par les formations politiques Génération Ecologie,
le Mouvement Écologiste Indépendant, le Mouvement des Progressistes et
l’Union des Démocrates et des Ecologistes

Pour Dominique Bourg, “La biodynamie n’est pas une science, mais une pratique” et “ça marche (…) Pourquoi ? Ce n’est pas mon problème” . On ne saura pas si c’est l’effet Gnomes, Ondines, Sylphes, Salamandres ou l’influence de planètes situées à des millions de kilomètres de la Terre. Ernst Zürcher, ingénieur forestier, évoqué dans l’extrait ci-dessous, est intervenu à plusieurs reprises au siège de la Société anthroposophique et au MABD comme conférencier, associant “influence cosmique”, développement du vivant et biodynamie. Mais il n’était sûrement pas question de science.

Quand 60 millions de consommateurs titre dans son numéro de septembre que la biodynamie est un gage de qualité, sans contextualiser ni prendre un recul critique, on tend dans le discours ambiant à lisser et banaliser cette pratique.
De même, quand lors des dernières élections européennes la liste Urgence Ecologie supportée par Dominique Bourg, Delphine Batho et Antoine Waechter accepte et valide sur leur liste la candidature de l’ancien président de Demeter France (label issu de la Société anthroposophique), que Yannick Jadot prend comme exemple l’agriculture biodynamique pour sortir des pesticides, alors qu’il existe d’autres types de pratiques (raisonnées, biologique, nature), que Claude Gruffat (autre élu EELV) affirme y adhérer, on tend encore une fois à banaliser une pratique agricole issue directement du corpus anthroposophique avec tout son cortège magico-ésotérique
” .

Valéry Rasplus,
CheckNews, L’agriculture biodynamique est-elle une pseudo-science ?, septembre 2019

12. Conseils de lectures sur l’agriculture anthroposophique (biodynamie)

* La science a laissé les vignerons s’embarquer dans l’ésotérisme de la biodynamie, Vitisphere, 2020

* Les nouvelles mythologies du vin – Lucifer et les gnomes, Le Point, 2020

* La face cachée de l’agriculture biodynamique, Agriculture et Environnement, 2019

* L’agriculture biodynamique est-elle une pseudo-science ?, Checknews (Libération), 2019


Thread de la revue Sesame (INRAe) sur la biodynamie

Note : “Ça ne peut pas faire de mal”

En 1974, la rédaction de l’émission Le petit rapporteur envoyait Stéphane Collaro rencontrer le docteur Maury qui avait découvert que tous les vins avaient des propriétés thérapeutiques spécifiques.



Echos :

¤ Le Monde, juillet 2021

Le Monde, 14 juillet 2021, p. 26-27

¤ Le Figaro, septembre 2021

Le Figaro, 17 septembre 2021


¤ Jean-Loup Adénor et Timothée de Rauglaudre, Le nouveau péril sectaire, Robert Laffont, 2021



¤ Kartapuss, novembre 2021


22 réflexions sur « Les vigneron.ne.s, entre vins conventionnels et vins bio & biodynamie »

  1. Je suis effectivement membre de la Société anthroposophique.

    L’article est interminable et il est d’autant plus impossible de réfuter ses différents arguments qu’ils ne sont pas rangés. Et pour cause : il semble trouver très grave des manquements au dogme matérialiste sans paraître se souvenir que chacun est libre de croire ce qu’il veut.

    Le Cours aux agriculteurs de Steiner ne parle pas des êtres élémentaires mais regarde bien l’azote et l’oxygène comme habités de forces spirituelles. En ce sens, il les personnifie. Mais en fait il en a le droit, Victor Hugo faisait pareil avec les éléments, il n’y a là rien de grave, c’est simplement la marque du génie, d’être capable de discerner l’âme des choses.

    Mais on sait bien que cela fait peur à certains, qui ne veulent être que dans des pensées ordinaires en lesquelles ils puissent se mirer eux-mêmes. Hugo en a parlé aussi. C’est la vie.

    Seulement, discerner l’âme des choses est dans l’agriculture très utile, comme l’attestent les réussites de la biodynamie. Et dans d’autres domaines cela l’est encore, notamment l’éducation, comme le disait aussi Hugo, qui déconseillait en ce domaine la science sans conscience et recommandait de faire lire la Bible aux enfants.

