Un champ à soi. Dynamiques de genre pendant la récolte des olives en Andalousie et au sud du Maroc

Cet article est basé sur une communication donnée à la table ronde “Travail et femmes dans le monde rural. La construction historique des inégalités de genre” organisée par Teresa Maria Ortega Lopez et Ana Cabana Iglesia au congrès international « Gagner sa vie. Genre et travail à travers les siècles » qui a eu lieu en septembre 2022 à Pampaneira (Grenade, Espagne).

Pour cueillir les olives, il faut un fou dans l’arbre et une fille sage dessous” (Raybaut, 1982). Ce proverbe de ma Provence natale illustre bien la répartition des sexes dans le travail de récolte, où la tradition veut que les femmes ramassent les olives au sol et que les hommes se chargent du gaulage (2). Cultiver les arbres, “aller aux olives” (les cueillir), les transformer en huile et les commercialiser impliquent de nombreuses activités marquées par des dynamiques de genre.

Pour mon travail de thèse, j’ai utilisé les outils de l’anthropologie et des études de genre pour analyser les pratiques agricoles et agroalimentaires autour de l’huile d’olive. Aussi, grâce à l’histoire contemporaine, j’ai pu analyser les mutations du secteur, tant au niveau local que global, et ainsi comprendre comment elles affectent les rôles des femmes, renforçant ou transformant certaines inégalités.

Cet article est basé sur des travaux ethnographiques réalisés dans la région de Jaén (Andalousie, Espagne) entre janvier 2021 et septembre 2022, ainsi que sur des données issue d’une enquête dans la région du Souss au sud du Maroc (octobre 2019-mars 2020).

Une branche d’olivier prête pour la récolte.
Jaén, novembre 2022. Photographie argentique
© L. Florenza

Dans le poème qui est devenu l’hymne officiel de la province de Jaén, Miguel Hernández demande aux fiers cueilleurs d’olives: “Qui a élevé les oliviers ?” , il répond “Ce n’est pas le néant, ni l’argent, ni le seigneur, mais la terre silencieuse, le travail et la sueur” (Hernández, 1937). Mais le travail de qui ? Et où sont les cueilleuses d’olives dans ce récit ? Car pendant la récolte, du lever du soleil au coucher du soleil, les petits fruits passent de mains en main, depuis l’arbre jusqu’au bidon d’huile. Certaines sont exclusivement des mains d’hommes, d’autres sont majoritairement féminines. Et comme dans d’autre secteurs agro-alimentaires, le monde de l’huile d’olive fonctionne par (et grâce) à une division des tâches selon le genre. Ici, les femmes travaillent donc depuis leur “champ à elle” au sein de la filière : un espace de travail traversé par les dynamiques de genre et par les règles du jeu du monde économique de l’huile d’olive. En récoltant les olives selon ces dynamiques et ces règles, les acteurs et actrices du monde oléicole “produisent du genre” (Cabana et al. 2018), et l’anthropologie permet d’aller au-delà des arguments biologiques essentialisants invoqués afin de comprendre que la construction d’une telle division repose sur des phénomènes historiques, politiques et économiques qu’il s’agit de mettre en lumière.

Terre et famille

La région de Jaén est aujourd’hui représentante d’une organisation minifundiste de la propriété foncière : beaucoup de personnes partagent de très petites parcelles. Une oliveraie compte généralement quelques dizaines d’arbres, et chaque héritage divise un peu plus le terrain. Comme cela ne suffit pas pour en vivre, la grande majorité des propriétaires ne vivent pas des olives, mais d’un travail dans un autre secteur, et s’occupent de leur terre pendant les week-ends et les vacances.

Parmi les personnes que j’ai interrogées en Andalousie, toutes me disent que les femmes héritent à parts égales de la répartition des oliviers, mais qu’en pratique, c’est le mari (ou le fils, ou le frère) qui les gère. Au Maroc, la FAO a estimé en 2018 que seulement 1% des femmes des zones rurales possèdent des terres, et les règles de succession y sont très restrictives pour les femmes. En Espagne ce sont 29% des propriétaires d’exploitations agricoles qui sont des femmes (Instituto Nacional de Estadística, 2022). Mais on voit dans les statistiques plus fines qu’elles ne possèdent que des petites et moyennes exploitations, et que ce sont des femmes âgées. Depuis 2011, il existe une loi sur la copropriété qui permet d’ajouter le nom du conjoint à l’exploitation, afin que les femmes, bien souvent, aient également accès à la sécurité sociale et à la retraite. Cependant, en Andalousie la loi n’est entrée en vigueur qu’en 2018, et seules 29 exploitations y sont inscrites.

Ouvrières journalières plaçant et traînant les filets d’olives au sol.
Jaén, décembre 2022. Photographie argentique
© L. Florenza

De nombreux travaux en histoire, anthropologie ou sociologie montrent comment l’agriculture familiale repose sur une organisation du pouvoir patriarcal et sur la notion de complémentarité entre les membres selon différents critères comme le sexe, l’âge ou le statut.

