De la pensée au geste : réfléchir aux pratiques et changer les habitudes dans l’aménagement paysager

Frederick Matthias Alexander (1869 – 1955), acteur de théâtre et souffrant d’une aphonie chronique dont les médecins ne comprenaient pas la cause, a passé plusieurs années de sa vie à s’observer en train de déclamer devait un miroir afin d’analyser ses gestes. Il a finalement résolu son problème en changeant ses habitudes posturales, toujours à l’aide de son miroir. Aujourd’hui, sa technique est enseignée à des personnes – en particulier acteurs, musiciens, danseurs, mais aussi jardiniers (1) – dont l’activité est liée à la bonne exécution d’un geste.

Je repense à son histoire ici, parce qu’il va être question de notre regard sur nos pratiques paysagères et des éléments en jeu lorsqu’on souhaite les faire évoluer. Les habitudes, en l’occurrence, ont la vie dure.

Prise de conscience de la différence entre une faux et un débroussailleur

Parfois, des remarques anodines peuvent receler beaucoup de matière à réflexion. C’est ce qui arriva lorsque mon voisin, me voyant faucher dans mon jardin, me lança en plaisantant « Vous faites ça à l’ancienne ! ». Qualifier mon action de « à l’ancienne » ne me serait jamais venu à l’idée.

Si j’utilise ce robuste fauchon, qui est une faux à la lame épaisse adaptée aux tiges sèches et aux ronces, c’est d’abord parce qu’il est à ma taille et que je trouve le mouvement de fauche élégant. Mon voisin semble penser qu’un débroussailleur, avec son moteur thermique, son harnais, sa visière anti-projections, son casque anti-bruit et ses lames rotatives serait plus efficace. Mais je réponds que, bien que j’aie déjà utilisé un débroussailleur, je trouve la faux plus confortable, préférant le chant des oiseaux au bruit du moteur, et appréciant le fait de pouvoir m’arrêter dès que j’en ai envie, sans me sentir obligée de vider le réservoir… Puis, après un temps de réflexion, j’ajoute que l’usage n’est pas le même. L’engin thermique broie les végétaux en petits morceaux, devant l’utilisateur, en faisant tomber les hautes herbes en désordre sur les zones non encore fauchées. Pour éviter ce désagrément, on peut soulever l’outil pour broyer d’abord les parties supérieures afin que la matière végétale réduite en miettes ne gêne pas la suite du travail. J’observe souvent les professionnels – hommes – faire ce geste pendant les journées entières où ils nettoient les bords de route escarpés ou les jardins en terrasses. L’alternative est d’intervenir fréquemment, afin que les herbes n’aient pas le temps de grandir beaucoup entre deux passages ; ainsi, le débroussailleur, suspendu aux épaules du travailleur par son harnais, reste au ras du sol et demande moins de force physique pour être utilisé.

Sur ces tiges tendres, je reconnais que mon fauchon est moins efficace ; en revanche il est adapté à la fauche tardive de ma prairie naturelle. Il s’agit des zones où les plantes sauvages accomplissent tout leur cycle végétatif avant d’être fauchées. L’aspect changeant de l’ensemble est très agréable à l’œil et est très utile à la petite faune, notamment les insectes. A la venue du printemps, les graminées et les plantes à fleurs se développent et fleurissent, accueillant tout un cortège d’espèces qui y fixent leurs œufs – papillons, coccinelles – se nourrissent de leur feuillage, de leur sève ou de leur nectar. Cette petite prairie de quelques dizaines de mètres carrés donne vie à toute une chaîne alimentaire – oiseaux insectivores ou granivores qui se perchent en acrobates sur les tiges ployées, araignées qui tissent leurs pièges entre deux touffes, coccinelles dévorant les pucerons, eux-mêmes élevés par les fourmis, petits mammifères insectivores etc. Puis, une fois l’été arrivé, lorsque les longues tiges qui ont donné des graines commencent à sécher, je fauche la prairie. A ce stade, les tiges durcissent et ne ploient plus devant la lame du fauchon qui peut alors les couper net. L’opération a lieu en plusieurs fois, pour laisser à la petite faune le temps de se déplacer, tout en respectant le calendrier donné par les règles de prévention des incendies, très importantes dans ma région méditerranéenne.