    Reprocher à Steiner d’avoir parlé dans la foulée de Victor Hugo plutôt que dans celle de Jules Ferry, connu pour son rationalisme mais aussi pour son racisme et son colonialisme, montre bien ce qu’un certain conformisme d’État peut faire perdre, lorsqu’il s’agit des bénéfices à tirer des génies.

    On préfère des ministres chauvins et bornés à des poètes et à des philosophes inspirés et on appelle ça la raison. Mais en fait c’est objectivement déraisonnable.

    1. Bonjour Rémi,

      Réfuter l’article point par point devrait être facile si l’on s’en donne la peine mais vous n’avez pas l’air de vouloir ou de pouvoir le faire.

      Comparer Steiner à Hugo ne legitime absolument pas les propos du père fondateur de l’anthroposophie. Personne n’a dit qu’il était interdit de personnifier l’azote ou l’oxygène, les pierres ou l’eau, en revanche cette vision philosophique n’a très peu à apporter à la sphère matérialiste qu’est l’agriculture.

      Encore une fois, la méthode scientifique n’a pas prouvé de quelconque bénéfice à la biodynamie quoi qu’en ait dit Steiner il y a 100 ans.

      Rappelons tout de même que le fameux génie comme vous le présentez n’avait aucune formation agronomique et comme pour toute l’anthroposophie a versé dans le syncrétisme.

      Épargnez nous les comparaisons avec Hugo alors qu’on pourrait aisément faire des comparaisons beaucoup moins avantageuse de Steiner avec les idéologues les plus funestes de la mauvaise époque de l’Allemagne.

      Ayez au moins l’honnêteté de prendre un point précis de cet article pour le refuter.

      1. C’est trop long. On est perdu.

        Mais pour la première chose que je vois fausse, c’est le premier carton en anglais car récemment un article du Monde est paru qui recensait une étude favorable sur la biodynamie dans la vinification. Dès qu’il s’agit de goût ça marche mais ça ne plaît pas aux productivistes dont le désir exclusif est la quantité, dans le but de nourrir les gens pour pas cher et leur permettre d’être en assez bonne santé pour produire des biens à forte valeur ajoutée et rapporter de l’argent à l’État. Mais les vins biodynamiques marchent bien, pas de chance.

        Et Steiner est bien dans la foulée de Hugo et c’est le racisme de Ferry qui prépare celui d’Hitler. En fait ce n’est pas allemand, le phénomène, c’est européen voire mondial. En prétendant que c’est allemand, que fait-on ? On reste dans la foulée de Ferry et Macé.

        Par ailleurs affirmer que l’agriculture est dans la sphère matérialiste est contraire à l’expérience et n’est dit arbitrairement que dans l’esprit de bourrer les estomacs suffisamment pour que les travailleurs soient assez contents pour produire des machines qui rapporteront à l’État.

      2. Parfaitement. J’ajouterais que ce pour quoi on célèbre Hugo, c’est son génie littéraire, pas sa manie de faire tourner les tables.

        1. Le génie littéraire de Hugo peut s’avérer une expression creuse, si on ne sait pas en quoi il consiste.

          Faire tourner les tables est effectivement inutile et sans génie, et je ne parlais pas de cela, mais de ce que les gens qui ne connaissent Hugo que par ce qu’en livrent, édulcoré, les professeurs de lycée, ne connaissent justement pas, et qui est une marque de génie bien supérieure à ce qu’en comprennent les professeurs de lycées. Je parle évidemment de la capacité à Hugo à saisir l’âme des choses dans des pages et des vers qui sont mal connus, et que le rationalisme bourgeois ne communiquera pas trop aux petites gens, pour ne pas les déstabiliser et les inviter à penser par eux-mêmes les énigmes de la nature. Vous pouvez trouver cela dans la dernière partie des Contemplations, qui parlent des êtres qui continuent l’échelle des êtres au-dessus de l’humain, et qui sont les anges et démons de Steiner, qui parlent des criminels qui se réincarnent dans les insectes obscurs et les buissons épineux ; il y a aussi les pages des Travailleurs de la mer qui parlent des tempêtes comme de colères de la nature sans que cela soit seulement une métaphore, car Hugo était une sorte d’animiste centré qui croyait que la nature avait une âme et que la poésie pouvait la montrer, par une alliance d’intelligence et d’intuition qu’on appelle l’intuition et qui est rendue surtout par les images (métaphores).

