Agriculture : intégrer le genre dans l’irrigation au Sahel

Financé par la Banque mondiale, le Projet d’Appui Régional à l’Initiative pour l’Irrigation au Sahel (PARIIS) porté par le Comité permanent inter-Etats de Lutte Contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) et les six pays du Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Tchad), a décidé de s’engager dans l’approche genre.

Engagé dans le développement transformationnel, le PARIIS, considère le genre comme une composante essentielle et cruciale de sa mission dans le secteur de l’irrigation.

Le PARIIS vise à réunir les conditions nécessaires pour atteindre les objectifs qualitatifs et quantitatifs de la Déclaration de Dakar sur l’irrigation, en mettant en place les actions pour la réalisation des investissements dans le secteur de l’agriculture irriguée, leur performance et leur durabilité, prenant en compte différentes formes de maîtrise de l’eau pour l’agriculture identifiées dans le Cadre Stratégique pour l’eau Agricole au Sahel (CSEAS).

L’Objectif de Développement du PARIIS consiste à améliorer la capacité des parties prenantes à développer et à gérer l’irrigation et à accroître les superficies irriguées dans les pays participants.

Pour réaliser sa mission, le projet est structuré en trois composantes :

  • Modernisation du cadre institutionnel 
  • Financement des solutions d’investissement dans l’irrigation 
  • Gestion des connaissances et coordination.

Les orientations de la stratégie Genre dans la mise en œuvre du PARIIS trouvent leurs fondements dans la politique genre du CILSS qui a clairement établi que les actions potentielles à identifier et à mettre en œuvre pour une prise en compte du genre dans le PARIIS.

A cet effet, il est retenu d’intégrer le genre dans le PARIIS à travers l’atteinte d’au moins 35% de femmes parmi les bénéficiaires du PARIIS et de mettre en œuvre des activités spécifiques pour gérer les connaissances et pour traiter des besoins spécifiques des femmes non seulement, du point de vue institutionnel mais aussi grâce à la fourniture d’investissements et de services spécifiques.

L’institutionnalisation du genre, un enjeu important pour le CILSS

La politique Genre du CILSS, élaborée en 2008 et actualisée en 2018,  a pour objectif principal de contribuer au développement durable assurant aux hommes et aux femmes un accès équitable et inclusif aux ressources et aux bénéfices en vue de réduire les inégalités de genre dans l’espace CILSS/CEDEAO.

Pour matérialiser cet engagement, la coordination régionale du PARIIS a diligenté en mars 2021, un diagnostic genre dans les six pays, afin de mettre en lumière les inégalités entre les femmes et les hommes, d’analyser comparativement les déterminants des inégalités relevées et de déterminer, sur la base des écarts constatés, des stratégies de réponses efficaces et pertinentes pour réaliser l’égalité. 

Avec le concours d’une Consultante internationale,  Georgette Zamblé (Spécialiste en Genre et Développement), le PARIIS s’est doté d’une Note d’orientation stratégique pour accompagner l’intégration du genre dans la mise en œuvre dudit projet.

Éliminer les inégalités et établir l’égalité entre les femmes et les hommes sont des objectifs qui concernent également tous les niveaux de gestion institutionnelle et organisationnelle. Le PARIIS se veut une institution égalitaire.

Les femmes, 35% des bénéficiaires directs des systèmes irrigués

Les bénéficiaires directs du projet sont des producteurs (hommes et femmes, jeunes inclus) qui bénéficieront des investissements financés dans le cadre du projet et les acteurs publics et privés dont les capacités à fournir des services d’irrigation améliorés seront renforcées.

Les systèmes d’irrigation prévus bénéficieront directement à 128.700 agriculteurs, provenant majoritairement de ménages pauvres, avec un accent particulier sur la petite et la moyenne irrigation. Par ailleurs, le projet va générer de nombreux bénéfices le long des chaînes de valeur résultant en termes de création d’emplois. Le nombre total de bénéficiaires directs est estimé à 72.000 ménages.

Environ 35% des bénéficiaires directs des systèmes irrigués seront des femmes. Les bénéficiaires indirects sont estimés à quelques 480.000 personnes au total.

Des acquis dans la mise en œuvre

Depuis son démarrage, le PARIIS s’appuie sur la politique genre du CILSS pour promouvoir un développement juste, équitable et durable dans le secteur de l’irrigation dans le Sahel. Grâce à son expérience sur le terrain, le PARIIS s’est rendu compte que les femmes et les jeunes, malgré leur dynamisme et leur forte présence, sont souvent les plus marginalisés et celles qui souffrent le plus des discriminations dans une communauté donnée. De plus, lorsque les femmes sont encouragées à participer activement aux instances de décision, cela profite efficacement et inévitablement à elles et à toutes leurs communautés. Aussi, le projet a-t-il  élaboré une notre stratégique pour l’intégration du genre dans la mise en œuvre du projet et également une boîte à outils et les pays ont élaboré leurs plans d’action nationaux.

