Biodynamistes, tous anthroposophes ? Regard d’une saisonnière sur ses anciens patrons

Cette publication est le quatrième témoignage publié sur AgriGenre, après celui de Lazare Mulot, Camille Grivand et Jeanne Soradt qui questionne une partie d'un parcours de vie en milieu rural, dans le milieu bio, en lien avec l'agriculture anthroposophique dite "biodynamie". 

"Le secret des sources est un élément fondamental du métier de la recherche en sciences sociales. (...)  Cette éthique, manifestée par la généralisation de la pratique de l’anonymisation, conditionne la participation des enquêté·es avec lesquel·les nous établissons des contrats de confiance d’autant plus importants que le terrain est sensible."
Un droit au secret des sources pour les chercheurs et les chercheuses en sciences sociales ?

Après plusieurs années passées dans le monde  étrange de la biodynamie, voyageant de fermes en fermes pour me plonger toujours plus dans cet univers, j’ai déconstruit mes croyances et porté deux témoignages :

  • – le premier est un écrit pour l’UNADFI (Union Nationale des Associations de Défense des Familles et de l’Individu victimes de sectes) “In vino veritas” ,

J’y relate un long parcours de saisonnière fascinée et passionnée par la biodynamie, qui réalisera des années après ses premières vendanges chez un vigneron labellisé Demeter que la biodynamie n’est qu’un premier pas vers une doctrine de type sectaire appelée l’anthroposophie.

Depuis, j’ai découvert la communauté des debunkers, notamment sur X (anciennement Twitter). Ils se battent tous les jours contre l’obscurantisme, quitte à subir de fortes pressions, du harcèlement, voire se mettre en danger. Certains d’entre  eux se plaisent à énumérer les croyances les plus folles du fondateur de l’anthroposophie : Rudolf Steiner (1861-1925). Ils font souvent cela avec beaucoup d’humour et cette méthode est nécessaire et efficace pour pallier aux mensonges de l’anthroposophie et démontrer au grand public qu’il ne s’agit pas d’une philosophie et encore moins d’une science ( comme s’acharnent à le répéter les défenseurs de cette doctrine de type sectaire ).

Cependant, je constate également qu’une question reste en suspend dans cette affaire : quid des personnes qui pratiquent la biodynamie ? Sont elles réellement au courant des inepties de Steiner ? Y adhèrent-elles vraiment ? Cachent-elles leurs croyances aux yeux du public et des consommateurs ? Ou sont-elle labellisées chez Demeter par simple appât du gain ?

Je ne prétends pas répondre à ces questions, car je ne suis pas dans la tête de ces personnes. Mais ayant connu personnellement plusieurs d’entre elles, je souhaite apporter ici un éclairage grâce à mon expérience personnelle. Je tiens à préciser également que je vais me concentrer uniquement sur les vignerons, car c’est l’immense majorité des agriculteurs que j’ai rencontré en biodynamie.

Avant toute chose, je veux exprimer un fort regret, voire une amertume. Je vois, presque quotidiennement, des articles de presse faisant la promotion de la biodynamie avec une immense complaisance ou bien une ignorance crasse. A l’heure où des voix s’élèvent pour prévenir des dangers de l’anthroposophie, des journalistes paresseux ou peu scrupuleux continuent sans vergogne à diffuser le prosélytisme d’une des doctrines de type sectaire la plus puissante du monde.

Mais commençons par le commencement.

Comment un vigneron en arrive-t’il à se convertir à la biodynamie ?

Les vignerons en agriculture bio et biodynamiques fonctionnent en réseaux locaux voire en collectifs  pour une large majorité d’entre eux. C’est finalement un petit univers où tout le monde connait tout le monde d’une région à l’autre et où une entraide solide forge les liens. Il va sans dire que des conseils pratiques sont diffusés largement, ce qui est une bonne chose sur la forme mais peut parfois devenir délétère.

