Elles BOSS ! Retour sur le festival agriculturel Sèmment et S’aimeront

Les 1 et 2 octobre 2022 dans le parc naturel sensible du château de Bruyères-le-Châtel en Essonne, a eu lieu la 3e édition du festival agri-culturel Sèment et S’aimeront, avec environ 800 personnes sur le weekend.

Dans la forêt près de la « Bête qui dort » au détour du « Sentier » de la cie Ex Nihilo ©La Lisière

Organisé par La Lisière et la commune de Bruyères-le-Châtel, le festival Sèment et S’aimeront aborde les enjeux environnementaux et écologiques en mêlant formes artistiques, pédagogiques et pratiques. C’est un événement entièrement gratuit, de proximité, festif, populaire et familial.

Le public est invité à explorer les initiatives locales pour produire et consommer autrement, et chaque année une thématique est approfondie avec des spécialistes. L’édition 2022 s’est intéressée en particulier aux femmes agricultrices, avec le thème « Elles BOSS ». Le festival est rythmé de découvertes artistiques et sensibles, tout en convivialité !

Ouverture du festival en musique

Le samedi soir, le groupe Isaya créé par les jumelles Jessica et Caroline, a ouvert le festival avec un concert folk-électro plongeant le site et le public dans un univers ensorcelant. Dans une ambiance de soirée de fin d’été, les deux voix puissantes et émouvantes des chanteuses ont fait résonner leurs chansons engagées, remplies de messages d’espoirs, d’histoires vécues, de coups de gueules, telles que « Freak with the Sailor Woman » et « Nouveau Monde ».

“Nous avons le pouvoir de décider, le pouvoir de soigner un monde que nous avons violé. Ce nouveau monde nous le tenons dans nos mains, essayons de l’apprivoiser, aussi hostile qu’il soit…transformé, défiguré… Les ficelles c’est nous, le peuple, qui les avons au bout de nos doigts et non pas, ceux qui pensent les tirer. Créons notre nouveau monde, nous, pauvres humains, humains pauvres, qui n’avons que nos yeux pour contempler cette triste vérité. Un sort qui nous appartiendra si ces ficelles se transforment en lien. Gagnons notre liberté de penser. Pensons vite et loin.” Isaya.

Isaya © La Lisière

Le groupe marseillais Isaya, militant contre les violences faites aux femmes, avait sorti à l’occasion de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes le 8 mars 2022 leur clip « 3919 119 », et reverse les bénéfices des ventes des singles de ce titre aux associations CIDFF et Solidarité femmes 13.

Autour de la thématique : la place des femmes en agriculture

Tout le weekend, le public était invité à découvrir l’exposition sonore et photographique « La place des femmes en agriculture – regard sur soi », fruit du travail mené par une douzaine de femmes agricultrices de la Drôme et de l’Ardèche, accompagnées par les CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural). Cette exposition apportait un éclairage à la fois factuel et sensible sur la thématique, complétant les études déjà existantes notamment sur le statut agricole par une approche par l’humain, en interrogeant les enjeux de l’épanouissement au travail.

Exposition sonore et photographique « La Place des femmes en agriculture » © La Lisière

L’enquête et l’exposition montrent par exemple qu’à statut et quantité de travail égal, les femmes bénéficient souvent d’une reconnaissance moindre. D’une part par l’aspect moins visible et moins valorisé des tâches souvent réalisées par les femmes au sein des exploitations (répartition choisie ou subie selon les cas) : commercialisation, transformation, administration…Et d’autre part à cause des à-priori sur un milieu perçu comme masculin. Ce que la BD « Il est où le patron ? », consultable dans l’espace lecture du festival, raconte à merveille !

Une autre difficulté rencontrée par les femmes agricultrices, au-delà des statuts inégaux ayant des conséquences concrètes sur la vie à la ferme (congés parentaux différenciés selon le statut sur l’exploitation et le genre), est celle de l’équilibre fragile entre vie privée et vie professionnelle, et de la répartition par exemple de la charge mentale pour l’organisation du foyer, qui est encore portée majoritairement par les femmes.