Lorsqu’on fauche, le mouvement de balancier dépose les tiges coupées sur le côté, dégageant le terrain devant l’utilisateur, qui peut ainsi avancer sans être gêné. L’herbe fauchée peut ensuite être ramassée et servir ailleurs dans le jardin, par exemple pour ajouter de la matière organique en prévision de futures plantations. Sur la partie récoltée, le ramassage des herbes favorise la repousse des fleurs sauvages. Cette pratique est pour moi une manière d’orienter l’organisation de la végétation dans mon jardin, et ce très simplement. C’est aussi une façon d’éviter les pollutions auditives, olfactives et chimiques induites par l’outil à moteur. Enfin, c’est une alternative préférable au broyage sans discrimination – plantes et animaux – que la rotation des lames provoque. L’usage de la faux permet d’épargner le plus possible la petite faune qui est pour moi une composante indispensable du plaisir du jardin.

Ainsi, lorsque mon voisin a lancé « Vous faites ça à l’ancienne ! », il a soulevé une question bien plus vaste que celle de l’ancien et du nouveau. L’outil n’est pas neutre. Il est indissociable de son maniement et du résultat qu’il donne, autant pour l’utilisateur – poids, confort – que pour la faune et la flore ou l’aspect esthétique. Ce qui signifie que, si l’on souhaite un autre résultat que celui offert par les outils omniprésents aujourd’hui dans l’aménagement paysager, par exemple dans l’objectif d’avoir des modes d’intervention plus respectueux de l’environnement, ou bien pour que le jardinage soit accessible à tous, quelque soit l’âge, le sexe ou la forme physique, alors nous avons besoin d’outils adaptés, permettant des pratiques nouvelles.

Cette anecdote, elle non plus, n’est pas neutre. Elle tente de montrer comment s’entremêlent, au sein de la question de l’aménagement paysager, des thèmes aussi divers que les outils disponibles et leur évolution récente, la répartition des tâches entre hommes et femmes, la chaîne logique reliant la conception à la mise en œuvre et à l’entretien, la réflexion suscitée par des objectifs de respect de l’environnement et du bien-être des travailleurs, enfin la force des habitudes qui rend tout cela plus difficile à faire évoluer.

Le « gros » jardinage, un travail d’homme ?

C’est en tout cas l’image que semblent refléter les rayons « gants de jardinage » de la plupart des magasins, même s’il faut nuancer le propos selon que l’on se trouve en grande surface ou en enseigne spécialisée. Ainsi, dans la catégorie « gros travaux de jardinage », on peut trouver des gants épais, renforcés, avec un manchon montant vers le coude. J’aime les utiliser, par exemple, pour défricher à la main un jardin longtemps abandonné et envahi de ronces, dans lesquelles se cachent encore des plantes de valeur nécessitant une approche progressive ; on peut agripper les tiges épineuses sans se blesser. Ces gants sont disponibles en grande majorité en taille 10 et 11, qui sont les tailles classiques pour homme, mais très difficiles à trouver dans les tailles 6 à 8, les tailles moyennes des mains de femmes.

En revanche, dans le thème « piquant », il existe des gants catégorisés « rosiers » pour toutes les morphologies, y compris les plus petites mains, ainsi que des gants pour « plantation » et autres menus travaux. Ajout charmant : ces gants sont souvent décorés de broderies ou d’un motif fleuri, et de couleur rose, violette… On imagine sans peine la jolie jardinière, en robe bain de soleil, son large chapeau de paille sur la tête, en train de tailler les fleurs mortes de ses rosiers avec son petit sécateur, les mains bien protégées dans des gants « spécial rosiers ». En pratique, cependant, pour les avoir souvent testés, ils sont bien moins efficaces que les gants de « gros travaux » lorsqu’on attaque la taille d’un grand rosier grimpant ou liane, montée sur une échelle et les bras enfoncés au milieu d’un fatras de tiges épineuses… les manchons manquent, ainsi que l’épaisseur protectrice de la matière !

Ainsi, un simple coup d’œil sur le rayon « Gants de jardinage » nous donne une leçon de sociologie : peu importe que les tâches soient physiquement accessibles et pratiquées aussi bien par les hommes que par les femmes, les « gros travaux » sont vus comme masculins, les soins aux fleurs plutôt féminins. Je ne donne ici que l’exemple des gants, laissant de côté un autre cas encore plus flagrant, celui des vêtements de protection, pantalons et – encore pire – salopettes ; il ne s’agit pas alors seulement de taille, mais aussi de forme…