Le discours officiel et récurrent des défenseurs de la biodynamie c’est la prétention que cette dernière  est “plus bio que bio” . Si en effet les doses de soufre  et de cuivre tolérées par le cahier des charges Demeter sont moindres que pour le label “Ecocert” par exemple, il n’en reste pas moins que les  pratiques magico-religieuses imaginées par Steiner n’apportent rien, tant en terme d’environnement qu’en terme de productivité. Cependant, si un vigneron bio est pour la plupart du temps engagé pour des pratiques plus saines en vue de la protection de la biodiversité et de la santé publique,  la jolie  vitrine  de la biodynamie sera pour lui extrêmement attrayante, sans parler des avantages financiers qu’elle représente.

Les vignerons en agriculture biologique se voient nécessairement confrontés aux idées des vignerons biodynamistes. Il faut savoir que les biodynamistes savent très bien argumenter pour “vendre” leurs pratiques. Ainsi, les vignerons bios seront encouragés à tester les bouses de cornes dynamisées, le calendrier lunaire, etc. Puis, ils pourront, à l’aide des biodynamistes, constater des résultats biaisés. A titre d’exemple, la silice de corne est l’un des traitements principaux en biodynamie. On enterre des cornes remplies de quartz broyés pendant 6 mois, puis on utilise cette préparation en la mélangeant dans l’eau et on épand ça sur les cultures à raison de 4g par hectare. Il va sans dire que les résultats d’un tel traitements n’ont pas été éprouvés, mais au contraire, ils sont réfutés par la communauté scientifique. Cependant, lorsqu’on use d’une telle pratique auprès de biodynamistes convaincus, ces derniers auront tous le même discours : les résultats sont visibles, les feuilles sont plus vertes et sont joliment dressées vers le ciel. Les biais cognitifs se mettent en marche, et le vigneron voit son incrédulité s’amoindrir tandis qu’il “constate” un phénomène qui n’existe que dans sa tête.

Les graines de la dissonance sont donc semées. Ils pourront rester comme ça pendant des années, à ajouter une pratique après l’autre en restant confrontés aux discours pseudo-scientifiques de leurs confrères biodynamistes, et à un certain degré, dans une mesure extrêmement fine, sera distillée  subtilement une petite part de mysticisme. Je parle ici, de choses auxquelles j’ai été moi-même confrontée et dont j’ai pu être témoin.

Alors, finalement, pourquoi se contenter des pratiques sans adhérer au label, qui apportera à leur vin un certain prestige, une meilleure visibilité ? Les bouteilles se vendront mieux et plus chères avec une certification en biodynamie.

Pour conclure, il existe bel et bien des vignerons qui se convertissent par réel conviction religieuse. Ils sont nés dans des familles anthroposophes ou bien on lu et se sont laissés berner par inepties de Steiner, et bien souvent, dans ce cas, ces deux  éléments s’entremêlent. Mais ils ne constituent qu’une minorité des nouveaux convertis, laissant place à une large majorité de biodynamistes à la base non croyants qui se sont laissés happer par les promesses de la biodynamie.

La pratique : terrain glissant vers un système de croyance

Afin d’obtenir la labellisation, les agriculteurs doivent respecter les cahiers des charges biodynamiques. Il en existe plusieurs mais le principal reste le cahier des charges Demeter. Dans celui-ci, les références aux conférences de Rudolf Steiner sont légion. Je parle ici, des “Cours aux agriculteurs” , série  de conférences données  par  Rudolf  Steiner en 1924. Les pratiques infondées restent inchangées depuis 100 ans ! Rudolf Steiner n’avait ni connaissances théoriques ni expérience dans l’agriculture. Seule sa prétention à lire les mémoires Akashiques par la méditation constitue le fondement de ce qu’est la biodynamie aujourd’hui. Adhérer à la biodynamie, c’est croire aveuglément aux intuitions d’un homme et s’imposer sans recul des pratiques magico-religieuses, et parfois sans même se rendre compte qu’il s’agit de croyances mystiques. Dès l’introduction du cahier des charges Demeter, l’agriculteur est confronté à des affirmations comme celles-ci ( p.8 et 9, Cahier des charges, Demeter, 2023 ) :

Dans les processus de vie, de nombreuses forces, variées, qui ne proviennent pas uniquement d’interactions matérielles, travaillent collectivement. Toutes les mesures agricoles se basent sur l’activation des processus qui accroissent et stimulent ces liens naturels.

