Des migrantes agricoles, entre domination et recherche de reconnaissance

Il y a quelques années, la géographe Djemila Zeneidi s’est intéressée à l’industrie de la fraise dans la province de Huelva en Espagne. Elle en a tiré un ouvrage portant sur les conditions de vie et de travail de femmes saisonnières en provenance du Maroc (Zeneidi, 2013).

Une main d’œuvre particulièrement sélectionnée

Afin de remplir les tâches de plantation ou de cueillette de fruits, des femmes sont recrutées, via un contrat en origine (contratos en origen), dans le cadre d’un partenariat entre leur pays d’origine (ici le Maroc) et le pays d’accueil (ici l’Espagne) et ce pour une durée de trois à six mois. Cette politique migratoire de courte durée s’inscrit dans une opposition souhaitée aux politiques migratoires d’installation et de regroupement familial.

Ces migrantes économiques viennent donc travailler en Espagne pour une durée limitée, puis elles repartent dans leur pays d’origine pour éventuellement revenir travailler en Espagne quelques temps plus tard, quand certaines peuvent être expulsées sans possibilité de retour.

Ces femmes, plutôt pauvres et issues du monde rural, sont âgées entre dix-huit et quarante-cinq ans et elles sont majoritairement mères de jeunes enfants. Pour Djemila Zeneidi, ce ciblage de profil “est lié à la politique de contrôle migratoire mais aussi au besoin d’avoir une main-d’œuvre plus facile à mettre et à maintenir au travail” . La supposée docilité de ces jeunes femmes rurales est accompagnée par une politique de bas salaires.

Cette main-d’œuvre, fortement encadrée, régulièrement désignée comme “captive, vulnérable et exploitée” , se trouve à l’intersection de politiques migratoires circulaires et de politiques économiques néolibérales. Les deux principaux objectifs des employeurs sont d’optimiser la productivité et de maximiser les profits, au détriment de ces femmes qui “se trouvent réduites à des machines de production” . Pour asseoir son analyse, Djemila Zeneidi a fait appel au courant de la géographie radicale qui “articule étroitement la spatialité, les rapports de domination et les injustices” touchant aussi bien les flux (migration, déplacement…), l’espace (assignation, mouvement…) et les corps (santé, sexualité…). L’approche foucaldienne “d’organisation de l’espace en des techniques de contrôle, de surveillance, et de contrôle des corps et des conduites” sera également mobilisée comme clé de lecture et d’analyse.

Dispositifs de contrôle

Les techniques modernes de management – qui visent à encadrer et contrôler le recrutement, rationaliser la réception et l’accueil des migrantes fichées (par biométrie, recueil d’informations diverses), ainsi que leur retour à la fin de leur période contractuelle – sont utilisées aussi bien par les employeurs que par la puissance publique.

Des médiateurs sont chargés de faire l’interface entre les employeurs et les travailleuses, d’apporter une aide à la traduction, d’entreprendre une sensibilisation sur un certain nombre de points : “castillan pour immigré, importance du retour, hygiène et santé, éducation sexuelle, cohabitation et vivre ensemble ; application des produits phytosanitaires, médiation interculturelle… ” , quant d’autres acteurs sont chargés de s’occuper des femmes en incapacité de travailler (accident, maladie, grossesse…). Ces incapacités sont appréhendées par les employeurs car elles représentent un coût en terme de temps et d’argent (logement, repas, démarches administratives…). L’employeur “est à la fois celui qui tire profit de cette main-d’œuvre et devient aussi un garde-frontière, acteur de police de l’immigration tentant d’empêcher les ouvrières de quitter l’exploitation” . Sur ce dernier point, une attention toute particulière sera accordée au logement.

Le logement contraint (Bernardot, 2005) permet de fixer et contrôler les ouvrières dans un espace qui “participe d’une politique d’encadrement de la main-d’œuvre“ . Ces types de logements, souvent placés sous la surveillance de vigiles, sont par exemple évoqués dans la littérature sous le nom de “dormitory labor regim” pour la Chine (Ren Yan, Pan Yi, 2006), “dormitory system” au niveau de la frontière du Mexique et des USA ou “labor camps” au Qatar. Ces logements encadrés n’excluent pas la présence de baraques (bidonvilles, chabolas) à proximité, mais – dans une démarche de contrôle spatial – relativement éloignés des centres urbains.

