Pratiques alternatives et influences spiritualistes en agriculture biologique et biodynamie

Cette publication est le second témoignage publié sur AgriGenre, après celui de Lazare Mulot, qui questionne une partie d'un parcours de vie en milieu rural, dans le milieu bio, en lien avec l'agriculture anthroposophique dite "biodynamie".  Si le premier témoignage a été l'objet d'une campagne agressive de dénigrement de la part d'anthroposophes, il a également reçu plusieurs messages de soutien de la part de paysan.ne.s en agriculture bio. 

"Le secret des sources est un élément fondamental du métier de la recherche en sciences sociales. (...)  Cette éthique, manifestée par la généralisation de la pratique de l’anonymisation, conditionne la participation des enquêté·es avec lesquel·les nous établissons des contrats de confiance d’autant plus importants que le terrain est sensible."
Un droit au secret des sources pour les chercheurs et les chercheuses en sciences sociales ? 

Ce texte n’est pas une analyse objective ou un essai scientifique mais un simple témoignage agrémenté de quelques éléments de réflexion personnelle.

J’ai essayé d’apporter un propos nuancé et contextualisé et de ne pas y faire de procès d’intentions ni d’y régler des comptes personnels. J’ai fait le choix de garder les lieux et les noms des personnes anonymes afin de les préserver.

J’y parle de mon vécu et si je peux critiquer certains éléments, il s’agit avant tout de personnes que j’aime et je ne souhaite pas leur causer de tort.

Quelques points de repère

Nés dans les années 80, mes parents ont quitté l’Île-de-France pour s’installer dans la région où mon père a grandi. Lui-même fils de paysans, il a appris l’apiculture et s’est lancé dans cette activité. Mes premières années se sont déroulées dans un vieux manoir, loué collectivement dans lequel passaient nombre d’amis de mes parents. Je n’ai que peu de souvenirs de cette époque-là mais je crois me souvenir que des gens de tous horizons venaient chez nous.

Je ne sais pas exactement comment mon père a connu la biodynamie mais elle a fait partie de notre histoire sans pour autant en être un thème central. Toujours est-il qu’aussi loin que je me souvienne, nous avons également toujours eu des produits Weleda à la maison.

Un élément me semble important à mentionner : un certain nombre de croyances ont eu des impacts sur nos vies, notamment le fait d’avoir été très peu vacciné enfant. Nous n’étions pas enfermés dans des croyances vraiment toxiques, mais une influence culturelle en faveur de pratiques dites alternatives (santé, énergie, agriculture…) a eu impact significatif sur notre vision du monde et par conséquent sur nos choix. La position sur la vaccination dans ma famille proche reste très critique. Mes frères et mes sœurs sont également peu ou pas vaccinés. Étonnamment, pendant la période du Covid, le sujet a été compliqué à aborder.

Plus tard nous avons déménagé dans une ferme, dans laquelle j’ai vécu la majeure partie de mon enfance, jusqu’à mes 10 ans. C’est dans cette maison que j’ai le souvenir de mes premiers contacts avec la biodynamie.

L’enfant et le tourbillon

Mes parents se sont liés d’amitié avec de nombreux paysans et des personnes de milieux écologistes. Nous sommes allés à des fêtes pour « déterrer la corne » dans des fermes en biodynamie. Il s’agissait d’événements ponctuels.

Mon premier souvenir à ce sujet, c’est justement lors d’un stage ou d’une porte ouverte dans une ferme qui était en biodynamie. Un formateur faisait une présentation sur le sujet. Je me souviens nettement qu’il nous a fait la démonstration de la dynamisation de l’eau : il mélangeait de l’eau dans un tonneau ou un seau et je me rappelle distinctement que j’avais trouvé ça un peu étonnant avec mes yeux d’enfant. Il parlait d’effets bien particuliers. Je ne me souviens plus des termes exacts : de l’énergie ou quelque chose dans le genre. Je me disais que je ne voyais aucune différence avec ce que moi je faisais en jouant à faire mes tambouilles et en faisant tourner l’eau très vite avec un bâton. Je me rappelle avoir demandé ce qu’il y avait de bien spécial et je me rappelle vaguement d’une réponse du genre « il faut tourner très vite » ou « il faut que le vortex fasse qu’on voit le fond du récipient ».