En principe, à l’aide des bons outils, les femmes peuvent exécuter les mêmes travaux que les hommes, et ces derniers peuvent avoir la même délicatesse avec les fleurs que les femmes. En fait, la question de la répartition des tâches entre hommes et femmes dans l’aménagement paysager est un reflet de celle de la société, bref, une question d’habitudes sociales. Cette répartition peut donc varier selon les peuples, les époques ou les lieux. Par exemple, chez moi en Corse, jusqu’à une époque récente, lorsque les hommes partaient des mois entiers faire paître les troupeaux, les jardins étaient confiés aux bons soins des femmes et des vieillards. Encore fréquemment aujourd’hui, les entreprises de travaux paysagers sont uniquement masculines. En revanche, dans le secteur public, par exemple les jardins historiques propriétés de l’État, les offres de postes sont mixtes et les équipes le sont également, à tous les échelons de la hiérarchie. Quant à mon métier de paysagiste conceptrice, on y trouve autant d’hommes que de femmes.

Et autrefois ? Faisons un court voyage dans le passé pour observer cette répartition des tâches dans une source historique datant du Moyen Âge.

La répartition des tâches dans le jardin de Rouvres, au XIVe siècle

La châtellenie de Rouvres, appartenant à Marguerite de Flandre, duchesse de Bourgogne et épouse de Philippe le Hardi, est située à quinze kilomètres de Dijon, la capitale ducale. Elle possède, par-delà les douves du château, un jardin à la fois ornemental et nourricier, mêlant légumes et fruits, plantes médicinales et cosmétiques. La duchesse aime s’y promener et y jouer avec ses enfants. Quelques jardiniers salariés y travaillent chaque jour, aidés régulièrement par des journaliers, hommes et femmes, venus des villages alentours.

Extrait d’un livre d’heure du XVe siècle.
Source gallica.bnf.fr / BnF 

Dans les registres comptables de la châtellenie, conservés aujourd’hui aux archives départementales de la Côte-D’Or, chaque année, le châtelain consigne les dépenses liées à ces renforts ponctuels. Chaque entrée donne le nom du travailleur – on connaît ainsi son sexe -, la tâche effectuée, la durée de l’opération et la rétribution reçue (2). On peut ainsi noter une nette répartition des tâches entre hommes et femmes.

Les travaux des hommes consistent à livrer du fumier par charrette, le décharger dans des seaux à la porte du jardin, labourer à la charrue et retourner la terre à la bêche, étaler le fumier au râteau, couper du bois pour les treillages, réparer les clôtures, tracer les sillons dans les carrés de culture, sarcler les plantations excepté les fraisiers, déplanter et replanter les poireaux. Les femmes plantent, sèment, sarclent, ramassent et évacuent les pierres du jardin, ratissent le fumier, désherbent les cultures en particulier les fraisiers, récoltent les graines ainsi que les roses et la lavande. Aux hommes les engins attelés de chevaux, aux femmes les désherbages délicats des fraisiers et les cueillettes de fleurs.

La rétribution des uns et des autres se fait à la journée. Une journée de femme est payée 10 deniers, une journée d’homme vaut 5 blancs, soit 25 deniers, deux fois et demi de plus que les femmes. Pourquoi cette disparité ?

Une exception dans l’attribution des tâches vient peut-être l’éclairer. Une seule fois, une femme, « la fille Antomiersset, fessore et refouit » (3) avec les hommes (c’est-à-dire qu’elle retourne la terre à la bêche). Est-elle payée au prix d’une journée de femme ? Non, elle est rétribuée autant qu’un homme. Ceci laisserait penser que le salaire est attaché à la tâche, et non au sexe du travailleur.

Mais un autre exemple, sur la même page, tempère l’hypothèse : à une occasion, les hommes aident les femmes à ratisser le fumier, et la raison en est qu’ils seraient plus forts que celles-ci (4). Ils sont payés pour cela les ordinaires 5 blancs, et les femmes 10 deniers. Le surplus de salaire serait-il donc justifié par la force que requièrent certaines tâches dévolues aux hommes ? Si oui, on peut alors s’interroger sur la force physique nécessitée par le repiquage des poireaux ou le traçage des sillons, exécutés par les hommes et payés 5 blancs, lorsque les femmes, pour ramasser et porter des pierres hors du jardin, un travail bien plus physique, ne reçoivent que 10 deniers…

Autre hypothèse pour la fille Antomiersset : elle venait peut-être en remplacement temporaire d’un homme de sa famille avec qui l’accord aurait été passé. Ce procédé a été observé dans les jardins royaux du XVIIe et XVIIIe siècles, où certaines veuves de jardiniers pouvaient prendre la place de leur époux jusqu’à exécution complète du contrat.

