Au Salon de l’agriculture, la Fédération d’Agriculture Biologique donne la place aux femmes

Dans la myriade de rendez-vous, conférences et débats qui foisonnent dans les halls du Salon de l’Agriculture à Paris, la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique (FNAB) a organisé cette année une table ronde sur la place des femmes en agriculture [27 février 2023, ndlr]. Car les organisations agricoles agissent pour l’égalité femme-homme, et il faut le montrer !

Au-delà de dresser le constat des inégalités structurelles dans le monde agricole, il s’agissait bien de réunir des réseaux agricoles très différents les uns des autres, pour mettre en lumière leurs actions concrètes pour les agricultrices. Se sont réunis dans le public des représentant·es de fondations – la fondation RAJA et la fondation des Femmes, du ministère de l’égalité, de l’institut de l’élevage (IDELE), et des journalistes.

Deux chercheurs commencent par faire le tableau des défis à relever en matière d’inégalité dans le monde agricole.

Alexandre Guérillot, sociologue du genre en agriculture, commence par un graphique : les femmes s’installent en agriculture bien plus tard que les hommes, généralement suite à une reconversion professionnelle. Ce qui l’amène à montrer les difficultés que peuvent rencontrer les femmes dans leur parcours à l’installation : d’abord car elles ont moins souvent droit à la Dotation Jeunes Agriculteurs (DJA) – limitée aux installé·es de moins de quarante ans. Et ensuite, après l’installation, dans leur métier d’agricultrice, elles souffrent souvent d’un sentiment d’illégitimité, subjectif certes, mais qui produit des effets très concrets. Dans la répartition des tâches sur la ferme en premier lieu : les femmes sont encore souvent éloignées des tâches liées à la mécanique.

Antoine Guérillot
(source fnab)

Ainsi, une enquête de la FNAB et de l’Agence Bio en 2018 a montré que sur les fermes en polyculture-élevage bio, 78% des agricultrices s’occupaient du soin aux animaux, et seules 4% d’entre elles travaillaient aux cultures fourragères. De même, très peu de femmes prennent des mandats dans les instances politiques agricoles (syndicats, coopératives, et autres réseaux en tous genres) : ainsi Stéphanie Pageot, éleveuse de vaches laitières bio en Loire-Atlantique, a été la première présidente de la FNAB, de 2013 à 2018. Elle y est maintenant référente égalité et représente la FNAB à cette table ronde.

Retraite des agricultrices : 570€ par mois… contre 840€ pour les agriculteurs

Quentin Ghesquières, chargé de plaidoyer de l’organisation Oxfam, qui publie pendant le Salon de l’Agriculture un nouveau rapport « Agriculture : les inégalités sont dans le pré », met quant à lui en exergue les inégalités de retraite des agriculteurs et des agricultrices – 570€ par mois en moyenne pour les agricultrices contre 840€ pour leurs homologues masculins.

Quentin Ghesquières
(source fnab)

Les inégalités de retraite rendent visibles les inégalités dans l’accès aux droits et aux statuts des agricultrices.

La Confédération Paysanne, représentée lors de la table ronde par Laurence Marandola, a mené une bataille de longue haleine jusqu’à ce qu’en 2010, le GAEC, Groupement Agricole d’Exploitation en Commun, entre époux soit possible – permettant à deux conjoints d’être associé·es de manière égale dans l’entreprise.

Laurence Marandola
(source fnab)

Mais à l’heure actuelle, c’est autant sur les retraites que sur le congé maternité des agricultrices que le syndicat continue de pointer les inégalités. En effet, en 2019, 60% des agricultrices prenaient un congé maternité (contre 100% des salariées), signifiant que 40% d’entre elles devenaient mères tout en continuant de travailler…

Si la Confédération Paysanne mène du plaidoyer sur le sujet, la FNAB quant à elle a collaboré avec la MSA pour produire des vidéos informant les agricultrices bio de leur droit au congé maternité, comme l’explique Stéphanie Pageot.

