L’engagement de paysan.ne.s  vers des modes de vie et de pratiques alternatives

Le dernier ouvrage d’Estelle Deléage (Paysans alternatifs, semeurs d’avenir, Le Bord de l’eau, 2023) interroge la place occupée, le désir d’autonomie et le rapport au temps de paysannes et paysans qui se sont engagé.e.s dans des systèmes et des pratiques alternatives au modèle agricole dominant (productiviste, intensif, agro-industriel…). Cette lecture prenait d’autant plus de sens qu’elle faisait écho à un certain nombre de mes retours de terrains.

Trouver sa place

Quelle place occupent aujourd’hui ces paysans et paysannes, signalé.e.s comme “alternatifs” , dans un monde agricole dominé par une agriculture dite productiviste, passant – non sans difficulté – de la figure du marginal agricole des années 1950-1970 à celui d’ acteur.trice intégré.e, normalisé.e et d’institutionnalisé.e ?

Ces paysan.ne.s engagé.e.s pour certain.e.s dans des syndicats agricoles (Confédération paysanne…) et/ou des réseaux agricoles ruraux (FNAB, CIVAM…), plutôt réceptifs aux discours écologistes (sans forcément appartenir à un quelconque parti politique écologiste), ont accompagné et porté une critique de la modernisation agricole depuis de nombreuses années. Ils/elles ont su développer et faire connaître à un large public des expériences individualisées et des pratiques agricoles alternatives jusqu’à l’écologisation de leurs pratiques professionnelles (Deléage, 2004). Dans les années 1980, la question environnementale prend de plus en plus de place dans la réflexion portant sur le métier d’agriculteur.trice, en même temps qu’était reconnue et institutionnalisé l’agriculture biologique par la loi d’orientation agricole du 4 juillet 1980.

Le développement d’autres types d’agricultures, alternatives, entrées en résistance contre l’agriculture dite productiviste, n’est pourtant pas exempt d’effets pervers potentiels. En effet, comme l’écrit justement Estelle Deléage « Le déploiement des agricultures alternatives s’inscrit donc dans ce double mouvement : développement des réseaux critiques de la poursuite du processus de modernisation de l’agriculture et intégration, au sein de l’agriculture conventionnelle, de certaines pratiques issues des réseaux de paysans alternatifs. D’où les questions suivantes : quelle est aujourd’hui la portée réelle de ces agricultures alternatives ? L’intégration partielle, par l’agriculture conventionnelle, des pratiques issues des réseaux d’agriculture alternative, ainsi que la croissance de ces réseaux participent-elles à l’extension de ce type d’agriculture ou, au contraire, signent-elles sa dissolution dans le capitalisme ? ». 

La multiplication de labels et certifications bio, par exemple, montre à la fois un souhait d’identification spécifique et une recherche de distinction dans le cadre de pratiques jugées vertueuses par rapport à des marquages (labels,certifications) voisins, quelques fois perçus comme concurrents.

Recherche d’autonomie

Une fois que ces paysan.ne.s ont réussi à trouver leur place dans les mondes agricoles, comment ces paysans et paysannes arrivent-ils/elles maintenant à articuler leur recherche d’autonomie avec des problématiques liées aux liens à la terre, à l’agriculture, à la technique, à l’alimentation, au travail, au temps et in fine à la société capitaliste ? 

Ils/elles tendront à favoriser préférentiellement des savoirs/savoir-faire et des pratiques écoresponsables, l’utilisation d’outils conviviaux, maniables et appropriables par tous/toutes, réparables et réutilisables (voir les publications d’Agathe Demathieu dans AgriGenre). Remettant en question le mode de production capitaliste, cette recherche d’autonomie-souveraineté paysanne souhaite se passer de la confiscation et de la dépendance technologique (agriculture numérique, OGM…) souvent accompagnés d’experts et de financiers dont ils/elles dépendront également en retour (Illich, 1973 ; L’Atelier paysan, 2021). Le bricolage et le recyclage se trouvent légitimités.

