Les mondes agro-écologiques cibles d’entrepreneurs occultes

Cette publication est le troisième témoignage publié sur AgriGenre, après celui de Lazare Mulot et de Camille Grivand, qui questionne une partie d'un parcours de vie en milieu rural, dans le milieu bio, en lien avec l'agriculture anthroposophique dite "biodynamie". 

"Le secret des sources est un élément fondamental du métier de la recherche en sciences sociales. (...)  Cette éthique, manifestée par la généralisation de la pratique de l’anonymisation, conditionne la participation des enquêté·es avec lesquel·les nous établissons des contrats de confiance d’autant plus importants que le terrain est sensible."
Un droit au secret des sources pour les chercheurs et les chercheuses en sciences sociales ?

Je pense qu’il est temps pour moi de livrer mon expérience personnelle, subjective, ne constituant pas une preuve et dont le présent témoignage relate des faits et constats personnels que j’ai pu observer lors de mon expérience proche des idées New Age et anthroposophiques. J’y ai baigné pendant environ 2 ans suite à ma rencontre avec le père de mon fils, proche de cette mouvance à l’époque du fait de sa mère, qui quant à elle est toujours dedans, mais aussi suite à un séjour en wwoofing dans une maison avec potager “permacole” , alors en quête “d’alternatives” et d’agriculture respectueuse de la nature.

C’est grâce au travail de Grégoire Perra et son blog (La Vérité sur les écoles Steiner-Waldorf et l’Anthroposophie) mais surtout suite à la lecture du témoignage de Marianne Dubois sur son blog (que je recommande vivement de lire) que j’ai pris conscience de l’endoctrinement que j’ai subi à une certaine période de ma vie. C’est grâce à son témoignage que j’ai enfin pris conscience que j’ai fréquenté et adhéré un milieu où pensée New Age, anthroposophie et écologie se mélangent.

Je n’ai pas vécu dans un écovillage mais si j’avais pu avoir cette opportunité à cette période-là je l’aurais fait sans aucune hésitation, espérant à ce moment-là l’effondrement d’un système qui me semblait pourri jusqu’à l’os et désuète et pour ainsi me mettre à l’abri du monde moderne, sous couvert d’utopie joyeuse et de valeurs a priori humanistes, pour masquer une idéologie sombre et teintée d’ésotérisme, de magie et de religion. Cette doctrine, totalement dissimulée, se camoufle dans les milieux alternatifs : écolo, alter-écolo, alter-mondialiste, végane, anti-pub, etc.

Je vais donc commencer mon histoire.

Entrée dans un monde alternatif

Fin 2014, je tombe amoureuse d’un garçon imprégné de spiritualité New Age, initié par sa mère depuis l’âge de 10 ans. Nous nous sommes rencontrés grâce à un ami. Nous tombons rapidement amoureux l’un de l’autre.

Déjà, avant de le connaître, je m’intéressais aux médecines alternatives et j’étais devenue végétarienne puis végane. Je m’intéressais beaucoup aussi à l’écologie et à des modes de vie dits alternatifs. Je refusais déjà depuis peu les contraceptions hormonales après avoir lu les newsletters du Pr Joyeux. Avant cette rencontre, j’avais subi des violences qui m’ont beaucoup perturbées et je n’avais pas trouvé le soutien et des réponses suffisantes dans la société.

Ayant eu des problèmes de contraception avec mon compagnon issu de cette rencontre, j’avais donc renoncé à toute contraception en attendant la pose de mon nouveau stérilet en cuivre (j’avais fait un rejet avec le précédent). Erreur monumentale de ma part, étant assez jeune et débutant dans la vie à l’époque. Je ne prenais pas suffisamment conscience du risque que je prenais : une grossesse non désirée. Aussi, mon compagnon m’a rapidement éloignée de la médecine conventionnelle, me conseillant pour me soigner l’homéopathie et les fleurs de Bach. Amoureuse, je l’écoute. Je bois ses paroles, jusqu’à adhérer progressivement à la plupart de ses croyances ésotériques et pseudo-scientifiques : les maladies viennent de nos émotions ou des relations que l’on a avec autrui, la croyance en l’Univers et ses forces, les vaccins sont nocifs, l’Atlantide a existé (j’y reviendrai plus loin), la réincarnation et le karma, etc. C’est lorsque je tombe enceinte que je vais finir enfermée quelques temps dans cette bulle, le diagnostic de ma grossesse tombant aussi au moment où je déménage dans une autre ville et emménage avec mon compagnon.