L’ensemble des connaissances spécifiques qui constitue le socle de l’agriculture biodynamique, dans la mesure où ces connaissances vont au-delà de l’expérience pratique et scientifique, provient du « Cours aux Agriculteurs » de Rudolf Steiner qui date de 1924, et du contexte spirituel de l’anthroposophie dans lequel s’est inscrite cette conférence.

Le travail en biodynamie exige que l’on se sente fortement relié à l’essence de la méthode biodynamique, à ses principes et à ses buts. A cet effet, il est nécessaire de pénétrer les processus naturels, en utilisant l’observation, le processus de pensée et la perception.

Toutes les mesures utilisées sur un domaine, selon la méthode biodynamique, doivent être évaluées selon les principes holistiques. Dans un ensemble vivant, ce n’est pas seulement l’équilibre de la matière qui est d’une importance prédominante, mais aussi (Rudolf Steiner y fait expressément mention dans le Cours aux agriculteurs) le fait de compenser les « abus d’exploitation des forces ». L’attention particulière portée aux détails de la production, du stockage et de l’usage des préparations biodynamique est d’une importance majeure. Les connaissances de la science spirituelle indiquent que les composants d’origine minérale, végétale et animale peuvent être métamorphosés sous les effets d’influences cosmiques/terrestres durant le cours de l’année et se transformer en préparations biodynamique dotées de forces.

Lorsque Rudolf Steiner, et par extension les fondateurs du label Demeter parlent de “forces” , ils font  référence aux forces invisibles, cosmiques et étheriques. Il en va de même pour l’idée de “perception” . A noter également qu’il est question de spiritualité anthroposophique. Il est difficile, dans ces conditions, d’affirmer qu’on peut être en biodynamie sans embrasser des croyances mystiques, à moins de faire preuve d’une grande mauvaise foi. Ainsi, dès le début de sa conversion, l’agriculteur est impliqué dans les croyances liées à l’anthroposophie.

En pratique, il devra, pour répondre aux exigences du label, appliquer les traitements qui ne sont  rien d’autre que des potions magiques. Il devra, par exemple, enterrer des cornes de vaches remplies de bouses à la période hivernale afin qu’elles se chargent des énergies cosmiques enfouies dans les  sols à  ce moment de l’année. Puis, il devra les déterrer et les diluer à dose infinitésimale en créant des vortex afin que l’eau puisse conserver une mémoire de ce “principe actif” ( la fameuse dynamisation ), avant de la pulvériser dans ses champs et d’observer des résultats imaginaires. Comment peut-on avoir de telles pratiques sans s’auto-persuader qu’elles sont justifiées ? Comment peut-on s’auto-persuader de ça sans adhérer malgré soi à une forme de pensée magique ?

Vient également le calendrier lunaire, l’un des piliers de la biodynamie. Outre la pseudo science, encore trop répandue, consistant à croire que la Lune  a une influence sur les cultures, on peut y lire que les mouvements des astres de notre système solaire constituent un paramètre incontournable pour une bonne pratique de l’agriculture. Ainsi, le calendrier propose un programme, jour après jour, que le  bon biodynamiste devra suivre en dépit des contraintes que  cela  engendre.  Certain d’entre  eux se conforment  coûte que coûte à ce programme plutôt qu’à des urgences plus pragmatiques comme la météo par exemple.

Alors, oui, en effet, c’est lunaire !

De plus,  entrer en biodynamie, c’est  être validé par ses pairs. Les vignerons pratiquent une sorte d’entre soi, rejetant avec véhémence les agriculteurs en conventionnel.  Ils diabolisent celles et ceux qui ne sont pas de leur bord et tombent dans un élitisme duquel il est difficile de se défaire. Ils seront également incités à lire Rudolf Steiner, en commençant par “Philosophie de la liberté” , qui comme l’a dit Grégoire Perra, est un ouvrage qui “fracasse la pensée” .

A force de pratiques comme celles-ci, l’agriculteur en biodynamie n’a d’autre choix que de s’auto-persuader, voire s’auto-endoctriner pour pouvoir continuer à appliquer sans esprit critique, les préceptes de Rudolf Steiner.

Derrière la vitrine

Les croyances et pratiques évoquées plus haut ne sont que la vitrine de ce qu’est réellement la biodynamie imaginée par Rudolf Steiner. Il a diffusé des croyances bien plus invraisemblables  qui doivent d’être mises en lumière pour que le public réalise l’étendue de la folie de cet homme.

