Du côté des filles et des garçons qui rêvent de devenir agriculteur.trice.s

A l’approche d’un anniversaire, d’une fête ou tout simplement pour faire plaisir à son enfant ou à celui d’ami.e.s, il pourrait vous venir à l’idée d’offrir un jouet en rapport avec le métier d’agriculteur.trice.

Au sein de la catégories des jouets associés aux mondes agricoles, on trouve des animaux de ferme, des outils et des machines agricoles, des figurines représentant des agriculteur.trice.s ou un mixte des trois. Dans le cadre de mes études sur le genre dans les milieux agricoles je me suis plus particulièrement intéressé aux jouets qui associent à la fois des outils ou des machines, des animaux et des personnages d’agriculteur.trice.s.

Questionnement

Quels outils ou machines et quels animaux sont associés avec un agriculteur ou une agricultrice dans le monde du jouet ? Et lesquels sont (quasi) absents ?

Pour mener à bien cette petite recherche je me suis basé à la fois sur mes retours de terrain, dans des magasins de jouets mais aussi dans des exploitations agricoles comprenant des enfants, ainsi que sur un certain nombre de données fournies par des fabricants de jouets disponibles en ligne sur internet.

Du côté des marques de jouets

Sur le site français de Playmobil, en cherchant les mots « agriculteur » et « agricultrice », le moteur de recherche m’a proposé en sortie deux types de jouets.

A gauche, un homme agriculteur est représenté sur l’emballage comme le conducteur d’une machine motorisée, un tracteur, tandis qu’à droite une figurine représentant une jeune fille ou une femme agricultrice est associée à un simple outil mécanique sans grande technologie, une brouette.

A l’homme le tracteur, à la femme la brouette

Supposons que cette figurine de droite représente une très jeune fille ne disposant pas de l’âge requis pour conduire un tracteur. Dans ce cas-là, je suppose que je devrai trouver au moins un modèle de figurine d’agricultrice conduisant une machine agricole comme il en existe dans la vraie vie, dans les champs de nos campagnes.

En élargissant la gamme des jouets de Playmobil dans le domaine agricole, j’ai pu collecter un certain nombre d’exemples qui, sans être exhaustifs, marquent une nette distinction entre le modèle masculin et le modèle féminin au niveau des objets et des pratiques. Ces exemples montrent que les femmes ne semblent pas aptes à conduire des engins agricoles. Seuls les hommes semblent l’être.

Les jouets avec des tracteurs sont
associés aux hommes agriculteurs

Je rencontre le même schéma avec des jouets représentant d’autres machines agricoles, comme une moissonneuse-batteuse ou un convoyeur à foin.

La moissonneuse-batteuse et le convoyer à foin
sont gérés par des hommes agriculteurs

Et je trouve la même répartition de pratiques et de machines chez la marque Lego.

A la femme agricultrice le soin des animaux (en haut à gauche)
A l’homme agriculteur le tracteur et la moissonneuse-batteuse

Pour sa part, la femme agricultrice se retrouve majoritairement représentée sans machine agricole mais préférentiellement en compagnie d’animaux de ferme.

Les jouets avec des animaux de ferme
sont majoritairement associés
à des femmes agricultrices

Les représentations de ces jouets semblent indiquer que les compétences (techniques) des femmes agricultrices s’arrêtent là où commencent celles des hommes agriculteurs. A l’inégalité des pratiques vient s’ajouter la hiérarchie des rôles.

Je trouve bien des boites où la figurine féminine est représentée avec un fer à repasser, un aspirateur ou une machine à laver, alors pourquoi pas avec un tracteur ou une moissonneuse-batteuse ? Peut-être, tout simplement, parce que je ne trouve pas de boite où la figurine masculine est représentée avec un fer à repasser, un aspirateur ou une machine à laver.

Et si d’aventure quelques filles souhaitaient conduire un tracteur en modèle réduit, des fabricants souligneront le combo « distinction-inégalité-hiérarchie » de sexe pour les filles par la couleur du tracteur (rose), la grosseur du tracteur et le nom du modèle (« Princess Tract« ). Le rouge pour les garçons semble se suffire à lui-même sans avoir besoin d’ajouter un nom au tracteur.

.Si le tracteur du garçon est électrique
Celui de la fille, moins technologique, est à pédales

J’avais signalé dans un précédent article comment, à la fin des années 50, des ouvrages à destination de garçons et de filles pouvaient véhiculer cette répartition différentielle des places et des rôles au sein des exploitations agricole.

Écoles rurales de garçons
Écoles rurales de filles
(1959)

A soixante ans de distance rien n’a changé. Nous retrouvons ce même schéma au niveau des jouets en 2020.

Tracteur pour les garçons
Soin aux animaux pour les filles
(2020)

S’il est possible d’utiliser des figurines d’agricultrices ou d’agriculteurs dans une autre fonction que celle disposée sur les boites de jouets, cette assignation des sexes sur les emballages à des couleurs, à des places et des pratiques agricoles se présente comme un modèle qui fait office de norme sociale pour les enfants et les parents. Il est « normal » que ce soit le garçon qui conduise un engin agricole, il est « normal » que ce soit les filles qui s’occupent du soin et de l’alimentation des animaux, il est « normal » que la couleur des filles soit préférentiellement le rose, etc.

Ce choix des marques de jouets de typer des couleurs, des places, des pratiques, des outils ou des machines n’est pas sans conséquence. Ces représentations portent sur le devant de la scène du jouet une certaine idée d’organisation de la vie sociale que l’on pourrait penser d’une autre époque.