          On trouve aussi des pages sur l’Esprit qui souffle dans l’Histoire dans La Fin de Satan, il montre les esprits s’affrontant derrière l’histoire physique. Bref, il fait du Steiner avant la lettre, c’est l’évidence même, Steiner n’a fait que prolonger ce qu’il disait. Mais quand les Contemplations sont sorties, les petits esprits ont fulminé contre sa démence, à peu près de la même façon que certains fulminent contre Steiner. Le génie de Hugo, c’est cela : avoir donné à saisir par l’intelligence des mystères de la nature. Ce n’est pas d’avoir parlé joliment et gentiment des pauvres sur le mode mélenchonesque.

  2. bonjour Agri-genre,

    Vous écrivez :
    “La biodynamie n’est pas une préoccupation agricole mais idéologique. L’origine de la biodynamie ne visait pas à lutter contre un style d’agriculture considérée comme polluante mais à re-spiritualiser les populations modernes tombées dans le matérialisme.”
    Pourtant, dans les années 1920, ce sont bien des agriculteurs qui sont allés demander des conseils à Rudolf Steiner pour lutter contre la baisse de qualité des produits de l’agriculture qu’ils avaient constatée. Ce sont ces questions d’agriculteurs, questions d’ordre pratique, qui sont à l’origine de la méthode bio-dynamique.

    De même vous écrivez : “Il n’y a pas de biodynamie sans l’intervention des Gnomes, Ondines, Sylphes et Salamandres”.
    Dans les faits c’est toute l’agriculture et plus généralement toute vie végétale et bien d’autres choses encore qui ne pourrait exister sans l’intervention des êtres élémentaires.
    Vous semblez assez mal renseigné-e, à moins que vous ne soyez tout simplement de mauvaise foi.

    Sylvain, anthroposophe

    1. Bonjour Jaffagri,

      Les paysans qui sont venus voir Steiner (mais pourquoi, puisqu’il n’avait aucune connaissance en agriculture ?) sont-ils les mêmes que ceux qui ont témoigné de la présence des tablettes trouvées par John Smith ?

      Le propre d’une religion est d’inventer des fables pour montrer la grandeur de celui en qui l’on croit ou de justifier les discours auxquels on veut croire.

      Je note que vous opposez la science à la croyance tout en voulant démontrer l’objectivité. Le processus scientifique est d’analyser une pratique (la biodynamie) pour voir si elle produit un effet, et ce avec une méthode définie pour s’assurer de la plus grande objectivité.

      Ce qui est démontré ici, c’est qu’il n’y a pas de constat objectif d’une amélioration du produit.

      Enfin, l’argumentaire qui consiste à poser un dogme (les êtres élémentaires sont nécessaires à toute vie végétale) n’est pas une preuve. Vous ne pouvez l’affirmer que si vous pouvez en apporter la démonstration. Le fait de croire n’est pas une excuse.

      Je note que, chez les anthroposophes, il y a une grande confusion entre la démonstration et la croyance. La démonstration s’appuie sur des théorèmes issus de la croyance (les êtres élémentaires interviennent dans l’existence de la vie végétale, donc ils ne peuvent être niés). Ce n’est pas une démonstration, c’est du sophisme. Vous êtes semblable à l’enfant à qui l’on demande pourquoi et qui vous répond “bin, parce que !”. Ce n’est pas une explication.

      Bref. Vous voulez croire aux ondines et aux être élémentaires. Vous êtes libres et cela ne pose pas de problème. Continuez si cela vous rend plus heureux. Ce qui me gêne, c’est que vous teniez à affirmer la supériorité (inexistante) des produits de votre croyance sur d’autres produits, dans un mode “c’est de la biodynamie ou c’est un produit toxique”. Un peu comme si certaines religions du Livre demandaient à ce que l’on arrête totalement de manger du porc au motif que c’est toxique, c’est écrit dans leur Livre.

      Ça ne fonctionne pas.

      Les sites et les textes comme celui-là visent simplement à informer ceux qui pourraient être piégés par un discours commercial loin de la réalité (déjà entendu : la biodynamie, c’est le bio en mieux. Non, c’est le bio, éventuellement, mais en plus magique). Vous voulez vous libérer des escrocs de Big Pharma (je crois que vous utilisez aussi ce terme) ? Allez-y, et laissez nous nous libérer des escrocs de la société anthroposophique.

      Bonne journée et bonjour aux esprits élémentaires.

      1. Malheureusement, des études ont vraiment prouvé que le goût des vins biodynamiques était bon, et que sous ce rapport cela marche.