Un formateur du MABD explique les principes pratiques de la biodynamie

Par la suite, j’aimais beaucoup touiller très vite les liquides pour que le tourbillon soit assez fort pour voir le fond des tasses, des bols, des seaux ou des casseroles. C’est ainsi que, sans que la biodynamie ai été au cœur de nos vies, il s’agissait d’un élément de notre paysage culturel qui, je pense, a eu une influence. Ce sont surtout des éléments comme ceux-ci qui ont constitué mon paysage d’enfance.

Questions de croyances

Ma famille était particulièrement athée. Un des proverbes de mon père était « Si tu crois, c’est que t’es pas sûr ». Il y avait également une certaine culture libertaire en lien avec une vision de l’écologie à la fois politique mais également sensible.

Il n’y avait pas du tout de pratique de rituels, ni de croyances particulièrement exotiques, mais j’ai entendu des gens qui prétendaient avoir vu des êtres spirituels, ou comment on pouvait voir son aura, de l’importance de se rappeler et de noter ses rêves. Pour les auras, j’ai appris qu’on pouvait les voir en regardant sa main tout en fixant le lointain, en « louchant ». Et qu’il y avait des personnes capables de voir ces auras. Pour les êtres invisibles, je me souviens notamment qu’une fois, je devais être en train de lire un livre de jeu de rôle, mon père m’a dit qu’il connaissait quelqu’un qui avait déjà vu des elfes.

Sylphe, Salamandre, Ondine, Gnome

Si ces croyances peuvent être tout à fait inoffensives, avec le recul il me semble que cela peut néanmoins avoir des impacts discutables sur certaines décisions et certains rapports au monde. J’insiste encore sur le fait que ce n’était pas particulièrement prégnant, voir même au contraire : sur de nombreux points, j’ai assez tôt entendu mon père qualifier les vendeurs de thérapies alternatives sur les salons et foire bio “d’escrocs” . Dans la perspective de ne pas être anti-science, j’ajouterai également qu’il y avait autant de revues de biodynamie que d’exemplaires de Science & Vie ou Ciel & Espace dans les toilettes chez moi. Pourtant, la biodynamie, ainsi que d’autres pratiques dites “alternatives” étaient présentes et soutenues.

Entre bifurcations et errances

Vers mes 10 ans, mes parents se séparent et je vis la majeure partie du temps avec ma mère. Je n’ai donc plus qu’un contact intermittent avec mon père et la vie sur la ferme. De mon côté, et c’est d’ailleurs une qualité dans ma famille, je n’ai pas été influencé ou sous emprise pour pouvoir faire les études de mon choix. Fortement intéressé par les sciences et les mathématiques j’ai entrepris des études dans ce domaine.

Vers l’âge de 20 ans, après des expériences psychédéliques, j’ai quitté mes études et j’ai été un peu en errance. Au cours d’un séjour en famille, une personne amie de la famille m’a confié plusieurs exemplaires d’une revue nommée Tournant.

La personne me dit que je peux peut-être y trouver des réponses à des questions que je me pose. Je réalise qu’il s’agit de revues anthroposophiques, au contenu assez étonnant. Je m’y intéresse un peu, mais à part quelques articles sur l’écologie et la spiritualité par exemple, je trouve les textes assez lourds à lire et ces revues vont traîner sans que je ne les examine en détail. Je reviendrai plus tard sur le contenu de ces revues, qui ont par la suite fortement contribué à ma critique de l’anthroposophie.

Recherches spirituelles

De par mes expériences de vie et mes rencontres par ailleurs, je m’intéresse un peu à Rudolf Steiner, même si je suis gêné dès que j’apprends qu’il prétend avoir eu ses révélations à travers les annales akashiques. Je crois que je prends cela comme une métaphore, mais je ne m’en formalise pas trop.