Au jardin de Rouvres, les charrettes de fumier n’entraient pas dans le jardin, car le portail et les allées n’étaient pas conçus pour des véhicules de cette taille et de ce poids. On déchargeait donc à l’entrée, dans des seaux qu’on allait porter ensuite dans chaque parcelle à engraisser. Cela illustre le fait que la conception détermine l’utilisation future du jardin et son entretien, autorisant ou non certaines méthodes de gestion, certains outils et même certains gestes.

De la conception du jardin au geste du jardinier, une chaîne logique

Aujourd’hui, pour concevoir un jardin ou un autre aménagement paysager, la pensée doit englober, au-delà du dessin, une anticipation de l’entretien futur, ce qui implique d’intégrer des données comme le nombre et les compétences des futurs jardiniers, l’usage souhaité des lieux, un ordre de grandeur du budget disponible pour l’entretien, et des contraintes nouvelles comme l’adaptation aux changements climatiques qui entraîne la nécessité de concevoir des jardins plus résistants et autonomes.

Ainsi, selon les projets, un paysagiste concepteur peut livrer, au-delà des éléments graphiques comme un plan ou des croquis, un commentaire détaillé, un plan de gestion organisant l’installation progressive d’un jardin puis son entretien – jeunes plantations, 5 ans plus tard, à maturité… – conseiller des outils, des techniques et des gestes, et même donner une formation sur le terrain aux personnes qui l’entretiendront.

En particulier, la prise en compte du geste du jardinier et de son ergonomie peut occuper une place importante dans la conception de l’espace, tout en n’étant pas toujours visible pour le public.

Ainsi, lors de la restauration du jardin des Tuileries dans les années 1990 (5), des passe-pieds ont été dessinés au cœur des larges plates-bandes fleuries, afin de donner accès aux jardiniers tout en évitement le piétinement du sol cultivé. Les dimensions ont été prises sur la longueur maximale que peut avoir un jardinier en action, outil à la main, pour atteindre le milieu de la plate-bande. Ces passe-pieds sont rendus quasiment invisibles par un travail sur le nivellement du sol.

Au jardin du château de Talcy (Loir-et-Cher), où j’ai eu la chance d’intervenir (6), l’enjeu était de remplacer le parterre créé lors de la restauration du domaine et qui pour plusieurs raisons se trouvait alors inadapté. Pour cela, le travail a consisté à observer et écouter les jardiniers, estimer le temps nécessaire à la réalisation de chaque tâche d’entretien, entendre leur avis sur plusieurs options évoquées – je me souviens d’une critique sévère des bordures de buis nain accusées de casser le dos.

Parallèlement, une étude de l’histoire lointaine et récente du lieu a été réalisée, afin de comprendre comment le jardin a été conçu à l’origine et à quel usage, quelle a été ensuite son évolution et sur quels principes le domaine a été restauré à l’époque contemporaine, afin d’accueillir le public de ce domaine appartenant à l’Etat. Il a fallu enfin comprendre « l’esprit du lieu », depuis l’étude de la vie quotidienne à la Renaissance, jusqu’au dépouillement systématique des commentaires des visiteurs inscrits dans le livre d’or. Dans celui-ci, « charmant » est le terme qui revient le plus souvent.

C’est une fois seulement munie de tous ces éléments que j’ai pu proposer un nouveau principe d’aménagement à partir de plantes vivaces fleuries, adaptées au climat et faciles à entretenir. Un aménagement très simple en apparence mais qui s’appuie sur une chaîne complexe de données.

A Talcy, la transformation a été rapide. Cependant, il est parfois difficile de changer ses habitudes, même lorsque celles-ci font plus de mal que de bien.

Le lourd poids des habitudes

Nous en sommes tous informés désormais : la nature va mal, et il est urgent de changer nos façons de faire, que ce soit dans l’agriculture, l’urbanisme, la gestion forestière ou, bien sûr, les jardins et autres aménagements paysagers.

Et pourtant, quelle inertie ! Chaque maillon de notre chaîne logique – conception, réglementation, entrepreneurs, outils, etc. – est entravé par les autres. Il est rare de pouvoir changer tous les éléments d’un seul coup. La plupart du temps, l’évolution doit s’accomplir pas à pas.