        Steiner lui-même ne parle guère que de cela, en termes d’amélioration, dans son Cours aux agriculteurs. Mais on sait qu’il pensait, aussi, que cette qualité gustative était liée à l’animation intérieure du corps, donc à l’âme, à ses forces. Et le fait est qu’il a été aussi démontré que les agriculteurs qui travaillent en biodynamie se sentent mieux, et donc qu’ils sont plus enthousiastes dans leur travail. Il reste à savoir pourquoi. Steiner parle essentiellement, pour la qualité de la plante cultivée, non des êtres élémentaires dont il parle ailleurs, mais d’équilibre entre plusieurs forces, essentiellement celles venant de la lune, et dont il dit qu’elles concentrent la plante sur elles-mêmes, lui donnant solidité et fermeté (si ma mémoire est bonne), et celles venant du soleil, dont il dit qu’elles donnent vigueur et effusion à la plante.

        L’équilibre se voit donc entre la force qui diffuse horizontalement la plante, par les feuilles notamment, et la force qui l’enroule sur elle-même, et lui permet de garder une forme stable. La qualité de la plante est dans cet équilibre, car ainsi la force animique pour ainsi dire peut imprégner chaque parcelle de l’aliment.

        Et c’est cette force animique imprégnant les aliments qui éveillent les sensations gustatives.

        En fait c’est plus rationnel que de prétendre que la plante est seulement un assemblage moléculaire, car la science matérialiste qui a pu créer ces mêmes assemblages moléculaires n’a jamais pu constater aucune évolution de ces assemblages, même plantés dans la terre et arrosés, n’a jamais pu constater qu’une force les élançait vers les hauteurs et créait en même temps, par succession, les feuilles, les fleurs et les fruits.

        La force de transformation des plantes est bien au-delà du pauvre entendement qui s’attelle aux propriétés de la matière, il faut l’avouer, même si on tient des raisonnements rassurants et d’allure scientifique qui en fait conduisent simplement à considérer qu’un grain de sable arrosé et chauffé peut devenir une graine végétale. La génération spontanée n’existant pas, en toute logique la qualité de vie n’émane pas de la matière morte. Et il n’est simplement pas scientifique de prétendre le contraire, puisqu’on n’a jamais pu constater le contraire, on n’a jamais pu constater qu’une machine marchait toute seule et prenait vie d’elle-même, sauf au cinéma bien sûr.

        1. Re-bonjour Rémi Mogenet,

          Vous dites : « Malheureusement, des études ont vraiment prouvé que le goût des vins biodynamiques était bon, et que sous ce rapport cela marche. »

          Quelles études ?
          Serait-ce cet article : “Sustainable practices and product quality: Is there value in eco-label certification? The case of wine” publié dans Ecological Economics en 2021 ? Si c’est sur cette étude que vous vous basez, les auteurs prennent les guides Gault-Millau, Gilbert & Gaillard, et Bettane Desseauve et comparent les notes des vins biologiques, biodynamiques et conventionnels. Seuls les experts du Gilbert & Gaillard dégustent à l’aveugle.
          Ici on ne juge pas la qualité du vin mais sa perception par un panel de professionnels. Cela relève du subjectif. La conclusion de cet article scientifique nous dit même :
          “Our findings indicate that experts have a positive opinion of the uality of organic and biodynamic wines. […] One Important question is whether the expert assesments come from objective quality differences detected by the expert or from their preferencers for the taste of eco-certified wine.”

          On sait également que le gout peut facilement être berner par l’environnement, je vous invite à lire l’article The Color of Odors de Gil Morrot, Fréderic Brochet et Denis Dubourdieu.

          Vous dites également : “L’équilibre se voit donc entre la force qui diffuse horizontalement la plante, par les feuilles notamment, et la force qui l’enroule sur elle-même, et lui permet de garder une forme stable. La qualité de la plante est dans cet équilibre, car ainsi la force animique pour ainsi dire peut imprégner chaque parcelle de l’aliment. ”

          Ce qui remettrait en cause toute la biologie végétale moderne, quelle est cette force qui diffuse horizontalement la plante par les feuilles ? Peut-on la mesurer ? Les stomates sont-ils impliqués ? La force est-elle la même chez les plantes en C4 ? Où en sont les recherches du Goetheanum sur cette force horizontale ?

