Des agricultrices qui font leur place : répondre aux résistances par la preuve

Tous les prénoms ont été modifiés afin de préserver l’anonymat des enquêtées.

À une heure où les rôles que jouent les femmes dans la transformation du monde agricole semblent de plus en plus vecteurs d’intérêts, certains profils éloignés des moyennes sont encore peu étudiés. En effet, des femmes s’installent aujourd’hui à leur compte, montant leur projet agricole de toute pièce en dehors des héritages familiaux.

Si le nombre effectif d’agricultrices n’est pas en augmentation significative depuis le début du mouvement de modernisation agricole (Rasplus, 2022), la structuration du milieu a tout de même subi des évolutions qui semblent aujourd’hui donner plus de visibilité aux femmes cheffes d’exploitation. Le modèle du couple hétérosexuel comme socle de la production offrant peu de visibilité et de reconnaissance statutaire aux femmes (Annes et Wright, 2017) a peu à peu été remis en question par un double mouvement de transformation du monde agricole. Tendant vers l’avènement de la figure de l’entrepreneur agricole dans son pendant productiviste (Purseigle et al., 2017), les exploitations se sont parallèlement diversifiées pour assurer leur nouveau « rôle multifonctionnel de producteurs et d’animateurs du monde rural » (Rieu, 2004, p.118). En réponse à un soucis environnemental de plus en plus présents, certaines agricultrices développent également des rapports au vivant complexes allant au-delà de simples relations de production (Guétat-Bernard et Pionetti, 2014).

Traversée par ces différentes dynamiques, une proportion croissante d’agricultrice s’installent désormais à titre individuel, gérant ainsi seules leur ferme, tout en développant souvent des modèles d’exploitation diversifiés, attentifs aux problématiques sociales et environnementales que pose l’agriculture moderne. Au-delà des conjointes reprenant l’activité agricole à la retraite de leur mari ou des filles prenant la suite de leurs parents sur la ferme familiale, j’ai souhaité m’intéresser à ces agricultrices qui doivent monter leur projet par elles-même, sans avoir à gérer le poids des héritages familiaux. Non sans contrainte, l’installation hors cadre familial représente pour ces femmes des bifurcations biographiques qui concrétisent une forte volonté de changement individuel et de transformation du milieu agricole par la mise en place de modèles respectueux du vivant et d’autrui. À celles qui y parviennent revient alors la nécessité de faire leur place et de se positionner au sein d’un monde agricole dont elles sont encore la marge.

Les analyses qui suivent s’appuient sur une enquête de terrain menée à l’occasion de mon mémoire de fin d’études. Influencée par les méthodes de la théorie ancrée, j’ai mené dix entretiens non-directifs auprès d’agricultrices installées à titre individuel et hors cadre familial dans le département de la Haute-Loire en Auvergne. Dans une volonté de limiter la poids de mes préconceptions dans la recherche, j’ai utilisé cette méthode qui permet de se baser sur le point de vue des enquêtées pour déterminer les thématiques centrales à étudier dans l’exercice de leur profession actuelle. Dans une perspective de recherche féministe, j’ai de même prêté attention à rendre compte de la réalité des expériences des agricultrices sans occulter la diversité des cas de figure rencontrés et en prenant en compte leur capacité d’agir en réponse à des situations de domination (Clair, 2016).

Des agricultrices «atypiques » qui exacerbent les résistances

Être une femme dans le monde agricole n’est souvent pas chose aisée puisque « L’agriculture reste un milieu où la hiérarchie sexuée (homme-chef d’exploitation/femme-associée ou co-exploitante) prévaut » (Dahache, 2010, p.100).

