Des astres et désastres dans le potager

En nous intéressant à l'écologisation des pratiques agricoles, nous nous sommes questionnés sur différentes pratiques agricoles comme par exemple la permaculture, l'agriculture naturelle, la biodynamie (agriculture anthroposophique)...
Ainsi, si nous n'avons toujours pas  pu croiser des "êtres élémentaires"  (Gnomes, Sylphes, Salamandres, Ondines…) qui interviendraient au niveau des cultures, nous avons pensé que nous pourrions nous pencher sur les supposées influences astrales sur les végétaux. 

Astronomie et agriculture, une relation aussi ancienne que l’humanité

Les plus anciens artefacts retrouvés par l’archéologie moderne montrent les liens qui ont toujours lié intimement l’astronomie et l’agriculture.

Le célèbre Disque de Nebra, par exemple, a été découvert fortuitement en 1999 à Nebra-sur-Unstrut (Allemagne), par deux fouilleurs clandestins équipés d’un détecteur de métaux. Leur méthode de « fouille » (à la pioche !) a d’ailleurs sévèrement endommagé cet artefact inestimable, daté depuis à 1 600 ans av. JC. Le voici ci-dessous, une fois restauré (on voit le coup sur le cercle doré à gauche). 

Le disque de Nebra, présenté à l’exposition “Au-delà de l’horizon.
Espace et savoir dans les cultures de l’Ancien Monde”,
Musée de Pergame (22 juin – 30 septembre 2012)

Cet objet unique en son genre de 2 kg se présente sous la forme d’un disque en bronze sur lequel ont été inscrits des motifs en or (croissant, cercle, points et lignes courbes sur le côté). Il est, à l’heure actuelle, la probable représentation du ciel la plus ancienne de la voûte céleste jamais découverte.

Son décryptage n’a évidemment pas été des plus facile, mais l’explication dominante actuellement est que les deux gros astres centraux ne serait pas le Soleil et la Lune, mais plutôt la Pleine Lune (à gauche) et un croissant de Lune (à droite). Tout autour sont représentées des étoiles. Entre la Pleine Lune et le croissant de Lune, un astronome amateur averti reconnaîtra très vite l’amas d’étoiles des Pléiades, encore visible à notre époque dans le ciel, en hiver, juste au-dessus de la constellation du Taureau.

L’arc de cercle sur le bord droit du disque, à côté du croissant de Lune, a été créé avec une longueur très précise et couvre, sur le cercle, un angle de 82 degrés. Lorsqu’on le tient à l’horizontale à Nebra (schéma ci-dessous), cet arc de cercle donne précisément la position du coucher du Soleil, entre le jour le plus long de l’année, le solstice d’été (à l’extrémité basse de l’arc de cercle) et le jour le plus court, au solstice d’hiver (où le Soleil se lève dans la direction de l’autre extrémité supérieure de l’arc doré).

Lors du solstice d’été, à Nebra, le Soleil se couche juste derrière le mont Brocken,
la plus haute montagne d’Allemagne du Nord.

Outre une simple représentation du ciel, ce disque était donc probablement aussi utilisé pour marquer le passage du temps et suivre précisément l’évolution des saisons, en fonction de la position du lever et du coucher du Soleil à l’horizon, entre ses positions extrêmes au solstice.

Mais ce n’est pas tout ! Cette carte du ciel préhistorique doublée d’un calendrier extrêmement avancé pour l’époque avait certainement aussi une utilité… agricole.

Comme nous l’avons dit plus haut, les Pléiades ne sont visibles dans le ciel que l’hiver. Elles disparaissent sous l’horizon au printemps pour n’apparaître à nouveau dans le ciel qu’à l’automne suivante. Il se trouve que le croissant de Lune apparaît à côté des dernières Pléiades de printemps, en début de soirée, au cours du mois de Mars, précisément au moment des semailles. A l’inverse, la Pleine Lune apparaît à côté des premières Pléiades d’automne, à l’aube, au cours du mois d’octobre, vers la fin des moissons. La partie centrale de ce disque montre donc probablement comment utiliser le ciel pour organiser la travail des champs, quelques milliers d’années seulement après l’émergence de l’agriculture dans l’humanité.

Cette correspondance entre les rythmes du ciel et les cycle de la Nature a été observée par les humains très tôt dans leur évolution, bien avant que l’on ne comprenne l’origine astronomique des saisons. Il est donc normal que le Monde du haut (le ciel, les étoiles, les planètes) ait grandement influencé notre représentation du Monde du bas (la terre, la Nature et l’agriculture), et que le lien entre les deux ait toujours été une évidence.

Science ou magie, les différentes représentations du Monde

Pendant les millénaires qui ont suivi, astronomie, astrologie, physique et magie ne faisaient qu’un bloc de connaissances du Monde que l’on utilisait de manière empirique pour prévoir et utiliser les cycle des saisons.

Leurs arcanes, comme en Égypte antique, par exemple, n’étaient connues que des prêtres royaux, capables de prédire la crue bénéfique du Nil qui survenait toujours à la même saison, au moment où l’étoile Sirius apparaissait dans le ciel (lever héliaque). De là à donner à cette étoile le pouvoir magique/mystique/divin de faire déborder le plus important des fleuves d’Égypte, il n’y a évidemment qu’un pas.