S’il est impossible de résumer sa vision entière du monde qui nous entoure, concernant l’agriculture, je peux livrer quelques exemples ici :

  • Rudolf Steiner affirmait que le monde est régit par des forces du mal ( Lucifer, Arhiman et Soradt ). Arhiman est le démon du matérialisme. On est sous son influence lorsqu’on s’intéresse de trop près à la science ou que l’on utilise des machines. L’agriculteur sera ainsi incité à se débarrasser au maximum de toute mécanisation ( tracteurs, motoculteurs, etc.)
  • Mars, Vénus et Jupiter transmettent leurs forces à la Terre, notamment en hiver.
  • Il existe des créature dans le monde invisible qui doivent être “appelées” au travers de différentes pratiques pour aider les cultures à pousser sainement et vivement. Ainsi, les agriculteurs devront utiliser les préparations biodynamiques pour invoquer tour à tour sylphes, ondines, salamandres et autres gnomes.
  • Les corps ethériques des plantes peuvent être perçus grâce à la méditation.
  • Les orties sont urticantes parce qu’elles viennent de mars.
  • Une danse sacrée, appelée “eurythmie” peut être pratiquée pour aider les plantes à pousser ou pour donner meilleurs goût aux fruits.

S’il est  aisé de supposer que la plupart des biodynamistes adhèrent au devant de la vitrine, il devient plus compliqué  de savoir s’ils croient réellement à la face cachée de la biodynamie. Et cela, même quand on les fréquente ! Il faut d’abord mettre l’accent sur le fait que tous ne fonctionnent pas de la même manière, il n’y a pas de réel homogénéité dans ce groupe de personnes. Les degrés d’adhésion sont variés.

Dans une très large majorité, ils cachent leurs croyances, y compris les plus “assumables” . En dehors de la pseudo-science inhérente aux doses homéopathiques employées et à l’influence de la lune, ils ne parlent que très rarement des réels enjeux de la biodynamie. Il me semble même que certains ne sont  pas au courant que des gnomes vivent dans leur compost. Lorsqu’on cherche à les interroger sur ce type de sujets, ils peuvent aller jusqu’à prétendre que Rudolf Steiner n’a jamais eu ce genre de propos. Ils se plaisent à expliquer que seuls certains vignerons un peu dingues croient se genre de choses mais que la biodynamie en elle-même est très cartésienne. A titre d’exemple, j’ai rencontré un biodynamiste qui m’affirmait être très éloigné du mysticisme, en particulier celui qui consiste à dire que les planètes agissent sur les sols terrestres. Bien plus tard, j’ai découvert que ce monsieur publiait des ouvrages expliquant comment entrer en contact avec les esprits des plantes.

La loi du silence, dans cet univers est extrêmement respectée. Il s’agit d’une stratégie de Rudolf Steiner lui même, qui rappelait dans plusieurs de ses conférences et ouvrages que l’anthroposophie doit avancer masquée. Et cette stratégie est très efficace ! Si le grand public savait quelles inepties motivent les biodynamistes, il réaliserait qu’il s’agit là d’une dérive de type sectaire et non d’une agriculture super écolo !

” Mais le succès de notre entreprise est lié à une condition qui a été soulignée avec rigueur et répétée à maints reprises, à savoir que le contenu de notre cours reste pour le moment la propriété spirituelle des cultivateurs de fait qui composent ce cercle. En effet, il y avait également là des personnes que l’agriculture intéressait mais qui, n’étant pas des professionnels, n’ont pas pu être admises dans le cercle ; à ces personnes, il a été explicitement enjoint de ne pas retomber dans la vieille habitude anthroposophique d’aller tout de suite raconter à n’importe qui tout ce qu’on vient d’entendre ; car les indications données ne peuvent être mises en pratique de façon significative que si le contenu de ce cours reste d’abord dans le cercle des hommes de métier, des agriculteurs qui en feront l’essai.”
(Rudolf Steiner, “Cours aux agriculteurs” , p.8)