Si les agricultrices enquêtées se sont installées à titre individuel, elles n’échappent néanmoins pas à ce référentiel qui ressurgit dans de nombreuses interactions quotidiennes. Plusieurs enquêtées font ainsi le récit d’interactions où leur interlocuteur∙rice s’adresse à leur conjoint, pourtant extérieur à l’activité de la ferme, pour traiter de questions professionnelles. Claire explique par exemple : « Ben quand je me suis installée on s’adressait à mon compagnon pour parler de la ferme, quand on était deux. ». D’autres enquêtées comme Elizabeth ont subi des interactions de ce type : « “Allo madame j’ai vu votre annonce pour les moutons, vous pouvez me passer votre mari ?”, “Euh non c’est moi la bergère” […] Il vient, y’a mon mari qui était là, on sort tous les deux, le monsieur sort de la voiture et en fait il posait des questions et il regardait mon mari. Mais c’était moi qui répondais ! Et en fait il répondait à mon mari. ». Estelle explique ainsi devoir sans cesse rappeler son statut : « Mais c’est… c’est une vigilance quoi. Pendant… Tout le temps en fait, même encore un peu maintenant, les gens ils demandent à mon ex-conjoint si ça va les légumes quoi. » Vue de l’extérieur, la seule présence d’un homme au sein de la maisonnée semble faire resurgir les représentations d’une femme qui ne peut pas être la cheffe d’exploitation et d’un homme qui a forcément la main sur l’activité productive. Contrairement à ce que pourrait laisser envisager une installation à titre individuel, l’inscription dans un couple hétérosexuel semble donc être source de violences symboliques de la part de l’extérieur de la maisonnée, y compris si le conjoint ne prend pas part aux activités agricoles.

Mais cette prédominance d’un référentiel masculin ne s’arrête pas aux portes de la ferme. Être installées à titre individuel ne semble pas, en effet, empêcher les agricultrices de subir des rappels à l’ordre patriarcal face à l’éloignement de leur profil des normes genrées du monde agricole dans son ensemble. Ces interactions vécues comme violentes ont parfois lieu avant même l’installation. C’est par exemple le cas de Maëva qui raconte une expérience vécue lors de sa formation en lycée agricole : « Donc le premier cours (rires) de tracteur. […] Et quand il a vu que c’était une fille qui montait il a serré le parcours, tu sais, les plots. Et puis il me regarde, il dit “Toi de toute façon je vais te faire craquer, tu partiras de mon cours. Parce que pour moi les femmes c’est pas dans les engins c’est à la popote”. » Une fois installées, les enquêtées peuvent être confrontées à des remarques dévalorisant leurs capacités et leur légitimité en tant que professionnelles. C’est par exemple le cas de Claire et Solange : « Alors que moi à chaque fois on me dit “Oh c’est trop dur toute seule pour une fille”. » (Claire) ; « Ah ! Je suis passée par tout un tas de sobriquets, de commérages. Ici c’était bizarre, et les plantes [PPAM] c’est bizarre, et on sait pas ce qui s’y passe, la lumière est allumée toute la nuit ça doit trafiquer, et puis y’a des hommes qui rentrent qui sortent. Genre j’étais une maison close tu vois (rires). » (Solange). Le simple fait d’être identifiée en tant que femme expose donc ces cheffes d’exploitation à des violences visant à rappeler leur transgression aux normes. Ces dernières subissent ainsi les conséquences d’une dynamique d’invisibilisation du travail des femmes dans les fermes depuis la modernisation agricole. (Nicourt, 2014). Si des combats ont été menés par certaines agricultrices pour avoir aujourd’hui accès à des statuts légaux qui reconnaissent leur travail, ces victoires sur le plan du droit ne semblent pas entraîner une égalité de fait dans leur sillage.

Au-delà de leur appartenance de genre, les agricultrices enquêtées sont d’autant plus exposées aux résistances de la profession qu’elles développent des modèles de production jugés « atypiques ». L’utilisation même de ce terme par les technicien∙nes, et parfois repris par les enquêtées pour s’auto-définir, soulève l’existence d’une frontière normative entre des modèles de petites exploitations diversifiées et orientées vers des pratiques en coopération avec le vivant, et des modèles plus traditionnels d’exploitations à visées productivistes. Plusieurs enquêtées font ainsi le récit d’interactions conflictuelles ou décevantes avec des agent∙es d’institutions de l’État. C’est par exemple le cas de Céline qui a relevé un ton parfois moqueur : « Bah ça les fait rire quoi. T’arrives à la quarantaine et puis tu dis “Bon je vais changer et puis je vais élever des chèvres”. C’est un peu le cliché des chèvres au fin fond de l’Ardèche, dans ta yourte. » D’autres fois, ce manque de considération peut aller jusqu’à suspecter le bien fondé des demandes des agriculteur∙rices : « Ben là je vois mon copain qui lui il a des vaches allaitantes. Lui s’est installé y’a huit ans, et ben au final il avait comme projet de mettre un poulailler de pondeuses, et au final on lui a dit que son projet était totalement atypique, que ça… – Qui lui a dit ça ? – La Chambre. Qu’il fallait qu’il fasse de la vache laitière. » (Sarah). Si pour certaines, ce scepticisme pourrait être expliqué par un manque de formation à la prise en charge de modèles dépassant les cadres des modèles dominants, il s’agit pour d’autres d’une question de politisation de cet organe institutionnel. Héloïse explique : « Après je taxe pas tout les techniciens quand ils font ça tu vois, c’est des gens qui y croient la plupart du temps, mais ils bossent avec des élu∙es, faut pas se mentir. Moi j’ai bossé dans une chambre de commerce je sais bien ce que ça fait. » Selon cette hypothèse, les technicien∙es tenteraient ainsi de redresser des modèles s’opposant à la ligne politique de leur organe institutionnel de rattachement.