C’est une notion que j’ai découverte pour la première fois lors de la réalisation d’un projet pour une copropriété en banlieue parisienne. J’avais conçu des espaces répondant aux demandes des habitants, fleuris en toute saison, demandant un entretien simple, et, puisque c’était déjà ma spécialité, accueillant pour la petite faune (insectes, arthropodes, oiseaux…). Je savais que l’équipe d’entretien était la même qui intervenait déjà pour le précédent aménagement, et je savais que lorsqu’ils élaguaient les arbres présents, ils les broyaient sur place, embarquant ensuite les copeaux dans leur camion-benne.

Tout était validé et il ne manquait plus que de rencontrer l’entrepreneur pour organiser le chantier de plantation. C’est alors que la machine s’est grippée. L’entrepreneur était habitué à des plantations d’arbres et d’arbustes, où l’entretien consistait à tailler les sujets suivant un calendrier fixe et à épandre du désherbant autour afin d’empêcher la survenue de mauvaises herbes. Mon assortiment de quelques arbres et arbustes, associés à une large palette de plantes vivaces et un robuste couvre-sol, était une vision de l’enfer pour lui. Il se voyait déjà passer des journées entières à désherber à la main – car les clients refusaient les désherbants chimiques – se mettant en retard dans son emploi du temps déjà très contraint. Je lui ai assuré que le projet était conçu pour un entretien facile, que le couvre-sol jouerait le rôle du désherbant entre les vivaces et les arbustes, et qu’en attendant qu’il recouvre toute la surface prévue, il lui faudrait garder une partie des copeaux issus de son élagage pour pailler – une seule fois – entre les jeunes plants. La plantation était prévue à la fin de l’automne, et l’élagage devait se faire au cours de l’hiver.

Au printemps suivant, rien n’était paillé. J’ai désherbé moi-même à la main, grâce à la bienveillance et la patience des clients, afin que le projet n’échoue pas. Plus tard, j’ai eu enfin de bonnes nouvelles de cet entrepreneur : presque deux ans après la plantation, il avait finalement paillé à l’aide des résidus l’élagage. Il trouvait cela très efficace, esthétique et facile à mettre en place, et cela lui évitait en plus d’avoir à évacuer ses copeaux d’élagage et de payer la déchèterie (!) pour s’en débarrasser. Il apprenait de nouvelles pratiques mais en abandonnait d’autre. Tout cela mis en balance, sa situation s’en trouvait améliorée. Bref, il avait décidé de reproduire ce système chez tous ses autres clients. Habitude changée.

Dans cet exemple, le principal obstacle était le fait de devoir changer un schéma d’intervention bien rodé, où la réflexion n’avait plus lieu d’être ; il suffisait d’exécuter. Changer de pratique, cela prend du temps : du temps pour établir un autre mode de faire, estimer le temps passé à ces nouvelles tâches ainsi que le coût de ces modifications, les expérimenter… Le tout, associé à la tension économique de l’entreprise dont le patron n’a pas le droit à l’erreur, était largement suffisant pour que celui-ci soit réticent à faire l’expérience. Ici, il a fallu une réunion avec moi et les habitants pour l’assurer qu’en cas d’échec de mon idée, il ne serait pas mis en cause.

Le temps de la réflexion en vue de changer les pratiques, est encore, dans les faits, un luxe.

Felice Olivesi
Paysagiste conceptrice, spécialisée dans la conception et la gestion écologique et les jardins historiques

Pour citer cette publication : Felice Olivesi, De la pensée au geste : réfléchir aux pratiques et changer les habitudes dans l’aménagement paysager, AgriGenre, septembre 2022.
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/11473 
DOI : https://doi.org/10.58079/au3l

Notes

1. Voir par exemple Joël Carbonnel, Le bon geste, le manuel du jardinier, Actes Sud, 2000

2. L’étude de ces registres était l’objet de mon mémoire de maîtrise, consultable en ligne ici : https://jardinavecvue.jimdofree.com/ rubrique « autres textes et études »

3. Archives départementales de la Côte-d’Or, cote B 5756, folio 29 verso.

4. AD 21, B 5756, f°29 verso : […] pour ce que elles n’estoient pas si fortes de rasteller comme les dessus dis

5. Paysagistes : Pascal Cribier, Louis Benech, François Roubaud

6. Réflexions pour un nouveau parterre à Talcy, mémoire de fin d’étude Master 2 Jardins historiques, patrimoine et paysage, Ecole d’Architecture de Versailles/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2006. Consultable en ligne (voir note 2)



Citer ce billet
feliceolivesi (2022, 1 septembre). De la pensée au geste : réfléchir aux pratiques et changer les habitudes dans l’aménagement paysager. AgriGenre. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/au3l

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.