Au savoirs incorporés, écologiques, des paysan.ne.s alternatifs s’opposent les savoirs encapsulés, biotech, des agriculteur.trice.s numériques. Le rapport au travail se trouve différencié. Être autonome, c’est en définitive, selon Estelle Deléage, « redonner du pouvoir à la société instituante (la dynamique qui permet le changement) face à la société instituée (les rapports sociaux établis), ou pour le dire autrement, que l’hétéronomie devait être au service de l’autonomie ». Savoirs incorporés et société instituante d’un côté, savoirs encapsulé et société instituée de l’autre.

Questionner le temps

Mais comment les paysans et les paysannes arrivent-ils/elles à articuler, dans une sorte de bricolage intellectuel hybride, tradition et modernité ?

Le rapport au temps dans les sociétés capitalistes a pris la voie de l’accélération : il faut produire en grande quantité en un minimum de temps, accélérer le rythme du travail et de la production (Rosa, 2012). D’autres, comme chez des paysan.ne.s dits alternatifs, ont choisi de se baser sur un autre rythme, de décélérer, de ne pas chercher l’accroissement mais la décroissance, la réduction de la consommation, de ne pas accroitre la distance et le déplacement entre le point de production et celui de la consommation, mais privilégier le local, les circuits courts, la commercialisation directe (Deléage, 2013).

Ce rapport à l’espace et au temps porté par des paysan.ne.s alternatifs se situe à contre-courant du modèle agricole productiviste dominant des sociétés capitalistes. Mais ce contre-modèle alternatif pourra-t-il, sur un temps long, se maintenir, résister et survivre en décalage ou assisterons-nous à un réajustement progressif du modèle dominant par rapport aux options alternatives ? Cette tension est toujours d’actualité.

Des femmes alternatives

Qu’en est-il de la question des femmes, des agricultrices et des paysannes ?

Estelle Deléage constate que les femmes « ne sont pas forcément beaucoup plus nombreuses, à l’image de ce qui se passe dans l’agriculture conventionnelle » mais « elles occupent des positions plus visibles dans l’espace social » à la fois du fait de l’évolution de leur statut mais aussi par la possibilité de pouvoir occuper des postes de pouvoir, même si dernier point est à relativiser par rapport aux hommes (Rasplus, 2020). Si aujourd’hui en France, comme le note Estelle Deléage, « 25% des chefs d’exploitation ou des co-exploitants sont des femmes alors qu’elles n’étaient que 8% en 1970 », il ne faut pas oublier qu’elles sont moins nombreuses aujourd’hui qu’en 1970 (Rasplus, 2022). 

Estelle Deléage note que la contestation de l’agriculture moderne n’a pas été le monopole des hommes (des agriculteurs/paysans), elle a aussi été portée par des femmes dont elle regrette que « l’action et le rôle ont été peu étudiés et valorisés ».  Il est vrai que les projets de recherches sur les femmes agricultrices/paysannes et les questions de genre dans les mondes agricoles sont assez discrets en France !

Valéry Rasplus

Pour citer cette publication :  Valéry Rasplus, L’engagement de paysan.ne.s vers des modes de vie et de pratiques alternatives, AgriGenre, juillet 2023.
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/17065 
DOI : https://doi.org/10.58079/au3y

Bibliographie

Deléage Estelle, Ravages productivistes, résistances paysannes, Le Bord de l’Eau, 2013.

Deléage Estelle, Paysans. De la parcelle à la planère, Syllepse, 2004.

Illich Ivan, La Convivialité, Seuil, 1973.

L’Atelier paysan, Reprendre la terre aux machines. Manifeste pour une autonomie paysanne et alimentaire, Seuil, 2021.

Rasplus Valéry, Les femmes comme représentantes syndicales dans le milieu agricole français , AgriGenre, juin 2020.

Rasplus Valéry, La part des agricultrices et des agriculteurs entre 1970 et 2020 : attention à l’effet pourcentage ! , AgriGenre, avril 2022.

Rosa Hartmut, Aliénation et accélération, La Découverte, 2012.



Citer ce billet
Valéry Rasplus (2023, 1 juillet). L’engagement de paysan.ne.s  vers des modes de vie et de pratiques alternatives. AgriGenre. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/au3y

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.