Répondre aux résistances par la preuve

L’installation de ces agricultrices constitue ainsi une double remise en question de l’ordre dominant. Coupler des profils et des modèles jugés « atypiques » peut les exposer à des résistances exacerbées nécessitant de leur part un travail de légitimation d’autant plus important. Leur capacité à bousculer les normes et changer le monde social n’est en effet pas exempte d’un lourd travail de preuve à fournir pour répondre aux nombreuses résistances auxquelles elles font face. Ce constat semble rejoindre celui d’Annie Rieu et Sabrina Dahache (2008, p.86) pour qui : “Il s’agit pour elles de prouver leur légitimité à diriger leur entreprise agricole de façon autonome, en montrant notamment leur compétence et fiabilité mais surtout en faisant leurs preuves.

La nécessité de faire leurs preuves auprès des acteur∙rices institutionnel∙les semble particulièrement présente en amont de la mise en route de l’activité. Certaines enquêtées comme Maëva estiment ainsi devoir fournir un travail de preuve supplémentaire pour prouver le bien fondé de leur modèle : “Et ça la Chambre d’Agriculture ils sont assez… Ils sont assez sceptiques avec ça. […] Donc du coup là ça a été compliqué de lui faire comprendre que je voulais pas mettre quatre mille poules, que je voulais tout faire en local, tout en vente directe. Donc ça a été très très compliqué, on s’est disputées plus d’une fois. Et à force de lui faire comprendre, de lui montrer… Parce que j’avais des dossiers. Ils m’ont demandé quand même une étude de marché très très poussée, avec des engagements de magasins, des lettres d’engagement, des contrats d’engagement. Ça ils le demandent pas à quelqu’un qui s’installe en vache par exemple. » De même, Solange a du faire face à un examen approfondi de son éligibilité au statut de cheffe d’exploitation face aux résistances qu’elle a subi : « Elle me dit “Bon ben cotisant solidaire”. Parce qu’il y a cette image de cueilleur de plantes médicinales où c’est hyper léger quoi. J’ai dit ben non “Cheffe d’exploitation”. “Ah bon ? Et vous savez qu’il faut une surface minimale ?”, “Et oui” (rire). “Et vous les avez ?”, “Et oui.” (rire). “Bon ben on va regarder parcelle par parcelle”. Tu vois non mais c’est… ».

Les difficultés que représentent les interactions avec les institutions peuvent ainsi constituer des freins matériels, notamment quant il s’agit pour les agricultrices de prétendre aux aides publiques. Moins dépendant des agent∙es que grandes orientations politiques nationales et européennes, l’accès aux aides publiques provoque parfois des résistances non-négociables pour les agricultrices. L’installation hors cadre familial implique souvent l’acquisition ou la location de petites surfaces ainsi difficilement éligibles aux aides de la PAC (politique agricole commune, ndlr), en grande partie conditionnées au nombre d’hectares exploités. A cette cause politique peut parfois s’ajouter une certaine volonté d’autonomie vis-à-vis des institutions agricoles de la part des agricultrices. D’autres aides financières telles que la DJA (dotation jeune agriculteur, ndlr) conditionnées à l’obtention de statuts et l’atteinte d’objectifs, sont alors parfois délaissées afin de se délester d’une partie de travail de preuve formel. Estelle, Claire et Sarah n’ont pas souhaité les demander pour ne pas être tenues au plan d’entreprise d’une durée de quatre ans et garder une certaine liberté, voire réversibilité, dans leurs activités : “L’installation, les jeunes agriculteurs, fin voilà quoi, je voulais demander la DJA et puis au final avec la séparation et tout, je me suis dit “Bon laisse tomber parce que mine de rien faut t’y tenir pendant quatre ans” et ouais faut cravacher quoi pour atteindre les objectifs.” (Sarah) ; “Voilà j’ai pas demandé la DJA, j’ai pas demandé d’aide quelconque. Avec, voilà, c’est investissement minimal. Pour être libre quoi.” (Claire).