Pour mieux comprendre Steiner, j’achète le livre L’initiation ou comment acquérir des connaissances sur les mondes supérieurs pour explorer l’occultisme qu’il présente. Je suis par ailleurs intéressé par les narratifs New Age et de néospritiualités. J’ai toujours eu cette culture profondément athée et si je pouvais être engagé dans une démarche spirituelle ou “sipritualisante” j’étais très réfractaire aux aspects les plus occultes ou ésotériques. Ce qui ne m’empêchait pas d’être ouvert aux théories dites « alternatives », qu’il s’agisse du 11 septembre, d’une lecture symbolique de l’histoire ou du moteur Pantone. J’étais plutôt ouvert à ces formes de spiritualité dans la grande tradition un peu théosophico-syncrétique qu’il y a d’innombrables chemins d’initiation pour atteindre l’éveil spirituel, tout en restant sceptique sur des allégations trop exotiques (les gens qui se nourrissent de prana, ça me laissait dubitatif). De L’initiation ou comment acquérir des connaissances sur les mondes supérieurs de Steiner, je retiens surtout qu’il appelle à méditer sur les forces de vie d’une graine qui pousse, de sentir les forces de germinaison. On retrouve le précepte un peu taoïste, mais qu’on retrouve sûrement ailleurs, d’« analogie totale », c’est-à-dire que tout peut être analogue avec tout.

Ça me semble important de montrer que l’influence d’idéologies telles que l’anthroposophie n’a pas besoin d’être dans une véritable emprise sectaire pour avoir une influence culturelle significative. Et par là même faire que des gens vont faire des choix discutables sur des questions de santé d’une part, et d’autre part vont avoir un rapport aux connaissances et aux discours qui mérite d’être questionnés.

Un monde alternatif

Lorsque je suis jeune adulte, j’accompagne une fois par an mon père à une foire bio qu’il fait chaque année. J’y rencontre beaucoup de gens qui sont dans les milieux alternatifs. Et c’est là qu’on va me dire avec intérêt que le bourgeon est similaire au cœur humain en “géométrie projective” . Dans cette même foire, j’ai pu croiser la fine fleur des antivaccins également : l’association ALIS (Association Libre Information Santé) y avait un stand. J’ai eu l’occasion de discuter avec eux. Étant avec les exposants, je côtoie également des viticulteurs Demeter qui discutent du choix du modèle de cuve pour leurs préparations. C’est là que j’ai également entendu parler des cristallisations sensibles.

Je ne vais pas ici parler de label et certification, mais je me souviens que mon père a dit au moins une fois que ça le faisait chier ces labels (en bon anarchiste), et qu’il n’allait pas s’embêter, d’autant que ça avait apparemment un certain coût.

Mais label ou pas, certains éléments de culture biodynamique infusent et côtoient des éléments très pragmatiques. La conduite de l’exploitation de mon père n’était pas basée sur des principes magiques, mais sur la météo, la saison, et des techniques d’apiculture tout à fait classiques et fonctionnelles. De la même manière, en ce qui concerne des éléments de la critique de la technique, il y avait une critique d’éléments symboliques (les ordinateurs, les téléphones portables, les OGM, etc.) mais pas dans les outils techniques du quotidien ou professionnels : centrifugeuse pour l’extraction du miel, machine à désoperculer pour ouvrir les cadres, camion, etc.

Sens et sensibilité en agriculture

Si la biodynamie semble a priori éloignée de son tempérament tel que je le décris, c’est qu’il doit bien avoir quelque chose à y trouver. Je pense que c’est en partie à considérer avec la transformation des pratiques agricoles et de la société.

Comme beaucoup de paysans qui ont vu une transformation importante de leur environnement, il a pu avoir l’impression d’être dépossédé de son savoir. Le développement d’une administration et de nombreuses normes, les prescriptions des pratiques techniques, la parole des experts, des ingénieurs agronomes, des scientifiques, peuvent donner l’impression à celui qui n’a pas fait de hautes études, d’être dépossédé de ses connaissances. Il peut avoir l’impression que ce qu’il sait n’est pas vraiment du « bon savoir », mais peut être perçu comme des croyances, des superstitions, des connaissances moins légitimes. Et pour autant, ce sentiment de déclassement peut être vécu par quelqu’un qui a un rapport au savoir « de terrain », qui n’est par ailleurs pas forcément moins « matérialiste » qu’un ingénieur.