Lorsque j’apprends ma grossesse, je me sens déboussolée. C’est comme si le ciel me tombait sur la tête à ce moment-là, à tel point que je ne savais pas si je devais rire ou pleurer. J’informe donc mon compagnon lui montrant mon test positif. Sur le coup, réaction d’étonnement et “comment on va faire ?” . Je vais chez le médecin qui au passage me passera un savon pour ne pas avoir pris de contraception et que l’IVG n’en est pas une ce qui m’a bien refroidie, culpabilisée et découragée. Les jours passent et mon compagnon m’explique qu’il aimerait que je garde l’enfant, qu’il se sent prêt à assumer et que si j’avorte, c’est “tuer une âme car l’enfant nous a choisi” et m’explique le concept du karma et de la réincarnation. Je décide donc par la suite de garder mon fils par peur de perdre mon compagnon, également déstabilisée mentalement par la grossesse. Mes parents lorsqu’ils apprennent ma grossesse sont en colère mais mon compagnon réussit à convaincre mon père. Les parents de mon compagnon, au contraire, sont heureux de la nouvelle. Cela faisait alors seulement 2 mois que j’étais avec ce compagnon.

Croyante malgré soi

Sa mère, habitant non loin de notre nouvelle ville, bien engluée dans ces croyances, nous rend visite souvent et n’hésite pas à nous partager systématiquement ses croyances, chose qu’elle fait d’ailleurs avec tout le monde. Mes parents par exemple, ont pu en être témoin lorsque mon père était atteint d’un cancer en phase terminale et qu’elle leur disait que mon père devait arrêter sa chimio et que sa maladie était une chance.

C’est par ce biais-là aussi que je vais commencer à devenir croyante malgré moi. En effet, il faut savoir que Dieu dans le milieu New Age est quelque chose d’imprécis, on parle de “l’Univers” . Je me disais donc athée tout en croyant à une représentation divine de l’Univers. Ma belle-mère croyait aux hiérarchies angéliques. Je finis aussi par m’intéresser brièvement à des pseudo-médecines comme la naturopathie.

Lors de ma grossesse, j’eus envie de tester des choses. Je m’intéressais beaucoup à l’agriculture biologique et notamment la biodynamie, l’agriculture “plus bio que bio” selon les anthroposophes. C’est mon compagnon qui m’en a évidemment beaucoup parlé mais je connaissais aussi cette agriculture car dans mon ancienne ville, il y avait une ferme biodynamique, d’ailleurs réputée dans le milieu des anthroposophes et où différentes institutions anthroposophiques organisent régulièrement des activités et des stages. J’achetais d’ailleurs régulièrement des fruits et légumes venant de cette ferme aux magasins bio de la ville où je faisais mes courses occasionnellement. Rapidement, je me renseigne sur le wwoofing. Le wwoofing consiste à faire du bénévolat dans des exploitations agricoles bio : agriculture bio classique, permaculture, biodynamie, etc.

Rencontres du troisième type

Nous nous sommes tournés vers une maison avec un potager permacole possédée par une famille. Sur la description donnée sur le site d’une association mettant en lien agriculteurs et wwoofeurs, rien d’alarmant en soi à part qu’il est précisé qu’on ne doit pas fumer sur le domaine et que l’on doit utiliser des produits d’hygiène bio pour “respecter l’énergie du lieu” . J’apprendrai au cours de ma conversation téléphonique avec la tenancière qu’elle consomme uniquement des produits bio dont des produits Demeter et me confirme qu’on doit emmener des produits d’hygiène bio, uniquement certains labels, voire certaines marques. Sa limite est assez floue mais j’entends son illumination lorsque je lui explique que l’on utilise des produits Weleda (surtout) ou d’autres issus du label Nature et Progrès. Rien ne m’interloque au cours de la conversation, nous sommes enthousiasmés et décidons de partir à l’aventure pendant trois semaines.