Au-delà du travail de preuve administratif, des efforts doivent également être fournis par les agricultrices pour accéder à la reconnaissance du tissu local et particulièrement des autres agriculteur∙rices. Plusieurs d’entre elles font ainsi référence à des critères sur lesquels se basent selon elles leur voisinage. Correspondre à ces critères serait alors autant de preuves de leur valeur. Héloïse fait par exemple référence à la nécessité d’être perçue comme une travailleuse acharnée : “Et puis ici les gens ils ont qu’une valeur c’est le travail. S’ils te voient travailler t’es quelqu’un de bien tu vois. Par contre s’ils te voient pas travailler ils peuvent se dire des choses mais sinon c’est pas un problème.” Un autre critère primordial semble être celui de la capacité à faire perdurer son activité dans le temps : “En vieillissant c’est plus facile pour eux de m’aborder. C’est plus facile pour eux de m’aborder comme j’ai trente-cinq ans là, que quand j’en avais vingt-cinq. […] Où on a des vraies discussions presque à égalité quoi, sans… […] Pourquoi c’est plus facile ou pas. Peut-être parce que ça fait dix ans, alors je suis toujours là, bon.” Dans le cas d’Estelle comme pour d’autres, la reconnaissance du voisinage ne semble être acquise qu’au bout de plusieurs années d’installation. Inscrire son modèle agricole dans le temps long serait ainsi perçu comme un critère de réussite. Ces situations semblent par conséquent constituer des épreuves valorisantes pour les agricultrices enquêtées. Il s’agit en effet pour elles d’administrer la preuve de leur valeur personnelle et de celle de leur modèle par l’adhésion et la mise en pratique de normes de travail laborieuses. Le besoin de faire ses preuves ne s’arrête ainsi pas au moment de l’installation mais semble bien constituer une constante dans l’activité de ces agricultrices parfois atténuée par la reconnaissance acquise dans la durée.

Légitimer sa place en tant que femme

Si mes enquêtées ont réussi à dépasser les rappels à l’ordre patriarcal pour s’installer en tant qu’agricultrices et faire perdurer leur activité, il est fort a parier que d’autres femmes puisse céder face aux résistances qu’elles rencontrent. Clémence, en phase d’installation à l’époque de l’enquête, exprime par exemple la difficulté à surmonter une forme d’autocensure : « Et y’a ce risque là de se lancer dans quelque chose et de pas être sûre que ça va fonctionner, […] Moi je pense qu’il y a ça déjà, je trouve que c’est pas évident. Fin moi en tout cas j’ai pas cette culture, et peut-être c’est plus féminin, fin j’en sais rien mais, le droit à l’erreur quoi un peu tu sais. De se dire “Ben je peux essayer quelque chose, et en plus toute seule”. » L’imprégnation du monde agricole par un référentiel masculin produirait ainsi des rappels à l’ordre, qui remettent non seulement en cause la légitimité des agricultrices d’un point de vue extérieur, mais peuvent également finir par être incorporés par les agricultrices elles-mêmes. Parvenir à contrer ses résistances extérieures et intérieures relèverait alors de la preuve de la légitimité de la place des agricultrices.

En situation d’entretien, certaines enquêtées semblent ainsi vouloir mettre en avant la dureté de ce cheminement pour valoriser leur capacité à la surmonter. Solange et Maëva le font en convoquant le vocabulaire de la lutte et de l’autonomie : « Tous les jours je suis fière en fait. Parce que je reviens de très très très loin. […] Mais oui oui y être arrivée, et c’est vrai que du coup j’y suis arrivée vraiment toute seule parce que personne t’aide quoi en fait. […] Donc faut avoir de l’audace, pas lâcher, faut être sûre que c’est ça qu’on veut et à partir du moment où on sait que c’est ça y’a plus rien qui peut arrêter. » (Solange) ; « Donc je me suis débrouillée toute seule. Et maintenant ça marche, comme quoi il faut pas se décourager. Mais faut se battre. Et quand t’es une femme il faut se battre encore plus. » (Maëva). D’autres, comme Elizabeth et Sarah, évoquent leurs difficultés en soulignant leur aspect douloureux et la nécessité de « prendre les coups » : « Vous savez en fait d’être un peu maltraitées, ça vous pousse dans vos derniers retranchements, un peu comme une bête sauvage en fait, et une fois que vous vous dites que vous n’en avez plus, c’est fini, et ben vous avez un truc qui sort de je sais pas trop où et qui vous permet de pas vous noyer. » (Elizabeth).