Biodynamie et anthroposophie

Lorsque je cherchais à en savoir plus, je posais tout un tas de questions à mes différents patrons. Je déclenchais sans m’en rendre compte énormément de méfiance. Cependant, j’ai rencontré parmi eux des vignerons relativement “bavards” qui d’un ton hésitant m’ont parlé des êtres élémentaires, des vaches reliées au cosmos par leurs cornes et autres fantaisies de ce genre. Mais, lorsqu’on semble émettre un doute ou même un vague amusement face à de telles affirmations, ils prennent immédiatement du recul, entrent dans une position d’apparence raisonnable en affirmant que ce sont des croyances appartenant aux plus “dingues” des biodynamistes. Lorsqu’ils adoptent de tels comportement, non seulement ils cherchent à garder leur crédibilité et en plus ils cachent les croyances fondamentales qui constituent l’anthroposophie. La réputation du Maître (Rudolf Steiner) est sauve et par conséquent celle de l’anthroposophie aussi.

Car au public on présente l’anthroposophie comme une philosophie et jamais comme un système de croyances. Les anthroposophes siégeant dans les hautes sphères du Goetheanum tiennent beaucoup à entretenir cette confusion. Bien souvent, ils mettent en avant les préceptes du livre ” La philosophie de la liberté” de Rudolf Steiner en omettant de parler des autres “œuvres” de Rudolf Steiner comme “Chroniques de l’Akasha” (dans lequel il nous parle de nos ancêtres les Atlantes ) ou “Les être élémentaires” (relatant l’existence des gnomes, sylphes, ondines et salamandres).

Pour en revenir aux agriculteurs en biodynamie, la question demeure toujours en suspens : “Sont-ils à proprement parler anthroposophes ?” . Difficile à dire, et on peut raisonnablement considérer qu’il s’agit de cas par cas. Et pour répondre à cette question, il faut d’abord se demander ce qu’est un anthroposophe. Question également épineuse ! Il existe plusieurs cases à cocher :

  • On peut devenir officiellement membre en adhérant à  la société anthroposophique qui est une association.
  • En adhérant à des croyances plus ou moins grandes (de l’influence de la Lune jusqu’à l’existence d’un Christ cosmique incarné dans le soleil )
  • En consommant les produits issus de l’agriculture biodynamique, les cosmétiques Weleda.
  • En participant (activement ou non ) aux émanations de l’anthroposophie : compte en banque à la Nef, enfants scolarisés en écoles Steiner Waldorf, en consultant des médecins anthroposophes
  • En choisissant une carrière dans l’une ou l’autre de ses émanations.

Ainsi, on est en droit de considérer que les agriculteurs et agricultrices en biodynamie sont tous et toutes anthroposophes.

Dissimulation et conclusion

Finalement, il est possible de savoir si oui ou non, les agriculteurs en biodynamie sont anthroposophes, en ayant un regard extérieur et éclairé sur ce qu’est ce mouvement. Ce mouvement se cache, dissimule, c’est un obscurantisme. La plupart d’entre eux peuvent avoir la plus grande foi du monde en affirmant qu’ils ne sont pas anthroposophes, tout simplement parce qu’ils ne le savent pas eux-mêmes ! L’art du secret se pratique entre gens du métier.

J’étais moi même assez reconnu dans ce domaine, j’ai travaillé pour des maisons parmi les plus prestigieuses, j’étais préparatrice pour un domaine viticole mondialement reconnu, j’ai intégré des entreprises de grande envergure. Mais je n’avais aucune idée que j’étais moi même anthroposophe ! Et pourtant, j’aurais aimé savoir que j’avais ce statut, à l’époque ! Aujourd’hui encore, même avec du recul et une vision plus cartésienne et globale  de tout ça, il m’arrive parfois de me poser cette question.

Selon Grégoire Perra :

” L’agriculture biodynamique se diffuse beaucoup à travers des agriculteurs qui n’ont pas une connaissance claire de la doctrine anthroposophique sous-jacente. Ceci n’est pas une anomalie, mais le mode de diffusion même de l’Anthroposophie, qui ne cherche pas à opérer des conversions conscientes, comme dans les religions traditionnelles, mais des “glissements” vers ses croyances, à travers ses pratiques et ses modes de vie. On devient la plupart du temps anthroposophe sans le savoir. C’est pourquoi beaucoup d’anthroposophes déclarent sincèrement ne pas l’être.”
(Mathieu Repiquet, Qu’est-ce que l’anthroposophie ? Entretien avec Grégoire Perra, Mediapart du 10 mai 2020)

Ainsi, il est plus que nécessaire d’alerter un public, le plus large possible, notamment concernant les croyances les plus secrètes de l’anthroposophie.