Pendant ce séjour, je vais apprendre tout un tas de choses mais je vais aussi être initiée à certaines idées. J’apprends donc à cueillir des algues et des plantes sauvages, que Rudolf Steiner est un grand philosophe, que l’Atlantide a existé, que le lieu où je séjourne est habité par de bonnes énergies, des trolls, des lutins, des gnomes, etc. Pour l’anecdote, j’ai fait référence aux nains de jardin en rigolant tellement je trouvais cela absurde quand mon compagnon m’a suggéré qu’ils existaient. Je lui ai donc demandé où il y en avait et il m’a dit “ici, sur le domaine” . Et, très certainement parce que mon esprit critique s’était déjà éteint depuis un certain temps, je l’ai donc cru.

Des pratiques sous contrôle doctrinal

Là-bas, j’ai été rapidement plongée dans un univers, avec d’autres wwoofers, un endroit inconnu en pleine nature avec des paysages bucoliques, l’océan, les discussions avec la tenancière une fois que tous les autres woofers étaient couchés où nous parlions avec mon compagnon de spiritualité. Je me souviens bien de cette soirée où, suite à une question de mon compagnon lui demandant s’il est vrai qu’un enfant choisit son prénom, la matriarche nous explique que Rudolf Steiner a enseigné que l’enfant transmet son prénom aux parents lors de la 3ème semaine de grossesse. Elle nous a aussi enseigné plus tard que dans l’évolution de l’humanité, la “race évoluée” parlera allemand. Je précise que je ne me souviens plus des propos exacts mais cela m’avait marqué, je trouvais cela passionnant à l’époque sans même le remettre en question. Je ne me rendais pas compte à quel point cela pouvait être discutable scientifiquement et moralement, tant ces idées ne se fondent pas sur quelque chose de solide et qu’elles font appel à un racisme très marqué.

Aussi, la nourriture avait une place centrale, une corbeille avec des fruits à grignoter était à disposition à tous les moments de la journée. On nous répétait aussi sans cesse les méfaits du sucre, des médicaments, des vaccins, etc. Lors des repas, il y avait tout le temps du pain et du beurre mais aussi énormément de légumes, parfois des algues cueillies à l’océan, un peu de céréales, très rarement des légumineuses, jamais de viande (la seule fois où j’en ai vu à table, c’était quand le patriarche avait pêché des araignées de mer), et extrêmement peu de légumineuses. Donc très peu de protéines tant animales que végétales. On devait aussi rationner parfois car la matriarche récupérait les invendus de chez Biocoop, la famille vivait chichement et bénéficiait des minima sociaux. Un jour, la matriarche m’a fait une petite exception en cachette : elle m’a laissé manger une barquette de fraises bio. Je l’aidais à ce moment-là à trier les fruits et les légumes qu’elle avait récupérés à la Biocoop.

Nous dormions dans des caravanes sur le lieu et il y avait des toilettes sèches, conditions de vie assez rustique au beau milieu de la campagne. Je faisais aussi pendant mes journées du paillage sur des cultures de pomme de terre. Des pots de légumes lacto-fermentés, de la cuisine, du séchage d’algues, etc. Pendant ce séjour, je n’ai pas enterré de cornes de vaches ni de crânes de chat, le jardin était permacole mais j’ai assimilé des éléments de la doctrine anthroposophique comme le calendrier lunaire de la biodynamie, les êtres élémentaires, l’Atlantide, etc. Concernant l’Atlantide, je me souviens avoir “résisté” en contestant cette idée que l’Atlantide existait, ce à quoi on m’a répondu qu’il a bien existé et qu’il ne fallait pas se fier aux cours d’histoire.