Certaines enquêtées mettent également en avant des qualités qui seraient propres aux femmes et qui légitimeraient leur place dans la profession. Prendre le temps de faire les choses avec précaution est ainsi une qualité qui a été plusieurs fois relevée par les enquêtées : « C’est pas très mauvais mais les femmes sont meilleures que les hommes sur la naissance. Nous on fait naître nos bébés, donc on sait que la maman elle a ses contractions. […] Et on prend le temps, et les hommes prennent peut-être moins le temps. » (Elizabeth) ; « Parce qu’ils se sont aperçus que t’as beaucoup plus de femmes qui sont précautionneuses quoi. On va mieux passer dans le rang, on va mieux prendre notre temps, on va pas courir, on va bien caler la benne, on va bien caler les engins. » (Maëva) ; «Après je pense qu’on a pas la même vision des choses et que… Mais bon. – Avec qui ? – Ben… Avec les hommes installés depuis plus longtemps et puis ouais c’est… – Qu’est-ce que tu vois comme différences ? – La productivité, le rendement. » (Sarah). Faire référence aux avantages que leur procurerait leur genre dans la profession serait ainsi un moyen de prouver la légitimité de la place occupée dans le monde agricole en se basant sur des qualités qui leur seraient réservées. Ces qualités étant « appréciées et de plus en plus reconnues par ceux qui soutiennent une agriculture alternative » (AFIP et al., 2014, p.59), leur mise en lumière pourrait s’apparenter à une tentative de reconstruire une nouvelle norme en réponse aux rappels à l’ordre patriarcal.

Mettre en lumière la difficulté du chemin parcouru et faire référence à des qualités qui leurs seraient propres permettrait aux agricultrices de légitimer une place continuellement remise en question par le référentiel masculin du milieu. Ainsi, quelle que soit la lecture faite de leur cheminement, celles qui cherchent à expliquer leur parcours semblent le faire dans le but de valoriser la résistance aux rappels à la norme masculine rencontrés. Seule Héloïse exprime « Mais du coup ouais voilà moi en gros ce que j’ai à retenir de l’aventure, et je pense pas qu’être une femme ça change grand chose globalement. » Si elle exprime pourtant indirectement un avis contraire à d’autres moments de l’entretien, cette interprétation de son parcours pourrait être comprise comme la volonté d’affirmer sa réussite dans le milieu en se posant à distance des acteur∙rices marginalisé∙es, en l’occurrence les femmes. Lucia et Céline qui ne se sont pas exprimées sur le sujet malgré la connaissance de mon objet de recherche pourraient également tenter d’effacer la présence de rapports de genre pour légitimer leur réussite en partant d’un principe d’égalité avec leurs homologues masculins.

Combiner souci de rentabilité et souci d’autrui

Les caractéristiques des activités développées font elles-même gage de preuve pour ces agricultrices non-issues du milieu agricole. Au-delà de ces situations explicites de résistances auxquelles les enquêtées se doivent de fournir une réponse, ces agricultrices composent des modèles qui tentent de faire cohabiter les attentes des différent∙es acteur∙rices qu’elles côtoient. L’orientation des enquêtées vers des modes de production prenant en compte les questions environnementales semble ainsi être le résultat d’un entremêlement entre un souci d’autrui et un souci de construire un modèle économiquement viable.

Il semblerait qu’une rémunération jugée juste représente avant tout pour les enquêtées la reconnaissance des compétences obtenues tout au long de leur parcours, spécifique non seulement à leur métier d’agricultrice mais également aux spécialisations qu’elles ont choisies. Clémence semble ainsi confirmer : « Fin je sais pas y’a vraiment un enjeu pour moi de… Et de gagner ma vie avec les compétences que j’ai et qu’elles soient valorisées et qu’elles me permettent de dégager un revenu quoi. » Pouvoir se rémunérer serait ainsi la démonstration de la valeur de ses compétences, matérialisées dans les productions et services proposés, grâce aux achats des consommateur∙rices individuel∙les ou sociétaires. Cette recherche de reconnaissance sur un registre marchand pourrait être interprétée comme l’inscription dans les logiques entrepreneuriales qui infusent dans le milieu depuis la modernisation agricole. Pour Sabrina Dahache (2010, p.100), l’adhésion des cheffes d’exploitation à ces logiques serait d’autant plus présente qu’elles auraient “conscience qu’une part de leur légitimité se joue sur leur aptitude à conduire et à diriger une entreprise agricole”. En effet, face aux différentes résistances qu’elles rencontrent, la capacité à entreprendre serait une des dimensions du métier devenue aujourd’hui assez consensuelle quels que soient les modèles développés pour être un levier de résistance aux rapports de force genrés au sein de la profession. Être reconnue pour sa capacité à entreprendre serait un moyen de « ruser, […] composer avec les normes en place » afin d’affirmer sa valeur sans pour autant contester « le primat accordé à la virilité masculine en matière de comportement et de performance ».