Je pense que la biodynamie peut venir combler cet aspect-là, en offrant une contre-connaissance, qui se présente comme articulée avec les traditions et de plus connectée à une vision sensible du vivant. Ce rapport au sensible et à la sensibilité, je l’ai souvent entendu, et elle me paraît très intéressante et légitime à exprimer. Des paysans disent qu’ils ne se retrouvent pas dans les pratiques techniques de l’agriculture moderne, qu’ils recherchent « autre chose » dans leur rapport à leur terre. J’ai entendu ça plus récemment dans la bouche d’un viticulteur qui me disait qu’il était intéressé par la biodynamie pour cela : pour le fait que l’approche biodynamique lui recommande d’aller prendre le temps d’observer ses vignes au petit matin.

Si « envoyer de l’amour » à ses haricots ne permet pas de les faire pousser plus vite (jusqu’à preuve du contraire), considérer la question du ressenti des paysans par rapport à leur métier, dans leur quotidien, interroger le regard et le rapport à la nature, cela me semble être des questions saines et qui relèvent peut être plus de l’anthropologie que des techniques agronomiques pour le coup.

Il y a d’autres éléments également. Par exemple, des biodynamistes peuvent faire la promotion du compost, ou de pratiques et techniques qui peuvent être tout à fait pertinentes. Mais si quelqu’un dit A et B, et que A est vraisemblable ou intéressant, ça ne dit rien sur B. Un biodynamiste peut parler microbiologie des sols de manière pertinente et présenter des croyances ésotériques juste après. Et le fait de pouvoir distinguer ce qui relève de l’observation pragmatique, de ce qui relève de spéculation métaphysique n’est pas toujours trivial. Cela nous paraît plus facile, voire évident lorsque l’on possède une formation scientifique, et l’adhésion à des affirmations étonnantes peuvent nous paraître complètement irrationnelles. Pour autant tout le monde n’a pas le même capital culturel, et ce qui nous paraît irrationnel peut être tout à fait justifié du point de vue de la personne.

L’abeille et les végétaux

En ce qui concerne l’application de préceptes ou de composantes issues de la biodynamie dans la pratique professionnelle, je ne retiendrai que quelques éléments.

Il est important de savoir que l’apiculture a une place prépondérante dans l’œuvre de Steiner et dans la cosmogonie anthroposophique. L’abeille est perçue comme un être-colonie, comme une créature sacrée de nombreuses civilisations et très sensible aux conditions environnementales. Si j’arrive à retracer certaines filiations de discours sur l’apiculture avec la biodynamie, c’est souvent en retrouvant dans des écrits et des textes de biodynamistes ou d’anthroposophes, des éléments que j’ai pu entendre par ailleurs. Par exemple, l’importance donnée au fait que les abeilles maintiennent dans la ruche une température proche de la température corporelle de l’homme. Je n’ai pas compris en quoi c’était un point symbolique important mais c’est typiquement un point que je n’ai entendu que chez mon père et chez les biodynamistes.

Un autre point est la place accordée à l’influence des astres, notamment de la Lune, sur les végétaux. Si mon père utilisait et suivait ce que la météo prédisait, il s’appuyait également sur le calendrier de Maria Thun, célèbre dans le milieu de la biodynamie. Comme je l’ai déjà dit, la place et le rapport à l’expérimentation, à un certain pragmatisme, a toujours été un argument important dans ce que j’ai entendu. Dans ce calendrier, les jours sont classés en jours racine, fleur, feuille. Dans la pratique de l’apiculture, cela servait à savoir quand aller voir les ruches, quand effectuer telle ou telle tâche (déplacement de rucher, récupérer des hausses…). Ainsi il est dit que les abeilles sont moins agressives les jours fleurs que les jours racines.