          Vous dites : “En fait c’est plus rationnel que de prétendre que la plante est seulement un assemblage moléculaire, car la science matérialiste qui a pu créer ces mêmes assemblages moléculaires n’a jamais pu constater aucune évolution de ces assemblages, même plantés dans la terre et arrosés, n’a jamais pu constater qu’une force les élançait vers les hauteurs et créait en même temps, par succession, les feuilles, les fleurs et les fruits. ”

          Je ne suis pas sûr de bien vous comprendre, c’est parce que l’on ne peut pas refaire une plante in vitro que cela légitime nécessairement la force invisible que vous mentionnez. Et pourquoi ne serait-ce pas l’action de Dieu ou des Aliens ? Ou peut être plus raisonnablement que nous n’avons pas encore toutes les connaissances dans ce domaine particulier ? Et vous serez peut être ravi de savoir qu’il est possible, à partir de cellules de méristèmes, de guérir et maintenir des productions de canne à sucre, manioc, igname ou bananier dans des pays défavorisés.
          Voir ici pour des découvertes incroyables sans intervention de la moindre force horizontale :
          https://www.inrae.fr/actualites/abc-techniques-culture-vitro

          Vous dites : “La force de transformation des plantes est bien au-delà du pauvre entendement qui s’attelle aux propriétés de la matière, il faut l’avouer, même si on tient des raisonnements rassurants et d’allure scientifique qui en fait conduisent simplement à considérer qu’un grain de sable arrosé et chauffé peut devenir une graine végétale. La génération spontanée n’existant pas, en toute logique la qualité de vie n’émane pas de la matière morte. Et il n’est simplement pas scientifique de prétendre le contraire, puisqu’on n’a jamais pu constater le contraire, on n’a jamais pu constater qu’une machine marchait toute seule et prenait vie d’elle-même, sauf au cinéma bien sûr. ”

          Et je suis tout à fait d’accord avec vous, ce qui n’empêche que vos forces horizontales n’ont toujours pas montré en quoi l’article sous lequel vous commentez est faux. Et épargnez nous vos « c’est trop long » et autres larmoiements, si c’était vraiment aussi faux que vous le prétendez, ce ne devrait pas être si compliqué de le réfuter.

          Horizontalement votre,

          Cyril.

          1. La force horizontale, ou de diffusion des feuilles, qui contredit la tendance à la tige à s’élancer vers le haut en gardant sa forme longiligne, ne prouve pas que l’article est faux, mais qu’il ne parle pas de ce qui réellement compte dans la biodynamie, il préfère parler des êtres élémentaires parce qu’il sait que cela va faire sursauter les lecteurs, alors que Steiner dans son Cours aux agriculteurs n’en parle pas, parce que la question des êtres élémentaires n’était pas forcément utile selon lui pour les agriculteurs auxquels il s’adressait.

            J’ai donné un lien vers l’article auquel je faisais allusion, mais la modération ne l’a pas restitué.
            https://www.lemonde.fr/vins/article/2021/09/04/selon-une-etude-le-vin-bio-a-meilleur-gout_6093372_3527806.html

            Cette force qui tend à diffuser la plante vers l’extérieur est en équilibre à la force qui tend à la recentrer sur elle-même, et le principe de Steiner n’est pas de parler des êtres élémentaires à tort et à travers, comme le suggère l’article, mais d’expliquer les principes actifs, qui sont au fond de nature morale. Car l’équilibre entre les forces qui tirent vers l’extérieur, et celles qui intériorisent, est de nature morale.

            La grande erreur de la biologie moderne est de chercher un seul principe, réductible en équation, pour gouverner notamment la croissance des plantes. Elle étudie les différentes parties de la plante, grosses ou petites, pour voir ce qui peut manifester ce principe unique, et reste continuellement myope, même quand elle regarde la plante au microscope, parce qu’elle ne veut simplement pas concevoir que les corps vivants ont plusieurs principes en eux qui sont en équilibre. Regarder les plantes au microscope donne l’impression qu’on saisit l’essence des principes, mais comme on veut les réduire à un seul, on ne saisit que des fragments qui dans la globalité de la plante n’expliquent jamais rien. Quand la force de la plante l’amène à créer des feuilles, elle obéit à un principe, quand cette même force l’amène à allonger sa tige, elle obéit à un autre principe. Ce qu’il est important de mesurer est l’équilibre entre ces forces, car c’est par cet équilibre que la plante sera bonne à manger.

        2. Rappelez nous comment Steiner savait tout ça déjà ?

          Il était clairvoyant et avait lu ces « vérités » dans les annales akashiques n’est ce pas ?