Carte fantaisiste de l’Atlantide d’Athanasius Kircher (1678)

Aussi, j’ai fait un jour un exercice bizarre: je devais prendre un objet et le mettre contre moi et me demander s’il était bon pour moi. Si je basculais en avant, c’était oui, et s’il ne se passait rien ou que je basculais en arrière, c’était non.

Quand la croyance enferme

Comme j’étais enceinte, j’avais discuté avec la matriarche de la grossesse et l’accouchement. C’est là qu’elle m’a vanté les bienfaits de l’accouchement à domicile. Au début sceptique, j’ai fini par être convaincue par ses arguments. Elle m’explique que le yoga est une bonne méthode pour gérer la douleur.

Petit à petit, pendant le séjour, j’ai commencé à devenir méfiante envers la médecine et à adhérer à ces croyances. Je me sentais bien, ça me faisait du bien. Cela me rassurait, je pense, dans mes angoisses de future mère et de femme ayant subi des traumas, la fragilité émotionnelle de la grossesse ne m’aidant pas non plus dans cette situation. Mais ces croyances étaient en fait faussement rassurantes : elles m’enfermaient progressivement.

Cette dame était très bienveillante et charismatique, appréciée des villageois. Il était donc très facile de la croire et de lui donner le bon Dieu sans confession. Elle était proche de nous pendant le séjour, nous sommes mêmes allés rendre visite à l’un de ses fils. Aussi, la fille de la famille disait regretter de ne pas avoir été scolarisée dans une école Steiner. Elle avait quitté le système scolaire à 16 ans car elle ne s’y sentait pas bien. La matriarche m’a avoué aussi avoir collaboré dans le passé avec Weleda et qu’elle trouvait bizarre qu’il y ait des codes barres sur les produits à cause d’une histoire de signification de chiffres en lien avec le diable. Dans mes souvenirs vagues, l’idée semblait en tout cas ésotérique.

Fin du séjour, adieu la campagne et le retour à la civilisation vécu comme une douche froide tant j’étais dans un cocon lors de mon séjour. S’en suit une sorte de dégringolade : mon compagnon et moi finissons par manger uniquement bio et si possible le bio des magasins bio, de préférence biodynamique, on commence donc à faire les poubelles parce que nous n’avons pas les moyens d’acheter tout le temps bio et voulons lutter par cette action contre le gaspillage.

Je décide d’accoucher à domicile et je trouve une sage-femme qui en pratique malgré un gros obstacle car l’assurance couvrant cet acte étant très chère, peu de sages-femmes le font et généralement sans assurance donc. Je me renseigne aussi sur les doulas, ces fameuses accompagnantes spirituelles à la naissance. J’évoque au cours d’une conversation avec ma belle-mère que j’aurais souhaité cet accompagnement mais que cela coûte trop cher. Elle m’explique qu’elle a une amie doula et qu’elle peut s’arranger pour qu’elle puisse m’accompagner quasi gracieusement. Ma belle-mère, alors “énergéticienne” et “guérisseuse d’âmes” offrira ses services à son amie doula en échange de mon accompagnement. Cette amie doula va donc nous accompagner jusqu’à la naissance de mon fils et les premiers mois. Au programme : exercices de respiration et de posture pour l’accouchement, rebozo (un rituel holistique mexicain visant à enrubanner le ventre de la femme enceinte dans un but de relaxation), chant prénatal, massages mais aussi visionnage de vidéos sur l’accouchement qui cautionnent bien souvent celui-ci sans assistance médicale, chose qui me fait tout de même peur d’où le fait d’avoir une sage-femme à domicile à mes côtés le jour J.