Le dernier point que j’ai entendu est à propos de la cristallisation sensible. Il s’agit d’une technique typiquement biodynamique (à ma connaissance), qui consiste à effectuer une réaction de cristallisation sur un produit d’origine animale ou végétale. Selon la théorie des biodynamistes pratiquant cela, la cristallisation va prendre des formes différentes « selon les forces de vie », et ainsi un miel « naturel » aurait une « plus belle cristallisation » qu’un miel qui ne le serait pas. Je ne sais pas du tout ni pourquoi ils ont fait cette analyse, ni ce que cela peut leur apporter en termes de pratique, toujours est-il que le fait que leur miel « était vivant » était affirmé avec certitude.

De la certitude

Le rapport à la certitude, je n’en ferais pas une généralité mais c’est quelque chose qui m’a questionné et qui me questionne toujours beaucoup.

Par exemple, il était affirmé avec certitude que les médecins ne savent pas faire leur boulot. Et mon père pouvait affirmer qu’il pourrait leur expliquer leur métier aux médecins. Si initialement j’ai été influencé par cette vision du rapport à la médecine (avec beaucoup de résonances vitalistes), le niveau de certitude et d’orgueil m’a paru excessif. Cette caractéristique, consistant à affirmer des choses de manières péremptoires et sans nuances sur des sujets ou, a minima, il me semblerait opportun d’être prudent, a personnellement joué pour me faire relativiser le caractère de « connaissance » de ce que j’ai pu entendre. Et ce n’est pas évident de faire la part des choses dans tout cela.

Les paysans connaissent très bien les plantes, les noms des oiseaux, la saisonnalité, les périodes de floraison, etc. Ce sont des connaissances tangibles et assurées (avec des erreurs comme tout le monde), qui n’ont rien d’ésotérique ou d’ « alternatives ». Mais en entrant sur d’autres registres, il peut y avoir une transposition de cette confiance et donc un avis tranché sur des questions telles que la santé, l’éducation ou d’autres choses.

Une autre critique que j’entends souvent sur la biodynamie c’est l’insistance faite sur l’intérêt financier à pratiquer en biodynamie. Si c’est sûrement le cas pour certains, ce n’est pas ce que j’ai rencontré. Les personnes proches de la biodynamie que j’ai pu rencontrer ne roulaient pas sur l’or et avaient des revenus plutôt modestes. Je ne dis pas que l’argent n’est pas une motivation pour certains (comme pour tout et n’importe quoi qui peut se vendre), mais qu’en se focalisant trop sur cet aspect, on rate peut être quelque chose d’important. Après, je ne dis cela que pour les quelques personnes que j’ai pu connaître et que j’associe à la biodynamie ou à l’anthroposophie.

Un point de vue critique

Pour en revenir à mes critiques de la biodynamie, et par conséquent à mon changement d’opinion sur le sujet, puisque j’y étais favorable avant ça, je vais mentionner les ressources qui ont fait évoluer mon opinion et pourquoi mon opinion a évolué.

J’ai découvert le témoignage de Grégoire Perra, ainsi que le travail de Shadow Ombre. Dans leurs propos, j’ai reconnu des éléments que j’avais pu rencontrer, par exemple, le fait que le terme d’anthroposophie ne soit pas forcément employé. L’ami de la famille qui m’a confié les revues anthroposophiques était une personne très tournée vers l’écologie (maison autonome, etc.), mais qui n’avait jamais évoqué ces croyances-là avec moi. Pourtant, et c’est à l’écoute des productions de Grégoire Perra et de Shadow Ombre notamment que j’ai ressorti mes revues anthroposophiques, j’ai parcouru plus en détail cette revue Tournant, et avec le recul les contenus des articles m’ont paru vraiment discutables.

Je pense notamment à un article en plusieurs parties dans un dossier intitulé « Les projets noirs des forces du mal ». Il était question de théories du complot, valorisant le travail de personne comme Thierry Messan, mais également d’une métathéorie avec l’interprétation anthroposophique de ces complots propulsés par Lucifer et Ahriman. Il y avait également un article sur les inspections qui ont eu lieu dans les écoles Steiner à la fin des années 90, avec donc la défense d’anthroposophes sur le sujet. Il y en avait un autre sur la vilaine musique électronique et populaire des Beatles qu’il faudrait contrecarrer avec une musique acoustique et traditionnelle. Un dernier article qui m’a marqué était un genre d’éditorial dans lequel Michel Joseph, le tôlier de la revue, prenait la défense d’un choix éditorial d’un précédent numéro qui était critiqué par un autre anthroposophe.