Quel que soit le type de production, l’omniprésence des activités de diversification semble rejoindre le constat selon lequel ces activités permettent aux enquêtées d’ « ajouter de la valeur à leur production de base, et ainsi générer un revenu sur de plus petites surfaces. » (Annes et Wright, 2017, p.107). Si les formes de diversifications choisies sont très variées (circuits courts, transformation, accueil à la ferme…) et parfois cumulées, le trait commun à toutes les agricultrices rencontrées a été la volonté de proposer un produit dit « de qualité », majoritairement labellisé bio. Le choix de produire des produits labellisés AB (Agriculture Biologique) ne semble cependant pas découler uniquement des bénéfices économiques individuels que peuvent entraîner un prix de vente plus élevé et les crédits d’impôts. Une des principales raisons avancées est l’intérêt du label pour garantir une indication claire aux client∙es : « C’est une garantie de qualité pour le consommateur en fait. Nous on sait ce qu’on fait, mais le fait qu’il y ait le label c’est sûr c’est un peu de sous, mais y’a un audit derrière, y’a du conseil, y’a du contrôle oui mais pour quelque chose de positif tu vois. » (Solange). Dans le sens inverse, Lucia explique ne pas souhaiter le label dans le même souci de l’intérêt des consommateur∙rices : « Je connais des bio, je dis pas que tout le monde est comme ça, mais qui trichent énormément. Je dis à quoi bon, pour les gens l’étiquette bio veut tout dire mais pour moi au contraire c’est une étiquette qui porte à confusion. » Pour certaines, obtenir le label permet également d’être équitable avec les autres personnes pratiquant une agriculture biologique. Héloïse explique : « Ouais après le label c’est plus une question d’honnêteté et d’équité avec mes collègues qui l’ont tu vois. […] C’est bien aussi de lâcher son petit chèque et de dire “Je suis vraiment bio”, sinon c’est pas équitable vis-à-vis des autres qui le sont ». Pour le cas de mes enquêtées, l’adhésion, ou non, au label AB semble ainsi reposer sur une certaine prise en compte d’intérêts collectifs, que ce soit par l’aspect écologique de leur production mais aussi envers les consommateur∙rices et les collègues agriculteur∙rices. Cette forme particulière de diversification, comme d’autres telles que la vente directe au contact des client∙es ou l’accueil à la ferme, pourraient être révélatrices d’une tendance à inclure un souci des autres dans leur modèle économique.

La centralité des activités de diversification dans les modèles développés par les agricultrices semble ainsi découler de deux logiques assez contradictoires : d’une part la nécessité d’assurer des revenus individuels malgré une petite surface et de petits cheptels, et de l’autre la volonté d’inclure une certaine attention et relation aux autres par des activités reposant sur des qualités de services. Si la nature des activités développées fait appel à des qualités dites féminines, et pourrait par ce biais participer à reproduire des rôles de genre (Annes et Wright, 2017) à l’échelle de la profession, la centralité de la diversification et l’indistinction entre travail légitime et illégitime sur leur modèle d’exploitation pourrait également traduire leur participation, volontaire ou non, à la redéfinition du métier d’agriculteur∙rice et ainsi à la légitimation de leur type de modèle auprès des publics dont elles semblent plus proches. L’implication des femmes dans le développement de ces modèles est également mise en avant par nombre d’associations d’accompagnement qui voient les agricultrices comme des actrices majeures de la transformation du monde agricole. (AFIP et al., 2014)