Il a fallu attendre le XVIIIème siècle (le siècle des Lumières) pour voir émerger une nouvelle manière d’essayer de comprendre le monde, basée sur l’expérience, la preuve, la vérification (ce qu’on appelle aujourd’hui la méthode scientifique), une méthode dont l’objectif est de voir et comprendre le monde tel qu’il est et pas tel qu’on aimerait qu’il soit. Mais les humains restent des animaux rêveurs, et l’accroissement des connaissances n’a pas freiné cette éternelle envie de voir, dans ce qui nous entoure, plus (ou autre chose) que ce qu’il y a réellement.

Aujourd’hui, le milieu agricole (comme beaucoup d’autres milieux d’ailleurs) a hérité d’une longue tradition d’histoires et de croyances qui se mêlent à la pratique quotidienne. Ce qui, en soi, n’est pas un mal, à partir du moment où il est encore possible de faire, lorsqu’on en a besoin, la distinction entre les faits avérés et les croyances héritées du passé.

La luminosité de la Lune et les plantes

L’astre qui occupe une place de choix dans l’influence du ciel sur la vie terrestre est sans surprise… la Lune. Que de propriétés (réelle ou supposée) ne lui avons-nous pas attribué…

Il se trouve, effectivement, que le cycle de vie de certaines espèces est calqué sur la Lune.
Le petit ver marin Platynereis dumerilii, par exemple, calque son cycle de reproduction sur le cycle de la Lune. Pas bête, il ne sort batifoler en pleine mer qu’en phase de Nouvelle Lune, lorsque l’obscurité est à son maximum et que les chances sont les plus faibles qu’un prédateur profite du rendez-vous avec ses partenaires pour les dévorer tous. Difficile toutefois d’appliquer ça à un plan de maïs ou à un champ de patates, beaucoup moins mobiles…D’autant que la luminosité de la Pleine Lune reste 400 000 fois plus faible que celle du Soleil en plein jour.

On se retrouve alors devant 2 choix : soit on admet une bonne fois pour toute que la luminosité de la Lune est négligeable, soit on persiste à penser à un possible effet biologique de sa lumière, mais dans ce cas, on doit aussi prendre en compte toutes les sources plus lumineuses que la Lune, comme les lampadaires et autres lumières artificielles qui parsèment nos routes et les bords de nos champs.

Et là, il sera difficile de ne pas admettre que la pousse de nos betteraves et autres tournesols n’est pas plus rapide sous les lampadaires qui, pourtant, fournissent beaucoup plus de lumière que la Lune. Si eux ne stimulent pas les plantes, la Lune, bien moins lumineuse encore, a encore moins de chances de le faire.

La gravité de la Lune et les plantes

Mais si la lumière de la Lune ne joue pas, pourrait-il y avoir une autre influence qui donnerait à nos cultures une raison de mieux pousser ?

L’argument-roi qu’on entend très souvent est celui des marées. « Après tout », entend-t ’on un peu partout « notre corps ou celui des plantes est fait majoritairement d’eau. Si la Lune soulève des océans, elle doit bien jouer sur nos organismes ! ». Et cet argument est tout à fait juste. En effet, la gravité de la Lune attire la Terre et les organismes qui se trouvent à sa surface, c’est indéniable. L’erreur, ici, est de ne jamais prendre la calculatrice pour estimer l’intensité de cette force.

Si les océans sont effectivement légèrement déformés par les marées lunaires, c’est parce que leur masse est gigantesque. Elle est estimée à 1 milliard de milliards de tonnes !!! Et sur toute cette énorme masse d’eau, la déformation n’est que de quelques mètres. C’est très faible.

Si on fait le calcul des forces de marée que la Lune exerce sur une plante d’ 1 mètre de haut, on obtient une déformation de… 0,1 micron. Soit entre 1/10 et 1/100ème de la taille d’une seule cellule végétale. La définition même du mot négligeable.

« Négligeable, mais pas nulle ! » m’objecteront les plus réticents d’entre vous. Certes, mais :

  • 1) assez faible pour… être négligé, justement, et
  • 2) si vous ne voulez définitivement pas la négliger, alors vous ne devez pas négliger non plus les autres forces de marée gravitationnelles PLUS GRANDES que celles de la Lune, qui sont exercées elles aussi sur les plantes.

Comme quoi ? Un corps humain, par exemple. Certes, un humain est beaucoup moins massif que la Lune, mais il est aussi infiniment plus proche. Or la gravité est une force qui augmente beaucoup quand la distance diminue. Tout calcul fait, les forces de marées exercées par la gravité d’un corps humain de 70 kg sur une plante de 1m de haut est environ 1000 fois plus importante que les forces de marées exercées par la Lune. Si vous prenez en compte, la masse des arbres, du tracteur, des bâtiments situés à proximité, vous obtenez un ensemble de corps dont l’influence gravitationnelle est, de très loin, supérieure à celle de la Lune…et donc vous pouvez définitivement négliger ses effets. D’abord parce qu’ils sont minuscules, mais en plus parce qu’ils sont noyés sous les effets beaucoup plus importants d’autres corps beaucoup plus proches.

