Archives par mot-clé : Exploitation agricole

Les agriculteurs et les agricultrices face à la crise sanitaire de la COVID-19

Comment les agriculteurs et les agricultrices ont-ils vécu, et vivent-ils encore, la crise sanitaire de la COVID-19, à la fois au niveau personnel mais aussi au niveau de leurs pratiques sur l’exploitation agricole ?

200 agricultrices et agriculteurs ont accepté de participer à cette enquête lancée au début du mois de novembre.

Composition de l’échantillon :

  • Effectif : 200
  • Proportion :
    • 52,5 % d’hommes
    • 47,5 % de femmes
  • Âge :
    • 68 % entre 20 ans et 50 ans
    • 32 % entre 50 ans et plus
  • Population :
    • 78 % chef.fe.s d’exploitation
    • 11,5 % coexploitant.e.s
    • 10,5 % autres (associé.e, salarié.e…)
  • Statut des exploitations :
    • 31 % EARL
    • 30 % EI
    • 25 % GAEC
    • 14 % autres (SCEA…)
  • Types de production :
    • 47 % élevage
    • 21 % grande culture
    • 8,5 % maraîchage
    • 5,5 % viticulture
    • 18 % autres (arboriculture, apiculture, écopâturage, ppam…)
  • Zone géographique : France métropolitaine

I. La COVID-19 et l’économie des exploitations agricoles

  • Pour 76,6 % des agriculteur.trice.s interrogé.e.s, depuis la crise sanitaire de la COVID-19, le rendement de leur exploitation est resté relativement stable. Pour 19,8 % , le rendement a diminué et pour 3,6 % ce rendement a augmenté.
  • Pour 60,1 % des agriculteur.trice.s interrogé.e.s, depuis la crise sanitaire de la COVID-19, les ventes de leur production sont restées relativement stables. Pour 34,3 % ces ventes ont diminué et pour 5,6 % ces ventes ont augmenté.
  • Pour 91,4 % des agriculteur.trice.s interrogé.e.s, la crise sanitaire de la COVID-19 ne les a pas obligé à jeter une partie de leur production, contre 8,6 % (principalement en production laitière).
  • Pour 53,3 % des agriculteur.trice.s interrogé.e.s, aucun.e d’eux n’a subi de pertes financières depuis le début de la crise sanitaire de la COVID-19, contre 46,7 % exprimant le fait d’en avoir subi (le rendement de leur exploitation est resté stable mais la vente de leur production a diminué).

Pour 89, 7 % des agriculteur.trice.s interrogé.e.s, cette crise sanitaire de la COVID-19 ne sera pas un facteur déterminant pour penser à un éventuel changement de production agricole, contre 10,3 % qui souhaitent se tourner vers une autre activité agricole (principalement pour les hommes qui ont actuellement une activité dans l’élevage et pour les femmes qui ont une activité en viticulture).

II. Les agricultrices plus affectées que les agriculteurs par les mesures de confinement

71,9 % des agriculteur.trice.s interrogé.e.s ne pensent pas avoir été affecté.e.s psychologiquement par les mesures de confinement.

Mais la situation ne semble pas être la même pour les agriculteurs et les agricultrices

Parmi les agriculteurs :

  • 82 % disent ne pas avoir été affectés psychologiquement par les mesures de confinement
  • 14 % expriment le fait d’être affectés psychologiquement par les mesures de confinement (majoritairement mariés et âgés entre 50 ans et 70 ans).

Ces hommes agriculteurs ont tendance à donner comme causes de leur malaise « le stress par peur d’attraper le virus ou de le donner à quelqu’un et de ne plus pouvoir assurer nos activités » , le « manque de visibilité sur l’avenir » , « l’isolement » et « le manque de relations humaines » .

Parmi les agricultrices :

  • 62 % disent ne pas avoir été affectées psychologiquement par les mesures de confinement
  • 38 % expriment le fait d’être affectées psychologiquement par les mesures de confinement (majoritairement mariées et âgées entre 40 ans et 50 ans).

Ces femmes agricultrices ont mis en avant « le stress » , « le manque de perspective » , « l’avenir des cours de vente de mes produits compte tenu crise économique à venir » , « la perte de contact avec nos clients dû à la fermeture des marchés au printemps » , « le manque de relations sociales » , « l’isolement » , « l’ambiance générale morose et l’impact sur les enfants » , « l’école à la maison très difficile à gérer » .

Différence d’affectation des mesures de confinement
entre agriculteur.s et agricultrice.s
(en %)

Ces résultats viennent compléter ma précédente étude Comment être une agricultrice en 2020 ?

Cette enquête m’a également permis de recueillir un certain nombre de témoignages d’agriculteur.trice.s.

