Rapport des paysannes au champ technique sur leurs exploitations

Engagé dans un projet de recherche portant sur les différentes manières d’innover en agriculture, centré sur les usages et les technologies utilisées par les paysannes / agricultrices, il m’est apparu intéressant au préalable de recenser quelques types de pratiques et d’outils utilisés par les paysannes / agricultrices à travers l’histoire (19ème-21ème siècle). Le tout sous le regard et l’analyse des rapports sociaux de genre.

Cet article va s’enrichir petit à petit avec le temps. Vous allez donc le voir évoluer au cours de vos visites.

Outils et instruments

« Le corps est le premier et le plus naturel instrument de l’homme. Ou plus exactement, sans parler d’instrument, le premier et le plus naturel objet technique, et en même temps moyen technique, de l’homme, c’est son corps » (Marcel Mauss, « Les techniques du corps », Journal de psychologie 32 , 1936, p. 372)

Le principal outil : la main

Récolte de pommes de terre

Les outils et les instruments agricoles sont majoritairement créés par des hommes pour la pratique agricole des hommes. Sauf cas particulier, les femmes emprunteront ces outils et instruments et elles devront s’adapter à leurs caractéristiques propres (taille, poids, etc.). Cette asymétrie d’objet reflète une asymétrie sociale entre les genres.

Double rôle assigné : travailleuse et mère

Femme avec une faux , gardant une enfant

Les photographies ne sont pas destinées à être partagées en dehors d’un cercle restreint de connaissances, ce qui n’est pas le cas des cartes postales qui voyagent au-delà du monde paysan. Les représentations de la réalité peuvent s’avérer différentes.

Si lors de moisson des femmes peuvent user de la faux, on se plait dans des représentations à destination du grand public à véhiculer une autre image : ici le fauchage est attribué à des hommes tandis que des femmes rassemblent la récolte avec attention et soin .

Répartition des tâches selon le genre lors de moisson

Carte postale sur la moisson, 1907

La charrue est apparue au Ve siècle, prenant son essor au Xe siècle. Selon Fernand Braudel son utilisation par les hommes en agriculture a déplacé les femmes hors des champs, tout du moins pour certaines activités. Des circonstances historiques ont conduit des femmes agricultrices à s’approprier cet outil agricole.

Un métier physique

Femmes au labour conduisant une charrue entre 1914-1918

Lors de la Première Guerre mondiale les femmes des campagnes deviennent une population majoritaire, les hommes valides sont envoyés au front. Elles auront la responsabilité des semences, des labours, des récoltes, des animaux, des ventes, etc.

Hommage au labeur des paysannes-fermières.

Carte postale, entre 1915-1916

Ouvrières ou saisonnières, les femmes qui gèrent des exploitations comme « cheffes » ne seront pas toujours reconnues comme telles au retour des hommes qui reprendront les rôles traditionnels de chef de famille et de chef d’exploitation.

Indistinction entre la femme et le rôle de domestique à la ferme

Carte postale entre 1914 et 1918
« Quand le poilu reviendra… S’il est laboureur, il retrouvera ses champs cultivés et sa femme si bien faite aux travaux les plus durs qu’il n’aura plus besoin de domestique »

A la sortie de la Première Guerre mondiale, l’épouse du poilu-paysan/agriculteur n’est pas toujours reconnue comme paysanne/agricultrice. Ici, si l’homme est militaire, la femme est sans statut.

Timbre et carte postale, 1922
« Le poilu est au front, la française au labour »

A l’entrée de la Seconde Guerre mondiale, les mots « paysanne » et « agricultrice » ont encore du mal à se placer. Cette quasi-invisibilité nominative participera à l’absence de reconnaissance du statut d’agricultrice.

Timbre, 1940
« Femme au labour »

«  Il n’est nullement supposé que tout se transforme au même rythme et en même temps, mais que les dynamiques perdurent malgré les stabilisations provisoires et que le stable n’est qu’un acquis provisoire toujours menacé  » (Pierre Ansart, Les sociologies contemporaines, Paris, Seuil, 1990, p. 254)

Maîtriser les animaux de la ferme

Hersage d’un champ au début des années 1900

Une même pratique, un siècle plus tard

Hersage d’un champ en 2020
(Photo : Dominique Pouzoulet )

Machines et machinisme

« Du point de vue capitaliste, la terre était un facteur de production et une marchandise qui différait des autres en ce sens seulement qu’elle était fixe et quantitativement limitée (…) L’agriculture était une « industrie » comme une autre, dont il fallait par conséquent tirer le maximum de profit, et le paysan, un entrepreneur. Le monde rural dans son ensemble était un marché, une source de main d’œuvre et une source de capital. Si son conservatisme obstiné l’empêchait de faire ce que l’économie politique attendait de lui, il fallait l’y amener  » (Eric J. Hobsbawn, L’ère du capital, Paris, Fayard, 1978, p. 250)

L’arrivée des machines dans les mondes agricoles allait modifier les rapports sociaux et les conditions de travail sans corriger ceux de genres.

Batteuse à manège, en 1881

L’introduction du tracteur dans les exploitations agricoles a accentué la division sexuelle du travail entre les hommes et les femmes. A l’homme la technologie, la motorisation et le travail extérieur, à la femme les services, les soins et le travail d’intérieur.

Division des tâches à la ferme selon le genre

Carte postale, 1960

Éduquer le genre : rôles et pratiques

Les objets de la vie quotidienne tout comme les outils et les machines utilisés dans les fermes peuvent être genrés. Les rôles et les pratiques tendent alors à suivre une distribution normée, construite par la société et présentée comme naturelle.

L’agriculteur (homme) sélectionne le matériel agricole de l’exploitation agricole familiale

Publicité de la maison de matériel agricole C.PUZENAT , 1920

Il apparaissait « normal » que l’homme soit représenté d’une certaine manière et la femme d’une autre. Ici un homme lit un journal pendant qu’une femme à ses côtés porte un panier contenant une partie des récoltes. Pouvait-on imaginer une représentation inverse ?

Calendrier, 1928

En dehors du cadre familial, l’enseignement scolaire viendra légitimer la distinction des rôles et normaliser la répartition des tâches. Par l’intermédiaire d’ouvrages scolaires, les garçons et les filles tendront à intérioriser leurs positions respectives dans la société et donc à la ferme. Ces pratiques qui semblent naturelles, « normales », sont en réalité des constructions sociales. Et ce qui est construit socialement peut être déconstruit socialement.

L’image avant l’explication de texte

Écoles rurales de garçons – Écoles rurales de filles, 1959

A suivre…

Pour citer cet article : Valéry Rasplus, " Rapport des paysannes au champ technique sur leurs exploitations ", AgriGenre, avril 2020. Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/19


Echos

¤ Projet MCRD (Mobilisation Collective pour le Développement Rural) USAGER.E.S


2 réflexions sur « Rapport des paysannes au champ technique sur leurs exploitations »

  1. Il est vrai que la différence entre femme et homme perdure encore un peu. Maintenant 1/4 des cheffes d’exploitation sont des femmes. Il est vrai que beaucoup le sont devenues par le départ en retraite du mari, mais la balance commence sérieusement à prendre du poids du côté de chez nous !!!!
    Laurence

  2. Ca correspond à mon expérience d’être dans les champs avec ma fille quand elle était petite. Personellement j’ai considéré ça comme une chance de pouvoir la garder avec moi aussi longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.