La question tournait autour d’un dossier sur les sectes paru à l’été 1999 dans Tournant et qui avait donné la plume à deux personnes assez influentes dans le milieu de la défense des sectes : Joël Labruyère et Christian Cotten, qui étaient à la tête de l’Omnium des Libertés, association promouvant une liberté totales pour toutes les « communautés spirituelles ». Avec le recul, j’ai tiqué sur le nom, car Joël Labruyère est le leader d’une communauté dans les Pyrénées dont fait partie le groupe d’extrême droite « Les Brigandes » et dont Labruyère est le directeur artistique. Christian Cotten, quant à lui, est toujours un fervent militant antivaccin. D’avoir connaissance des personnages et de la défense qu’en était faite dans les pages de la revue m’a interpellé. Il y avait également dans ces pages de nombreux extraits de textes de Steiner.

En guise de conclusion

Pour conclure avec mon histoire, je n’ai pas d’intérêt particulier à vouer aux gémonies les paysans en biodynamie, notamment celles et ceux qui sont à la marge, curieux, intéressés par cette pratique. Les raisons qui peuvent les pousser à s’intéresser à la biodynamie sont tout à fait légitimes.

La pression anthropique sur les écosystèmes, la transformation des sociétés et des paysages, le manque de sens dans le métier de paysan, peuvent être autant de questionnements qui peuvent conduire à la biodynamie. Mais si les questions sont légitimes, les réponses apportées par la biodynamie sont plus que discutables. Les aspects de préservation de l’environnement, de réduction des intrants artificiels peuvent être intéressants, mais lorsqu’elles sont efficaces elles n’ont généralement pas de problème à être intégrées dans les techniques en agriculture biologique.

Ce qui reste de spécifique à la biodynamie, ce sont principalement des croyances, une vision symbolique et occulte du monde avec une importance accordée aux « forces supra-sensibles ». Et ce sont aussi des conséquences sur les décisions et les vies des personnes, telles que la défiance vaccinale très présente dans ces milieux, une porosité facilitée pour des thèses complotistes, et un rapport à la connaissance qui peut être discutable.

À l’heure d’une certaine urgence écologique, où les problématiques agroécologiques sont cruciales pour l’avenir de nos sociétés, il me paraît peu judicieux de se tourner vers une agriculture ésotérique et en contradiction avec l’état des connaissances scientifiques. Pour autant il est nécessaire de faire en sorte que tous les paysans puissent trouver un sens à leur métier, avoir de la dignité et que leurs savoirs propres soient reconnus, même celles et ceux qui ne sont pas ingénieurs agronomes.

Camille Grivand

Pour citer cette publication : Camille Grivand, Pratiques alternatives et influences spiritualistes en agriculture biologique, AgriGenre, août 2022.
Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/10385 
DOI : https://doi.org/10.58079/au3k
Entretien avec Camille Grivand par Cyril Gambari (part.1)
Entretien avec Camille Grivand par Cyril Gambari (part.2)

Ressources complémentaires

Témoignage :

Mulot Lazare, Grandir et croire. Quand une idéologie masquée s’immisce dans une vie, AgriGenre, juin 2022.

Liens entre la société anthroposophique et la biodynamie :

Rasplus Valéry, Un chercheur organique : Ehrenfried Pfeiffer, AgriGenre, mai 2022.

Rasplus Valéry , Les vigneron.ne.s, entre vins conventionnels et vins bio & biodynamieAgriGenre, janvier 2021.

Comparaison agronomique entre bio, parmaculture et biodynamie :

Rasplus Valéry, Des agricultures entre savoir et croyance : permaculture, agriculture naturelle et biodynamie, AgriGenre, juin 2022.

Vincourt Patrick, Commentaires sur l’article « Impact of farming systems on soil ecological quality : a meta‑analysis » , AgriGenre, mai 2022.



Citer ce billet
camillegrivand (2022, 5 août). Pratiques alternatives et influences spiritualistes en agriculture biologique et biodynamie. AgriGenre. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/au3k

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.