III. Quelques témoignages d’agriculteur.trice.s

Il y a virus et virus : « la COVID-19 n’est pas le virus qui impacte le rendement des productions, mais c’est plutôt le virus de la jaunisse de la betterave et des céréales qui impacte de manière importante les exploitations et les coopératives de collectes » (agriculteur, grande culture, Loiret).

Un virus puis un autre : « Mon activité professionnelle de production a été fortement bousculée par la Covid et maintenant il y a la pression de l’influenza aviaire » (agriculteur, éleveur, Pyrénées-Atlantiques)

Entre travail et enfants : « La crise sanitaire ne nous a pas impacté financièrement sur notre exploitation. Par contre au niveau personnel cela a été difficile à gérer. Le printemps correspond à un gros pic de travail et il a fallu le gérer avec les enfants mais le plus difficile a été les devoirs…. des quantités folles. Une petite en CE2, plus de 3 heures par jours de devoirs, plus la présence pour les visios et des fois deux car elle a un grand frère…. Pour nous ce sont les devoirs qui ressortent de ce confinement » (agricultrice, élevage, Saône-et-Loire)

Angoisse sur le lieu de travail : « C’est très déstabilisant de ne pas avoir la certitude que les personnes qui travaillent avec nous pourrons venir travailler à cause des risques d’être considérés cas contacts, difficile de gérer pendant cette période » (agriculteur, grande culture, Marne).

Une vie sous tension : « La Covid nous enferme encore plus dans notre travail déjà très prenant. On vit encore en décalage avec le reste de la population. On n’a plus de soupape de décompression, dans un contexte où notre métier est souvent agressé » (agricultrice, élevage, Morbihan) .

Perte de clients : « Restaurants, restauration collective, cantine scolaire, etc, ayant fermés plus ou moins longtemps, implique des débouchés en moins pour nos produits (baisse consommation viandes et vins » (agriculteur, polyculture élevage, Pyrénées-Atlantiques)

Une obligation d’ajustement : « Nous avons dû donner beaucoup de notre personne pour se démarquer et arriver à écouler nos produits. Nous avons revu nos stratégie de vente. Cela nous a beaucoup épuisé car il y avait plus de travail avec plus de petit conditionnements et l augmentation des livraisons » (agriculteur, polyculture-élevage, Drôme).

Un besoin de reconnaissance :  » On espère quand même la reconnaissance des citoyens de continuer à travailler pour les nourrir. Si ça permet de réconcilier les consommateurs avec nous ce serait déjà bien » (agricultrice, élevage, Morbihan).

Une reconnaissance à géométrie variable : « La crise sanitaire à permis de mettre en avant les agriculteurs ce qui était une bonne chose. Il est assez triste que quelques semaines plus tard, tout ceci soit oublié, qu’on reprenne le travers de taper sur l’agriculture, de la régenter sans bon sens et sans demander leur avis aux agris. Un de mes profs de BTS avait l’habitude de dire que les prix permettront à nouveau de payer un agriculteur quand il y aura une bonne famine. Cette crise aurait dû permettre sans avoir de mort de se rendre compte et de changer les choses » (agriculteur, grande culture, Seine-et-Marne).

Un sentiment d’abandon : « L’agriculture est la première activité nécessaire à la survie de la population, pourtant malgré une conjoncture sur les prix et les rendements l’État n’intervient pas et nous laisse mourir à petit feu » (agriculteur, élevage, Nièvre).

Une situation épuisante : « Cette année me semble plus éprouvante que les précédentes, même si économiquement nous n’avons été que peu affectés. J’ai laissé beaucoup d’énergie dans le 1er confinement pendant lequel il a fallu adapter certains circuits de vente en plus du travail habituel intense du printemps et des enfants à gérer à la maison. La fin de l’année arrivant, je me sens plus lasse que d’autres années et surtout l’esprit ‘grisonnant’ (je ne trouve pas le terme que je cherche) de par l’absence de perspective d’amélioration et le rapport aux autres épuisant pendant les temps de vente sur les marchés (chacun a un commentaire à faire sur la situation, plus ou moins négatif et au bout de 5 heures de marché, on en ressort lessivé et perdu !). C’est là que la solitude de la ferme fait du bien » (agricultrice, élevage, Gers)

Remise en cause possible : « Cet  événement  a fortement  amplifié  ma  défiance vis à vis de ce   modèle  industriel  et de  son  hégémonie  consommatrice du vivant » (agriculteur, grande culture, Gers).

Il me reste encore des données à traiter et à analyser que je souhaiterai confronter à de nouvelles études de terrain. Espérons qu’en 2021 les conditions sanitaires me permettront d’affiner cette enquête.

Pour citer cet article : Valéry Rasplus, " Les agriculteurs et les agricultrices face à la crise sanitaire de la COVID-19 ", AgriGenre, décembre 2020. Source en ligne : https://agrigenre.hypotheses.org/2329