Pour la sociologue Christine Delphy (Delphy, 1998), le caractère productif ou non d’un travail n’est pas lié à sa nature, mais dépend plutôt du rapport social dans lequel il s’exerce. Ici, c’est l’opposition supposée entre, d’une part, un monde “productif-public-masculin” , et d’autre part, un monde “reproductif/non-productif-privé-féminin” , qui maintient les femmes à des tâches subordonnées. A partir de là, le rôle et le statut qui correspond aux femme est celui d’aide familiale.

Dans la “nouvelle agriculture familiale“, les agriculteurs sont invités à être des entrepreneurs modernes. Leurs épouses font peut-être moins d’activités liées à la terre, mais elles continuent à effectuer des tâches invisibles et dévalorisées.

Mari-Carmen, une productrice, me dit :

Si je ne conduis pas le tracteur, cela ne veut pas dire que je ne travaille pas dans l’agriculture. Les femmes vont à la coopérative, font la comptabilité, vont à la banque, paient l’irrigation, classent les papiers : c’est du travail, sans elles le travail des homme dans les champs ne peut pas exister, mais elles n’apparaissent nulle part” .

L’historienne Teresa María Ortega López a montré dans un article (Ortega et al. , 2020 ) comment la construction sociale et symbolique du système de genre a servi à la productivité agricole et à calmer les conflits sociaux autour de la “question agraire” espagnole à la fin du XIXe siècle. Ceci grâce, entre autres, à la marginalisation professionnelle des femmes, à la dévalorisation de leur salaire et à l’exécution gratuite des tâches dites “domestiques” . Aujourd’hui, avec la nouvelle vague de modernisation et les crises économiques, mon hypothèse est que ce même système de genre est encore appliqué aujourd’hui pour favoriser les hommes par rapport aux femmes et, in fine, servir l’agriculture capitaliste exportatrice que l’on connaît en Andalousie (Rasplus, 2022).

Traces laissées par les cueilleurs.
Jaén, novembre 2022. Photographie argentique
© L. Florenza

Récolte moderne et vieux stéréotypes

L’économie de l’huile d’olive a connu une révolution brutale qui l’a conduit au statut de produit de qualité, mondialisé, voir parfois de luxe. Ceci malgré le fait que les tâches de récolte continuent à reposer sur de très fortes inégalités. Avec le processus de modernisation et de professionnalisation du monde de l’huile, la tradition de récolte familiale disparaît peu à peu. Cela conduit à un système de salarisation de récolte où les travailleurs sont de plus en plus employés par des entreprises de services de récolte, et de moins en moins directement par le propriétaire. La mécanisation est peut-être la l’évolution la plus importante ici, qui a déjà commencé il y a des décennies, mais qui continue d’avoir des conséquences sur l’organisation sociale de la récolte.

Les nouveaux acteurs de la récolte.
Jaén, novembre 2022. Photographie argentique
© L. Florenza

Fondamentalement, c’est de moins en moins de mains qui participent à la récolte, remplacées par de plus en plus de machines, et ce pour obtenir plus de quantité, plus de vitesse et moins de coûts de récolte. Et comme une grande partie de ce coût repose sur les salaires des journaliers, ce qui est recherché est l’économie du personnel. Les champs sont remplis de récolteuses vibrantes, de peignes mécaniques, de tracteurs avec pinces ou parapluies, et ils sont vidés des humains. Mais pas n’importe quels humains, ceux qui sont soi-disant « rendent moins ».

Antonio :

“Les hommes rendent plus que les femmes, elles tirent les filets, font la souffleuse, mais clairement elles ne frappent pas l’olivier pour faire tomber ses kilos !”

Ana :

Pourquoi il ne m’embauchent plus aux olives ? C’est juste parce que je n’ai pas d’homme (rires) ! Ils ne nous aiment pas du tout nous les femmes, et avec un homme c’est pas facile non plus, ils nous discriminent beaucoup. Alors quoi? Je dois chercher un homme pour pouvoir travailler ?”

Ces extraits d’entretiens parlent d’eux-mêmes. Dans la zone où j’ai fait mes recherches dans le sud marocain, la récolte se fait manuellement. Le gaulage traditionnel pour les hommes, le panier et le tamis pour les femmes : ainsi, il faut plus de femmes que d’hommes (et elles étaient payées 4 fois moins).

Mais dans les zones intensifiées et mécanisées comme l’Andalousie, les besoins en main-d’œuvre ont été drastiquement réduits. Les tâches les mieux valorisées et rémunérées sont celles qui demandent supposément de la force (“frapper” des arbres) ou des compétences techniques (conduire un tracteur) et sont monopolisées par les hommes. Les “activités résiduelles” , selon l’anthropologue Paola Tabet (Tabet, 1998), sont celles qui ne nécessitent pas l’utilisation d’outils sophistiqués, et sont laissées aux femmes : cueillir les olives sur le sol, poser, tirer et vider les filets, souffler les feuilles. Cependant, tirer des filets en pleine pente lorsqu’ils pèsent près de 80 kilos est une tâche physique.