L’option du PARIIS d’élaborer une  note d’orientation stratégique répond ainsi au double souci de disposer de pistes pour élaborer un cadre global de référence qui clarifie la vision du PARIIS en matière de genre et pour construire un instrument opérationnel qui permette de rendre visible, les questions de genre à tous les niveaux, de proposer les mesures appropriées pour lever les contraintes à l’égalité entre les hommes et les femmes et d’obtenir les changements souhaités en matière de genre dans le domaine de l’irrigation.

La note offre une orientation méthodologique et organisationnelle à la coordination régionale et aux unités nationales du PARIIS par l’adoption d’une approche stratégique qui leur permettrait de développer des connaissances et des compétences pour faire face aux disparités et discriminations de genre dans le domaine de l’irrigation.

Elle présente, notamment, le processus de développement de la stratégie régionale et des stratégies nationales genre pour favoriser un développement juste, équitable et durable des solutions d’irrigation à travers une gestion inclusive et multipartite ainsi qu’un engagement plus concret de toutes les parties prenantes en faveur de l’égalité femmes-hommes. Le but de cette boîte à outils, est l’intégration systématique d’une sensibilité, d’une conscience et d’une analyse de l’égalité des genres dans toutes les activités du projet.

Ultimement, il est attendu de la mise en œuvre de la stratégie genre, une contribution à la création de conditions pour traduire la vision de la politique Genre du CILSS en actions et résultats tangibles fondés sur l’équité et l’égalité entre les femmes et les hommes dans toutes les activités du PARIIS, ceci pour garantir un impact positif pour les femmes et les hommes, pris dans leurs multiples dimensions.

Le Coordonnateur régional du PARIIS, Frédéric Dabiré affirme que  :

« Le PARIIS reconnaît qu’il est essentiel d’investir dans l’égalité genre, tant comme moyen de satisfaire le développement agricole et la sécurité alimentaire que comme fin en soi. L’égalité des genres est un droit humain fondamental. Garantir l’accès aux solutions d’irrigation pour toutes et tous est essentiel à la réalisation de l’égalité des genres. Pour transformer les relations entre les genres, le PARIIS reste conscient du fait qu’il va falloir changer ses paradigmes »

La revitalisation de l’agriculture irriguée pour lui permettre de jouer un rôle de moteur du développement agricole et partant du développement socioéconomique global, en réponse à la Déclaration de Dakar d’octobre 2013, ne deviendra concrète que quand l’égalité genre sera une réalité.

Des résultats probants

Le CILSS a poursuivi la mobilisation de la consultante régionale spécialiste en genre pour appuyer les pays dans la mise en œuvre d’actions concrètes pour une prise en compte effective de la dimension genre dans les activités et résultats du projet.

En 2022, cet appui a permis d’analyser la problématique actuelle de la prise en compte du genre dans les activités du projet dans chaque pays, capitaliser et partager les bonnes pratiques et ajuste les plans d’actions genre par pays et au niveau régional ; produire et partager une note d’orientation stratégique sur le genre ; produire et mettre à la disposition des pays, une boite à outils pour faciliter l’intégration du genre de façon durable et autonome dans les activités du PARIIS et définir des indicateurs de prise en compte du genre.

 Il y’a eu  également l’organisation et la facilitation en mai 2022, d’un atelier régional genre, couplé à l’atelier régional sur les sauvegardes, qui a été un véritable cadre de partage d’expériences et d’orientation pour la réussite de la prise en compte du genre dans les activités du projet. Cet atelier a fait suite aux missions d’appuis dans les pays et des formations des équipes pays et du CILSS sur la question du genre ce qui a permis de renforcer les capacités d’une soixantaine de personnes sur la thématique.

Tiego Tiemtoré
Expert en communication du Projet d’Appui Régional à l’Initiative pour l’Irrigation au Sahel (PARIIS)

Pour citer cette publication : Tiego Tiemtoré,  Agriculture : intégrer le genre dans l’irrigation au Sahel, AgriGenre, septembre 2023. 
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/17081
DOI : https://doi.org/10.58079/au3z


Citer ce billet
tiegotiemtore2 (2023, 2 septembre). Agriculture : intégrer le genre dans l’irrigation au Sahel. AgriGenre. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/au3z

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.