Un jour, je consulte une sage-femme près de chez moi en cabinet de ville pour la préparation à l’accouchement, ma sage-femme habituelle étant trop éloignée de mon domicile pour que je puisse m’y rendre régulièrement pour ces séances. Mon compagnon et moi lui faisons lire notre projet de naissance en cas de transfert à l’hôpital, à 5 mn en voiture de chez moi (que j’exècre à l’époque mais que je garde comme roue de secours car inconsciemment, la prise de risque que j’envisage me fait peur). Elle pointe les demandes qui risquent d’être refusées par l’hôpital et nous explique la nécessité des ocytociques pour prévenir l’hémorragie de la délivrance et l’utilité de l’analgésie péridurale, chose qui ne plaît pas du tout à mon compagnon anti-médecine. À un moment donné, la sage-femme devient un peu plus directe et fait une comparaison avec des patientes témoins de Jéhovah qu’elle a dû faire transfuser suite à une hémorragie de délivrance. Sage-femme qui me prescrira paradoxalement des granules Weleda à la demande de mon compagnon et avec mon accord. Elle disait travailler avec cette marque.

Je précise que cette sage-femme n’était pas du tout anthroposophe. Selon moi, c’est dire à quel point les marques de l’anthroposophie peuvent capter des professionnels pratiquant des pseudo-médecines (celle-ci faisait de l’haptonomie) et prescrivant de l’homéopathie. C’est une brèche dans laquelle l’anthroposophie peut s’engouffrer pour diffuser ses produits et donc sa vision du monde. Pas besoin d’adhérer, il suffit de la promouvoir.

Mes souvenirs sont vagues mais je me souviens de ce moment qui nous avait un peu surpris sur le coup concernant les propos de la sage-femme. Je me souviens d’un moment où le père de mon fils et moi nous regardions en se disant “mais on n’est pas dans une secte !” . Avec le recul, je suis toujours perplexe par rapport à cette anecdote qui n’a finalement rien d’anodin : quand on est dans une secte, on ne sait pas qu’on est dans une secte, même si on sait que l’on a des croyances religieuses par exemple. On ne sait pas qu’on est anthroposophe ou qu’on sympathise avec. Ce qui était insidieux ici, c’est que je n’avais justement pas conscience de l’arrière-plan religieux de mes croyances.

Réflexivité

Moi-même, aujourd’hui encore, je suis encore confuse à admettre que j’étais anthroposophe ou pas loin de l’être à l’époque par exemple, puisque je ne savais pas ce que c’était, et pourtant, j’étais en contact avec l’anthroposophie tous les jours, je consommais ses produits et j’adhérais à certains de ses préceptes.

Je dirais plutôt avec le recul que j’étais une sympathisante et une proche de cette mouvance tout en ignorant de quoi il s’agissait. Je voulais mettre mon fils dans une école Steiner-Waldorf sur les conseils de ma belle-mère. Je voulais ouvrir un compte à La Nef que je voyais toujours dans les salons écolos bien-être. Je croyais au karma, à la réincarnation, aux êtres élémentaires, je croyais que mon fils nous avait choisi son père et moi et qu’il avait choisi son prénom en me le transmettant par un rêve. Aussi, sans que je sache leur nom et leur nature, ces croyances me dictaient comment je devais vivre : comment je devais penser, comment je devais manger, comment je devais utiliser mon corps, me soigner, c’est-à-dire me soigner avec de l’homéopathie dont de l’homéopathie Weleda, avoir recours à la médecine conventionnelle le moins possible, ne pas me faire vacciner car ceux-ci sont dangereux, etc., comment je devais considérer mon fils, c’est-à-dire une âme à naître qui choisit son karma, etc. Aussi, je devais me soumettre à mon compagnon qui me recadrait dès que je faisais un écart, ce qui m’a beaucoup fait souffrir comme la grossesse imposée. Et je ne lisais pourtant pas Steiner et ne connaissais pas la Société anthroposophique.

J’ai eu connaissance de l’anthroposophie beaucoup plus tard (en 2017) quand je cherchais des infos sur Pierre Rabhi. Je suis tombée sur le blog de Grégoire Perra et à ce moment-là, j’ai eu comme un choc mais qui ne m’a pas permis tout de suite de faire ma prise de conscience. J’avais néanmoins pris conscience à ce moment-là que j’avais affaire à une secte se dissimulant dans tout le milieu dans lequel j’étais plongé. À ce moment-là, j’avais aussi commencé à prendre mes distances ce qui, je pense, a facilité ce premier choc.