Malgré l’égalité salariale récemment inscrite dans la loi espagnole (2008), la réalité est que l’inégalité entre hommes et femmes se joue beaucoup plus tôt, au moment de l’embauche. Et il arrive souvent qu’une femme, si elle n’est pas “accompagnée” d’un homme (père, mari, frère, fils ou parfois un “célibataire inconnu“), vaut dans tous les cas moins que n’importe quel homme. C’est pourquoi Ana et tant d’autres ne sont pas embauchées, malgré leur expérience dans la récolte.

Une des grandes questions de ma recherche est : où vont toutes ces femmes qui travaillaient habituellement à la récolte des olives ? La réponse est : hors du village ou dans la précarité. Elles passent la saison de récolte dans les files d’attente de la mairie pour obtenir un travail communautaire qui assure leurs droits à la “rente agricole” et à la retraite (ménage, garde d’enfants). Et, à ce travail aux champs ou à l’extérieur, s’ajoute la classique double ou triple journée de travail lorsqu’elles doivent s’occuper d’une maison, d’un enfant ou d’une grand-mère malade, et faire toutes les tâches domestiques qui permettent une nouvelle journée de récolte le lendemain.

Un autre phénomène important est l’importation de main-d’œuvre migrante saisonnière, qui repose sur le même objectif de réduction des coûts de récolte sur la base de la discrimination sociale et raciale. Je tiens simplement ici à souligner que dans la filière de l’olive il n’y a pas de femmes étrangères qui viennent pour la récolte. Il est intéressant de mettre cela en miroir avec d’autres cultures, comme les fraises (Castillero Quesada, 2022 ; Hellio, 2008 ; Moreno-Nieto, 2012 ; Rasplus, 2022), qui, au contraire, n’attirent explicitement que la main-d’œuvre féminine, également selon des arguments soi-disant biologiques.

Ana :

Maintenant, les femmes sont plus fortes. Avant, notre vie c’était toujours prendre soin, travailler, travailler et la violence. Nous sommes sur le point de sortir de tout cela. Tu es venue me poser des question sur les olives, mais c’est que tout repose sur la même chose : que nous sommes des femmes, et puis c’est tout !”

Traces laissées par les cueilleuses.
Jaén, juin 2021. Photographie argentique
© L. Florenza

En effet, je suis venu pour parler d’olives : pour observer une production agricole basée sur une forte division genrée du travail. Et j’ai vu comment le système de genre défend la dévalorisation des “tâches féminines” pour des raisons biologiques ou économiques. Je suis aussi venu raconter une “fiction-panier” comme le défendait la romancière Ursula Le Guin, raconter les histoires des “non-héros” : celles qui ne parlent pas d’armes mais de paniers, de ce que l’on récolte, de comment nous le partageons. Je ne donne donc pas à voir l’agriculteur modèle avec son tracteur et son bâton, mais les femmes aux paniers d’olives, qui travaillent, innovent, et me parlent de double journée et de solidarité.

Lucille Florenza
Anthropologue, doctorante au Centre Norbert Elias (EHESS) de Marseille

Pour citer cette publication : Lucille Florenza, Un champ à soi. Dynamiques de genre pendant la récolte des olives en Andalousie et au sud du Maroc, AgriGenre, avril 2023. 
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/16285 
DOI : https://doi.org/10.58079/au3v

Bibliographie

Cabana Iglesia Anaet; Freire Paz Elena, « Haciendo barro, produciendo género », Revista de historia de las mujeres Vol. 25 Núm. 1, 2018, Pág. 53-70.

Castillero Quesada Soledad, Las sin tierra : rompiendo el mito de la musa andaluza, Almuzara, 2022

Delphy Christine, L’Ennemi principal, Editions Sylleps, 1998.

Hellio Emmanuelle. « Des mains délicates pour des fraises amères », Plein droit, vol. 78, no. 3, 2008, pp. 34-38.

Hernández Miguel, Viento del pueblo, Valencia, Ediciones Socorro Rojo, 1937. Traduction propre, depuis l’espagnol.

Moreno Nieto Juana, « Faut-il des mains de femmes pour cueillir les fraises ? » Dynamique de la gestion de la main-d’œuvre et du travail dans le secteur fraisier du périmètre irrigué du Loukkos (Maroc), Études et Essais, 11, 2012.

Ortega López et Teresa María, «La « cuestión agraria», una «cuestión de género», Trabajo, imágenes y representaciones de las mujeres del campo en la España del siglo XX », Revista de historia de la FIM, n°10, 2020, p.49-70.

Rasplus Valéry, Des migrantes agricoles, entre domination et recherche de reconnaissance, AgriGenre, novembre 2022.

Raybaut Paul, « La récolte des olives en Provence Orientale », Le Monde alpin et rhodanien. Revue régionale d’ethnologie, vol. 10, n° 1, 1982, p. 509.

Tabet Paola, La Construction Sociale de l’inégalité des Sexes, Editions L’Harmattan, 1998

Notes

(1) Technique consistant à frapper les branches de l’arbre avec un bâton pour en faire tomber les olives.

 

 

 

 



Citer ce billet
lucilleflorenza (2023, 2 avril). Un champ à soi. Dynamiques de genre pendant la récolte des olives en Andalousie et au sud du Maroc. AgriGenre. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/au3v

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.