Conclusion

Que ce soit à une échelle institutionnelle, locale, ou plus largement auprès des personnes qu’elles rencontrent, il semble que les agricultrices doivent de façon récurrente administrer la preuve de leur légitimité à occuper leur place au sein de cette profession, que ce soit par rapport aux modèles « atypiques » qu’elles développent ou à leur statut de femme dans un monde agricole encore fortement masculin. Cette nécessité de faire leurs preuves semble ainsi les confronter à l’ambivalence que peut représenter le développement de modèles écologisés et soucieux d’autrui au sein d’un système agricole modernisé où les valeurs entrepreneuriales sont plébiscitées comme vectrices de reconnaissance. Imprégnées de ces tendances, tout l’enjeu pour elles semble alors de prouver leur valeur par la gestion maîtrisée d’un modèle économiquement viable tout en y intégrant des dimensions sociales et environnementales. Si ces démarches de preuves sont en grande partie développée en réponse à de fortes résistances dans leurs parcours individuels, être confrontées à cette tension entre logiques entrepreneuriales et logiques soucieuses d’autrui leur a cependant paradoxalement permis d’investir collectivement leur capacité d’agir dans des modèles participant à la redéfinition du métier d’agriculteur∙rice. Aujourd’hui reconnues par les milieux associatifs et militants comme vectrices de changement vertueux et traditionnellement associées au féminin, ces préoccupations combinées à une démarche entrepreneuriale assumée semblent ainsi participer à légitimer leur place en tant qu’agricultrice sans pour autant remettre frontalement en cause l’idée de complémentarité des sexes qui semble continuer de structurer le champ.

Il semble en effet que les qualités mises en valeur soient pensées par les agricultrices comme inhérentes au sexe féminin. Cette appropriation pourrait être comprise comme le moyen de recréer une norme sans pour autant remettre en cause l’idée de complémentarité des sexes servant habituellement à justifier la division sexuelle du travail au sein des couples d’agriculteur∙rices (Rieu et Dahache, 2008). Ainsi, si les enquêtées en question semblent vouloir recréer une nouvelle définition du métier d’agricultrice correspondant à leurs pratiques pour les légitimer, celle-ci ne remet pas toujours en cause les fondements de la division sexuelle du travail, cette fois à l’échelle de la profession.

Il serait cependant intéressant de creuser à quel point les agricultrices naturalisent au non ces qualités afin de déterminer si les démarches dans lesquelles elles s’inscrivent pourraient se rapprocher des idées développées par les féministes de la subsistance (Pruvost, 2021) pour qui la lutte pour l’autonomie et un changement social doit s’appuyer sur la généralisation de qualités et savoirs-faire historiquement attribués aux femmes plutôt que sur l’appropriation par les femmes des valeurs patriarcales destructrices d’autrui et du vivant.

Camille Persec
Master sociologie (Politique environnementale et pratiques sociales)

Pour citer cette publication : Camille Persec, Des agricultrices qui font leur place : répondre aux résistances par la preuve, AgriGenre, octobre 2022.
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/12389 
DOI : https://doi.org/10.58079/au3n

Bibliographie

AFIP, AFIP Bretagne, CFPPA de Carmejane, InterAFOCG, GAEC & SOCIÉTÉS, FRCIVAM Languedoc Roussillon, FDCIVAM du Gard, GRCIVAM PACA, WECF, ENFA – Laboratoire Dynamiques Rurales, Solstice – Béatrix Vérillaud, Les femmes changent le visage de l’agriculture. Pour une meilleure reconnaissance du rôle des femmes en agriculture, 2014, 4 p .

Annes Alexis, Wright Wynne, « Agricultrices et diversification agricole : l’empowerment pour comprendre l’évolution des rapports de pouvoir sur les exploitations en France et aux États-Unis », Cahiers du Genre, n°63, 2017/2, pp.99-120.

Clair Isabelle, « Faire du terrain en féministe [1] », Actes de la recherche en sciences sociales, n°213, 2016/3, pp.66-83.

Dahache Sabrina, « Chapitre 3 / La singularité des femmes chefs d’exploitation », dans : Bertrand Hervieu éd., Les mondes agricoles en politique. De la fin des paysans au retour de la question agricole, Paris, Presses de Sciences Po, « Académique », 2010, pp.93-110.

Guétat-Bernard Hélène, Pionetti Carine, « Genre et rapport au vivant dans l’agriculture française ». Pour, n° 222, nᵒ 2, 2014, pp.201‑212.

Nicourt Christian, « Le lent dévoilement du travail des agricultrices », VertigO, Vol.14, n°1, mai 2014.

Pruvost Geneviève, Quotidien Politique. Féminisme écologie et subsistance, La Découverte, 2021, 394 p.

Purseigle François, Nguyen Geneviève, Blanc Pierre, « De la ferme à la firme. Agricultures en mutation », dans : François Purseigle éd., Le nouveau capitalisme agricole. De la ferme à la firme. Paris, Presses de Sciences Po, « Académique », 2017, pp.13-28.