A mon sens, chaque personne intéressée par cette “philosophie” devrait lire les œuvres de Rudolf Steiner pour avoir une meilleure connaissance de ce qu’il a voulu diffuser.

L’anthroposophie, comme doctrine, est malhonnête par essence et fait des ravages de plus en plus grands dans une société emprunte de doutes et de peurs. Elle se déguise en association bienveillante, surfant sur la vague écologiste et humaniste. Elle s’élève en UNIQUE résistante face aux industries pétro-chimiques polluantes et désastreuses.

Cette doctrine séduit des parents, soucieux du bien être et de la liberté de leurs enfants pour mieux endoctriner les élèves des écoles Steiner Waldorf.

Elle propose des “alternatives” délétères à la médecine traditionnelle en laissant croire que des médicaments à base de gui peuvent se substituer à la chimiothérapie dans le traitement du cancer.

L’anthroposophie, comme système de pensée, ment , elle  endoctrine insidieusement ! Elle avance masquée, c’est sa force ! Il faut que chaque personne consciente du problème fasse tomber le masque.

A bon entendeur !

Camille B.
Saisonnière en agriculture

Pour citer cette publication : Camille B., Biodynamistes, tous anthroposophes ? Regard d'une saisonnière sur ses anciens patrons, AgriGenre, avril 2024.
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/19406
DOI : https://doi.org/10.58079/w51n

Ressources complémentaires : voir le dossier consacré à la biodynamie


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
camillb (1 avril 2024). Biodynamistes, tous anthroposophes ? Regard d’une saisonnière sur ses anciens patrons. AgriGenre. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w51n


12 réflexions sur « Biodynamistes, tous anthroposophes ? Regard d’une saisonnière sur ses anciens patrons »

  1. Jugez de la “pertinence” de cet article : outre les fautes de français (“palier aux..”.), j’en recopie ici la phrase la plus emblématique:
    On enterre des cornes remplies de quartz broyés pendant 6 mois, puis on utilise cette préparation en la mélangeant dans l’eau et on épand ça sur les cultures à raison de 4g par hectare. Il va sans dire que les résultats d’un tel traitements n’ont pas été éprouvés, mais au contraire, ils sont réfutés par la communauté scientifique.

    Bravo la référence à la communauté scientifique ! C’est une belle référence !

    Ce que les gens sont bêtes : comme si Steiner avait inventé des pratiques agricoles ancestrales…Steiner n’a rien inventé du tout et il ne faut rien lui attribuer…Ces pratiques traditionnelles remontent à la nuit des temps et ont fait leurs preuves sans avoir besoin d’un Steiner..C’est le principe même de l’homéopathie ou de la mémoire de l’eau qui est de donner une information subtile….Il n’y a pas à nier ces évidences…

  2. Bonjour,
    Je maintiens que vous êtes soit de mauvaise foie ou vos sources sont incomplètes.

    En aucune façon ceux qui pratiquent la biodynamie sont forcés d’adhérer à l’anthroposophie. J’ai en effet été président de l’association Demeter par conviction et non rémunéré.

    Il serait bon que vous n’ayez pas d’œillères et d’aprioris et de se référer à des on dit de personnes mal intentionnées.

    Si le cœur vous en dit , je peux vous inviter à mon domicile pour dialoguer sur nos façons de ressentir les choses. La dialectique n’est pas mon fort. J’ai toujours rechercher des solutions qui peuvent aider les humains.

    1. Donc selon vous, la biodynamie n’a aucun lien avec Rudolf Steiner et l’anthropolosophie !? Mais d’où DIABLE, ou plutôt d’où SORADT vient la biodynamie ?

    2. Monsieur Leclaire,

      Je ne doute pas de vos croyances. En tant qu’anthroposophe reconnu, vous devez souffrir d’une forte dissonance à la lecture de ce genre d’article.