          Quelqu’un d’autre a-t-il réussi cet exploit à votre connaissance ? Juste histoire de recouper les informations quoi.
          Quelqu’un de vivant ça nous aiderait pas mal quand même.

          1. Mais oui, voyons, un tas de gens l’ont fait, en fait les génies de l’humanité, ses phares, ses individus les plus évolués.

            J’ai déjà dit : Victor Hugo. Il a bien lu dans l’Akasha.
            Steiner disait lui-même que Gustav Meyrink avait partiellement lu dans l’Akasha.
            En fait c’est très courant. Pierre Teilhard de Chardin a aussi lu dans l’Akasha, il a raconté comment il y était parvenu, c’est dans le livre sur lui de Cuénod.

            Pour les gens vivants, je ne vois pas trop. J’ai un ami poète qui a des aperçus de l’Akasha lorsqu’il contemple la nature ; cela se manifeste en lui sous la forme de questions. Il ne dirait pas qu’il lit dans l’Akasha, mais le fait est qu’il lit des lettres dans l’Akasha, qu’il a des aperçus, il se nomme Marcel Maillet. https://remimogenet.blog.tdg.ch/archive/2011/11/27/il-a-neige-sur-le-jardin-de-marcel-maillet.html
            Je pense que d’autres artistes ont des aperçus de l’Akasha, qu’ils aient envie ou non de l’admettre.
            Pour des philosophes, je n’en connais pas qui le fassent mais il y en a sûrement.

  3. Long, touffu, confus, prenant le matérialisme pour la vérité, inefficace à force de mots sans fin.

    Rémi, anthroposophe

    1. Bonjour Rémi, l’article est au contraire bien sourcé, va à l’essentiel sans s’embarrasser de la spiritualité inhérente à la vision occulte des disciples de Steiner.
      C’est une référence pour quiconque se renseigne sur l’agriculture anthroposophique qu’est la biodynamie.
      Cyril-dgnr

  4. Bonjour,
    La liste du docteur Maury me fait penser au gouvernement français qui écoulait le surplus des mauvais vin à la cantine des écoles jusqu’à ce que cela soit prohibé. Tous les groupes occultistes à dérives sectaires inventent des potions ou des méthodes magiques de guérison. Dans les années 1955, Mendès-France fit boire du lait aux enfants dans les écoles car nombre d’entre eux souffraient du rachitisme, là point d’occultisme, un vrai problème de santé publique.

  5. Merci de votre éclairage ! Il n’est pas toujours simple de reconnaître ces charlatans !

  6. Bonjour
    Je suis le secrétaire de l’union des familles laïques de Toulon (UFAL TOULON).
    Je souhaite proposer aux adhérents et sympathisants une conférence en ligne sur le sujet de cet article qui concerne également le Var.
    Seriez-vous intéressé pour délivrer cette conférence ?
    Merci
    Cordialement
    Christophe HASER

  7. Noté la violente campagne de trollage et de dénonciation calomnieuse des anthroposophes contre AgriGenre

    https://veritesteiner.wordpress.com/2021/02/11/violente-campagne-de-trollage-et-de-denonciation-calomnieuse-des-anthroposophes-contre-agrigenre/

    Pour l’anthroposophie le Christ est descendu du Soleil, Bouddha s’est réincarné sur Mars, cette planète est une planète liquide, la Lune est faîte de corne vitrifiée, le cosmos s’arrête à Saturne, ce sont les Gnomes qui font pousser les plantes, la Résurrection du Fils de Dieu aurait engendré le phénomène de la radioactivité, l’Atlantide n’est pas un mythe mais un continent où les hommes avaient des corps cartilagineux capables de s’étendre à volonté, les Blonds ont une intelligence cosmique, une femme blanche qui lit un « roman nègre » alors qu’elle est enceinte pourra avoir un enfant tout gris, ceux qui ont beaucoup de taches de rousseur étaient des imbéciles dans leur précédente incarnation, les Dinosaures étaient en fait des Dragons cracheurs de feu, les Africains pensent avec leur cerveau-arrière, l’organe sexuel du futur sera le larynx, tricoter développe de bonnes dents, le cerveau est comme un tas de fumier, les hommes et même la Terre se réincarnent, ce sont les Dieux qui ont révélé à Steiner les principes de la pédagogie Waldorf.

    1. C’est certainement un bon vin que tu as bu, mais ce n’est pas grâce à la biodynamie..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.