Rasplus Valéry, « La part des agricultrices et des agriculteurs entre 1970 et 2020 : attention à l’effet pourcentage ! » , AgriGenre, avril 2022.

Rieu Annie, « Agriculture et rapports sociaux de sexe. La « révolution silencieuse » des femmes en agriculture », Cahiers du Genre, n° 37, 2004/2, pp.115-130.

Rieu Annie, Dahache Sabrina, « S’installer comme agricultrice : sur la socialisation et la formation sexuée en agriculture », Revue d’Etudes en Agriculture et Environnement, n°88, 2008, pp.71-94

Tableau des effectifs

PSEUDO

ÂGE

ÉTUDES SUIVIES

ACTIVITÉS ANTÉRIEURES ET/OU PARALLÈLES

PRODUC-TION(S)

DIVERSIFICA- TION(S)

TAILLE DE LA FERME

STATUT

DURÉE DE L’ACTIVITÉ

Estelle

35

DUT et licence de biologie et master en agroécologie, parcours ingénieure

Technicienne à l’INRA

Maraîchage

Vente directe

2,5 hectares

Cheffe d’exploitation

8 ans

Héloïse

35

Licence biologie et master en gestion des pollutions et des nuisances – CCTAR

Cadre dans une CCI

Bovin lait

Transformations produits lactés et vente directe

10 / 12 vaches

Cheffe d’exploitation

8 ans

Claire

30

École d’ingénieure agronome

Chargée de mission environnement dans des associations

Maraîchage

Vente directe

5000 m²

Cheffe d’exploitation

3 ans

Solange

48

CAP de cuisine, BEP hôtellerie restauration – BPREA et CS PPAM – Ecole d’herboristerie

Cuisinière, ouvrière agricole, assistante maternelle, manager vente à domicile

Plantes aromatiques et médicinales

Transformation diverse, vente directe et accueil à la ferme

1,3 hectares

Cheffe d’exploitation

1 an

Clémence

38

École d’ingénieure agronome – Formation Apéritif et liqueur à base de fruits et plantes

Salariée chambre d’agriculture et associations, cuisine collective

Fruits, plantes

Transformation boissons

6 hectares en prévision

Cotisante solidaire

Installation pas finalisée

Elizabeth

56

BPREA

Poste administratif

Agneaux

Ferme pédagogique, accueil à la ferme et vente directe

50 brebis

Cheffe d’exploitation

10 ans

Sarah

32

Bac STAV – BTSA services en espace rural

Factrice

Volailles et porcs

Vente directe

3 cochons, 150 poules

Cheffe d’exploitation

3 ans

Maëva

30

Formation d’assistante vétérinaire – BPREA et UCARE chèvres et volailles

Aide à la personne, ouvrière, salariée agricole, vendeuse agricole

Poules pondeuses

Vente directe

250 / 500 poules

Cheffe d’exploitation

7 ans / 1 an sous cette forme

Céline

43

BTSA gestion et protection de la nature

Animatrice nature

Chèvres lait

Transformation fromages, vente directe, visites pédagogiques et accueil à la ferme

35 / 40 chèvres

Cheffe d’exploitation

3 ans

Lucia

51

Études de langues pas terminées

Saisonnière agricole

Safran et miel

Transformation diversifiée et vente directe

200m² cultivés, 1,5 hectares

Cheffe d’exploitation

4 ans


Echos

¤ Conseil Économique Social et Environnemental, juin 2023

¤ Conseil Économique Social et Environnemental, décembre 2013

 



Citer ce billet
camillepersec (2022, 1 octobre). Des agricultrices qui font leur place : répondre aux résistances par la preuve. AgriGenre. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/au3n

Une réflexion sur « Des agricultrices qui font leur place : répondre aux résistances par la preuve »

  1. Bonjour AgriGenre et Camille Persec

    Merci beaucoup Camille Persec pour ces clés de compréhension sur la place actuelle des femmes en agriculture. Ce que dit Estelle sur la vigilance est très vrai. Elle reste essentielle. En témoignent les violences verbales qui sont perpétrées en milieu scolaire et familial sous une forme d’humour qui ne permet pas toujours de répliquer. La moquerie est , en effet, une arme de déstabilisation courante devant un phénomène (plus de femmes en agriculture) qui dérange. Un phénomène qui n’est pas en voie de disparition, d’après plusieurs témoignages de jeunes filles et de professeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.