Ces logements ouvriers facilitent la disponibilité des contractuelles à toute heure de la journée et à tout moment de la semaine, selon les besoins de main-d’œuvres. Vie personnelle et de travail sont intimement liées dans un univers à la fois flexible et contrôlé, où l’employeur peut instituer des interdits : alcool, sortie nocturne, visites extérieures, relations amoureuses… Le logement, qui sert habituellement de lieu de repos, peut aussi servir d’espace disciplinaire. Ainsi, pendant la journée de travail, en cas d’incident (retard, non respect de consignes, comportement jugé déplacé…) le logement peut se transformer en espace de punition où les ouvrières jugées déviantes sont renvoyées sans être payées !

Selon Djemila Zeneidi, “parce qu’il est centré sur le corps, l’outil de contrôle de la main-d’œuvre s’apparente à un dispositif de biopouvoir qui permet de gérer la multitude que représentent les ouvrières-flux” . Contrôler et discipliner le corps ne suffit pas. Il faut jouer aussi sur l’affect. Si “la domination au travail se nourrit d’une économie des désirs des ouvrières, des désirs nés dans le pouvoir des relations instituées par les autorités et les employeurs” cette économie du désir passera pour les ouvrières par l’intermédiaire d’une recherche de reconnaissance et d’un management de celle-ci par les employeurs.

Le bâton et la carotte

Les conditions pénibles de vie et de travail ne semblent pas décourager la majorité de ces femmes précaires qui peuvent être remerciées à tout instant par leur employeur. Ces derniers peuvent abuser de leur pouvoir et l’imposer d’une manière violente : harcèlement, chantage au logement, contrôle et surveillance de la vie privée, heures supplémentaires non payées…

Malgré leur situation précaire et incertaine, ces femmes souhaitent revenir travailler au plus tôt dès la fin de leur contrat de travail à durée limitée, non par servitude volontaire ou “intériorisation de la violence symbolique, par des habitus de contraintes, de dépendance, qui ordonnerait la soumission” , mais par un relatif et temporaire “consentement à la domination” , qui agirait comme un micro-pouvoir de résistance, dans l’espoir et le but d’obtenir un contrat de travail long (comme retour sur investissement), voire de pouvoir s’installer définitivement en Espagne. Leur espoir est de pouvoir passer d’une position de dominée à celle d’émancipée, de la servitude à la liberté.

Mais pour cela, il faut attendre la confirmation d’être sélectionnée parmi les heureuses élues. Pour cela, elles devront apporter “entière satisfaction à leur employeur du point de vue du travail” et effectuer quatre années successives dans l’exploitation afin d’obtenir, comme ultime récompense, “le statut de travailleuses permanentes” . Ces quatre années jouent le rôle de période d’essai où elles devront faire leurs preuves et seront évaluées sur leur endurance, le rythme de travail, la capacité à atteindre les quotas fixés, leur sociabilité et disponibilité…

Taillable et corvéable à merci, le corps sera mis à rude épreuve (dos courbé, jambes fléchies, mains sursollicitées…) sans vraiment en prendre soin. La pression est telle que des “femmes enchaînent parfois plusieurs semaines sans un seul jour de repos” , ce qui accentuera les douleurs physiques et l’épuisement. L’avenir de ces femmes, leur “réalisation de soi” , se retrouve dans les mains d’un employeur qui peut décider arbitrairement de renouveler ou non leur contrat de travail saisonnier et ainsi peser sur leurs projets de vie.

Dans ce climat d’incertitude, ces femmes chercheront à se faire remarquer, à se valoriser par le travail, à se rendre visible et reconnue aux yeux de l’employeur afin de se démarquer des autres femmes concurrentes – qui se retrouvent comparées entres-elles – et espérer acquérir un renouvellement de contrat. Pour le sociologue et philosophe Axel Honneth “reconnaître quelqu’un signifie alors l’amener, par des sommations répétées et assénées de manière rituelle, à adopter exactement le rapport à soi qui convient au système établi d’attente de comportement (…) Les formes de reconnaissance alors prises en considération sont précisément celles qui deviennent effectives en tant que moyen de domination sociale parce qu’elles produisent une image de soi conforme à la société selon un modèle d’approbation rituelle et contribuent ainsi à la reproduction de relations de dominations établies” (Honneth, 2006, p. 246).