Cette exposition a été complétée le dimanche par la diffusion du film documentaire « Je, Tu, Elles… Femmes en agriculture » de la réalisatrice Aurélia Etienne, issu lui aussi de l’enquête. Une projection enrichie ensuite par un échange avec Clémentine Comer, sociologue de l’INRAE (Institut National de Recherche pour l’Agriculture, l’alimentation et l’Environnement) dont les recherches portent sur le métier d’agricultrice et le mouvement des femmes dans la profession.

Tout en faisant le lien avec les témoignages du film documentaire, Clémentine Comer a apporté un regard sociologique et systémique sur la place des femmes agricultrices. Après avoir expliqué l’évolution du statut des femmes sur les fermes et exploitations, elle est revenue elle aussi sur la question du manque de reconnaissance, au-delà du juridique, dans un aspect social [invité, le sociologue Valéry Rasplus n’a pas pu être présent].

Les tâches réalisées par les femmes sont peu valorisées, et elles souffrent en plus d’une invisibilisation, leur rôle à la ferme étant sans cesse questionné et minimisé. Leurs capacités et compétences à diriger une exploitation agricole en tant que femmes seules sont mises en doute jusque dans les institutions et les banques, qui représentent alors de véritables freins sexistes à leurs installations.

De plus, les femmes qui aujourd’hui souhaitent s’installer semblent se tourner davantage que leurs congénères masculins vers d’autres manières de produire (exploitations plus petites, biologiques, diversifiées…), ce qui participe à une certaine méfiance envers elles, qui n’entrent pas dans les cases attendues.

« Moi, Agricultrice » avec la réalisatrice Delphine Prunault

En complément à la projection de « Je, Tu, Elles » et l’intervention de Clémentine Comer avait lieu dans l’après-midi la projection du film documentaire « Moi, Agricultrice » de Delphine Prunault, suivie d’un échange avec la réalisatrice.

Dans son film, Delphine Prunault retrace les problématiques, la lutte, les victoires, évolutions et difficultés toujours rencontrées des femmes agricultrices, sur 3 générations. Elle montre bien que malgré des avancées non négligeables, rien n’est fini. Aujourd’hui, de plus en plus, les femmes agricultrices et notamment celles qui travaillent en couple sur leur exploitation trouvent des solutions pour avoir une structure économique partagée à 50%. Cependant, Delphine Prunault a à son tour mis l’accent sur la réalité des femmes seules confrontées au sexisme.

Échange avec Delphine Prunault et Eloïse Legrand © La Lisière

L’échange avec le public a été l’occasion pour Eloïse Legrand, cheffe d’exploitation de la Ferme des Sueurs en Essonne, de témoigner, et de faire entendre sa propre réalité sur le territoire. Enfant, Eloïse a vu sa grand-mère, travailleuse à la ferme de son mari sans statut, se battre au quotidien et travailler avec acharnement pour la ferme, lui transmettant l’énergie et le courage de se projeter dans ce métier en tant que petite fille. Ces transmissions entre femmes et dans sa famille l’amènent en 2017 à reprendre l’exploitation de son père, en tant que cheffe exploitante, alors qu’elle est mariée à un agriculteur exploitant de sa propre ferme. Sur une exploitation dans sa famille depuis 4 générations, elle est la première femme à être officiellement agricultrice, et sa propre patronne. Dès son installation, elle œuvre à la diversification de ses cultures en ajoutant aux grandes cultures déjà en place un atelier de volailles, et transitionne l’ensemble de l’exploitation en agriculture biologique, en travaillant à son autonomie. Mais pourtant, même après quelques années, après avoir développé la vente de proximité dans sa ferme et ses liens avec les AMAP, elle entend toujours la même rengaine « et il est où le patron ? ». Devenue mère, alors que beaucoup autour d’elles imaginaient que son mari reprendrait la gestion de la Ferme des Sueurs pour qu’elle s’occupe de son enfant, elle anticipe les difficultés liées aux charges du foyer en créant d’emblée avec son mari une répartition égalitaire des tâches ménagères et domestiques. Son engagement pour l’égalité entre les femmes et les hommes est quotidien et intime.