      Je sais qu’il est difficile pour une personne de votre obédience d’accepter les critiques concernant vôtre maître à penser, monsieur ruru Steiner.

      Pour ma part, je n’estime pas utile de vous présenter mon cv pour vous prouver quoique ce soit. À mon sens, j’ai croisé trop de mauvaise foi dans le milieu de la biodynamie, et je n’ai plus vraiment envie de prouver quoique ce soit aux anthroposophes.

      PS: je viendrais bien boire un coup de Château-neuf du Pape biodynamique chez vous, mais quand on m’insulte j’hésite à accepter l’invitation.

  3. Bonjour,

    J’ai pratiqué la biodynamie pendant quarante ans sur un maraîchage avec sept ouvriers. Je m’en suis toujours bien porté, je vendais mes légumes aux grossistes de Rungis qui étaient satisfaits de nos productions.

    Ceux qui parlent ne doivent pas savoir grand chose de la biodynamie , sont t’ils payés pour débiter ses mensonges. Je suis peiné que de t’elles conneries soient écrites. Pour votre gouverne, plus de 1 000 vignerons pratiquent la biodynamie.

    1. Bonjour,

      Le fait que le patron soit riche et heureux n’est pas une preuve qu’il en soit autant de ses ouvriers qui devraient avoir le droit de s’exprimer librement.
      Ne pensez-vous pas que le fait que vous soyez l’ancien directeur de Demeter (information que vous avez omise) le principal lobby d’agriculture anthroposophique (biodynamie) n’est-il pas un conflit d’intérêts ?
      Quand au fait que 1000 vignerons soient labellisés n’est pas une preuve quelconque du bonheur de ses travailleurs, d’autant plus que le volet social est totalement absent des labels anthroposophes à commencer par Demeter. N’est-ce pas Rudolf Steiner qui a dit que le travail ne devait pas être payé ?

      Cordialement,

    2. Ce commentaire offre un éclairage supplémentaire aux explications fournies par l’article : le rejet et le dénigrement de toute personne qui partage son analyse critique après s’être consacrée pendant plus d’une décennie à la biodynamie ne peut donc résulter que d’ignorance ou être influencés par des intérêts pécuniaires pour diffuser des mensonges.
      M. Leclaire, dommage que vous ayez omi de mentionner votre rôle antérieur d’ex-président de Demeter France.

    3. Shuuuuttt, vous allez griller ma couverture! Si les pontes de Monsanto s’en rendent compte je toucherai pas mon chèque. Et comme je suis une saisonnière, je suis un peu écervelée, je comprends pas trop comment on parle aux plantes pour leur apporter des soins grâce aux astres et aux sylphes. Pardon monsieur, vous aviez pas moins de 7 ouvriers, vous devez bien mieux analyser les choses que moi…

    4. Et donc ??? Être bien portant et vendre des légumes a Rungis c’est une preuve que la biodynamie fonctionne !!!

      Vous avez une idée du nombres d agriculteurs bien portant en non biodynamistes qui fournissent le marché de Rungis ?

      Vous êtes un peu dans la lune mon p’tit Michel !

  4. Merci. J’ai moi même côtoyé ce milieu et il est certain que poser des questions sur comment ça marche est assez tabou.
    Beaucoup de jardinier et maraîcher se contente d’utiliser le calendrier de Maria Thun en pensant ainsi lutter préventivement contre les maladies (en favorisant un terrain de santé). J’en faisais partie et lorsque j’ai appris que la Lune n’avait pas d’effet notable sur les plantes ça m’a fait bizarre.
    Depuis que je le dis autours de moi j’ai moins de contact avec les jardiniers anthroposophes (malgrés eux !?) 😬😅

  5. Merci pour ce témoignage qui complète les autres témoignages présents sur AgriGenre.

    Quand on lit cela on peut se demander comment l’État peut valider un BPREA spécialité agriculture biologique et biodynamique (à Segré dans le Maine-et-Loire) ?

    Anne Guillaumin

    1. Excellente question, qui mérite vraiment qu’on se penche dessus.
      L’état qui soutient des formations pour entrer des des organisations sectaires, c’est tout simplement scandaleux. Pour la petite histoire, j’ai failli intégrer cette formation ( trop chère pour une saisonnière)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.