En conclusion, aucun effet physique connu ne supporte l’idée que la Lune ait une quelconque influence sur la physiologie ou la pousse des végétaux.

Quelque chose provenant du ciel et les plantes ?

Un dernier argument, tout à fait entendable, est celui-ci « Ce n’est pas parce qu’aucun effet physique CONNU ne permet à la Lune (et aux autres planètes, encore plus loin et encore moins lumineuses) d’avoir une influence notable sur la pousse des plantes, qu’il n’existe pas des effets INCONNUS de la science qui, eux, font que la pousse des plantes puisse être réellement influencée par les phases de la Lune, par exemple. Et à ça, la science n’a rien à répondre. »

Il se trouve que, si. La science a tout à fait sa place dans ce genre de questionnement. En effet, il n’est pas forcément nécessaire de le connaître pour savoir s’il existe un phénomène qui a un effet sur un autre.

Pour vérifier si les phases de la Lune (Pleine Lune, Nouvelle Lune, Lune montante, Lune descendante) ont une influence sur la pousse des plantes, il suffirait, par exemple, de monter une expérience où l’on fait pousser des plantes à différents moments du cycle lunaire et de vérifier si certaines d’entre elles poussent mieux que d’autres. Si on s’assure qu’à part les phases de la Lune, les plantes sont exactement dans les mêmes conditions (hygrométrie, pH, composition du sol, humidité de l’air…) et que le seul paramètre qui change est la phase de la Lune pendant laquelle elles ont été plantées, on pourrait en théorie constater s’il y a une influence, peu importe qu’on connaisse ou pas sa nature.

En pratique, ce genre d’expérience est extrêmement difficile à réaliser. Contrôler avec précision l’immense quantité de paramètres environnementaux qui influent sur la physiologie des plantes est quasi-impossible. Mais il existe une autre solution : faire un inventaire de la plus grande quantité possible de publications scientifiques dans lesquelles il est possible d’isoler certains de ces paramètres et de connaître les dates (et donc les phases de la lune) pendant lesquelles ces données ont été mesurées. Plus le nombre de publications est important, et plus il est possible, statistiquement, de prendre en compte un grand nombre de variables et d’extraire celle qui nous intéresse : l’influence de la Lune.

Ce genre de travail est très long, complexe et nécessite des méthodes d’analyses très pointues. Il a pourtant été fait et les conclusions sont celles-ci :

« Nous n’avons constaté aucune preuve d’une quelconque relation entre les phases lunaires et la physiologie des plantes justifiant les pratiques agricoles conditionnées par la Lune, que ce soit dans les manuels liés à la science des plantes ou après analyse de tous les articles de revues à comité de lecture. Les preuves du domaine de la physique ne soutiennent pas non plus une relation causale entre les forces lunaires et les réponses des plantes. Les pratiques agricoles populaires liées aux phases lunaires n’ont aucun fondement scientifique. Nous encourageons fortement les enseignants impliqués dans l’enseignement des sciences végétales à aborder objectivement les idées pseudo-scientifiques et à promouvoir la pensée critique »
(Mayoral et al., 2020).

Pierre Henriquet
Diplômé en astronomie et astrophysique, médiateur scientifique
@astropierre sur Twitter

Pour citer cette publication : Pierre Henriquet, Des astres et désastres dans le potager, AgriGenre, décembre 2023. 
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/17459
DOI : https://doi.org/10.58079/au42

 

Bibliographie

Mayoral Olga, Jordi Solbes José Cantó, Tatiana Pina, What Has Been Thought and Taught on the Lunar Influence on Plants in Agriculture? Perspective from Physics and Biology, Agronomy 10, no. 7: 955, 2020

Ressources complémentaires : voir le dossier consacré à la biodynamie


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
pierrehenriquet (1 décembre 2023). Des astres et désastres dans le potager. AgriGenre. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/au42


2 réflexions sur « Des astres et désastres dans le potager »

  1. Il me semble que la Lune n’émet pas de lumière mais réverbère celle émanant du Soleil. Dire que la lumière réfléchie par la Lune n’a pas d’influence sur les espèces terrestres, qu’elles soient animales ou végétales ne reviendrait-il pas à dire que la lumière du Soleil n’en aurait pas non plus ?
    Comparer la lumière solaire réfléchie par la Lune à celle d’une source artificielle n’est pas approprié dans la lesure où le sprectre des ondes lumineuses est plus étroit dans une source artificielle notamment dans les rayonnements infra-rouges, ultra-violets (sinon, on irait bronzer sous les réverbères ?).

  2. Article réjouissant !

    Alors qu’on entend tellement de fadaises sur “jardiner avec la Lune”, il est toujours utile de remettre les pendules à l’heure.

    Mais je crains que cette argumentation ne soit guère efficace chez ceux qui sont les plus convaincus, les plus “croyants”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.