Ma fréquentation régulière de milieux écologistes me confortait dans ce rejet du monde moderne, de sa technologie, sa médecine, etc. Dans quel salon écolo ou végane militant n’ai-je jamais vu des stands vantant toutes sortes de pseudo-médecines ? Autre fait intéressant : La Nef était toujours là dans ces salons, distribuant ses formulaires de souscription où il est fortement recommandé de reverser ses intérêts à des associations parfois liées à l’anthroposophie. D’ailleurs je demande où cette banque n’est pas présente dans cette sphère écolo et ses tissus alternatifs. Je regardais aussi souvent des vidéos de naturopathes bien connus aujourd’hui accusés de dérives sectaires. Tout ce qui avait rapport avec les thèses de la naturopathie m’intéressait aussi : équilibre acido-basique, nutrition et alimentation crudivore, etc., même si je n’étais pas pratiquante de tous ces concepts.

Le temps de la bifurcation

Les mois s’écoulent et vient le jour de mon accouchement qui s’est plutôt mal passé. Plus de 24h de travail et des contractions de plus en plus violentes et douloureuses. J’ai dû me rendre à l’hôpital épuisée et transie de douleurs où l’on m’injectera la péridurale que je vais finalement accepter alors que je la refusais auparavant. Mon fils naîtra environ 3 heures après mon arrivée à l’hôpital. J’ai dû subir une épisiotomie du fait de mon épuisement. Avec le recul, je me dis que si j’avais attendu encore plus, cela aurait pu compliquer les choses ou mal se terminer.

Je pense que c’est après ce moment-là que j’ai commencé à avoir des doutes sur mes croyances et à les remettre en question. Je m’intéressais de loin à la psychologie sociale mais qui m’intéressait déjà à l’époque. N’ayant pas mon bac à l’époque et voulant reprendre des études universitaires, je décide de faire un DAEU en distanciel.

Entre-temps, avec le père de mon fils, nous décidons de déménager dans une autre région regorgeant d’initiatives proches de nos idées : écovillages, fermes bio, AMAP, écoles alternatives, etc. Mon compagnon trouve un service civique dans une association revalorisant les déchets. Nous étions assez proches finalement de la pensée de Rabhi et des Colibris : faire sa “part du colibri” et se reconnecter à la nature. Mais cette image reluisante en apparence cache une odeur de soufre selon moi : celle d’une sorte de servitude volontaire au service d’un “nouveau monde” ou plutôt une idéologie masquée.

Je me souviens de ces gens vivant des minima sociaux et qui travaillaient dans l’association l’équivalent d’un temps plein car ces personnes refusaient la société et voulaient œuvrer pour une sorte de nouveau monde “reconnecté” à la nature. Cette pensée génère en fait une sorte d’enfermement progressif et marginalise des personnes au nom d’une idéologie en leur demandant d’œuvrer pour une communauté sans contrepartie. J’apprendrai plus tard de qui Rabhi s’inspirait et ce qu’est la tripartition sociale de Rudolf Steiner qui ressemble beaucoup à la vision des Colibris : faire communauté pour un “monde nouveau“, une nouvelle civilisation en somme, chose qui d’ailleurs n’est jamais dite explicitement.

Pendant ce temps, je suivais mes cours à distance tout en m’occupant tant bien que mal de mon fils. Heureusement, son père ne travaillait que quelques heures par semaine et prenait le relais. Je commençais aussi à vraiment m’intéresser à la démarche scientifique et à remettre tout mon système de croyance en question : anti-vaccinisme, pseudo-médecines, etc. Malgré une dépression dont je n’avais pas réellement conscience à ce moment-là et qui me poursuivait depuis la naissance de mon fils, je réussis à tout concilier et j’obtiens mon DAEU avec mention assez bien. Un mois avant la rentrée, le père de mon fils et moi nous séparons. Il aura la garde de mon fils pendant 2 ans que je reprendrai par la suite.