Le témoignage d’Eloïse a ainsi permis, à la suite des voix entendues dans les deux films, d’à nouveau faire résonner de manière vivante et sensible la réalité des femmes agricultrices, et de sensibiliser le territoire à ce que les productrices « d’à côté » peuvent vivre au quotidien. Ce bel et riche échange s’est conclu avec l’annonce par Delphine Prunault d’un « Moi, Agricultrice 2 » à venir, et de sa volonté à cette occasion d’interviewer plus longuement Eloïse, rencontrée grâce à Sèment et S’aimeront !

Pour mieux comprendre, approfondir, explorer… un espace lecture pour tous les âges !

Toute la journée du dimanche était accessible un espace lecture, réunissant littérature jeunesse, romans, bandes dessinées, portraits, études, manifestes, essais…

Certains livres permettaient de mieux comprendre et d’approfondir la thématique, comme « Il est où le patron ? » de Maud Bénézit et les Paysannes en polaires, « Vigneronnes » et « Manifeste pour un vin inclusif » de Sandrine Goeyvaerts [Lire la critique sur AgriGenre], « Néo-paysannes, 10 femmes engagées témoignent ! » de Linda Bedouet, « Paysâmes » de Johanne Gicquel, « Paysannes, carnet de rencontre avec des femmes engagées » par les Carnettistes Tribulants, ou encore parmi les ouvrages de Vandana Shiva « Qui nourrit réellement l’humanité » et « Restons vivantes : femmes, écologie et lutte pour la survie » ; d’autres de l’élargir (« Après la pluie, horizons écoféministes » de Solène Ducrétot et Alice Jehan, « Celle qui nous colle aux bottes » de Marine de Francqueville, « Histoire du travail des femmes » de Françoise Battagliola, « Il faut une révolution politique, poétique et philosophique » d’Aurélien Barrau et « Terre transmise » d’Aubrée Olivier).

Espace lecture © La Lisière

Pour les plus petits les livres invitaient à aborder ce thème de manière sensible par des histoires de filles et femmes œuvrant dans et pour la nature : « La Tisaneuse » de Maiween Vuittenez, « Mon beau potager » d’Anne-Marie Fortin et Julien Castanié, « Une journée d’apicultrice » d’Arnaud Nebbache », « La petite sorcière et la forêt noire » de Chiaki Okada et Mutsumi Ishii, ou encore « Demain la forêt » de Rosie Eve, les aventures de Lila « La voie bleue » et « La Vallée du miel » de Caroline Fournier et Elsa Kadadouche, et « Mon arbre ami » de Maïa Brami.

Les jeunes ont aussi eu matière à réfléchir avec des ouvrages leur étant plus spécifiquement destinés : « Elle est le vent furieux » de Marie Pavlenki, Sophie Adriansen, Marie Alhinho et Coline Prieuré, « 30 héros pour la planète » de Claire Le Nestour et Emmanuelle Halgand, « Héroïques : animaux, végétaux, humains, ils nous invitent à repenser notre façon de vivre » d’Eric Mathivet, « Demain la terre » de Lily Dyu et Amy Blackwell ou encore la BD pédagogique « Voyage en anthropocène » de Macha et Joël Guiot et les aventures extraordinaires de la série « Ultralazer ».

Espace lecture © La Lisière

Enfin, d’autres livres sur les thématiques plus larges de l’agriculture, l’écologie, l’art et la nature étaient proposés à la lecture. Certains ouvrages pouvaient être achetés auprès de la librairie Télémaque qui proposait en proximité sa table littéraire, et d’autres sont disponibles à l’emprunt à la bibliothèque de Bruyères-le-Châtel ou la bibliothèque départementale de l’Essonne. L’ensemble de ces pistes de lectures sont à retrouver par ici .