Loin de se réduire à Playmobil ou à Lego, qui ont servi d’exemples types, il en est de même avec d’autres marques de jouets comme Schleich, Starlux, Wonderkid, Siku…

Du côté des constructeurs de machines agricoles

Plusieurs marques de machines agricoles (Claas, John Deere, Kuhn, Krone, Massey Ferguson, New Holland…) ont intégré dans leur catalogue commercial la vente de jouets agricoles associés à leur entreprise.

Ces marques sont totalement intégrées dans le paysage des mondes agricoles. Leurs représentants connaissent le terrain, ils fréquentent leurs occupants, ils échangent et négocient avec eux. Ils savent que les mondes agricoles sont mixtes et qu’une femme agricultrice est aussi capable qu’un homme agriculteur de conduire un tracteur ou une moissonneuse-batteuse par exemple.

La quasi-totalité des jouets associés à ces marques sont vendus sans personnage. Je n’ai trouvé qu’une seule marque qui associe directement machines et figurines, John Deere. Les figurines sont toutes masculines.

La représentation est masculine,
la femme agricultrice est invisibilisée.

Et s’il vous venait à l’idée de changer un personnage sur un jouet d’engin agricole, les modèles standards proposés par des fabricants resteront très toujours typés.

Conducteurs d’engins agricoles :
le monde des hommes dans le monde des jouets

A ce jour, je n’ai trouvé aucun fabricant mettant à disposition des figurines de femmes agricultrices comme conductrices d’engins agricoles.

Le jouet agricole comme modèle sexiste décalé de la réalité

Ces quelques exemples montrent le total décalage existant entre la réalité sur les terrains agricoles et l’image stéréotypée véhiculée par des fabricants de jouets.

Ces représentations, au lieu de favoriser l’image d’une politique d’intégration, de pleine égalité et compétence entre les hommes et les femmes, affichent au contraire dans l’espace public l’image normalisée d’une politique d’exclusion et d’inégalité dans les rôles et les pratiques selon le sexe, tout en usant de clichés associés aux couleurs. Pourquoi par exemple les figurines ou les objets masculins ne pourraient-ils pas être associés (aussi) à la couleur rose ? Parce que le rose serait « naturellement » féminin ? Ou que cette couleur serait dévirilisante ? Voire, associer du rose à un jouet à destination de garçons pourrait favoriser une « anormalité » ou une « déviance » (sexuelle, psychique…) ? En est-on si sûr ?

Joueurs de rugby du Stade Français

Si les jouets représentant des machines agricoles sont associés à des figurines masculines, les figurines féminines sont assignées à prendre soin et à nourrir des animaux de ferme. Le message véhiculé par ces fabricants de jouets à destination des enfants comme à celui des parents semble être « A l’homme la technique, à la femme la nature ». Chacun est enfermé dans une supposée essence, une place déterminée, un rôle fixe, un ordre « naturel » de la division des espaces et des outils de travail. Comment ne pas voir que ces fabricants véhiculent et confortent un schéma social sexiste ?

L’enfant qui joue à l’adulte, qui l’imite, est guidé dans son apprentissage et sa socialisation par tout un ensemble de modèles de « figurines-outils-symboles » qui lui indiquent quelles sont les pratiques et les places « normales » que devraient avoir les hommes agriculteurs et les femmes agricultrices. Tout autre configuration, tout modèle alternatif à ce qui est proposé et accepté par la société, ferait tomber ces modèles polarisés dans la déviance et l’anormalité.

Les concepteurs de jouets agricoles, les responsables de ces entreprises comme leurs représentants commerciaux connaissent-ils vraiment le monde agricole dont ils sont censés offrir une représentation relativement fidèle aux enfants, garçons et filles, pour jouer sur un tel écart entre la réalité de terrain et ce qu’ils proposent à la vente ?

Si les inégalités et le sexiste existent toujours dans les mondes agricoles, il existe aussi d’autres modèles de relations sociales, égalitaires, non discriminantes, non sexistes… Faut-il alors continuer à consolider dès le plus jeune âge l’apprentissage et le modèle des premiers au détriment des seconds ?

Pour citer cet article : Valéry Rasplus, " Du côté des filles et des garçons qui rêvent de devenir agriculteur.trice.s ", AgriGenre, octobre 2020. Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/1388


Échos

¤ Terres et Territoires, octobre 2020

Petite plongée dans le genre agricole

En avant les discriminations : enquête au pays du jouet


¤ Pépites sexistes , octobre 2020


¤ La Déferlante , (revue des révolutions féministes), octobre 2020


3 réflexions sur « Du côté des filles et des garçons qui rêvent de devenir agriculteur.trice.s »

  1. Appreciating the commitment you put into your website and in depth information you provide. It’s awesome to come across a blog every once in a while that isn’t the same out of date rehashed material.Excellent read! I’ve bookmarked your site and I’m including your RSS feeds to my Google account.

  2. J’ai adoré le texte.. Bravo 👏 👏 👏. Il poursuit nos travaux… Et notamment mon premier article… Sur la division sexuelle des rôles… C’était en 1986….le temps passe, les problèmes demeurent. Merci cher collègue. Ali AÏT ABDELMALEK professeur de sociologie rurale Rennes 2

  3. C’est un article dès plus représentatif de notre invisibilité au sein de la société et de notre métier. Vous mettez le doigt sur une absence totale de reconnaissance. A faire circuler largement afin d’apparaître plus visible.
    Merci Monsieur Rasplus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.