Leur principale motivation est donc portée par la “possibilité d’obtenir le statut de résidentes permanentes” . Pourtant, remarque Djemila Zeneidi, “il est quasiment impossible d’obtenir un contrat de travail d’un an dans le secteur agricole où dominent les travaux saisonniers” , à quoi s’ajoute le fait que “pour obtenir ce permis il faut faire valoir une domiciliation” . Or les conditions d’embauches sont de trois à six mois et sans domiciliation fixe puisque ces femmes sont logées pendant cette période. A l’exploitation s’ajoute la duperie.

En cas d’échec à voir se renouveler son contrat, ces femmes auront tendance à se sentir personnellement responsables de n’avoir pas pu être reconnues, d’être déqualifiées et invisibilisées, exploitées jetables, et ce sans forcément remettre en cause le système global qui structure et organise cet échec massif. Atomisées entres-elles “un collectif dans la critique peine à émerger” et le “coup subjectif de l’espérance déçue (…) ne va pas sans laisser de traces” : dévalorisation, image négative de soi, perte d’identité, sentiment d’injustice, d’inutilité, découragement, repli sur soi, dépression… D’autres s’engageront dans la clandestinité ou la recherche d’un.e conjoint.e.

Cette épreuve sociale met en tension d’une part une expérience de domination, où peut s’opérer un “assujettissement stratégique” , et d’autre part l’espoir d’une émancipation où le besoin de reconnaissance (rapport positif à soi, estime sociale) joue un rôle central en terme de justice et d’injustice (Honneth, 2000).

Sept ans après l’ouvrage de Djemila Zeneidi, une vétérinaire de campagne du sud de l’Espagne, Maria Sánchez, évoquait dans un ouvrage témoignage la situation des femmes de Huelva.

En voici quelques passages :

Le rôle des femmes paysannes est fondamental et un territoire dont la politique agricole n’incorpore pas la perspective de genre est une aberration (…) Mais qu’en est-il des femmes qui demeurent dans l’ombre ? Dans le monde agricole, les migrantes victimes d’abus et d’exploitation sont nombreuses. Les fraises que nous mangeons sont infectées de machisme, de harcèlement et d’inégalité. Si on a le courage de gratter la surface pour s’approcher de la réalité, on découvrira des femmes s’éreintant au travail, sans voix ni droit de vote. Ce que subissent les saisonnières de Huelva n’est pas un cas isolé mais la marque atroce de notre temps (…) Le féminisme rural doit veiller sur l’ensemble des femmes” (Sánchez, 2020, p. 71-72).

Plusieurs médias ont abordé cette situation des saisonnières de Huelva, comme par exemple Mediapart (2018), Yabiladi (2018), Axelle (2020), Le Monde (2020), Reporterre (2020), la Fédération romane des consommateurs (2021), mais aussi des revues académiques comme Études rurales (2008), Plein droit (2018), Revue européenne des migrations internationales (2019), sans oublier la thèse d’Emmanuelle Hellio “Importer des femmes pour exporter des fraises ? Flexibilité du travail, canalisation des flux migratoires et échappatoires dans une monoculture intensive globalisée : le cas des saisonnières marocaines en Andalousie” (2014). On pourra aussi consulter l’ouvrage de Chadia Arab, Dames de fraises, doigts de fée. Les invisibles de la migration saisonnière marocaine en Espagne (2018).

Valéry Rasplus

Pour citer cette publication : Valéry Rasplus, Des migrantes agricoles, entre domination et recherche de reconnaissance, AgriGenre, novembre 2022.
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/11166
DOI : https://doi.org/10.58079/au3p

 

Bibliographie

Bernardot Marc, Déplacer et loger les indésirables, sociologie du logement contraint, Recueil Alexandries, 2005.

Honneth Alex, La société du mépris. Vers une nouvelle théorie critique, La Découverte, 2006.

Honneth Alex, La lutte pour la reconnaissance, Cerf, 2000.

Ren Yan, Pan Yi, Space politics in transnational laour process : The dormitory labour regime in the era of globalisation, Sociological Studies, n° 4, 2006.

Sánchez Maria, La terre des femmes, Rivages, 2020.

Zeneidi Djemila, Femmes/fraises. Import/export, PUF, 2013.



Citer ce billet
Valéry Rasplus (2022, 1 novembre). Des migrantes agricoles, entre domination et recherche de reconnaissance. AgriGenre. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/au3p

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.