Le chemin des possibles : mise en lumière d’initiatives locales

Un autre endroit essentiel du festival Sèment et S’aimeront, au cœur de l’événement, est le village des initiatives locales, « chemin des possibles ».

Ce village met en lumière des productrices et producteurs, associations, AMAP, qui œuvrent sur le territoire pour des modes de production et de consommation éthiques et éco-responsables. Par la vente des produits, des ateliers, des rencontres, le village des initiatives participe de façon directe à la sensibilisation du public, à donner corps à une thématique (avec cette année la présence de 9 cheffes d’exploitations et de femmes engagées dans des associations écologistes), et à apporter des pistes de solutions et d’actions au niveau local, pour passer de la théorie à la pratique.

Village des initiatives © La Lisière

Cette année, le village des initiatives rassemblait : Eloïse Legrand pour La Ferme des Sueurs (ferme, céréales, élevage), Cécile Lagrue pour La Ferme des Clos (maraîchage, arboriculture), Isabelle Lacombe pour Les goûts et les couleurs (Maraîchage), Aline Aurias pour L’enracinée (Tisanes, plantes aromatiques), Sylvie Yannic-Arnoult pour L’atelier des jardins gourmands (Fabrication de confiture), François Bataillard pour Le chemin des fleurs (Ferme Horticole de réinsertion), Stefania Molinari pour Terre de Liens IDF (Association régionale d’aide à l’accès à la terre et à l’installation d’agriculteur·ices), Marie Fayolle pour l’Association Bules (Médiation animale), Lionel Husson pour l’Atelier Madwood (Ébéniste), Donna Hentges d’Ose ZD (Sensibilisation, accompagnement à la réduction des déchets en Essonne), Delphine Dulary (Apicultrice), Virginie Béhar pour la Librairie Télémaque (Table littéraire), Yelen Benmessaoud pour le projet Sésame de Cœur Essonne Agglomération, Agnès Sourisseau pour l’Association Agrof’île (Agroforesterie et accompagnement) – ateliers vannerie – Saltus Campus (Lycée agroécologique) et les Jardins de Courances, l’Amap à Cheval de Bruyères-le-Châtel et enfin Rebecca Baues pour la pâtisserie de Rebecca (pâtisserie végétale).

Village des initiatives © La Lisière

Des balades dans le parc ont aussi été proposées par des acteurs locaux. Deux balades étaient animées par Cloé Fraigneau de l’association ERON (Éducation et Recherche sur les Oiseaux et la Nature) pour découvrir les oiseaux peuplant les arbres de la forêt.

Balades avec Eron © La Lisière

Une autre était animée par Mathieu Gouirand du Syndicat de l’Orge, plus largement autour de la flore du parc.

Balade avec Mathieu Gouirand © La Lisière

Ces balades, moments précieux à la découverte de la nature, ont invité les curieux, passionnés et novices à prendre le temps de regarder, écouter, et apprendre à protéger…

Des spectacles en résonance avec la thématique et les enjeux écologiques

Enfin, tout au long de la journée, une programmation artistique éclectique et pour tous les âges, dans la lignée de la thématique en termes de propos, et aussi par la mise en valeur de femmes artistes et à la tête de compagnies, a offert un parallèle culturel aux aspects agricoles de ce festival reliant ces deux mondes.

La compagnie de danse en espace public Ex Nihilo a passé une semaine en résidence de création à La Lisière, afin de créer spécifiquement pour le parc du château un « Sentier à la lisière », parcours sensible mêlant danse, musique, et nature. Depuis sa création, la compagnie Ex Nihilo développe un travail artistique qui questionne le rapport du corps/danseur à son environnement. Chaque nouvelle création ou projet spécifique leur a permis d’appréhender et comprendre de manière toujours plus aiguë le rapport au paysage qu’il soit urbain ou naturel. Avec cette création in situ, le public était invité à une marche poétique ; à l’affût de perspectives, ambiances sonores, traces et objets artistiques qui le guidaient au travers des paysages enveloppants de la forêt.