Agir contre les inégalités dans le parcours à l’installation

Pour travailler sur les inégalités à l’installation, les organisations font de leur mieux pour accompagner les femmes. Comme les inégalités commencent dès l’école, bien avant l’installation, la FNAB a développé des animations sur l’égalité pour les lycées agricoles : un théâtre-forum permet de débattre sur les inégalités en jouant des scénettes de la vie quotidienne de filles, élèves, stagiaires en lycées agricoles. Ensuite, le guide « Devenir agricultrice bio » regroupe des témoignages de productrices auxquels les femmes peuvent s’identifier. Il sert aussi à les informer sur leurs difficultés potentielles et sur leurs droits. La Confédération paysanne a de son côté mené un travail politique en régions lors de la réforme de la nouvelle DJA, maintenant aux mains des conseils régionaux, pour décider d’accorder des bonifications à certains types d’installation – dont les installations féminines.

Le pouvoir aux agricultrices…

Alexandre Guérillot avait évoqué la discrétion des agricultrices, voire leur absence des instances agricoles. Marine Boyer, éleveuse et administratrice de sa Coopérative d’utilisation de matériel agricole (CUMA), raconte la volonté et le travail du réseau de ces coopératives pour se féminiser. Le réseau CUMA s’est ainsi fixé un objectif de parité au tiers pour recruter des administratrices.

Pour la FNAB, recruter des militantes passe avant tout par leur accompagnement. L’organisation a ainsi monté un programme d’accompagnement sur mesure, avec des formations à la prise de parole en public ou des temps d’échange sur les problématiques de chacune. Par des sessions en visio, les productrices apprennent en plus les bases du fonctionnement des politiques agricoles, pour mieux cerner les enjeux des débats discutés dans la structure.  

Maryse Degardin
(source fnab)

Une fois installées, les productrices ont bien souvent du mal à asseoir leur légitimité dans leur travail sur la ferme. Pour permettre aux agricultrices de créer des liens de solidarité et d’interroger leur place sur l’exploitation, les Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu Rural (CIVAM) réunissent des groupes d’échanges entre productrices et femmes rurales, en non-mixité choisie. Car pour Maryse Degardin, administratrice du réseau CIVAM, se réunir entre femmes, c’est partager son expérience, lever des tabous, et ensuite résoudre beaucoup de problèmes ou de frustrations dans l’organisation du travail par exemple. Pour les productrices, beaucoup passe aussi par de la formation, pour acquérir les compétences dont elles ont souvent été tenues éloignées – comme la conduite de tracteur ou l’utilisation d’une tronçonneuse.

… Jusque dans le maniement de leurs outils

Justement, lorsqu’elles cherchent à s’approprier les tâches agricoles desquelles elles sont bien souvent exclues, elles se heurtent autant à un manque de connaissances qu’à des outils inadéquats.

Marine Boyer
(source fnab)

Comme le souligne Marine Boyer, de la FN CUMA, les engins agricoles servant par exemple aux grandes cultures, très mécanisées, ne posent aujourd’hui pas de difficulté de maniement. Justement, s’associer en CUMA permet aux agriculteurs et agricultrices d’accéder à moindre coût à du matériel moderne, ergonomique et performant. Pourtant, les femmes ne sont tout de même pas plus à l’aise avec ces engins : en grandes cultures, seules 27% des agricultrices s’occupent de la moisson – alors que les moissonneuses-batteuses font aujourd’hui partie de ces machines performantes et ergonomiques. Les CUMA se lancent donc aujourd’hui dans des formations au machinisme entre femmes, à l’instar des CIVAM et de la FNAB. Le CIVAM, avec Maryse Degardin, va même plus loin, en organisant des formations entre femmes pour créer ou adapter soi-même ses propres outils de production, en collaboration avec l’Atelier paysan. De quoi apprendre à se débrouiller pour rendre un outil moins lourd, moins haut ou plus maniable. Et éviter les risques sur la santé.

Au final : quatre organisations agricoles autour de la table témoignent de leur même volonté d’agir pour l’égalité. Tout en menant des actions différentes, elles se heurtent toutes les quatre au même constat : un manque criant de chiffres et de statistiques, à se demander où sont les femmes. Comme le conclut Laurence Marandola : « nous nous comptons entre nous pour nous rendre visibles ».

Anne Picot
Chargée de mission enseignement-formation et égalité femmes-hommes, Fédération Nationale d’Agriculture Biologique.

Pour citer cette publication : Anne Picot,  Au Salon de l’agriculture, la Fédération d’Agriculture Biologique donne la place aux femmes, AgriGenre, mars 2023. 
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/16664
DOI : https://doi.org/10.58079/au3u


Citer ce billet
annepicot (2023, 25 mars). Au Salon de l’agriculture, la Fédération d’Agriculture Biologique donne la place aux femmes. AgriGenre. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/au3u

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.