Je m’inscris en fac de psychologie pour la rentrée par la suite. Pendant cette année-là, j’ai fait des rencontres, appris et découvert des tas de choses. Je m’éloigne aussi définitivement du milieu New Age, croyance que je vais déconstruire petit à petit au fil des connaissances que j’ai acquises pendant mon année de DAEU et celles que j’acquiers pendant cette année de psycho. Je m’éloigne aussi petit à petit du milieu militant écolo qui m’intéresse de moins en moins et parce que j’ai beaucoup de soucis cette année-là et d’autres choses à penser. J’ai aussi soigné ma dépression qui a eu raison de mon année d’études en plus de mes problèmes financiers. Avec le recul, je ne regrette pas d’avoir fait cette année de fac : elle m’a permis de m’éloigner d’une idéologie et de me réintégrer petit à petit dans la société.

Ce qui m’interpelle aujourd’hui est la façon dont on peut facilement plonger dans ce système de croyances : incertitudes, souffrance psychologique, problème de santé non traité ou incurable, questionnements vis-à-vis de la société, etc. De nombreuses problématiques peuvent faire que l’on tombe dans des croyances, parfois dangereuses, jusqu’à tomber dans l’irrationalité. Le seul rempart pour moi a été de reprendre des études, me questionner et me distancier petit à petit. La prise de conscience fut finalement longue et lorsqu’elle s’est réalisée, fut très brutale. Il est en effet douloureux de remettre en question ses croyances, ce n’est pas simple, cela peut parfois prendre du temps et même des années alors que l’on souffre en silence. Des années pour démêler ce sac de nœuds et comprendre les traumatismes que j’ai vécu comme le fait de m’imposer une grossesse, mon accouchement et même le fait d’avoir été exposée et d’avoir cru à des idées qu’aujourd’hui je trouve complètement délirantes, même détraquées.

Je pense que mon séjour en wwoofing, même si j’avais des idées et un entourage propice, a beaucoup contribué à l’adhésion à ce système de croyances. Quand je suis ressortie de ce séjour, je n’étais vraiment plus la même. Aussi, je pense qu’on peut vivre de belles expériences en wwoofing, apprendre des techniques d’agriculture efficaces et respectueuses de l’environnement sans tomber dans une spirale sectaire. Il est tout de même particulièrement inquiétant que celui-ci soit parfois utilisé pour exploiter les wwoofers ou pour les enrôler dans une pensée sectaire.

Jeanne Soradt
Accompagnante d’élèves en situation de handicap

Pour citer cette publication : Jeanne Soradt,Les mondes agro-écologiques cibles d'entrepreneurs occultes,AgriGenre, septembre 2022.
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/12888  
DOI : https://doi.org/10.58079/au3m

Ressources complémentaires

Témoignages :

Grivand Camille, Pratiques alternatives et influences spiritualistes en agriculture biologique, AgriGenre, août 2022.

Mulot Lazare, Grandir et croire. Quand une idéologie masquée s’immisce dans une vie, AgriGenre, juin 2022.

Liens entre la société anthroposophique et la biodynamie :

Rasplus Valéry, Un chercheur organique : Ehrenfried Pfeiffer, AgriGenre, mai 2022.

Rasplus Valéry , Les vigneron.ne.s, entre vins conventionnels et vins bio & biodynamieAgriGenre, janvier 2021.

Comparaison agronomique entre bio, parmaculture et biodynamie :

Rasplus Valéry, Des agricultures entre savoir et croyance : permaculture, agriculture naturelle et biodynamie, AgriGenre, juin 2022.

Vincourt Patrick, Commentaires sur l’article « Impact of farming systems on soil ecological quality : a meta‑analysis » , AgriGenre, mai 2022.



Citer ce billet
jeannesoradt (2022, 12 septembre). Les mondes agro-écologiques cibles d’entrepreneurs occultes. AgriGenre. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/au3m

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.