« Un Sentier à la lisière » par la cie Ex Nihilo © La Lisière

 La compagnie La Constellation avec « La Famille Triolire » a quant à elle régalé les yeux et les oreilles des plus petits comme des plus grands, d’abord avec des représentations dans l’école de Bruyères-le-Châtel pendant la semaine, puis pour toute la famille le dimanche. Ce spectacle de lectures musicales autour de la littérature jeunesse a invité les plus jeunes à explorer la thématique de la nature avec des personnages hauts en couleurs : de la grande « Ourse bleue » au « Petit carré de terre » – potager de balcon, en passant par les recettes en musique de Cathy Itak

 « La Famille Triolire » par la cie La Constellation © La Lisière

Puis c’est la compagnie La Débordante, avec son spectacle de théâtre et danse « Ce qui m’est dû » traduit en live en Langue des Signes Française qui, à partir d’un questionnement intime, a parlé avec justesse des prises de consciences écologiques et environnementales, et questionné les leviers d’actions individuels et collectifs. « Quelle est notre place dans la société, quelle est notre responsabilité face à la crise écologique que nous traversons ? »

« Ce qui m’est dû – LSF » par la cie La Débordante © La Lisière

« Madame Tantale » et son obsession écol’eau, spectacle donné par la compagnie Acidu, a de son côté ironisé sur l’adoption de bouteilles d’eau pour lutter contre les robinets qui coulent ! Avec beaucoup de passion et d’humour, Madame Tantale, perchée sur son rad’eau triporteur entièrement composé de matériaux recyclés et de récupération, propose un pamphlet artistique et écologique sur les enjeux de l’eau et la nécessité de la préserver.

« Madame Tantale » par la cie Acidu © La Lisière

Toute l’après-midi, c’est aussi un manège fait de matériaux de récupération qui a fait tourner les têtes : la compagnie Titanos a fait grimper les enfants (et quelques adultes !) à bord de son « Carrousel, manège des Zozos » pour une aventure foraine et pleine de rebondissements… explosions, pannes, cadeaux en tous genres ont rythmé la journée… ! Une parenthèse agitée pour le tour d’un monde dont on se souvient.

Le Carrousel de la cie Titanos © La Lisière

Enfin, le festival s’est conclu avec un temps fort : le spectacle « INO » de la compagnie L – Ino Kollektiv, rendez-vous de cirque avec des femmes porteuses, voltigeuses, acrobates… Avec une énergie débordante et une justesse du propos, les circassiennes ont fait valser les codes, et ont inversé les rôles, pour être qui elles sont, librement.

« INO » par la cie L – Ino Kollektiv © La Lisière

Dans la lignée des éditions précédentes, l’édition 2022 du festival Sèment et S’aimeront a persisté à la fois dans une tenue intellectuelle sur la thématique abordée avec des intervenantes spécialisées et accessibles, et une qualité et excellence artistique dans la programmation. Conditions sine qua non pour en faire un rendez-vous cohérent et pertinent.  Tout en proposant un accès vulgarisé à l’information éco-responsable et des alternatives simples et pratiques aux modes de consommation et production classiques, Sèment et S’aimeront crée une parenthèse poétique et artistique hors du temps, dans une ambiance conviviale et familiale.

La Lisière

Pour citer cette publication : La Lisière, Elles BOSS ! Retour sur le festival agriculturel Sèmment et S'aimeront, AgriGenre, octobre 2022.
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/13610 
DOI : https://doi.org/10.58079/au3o

Note

La Lisière est un lieu de création artistique pour les arts en espace public, situé dans le parc du château à Bruyères-le-Châtel (91). Elle accueille toute l’année des artistes en résidence de création, organise 2 festivals, et mène des projets de territoire. Plus d’informations : www.lalisiere.art / Facebook @LaLisière91 / Instagram : @lalisiere_arts_espacepublic

Page Sème et S’aimeront

Échos

¤ La Lisière, octobre 2022


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
lalisiere (19 octobre 2022). Elles BOSS ! Retour sur le festival agriculturel Sèmment et S’aimeront. AgriGenre. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/au3o


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.